Les aveux de Jaynet « Kabila »

Quelle mouche a pu piquer l’énigmatique Jaynet « Kabila » pour se mettre « en vedette », mardi 3 septembre, à l’Assemblée nationale alors qu’elle est regardée, par la grande majorité de la population du Congo-Zaïre, avec une curiosité insatisfaite. Une population qui peine à la considérer comme un membre à part entière de la grande famille congolaise. Et ce en dépit du fait qu’elle « réside » sur le sol zaïro-congolais depuis plus de deux décennies.

Inutile de relever que le sol zaïro-congolais n’a guère vu naître cette dame. Il ne l’a pas non plus vu grandir. Rien d’étonnant que cette « brave femme », âgée aujourd’hui de quarante-huit ans, n’ait aucune « attache affective » avec le Congo-Zaïre qu’elle n’a découvert qu’à plus de vingt-cinq ans d’âge.

Durant les « années Joseph Kabila » (dix-huit ans), « Jaynet » et les autres membres de sa fratrie ont vécu dans une sorte de « citadelle assiégée » évitant scrupuleusement de « socialiser » avec leurs « nouveaux compatriotes ». La sécurité rapprochée de « Joseph » était assurée notamment par des Zimbabwéens.

Deux décennies après avoir foulé le sol de nos ancêtres, « Jaynet » est restée, au propre comme au figuré, une étrangère. Rares sont les Congolais qui peuvent, les yeux fermés, reconnaître ne serait-ce le timbre de sa voix. Et dire qu’elle siège à l’Assemblée nationale depuis 2011.

A l’occasion de la présentation du programme de gouvernement du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, mardi 3 septembre, ce député national étiqueté FCC (Front commun pour le Congo), a pris la parole en proposant au nouveau chef du gouvernement d’organiser le « recensement » de la population. La dame a proposé également l’instauration d’un « service national ». Un passage obligé, selon elle, pour les jeunes diplômés du cycle secondaire.

Née en Tanzanie où elle a grandi, « Jaynet » a dit, au cours de son intervention, qu’elle a eu à  « servir la nation » (tanzanienne) durant une année avant d’entamer les études supérieures. Selon elle, cette expérience a pu forger sa personnalité.

Le recensement de la population n’est pas une mauvaise chose en soi. Bien au contraire. Ce mécanisme permet aux gouvernants de disposer des données statistiques de nature à favoriser une rationalisation des politiques publiques.

A titre d’exemple, au niveau local, les informations recueillies permettent aux pouvoirs publics de connaitre tant le nombre d’habitants que les équipements (crèches, écoles, hôpitaux, moyens de transport, logement etc.) à prévoir.

Là où le bât blesse est qu’une telle suggestion sorte de la bouche de la très énigmatique « Jaynet », une personne qui n’a jamais fait mystère de son « refus d’intégration » dans la société congolaise. Une personne qui fait partie de ces « nouveaux Congolais » sortis du néant et qui considèrent leur pays d’adoption comme un « butin de guerre » voire la « caverne d’Ali Baba ». Bonjour le razzia!

Tout recensement implique l’identification de la population en général et des citoyens en particuliers. Dans l’euphorie du 17 mai 1997, les nouveaux maîtres du pays, autoproclamés « libérateurs », avaient invalidé la carte nationale d’identité dite « Carte pour citoyen », émise sous la IIème République de Mobutu Sese Seko.

Vingt-deux années après, les Zaïro-Congolais attendent désespérément que les pouvoirs publics leur délivrent la nouvelle pièce d’identité. Leur citoyenneté est méconnue.

« Joseph Kabila » qui a dirigé le pays durant dix-huit ans (26 janvier 2001 – 24 janvier 2019), a semblé considérer cette question comme le cadet de ses préoccupations. Depuis 2006, la carte d’électeur tient lieu de document d’identification de la population. N’importe quel roublard peut s’en procurer.

