André Mbata : « La libération d’Eliezer Ntambwe ne peut clore le fond du dossier »

Arrêté le 2 avril et transféré 72 heures après à la prison centrale de Makala, Eliezer Ntambwe a été libéré mercredi 11 avril. Maître Hervé Diakese était à ses côtés. Tout est parti d’une plainte en diffamation déposée contre lui par le gouverneur du Kasaï Oriental – et négociant en diamant – Alphonse Ngoyi Kasanji. Le « plaignant » avait annoncé, la veille, le retrait de sa plainte après une rencontre avec le président de l’UNPC (Union nationale de la presse congolaise) Kasonga Tshilunde. Depuis l’Afrique du Sud où il se trouve, le professeur André Mbata Mangu commente à chaud cette « libération ». Pour lui, la détention de ce journaliste est un « acte d’intimidation ». Le but, selon lui, serait de détourner l’attention de l’opinion, sur deux questions. A savoir, la destination donnée au diamant querellé et les circonstances exactes du décès du « creuseur ». Pour le constitutionnaliste Mbata, le parquet général de la République devrait interroger Kasanji sur son implication dans ce dossier qui ne peut être clos en dépit de la remise en liberté d’Eliezer.

Ngoy Kasanji, gouverneur Kasaï Oriental

Dans un communiqué publié lundi 9 avril, Alphonse Ngoy Kasanji annonçait que son avocat a été chargé « de formaliser » le retrait de sa plainte contre le journaliste Eliezer Ntambwe. « J’espère que le concerné [Eliezer Ntambwe, Ndlr] recouvrera au plus vite sa liberté afin de retrouver sa famille et ses proches », a-t-il souligné. Des observateurs ne cachaient pas mercredi leur étonnement en apprenant cette « libération » en dépit du fait qu’une rétractation n’a aucun effet sur l’action pénale enclenchée.

Eliezer Ntambwe, alias « Ndeko Eliezer », est accusé de « diffamation » pour avoir donné la parole dans son émission à des membres de la famille du sieur Olomi Lohodi, chercheur de diamant. Avant sa mort dans des circonstances non-élucidées, ce dernier a accusé Alphonse Ngoyi Kasanji de lui avoir extorqué un diamant de plus ou moins 35 carats et de l’avoir brutalisé.

On s’interroge de l’empressement des autorités judiciaires à arrêter et à faire détenir l’accusé sans qu’il y ait eu une confrontation préalable avec le plaignant. On continue de s’interroger également sur la volonté quasi-manifeste du Parquet à éluder la cause fondamentale du problème en s’attaquant sur l’effet.

« L’ABSENCE DE CONFRONTATION EST JURIDIQUEMENT INDÉFENDABLE »

Tout a commencé avec les griefs articulés à l’encontre de Ngoy Kasanji par la famille du « creuseur » Olomi. « Ce qui est arrivé à Eliezer Ntambwe est fort déplorable, commente le constitutionnaliste André Mbata Mangu. Il fait partie des journalistes engagés qui livrent à la population congolaise des informations sur la bonne marche de l’Etat. C’est un journaliste intègre qui ne s’est jamais laissé appâter par l’argent des médiocres qui gouvernent ».

Pour le professeur Mbata, la détention de Ntambwe sans qu’il y ait eu confrontation avec le plaignant Kasanji est « juridiquement indéfendable ». « C’est ça le type de justice auquel notre peuple est confronté », assène-t-il. Et d’ajouter: « Il n’y a pas de justice. Kasanji n’a d’ailleurs pas été auditionné. Il a suffi d’une petite plainte de sa part pour que le parquet se saisisse d’Eliezer pour le mettre en prison ».

Pour lui, on ne peut pas parler de diffamation dans le chef d’Eliezer étant donné que c’est une tierce personne qui a donné l’information. Selon lui, « même s’il s’agissait de diffamation », les juges congolais auraient dû se référer à la jurisprudence comparée. « Il y a une décision de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples qui a décriminalisé le délit de presse au motif qu’il rentre dans l’exercice de la liberté d’expression », dit-il en soulignant que la Cour d’Arusha a pris une décision analogue pour des informations portées à la connaissance de l’opinion.

Revenant sur le fond du litige, le « prof' » de s’interroger: Où est passé cette pierre précieuse? Dans quelles conditions a-t-elle quitté le pays? Qui l’a acheté? Ce diamant a-t-il été certifié conformément au processus de Kimberley? Quid du produit de vente. « C’est assez surprenante qu’il n’y ait pas de réponses à ces questions », déplore l’universitaire qui estime que la détention d’Eliezer n’est ni plus ni moins qu’une tentative pour le faire taire.

UNE « JUSTICE MANIPULÉE »

Prof. André Mbata Mangu

Selon Mbata, le procureur général de la République doit maintenant interpeller Alphonse Ngoyi Kasanji afin qu’il explique la destination donnée à cette pierre précieuse. Que pourrait-il répondre à ceux qui considèrent que « l’affaire Eliezer » n’est judiciaire qu’en apparence? « Je ne dirai pas non, réplique-t-il. Depuis la rédaction du Manifeste du Citoyen Esili à Chantilly, en France, tous les journalistes engagés sont harcelés par le pouvoir. Je ne doute pas qu’il y ait une ‘main noire’ derrière cette affaire ». Il poursuit: « Le fait qu’une simple plainte de Kasanji ait pu entraîner l’arrestation d’Eliezer et son transfert à 6h00 du matin à Makala est anormal sur le plan du droit ». Il en est de même, souligne-t-il, de la libération du journaliste qui est intervenue mercredi 11 avril suite à une simple lettre de retrait de plainte. « Si l’infraction pénale était établie, l’action publique doit continuer », argumente-t-il.

Selon André Mbata Mangu, la libération d’Eliezer Ntambwe ne peut en aucun cas clore ce dossier. Il espère que le journaliste va consulter ses proches et les membres de son équipe de défense pour envisager les actions à entreprendre. « Il va falloir qu’on sache qui a vendu ce diamant et quelle est la part encaissée par Ngoy Kasanji ».

Le prof’ dit espérer que le parquet général de la République va enfin interroger le gouverneur du Kasaï Oriental sur son implication dans cette affaire dans laquelle il y a eu mort d’homme. « Si le parquet général de la République n’agit pas dans ce sens, conclut-il, il est clair que la justice de notre pays est manipulée non seulement par les plus nantis mais aussi par ceux qui exercent le pouvoir d’Etat ».

 

Baudouin Amba Wetshi © Congoindépendant 2003-2018