Fin des « consultations présidentielles ». Et maintenant!

Commencées le lundi 2 novembre, les « consultations présidentielles » ont pris fin le mercredi 18. Les Congolais retiennent leur souffle. Ils attendent de connaitre le nouveau cap que le chef de l’Etat va fixer en conclusion de ce qui s’apparente à un « sondage d’opinion » grandeur nature. A la lumière des déclarations faites par des « consultés », « Fatshi » se trouve face à plus ou moins trois options. Primo: rupture de la coalition Fcc-Cach, suivie de la désignation d’un informateur devant identifier une nouvelle majorité. Secundo: renouer le dialogue avec « Joseph Kabila » tout en exigeant la renégociation des termes de l’Accord (?) de coalition signé entre les deux parties. Enfin: maintenir la coalition moyennant le remplacement du Premier ministre et des  présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. Il va sans dire que la première alternative parait la plus engageante au niveau de l’opinion.

Durant plus de deux semaines, le président Felix Tshisekedi Tshilombo a reçu quasiment tous les segments de la société congolaise: la société civile (les églises, les activistes des droits humains, les artistes, les mamans maraîchères, les enfants de la rue etc.) les acteurs politiques (anciens Premiers ministres, candidats malheureux à la présidentielle de 2018, anciens gouverneurs de la BCC, gouverneurs de province, les héritiers des fondateurs de l’UDPS etc, ). Un absent: le Front commun pour le Congo (Fcc). La mouvance kabiliste a formellement interdit à ses membres de répondre à l’invitation présidentielle « sans son autorisation ». A en croire Néhémie Mwilanya, coordonnateur du Fcc, les gouverneurs de province portant le label Fcc ont été « autorisés » de rencontrer le chef de l’Etat. Un comble!

Le Palais du peuple, siège du Parlement congolais

Au cours de la semaine en cours, divers cadres du Fcc/Pprd se sont succédés dans les médias pour clamer leur disponibilité à « dialoguer » avec le premier magistrat du pays « dans le respect de la Constitution et suivant l’esprit de l’accord de coalition ». Un accord qui n’a jamais été rendu public. En cas de « rupture » initiée par « Fatshi », certains kabilistes assurent que la mouvance kabiliste serait « prêt à gouverner seul » ou à « basculer dans la cohabitation ». C’est en tous cas ce qui ressort des propos tenus, mercredi 18 et jeudi 19 novembre, respectivement par Constant Mutamba du Nogec (Nouvelle génération pour l’émergence du Congo) et Serge Kadima, président de la Ligue des jeunes du Pprd. C’était sur les antennes de la Radio Top Congo.

Dans son message à la nation du 23 octobre dernier, le chef de l’Etat n’a pas usé des circonlocutions en faisant état des « divergences » quasi-irréconciliables entre les « coalisés ». Des divergences qui plongent le pays dans l’immobilisme. Pour lui, les consultations initiées visent à « refonder l’action gouvernementale ». En clair, il s’agit de mettre en place une véritable « équipe » qui gouverne de manière solidaire en lieu et place des « groupes » antagonistes qui font mine de travailler ensemble.

LE « CLAN KABILA » CRIE AU « DEBAUCHAGE »

C’est un secret de Polichinelle que le président Tshisekedi a besoin non seulement d’un Parlement qui soutient son action – tout en exerçant ses missions de contrôle de l’Exécutif et de vote des lois – mais surtout d’un gouvernement qui regarde dans la même direction que lui. Mission impossible?

Muhindo Nzangi, député national, élu de Butembo

En parcourant la liste des partis représentés au sein de l’Assemblée nationale, le Pprd (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie) de « Joseph Kabila » détient une « majorité relative » de 116 députés nationaux sur 500. Il faut plus de 250 sièges pour avoir la majorité absolue. Grâce à ses alliés regroupés au sein du Fcc, la mouvance kabiliste totaliserait 336 élus.

Sauf erreur, l’addition des sièges détenus par « Ensemble pour la République » de Moïse Katumbi (66 élus), « AFDC-A » de Modeste Bahati Lukwebo (41), « Udps » de Felix Tshisekedi (32), « MLC » de Jean-Pierre Bemba (22), « G18 » d’Antipas Mbusa Nyamuisi (4) donne un total de 161 élus. Les 15 députés de l’UNC de Vital Kamerhe ne sont pas pris en compte. Cette dernière formation politique n’est guère favorable au « divorce » avec le Fcc. Va-t-elle changer d’avis? C’est à voir.

Le « clan kabiliste » pousse, depuis quelques jours, des cris d’orfraie accusant le Cach en général et l’UDPS en particulier de vouloir « débaucher » certains députés de son obédience moyennant 7.000 $. « Faux! », rétorquent certains « Fatshistes » tout en avouant l’intention de Cach de faire appel aux députés du Fcc n’appartenant pas au Pprd. « Ils sont allés aux élections au nom de leurs partis politiques et non à celui du Fcc, une association dénuée de la personnalité juridique », entend-on dire.

Intervenant le 30 octobre à l’émission « Bosolo na Politik », le député national Muhindo Nzangi a estimé que, lors de son speech, le président Felix Tshisekedi aurait dû « aller jusqu’au bout en annonçant la fin de la coalition » impliquant « la démission du Premier ministre » et la désignation d’un informateur. A en croire cet élu du Nord-Kivu, le chef de l’Etat risque de n’attirer qu’une « trentaine des députés » alors qu’il lui en faudrait 150. « Les députés du Fcc ont peur de leur autorité morale sans particulièrement l’aimer. Il leur donne des postes », soulignait Muhindo. L’avenir proche confirmera ou infirmera cette thèse.

