Lubumbashi 20 juillet: « L’heure de vérité » pour « LAMUKA »

Ça passe ou ça casse! C’est le moins qu’on puisse dire de la réunion des leaders de LAMUKA convoquée le 20 juillet prochain, à Lubumbashi, par Moïse Katumbi, le président en exercice du présidium de ce cartel. Depuis la transformation, le 27 avril dernier, de cette plateforme électorale en « coalition politique », beaucoup d’eau a coulé sous le pont. La cohésion interne n’est plus ce qu’elle était. Antipas Mbusa Nyamwisi a « suspendu » sa participation. Soutenu par Adolphe Muzito, Martin Fayulu joue à fond la carte de la « radicalité » frisant le populisme voire l’incohérence. Les relations entre LAMUKA et le proche entourage du nouveau chef de l’Etat sont empreintes d’une « méfiance cordiale ». On assiste à un durcissement. La répression de la manifestation pacifique du 30 juin en témoigne. Il en est de même de la coupure du signal de la chaîne RTVS1, accusée, à tort ou à raison, de faire l’éloge de la haine. On espère que le porte-parole de l’Opposition sera désigné à l’issue de cette rencontre. L’objectif est d' »unifier » enfin les « éléments de langage » pour mettre fin à la cacophonie ambiante.

Le 27 avril dernier, les leaders de LAMUKA publiaient la « Convention » transformant l’ancienne plateforme électorale en « plateforme politique ». Depuis lors, la cohésion interne ne cesse de se fissurer. Et pour cause?

Dans un courrier adressé au Coordonnateur du présidium de cette coalition, en date du 17 juin dernier, Antipas Mbusa Nyamwisi annonce sa « décision de suspendre » sa « participation aux activités » de cette organisation politique.

En parcourant le courrier précité, il apparaît que les autres leaders étaient au courant des « concertations » que leur camarade avaient avec le président Felix Tshisekedi Tshilombo. Ancien élu de Beni-Butembo, « Antipas » voudrait apporter aux pouvoirs publics sa « contribution à la lutte contre l’épidémie à virus Ebola et à l’insécurité ». C’est ce qu’il avoue.

Jean-Pierre Bemba Gombo

KATUMBI ET L’ « OPPOSITION RÉPUBLICAINE »

Le 23 juin, Jean-Pierre Bemba a regagné le pays. Lors du meeting qu’il a animé le même jour à la Place Sainte-Thérèse, située dans la commune kinoise de Ndjili, l’évocation du nom de Moïse Katumbi provoqua des huées inexpliquées dans la foule. Le public semblait reprocher à l’ancien gouverneur du Katanga d’avoir « tourné le dos » à « la vérité des urnes » en optant pour une « opposition républicaine ». Le président du MLC faillit « subir le même sort » en clamant haut et fort sa volonté de privilégier l’intérêt du peuple.

Cette réaction de la foule a un début d’explication. Tout a commencé lors du meeting tenu par Fayulu le 28 avril au même endroit. De retour de sa tournée euro-américaine, « Martin » a fait preuve de populisme en disant ce que la foule venue l’écouter voulait bien entendre. A savoir que tout abandon de la vérité des urnes était assimilé à de la compromission avec le pouvoir tshisekediste. « Nous nous entendons pour dire à notre frère Felix de démissionner. Qu’il parte, qu’il arrête avec les bêtises », déclarait-il. Et d’ajouter: « Felix a fait notre honte. Felix a vendu le pays à Kabila ».

Ces propos n’avaient pas manqué un certain embarras auprès de certains leaders. On peut citer aujourd’hui Moïse Katumbi, Antipas Mbusa Nyamwisi et – dans une certaine mesure – Jean-Pierre Bemba. Des hommes réputés plutôt « pragmatiques ».

En fait, Fayulu a élevé  la « vérité des urnes » au rang d’un « fond de commerce ». L’homme est conscient que sans cette revendication il perdrait le « titre » flatteur de « ‘Président élu » pour redevenir tout simplement le Président de l’ECIDé.

