Kinshasa: L’insoutenable pauvreté…

La grande majorité des ménages kinois ne dispose plus de ressources suffisantes pour satisfaire les besoins en nourriture. Incapables d’acheter un poulet entier, les ménages se contentent désormais d’une portion de ce met très prisé. Pire, les épices, mêmement. C’est le cas notamment de la noix de muscade. Le phénomène est loin d’être nouveau? Sans doute. Le problème est qu’il prend une ampleur alarmante.

Dans un rapport publié en octobre 2015, soit quatorze mois avant l’expiration du dernier mandat de « Joseph Kabila », le FMI tirait la sonnette d’alarme en indiquant que 82% de la population congolaise vivaient sous le seuil de la « pauvreté absolue » avec 1,25 $ par jour et par personne.

A Kinshasa, on assiste à un phénomène qui prend de l’ampleur dans les marchés kinois. De quoi s’agit-il? Suite à la demande d’une clientèle plutôt précarisée, les marchandes des vivres frais vendent de plus en plus leurs produits par portion ou petits morceaux. « Parmi ces produits, précise une dépêche de l’Agence congolaise de presse, figurent le poulet, le choux, la purée de tomate, le concombre, l’oignon, l’ail, la muscade ». L’Agence épingle également le manioc cuit, la fameuse « chikwangue ».

A titre d’exemple, un poulet entier se vend actuellement au prix de 7.000 à 7.500 franc congolais au grand marché de Kinshasa soit l’équivalent de plus ou moins 5 $. Pour écouler leurs marchandises, les vendeurs se sont adaptés aux « revenus limités » de cette clientèle en vendant le même poulet en deux, trois voire quatre portions. Le prix unitaire est aussitôt divisé en autant de morceaux. 

En Occident, les consommateurs ont l’habitude d’acheter un poulet entier ou simplement les cuisses ou les ailes. Ici, c’est une question de choix. Au Congo-Kinshasa, c’est la nécessité astreint les consommateurs à cette espèce de « rationnement ».

Comble de la pauvreté, une boîte de purée de tomate revient à 250 ou 300 FC. Il n’est pas rare de voir une ménagère acheter une « demi boîte ». Le concombre, l’oignon, l’ail et la muscade n’échappent pas à ce phénomène en vogue. Ils sont coupés en deux pour permettre à la ménagère lambda de les acquérir. Il en est de même de la chikwangue.

La chikwangue

MÉNAGES A « FAIBLES REVENUS »

Après une enquête auprès des marchandes, l’ACP a pu apprendre que cette nouvelle tendance commerciale vise à permettre aux ménages à « faibles revenus » à acquérir ces produits alimentaires.

D’aucuns pourraient objecter que ce phénomène est loin d’être nouveau. Sans aucun doute. Le problème est qu’il prend des proportions inquiétantes qui confirment la plongée de la société congolaise dans la pauvreté. Celle-ci touche désormais une frange importante de la population.

Mégalopole de 10 à 15 millions d’habitants, la capitale congolaise compte moins de 200.000 habitants travaillant dans le « secteur formel ». Ce dernier chiffre émane du ministère congolais du Travail. Il date de 2014. Le reste de la population, elle, vit de la « débrouille », pompeusement appelée le « secteur informel ». Les Kinois parlent de « coop ». Une contraction du mot « coopération » au sens le plus péjoratif.

Selon un rapport publié par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), 18 millions d’adultes congolais ne savaient ni lire ni écrire en 2016. Le nombre d’habitants du pays est estimé à 80 millions dont une majorité de « miséreux ».

D’après des témoignages recueillis par l’ACP, la grande majorité des ménagères kinoises est sans emploi. Pas d’emploi, pas de revenu. Les ménagères qui ont une occupation professionnelle ne gagnent pas assez pour avoir s’offrir ces produits alimentaires « en entier ».

UNE PAUVRETÉ GALOPANTE

La pauvreté galopante décrite dans ces lignes traduit l’échec, au plan tant économique que social, des dix-huit années de présence de « Kabila » au sommet de l’Etat. Durant près de deux décennies, cet homme a « anesthésié » les Congolais à coup de « projets politiques » qui se sont révélés des « slogans creux ».

Au lendemain de sa « victoire » à l’élection présidentielle en 2006, « Kabila » lança les fameux « Cinq chantiers du chef de l’Etat » qui promettaient des monts et merveilles dans les secteurs ci-après: santé, enseignement, habitat, énergie (eau et électricité), infrastructures et emploi. Les Congolais attendront en vain l’amélioration du climat des affaires susceptible d’attirer des investisseurs pour créer des emplois.

