Lettre ouverte à RFI Afrique du 5 mai 2021

A propos de l’Etat de siège en Ituri et Nord-Kivu « Le chef de l’État a décidé de faire confiance à deux anciens rebelles […] »

Lubumbashi, le 5 Mai 2021, L’IRDH a suivi l’information sur la Radio France Internationale (RFI) de ce mercredi 5 mai 2021 qui, parlant de l’Etat de siège en Ituri et au Nord-Kivu, dit d’entrer de jeu que « Le chef de l’État a décidé de faire confiance à deux anciens rebelles ».

Et de continuer que Le gouverneur militaire du Nord-Kivu, est un ancien de la rébellion du RCD Goma, proche du Rwanda, ce qui est d’ores et déjà pointé par certaines organisations de la société civile. En Ituri, c’est un ancien rebelle aussi qui est nommé, mais il est issu de la rébellion du MLC, considéré comme proche de l’Ouganda.

Il est de notoriété publique que la RDC continue à subir des affres de la guerre d’agression datant d’avril 1996, à laquelle avaient participé le Rwanda et l’Ouganda, avec l’appui des entreprises multinationales et des puissances occidentales.

Par ailleurs, l’histoire des rebellions de la RDC renseigne que toute la classe politique actuelle est dirigée par des politiciens issus des rangs d’anciens mouvements rebelles. Tous les regroupements politiques, de l’Union Sacrée pour la Nation (USN) ou du Front Commun pour le Congo (FCC), regorgent des hauts cadres issus des rebellions.

L’IRDH apprécierait le professionnalisme de la RADIO DU MONDE, si elle pouvait capter l’inquiétude que créerait cette forme de discours tendant à créer un équilibre entre des groupes armés/rebelles actuels et des militaires de l’armée régulière qui décide de reconquérir la Paix et la Sécurité dans une région où des terroristes égorgent la population civile au quotidien.

Distiller des informations selon lesquelles les nouveaux gouverneurs nommés sont proches des pays agresseurs, semble viser à créer de la confusion dans l’opinion publique congolaise appelée à soutenir leurs Forces armées contre des groupes d’égorgeurs mal identifiés.

Au regard du DROIT A LA VIE des millions de congolais, de l’URGENCE DE SAUVER DES VIES HUMAINES EN DANGER, en plus de l’absence d’une procédure judiciaire quelconque déclenchée contre des politiciens ou lesdits officiers généraux, la RADIO DU MONDE ne devrait pas souffler un vent pouvant créer de la confusion. Elle est une radio au service de l’humanité à laquelle l’IRDH recommande de privilégier l’intérêt des victimes d’atrocités immondes qui se passent à l’EST de la RDC que de générer un discours démobilisateur des forces vives de la nation, au profit des égorgeurs de l’ADF.

L’IRDH demeure mobilisé, dans le cadre du Contrôle Citoyen.

 

Pour l’IRDH,
Maître Tshiswaka Masoka Hubert
Directeur Général

7 thoughts on “Lettre ouverte à RFI Afrique du 5 mai 2021

  1. Étrange ! RFI n’a fait que relayer une info vraie et vérifiable.
    Qui ne sait pas que la plupart des chefs militaires basés à l’Est du pays sont soit des Rwandais ou leurs larbins congolais ?

  2. Les Africains en général et les congolais en particulier doivent quitter ce réflexe qui veut que parce que c’est RFI qui le dit donc c’est vrai. Cette radio défend les intérêts français parce que les journalistes sont payés par les contribuables français, donc, leur liberté d’expression trouve ses limites là où les intérêts du pays sont menacés, les congolais doivent avoir cette réalité à l’esprit lorsqu’ils interviennent sur les antennes de cette radio. Je vous rappelle au passage que le ministère public français requis le non lieu à l’encontre des militaires français accusés d’avoir eu un comportement équivoque lors du génocide Rwandais, RFI n’en a pas fait état. Je demande aux compatriotes d’avoir un réflexe qui protège nos intérêts quel soit nos divergences politiques.

  3. Ecore une fois je dois être, j’avoue ne pas voir l’intérêt de l’interrogation ci-dessus : l’IRDH voudrait-elle que les Congolais ne soient pas informés que les gouverneurs militaires nouvellement nommés au Nord Kivu et en Ituri sont des ‘anciens rebelles ?
    Un, nos Compatriotes ne sont pas si nuls pour ne pas comprendre les choses d’eux-mêmes, ils sont selon moi capables de digérer les informations qu’on leur livre ; faire de l’information de Rfi une sorte de casus belli est quelque part une obsession de trop ;
    Deux, d’un côté on chante notre indépendance et le refus de toute ingérence dans notre souveraineté, de l’autre on s’empresse de voir dans ceux qui semblent se mêler de nos affaires internes une agression, ce n’est pas faire preuve d’une capacité solide de notre indépendance…
    Bref revenir ainsi à l’info de Rfi est pour moi lui accorder une importance qu’elle n’a peut-être pas et en même temps refuser la liberté d’expression démocratique donnée à tout le monde même aux étrangers !

  4. Depuis des années, la Société civile des Kivu alerte sur l’infiltration de nos institutions et de l’Armée par des Rwandais, Ougandais, etc… ou des suppôts de ces pays, particulièrement du Rwanda! Je n’ose pas parler des très nombreuses philippiques de feu N’gbanda!
    Se souvient-on encore de feu Mamadou Ndala et de feu Bahuma? Sans remonter aux Mbunza Mabe, Agolowa, etc…!
    « Un peuple sans mémoire ne peut être un peuple libre » (D. Mitterrand)
    « Comprendre c’est déjà agir » (Anonyme)
    Curieux de vouloir s’en prendre à RFI qui ne fait que répéter ce qui se sait depuis des lustres! D’où est venu le RCD?

  5. Mkubwa Me H. Tshiswaka: Il n’y a pas de CONFUSION. C’est le passé rebelle desdits officiers véritablement rapporté par Rfi. Vous écrivez sans nuancer : « toute la classe politique actuelle est dirigée par des politiciens issus des rangs d’anciens mouvements rebelles ». Même FATshi de l’udps?

    1. REBELLES?
      Si RFI pouvait raconter cette histoire de la rebellion, nous allons retrouver sans peine la grande responsabilité de la France qui avait contraint Mobutu d´ouvrir les frontières du Zaire et de deverser des millions des rwandais au Kivu.
      C´était la guerre de la France qui soutenait Habyarimana contre ses frères ennemis tutsis rwandais qui est la cause de toutes ces rebellions.
      REBELLE?
      Ndima ex officier de la DSP ne s´est retrouvé dans la rebellion qu´á cause de l´invasion du Zaire par l´armée rwandaise, une invasion cont la RFI ne parle sans doute pas… parce que la France accusée d´avoir participée au génocide rwandais ne souhaite pas se retrouver dans l´autre génocide, celui des millions des congolais massacrés par Kagame…
      Ndima et Alonga Boni peuvent certainement dire tout haut qu´ils se sont retrouvés dans la branche militaire du MLC pour défendre le territoire congolais… alors ce terme de rebelle par rapport á quoi ou par rapport à qui?
      LDKabila n´était-il pas un « rebelle » avant de s´auto-proclamer président? N´était-il pas juste de renverser Mobutu, l´allié de la France qui se retrouvé dans la cette guerre inter-rwandais mais ne pouvait pas imaginer que la guerre va continuer au Zaire pendant 20 ans?
      FELIX..?
      En tout cas l´UDPS était l´allié de Kagame.. pendant la rencontre á Sun City.. qui a oublié les voyages de Tshitshi au Rwanda?

Comments are closed.