Martin Fayulu Madidi

Fayulu n’a pas eu assez de cran pour signifier à ses partisans que la Convention signée le 27 avril par les six leaders, n’avait plus retenu le combat pour la « vérité des urnes » parmi les priorités qui étaient désormais au nombre de quatre. A savoir: la défense des articles intangibles de la Constitution; la mobilisation de la population à une alternance démocratique; la promotion d’un Etat de droit et d’une meilleure gouvernance et l’éradication des antivaleurs.

INCOHÉRENCE

En dissimulant à ses partisans les nouveaux principes arrêtés, de commun accord, avec les cinq autres leaders, Martin Fayulu a fait preuve d’incohérence et surtout de couardise. Il a eu peur d’être déjugé par des partisans fanatisés. Et pourtant, depuis le 27 avril, l’homme savait parfaitement que « la vérité des urnes » n’était plus à l’ordre du jour de LAMUKA. Ce « combat » était reporté aux prochaines consultations politiques.

La vérité parait implacable. Tout en revendiquant le titre de « Président élu » devant le grand public, Martin Fayulu était prêt à trouver un « compromis » avec le président Tshisekedi.

Le grand public et certains leaders de LAMUKA ont été, sans doute, atterrés d’apprendre que Fayulu avait conçu, à l’insu de ses camarades, une « proposition de sortie crise » qu’il tentait de « négocier » auprès de certaines chancelleries occidentales. Le document a été mis à jour en date du 12 mai 2019.

En un mot, le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 propose la mise sur pied d’une institution taillée sur mesure dénommée « Haut Conseil National des Réformes institutionnelles ».

En évitant d’aborder ce sujet au grand jour, Fayulu s’est tiré une balle dans le pied. Il s’est discrédité. Et ce non seulement aux yeux d’une importante frange de l’opinion congolaise mais surtout de cette communauté internationale qui dissimulait à peine sa « lassitude » au discours outrancier qui a fini par mettre une partie de la population en transe. « Felix » a déjà réagi en balayant du revers de main l’idée d’une telle institution.

« MÉFIANCE CORDIALE »

Kabila et Tshisekedi

Cinq mois après l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat, le constat est là: une certaine crispation semble succéder à la « décrispation politique » saluée par les observateurs tout au long des premiers pas du nouveau chef de l’Etat.

C’est un secret de Polichinelle de révéler ici que certains « radicaux » de l’UDPS, le parti présidentiel, suspectent LAMUKA de vouloir « déstabiliser » – c’est un euphémisme – le pouvoir du successeur de « Joseph Kabila ». En dépit des apparences, entre LAMUKA et Felix Tshisekedi l’heure est à la « méfiance cordiale ». L’entourage présidentiel paraît truffé des adeptes du « complotisme ».

S’il est vrai que la période post-électorale doit être un moment d’apaisement et de vie collective harmonieuse, il n’en demeure pas moins vrai qu’en agissant en solitaire, Fayulu est tombé dans son propre piège.

A Lubumbashi, ça passe ou se casse! C’est le moins qu’on puisse dire de l’issue de la réunion prévue le 20 juillet. On imagine que les leaders « modérés » de LAMUKA ne manqueront pas de profiter de cette occasion pour se désolidariser de la démarche de leur camarade. Sans jeter le bébé et l’eau du bain.

On imagine également que cette rencontre sera l’occasion pour les cinq leaders de lancer un vrai débat en vue de  la désignation d’un porte-parole de l’Opposition. Celle-ci ressemble aujourd’hui à une pétaudière…

 

Baudouin Amba Wetshi

53 thoughts on “Lubumbashi 20 juillet: « L’heure de vérité » pour « LAMUKA »

