Kinshasa: André Kimbuta « décrète » l’état d’urgence

Au moment où ces lignes sont écrites, des sources bien informées ne cachaient pas leur scepticisme en ce qui concerne le maintien des élections à la date du 23 décembre prochain. Il semble que l’annonce officielle d’un report devrait intervenir dans les prochaines heures. Le président de la CENI, Corneille Nangaa, doit animer une conférence ce jeudi 20 décembre. Le communiqué du gouverneur de Kinshasa, le FCC-PPRD André Kimbuta interdisant la campagne électorale « sur toute l’étendue » de la capitale prend aussitôt le relief d’un « état d’urgence » qui ne dit pas son nom. Un acte parfaitement illégal.

Dans son communiqué en trois points « fait à Kinshasa le 18 décembre » mais publié le 19 décembre 2018, le gouverneur André Kimbuta Yango recourt à un langage plus digne d’un agent de la sûreté nationale (ANR) que d’une autorité politico-administrative dont les actes doivent, pour leur légalité, s’appuyer non pas sur des « renseignements » émanant de l’Agence nationale de renseignements (ANR) mais bien sur des textes légaux. L’Etat de droit c’est aussi cela.

Selon Kimbuta, « la campagne électorale des candidats présidents » est émaillée de « plusieurs incidents et violences ». L’homme ne pousse pas sa logique jusqu’au bout en désignant les responsables de cet état de chose dans ce pays où des doigts accusateurs sont pointés sur l’Etat-FCC (Front commun pour le Congo) qui dispose du monopole de la « contrainte organisée ». Le ministre de l’Intérieur et ses collègues en charge de la Défense et de la Justice font partie du comité de campagne du « dauphin » de « Joseph Kabila ». Une situation qui heurte le principe de l’impartialité de l’Etat.

André Kimbuta, Gouverneur de Kinshasa

Kimbuta dit se fonder sur des « renseignements » en sa possession qui font état de la présence « dans tous les camps politiques » des « extrémistes » prêts à engager des rixes dans les rues lors de la campagne électorale. C’est un secret de Polichinelle que le PPRD-FCC dispose des fameux « bérets rouges » qui ont pour modèles les Imbonerakure du Burundi.

Pour prévenir tout trouble à l’ordre public, souligne Kimbuta, le « gouvernement provincial de Kinshasa » a décidé « à dater de ce mercredi 18 décembre 2018 » la « suspension » des « activités de campagne électorale » sur toute l’étendue de la capitale. En guise de justification, « André » invoque non seulement des « recommandations » émanant des « services compétents chargés de la sécurisation du processus électoral » mais aussi des « impératifs sécuritaires ».

UN ACTE ILLÉGAL

Que dit la loi? « La campagne électorale est ouverte trente jours au maximum avant la date du scrutin et s’achève vingt-quatre heures avant cette date », stipule l’article 28 de la Loi électorale telle que modifiée à ce jour. L’article 29-3 d’enchaîner: « Les réunions électorales se tiennent librement sur l’ensemble du territoire national. Déclaration écrite en est faite au moins vingt-quatre heures à l’avance à l’autorité locale compétente qui en prend acte ».

L’article 85 de la Constitution confère au Président de la République le pouvoir de proclamer l’état d’urgence ou l’état de siège lorsqu’un « péril imminent »  menace le fonctionnement des institutions. Dans les deux cas, le chef de l’Etat doit se concerter avec les président des deux chambres du Parlement. Il y a dans les deux cas restrictions des droits et libertés. Est-ce l’objectif poursuivi par le pouvoir en place qui parait désemparé au moment où la CENI fait face à un casse-tête au plan de la logistique?

Le communiqué de Kimbuta suspendant la campagne électorale aux quatre coins de la ville de Kinshasa est un acte parfaitement illégal. Un acte nul et de nul effet. Au motif qu’il ne se fonde sur aucune base juridique. Pire, le gouverneur et le gouvernement provincial ont violé la loi électorale en usurpant un pouvoir qu’ils n’ont pas.

En lisant entre les lignes, il apparaît que le gouvernement central n’a pas osé prendre la responsabilité d’annoncer l’instauration d’un état d’urgence en prévision de l’annonce imminente du report de la date des élections. Le président de la CENI Corneille Nangaa tiendra ce jeudi 20 décembre une conférence de presse. 