FATSHI FACE A UN CHOIX CORNELIEN

Pour des observateurs, un dialogue Tshisekedi-« Kabila », tel que préconisé notamment par Joseph Olenghankoy, ne produira aucun fruit. Au motif que « Fatshi » est soucieux effectivement du progrès économique et social du pays. En revanche, « Kabila », se comporte comme un « étranger » dont la mission est de défendre des intérêts nébuleux de certains pays voisins initiateurs de l’Afdl (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo). Des pays voisins qui redoutent le « réveil » de leur grand voisin. Aussi, tiennent-ils, à travers « Kabila », au maintien du « Grand Congo » dans son état actuel de « géant aux pieds d’argile ». « Les ennemis sont parmi nous », aime répéter l’ancien ministre Antipas Mbusa Nyamwisi. A tort?

Poignée de mains Felix Tshisekedi-Joao Lourenço en Angola

Pendant que l’opinion congolaise a les oreilles tendues vers le Palais de la Nation en attendant l’allocution du chef de l’Etat sur les conclusions des consultations, deux faits ses sont signalés.

Le premier. Mercredi 18 novembre, les membres du caucus des députés du Sud-Kivu, reçus au Palis de la nation, ont demandé au Président de la République de « nommer un informateur ». Mission: identifier une nouvelle majorité parlementaire. Pour les membres de ce caucus, la coalition Fcc-Cach « ralentit » la marche du pays.

Le second. Au cours d’un point de presse qu’il a animé, jeudi 19 novembre, à Kinshasa, le porte-parole de l’état-major général des FARDC, le général-major Léon-Richard Kasonga Cibangu, a annoncé que ce vendredi 20, « on verra dans le ciel de Kinshasa des avions de chasse de la RDC et ceux de la République d’Angola survoler » la capitale et « atterrir à l’aéroport de Ndjili pour célébrer et magnifier l’entente parfaite entre les deux forces aériennes sœurs ». Coïncidence? Lundi 16, le « Président Félix » avait effectué une visite éclair en Angola.

Le président Felix Tshisekedi – qui pourrait prononcer son speech dans quelques heures – se trouve face à un choix cornélien. Une certitude: l’opinion ne se satisfera guère de la reconduction de la coalition Fcc-Cach dans sa configuration actuelle…

 

Baudouin Amba Wetshi

31 thoughts on “Fin des « consultations présidentielles ». Et maintenant!

  1. Nos salutations Éminent BAW !
    Vous avez ignoré les postures du Sieur MALFRAT4 et du Grand Monsieur MUZI-MUZI 1er.
    Ce qui est vrai, la position de Kabund à Kikwit récemment étant co-signataire de l’Entente FCC-CACH, laisse présager le décès de la Coalition par accident de l’histoire.

  2. @Baudouin Amba Wetshi
    Un long article rien que pour « nous » signaler la fin de la comedie ou distraction des « consultations »? Et l’arrestation arbitraire de « mamu nationale » et sa detention dans un des cachots de l’ANR que nous avions « cru » etaient tous fermes sur « ordre » du « magistrat supreme » Felix Tshilombo « Tshisekedi » qui a instaure, semble-t-il, un « Etat de droit » depuis sa nomination a la presidence de la « Republique » par le leader supreme « Joseph Kabila »? Vous auriez pu eclairer l’opinion sur le motif de l’arrestation de la « reine de mutwashi » par un service de renseignement alors que si infraction il y a elle releve de la juridiction de la police judiciare! Aurait-elle porte atteinte a la securite de l' »Etat » au point d’associer l’ANR? De quoi lui reproche-t-on? Incitation a la haine? Diffamation? Et contre qui? Ou alors s’agit-il de « tribalisme »? Mais si sa chanson « ingratitude » – declaree virale et semble avoir battu le record des views en une nuit dans Youtube – serait a la base de ses ennuis avec l' »Etat de droit », cette « diva » etant elle-meme originaire du Kasai comme le personnage qui aurait ete identifie dans son oeuvre, il ne peut donc pas etre question de « tribalisme »! Loin s’en faut! Certes, c’est plutot la ou les Kasaiens-talibans et collabos s’empoignerent! »

      1. @Procongo alias Abraham Jean-Marie Luakabwanga
        Petit, tu as vraiment besoin de consulter un psychiatre avant qu’il ne soit trop tard! Muana mayi Mark Zuckeberg t’a deja chasse de facebook avec des pseudo comptes propres aux talibans , ca ne suffit pas?

      2. Ce terroriste-internaute « Procongo », dont l’arrogance n’a d’egale que ses flatteries et culte de son nourisseur, demontre a suffisance que Mende a plus qu’un emule dans la cour de FATSHI, un lecheur sans pareil !

      3. @ petit Procongo,
        Francois de la Rochefoucauld disait: « L’ evidence de la mediocrite est de se croire superieur »….Tu en es l’example pimpant.

    1. Voila un long article – faut-il encore le souligner – qui « informait » l’opinion de la « fin des consultations » en date du 18 novembre 2020 mais que le temps vient de confirmer qu’il n’avait aucun sens au moment de sa publication, puisqu’a en croire les services memes de la presidence de la « Republique », ces « consultations » prendront fin aujourd’hui 24 novembre 2020! Baudouin Amba Wetshi tentait-il alors d’eviter d;edifier cette meme opinion sur l’arrestation arbitraire (une interpellation politique et/ou une violation de la liberte d;expression) par les service de renseignement (ANR) du regime Tshilombo qui a rendu celebre la « reine de mutwashi » et « mamu nationale » Tshala Muana non seulement dans la presse internationale mais aussi sur les reseaux sociaux avec son oeuvre « ingratitude » qui vise l' »empereur »-nu Tshilombo, semble-t-il, et declaree virale sur Youtube? Tala ku tseki, tala ku mamba!
      Tres sincerement, it has become a pattern ou ca devient une habitude! Autrement dit objectivite kwajiki!