Question: en suggérant au nouveau « Premier » de procéder au lancement du recensement de la population, « Jaynet » rêve-t-elle de profiter du désordre ambiant pour faire octroyer la nationalité congolaise à tous ces individus de son acabit, au parcours nébuleux et à la loyauté à deux vitesses?

En reconnaissant qu’elle a eu à « servir la nation » dans le cadre du « service national » en Tanzanie, « Jaynet » n’a pas dit toute la vérité. Elle n’a pas osé dire que son frère « Joseph » et elle ont effectué, une année durant, le service militaire dans l’armée tanzanienne. C’était au camp militaire de Mbeya.

Peut-on accomplir le service militaire dans une armée nationale sans être citoyen du pays concerné? La réponse tient en un mot: Non! En relevant ce pan de son parcours mystérieux, Jaynet « Kabila » – dont le véritable patronyme serait Mtwale – est passé aux aveux. Elle a avoué qu’elle n’est ni plus ni moins qu’un imposteur qui a usurpé la nationalité congolaise.

Quand les Congolais « se réveilleront », ils ne manqueront pas d’exiger une « reddition des comptes »

 

Baudouin Amba Wetshi

23 thoughts on “Les aveux de Jaynet « Kabila »

  1. Voir que les opportunistes FaTshi et le Burundais Kamerhe se ruent sur l’initiative de cette Tanzanienne, non pas par patriotisme, mais y sentant le fric a detourner en amont sur chaque carte biometrique vendue ou renouvelee, inclu donc aux Tanzaniens et Zimbabweens.

  2. Cher BAW,
    Il y a quelques années, une source a révélé cette « vraie » biographie de Jaynet « Kabila »:
    « Jeannetta NDESAMBURO (alias Jaynet KABILA) est née un certain 9 mai 1968 a Rubavu (Rwanda). Fille d’un certain éleveur de vaches à Rubavu. Son père Arthur NDESAMBURO et sa mère Thérèse RUKONDO MURAMIRA. Tous issus du groupe ethnique Abahutu (mélange de Hutu, Tutshi et Twa). Jaynet KABILA est la sœur cadette du défunt père géniteur de Hippolyte KANAMBE KAZEMBEREMBE (alias Joseph KABILA) actuel président de la RDC, imposé par la communauté internationale. Ses frères Zoé, Jean-Claude et sa sœur Muramira KANAMBE qui évolue en Arabie la gérante d’une cinquantaine des entreprises familiales du clan KANAMBE. Elle utilise 12 fausses identités… Jaynet KABILA, l’ancienne domestique de la paroisse St Peter à Kampala est actuellement millionnaire en dollars et compte plus de 90 entreprises, des avions dont 9 Boeing B qui commenceront des opérations en Asie….. »
    Janet « Kabila » a même poussé sa hardiesse plus loin, en proposant, en plus du recensement, qu’une 5e langue nationale soit rajoutée aux 4 autres….! Mais laquelle? Et plus grave encore, Felix Tshilombo a eu les mêmes mots en annonçant le lancement de la campagne «d’identification biométrique de tous les citoyens».
    Coïncidence ou connivence? Tout cela montre que Tshilombo « Tshivube » n’a pas suffisamment de la niaque pour mener le bateau Congo à bon port!

    1. KUM
      ozosala yango na nkooooo to eza vraiment b´insuffisances dans l´art de raisonner nde ezo sopa yo boye? Entasser du probable, de l´hypothétique… pour tirer une conclusion péremptoire, ferme et absolue eza RIGOLO. Critiquer est un droit légitime, mais pensez à rester crédible et sérieux dans la critique. (Kanda ? Vous oubliez une chose : Si les résistants avaient eu la « niaque » pour agir, ils auraient peut-être renversé Kabila et, par conséquent, empêché l´avènement de Félix que vous semblez tant détester).
      – « Tout cela montre que… » : NON, KUM, vous avez aligné des phrases, voire des interrogations, mais rien montré/démontré. Votre amas de mots pourra faire plaisir à ceux avec qui vous pratiquez l´’INCESTE’ ici, mais est loin de faire honneur à l´art de raisonner.