  1. Cher BAW,
    # Je me trompe sans doute, est-il qu’en vous lisant j’ai eu l’impression que vous vouliez vous rattraper de vos deux précédentes analyses assez critiques envers la gestion de Tshisekedi en tapant aussi sévèrement, je dirais même excessivement, cette fois sur Fayulu jusqu’à le traiter rien de plus que d »un leader solitaire incohérent qui s’est discrédité par son radicalisme peu pragmatique et qui dissimule la vérité à ses adeptes fanatisés pour ne pas être déjugé par eux et pour assouvir sa soif de rester le « Président élu ». Du coup toutes vos critiques pourtant si justes à propos du durcissement du régime de Tshisekedi risquent de tomber dans l’eau face à un Fayulu si peu méritant.
    Voilà mes première impressions…
    # Je me trompe peut-être, disais-je, mais moi je trouve que vous avez trop chargé la barque. Pour moi Fayulu n’est pas que ce que vous en dites, il vaut plus que quelqu’un qui n’aurait fait de la vérité des urnes que son fond de commerce. Il n’est dans tous les cas ce politicien véreux, imbu de lui-même, voué à se servir.
    En effet même si moi aussi je suis contre son radicalisme, je lui reproche d’abord de ne pas dépasser son stade de la vérité des urnes qui n’appartient qu’à son cas alors que le moment est venu d’en faire une nécessité démocratique qui appartient à tout le pays, à tout État de droit.
    N’empêche que je comprends sa déception personnelle et lui pardonne volontiers la passion qu’il met dans son combat pour la vérité des urnes. Je vois même chez lui une influence nocive de sa pratique religieuse empreinte de croyances fanatiques et naïves des binzambi-binzambi (mes excuses pour ma sévérité, mes convictions m’en éloignent).
    C’est dans ce sens que je trouve votre critique, cher BAW, démésurée.
    # Quant à ses relations avec les autres ténors de Lamuka et au destin de celui-ci, j’ai juste tendance à regretter qu’ils se dégradent parce qu’on a besoin d’une opposition solide mais ne crois pas que tous ces leaders de Lamuka soient des modèles qui valent plus que Fayulu ou que sans eux un Fayulu plus pragmatique ne ferait pas son chemin. Sa proposition de sortie de crise vaut au-delà de sa personne parce qu’elle existe comme une voie qui se défend.
    Et si la réunion du 30 juin devrait consommer l’éclatement de Lamuka , je le regretterai beaucoup, j’aurais voulu qu’au contraire elle soit l’occasion de les ressouder car je souhaite vivement qu’une opposition réunie joue efficacement le contre-pouvoir.
    Voilà ma vérité…

    1. PS
      # « Sa proposition de sortie de crise vaut au-delà de sa personne parce qu’elle existe comme une voie qui se défend » , disais-je.
      En effet Tshisekedi lui-même propose une reforme des règles institutionnelles du scrutin indirect aux sénatoriales et aux élections des gouverneurs parce qu’il y’aurait des cas « scandaleux » de corruption;
      Peut-on s’imaginer que la corruption attestée s’est envolée comme par miracle s’agissant du scrutin direct qui l’a élu ou plutôt nommé et qui a nommé en même temps députés nationaux et provinciaux ? Comme par hasard les organisateurs de ce scrutin direct càd le pouvoir, seraient devenus vertueux.
      # C’est du grand n’importe quoi : la corruption est partout dans ce pays, une première étape au niveau électoral exigerait des réformes sérieuses au niveau de la Ceni et de tous les à-côtés utilisés jusqu’ici au niveau de nos élections ; le deux poids deux mesures de Tshisekedi qu ne la voit qu’au niveau indirect pour ne pas remettre en cause sa propre élection est une fuite en avant qui ne tiendra pas durablement. Que cela passe par un Haut Comité National des Réformes Institutionnelles genre proposition de sortie de crise de Fayulu – en passant il y’a eu pour l’approuver des élus même dans Ensemble de Katumbi qui s’en moque officiellement pour houspiller une offre de dialogue discrète avec Tshisekedi alors que publiquement il dénonce son poste -, ou par une autre voie, il y’a bel et bien nécessité de réformes dans tous ces mécanismes pollués. La « pantalonnade » c’est bien de se voiler la face qu’il n’y a pas besoin de réformes. Qui vivra verra.