  3. DIVORCE ET COHABITATION
    Etrange perception des congolais qui semble-t-il ont oubliés les fautes politiques de Kasavubu qui avait fait le lit de la dictature en violant la constitution plusieures fois. Revoquer Lumumba et refuser á Tshombe d´assumer la primature quand ces deux congolais possedaient la majorité au Parlement sont la cause principale de la longue dictature de Mobutu.
    La plus grande question que les congolais évitent de se poser est la suivante: sommes-nous assez courageux pour lutter en faveur de la constitution quelque soit la conséquence du respect de cette constitution?
    Au nom du « nationalisme-patriotisme », certains congolais acceptent de facto la violation de la constitution quand ils encouragent Felix á dissoudre le Parlement comme le faisait Kasavubu il ya 60 ans !
    COHABITATION?
    En lisant mr BAW, on a l´impression que la constitution n´est pas la réference dans cette crise politique entre les alliés que sont L´UDPS/UNC et le FCC. Vouloir « separer » le PPRD du FCC est sans doute l´expression du « wish thinking ».. En effet, ceux qui résident en Allemagne savent que Merkel dirige ce pays depuis des années grâce á une coalition.
    Dans le réglement intérieur de l´Assemblée Nationale, il est pourtant indiqué explicitement que tous les partis politiques presents au Parlement doivent faire un choix au début de la législature. Les parementaires font le choix d´appartenir á une opposition ou á une « coalition » majoritaire qui va diriger le pays via le gouvernement. Ce choix est définitif pendant les 5 ans de la législature.
    Ainsi, pour quelle raison les juristes font croire aux congolais qu´il est possible de se passer du FCC (300 parlementaires) et Felix peut renverser la majorité actuelle en s´inventant une nouvelle majorité?
    Pas facile de deplacer les réflexions vers un respect de la constitution et des lois.. á la place d´une lutte entre Kabila et Felix.
    ET LA GUERRE?
    Après une visite en Angola, Felix semble obtenir un back up militaire quand l´Angola compte faire une démonstration des forces avec ses avions de chasse survolant la capitale congolaise.
    Felix souhaite-t-il une guerre fratricide entre congolais afin de se passer du FCC? Gagner la guerre á Kin ne signifie pas contrôler l´ex Katanga, province qui est la garantie financière du Congo.
    Les provinces de l ex Katanga ont la perception que ce pouvoir du FCC est leur « pouvoir ».. quand les généraux de la GR, l´unique unité la plus fiable et qui possede la puissance de feu.. sont á majorité d´orgine katangaise.
    Les congolais n´ont pas envie de revivre la partition du Katanga ni des guerres interminables.
    Le « CHOIX CORNELIEN » dont parle si bien mr BAW est celui de provoquer une guerre civil ou de respecter la constitution en optant pour la « cohabitation » s´il le faut.
    Wait and see

  4. L’unique option que Felix devra prendre car il sait tres bien qu’il n’a jamais ete elu, c’est de renouer le dialogue avec kanambe son maitre. Il avait vite saute sur la presidence de la republique pour se rendre compte deux annees apres qu’il etait nul et ce, apres avoir joui des quelques avantages, argent, depassement du budget,voyages, tapis rouges, embauche du plus grand nombre des conseillers de sa tribu, etc. Les sanguinaires du fcc l’avait roule dans la farine car ils savaient qu’il enviait le pouvoir pour le pouvoir. C’est au debut de la legislature qu’il devait chercher la majorite parlementaire, pas maintenant car meme si le miracle existe, il ne l’aura jamais. Qu’est ce qu’il a fait pour le peuple en deux ans pour que les congolais soient avec lui? RIEN, la situation est meme pire! Nombreux sont des congolais claivoyants qui commencent a aimer le bras de fer entre le fcc et l’udps car abandonner le pays entre les mains des novices de l’udps c’est precipiter le congo dans le plus grand malheur. Tout ceci nous ramenera toujours vers le probleme majeur de la LEGITIMITE. Les consultations vont pondre d’une illusion et une distraction de plus. Vivement 2023 pour mettre hors d’etat de nuire Felix et son frere Kanambe. Le grand congo ne merite pas d’etre mis en otage par ces deux hommes, il faut les aneantir si nous voulons d’un congo nouveau et prospere pour les generations futures.

    1. @Raz,
      Vous avez tout dit, frérot .
      Et si les Congolais pouvaient avoir de la jugeote assez pour comprendre que l’heure est arrivée pour mettre les deux roublards et faussaires hors d’état de nuire. Il s’épargneront ainsi de cette descente inoxérable vers l’enfer et la damnation.

      1. eKUM
        electronic Kum
        quittez les réseaux sociaux pour aller AGIR et mettre en pratique vos recettes à deux balles. Ki perroquet sans fin nde tozoboya !

    2. eRAZ
      electronic Raz
      – les nouvelles de Lamuka te traumatisent tellement que Félix devient ton défouloir. Le temps te soignera.
      – « bras de fer blablabla, Félix et son frère Kanambe blablabla… » : Espérons que le Père Noel t´apportera de la COHÉRENCE en guise de cadeau. Pour le reste, on a pris note que tu attends 2023 et ne parles plus de soulèvement populaire.