      1. @rwandais
        D’après vous, l’avènement de Félix s’explique par le fait que les résistants n’ont pu renversé  » kabila  ».
        Ah bon ? Comment le dire en kinyarwanda ?

  3. BAW
    « Quelle mouche a pu piquer l’énigmatique Jaynet « Kabila » pour se mettre « en vedette »… »
    On ne peut que s´en réjouir, car elle s´est livrée (nous a livré) davantage (de matières).

  4. Tout cela dépasse la raison !
    Cette dame sait parfaitement comment les bouffons qui sont au pouvoir aujourd’hui ont été nommés par sa  » Cosa Nostra  »et installés à la tête des institutions du pays. Et vous allez voir que le  » Grand-prêtre  » No. 2 va s’exécuter platement. Sauf si Fils Mukoko et la vraie base de l’UDPS en décident autrement.

  5. @ BAW Jaynet est tantôt rwandaise tantôt tanzanienne, la confusion et de la pure intox. Des enfants congolais qui naissent en SUISSE font le service militaire. @ KUM va te faire libérer à Kigali. Jaynet Kabila travaille et se construit une fortune pendant que tu passes ton temps à écrire des romans terre à terre. Va lire UN CROCO A LUOZI et tire même une inspiration de chez Zamenga. Une 5ème langue nationale, vous l’aurez bientôt. Nous y travaillons. Whatch this space.!

    1. @Minue Itoka
      Vous n’en avez pas assez de débiter inepties sur inepties ?
      Que cette dame soit rwandaise ou tanzanienne, que rwandais d’origine avec ses « frères » ils aient grandi en Tanzanie et soient devenus tanzaniens, à la limite cela concerne peu les Congolais. Ce qu’il nous importe de noter est que tanzaniens – elle a avoué avoir fait leur service national – ils aient commis le crime de haute trahison en usurpant la nationalité Congolaise jusqu’à la présidence. A moins que vous ayez eu vent de leur naturalisation officielle…
      Ailleurs, comment pouvez-vous être aussi limité pour ne pas comprendre une évidence aussi élémentaire selon laquelle un jeune dont la famille est d’origine Congolaise fait son service militaire en Suisse parce qu’il est de nationalité suisse.
      Je vois, vos multiples nationalités dictées par votre UBWENGE ne vous ont pas appris ces subtilités car votre culture de mensonge s’accommode de tous les jonglages mafieux…

    2. @minue itoka
       » Des enfants congolais qui naissent en SUISSE font le service militaire  »
      Ubwenge ou métastase cérébrale ?

