RDC 2021: Au seuil du changement radical

1. Changement par action

Tongele N. Tongele

Ce n’est pas en disant « nous voulons un changement radical » que le changement va arriver. Ce n’est pas en disant « nous voulons un Etat de droit » que l’Etat de droit va devenir une réalité en RDC. Ce n’est pas en disant « le peuple d’abord » que le peuple va devenir le centre de la politique nationale en RDC. C’est par actions concrètes que le changement arrive. C’est par le courage et la détermination de rompre avec le passé de l’inaction, de médiocrité, des mensonges et corruptions que vous les populations, vous les intellectuels, vous le gouvernement de l’union sacrée de la nation, vous allez déclencher le mouvement de changement transformationnel des conditions de vie en RDC. Populations congolaises, intellectuels congolais, gouvernement de l’union sacrée de la nation, êtes-vous prêts et déterminés à rompre avec le passé, pour bâtir un présent différent et un futur transformationnel?

2. Populations congolaises: devenez agents de changement

Tout commence dans la tête. C’est dans vos pensées, dans vos subconscients, dans vos consciences que vous, peuple congolais, vous devez décider qu’assez c’est assez avec la mentalité d’espérer que vos dirigeants politiques vont faire des choses pour miraculeusement amener du bonheur et d’aisance dans vos villages, villes et cités. Si vos dirigeants politiques en étaient capables, ils auraient fait cela pendant les 60 ans d’indépendance honteusement gaspillés. Pensez et mettez dans vos têtes et dans vos cœurs que c’est vous qui êtes les agents du changement, et vous devriez compter d’abord sur vous-mêmes avant de compter sur le gouvernement. Arrêtez donc de mettre l’espoir vain dans le gouvernement. L’expérience de 60 ans d’espoir vain ne vous suffit-il pas? Cet espoir vous fait vivre dans la pauvreté et la misère. Le temps du changement, c’est maintenant. Vous êtes intelligents et capables de faire des choses par vous-mêmes pour vous-mêmes. Mais malheureusement, vous avez démissionné et vous attendez que le gouvernement développe le pays pour vous. Et vous voilà aujourd’hui, comme peuple et nation, vous êtes devenus la moquerie des voisins et du monde, vous êtes connus comme un peuple faible, comme un peuple des assistés, un peuple des mains tendues, un peuple assis sur des milliards de dollars des ressources naturelles, mais incapable de transformer ces immenses ressources naturelles sur place pour éliminer le chômage, la pauvreté et la misère; et vous voilà devenus un peuple prisonnier des voisins et des multinationales dans votre propre pays.

Quand vos politiciens vous flattent en vous disant que vous, peuple congolais, vous êtes souverain primaire, c’est très vrai, c’est vous le souverain primaire. Et les dirigeants sont à votre service. Mais vous avez naïvement accepté le renversement des rôles par votre passivité et ignorance, et c’est vous maintenant qui êtes au service des dirigeants politiques. Et vous le faites avec joie, en chantant la louange des dirigeants politiques, alors que ce sont eux qui devraient aller faire des courbettes devant vous qui êtes souverain primaire. Tout est dans vos têtes, dans vos pensées, dans vos subconscients et consciences. Commencez donc par voir vos dirigeants politiques comme des gens qui doivent être à votre service, car ils sont payés par l’argent de votre pays, votre argent. C’est vous qui les payez pour travailler pour vous, pour assurer que les institutions puissent fonctionner sans corruption, afin qu’il y ait justice, paix et travail. Mais il n’y a ni justice, ni paix, ni travail dans votre pays, pendant que vos dirigeants continuent à percevoir de gros salaires. Autrement dit, ils ne font rien, mais ils sont payés par vous, avec votre argent. Trouvez-vous cela normal?

Devenir agents de changement veut dire exiger par des marches et protestations pacifiques que l’argent des entreprises publiques, l’argent de l’exportation des minerais et d’autres matières premières, votre argent, que cet argent ne soit pas seulement bouffé par les dirigeants politiques sous forme de gros salaires et luxe, mais que votre argent soit aussi utilisé pour réhabiliter les routes, les chemins de fer, les bâtiments des hôpitaux et des écoles publiques, les bâtiments administratifs et des camps militaires à travers le pays. Et il faudrait que des millions de vos filles et fils soient engagés et payés pour faire ces travaux de réhabilitation, au lieu d’engager, et payer des millions de dollars à, une compagnie chinoise qui vient faire un petit tronçon d’un boulevard qui se détériore deux trois ans après la finition des travaux.