On retiendra des « Cinq chantiers » uniquement l’élargissement des boulevards du 30 juin et Lumumba. Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’ironiser en parlant de « quelques routes goudronnées ».

Lors de sa « réélection » en novembre 2011, le successeur de Mzee, en bon prestidigitateur, a sorti un autre « lapin » de son chapeau. Il s’agit de la prétendue « Révolution de la modernité ». Un projet dont « l’objectif ultime », déclarait-il, était de faire figurer la Congo-Kinshasa dans le petit cercle des « pays émergents ». Quid du bilan? C’est l’échec. Un échec confirmé par le rapport du Fonds monétaire international cité précédemment.

On peut comprendre une appréhension certaine qui se lit sur le visage d’une frange de la population congolaise. Et ce face au « retour en force » des « Kabila boys ». Des hommes et des femmes très peu proches de la « plèbe ». Ils sont plus soucieux de la préservation des intérêts de leur « clan » que de répondre aux attentes de la population en eau courante, électricité et éducation. Sans oublier la santé, la formation qualifiante et l’emploi.

Serait-il excessif de relever qu’on assiste à une crise de l’Etat en tant que garant de la solidarité et du bien commun? Une certitude: l’Etat congolais parait incapable d’extraire sa population d’une pauvreté qui devient insoutenable pendant que les riches sont de plus en plus riches…

 

Baudouin Amba Wetshi

14 thoughts on “Kinshasa: L’insoutenable pauvreté…

  1. Pendant que les Congolais continuent à broyer du noir, notre Félix alias « Bizimungu national » alias « Pétain », vient d’accorder un sursis à la bande de malfaiteurs-prédateurs que contrôle la fratrie « Kabila ». Déjà en 2017, un rapport du groupe d’étude sur le Congo et du Pulitzer Center publiait un rapport sur les richesses accumulées par 13 membres de la famille Kanambe. Ce rapport soulignait que le clan « Kabila » avait la main sur au moins 80 sociétés dans des secteurs divers et varies (depuis les compagnies aériennes, les permis de conduire, les restaurants jusqu’au minier et les terres); ce qui représentait des centaines de millions de revenus depuis 2003.
    Hippolyte Kanambe qui n’avait attéri à Kinshasa (en perte de vitesse) en provenance de son mystérieux Hewa-Bora natal qu’en 1997, le voilà devenu multi-milliardaire (chance eloko pamba) en seulement vingt années.
    Selon les données compilées dans l’enquête précitée, treize membres de la famille Kanambe et ses enfants inclus, y compris les mineurs, étaient à la tête ou avaient des parts dans au moins 80 sociétés.
    En outre, il était révélé dans ce rapport que le clan « Kabila » possèdait l’équivalent de dix fois l’île de Manhattan (à New York) de terrains en République démocratique du Congo. Cela représente plus de 73 000 hectares quand la taille moyenne d’une ferme au Congo est de 1,5 hectare.
    Or, si Tshilombo n’avait pas apporté du secours à son partenaire du moment, le Congo aurait pu récupérer cette fortune qui allait servir à son décollage et son essor. Voilà ce que feignent d’ignorer tous les Talibans et autres profiteurs qui écument les réseaux sociaux et prétendent qu’on s’en prend à leur gourou par motif de jalousie ou par tribalisme.