  6. Cher BAW,
    # Vous posez en préambule une question à laquelle à mon avis vous n’avez pas donné une réponse conséquente et pourtant. « QUELLE MOUCHE a pu piquer l’énigmatique Jaynet « Kabila » pour se mettre « en vedette », mardi 3 septembre, à l’Assemblée nationale alors qu’elle est regardée, par la grande majorité de la population du Congo-Zaïre, avec une curiosité insatisfaite. Une population qui peine à la considérer comme un membre à part entière de la grande famille congolaise. Et ce en dépit du fait qu’elle « réside » sur le sol zaïro-congolais depuis plus de deux décennies.[…] »
    Selon moi, la réponse à cette question est celle que j’ai donnée ailleurs : si curieusement elle ne s’est pas permise de « bomber le torse » aussi visiblement sous le règne de son ‘prétendu’ frère jumeau ‘JK’ et que c’est maintenant après l’apparente alternance à la tête du pays qu’elle le fait, c’est qu’elle trouve les conditions réunies pour « crier victoire dans un pays que ces immigrés usurpateurs croient avoir complétement conquis ». Avouer aujourd’hui conquérante son passé tanzanien est un affront caractérisé envers notre pays, le « recensement » et le « service national » qu’elle propose seraient de sa part une lucide et utile préoccupation si derrière il n’y avait pas une ruse diabolique, que ces conseils coïncident avec un projet récent de Tshisekedi en disent long sur ces nouvelles conditions favorables à eux deux.
    Question : quelles sont ces conditions ?
    # – Hier sous ‘JK’ « l’occupation rwandaise tutsi » était hypocritement tue, l’ex raïs personnellement impliqué comme principal agent de cette occupation se trouvait trop vulnérable de la proclamer tout haut face à une population qui d’une façon ou d’une autre ne le lui aurait pas pardonné. Les bons observateurs n’ont certes pas manqué de déceler les indicateurs patents de son rôle de « Cheval deTroie » mais tout était confiné dans une sorte de clandestinité qui ne lui permettait pas encore d’assumer ouvertement ce qui doit s’appeler une « haute trahison ».
    – Hélas aujourd’hui nous avons à la tête du pays un nouveau PR qui a pris le parti d’ignorer la problématique de l’occupation et qui s’est précipité à nouer des « relations de bon voisinage » avec Kagame, Kaguta… après pourtant un conflit meurtrier avec ces derniers pour lequel il n’a pas signé le moindre armistice. Ignorance crasse de ce passé ou course à la facilité pour exister régionalement et internationalement, à moins qu’il ait bêtement obéi à des recommandations des puissants ? N’empêche que cela reste une résolution risquée car nos rusés voisins non seulement gardent leurs raisons de déstabiliser et de piller le Congo mais aussi parce qu’ils continuent dans les faits à les appliquer face à un Tshisekedi, une proie facile pour eux à manipuler.
    # Notons en passant que le « recensement de la population » est une priorité mais qui doit d’abord reposer sur une identification précautionneuse des nationaux sinon c’est la porte aux envahisseurs ; ne faudra-t-il pas alors à l’occasion mettre de l’ordre dans la législation sur la nationalité ?
    Quant au « service national », je ne sais s’il existe dans le programme de Tshisekedi mais c’est une proposition qui nécessite investigations d’autant qu’au-delà de ses mérites en termes de citoyenneté, il exige une logistique coûteuse qu’il faut sereinement préparer en ces temps de budget plutôt dans les chaussettes.
    # Voilà donc ma pauvre réponse : la « MOUCHE » de ‘Jaynet Kabila’ c’est cette assurance d’envahisseuse qui croit enfin avoir réussi la conquête de ce Congo trop malléable. Mais que cela se passe sous le mandat d’un nouveau PR qui s’est promis le « changement » alors que question relations régionales c’est le regain injustifié et déguisé d’une quasi soumission aux volontés hégémonistes, expansionnistes et pilleurs des voisins doit interpeller tous les Congolais. Sommes-nous sur la bonne voie là-dessus ?
    A chaque Congolais de répondre mais pas en nous voilant la face éludant que seule notre capacité à défendre souverainement notre pays nous sauvera des appétits mafieux de nos voisins, pas des amabilités malvenues !!!

  7. Mes oncles Katangais nous disent que les fameux jumeaux sont les enfants de leur grand-frère sa Mzeité Laurent Désiré Kabila , ( Watoto wa ndungu yetu ) , je me rappelle que Bosco NTanganda était commandant région , donc le numéro 1 de la Fardc à Lubumbashi, comme langue de son métier il parlait le Kinyarwanda, aujourd’hui le sort du commandant Bosco Ntanganda est scellé à la C.P.I à qui la faute ?? aux Rdcongolais médiocres à tous les niveaux ,qu’ils soient intellectuels , pasteurs ou analphabètes leurs structures mentales restent identiques et sans aucune influence sur les autres aspects de la vie .