Sachez aussi que devenir agents de changement veut dire que vous avez conscience d’être vous-mêmes la fondation de votre propre développement, du développement de vos milieux et de votre pays. Vous devez réfléchir individuellement, en famille, ou en petit groupe d’amis, sur ce que vous pouvez faire localement par vous-mêmes, dans vos villages, villes et cités, pour votre propre autonomie financière. Et si le gouvernement d’union sacrée de la nation vous surprend avec bonne gouvernance, alors vous allez le féliciter. Mais vous ne devez pas du tout avoir une confiance naïve, un espoir aveugle, dans le gouvernement national, croyant que c’est le gouvernement qui fera des choses pour vous. Répétons-le encore ici: depuis l’indépendance du pays, il y a de cela 60 ans, si les gouvernements faisaient du bon travail, il n’y aurait pas l’occupation des parties du pays par des forces étrangères, il n’y aurait pas de pauvreté horrible, il n’y aurait pas de délabrement des infrastructures de base et des conditions de vie dans vos villages, villes et cités.

3. Quelques exemples d’être agents de changement

3.1. Produisez localement des petites choses dont vous avez besoin: oui, vous en êtes capables. Voici un exemple écœurant et misérable: à cause de votre inaction, vos jeunes débrouillards parcourent des milliers de kilomètres à vélos, dans des conditions horribles, et certains parmi eux y trouvent la mort, pour acheter des chaises plastiques fabriquées en Chine, afin de vous revendre dans vos villages. Et pourtant, vous avez des bois de haute qualité pour fabriquer sur place des chaises, des fenêtres, des portes, des lits, des objets de cuisine, des bancs de l’école, etc. Où sont vos menuisiers? Vous n’avez pas besoin des diplômes universitaires pour fabriquer ces choses. Si vous fabriquez ces choses et vendez dans vos villages, villes et cités, et vendez le surplus dans les pays voisins, vous allez faire beaucoup d’argent, devenir des millionnaires, et transformer les conditions de vie dans vos milieux. Vous n’avez pas besoin de sacrifier vos jeunes débrouillards pour vous trouver des chaises plastiques chinoises qui s’abiment après une année d’usage. Vous n’avez pas besoin du gouvernement de Kinshasa pour vous envoyer des chaises dans vos villages. Vous n’avez pas besoin de fonds, d’assistance humanitaire, des investisseurs étrangers, des dons des Nations Unies ou de l’Union Européenne pour fabriquer des belles chaises dans vos villages. Vous êtes capables de fabriquer de belles chaises et beaucoup de belles chaises, par vous-mêmes pour vous-mêmes. Mais on dirait que vous êtes mentalement bloqués, prisonniers on ne sait de qui ou de quoi, et vous êtes là, comme des envoûtés qui n’attendent que leur mort. C’est quoi ça? Ceci n’est qu’un exemple de ce que vous êtes capables de faire, et il y a beaucoup de choses que vous devriez être à mesure de fabriquer localement par vous-mêmes pour vous-mêmes, devenir financièrement autonomes, et vivre avec dignité.