Lors de la réunion interinstitutionnelle du vendredi 14 décembre, « Kabila » ne cachait pas une certaine « panique » face au retard qu’accuse la réception de 400 tonnes d’imprimés par la CENI. Sur le terrain, les observateurs assurent qu’aucune disposition (listes électorales, identifications des témoins, PV etc.) n’est prise pour la tenue des élections le dimanche 23 décembre. Une situation qui pourrait conforter les tenants de la thèse d’une transition sans « Kabila ». On peut comprendre l’ambiance de sauve-qui-peut qui prévaut actuellement au sein du FCC-PPRD.

 

B.A.W.

8 réflexions au sujet de « Kinshasa: André Kimbuta « décrète » l’état d’urgence »

  1. C’est une fuite en avant. Les carottes sont cuites. …la fin inéluctable d un système. Toutes les décisions iniques prises dans la panique montrent clairement que le régime de Kanambe est aux abois. ..

  2. VOYOUS FCC AUX ABOIS, CAR VOYANT ARRIVER ENFIN LA COLERE POPULAIRE POUR SE DEBARASSER DU REGIME KLEPTOCRATIQUE-SANGUINAIRE QUE DIRIGE LE CRIMINEL TANZANIEN KANAMBE-MTWALE

  3. André Kimbuta devra bientôt suivre son « bienfaiteur » dans son Rwanda natal, car tout indique que l’imposture kagamo-kanambiste arrive à sa fin, qu’on le veuille ou pas!

  4. Le Kongo est une fois de plus dans une zone des turbulences ! Les vrais Kongolais à l’unisson ont l’opportunité de saisir cette ultime opportunité pour fructifier ce virage en l’abordant en vainqueurs car aucune armée n’est plus forte que le Peuple Souverain Primaire survolté…

    Les occupants Tutsi Power ne sont pas plus forts que les colons Belges qui ont fui le Kongo le 04 Janvier 1959; encore moins forts que les GI’s Américains qui ont pris la tangente au Vietnam en 1975 (Chute de Saigon) et en Somalie en 1993 (Bataille de Mogadiscio) où la Task Force Ranger a essuyé une humiliante défaite…

    « Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir » Frantz Fanon

    Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La luta continua la victoria e certa. Ingeta

  5. Nous assistons depuis les premières élections de la 3ème république en 2006 à une capitulation de l’opposition au sens large et cet état de fait continue jusqu’à ce jour. Pour les élections qui doivent avoir lieu ou pas en 2018, la capitulation a lieu pour toute cette opposition au sens large sur la machine à voter, sur le fichier électoral maintenant probablement sur la date du scrutin. Doit on continuer à faire confiance aveuglément à des gens qui manifestement ne vont pas conduire la population à l’endroit qu’elle souhaite arriver ? J’entends parler d’une transition sans Kabila, à écouter ça sonne bien dans les oreilles. Comment vous la faites ? Tous, nous savons qui manie l’imperium en Rdc. Avec le déploiement de forces qu’il a fait au jour d’aujourd’hui sur l’ensemble du territoire national, pourrions nous le déloger si lui et sa ceni n’organisent pas les élections le 23 décembre 2018. Cette population continuera-t-elle à être prise en otage par les politiques de tous bords ? Je ne fais que me poser des questions.

