« Kabila » a-t-il fait exécuter le colonel John Tshibangu?

Près de trois mois après son arrestation, le 29 janvier, en Tanzanie, et son transfert, le 5 février, à Kinshasa, le colonel John Tshibangu n’a toujours pas été vu en public. Le procès annonce « pour rébellion » se fait attendre. Des sources sécuritaires assurent que cet officier dissident « a déjà été passé par les armes ». Le pouvoir kabiliste ne pourrait renverser cette annonce qu’en exhibant l’intéressé.

« Le colonel John Tshibangu sera jugé dans quelques semaines ». « Il sera jugé pour rébellion ». Ces déclarations ont été faites le 5 février dernier respectivement par Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice, et Crispin Atama Tabe, ministre de la Défense. C’était lors de l’arrivée de l’officier « rebelle » – patriote? – dans la capitale.

Neuf semaines après sa détention dans un « lieu secret » géré par l’état-major des renseignements militaires (ex-Demiap), le colonel John Tshibangu n’a toujours pas été vu en public. Sa famille n’a pas eu de contacts avec lui. Le procès annoncé se fait attendre.

Pour la petite histoire, c’est Kalev Mutond, le chef de la police politique de « Joseph Kabila », et non une autorité judiciaire, qui a été dépêché à Dar es-Salaam, fin janvier. Mission: négocier « l’extradition » de ce concitoyen.

Le despote tanzanien John Pombe Magafuli – qui traite ses propres adversaires politiques avec mépris et cruauté – n’a pas eu besoin d’une semaine pour livrer Tshibangu à ses bourreaux. Et ce en violation notamment de l’article 14-1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme  qui stipule: « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays ».

Une rumeur alarmante s’est répandue comme une traînée de poudre au cours des journées de vendredi 13 et samedi 14 avril. On apprenait de bouche à oreille que le colonel Tshibangu « est mort ». Sur les réseaux sociaux, certains internautes situent cet « assassinat politique » à la date du 10 avril. D’autres internautes se contentent de « démentir » avec désinvolture: « John Tshibangu akufi te! » Traduction: John Tshibangu n’est pas mort.

ULTIMATUM

Après recoupements auprès de plusieurs sources dignes de foi à Kinshasa, il se semble se confirmer que le colonel Tshibangu – qui était un « ennemi intime de « Joseph Kabila » – a bel et bien été « descendu ».

Dans un récent enregistrement vidéo, Tshibangu avait « signifié » à « Kabila » un ultimatum de 45 jours pour quitter le pouvoir. Passé ce « délai », il menaçait de le chasser. Les autorités de Kinshasa, elles, avaient accusé le dissident d’avoir des accointances avec quelques « mouvements terroristes ». C’est le cas notamment des ex-Seleka en Centrafrique et les Nigérians de Boko Haram.

Chef d’état-major en second de l’ancienne 4ème Région militaire (les deux provinces du Kasaï), John Tshibangu a fait défection de l’armée le 16 août 2012. Au départ, il justifiait son « combat » après avoir acquis la conviction selon laquelle « les plus hautes autorités civiles et militaires » étaient de connivence avec les rebelles pro-rwandais du M23 dans un projet de « balkanisation » du pays. « Au commencement, les mutins étaient à peine une trentaine, curieusement les autorités de Kinshasa ont ordonné un cessez-le-feu. Comment ne pas suspecter le gouvernement d’avoir donné aux insurgés du temps pour se renforcer en hommes et en matériel ? », martelait-il dans un entretien téléphonique avec l’auteur de ces lignes.

Outre ce grief, « John » reprochait à « Kabila » d’avoir volé la « victoire » à Etienne Tshisekedi wa Mulumba lors de l’élection présidentielle du 28 novembre 2011. Pour lui, il fallait renverser l’usurpateur et installé le « véritable vainqueur ».