  5. Cher BAW, Tandis que l’espoir est permis, la realite sera toute autre. Nous osons deviner qu’apres deux mois de ballet de consultations budgetivores (dont le but etait plutot « d’impressionner » Kabila et sa bande FCC), Fatshi choisira tres probablement la seconde option ci-dessus, croyant avoir eu a travers ce long ballet (de demandeurs de postes pour la plupart) un « Levier » de renegociation avec Kabila. Bref, nous avons a faire a deux Roublards se retrouvant bientot pour jouer au « Poker menteur ». A vous de deviner ce que choisirait Fatshi en vous referrant au chapelet de ses promesses sans suite, dont ses Sauts de Moutons, maisons prefabriquees, enseignement et soins gratuits etc.. Bref: « Peuple d’abord ou Enrichissement d’abord » pour Fatshi et ses amis (pardon « conseillers ») jadis broyant l’herbe amere a l’Etranger ou palabrant sous le manguier a Limete….? Le choix est tres simple pour eux !

    1. Musema-Kweli,
      1. « Tandis que l’espoir est permis, la realite SERA toute autre » : Problème de logique ? Problème de conjugaison ? Oyekoli futur simple sika ? Charlatan qui prétend connaître le futur ?
      2. « ballet de consultations budgetivores » : c´est combien ?
      3. « dont le but etait plutot « d’impressionner » Kabila et sa bande FCC » : Même Ngadiadia savait éviter ce niveau de ridicule.
      4. « Fatshi choisira tres probablement » : Pourquoi probablement ? Osi olobaki « sera toute autre » !
      5. « Le choix est tres simple pour eux ! » : Pas aussi simple que votre choix de vautrer impertubablement dans des stupidités.

      1. @ Procongo ou pro-petit,
        Priere de te contenter des miettes que ton copain Fatshi te jette sous sa table-a-manger apres ton long chomage, au lieu de te ridiculiser dans de debats depassant ton bas niveau d’education et de culture.

  6. Cher Baudouin,
    Vous venez de faire-là une très bonne synthèse. Mais seulement j’ ai l’ impression comme si vous savez omis soit volontairement soit par inadvertance d’ évoquer la quatrième possibilité celle de force majeur dans le cas où les trois voies de sortie que vous venez d’ énumérer s’ avèrent inproductives et/ou inéfficaces. Il faut en découdre à tout prix, la loi de la jungle: la loi du plus fort . En deux mots: l¨option militaire. Comment justifieriez-vous la fin des consultations avec les manoeuvres militaires aériennnes mixtes. Peut-être une simple coincidence peut-être non. Qui vivra vera.

  7. Félix doit remettre le pouvoir à fayulu,le vrai élu.
    et celui-ci de décréter une amnestie politique générale.
    Le pays doit repartir comme en 60.
    Le reste c’est du vent!

    1. Felix est á la solde de lui même.. Le nombre des conseillers du président Felix en est la preuve. Tous les conseillers ont la même orgine tribale.
      Faire croire aux congolais qu´il s´agit d´une lutte entre un « gang rwandais » et un président congolais est une fausse perception.
      Quand les congolais regardent les moutons qui sautent et sont contents de voir Kamerhe á Makala.. nous avons oubliés que dans le programme des 100 jours, Felix a eu des millions pour faire construire un palais présidentiel.. 2 ans depuis, aucune nouvelle sur ce palais !
      Felix est au service de lui même.. Cette farce des consultations ne vise qu´á faire croire aux congolais qu´il est question d´une lutte entre lui et Kabila.
      Le gang de Kabila affirme á ceux qui souhaitent comprendre le fond de cette crise que Felix aurait fait la promesse de soutenir Kabila ou son candidat en l´an 2023, mais depuis quelque temps.. Felix se positione pour être candidat et via le programme des 100 jours, il a pris soin de se procurer l´argent necessaire afin de financer ses ambitions.

  8. GHOST
    Ghost
    1- « des congolais qui semble-t-il ont oubliés les fautes politiques »: Prière d’éviter cette faute : « OubliéS ». Non, c´est sans ‘s’.
    2. Violation de la Constitution par Kasavubu… : Soit Kabila vous lit trop, soit vous lisez trop Kabila.
    3. « sommes-nous assez courageux pour lutter en faveur de la constitution » : Les gens le font déjà sans attendre la question de Ghost. C´est votre interprétation de la Constitution que vous tenez à imposer.
    4. « … quelque soit la conséquence du respect de cette constitution? » : Parce que « otondi nanu Kabila te ». « Kabila-désir » oye !
    5. « … ils encouragent Felix á dissoudre le Parlement » : Les 3 options de BAW sont claires. Nommer un informateur est conforme à la Constitution.
    6. « Merkel dirige ce pays depuis des années grâce á une coalition » : Coalition avec qui ? Un peu de sérieux et de rigueur dans votre raisonnement.
    7. « Dans le réglement intérieur de l´Assemblée Nationale… » : La Constitution – que vous prétendiez au début défendre – est justement au-dessus des règlements intérieurs.
    8. « Ainsi, pour quelle raison les juristes font croire aux congolais qu´il est possible de se passer du FCC » : Kabila faux-Parménide vous a fait trop croire l´immobilisme du monde et de ses réalités. Kabila se passe de sa ‘maman’ (Les photos de deux ya ki mukolo mpe ya lelo, quelle denrée rare), ba Congolais nde ne peuvent se passer ni de lui, ni de ses calculs ? Raisonnement ya ba GHOSTS vraiment comme la danse ya ba boss (de Koffi).
    9. « Felix souhaite-t-il une guerre fratricide entre congolais afin de se passer du FCC? » : FRATRICIDE, un mot pour tricher dans la réflexion. De quels frères s´agit-il ici ? Un frauduleux Vita-Imana dans un raisonnement qui peine à poser des arguments solides. OZO SEPELISA BA POSA NA YO. Mais c´est loin de ce qu´est une argumentation.
    10. « Les provinces de l ex Katanga ont la perception que ce pouvoir du FCC est leur « pouvoir » » : Des homogénéisations et des généralisations de quelqu´un qui aime la facilité dans la réflexion.
    11. « Les congolais n´ont pas envie de revivre la partition du Katanga ni des guerres interminables » : LES Congolais ? Tricherie na raisonnement. Une prémisse (elle-même vague!) qui ne justifie pas la conclusion que vous tenez à faire passer ici.
    12. « Le « CHOIX CORNELIEN » » : Ok, nous prenons note que vous avez déjà entendu parler de l´expression ‘choix cornélien’. L´effort à faire est de bien en faire usage. On ne sous-estime pas la capacité de nuisance de Kabila qui a passé 18 ans au pouvoir), mais on ne va non plus vivre dans la peur et grossir son mythe. Il y a des choix à faire pour le Congo et les Congolais.
    13. « Tous les conseillers ont la même orgine tribale » : En plus de débiter des faussetés, vous êtes hors-sujet. Le texte de BAW est clair et précis. FCC efuti yo mbongo ?
    14. « Faire croire aux congolais qu´il s´agit d´une lutte entre un « gang rwandais » et un président congolais » : On ne fait pas croire. Il y a une réalité que les gens lucides voient et par rapport à laquelle ils prennent position.
    15. « Quand les congolais regardent les moutons qui sautent et sont contents de voir Kamerhe á Makala » : TRICHEUR ! C´est Ghost qui regarde et non « LES Congolais ». Et ces moutons-là ne sont-ils pas congolais ? Par ailleurs, les ânes qui critiquent tout et sont incohérents ne méritent pas d´admiration.
    16. « Le gang de Kabila affirme á ceux qui souhaitent comprendre… » : Et GHOST est-il le porte-parole de ce gang ? Tant d´énergie dans une telle tâche suscite questions et inquiétitudes.
    17. « Felix se positione pour être candidat et via le programme des 100 jours, il a pris soin de se procurer l´argent necessaire afin de financer ses ambitions » : Quand vous commencerez à argumenter et à prouver, vous serez pris au sérieux.

