La VSV demande aux autorités de garantir la sécurité des membres de la famille de feu Rossy Mukendi Tshimanga et de leur laisser l’accès libre au corps de ce dernier pour un enterrement digne

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée par la prise en otage qui ne dit pas son nom par les autorités rdcongolaises du corps de monsieur Rossy Mukendi Tshimanga, activiste pro-démocratie tué le 25 février 2018 pendant les marches pacifiques des organisées par le Comité Laïc de Coordination (CLC).

Nonobstant l’autorisation de l’Auditorat Militaire de procéder à la levée du corps du regretté Rossy Mukendi Tshimanga de la Morgue, des informations parvenues à la VSV font état du refus par les responsables de la Morgue de l’Hôpital Général de Référence (ex Mama Yemo) de donner l’accès à la famille tel qu’elle le souhaite d’identifier préalablement le corps de M. Rossy Mukendi Tshimanga en vue de s’assurer qu’il s’agit bel et bien de celui de leur fils ou frère avant de fixer rapidement la date de la levée dudit corps de la Morgue.

D’aucuns s’étonnent que les autorités rdcongolaises s’approprient indument le corps de l’activiste Rossy Mukendi Tshimanga qu’elles n’ont pas voulu, pourtant, protéger de son vivant.

Sur un autre volet, la VSV dénonce fermement les intimidations et menaces contre la famille de l’activiste pro-démocratie Rossy Mukendi Tshimanga de la part des inconnus se réclamant des services de sécurité. Ces menaces reçus au téléphone par les sœurs biologiques du défunt en dates du 28 et 29 mars 2018 à travers le numéro « +243 815 778 944 » se traduisent en ces termes « Bino bozo yoka te. Soki Yaya na bino oyo azalaki Mutu ya makasi tokangisi ye munoko ebongo bino petit peuple » (traduit en français: « vous, vous n’écoutez pas. Si nous avons réussi à faire taire votre grand Frère qui était fort et à fortiori vous petit peuple »).

La VSV saisit cette occasion pour rappeler aux autorités rdcongolaises qu’il leur incombe au premier chef la mission de garantir la sécurité des personnes et de leurs biens. Il est donc de leur devoir d’apporter la sécurité nécessaire aux membres de la famille de Rossy Mukendi Tshimanga qui se sentent en insécurité et ne savent à quel saint se vouer.

Pour la VSV, Il est inadmissible qu’après l’énorme préjudice qu’ils ont subi de la part de l’Etat rdcongolais avec l’assassinat de leur fils et frère que les membres de la famille du défunt fassent l’objet d’intimidations et des menaces de toutes sortes.

Eu égard à ce qui précède, la VSV recommande aux autorités rdcongolaises:

  • Donner l’accès libre aux membres de la famille de Rossy Mukendi Tshimanga au corps de ce dernier en vue de l’identifier et de leur permettre de lui organiser dans un bref délai des obsèques dignes;
  • Garantir, sans failles, la sécurité de tous les membres de la famille de l’illustre disparu sinon la communauté mondiale des défenseurs des droits humains, les militants pro-démocratie et les personnes éprises du respect des droits humains tiendront pour responsables les autorités rdcongolaises de tout ce qui pourrait leur arriver.

Fait à Kinshasa, le 9 avril 2018

 

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) © Congoindépendant 2003-2018