    1. @Balabi POSHO
      Je ne sais d’où vous sortez, sans doute de Kigali ou de Minembwe de Ruberwanda pour ne pas comprendre que le crime de ‘Jaynet Kabila et de ses frères’ ce n’est pas d’être des Tanzaniens et de l’avouer mais de s’être transformés sans autre forme de procès en Congolais. Est-ce si difficile à comprendre ? On voit où mène l’UBWENGE mais méfiez-vous, un jour vous buterez sur un os…

    2. @ balashi poscho
      Etre tanzanien n’est pas un crime.
      Etre tanzanien et député au Congo me semble préoccupant.
      Non ?

  8. @ Nono, rejoint KUM et « Combattant resistant dans l’ ombre » et rendez vous à Kigali pour y réclamer votre independence. Rwandair est regulier à N’djili. Bokoloba bokolembe, kombo KABILA ekobunga te!

    1. @Minue Itoka ou « Minu epola »,
      La même force qui a contraint votre frère Hippo à se tenir un peu à l’écart, cette force (dis-je) va vous obliger l’un de ces jours à retourner dans vos mille collines. Vous avez eu la vie sauve parce qu’il y a eu un traître dans nos rangs. Mais ce n’est que partie remise, croyez-moi !

    2. @Minue Itoka
      Vous feriez mieux de metre d’abord de l’ordre dans vos ineptes élucubrations : de quel Kabila dont le nom ne sera pas oublié parlez-vous ? Le vrai ou le faux. Et puis le nom de Dutroux non plus ne sera peut-peut-être pas oublié mais pour quel souvenir ? Vous aurez compris, quitte à choisir je préfère retenir le nom de LD Kabila le brouillon nationaliste revolutionnaire que celui d’un certain ‘JK’ criminel usurpateur. Bon, libre à vous et vos frères Tutsi ivres de votre Ubwenge de célébrer celui qui vous a maintenus par fraude au Congo mais méfiez-vous, comme l’a prédit Rev Ekofo, un os est impérativement au bout de votre route, il surgira même peut-etre plus tôt que vous pouvez l’imaginer…