3.2. Cet exemple concerne particulièrement les notables et les administrateurs locaux: vous n’êtes pas des prisonniers du gouvernement de Kinshasa. Est-ce que vous percevez régulièrement vos salaires qui sont supposés venir de ce gouvernement de Kinshasa? Non, pas du tout. Vos enseignants locaux, vos infirmiers et médecins locaux, vos policiers locaux, vos fonctionnaires locaux travaillent sans être payés. Et par conséquent ils s’adonnent aux corruptions pour faire vivre leurs familles. Retenez que la corruption est un mal, c’est immoral et punissable par l’Eternel, le Juge des juges. Pensez à ceci: que vous sert-il de vivre de ces petites corruptions si à la fin de votre vie, c’est la condamnation éternelle qui vous attend? Voici ce que pouvez et devriez faire en tant qu’agents de changement: au lieu de vivre de corruption, vous les notables, les administrateurs et fonctionnaires locaux, vous devriez plutôt organiser des journées de réflexion avec vos populations et vos intellectuels locaux, pour voir ce que votre village, votre territoire, votre commune rurale peut faire pour transformer les ressources naturelles locales en produits finis pour le développement de votre milieu. Vous devriez plutôt sensibiliser et motiver vos populations locales à créer d’unités de production pour le développement de votre milieu local. Et vous n’avez pas besoin d’attendre l’ordre de Kinshasa pour faire cela. Si vous réfléchissez et générez des idées d’action de développement, si vous motivez les populations locales à créer d’unités de production, vous serez agréablement étonnés de voir comment vous êtes capables de résoudre vos problèmes locaux par vous-mêmes et avec vos moyens locaux, sans avoir besoin de quoi que ce soit du gouvernement de Kinshasa. Vous allez ainsi déclencher un mouvement local irréversible de développement dans votre village, votre territoire, et votre commune rurale.

3.3. Cet exemple concerne particulièrement les intellectuels, les enseignants, les professeurs, les doyens et recteurs: vous êtes une force incroyable de développement, mais vous n’exploitez pas vos propres capacités et talents. A propos des écoles: si vous y réfléchissiez sérieusement et continuellement, vous verrez que vos écoles et vos instituts supérieurs et universitaires sont des lieux où l’on apprend aux enfants à mémoriser des idées, des principes, des théories et des formules. Les examens consistent alors à répéter ces idées correctement telles que mémorisées, pour passer de classe, et à la fin recevoir un diplôme. Or, la vie n’est pas une mémorisation d’idées, de principes, de théories et de formules. Ainsi, très mal préparés, vos jeunes intellectuels et diplômés sont incapables d’imaginer et de créer des solutions aux problèmes locaux, incapables de fabriquer localement des petites choses, des objets et outils, incapables de transformer les immenses ressources naturelles locales en produits finis pour éliminer le chômage, la pauvreté et la misère. Que faire? Devenez agents de changement. Réfléchissez et orientez vos écoles à devenir lieux d’apprentissage pour imaginer et créer quelque chose à partir de ce qu’on a appris en classe. Par exemple: en géographie, l’examen devrait comporter une partie où les élèves/étudiants dessinent sur papier la carte géographique de leur village, quartier, cité, en montrant les avenues et les rues. En histoire, l’examen devrait comporter une partie où l’élève établit la généalogie de sa famille jusqu’au clan, tribu, et même loin. L’étudiant devrait être à mesure d’écrire l’histoire de sa province, et de son pays. En mathématique, l’élève devrait par exemple mesurer les dimensions des cases et des maisons, calculer le volume de la case ou de la maison, et estimer le nombre maximal des personnes qui peuvent se tenir debout dans la case sans que la case soit remplie à craquer. Un tel exercice permet à l’élève de comprendre que les figures géométriques ne sont pas purement imaginaires, mais qu’elles sont usitées pour réaliser des choses concrètes. Vos écoles peuvent devenir des centres de créativité et d’innovation où les élèves/étudiants de sociologie, de civisme, de science politique, de religion, etc., peuvent révolutionner la société grâce à leurs études. Ce qui n’est pas le cas pour le moment.

3.4. Cet exemple concerne particulièrement les serviteurs du Seigneur: vous êtes bénis et vous avez érigé des Eglises partout dans des villages, villes et cités du pays. Vous avez la confiance de vos fidèles qui contribuent financièrement pour soutenir les activités de vos Eglises. Les Eglises de l’Europe médiévale ont lancé et soutenu le développement de l’Europe par leurs élevages, production des fromages, production du vin, production de viande, production des objets d’art, production des idées et solutions aux problèmes de la vie des populations. C’est de ces Eglises, surtout les monastères, que les populations de l’Europe médiévale ont trouvé inspiration et connaissance pour lancer l’industrialisation en Europe. Si chacune de vos Eglises en RDC actualise l’évangile d’action, comme ce fut le cas en Europe médiévale, vos Eglises vont révolutionner le développement de la RDC. Chacune de vos Eglises est capable de mettre sur pied une menuiserie, une maçonnerie, une huilerie, une savonnerie, une rizerie, un élevage, une forge mécanique, une petite unité de production des craies et des objets classiques, une petite unité de production de farine de maniocs ou de maïs, une petite unité de production des briques et tuiles, etc. Si chacune de vos Eglises fait cela, non seulement vous aurez une source financière stable pour votre Eglise, mais vous allez déclencher le développement de votre pays comme jamais vu avant, et tout cela sans gouvernement, sans aide humanitaire, sans investisseurs étrangers, sans dons des Nations Unies ou de l’Union Européenne.