Depuis le « rapatriement » de Tshibangu par des sbires du régime, les commentaires font rage sur la mansuétude de « Kabila » vis-à-vis des officiers d’expression rwandophone. « Un simple démenti ne suffira pas pour rassurer l’opinion sur l’intégrité physique de John Tshibangu, commente un expert congolais. Joseph Kabila doit l’exhiber. Il est étrange de constater que le fameux raïs n’a jamais demandé au régime rwandais de Paul Kagamé d’extrader Laurent Nkunda, Jules Mutebusi, Sultani Makenga et consorts. En revanche, le général Faustin Munene a fait l’objet d’une demande d’extradition au Congo-Brazza. Maintenant, c’est Joseph Tshibangu qui est pris ».

D’aucuns commencent à donner raison à ceux qui n’ont cessé de clamer que « Joseph Kabila est chargé d’une mission qui consiste à détruire l’élite congolaise et le tissu économique afin de maintenir le pays à genoux… » Où est John Tshibangu?

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

12 réflexions au sujet de « « Kabila » a-t-il fait exécuter le colonel John Tshibangu? »

  1. Au-delà des rumeurs fondées sur cette exécution politique sommaire de l’ex rebelle, il y a une certitude désolante qui est une réalité banale quotidienne à ce jour, à savoir qu’aucun Tutsi Nilotique connu venu en bottes en caoutchouc ne meurt depuis 1996 sur notre sol, seulement les vrais Kongolais illustres militaires, politiciens, intellectuels, artistes, anonymes se font zigouiller par tous les moyens d’élimination physique (prison, poison, torture, assassinat, règlement de compte, maladie, guet-apens, embuscade…), cela dure depuis 20 ans…

    Le pire est que quand un bourreau Tutsi tombe malade et risque de trépasser, les mêmes vrais Kongolais distraits manipulés fanatiques aveugles imbeciles religieux se permettent de prier Satan le Chérubin jadis oint himself pour ce dernier (Cfr Deo Rugwiza CEO de l »OFIDA)… Triste, Pathétique, Hallucinant…

    Vu l’énormité de la tricherie des machines à voter; la dangerosité des élections pièges à con truquées d’avance pour la RDC nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) lançons cet appel SOS à tout vrai Kongolais de ne pas pas commenter les sujets bidons de la CENI; Boycottons ces élections qui légitiment outre mesure les Tutsi Nilotiques au Kongo…

    Dans le cas contraire la Tutsisation du Kongo aura encore et toujours des beaux jours devant elle en RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa), dans moins de dix ans on aura encore plus des Mvuluzi Bana Bilaka dans la Diaspora Combattante Résistante Kongolaise pour continuer de tordre le cou aux idées reçues hégémoniques des enfants légitimes des Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais d’aujourd’hui peuple nomade sans terre venu tout droit du Tigré via le Yémen pour se sedentariser de force en Afrique Centrale en commençant par le Kongo…

    À noter que ces intrus parasites inienzi Banyarwanda Banyamulenge pour ceux et celles qui l’ignorent, ces Tutsi Nilotiques ont essayé en RCA (République Centrafricaine) et au Cameroun, 2 terres Bantoues mais ont essuyé un échec cuisant, par contre actuellement ils (les Tutsi Nilotiques descendants d’Akan le sanguinaire) cohabitent « pacifiquement » avec les peuples autochtones du long de la côte Africaine (Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Kenya, Somalie, Soudan, Tanzanie, Burundi, Ouganda, Rwanda) avec périls et fracas…

    La luta continua la Victoria e Certa. Vive le printemps RD Congolais. Vive le Soulèvement Populaire imprévisible éboulement final. Ingeta

  2. Chers Compatriotes,
    Une chose est certaine, la vérité dans cette histoire ne sera jamais connue. Nous vivrons toujours avec les spéculations dans tous les sens. Il est quand même étonnant de voir que tous les officiers Congolais qui ont « essayé » de se dresser contre « l’usurpateur » soient si facilement attrapés et mis à la disposition du terroriste qui est à la tête du pays depuis un bon bout de temps. D’où vient cela ? Quelle est la vraie cause de cette faiblesse ? Nous sommes tous responsables de cette situation. J’ai l’impression que nous assistons à une grande mascarade. L’inacceptable continue à être constaté. Que Dieu nous vienne en aide.