    1. Vous lisez nos réflexions ? Etrange, quelle perte de temps et d´energie.
      Nous n´avons pas besoin de votre benediction kie kie kie
      Avec plus de 500 conseillers payés 15000 dollars et tous en provenance du Kasai… pas grand chose á démontrer en matière de tribalisme et de mauvaise gouvernance !

      1. Dixit Ghost le (nouveau) Mende maladroit et impertinent du FCC. Tenter de défendre ce gang par de faux arguments, des analyses hasardeuses et impertinentes de la Constitution est le comble du ridicule.

  9. Procongo « PRO UDPS »
    Nous allons vous aider avec deux chansons de l´OK Jazz.. si vous êtes « congolais » et kinois.
    1. SANDOKA
    « Bo ko mema nde ngambo, ehhh mwana mama..soki bo pekisi ngai Sandoka ehhh mwana mama Bo tika na linga ezali mbala ya liboso, bo tika na sakana na zali nanu mwana..! »
    C´était dèjà á Ibiza.. cette chanson, Sami Badibanga et Tshibala vont devenir « Premier ministre » de Kabila..
    Ensuite, Felix président ..par un deal avec un même Kabila. Kabund chantait Sandoka .. bo tika to linga Kabila, bo ko mema nde ngambo, bo pekisa biso te !
    2. TO KOMA BA CAMARADES PAMBA !
     » To koma ba camarades pamba ehhh ehhh ki mwasi na mobali e sila kala ehh ehhh to koma ba camarades pamba ehh ehh ehh ki mwasi na mobali esila kala… »
    Heureusement que Lwambo Franco est mort, sinon il allait chanter pour vous Sandoka et To koma ba camarades pamba.
    GHOST ex membre de la première promotion possede le savoir juridique ayant été formé par les professeurs de la faculté de droit de l´Unikin du Zaire.. kie kie
    Voyons si Felix a les « cojones » pour faire comme Kasavubu et voyons comment il va gagner les guerres une fois son coup d´État constitutionnel accomplie.

    1. @Ghost
      « Procongo » est naturellement pro udps, mieux un « taliban ». Il est Abraham Jean-Marie Lwakabwanga.

  10. GHOST du FCC,
    le TEXTE de BAW est précis et clair. Mais comme souvent, par manque de rigueur intellectuelle et par diversion, vous laissez le texte proposé et touchez à tous, vous agitez et manipulez. Sans succès d´ailleurs. (À travers la simple personne de Félix, c´est du CONGO qu´il s´agit. C´est cela qui nous intéresse au plus haut point).
    Fatigué de RAISONNER, vous vous mettez à CHANTER. Et chanter, ça, vous le faites bien. Talents de chantre, nous n´allons pas vous les dénier. À vous les ‘0-neurs’ d´avoir réussi la reprise du refrain de votre leader vénéré MUZITO : « Déstabiliser le Congo pour empêcher la venue des investisseurs ». Muzito, n´est-ce pas le détourneur pour lequel l´ancien Fayulu réclamait la prison ? N´est-ce pas lui l´auteur du décret interdisant le contrôle dans les entreprises et établissements publics ? N´est-ce pas lui l´homme qui doit son enrichissement à Kabila auquel il ne s´oppose pas ? Pas étonnant qu´il n´ait pas toujours brisé son silence sur les éleveurs ‘envahisseurs’ à Kwilu. Est-ce aussi un deal qui lui impose ce silence ?
    Comme un cheveu dans la soupe, on entend « Ghost… formé par les professeurs de la faculté de droit de l´Unikin du Zaire ». Le rituel des mabanga dans les chants est respecté. Mais pas les profs cités. Pour honorer ‘mes profs de droit’, je chante, kiekiekiekie, sacré étudiant. Au lieu d´honorer, ‘onoiler’ (o-noix-ler).