4. Au gouvernement de l’union sacrée de la nation

Vous n’avez pas droit à l’erreur. Vous devez « championner » le changement pour devenir crédible. Si vous décevez les populations congolaises qui ont mis beaucoup d’espoir dans ce gouvernement qu’elles attendent impatiemment, vous payerez le prix. Les populations attendent de vous des grandes actions, des réformes radicales. L’argument selon lequel le budget national n’a pas assez d’argent pour réaliser des grandes actions de changement est un faux argument. Si vous avez dans votre cœur, dans votre âme, dans votre subconscient et dans votre conscience, le feu et la flamme du changement, vous saurez imaginer des grandes choses réalisables à moindre frais. Cela suppose que vous rompiez avec le passé médiocre de gouvernement éléphantesque et budgétivore. Cela suppose que vous avez l’esprit d’imagination et de créativité, et non de répétition de ce qui a toujours été fait, et qui a toujours conduit à l’échec lamentable. Il faut rompre avec les mauvaises habitudes gouvernementales du passé.

Voici ici un exemple parmi tant d’autres: dans la perspective de « peuple d’abord » et de « l’Etat de droit », le premier ministre peut lancer un programme national qui comporte les points suivants:

  1. Tous les ministres, députés et sénateurs, généraux et commandants supérieurs de l’armée, conseillers à la présidence, chacun aura un salaire mensuel de mille dollars ($1.000). Tous sont exhortés à consentir un petit sacrifice d’une année, car il y a des millions de Congolais qui ne reçoivent pas des salaires de mille dollars par mois. Pour un budget national maigre, une telle décision est louable et élimine le gaspillage de tout l’argent du budget national dans les gros salaires, comme c’est fait jusqu’à ce jour.
  2. Il y aura alors suffisamment d’argent dans le budget national pour lancer la réhabilitation de tous les chemins de fer, de toutes les routes d’intérêt national, de tous les bâtiments administratifs, bâtiments des hôpitaux et écoles publiques, bâtiments des camps militaires, par mains d’œuvre intensive où des millions des ingénieurs et architectes et des jeunes gens seront engagés et payés régulièrement, un salaire raisonnable. Des millions de gens seront dans des chantiers à travers le pays en train de faire des travaux qui vont développer leur pays, et ils en seront très contents.
  3. Il y aura encore suffisamment d’argent dans le budget national pour payer régulièrement les militaires, augmenter l’effectif des militaires, afin de les déployer tout au long des chantiers pour neutraliser toute éventualité d’attaque par des groupes armés.
  4. Il y aura encore suffisamment d’argent pour réformer les cours et tribunaux et les rendre effectifs pour mieux faire leur travail de « déboulonnement » du système satanique qui a emprisonné ce pays dans l’enfer de pauvreté et misère pendant 60 ans, afin d’asseoir la fondation d’Etat de droit.

Gouvernement d’union sacrée de la nation, les yeux du peuple congolais et du monde sont tournés vers vous. La moindre erreur sera sévèrement critiquée, et l’échec vous coûtera très cher. Prenez les choses au sérieux, agissez avec courage et détermination, brisez les verrouilles de médiocrité du passé, et ne décevez pas les populations congolaises. C’est entre vos mains de faire la différence.

5. Conclusion

Peuple congolais, jeunes filles et jeunes garçons, intellectuels, professeurs, artistes, penseurs, dirigeants politiques: le sort de votre pays, le sort des populations congolaises, c’est entre vos propres mains. Vous êtes capables de faire de grandes choses. Vous êtes capables de réformer les institutions du pays pour relancer le développement de votre pays. Ayez le courage et la détermination de rompre avec la médiocrité du passé. Imaginez créativement le présent et l’avenir, et vous déclencherez un mouvement irréversible du développement de votre pays.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux US
tongele@cua.edu