  2. Le fanatisme aveugle qui est une forme d’esclavagisme mental, spirituel, moral, intellectuel distrait les Kongolais ! Le monde dans cette ère du Verseau change. Le Ghana fer de lance des indépendances de 1960 récidive, comme Nkrumah, l’actuel président Nana Akufo-Addo sonne le glas de la France-Afrique en remettant le Président Français Emmanuel Macron à sa
    place. https://youtu.be/ZQcCk6x56QE
    Le Kongo RDC (Rép à démocratiser) occupé par les Tutsi Power est réellement une prison à ciel ouvert, un bagne, un goulag, un mourroir, un camp de concentration, une poubelle géante remplie des immondices qui provoquent toutes sortes des maladies… Appauvris le Peuple malade ne se soigne pas dépourvu de moyens de subsistance, les hôpitaux sont devenus des lieux d’exécution sommaire des malades pour alimenter les pompes funèbres qui prospèrent… La banalisation de la mort n’émeut que les patriotes nationalistes Résistants Combattants, l’indifférence des dirigeants collabos à l’égard de cette pauvreté insoutenable écœure nos aïeux qui se retournent dans leurs tombes… L’heure est grave
    Malgré les fanfaronnades, pantalonnades, contradictions, confusions, inepties, chimères, pitreries, incohérences des Néo Tshisekedistes devenus bêtement Kabilistes-Kanambistes, le PIB (Produit Intérieur Brut) du Kongo est toujours en dessous de 0,01 %, le panier de la ménagère est éternellement troué (tomate moko ekomi kotekama par tranche, batu bakomi kolia poussière ya mapa, mbisi ya Thomson ekomi kotekama na wenze en plusieurs morceaux…)… Insolite
    Ce décor apocalyptique de pauvreté innommable n’est-il pas connu des néo Tshilombistes jadis Tshisekedistes devenus bêtement Kabilistes-Kanambistes qui défilent sur ce site pour soutenir l’insoutennable, accepter l’inacceptable, défendre l’indéfendable ?… Tshilombo-Pétain nommé honteusement président protocolaire par l’imposteur Rwandais alias Kabila est-il armé intellectuellement, physiquement, politiquement, spirituellement pour trouver des solutions adéquates, idoines à cette misère abjecte, indescriptible afin de sortir le pays de ce marasme ?… Nenni, ata na ndoto Félix 15 % Loufoulakari alandi ba millions ya makila Kanambe abuaki na Fleuve Kongo…
    Le 1er Mai 2019 le Major Patrick Nicolle de l’Armée Française a donné un ultimatum par vidéo au Président Emmanuel Macron désavoué par le Peuple Français qui n’a plus aucun respect pour lui, humilié par les « Gilets Jaunes » sur ce lien https://youtu.be/hQhdqJCRyt8 sans qu’il soit mis aux arrêts. Suite à la hausse du droit d’accises sur le carburant qui ne permet plus aux Français de nouer les deux bouts du mois alors que l’Elysée annule l’ISF (Impôt sur la Fortune), depuis les Gilets Jaunes sortent tous les samedis…
    Pour une simple hausse du prix du pain, les Soudanais déchaînés ont mis dehors Omar El-Bechir, tous ses ministres sont emprisonnés, certains sont lynchés. En Algérie la tentative avortée de la 5e candidature de Bouteflika est l’œuvre du Peuple Algérien…
    Mais au Kongo occupé, ça tarde à arriver à cause des politiciens véreux, corrompus, inconscients toutes tendances confondues que James Kabarebe et Azarias Ruberwa traitèrent dans un courriel du 06 Avril 2006 avec dédain et mépris par ces mots « Leur sang est toujours infidèle à la parole »… Espérons que « l’insoutennable pauvreté » soit un mal pour un bien qui permettra au Peuple Kongolais Souverain Primaire lent comme l’éléphant mais imprévisible comme l’ouragan de bouter dehors l’Occupant Tutsi Nilotique Rwando-Burundo-Ougandais par un « Pillage Populaire » de grande envergure…
    [« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » Hébreux 11 : 1]… Ainsi soit-il… INGETA

    1. Maintenant il est temps de cesser avec des critiques. Faisons de propositions concretes pour sortir de cette situation. Posons des vraies questions, pourquoi sommes nous la,? Qui sont les responsables? Que faire pour eviter le pire? Au lieu de se poser des vraies questions pour trouver le dianostic approprie, mais on tombe tres bas de les injures inutiles, des danses pour la « verite des urnes », de soulevement populaire sur internet et facebook, des liberations ya se ya mayi . Mawa

  3. je vais vous donner un lift au bord du Rwanda Air: Kigali-Kinshasa et Abidja Resistant de l’ombre et ton ami jos bongos.

  4. Cette pauvreté n’est pas circonstancielle. Elle est savamment entretenue par les tueurs du gang rwandais qui occupent le Congo. L’objectif est d’anéantir toute humanité chez ce peuple, le rendre plus corvéable, soumis et impuissant. Il en est de même de la dégradation voulue du système éducatif… on crée des crétins qui ne comprennent pas qu’ils sont devenus esclaves dans leur propre pays. Sinon pourquoi ne se révoltent-ils pas ?
    Au même moment, une armée de collabos, toute honte bue, se remplissent les poches avec des miettes leur laissées par les  » partenaires  ».
    Toloba, toloba te. Soki olobi, olingi balubas te…
    Mawa !