  11. Nous chantons pour nous mettre á votre « niveau ».. Franco peutvous apprendre ce que les juristes tentent envain de vous expliquer depuis des semaines.
    L´UDPS n´ayant pas une majorité au Parlement, Felix ne « gouverne » pas le Congo et le premier ministre issue de la majorité FCC a plus de pouvoir que lui.
    Franco vous enseigne qu´il ne fallait pas chanter « SANDOKA » á Ibiza et ensuite á Nairobi.. Franco vous demande de vous separer du FCC en respectant la constitution.. Que Felix reste président et que le FCC gouverne le Congo.. Vous avez 5 ans de mandat.. C´était votre « COOP ». laissez les congolais souffrir en paix !
    Avez.vous été á l´université à Kin? Avez-vous eu Nyabirungu comme professeur de droit penal ? Avez-vous eu le colonel Mpongo Mokako comme professeur de droit constitutionnel? Nix?
    Nous avons continués les études en Occident.. et avons un travail dans le domaine des recherches academiques.. dans une autre langue.
    Sans arrogance, GHOST possede une éducation universitaire superieure á celle du président du Congo. C´est une honte en l´an 2020 que 60 ans après l´indépendance, la RDC n´a pas encore un seul président qui possede une éducation universitaire.
    La conséquence est visible en ce moment où Felix « consulte » les congolais au lieu de diriger le pays avec ses alliés du FCC. Lol
    SANDOKA.. avant de reprendre la chanson de la dame Tshala Mwana..?

  12. # « Fin des « consultations présidentielles ». Et maintenant ! »
    Vous lui trouvez au PR trois voies de sortie : soit une rupture de la coalition Fcc-Cach, suivie de la désignation d’un informateur devant identifier une nouvelle majorité ; soit une renégociation de fond des termes de l’Accord de coalition avec le camp de ‘JK’ ; soit enfin un changemt d’animateurs de la coalition en l’occurrence ici du PM et des  présidents de l’AN et du Sénat. Personnellement même les quatre semaines que je viens de passer au pays ne me permettent pas de juger lequel de trois scénarii est le plus plausible ou le plus facile pour lui alors que l’opinion nationale est elle, majoritairement pour la première alternative qui pour peut apporter le changement qu’elle attend.
    # Personnellement j’en étais resté au résumé du discours de notre Président fait par notre ami Chryso : « je suis coincé par le deal que j’ai signé et je suggère un dialogue », mais c’est moins une absurdité qu’une lucidité tardive, c’est moins une continuté qu’un appel au secours désespéré. Alors le président a-t-il été entendu ou plus exactement a-t-il été
    en mesure de convaincre des gens de le suivre ou encore a-t-il pu retenir une ligne maîtresse de ses interlocuteurs ou s’en tient-il aux idées qu’il avait au départ ou celles-ci en on-t-elles été renforcees par eux et se tient-il prêt à l’appliquer ? A ce stade rien ne semble moins sûr, on continue de tâtonner, voila mon avis…
    # Rappelons que tout est parti d’un bilan plus que mitigé qu’il a fait de ses 20 mois de fonction à côté d’un allié rusé et dépeint les embûches dans la marche de la coalition CACH-FCC. Deux ans de divergences persistantes entre les partenaires portant sur les questions relatives  à la paix et la sécurité nationale, la Commission électorale nationale, à l’organisation des élections, à la gestion du portefeuille de l’Etat, à la territoriale, à la diplomatie, à l’indépendance de la justice et à l’instauration de l’Etat de droit qui sont un enjeu majeur pour la nation, qui plombent les ailes de l’espoir vers le développement »… Il nous a alors annoncé ces concetations (il les appelle consultations) avec les forces politiques et sociales (et populaires ?) et promis des décisions pour une union sacrée de la Nation, qui “n’exclueront aucun cas de figure”.
    Plusieurs entrées de lecture dans la démarche de Tshisekedi !
    # 1. Une des plus rapides mais peut-être pas la moins significative : fallait-il accepter un deal pour une coalition du pouvoir qui a biaisé les élections et finir par des concertations en place d’élections démocratiques et justes ? De plus en se portant garant de n’oublier personne, n’est-ce pas dire qu’il reconnait encore plus, que le deal l’avait enfermé dans un accord sectaire anti-democratique et donc nuisible pour le pays ? Du coup son retournement actuel remet de fond en comble la voie en cours  de la gestion du pays qui aurait dû ne pas accorder arbitrairement au FCC de JK cette part dans des élections non démocratiques – la non vérité des urnes- ou alors c’est une nécessité nouvelle de gouverner le pays selon ce mode particulier d’une union sacrée ? Tshisekedi est-il bien conscient de ses différentes faces du problème ?
    # 2. Je viens d'un mois de vacances à Kinshasa, bien sûr d’abord une visite familiale mais lorsque je me suis hasarde à prendre des nouvelles politiques des citoyens : personne malgré leurs différents voeux pour ou contre ne se sent courageux de pronostiquer raisonnablement une issue heureuse à la démarche de Tshisekedi, qu’à partir de son discours et des consultations le Président arrive à rallier suffisamment d’hommes nouveaux parmi les elus pour la nouvelle dynamique qu’il entend impulser au reste de son mandat. Les nouvelles officielles à la radio et à la télé restent d’un simplisme confondant, en revanche les réactions citoyennes reflétées dans certains médias ne manquent pas de répondant. Le Fcc en face du pouvoir presidentiel réaffirme toujours sa volonté et sa puissance pour tenir en place ses affidés que ‘JK’ continue à galvaniser à Kingakati nonobstant les quelques brebis qui pour des raisons personnelles ou pour le service de l’Etat seraient enclines à quitter l’ancienne bergerie, jusqu’à quelles proportions ?
    # 3. Une autre lecture de la situation qui apparaît, c’est celle d’un Tshisekedi trop prudent ou pas assez puissant qui comme d’habitude n’a pas toujours le courage de dire et de faire ce qu’il veut jusqu’au bout – le Yankee Hammer avait été déjà puni pour son teasing peu diplomatique d’une annonce fracassante appelant à une vigilance accrue. Et avec lui des millions de Congolais déçus qui attendaient la bonne nouvelle(?) soit d’une dissolution du Parlement soit d’une ‘révocation’ du PM… Au-delà tout cela est ainsi à la mesure de la laborieuse suite qui nous attend, à la mesure de des suites pour le moins imprévisibles des fameuses consultations dans un pays faussement divisé (c’est dire pas exactement à l’américaine en actualité dans le fond mais un peu quand même dans l’expression populaire qui nous concerne davantage ici ne fût-ce qu’à la sauce locale) entre ceux qui poursuivraient des intérêts personnels ou corporatistes et ceux qui lutteraient, eux, pour le bien commun…
    Où l’on découvre que plus qu’un combat politicien de bonne guerre, se pose la question d’une relecture indispensable de nos pratiques démocratiques jusque-là fort dévaluées ici et là. En effet en attendant, il y’a bien une division stérile de fait et partant pour le moins inconstitutionnelle entre la présidence de principe à la tête de l’exécutif et le gouvenement et entre cette dernière et le parlement. Qu’en
    sera–il au terme de ces concertations bien Congolaises ?
    # 5. Ainsi déjà si le ballet des consultations en cours ne voit circuler pour le moment que des élus encastrés dans la mouvance opposition ou ses alentours, il ne devrait empêcher de rappeler que si ces concertations visent bel et bien une union sacrée du pays comme annoncé, on aurait vaguement envisagé que tous les Congolais soient invités même ceux du Fcc. ils ne se sont pas présentés officiellement et pour cause…
    # Voila la vraie face de la crise actuelle et le noeud à dérouler pour sa véritable solution : celle d’un Président qui refuse tant bien que mal de se laisser piétiner sur ses prérogatives constitutionnelles et sur l’intérêt supérieur de la nation par quelque engagement politique que ce soit comme il a proclamé mais en même temps pas assez puissant pour s’adresser et intéresser clairement et directement le principal interlocuteur qu’il a épinglé : JK et son Fcc. On a tous compris que Tshisekedi est en réalité en quête d’une nouvelle majorité parlementaire pour gérer seul le pays sans (la puissance) du FCC. Entreprise difficile même en prenant à témoin la population et en s’appuyant sur un bon nombre d’élus s’il ne s’arme davantage pour faire effectivement la guerre à celui qui lui a cédé la présidence en gardant exprès l’essentiel du pouvoir reel…