  2. Tout ce qui est excessif est insignifiant dit-on. Dans son pseudo combat pour la vérité des urnes, Fayulu est devenu la caricature même d’un politicien retors, sans conviction qui ne s’intéresse qu’à ses propres intérêts. Dans sa quête folle de vouloir demeurer le centre de la vie politique au Congo, il a perdu la raison. Il a peur de retrouver son étiage politique habituel, c’est à dire pas grand chose. En oubliant qu’il n’était  » qu’un garçon des courses » au service de Katumbi le financier de sa Campagne et de Bemba le propriétaire des troupes, il s’est brûlé les ailes, il est Icare. Ses baves et vociférations commencent à agacer même ses ouailles les plus déterminés. Son oukase sur la réforme des institutions n’est qu’une pantalonnade, une mascarade pour continuer à exister. A Lubumbashi on va assister à une réunion des hypocrites qui ne se gêneront pas pour se tirer dans les pattes, histoire de meubler leur quotidien devenu ennuyé, que dis-je insignifiant. La lutte pour le poste du patron de l’opposition sera une guerre d’empoigne.

  3. Et bientot, « l’Heure de Verite » sonnera aussi a la Coalition contre-nature « Cache »-FCC. Car Nehemie Mwilanya, Thambwe Mwamba & bandes ne pourraient nous « Cacher » a jamais ce « 3e Mandat » virtuel de JKK en cours.

  4. Chers Compatriotes,
    Il ne peut exister d’associations que de bienfaisance, et l’association sur base d’intérêts finit toujours par se désintégrer. Car, il suffit d’une petite rivalité de conflit pour que l’association vole en éclats. En est-il ainsi de Lamuka ? Je ne peux l’affirmer, seul l’avenir nous le dira. Est-ce ça les leaders politiques en qui les Congolais place leur confiance ? N’ayons pas peur de voir notre réalité en face, ainsi nous trouverons de vraies solutions à nos vrais problèmes. Nous devons combattre le tribalisme et voir l’intérêt suprême de la nation. Que Dieu nous vienne en aide..

  5. C’est cela une élite sans boussole. Qu’elle soit au pouvoir ou dans l’opposition, elle s’illustre avant tout dans la médiocrité ou le manque de lisibilité d’une démarche politique claire pour faire avancer le pays. Le 26 janvier dernier, j’avais publié dans ce journal en ligne l’article intitulé « Fayulu, taisez-vous SVP ! ». Il était clair que dès l’instant où les maitres du monde avaient pris acte de l’arrangement à l’africaine faisant du perdant Tshilombo le nouveau président de la république du Congo-Kinshasa, la quête de la vérité des urnes devenait non seulement une illusion mais en plus, elle jetait de plus en plus Tshilombo dans les bras de son bienfaiteur, le despote Joseph Kabila. Nous y sommes. La décrispation tant annoncée et attendue n’aura duré que l’espace d’un matin. Mon article ci-dessus qui avait suscité un total de 34 réactions. La dernière signée SMN était suffisamment éloquente sur le désarroi de notre peuple : « Quand aurons-nous vraiment des leaders qui étonnent par la sagesse de leurs prises de position ? Pauvre RDC… ». Oui, notre condamnation éternelle au bagne de la misère est avant tout le résultat de la démission de l’intelligence face au modèle politique que nous importons de l’Occident et qui depuis l’indépendance n’a jamais cessé de déchirer notre tissu social.

  6. Cher BAW,
    La situation est plus qu’urgente en RD-Congo. Minembwe est menacé et sur le point d’être occupé par le Rwanda (la population de ce coin en témoigne). Felix a donné quitus aux troupes rwandaises d’entrer en terre congolaise (deux bataillons rwandais sont dans le parc Virunga en ce moment) pour commettre les plus grands massacres qui aient jamais eu lieu. Alors prétendre qu’il y a « décrispation politique » nous surprend désagréablement.
    Ne nous distrayons pas sur ce que fait Fayulu, Katumbi, Bemba,… SAUVONS LE CONGO!

    1. Le comble sur Minembwe est que Tshisekedi inconscient ou impuissant a envoyé pour y remettre de l’ordre Amisi (encore !) numéro 2 de l’armée
      Qui ignore que fameux Tango Four y est juge et partie : il est abondamment cité dans les rapports sur la situation à l’Est notamment d’avoir commis de graves atrocités en 2002 à Kisangani, à la tête du RCD et d’être un fournisseur mafieux d’armes aux rebelles rwandophones successifs. Il y’a aussi à son encontre le soupçon documenté de ventes illégales de titres fonciers.
      A Minembwe Amisi a donc des amis, vu sa proximité avec le Rwanda s’agissant des fameux Banyamulenge qui y sont en conflit avec les communautés autochtones.
      Impuissant et acquis dangereusement à une paix gratuite avec Kagame, non seulement il n’a pas eu la lucidité et le courage d’envoyer un réel pacificateur et plus grave le maintient à la tête de l’Armée malgré ses lourdes casseroles. Les nombreuses demandes des ONG à Tshisekedi d’écarter Amisi notamment pour qu’il réponde de ses actes sont restées lettre morte.
      Est-il alors abusif d’affirmer comme certains que le pire n’est pas écarté pour demain avec cette gestion molle ?