  3. John Tshibangu a, sans nul doute, été animé par des sentiments patriotiques; mais fallait-il vraiment qu’il criât sur tous les toits qu’il allait incessamment s’attaquer à son ancien patron? De quels moyens disposait-il pour faire des annonces aussi tonutruantes? Ne pouvait-il pas simplement surprendre agréablement les Congolais en leur annonçant l’élimination de celui qui passé pour être l’auteur de leurs malheurs?
    Voilà autant des questions que tout Congolais est en droit de se poser.

    1. toi au moins tu as écrit… les grandes victoires militaires sont souvent ignorées par le commandement local… lisez comment les americains ont gagnés la guerre à Pearl Harbour, l »assasinat de Ben Laden… les « seals » n’ont su les details de la mission qu’ avant d’embarquer dans l’avion. « we are going to kill the beast….

  4. Ce discours selon lequel le ver est dans le fruit a été longtemps dénoncé par l’ancien conseiller en matière de sécurité du feu président Mobutu. Cependant, une certaine presse a toujours affirmé le contraire et continue à le faire, doutant même de cet état de fait existe dans notre pays. Comment ne pas penser que l’inconscience et l’insouciance congolaises ont atteint des niveaux jamais vues ? Vivement un sursaut patriotique !

    1. @lidjo,
      Il semble qu’il suffit de mettre sur pied une nouvelle architecture institutionnelle, ou la bonne disposition des choses, pour que notre inconscience et insouciance congénitales disparaissent. Comme par enchantement.

  5. « Joseph Kabila est chargé d’une mission qui consiste à détruire l’élite congolaise et le tissu économique afin de maintenir le pays à genoux… »: c’est la principale mission de Kabila en République Démocratique du Congo.

  6. SI D’AVENTURE LE POUVOIR EN PLACE A KINSHASA S’HASARDAIT A ÉLIMINER PHYSIQUEMENT LE COLONEL TSHIBANGU , IL LE PAYERA TRÈS FORT. CE CRIME NE RESTERA JAMAIS IMPUNI ET TOUS LES COMPLICES SERONT POURSUIVIS EN JUSTICE LE MOMENT VENU.

    1. Si le Colonel Tshibangu est exécuté, ce ne sera pas le premier crime de Kabila.
      Le règne inutilement long (17 ans) de cet homme est émaillé des crimes: double massacres des membres de BDM (600 victimes), assassinats de Floribert Chebeya et Bazana, Armand Tungulu, massacres des disciples de Mukungubile, assassinats du Colonel Mamadou Ndala,du Père Vincent Machozi, massacres des manifestants (janvier 2015,septepmbre et décembre 2016,décembre 2017,janvier et février 2018).Est-ce que justice a été faite?

  7. Ingeta mbuta Jo Bongos katuvuidi ngangu za fuana ko ! Mais ce qui m’ intrigue le plus c’ est le fait que le colonel Tshibangu ait choisi comme terre d’ exil l’ Uganda; pays dirigé par un membre du tutsi power Museveni Kaguta . Il s’ est jeté lui même dans la gueule du loup sans discernement ! Comment expliquer une telle naïveté de la part d’un officier qui a reçu une bonne formation à l’EFO Kamina ? Étonnant …

  8. John Tshibangu n’est plus. Le colonel dissident avait attrapé à la date du 10 Avril 2017, la nuit tombante, une balle dans la tête et ce, des mains propres de Joseph Kabila, qui tenait à sa disparition rapide pour éviter tout cauchemar déprimant. Mais est il que cet acte ne restera pas sans réaction vigoureuse de notre part,amis fidèles du colonel défunt. Joseph Kabila, Kalev Mutond, tambwe Mwamba , Lambert Mende et consort sont dans le collimateur,des militaires révolutionnaires congolais.Il y aura bel et bien la vengeance. Ils chercheront tous la voie de sortie ,laquelle se referme le jour au jour. Kabila saura notre capacité de réaction..

    J’ai dit !

    Kolomboka

Laisser un commentaire