  13. QUE VAUT INSTITUTIONNELLEMENT, JURIDIQUEMENT, DÉMOCRATIQUEMENT ET MÊME POLITIQUEMENT LE FAMEUX ACCORD SIGNÉ ENTRE LE CAMP DE L’ACTUEL PRÉSIDENT ET CELUI DE SON PRÉDÉCESSEUR ? LA RÉPONSE À CETTE QUESTION PRÉSIDE EN EFFET AU POURQUOI, AU COMMENT ET À TOUTE TENTATIVE DE SOLUTION DE LA CRISE POLITIQUE EN COURS REPRÉSENTÉE PAR LES FAMEUSES CONSULTATIONS AUTANT QUE PAR LE TROUBLE QU’ELLES PROVOQUENT DANS LE PAYS !
    # En attendant personne n’ignore en effet qu’au commencement était un dépit verbalisé du PR quant au bilan de sa coalition/cohabitation au pouvoir, elle-même d’abord fruit d’un deal contestable conclu à l’issue d’élections autant contestées.
    Un evenement éloquent !? « Consulté » par le PR au Palais de la Nation, le Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege a dit que pour lui, seule une « rupture avec les antivaleurs » et le « système de gouvernance qui a conduit notre pays dans ce chaos » pourrait sortir le pays de la situation actuelle… « le décollage du pays sera toujours hypothétique tant qu’il n’y aura pas des réformes profondes et courageuses » permettant la mise sur pied d’une force publique (armée, police, services de renseignements) apolitique et professionnelle… On comprend les ressorts profonds de nos errements actuels. Au-delà, cela suppose déjà que dans le cas présent le « regime kabiliste » qui a conduit le pays depuis au moins 18 ans traîne derrière lui un bilan économique, social et sécuritaire calamiteux. Au-delà cela signifie aussi que les plate-formes electorales constituées par les uns et les autres, muees tant bien que mal en regroupements politiques devront répondre dans leur fonctionnement aux lois de la République ; d’où ma question essentielle ici, que vaut constitutionnellement l’Accord qui lie les deux parties au pouvoir ? Que vaut face à la démarche politique prétendument républicaine
    du président Tshisekedi l’injonction du Fcc de soumettre toute discussion
    aux structures et mécanismes prévus par ce fameux Accord de coalition ? Le FCC lui-même ne s’arroge-t-il pas ainsi le droit usurpé d’une juridiction et ne se considère-t-il pas ainsi au-dessus des lois en exigeant par exemple au chef de l’Etat le retrait des ordonnances présidentielles portant nomination de trois juges constitutionnels qu’il qualifie  de « violations de la Constitution » au lieu de saisir la Cour constitutionnelle ou le Conseil d’Etat. Comme si cet « Accord » devrait obliger le chef de l’Etat de ne prendre en compte ses prérogatives constitutionnelles face aux violations commises les unes plus importantes que d’autres jusque-là dans le pays; maintenant comme sous l’ancien pouvoir ainsi qu’il l’a proclamé entre les lignes dans son discours d’ouverture des consultations devant son constat de « blocage » de l’appareil d’Etat mais aussi de « divergences » entre les « coalisés ». La Constitution n’astreint-t-elle pas d’ailleurs le PR « de ne se laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine » ?
    # N’est-ce pas raisonnablement déjà une « crise » dans l’administration du pays entre Exécutif et Legislatif et de plus pourquoi une démarche de recomposition de la majorité parlementaire en pleine législature n’est-elle pas légale en face d’un Fcc qui lui-même n’est pas un parti politique mais un regroupement où « chaque membre garde son identité et son autonomie (…) » ? C’est vrai le FCC n’est pas le seul coupable dans l’affaire, des violations et autres provocations ont été commises de part d’autre mais en quoi n’autoriseraient-elles pas Tshisekedi en sa qualité de Magistrat Suprême garant des institutions de se raviser enfin à recomposer une majorité législative à travers un informateur ? La balle est donc dans son camp, sa conscience, sa volonté et ses moyens…

