Kinshasa: Thomas Luhaka demande la « désaffectation » de la Gare centrale

Selon notre confrère Eliezer Ntambwe de « Tokomi wapi? », le ministre des Infrastructures, l’ex-opposant Thomas Luhaka Losendjola et son collègue en charge du Portefeuille Wivine Mumba Matipa demandent la « désaffectation » de la Gare centrale afin d’y aménager une zone commerciale.

Dans une correspondance adressée au Premier ministre Bruno Tshibala, en date du 15 décembre dernier, ces deux membres du gouvernement demandent la « désaffectation » de la Gare centrale de la capitale congolaise. Celle-ci est gérée par l’ex-Onatra (SCTP), une entreprise publique.

Les deux ministres seraient en pourparlers avec la société « Africa Mall » qui envisage d’y aménager une zone commerciale comprenant notamment un centre commercial, des hôtels, des bureaux et des appartements. Et ce dans le cadre d’un « partenariat » dans lequel l’investisseur détiendra 70% des parts. L’Etat, 30%.

La « désaffectation » est un acte administratif qui consiste à faire sortir un bien du domaine public d’une personne publique (Etat, province, commune etc.) et de le transférer dans le domaine privé de celle-ci.

La démarche de ces deux ministres n’incite guère à fouetter un chat. Sauf qu’en lisant entre les lignes, on est étonné par l’intrusion du ministre des Infrastructures, des Travaux publics et de la Reconstruction dans un dossier qui concerne en premier lieu le ministère des Transports et voies de communication en sa qualité de tutelle technique. Le Portefeuille, lui, exerce la tutelle financière.

On est également étonné de constater que le ministère des Transports et la direction générale de l’ex-Onatra sont les « grands oubliés ». Ils ne font pas partie des destinataires des copies de cette lettre.

Plus surprenant encore, l’ex-opposant Luhaka et son collègue Mumba demandent au « Premier » Tshibala de faire examiner ce dossier « en urgence » au niveau de la commission économique du gouvernement avant la délibération au conseil des ministres.

En juillet 2016, un certain Hassan Yahfoufi, un Américain d’origine tunisienne, avait lancé un centre commercial dénommé « Shopping Mall ». On imagine que la société « Africa Mall » et « Shoppin Mall » appartiendraient au même groupe.

Ex-secrétaire général du MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo, Thomas Luhaka Losendjola fait partie des « opposants armés » qui ont combattu successivement le Mzee et l’imposteur « Joseph Kabila » avant de passer avec armes et bagages dans le « camp » de ce dernier.

Luhaka n’est pas seul dans ce cas. Le drame est que ces ex-contempteurs du « raïs » sont devenus ses plus zélés « défenseurs ». Ne dit-on pas que celui qui paie est le patron? Ce retournement de veste a terni le blason de l’opposition.

Question: est-ce le souci de se faire « un peu de fric » avant les hypothétiques élections qui pousse l’ex-opposant Thomas Luhaka a prié le « doyen des opposants » Tshibala Nzenzhe a accordé le bénéfice de l’urgence pour l’examen de ce dossier? Affaire à suivre.

 

B.A.W.
© Congoindépendant 2003-2018

7 réflexions au sujet de « Kinshasa: Thomas Luhaka demande la « désaffectation » de la Gare centrale »

  1. Il n’est plus un secret pour personne, le crétin Thomas Luhaka qui a trahi J.P. Mbemba, trahira un jour « kabila »; qui a bu boira dit-on!
    Tout cela n’est pas surprenant, sauf que Thomas Luhaka, Maître sorti du régime de « kabila » sera jeté dans le fosse aux lions pour effacer la « période des médiocres » dans l’histoire de la RD Congolaise.

  2. Ce projet, comme tant d’autres, est l’oeuvre éhontée de ministres incompétents et dont la médiocrité vient récemment d’être décriée par une bouche autorisée. Les concernés dans cette affaire n’ont ni qualité ni le droit d’initier la désaffection d’une Gare au profit d’un projet d’une autre nature et de surcroît mercantiliste.
    Le fait d’avoir sciemment dissimulé la teneur de ce projet en amont à ceux qui en ont la compétence, à savoir le ministère des transports et l’Onatra, constitue l’irrégularité majeure de ce dossier et dévoile le côté macabre de projet.
    Même si je n’aime pas indexé les personnes et que je préfère rappeler simplement les principes, je note que Luhaka et Mumba sont tous deux avocats d’affaires. L’un s’est spécialisé dans les dossiers Télécom et Infrastructures, tandis que l’autre est très active dans les dossiers miniers (étant la soeur de feu Katumba Mwanke et l’épouse d’un ancien ministre des mines reconverti dans le privé, toujours dans le même secteur).
    Il apparaît alors clair que ces deux intervenants agissent pour le compte de lobbies obscurs dont ils défendent les intérêts. Je le dis parce que ce projet ne rencontre pas les intérêts de la population, ni environnente ni du peuple en général.
    Bravo de l’avoir dénoncé en temps utile. Même si je doute que le récipiendaire aille à son encontre, d’autant que tout porte à croire, comme c’est souvent le cas ici chez nous, que l’affaire semble avoir été boutiquee bien avant l’oeuvre épistolaire. Triste.

  3. Nous (Le peuple Kongo Souverain Primaire) demandons l’attestation immédiate de l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Cheval de Troie du Rwanda au Kongo; en lieu et place de la désaffectation de la Gare Centrale, il serait mieux de désaffecter premièrement le Kongo tout entier de la racaille Tutsi Power ainsi que tous leurs collabos inconscients congénitaux tel que cet insensé médiocre Thomas Luhaka, un traître poltron de la pire espèce…

  4. Cette « affaire », puisque c’en est bien une, rappelle celles nombreuses qui ont éclaté dans notre pays en particulier sous la transition 1+4 (2003-2006). Où l’on a vu plusieurs gestionnaires de notre patrimoine national immobilier aliéner celui-ci à leur profit personnel, en complicité avec des expatriés, notamment des Libanais, et dans la capitale aussi bien qu’en province. A tel point qu’en son temps, le Premier ministre Antoine Gizenga avait jugé nécessaire d’initier une action administrative et judiciaire en vue de procéder à la récupération par l’Etat de son patrimoine immobilier aliéné dans des conditions irrégulières. Une commission (malheureusement éphémère) avait même commencé à sillonner le pays dans ce but. Malheureusement, celle-ci fera long feu et les différents successeurs du patriarche à la primature n’ont pas cru utile de poursuivre dans cette action. Ce qui est fort dommage!

  5. L’idée en soi n’est pas mal pour autant qu’elle vise à rentabiliser cette espace resté presque sans activités depuis des lustres; mais là où il y a un bémol, c’est la façon de procéder qui laisse libre cour à des spéculations diverses. Pourquoi ne pas se raviser et régulariser la procédure en impliquant tous les acteurs responsables de la gestion du domaine.

Les commentaires sont fermés