  9. « Joseph Kabila », un rwando-Tanzanien à la tête de la République Démocratique du Congo!
    Par Chryso Tambu, plublié le 1er novembre 2011
    A près d’une trentaine de jours avant la date probable du scrutin présidentiel prévu cette année, d’aucuns pourront être choqués par l’oisiveté de l’opposition suite à une information en rapport avec le service militaire en Tanzanie de « Joseph Kabila » qui revient dans le collimateur et devrait disqualifier sa candidature. L’opposition a-t-elle tort de négliger une telle information? Les candidats à la magistrature suprême se gardent-ils de contester l’égibilité du président sortant pour éviter un examen approfondi de leurs propres dossiers?
    Lorsque la mère putative de « Joseph Kabila », Sifa Mahanya, durant l’interview qu’elle a accordée à Colette Braeckman du journal « Le Soir » en date du 2 juin 2006, commet « l’imprudence » de révéler avec un peu trop de précision que « après avoir terminé les études secondaires à Dar es Salaam et fait , comme tout le monde en Tanzanie, une année de service militaire, les jumeaux sont envoyés à l’université de Makerere en Ouganda », elle avoue implicitement que « Joseph Kabila » et sa soeur détiennent la nationalité tanzanienne.
    S’étant certainement rendu compte de la gravité d’une telle révélation, l’ancien porte-parole à la présidence de la République, Kudura Kasongo, tentera de « limiter les dégats » comme plus tard avec la « note biographique » de « Joseph Kabila » que Baudouin Amba Wetshi, dans son article « L’égibilité de Joseph Kabila en question » paru dans Congoindépendant.com en date du 6 octobre 2011, rapporte avoir été publiée le 12 février 2009 et sur laquelle il est mentionné « Formation militaire en Tanzanie ». En présentant l’épisode militaire de « Joseph Kabila » sous cette connotation (positive), le porte-parole avait comme intention de tromper l’opinion afin de suggérer qu’il s’agissait d’un simple stage ou d’une simple formation plutôt d’un recrutement.
    Cependant, la déclaration de mama Sifa ne laisse aucun doute qu’il s’agit bien d’un devoir de citoyen (réservé à un tanzanien ou une tanzanienne qui a atteint l’age de maturité). En effet, le brigadier général, Emanuel Maganga, confirme que d’après la Constitution tanzanienne de 1961, telle qu’amendée en 1966, 1977 et 1998, il est requis « uniquement aux Tanzaniens d’origine et naturalisés de servir une année dans les forces armées ».
    « Joseph Kabila » est né en dehors des frontières de la République « Démocratique » du Congo (Hewa bora étant une localité fictive) et certainement au Rwanda. Il a immigré en Tanzanie où il a été éduqué dans un système scolaire britannique. Dans un cable diplomatique confidentiel daté 19 septembre 2007 et rendu public par Wikileaks, l’ambassadeur et le chargé d’Affaires américains – tous les deux impressionnés – informent leur gouvernement après l’entretien avec « Joseph Kabila » que « …Pour quelqu’un qui n’a pas fait des études en français, sa maîtrise de la langue de Molière est carrément impressionnante… » Bien sûr, pendant onze ans de séjour illégal en RD Congo, il a eu le temps de recycler sa langue maternelle! Et les deux diplomates d’ajouter: « …l’anglais qu’il a appris en grandissant en Tanzanie est idiomatique et articulé ».
    Après son service militaire en Tanzanie, « Joseph Kabila » est retourné au Rwanda où il retrouvera ses origines tutsi, s’assimilera très facilement aux autochtones et sera recruté dans l’armée.
    Une parenthèse. L’Université de Makerere en Ouganda est une mascarade pour éviter du tout de le localiser sur le territoire rwandais durant cette période au risque de compromettre sa nouvelle identité fabriquée de toutes pièces par Louis Michel et adoptée par la communauté internationale. Au moment de la rédaction de cet article, le doyen de la faculté de Droit, le professeur Ben Twinomugisha, avait été contacté, au mois de septembre dernier, pour la vérification de l’information sur le parcours académique de « Joseph Kabila » et il avait promis de consulter les archives. Depuis lors, non seulement il se retient de faire tout commentaire mais il ne retourne plus les appels téléphoniques et ne répond plus non plus aux couriers électroniques!
    Quand « Joseph Kabila » foule le territoire congolais (zairois) en octobre 1996, il est réellement Tanzanien mais assimilé Rwandais (la Constitution rwandaise d’alors ne reconnaissant pas la double nationalité). Agé d’environ 25 ans, il répond encore à son vrai nom de Hyppolite etc mais sera « baptisé » Joseph et adoptera le patronyme de Kabila au moment où Laurent Désiré Kabila s’auto-proclame président de la République Démocratique du Congo.
    Après la mort tragique du « libérateur », Mzee, une oligarchie des Congolais et des étrangers -particulièrement l’Américain Mwenze Kongolo, un Congolais assimilé, alors ministre de la Justice et un des trois hommes forts du régime de Laurent Désiré Kabila – va investir « Joseph Kabila » à la magistrature suprême en 2001 par un coup d’Etat. Et en 2006, profitant de la faiblesse de l’opposition, l’imposteur usurpe le pouvoir dans un système où l’équilibre des pouvoirs est inexistant, la corruption est institutionalisée au plus haut sommet de l’Etat, et le peuple est victime des violations quotidiennes des droits de l’homme et de la répression.
    Aujourd’hui, le peuple congolais est sorti de sa léthargie et proteste. Mais, il incombe aux candidats à la magistrature suprême qui déclarent justement incarner les aspirations des Congolais pour un Etat de droit de contester la candidature du président sortant avant l’éléction. C’est une question de principe. C’est surtout un droit. Et « joseph Kabila » n’est toujours pas Congolais (ne sera jamais d’origine!).
    Le peuple congolais sera pris à témoin!
    chryso45@hotmail.com