    1. pour être objectif peut-on nous dire, a partir de quand on note ce phenomene en RDC? Est ce depuis 2019 ou ceci est le rsultat de la mauvaise gestion du regime de Kabila et ses amis Muzito, Matungulu, Fayulu, Katumbi et Bemba. Pourquoi cet article donne l impression que ce phenomene est nouveau en RDC? Tout le monde sait que sans l appui de la diaspora (envoi d argent a Wester-union) les congolais restes au pays seraient deja morts. Je crois que le president Felix Tshisekedi herite d une situation catostrophique, deja on nous dit que l ami de Fayulu, M. Kimbuta, s est endette aupres des banques (18 millions), ii a meme pris des avances aupres des brasseries et vous faites semblant comme si le responsable de la situation c est l actuel regime. Non, toloba verite ata soki tolingi mutu te. Je vais voir si vous allez publier ma reaction, parce que souvent je suis victime de censure

  5. ✓ Une « insoutenable et galopante pauvreté » à Kinshasa et bien sûr à travers tout le pays : l’article de BAW l’a abondamment illustrée et nos Concitoyens sur place nous la confirment. Quelle autre preuve cinglante et douloureuse du retentissant echec économico-social de ‘JK’ a la tête du pays pendant 18 ans. Les « cinq sentiers et révolution de la modernité », n’ont été que des pitoyables cache-crimes d’un régime vendu, d’une gestion chaotique.
    Et cela dans un Congo potentiellement riche mais où quasiment toute la population ne cesse de s’enfoncer progressivement dans la pire misère à côté des malins, eux, de plus en plus nantis.
    ✓ Depuis peu le pays a connu une alternance formelle, un nouveau PR et une nouvelle administration générale en voie d’être installée. A eux de faire tout pour changer les choses, créer les conditions qui permettent d’éradiquer cette pauvreté.
    Bien sûr cela ne se fera pas en un jour mais il s’agit d’abord d’impulser la bonne direction et d’user des méthodes autres que celles qui nous ont valu cette catastrophe.
    ✓ L’Observatoire de la dépense publique (Odep) vient de nous révéler que le régime Tshisekedi a fait exploser le budget en seulement trois mois de présence. Cela est-il dû à des dépenses extraordinaires d’urgence notamment de son Programme de 100 jours ? Ou simplement à une mauvaise gouvernance qui ne peut gérer de façon orthodoxe les avoirs dont le pays dispose ? Et pour quelles consequences dans la suite.
    Le pays a besoin d’une bonne gestion en privilégiant les dépenses nécessaires, notamment celles qui doivent contribuer à en finir avec cette « insoutenable et galopante pauvreté » qui mine notre population. Ici plus que jamais les bons sentiments ne seront récompensés que par des bonnes pratiques, par des aptitudes à des bons diagnostics et des thérapeutiques adaptées.
    Notre Tshilombo national a du pain sur la planche…

  6. Pendant ce temps, une infime minorite des jouisseurs et voleurs ex-Mobutistes, ex-Kagamistes (RCD-Goma), Kabilistes et neo-Kabilistes se la coulent douce sur le dos du Tresor comme ministres, senateurs et « de-putains » aux salaires mensuels allant jusqu’a $15,000 Dollars.
    L’echantillon pimpant de ces jouisseurs arrogants et insouciants va d’un Vital Kamerhe qui se permet de depenser $200,000 pour ses recentes noces en moquerie de la misere des Kinois, a un Thambwe Mwamba, chasseur-connu de petites filles qui, lechant les bottes du Voyou de Kingakati, reve de devenir soit 1er Ministre ou President du Senat pour continuer sa jouissance aux mammelles de l’Etat !

  7. Censure na censure, oyo soni pe mawa. Totimbeli site, ekomi neti afrique libre belgique controle et manipule par Lamuka, kiie kiie, kiee

    1. @ Pronom
      Tika zododo, okoya kobela liboma ! Journal na bino kombo na yango : digitalcongo.net.
      Awa te ohhhhhh !

      1. @Jo Bongos
        Yo nde nuwaneur na supu ya tolo. oloba ke oza journaliste mais ba papiers osala mawa trop. To yeba yo Jo Bongos na ba polemique na Kin Kien Mulumba. Po na nga, Tika Amba Wetshi aloba po ba articles na ye eza na ba valeurs na objectivites meme si quelquefois ezalaka toujours malamu te..