  6. CHERS COMPATRIOTES, REGADEZ BIEN ET SOIGNEUSEMENT LA PHOTO AFFICHEE DE CES 3 ALIBABAS ET LES 40 VOLEURS.
    QU’AVIEZ-VOUS REMARQUE SUR LA PHOTO? NOUS VOYONS DEVANT NOUS LES 3 FAMEUX  » DIAMBATIERS  » N’EST-CE PAS ?
    JE SUIS SUR ET CERTAIN QUE VOUS PARTAGEREZ AVEC MOI CES MEMES CONSTATATIONS:
    POUR LES COMPATRIOTES QUI NE CONNAISSENT PAS  » VIEUX ANDERE  » LE MUFOUTRA DES MATITI MABE YE WANA EN TRAIN DE PARTAGER SON JOINT AVEC LES DEUX GRANDS BILLS VETUS EN HABIT DU TIMONIER MAO ZEDOUNG DONT AU MILIEU  » KOJAK KOVO  » ET LE NOVICE DIAMBEUR OU DIAMBISTE DE L’ECOLE KIMBUTIENNE.
    ILS SONT PENSIFS, NERVEUX, PEUREUX CAR LEUR AVENIR EST INCERTAIN ET NE SAVENT A QUEL SAINT SE VOUER. ILS NE SAVENT OU FUIR ET ATTENDENT BONNEMENT D’ETRE CUELIS COMME LES FRUITS ( MANGOLOS ) MURS.
    CES 3 CHEFS GESTAPO AUTOPROCLAMMES MFUMU BWALA KINSASA DE NFUATI, AG ANR DE NFUATI, DG DGM ATTENDENT LE MIRACLE TOMBER DU CIEL POUR CHANGER LA SITUATION EN LEUR FAVEUR.
    WAYA, PEINE PERDUE, CETTE FOIS-CI LE PEUPLE S’OCCUPERA DE VOUS ET SURTOUT DE QUELLE FACON? NE VOUS EN FAITES PAS COLLABOS SANGUINAIRES, DIAMBISTES OU DIAMBEURS, SI VOUS LE VOULEZ BIEN AVANT VOTRE SENTENCE VOUS SERIEZ JUGE PAR ELEVE DU PRIMAIRE POUR VOS FORFAITS.
    CES KABILISTES GESTAPO ET CRIMNELS INVERTEBRES ONT TRAVAILLE POUR LE COMPTE DES ETRANGERS EN HUMILIANT, CHOSIFIANT, RENDANT MALHEUREUX LE PEUPLE KONGOLAIS, ILS CONNAITRONT LE SORT QU’ILS N’ONT JAMAIS SUBIS A MOINS QU’AVANT LEUR CAPTURE, QU’ILS APPLIQUENT DES MAINTENANT  » SUICIDE COLLECTIF « , SANS QUOI BAKORERA ROKORA NA MONOKO YA MBOKA  » MFUIDI MAMA ! BAFUA BAFUA, BASALA BASALA « ! POUR CEUX QUI VONT SE CACHER DANS DES PUITS DES WC TRADITIONNELS QU’ON APPELLE  » CABINET  » SOUS LA MERDE NAUSEABONDE COMME LE GAZ SACKARINE, DON’T WORRY, LES VAILLANTS COMBATTANTS BASEKAKA TE, BA BANGAKA TE, SONT FORMES POUR CES GENRES D’OPERATIONS DIFFICILES, DESCENDRONT JUSQU’A VOS CACHE DE MERDE POUR VOUS FAIRE SORTIR VIVANT ET PUANT DANS LES FOSSES OUVERTES DES MERDES.
    MENTEURS, FINS DRIBLEURS ET RAFFINES QU’ILS SONT LORSQU’ILS CHANTAIENT PUBLIQUEMENT TOUS ENSEMBLE EN CHOEUR : NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE NZIMBU, DE L’AIDE FINANCIERE NI DE LA LOGISTIQUE DES PAYS ETRANGERS POUR ORGANISER LES ELECTIONS OU ERECTIONS.
    OU EN SOMMES-NOUS MAINTENANT CHERS TRAITRES, COLLABOS?
    UN BON CONSEIL GRATUIT: COMMENCEZ DEJA A EN FINIR AVEC LES OCCUPANTS ET ENSUITE POUR NE PAS SUBIR LES PIRES, LA MEILLEURE DE CHOSE EST LE SUICIDE COLLECTIF.
    VERDAMMT NOCH MAL! GOTTFERDOM! KEINE GNADE FUER VATERLANDSVERRAETER. QUI A BU BOIRA! BOLUKAKI YANGO PE BOKOZUA YANGO EH! KIESE KIBENI ASSISTER ET PARICIPER AU SOULEVEMENT POPULAIRE POUR LIBERER NOTRE BEAU ET RICHE PAYS. NGALA NA BINO ESILI EH!
    A BON ATTENDEUR, SALUT.
    JE M’ARRETE LA.

Les commentaires sont fermés