  10. Bon, cette dame « Janet Ndesamburo Selemani Kabila » n’est pas si bête qu’on pense. Elle a choisi le bon timing pour son » coming out moment » pour ainsi dire. il y a rien d’innocent dans son discours Je lui demande juste, un peu plus d’effort Spill the beans.. dit tout… N’avance pas masquée, sois transparente comme Azarias Ruberwa.
    Personne ne doute encore que l’ex Président « Joseph Mtwale Kanambe Kabila et sa fratrie sont des Tutsis, de nationalité tanzanienne. Laurent Nkundabwatere l’a dit et redit. Son frangin ou cousin Zoé a aussi implicitement abondé dans le même sens, en déclarant qu’il ignorait à l’époque qu’il était d’origine congolaise Big lie.. J’ai la conviction pour ma part que la diversité est une richesse, en Jamaique, on dit « Out of many, one people » Les gens ne doivent pas cacher leurs origines ethniques, tribales ou linguistiques mais plutôt valoriser, apporter les bonnes choses de leur culture d’origine, aimer, faire le tri et s’intégrer dans la culture du pays d’accueil. Azarias Ruberwa, lui ne cache pas ses origines et il a raison pour autant qu’on ne verse pas dans l’ethnicisme ou relativisme culturel. La diaspora doit combattre le stéréotype du Tutsi, menteur pathologique et bosseur, du Bantou, fainéant et orgeuilleux car l’ignorance et la peur de l’autre, tuent

  11. Le Discours creux d’hier du collabo traître mythomane menteur escroc Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo président protocolaire sans impérium (effectivité du pouvoir) prouve encore que le Kongo RDC est un pays où la collaborationnidte classe politique traîtresse est citée comme un témoin à charge contre son propre Peuple lors d’un procès inéquitable de la honte contre le Peuple Kongolais avec des Juges partiaux corrompus qui ordonnent aux accusés de terroriser les avocats du Peuple. Le Jury étant Satan himself…. LES IMPÉRIALISTES ET LES NOMADES OCCUPANTS TUTSI NILOTIQUES EN DÉBANDADE… Désormais les Nomades Occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais tels que Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila-Kabange, Jaynet Kanambe alias Jeannette Désirée Kabila-Kyungu, Zoé Selemani alias Zoé Kabila-Mbala ne se cacheront plus car la Résistance Combattante les a démystifiés, exposés, démasqués en dénonçant le complot, en vidant toute la substance de leur Imposture au KONGO. Décidée au G7 en aparté entre Macron, Merkel et Kagame sermonné par ses maîtres parrains marraines impérialistes, l’émergence d’une classe moyenne au KONGO RDC sera une condition si ne qua non pour tout vrai Kongolais collabo laxiste inconscient qui acceptera la présence diabolique des Tutsi Nilotiques, Banyamulenge, Banyarwanda sur le sol sacré Kongo de nos aïeux. Raison pour laquelle le traître collabo président protocolaire Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo nommé par l’imposteur alias Kabila vante la distribution des cartes d’identité biométrique en connivence avec alias Jeannette Kabila qui annonce sur le perchoir du Parle et ment d’Occupation l’imminence du recensement administratif et scientifique pour dénombrer tous les habitants actuels du KONGO afin qu’ils aient illégalement tous la nationalité Kongolaise sans un coup de fusil… Aux Tutsis Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais Nomades pour toujours, l’espace KONGO n’est n’est pas le Kénya, l’Érythrée,le Djibouti, la Somalie, le Soudan, l’Éthiopie, la Tanzanie, l’Ouganda, le Burundi, le Rwanda… C’est l’endroit où votre nomadisme qui veut devenir sédentarisme s’arrêtera car la suite de ce combat long et populaire sera épique. Suivez nos regards du côté des Combattants Résistants Maï Maï Makesa ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongolais)… Qui vivra verra… Ainsi soit-il… Ingeta

Comments are closed.