  8. D’entrée, convient-il de relever l’inadéquation du titre de l’article à son contenu. Plutôt qu’insoutenable, c’est une INADMISSIBLE infra-humaine situation qui se trouve ici décrite.
    Ceci dit, la plausible question fondamentale à se poser est de savoir le degré d’intégrité morale des supposées personnes qui ont alègrement pris goût d’acteurs de comédie politique en toute indifférence et déconsidération de la condition humaine des congolais. Sommes-nous vraiment en un moment propice de normal jeu démocratique assorti d’alliances politiques, Lamuka et que sais-je? Sommes-nous devenus décervelés pour ne pas cerner de nous trouver de manière inéquivoque devant de simples misérables traitres qui méritent plutôt au minimum une stricte quarantaine au même titre que l’embastillement à la cité de l’OUA par les tutsis, de leur compagnon traitre de longue date Tshilombo? Hein?

  9. HEIN! CE Mr. PAPE, PARDON MOAPAPE ( UN DROLE DE NOM ) LEQUEL DANS SA VIE AVAIT EXERCE PLUSIEURS JOBS? A SAVOIR EN TANT QUE:
    1. CONDUCTEUR DE BUS ESPRIT DE MORT : SA MANIE CONSISTAIT A ABANDONNER SES VOYAGEURS DANS LE PARKING D’AUTOROUTE DE KIGARI.
    2. COMME CHAUFFEUR DE COVOITURAGE BLABLACAR, SANS CLIMATISATION, AUTORADIO, PASSAGERS ENTASSES COMME DANS UNE BOITE A SARDINE, CES PASSAGERS N’ARRIVAIENT JAMAIS A DESTINATION, IL LES FAISAI DESCENDRE PAR LA FORCE EN PLEINE NUIT DANS LA FORET AUX OURS ET HYENES.
    3. COMME PILOTE DE TUPOLEV CONCORDSKI, EN PLEIN VOL SUR L’ATLANTIQUE, IL OBLIGEAIT SES PASSAGERS AU BORD SANS LIFT ET PARACHUTE A SAUTER DANS L’OCEAN ATLANTIQUE PLEIN DES REQUINS.
    4. COMMME FAMEUX PILOTE DE RWANDA AIR, AIR ONE WAY TICKET AND DO NOT COME BACK TO KONGRO PARADIS, AVEC SON EQUIPAGE REMPLI SEULEMENT DES NAIFS KONGORAIS ( e.g. AUGUSTIN MATATA PONYON ), IL TERMINA SA COURSE SUR LE TOIT DU GOUVERNEUR TSHITAMBO AU KIVU. PAR QUEL MIRACLE POUR CE GRAND NUNI ( OISEAU ) CALCINE, TOUS LES PASSAGERS SORTIS SAIN ET SAUF, SEULEMENT LE DIEU LE PERE ( PAIX A SON AME ) SUCCOMBA AU CRASH DU SIECLE POUR AVOIR VOYAGE DEBOUT DURANT LE TRAJET, DISAIT-ON. KIE KIE KIE.
    UN VERITABLE KIMPUBURU DE PILOTE RELIANT LE TRAJET KIGALI-KINSASA-ABIDJAN.
    QUEL PETIT MALIN DE PILOTE KIMBUMBULU!

  10. Chers Compatriotes , C’est grave ! on parle de la pauvreté absolue quand le revenu par habitant est inférieur à 300 dollars US par an , les populations qui vivent sous le seuil de la pauvreté peuvent difficilement satisfaire aux besoins élémentaires de leur famille : nourriture, logement , vêtements , soins , éducation , comme c’est le cas vivant avec la ville de Kinshasa, Lubumbashi , Mbujimayi Etc.. et ce sont là aussi quelques indices du sous-développement, schématiquement on parle du cercle vicieux de la pauvreté ; bas revenus moyens , bas niveaux d’épargne et d’investissements, bas taux d’accumulation , basse production , bas niveaux de revenus empêchent l’épargne et la formation du capital , ce dëficit de croissance du capital ipso facto empêche toute croissance de la production , c’est ainsi que la caisse d’épargne du Congo, Cadeco , n’existe plus , on va y créditer combien , quand on a un très faible revenu , Pourtant nous sommes potentiellement riche par notre sol et sous-sol , qu’est-ce-qui bloque ?

Comments are closed.