  14. REVENONS PLUS EXPLICITEMENT AUX SCÉNARIOS ENVISAGEABLES, RÉALISTES ET POSSIBLES QUI S’OFFRENT À TSHISEKEDI AU TERME DES CONSULTATIONS !
    # Aujourd’hui à 22 mois de mandat de Tshisekedi, il semble passé de mode d’évoquer une victoire de Fayulu aux dernières élections et encore moins de lui rendre des mérites d’avoir prévu une coalition difficile des prétendus gagnants, presque plus rien ne va en effet dans la coalition du CACH de Tshisekedi et le FCC de ‘JK’, formée à la suite de ces élections chaotiques de décembre 2018 dont les résultats restent en fait toujours contestés. La dernière crise, on le sait, a été provoquée par les nominations et les mises en place effectuées au sein des cours et tribunaux et plus spécialement au sujet des nouveaux juges nommés à la Cour constitutionnelle. Dessus, Tshisekedi a dans une adresse à la nation annoncé son intention de mettre fin à la coalition qui, selon lui, bloque le bon fonctionnement du pays pour une « union sacrée » autour de sa présidence via des consultations des acteurs politiques et sociaux les plus représentatifs, quitte à y décider plus clairement du sort de son partenariat avec le FCC…
    Ses voies de sortie :
    1. – L’OPTION DE LA DISSOLUTION DE L’AN néanmoins peu probable : les conditions de fond d’une crise fixée entre le Gouvernement et l’AN et de forme d’un accord et même d’un contreseing du PM ne sont pas si évidentes à obtenir alors que sur le plan politique et financier l’exigence d’élections dans les 60 jours qui suivent risque de ne pas être tenue, sans compter que la Ceni resterait quant à elle dans l’état, non restructurée…
    – 2. LA RECONSTITUTION D’UNE NOUVELLE MAJORITE AU SEIN DE L’ASSEMBLEE NATIONALE, qui au-delà du scrupule éthique qui se poserait alors à Tshisekedi de devoir « débaucher » quelques députés du FCC pour reconstituer une nouvelle majorité en coalition avec le groupe Ensemble de Moïse Katumbi et l’AFDC-A de Bahati Lukwebo; il peut se poser aussi un problème d’efficience politique d’une reconfiguration de  majorité en cours de mandat. Ne faut-il pas alors privilégier non pas tant un ‘débauchage’ mais un retrait assumé en bonne et due forme des partis politiques jusque-là associés au PPRD; suffiront-ils, dans tous les cas on irait ainsi vers une motion de censure contre le Gouvernement et pourquoi pas vers une identification plus saine et plus juridique d’une nouvelle majorité ?
    – 3. UNE RENÉGOCIATION OBLIGÉE AVEC SON PARTENAIRE ‘JK’ en essayant juste de monter les enchères pour ne pas perdre la face. Même si la moisson finale est plus timide cette hypothèse serait la plus plausible, elle permettra à Tshisekedi de mettre son partenaire devant quelques faits accomplis, les consultations auront été alors pour lui l’occasion de montrer à ses partenaires du FCC déjà l’étendue de la colère de la population et d’une partie de la classe politique contre les tenants du régime passé et du coup même les violations de la loi et de la Constitution peuvent lui être pardonnées par une certaine opinion dès lors que son action semble contribuer à mettre à mal le FCC. Par dessus tout Tshisekedi pourrait en même temps y imposer un troc qui lui permettra par exemple de se débarrasser de certains protagonistes honnis…
    – 4. UN SCENARIO INATTENDU ENCORE DIFFICILE A PRÉVOIR MAIS QUI SERAIT ALORS LE FRUIT DE SA PERSONNALITÉ ET DE SON IDÉE DE LA POLITIQUE…

  15. GHOST
    – « les juristes tentent… » : Vous aimez tant les juristes du FCC. Comme si la Cour constitutionnelle qui est d´accord avec le Président n´est pas constituée de juristes.
    – « le premier ministre issue de la majorité FCC a plus de pouvoir que lui » : dixit GHOST wa BOSHAB.
    – « laissez les congolais souffrir en paix ! » : C´est ce que les Congolais vous ont dit ? Vous ne résistez pas au danger d´usurpation. Quand Ghost parle, c´est le peuple qui parle. Kiekiekiekie !
    – « Avez.vous été á l´université à Kin? Avez-vous eu Nyabirungu comme professeur… Nous avons continués les études en Occident » : Tout ça pour finir chantre du FCC. Même Mende avait le sens des limites.
    – « C´est une honte en l´an 2020 que 60 ans après l´indépendance, la RDC n´a pas encore un seul président qui possede une éducation universitaire » : C´est plutôt ton raisonnement qui est une HONTE.
    Alors, continuez votre raisonnement jusqu´à avoir honte de vos fautes : « ont oubliéS, avons oubliéS, eNVain, premier ministre issuE, nous avons continuéS… »

Comments are closed.