José Makila s’improvise porte-parole de Congo Airways

Suite au soupçon de « procédé déloyal » suscité par l’annulation inattendue, samedi 28 juillet, du vol de la compagnie Congo Airways à destination de Mbandaka et Gemena, le ministre des Transports et voies de communication, l’ex-MLC José Makila Sumanda, est descendu dans l’arène pour démentir les rumeurs de « coup tordu ». Des cadres du MLC devaient prendre ce vol pour aller accueillir Jean-Pierre Bemba Gombo, mardi 31, au chef-lieu du Sud Ubangi où il doit se recueillir sur la tombe de son père.

Hier contempteur de « Joseph Kabila » dont il qualifiait le pouvoir de « diabolique », José Makila Sumanda est devenu un des principaux alliés du « raïs ». Loin est désormais l’époque où ce natif du Sud Ubangi accusait ce dernier de vouloir rester au pouvoir « durant 30 ans ».

Depuis plus d’un an, Makila est à la tête du ministère des Transports avec rang de vice-Premier ministre. Obséquieux, l’homme est devenu méconnaissable. Réputés pour leur humour décapant, les Kinois aiment dire: « On ne parle pas la bouche pleine ».

Makila Sumanda parle quand même. En lieu et place de la direction de Congo Airways, le vice-Premier est descendu à l’aéroport de Ndjili, lundi 30 juillet,  pour dire ce que les responsables de cette compagnie aérienne avaient déjà déclaré. Sans convaincre. A savoir que le vol précité « a été reporté à la suite d’une panne technique ». Il est venu « encourager » les passagers qui partaient pour Gemena, indique une dépêche de l’Agence congolaise de presse. Question: le ministre n’avait-il pas autre chose à faire?

« José » a profité de cette occasion pour lancer un message politico-technique. Il a commencé par dire que l’aéronef dont question est « en bonne état ». Selon lui, le problème technique qui l’a cloué au sol a été résolu au cours du weekend. Une manière de rassurer les malheureux passagers que l’annulation du vol de samedi  « n’a rien avoir avec une certaine rumeur répandue » notamment sur les réseaux sociaux.

D’après le ministre Makila qui s’est improvisé porte-parole de Congo Airways, cette compagnie aérienne « ne subira aucune pression quelle qu’elle soit ». A-t-il convaincu? C’est à voir. On espère que le « vice-Premier » reviendra pour fixer l’opinion sur le refus de l’autorité de l’aviation civile d’autoriser le jet transportant Jean-Pierre Bemba, en provenance de Bruxelles, d’atterrir à Gemena. L’explication selon laquelle « Gemena n’est pas un aéroport international » peine à convaincre.

 

B.A.W.