      1. J’ai oublié la présence d’au moins deux compagnies de l’armée rwandaise envoyées exprès par Kagame en renfort à son frère Ruberwanda et ses Banyamulenge du côté de Minembwe.
        Plus grave, Tshisekedi n’a eu ni l’intelligence ni les cou… pour le refuser à Kagame et encore moins de l’assumer, il l’a nié sans honte lors de sa dernière interview.
        Et l’on accuse ceux qui affirment que le pire n’est pas à écarter demain sous le règne de notre Tshilombo National, de faire de la surenchère malvenue…

    2. Je vous cite:
      « Felix a donné quitus aux troupes rwandaises d’entrer en terre congolaise (deux bataillons rwandais sont dans le parc Virunga en ce moment) pour commettre les plus grands massacres qui aient jamais eu lieu. »
      Connaissez-vous, dans l’Histoire, un seul Chef d’Etat qui « donne quitus » aux soldats étrangers de massacrer son peuple ? Un peu de rationnalité, svp ! Voici la cause de notre faiblesse collective: l’incapacité de comprendre et la propension à l’affabulation.

      1. @Jean-Marie Mabiti,
        C’est justement ce déni de la réalité qui est un manque de rationnalité: Ne pas reconnaître qu’il y a des massacres en cours dans le Kivu avec le renfort de l’armée rwandaise.
        Nous on se soucie suffisamment de notre beau pays le Congo pour nous intéresser à tout ce qui se passe dans les coins et recoins du territoire national; tant pis pour les malades inconscients.

      2. Compatriote Mabiti,
        # Sans polémique, pouvons-nous prendre la mesure de ce que nous disons et exigeons à l’occasion en toute « rationalité » de nos interlocuteurs ?
        En effet vous écrivez : « Connaissez-vous, dans l’Histoire, un seul Chef d’Etat qui « donne quitus » aux soldats étrangers de massacrer son peuple ? Un peu de rationnalité, svp ! Voici la cause de notre faiblesse collective: l’incapacité de comprendre et la propension à l’affabulation ».
        # Naïvement pour moi deux motivations peuvent avoir présidé à votre interpellation : soit vous n’avez rien à reprocher aux actes de nos leaders politiques, soit vous êtes fermement assuré que notre PR Tshisekedi, lui, fait tout comme il faut…
        Alors questions :
        – Des soldats rwandais sont -ils entrés ou non sur notre territoire pour opérer selon des objectifs qui les concernent ?
        – Croyez-vous à la dénégation présentée par notre PR à la question de leur présence posée par les journalistes français ? Si non, croyez-vous que les relations aujourd’hui au beau fixe entre Tshisekedi et Kagame n’en auraient pas poussé Kagame à demander sinon son aval à son frère et ami Tshisekedi au moins son silence ? C’est cela qu’on a appelé ici « quitus » càd une permission ou un silence sur leur présence.
        – Si à tout hasard il s’avérait que les soldats rwandais se sont bien introduits au Sud Kivu où pour le moment existe un conflit intercommunautaire violent (morts et déplacés) opposant globalement Banyamulenge (= immigrés rwandais de longue ou récente date au Congo) et ethnies autochtones, pour quel autre objectif principal sinon celui de défendre militairement les intérêts de leurs congénères contre des autochtones cette fois forts et déterminés à se défendre ?
        # Voilà, cher ami, mon CQFD, la rationalité de mon interrogation quant à vos affirmations et prétentions s’agissant de la présence des soldats rwandais (en opération sinon pourquoi seraient-ils là) sur notre sol et de leur reconnaissance tacite ou putative par notre PR.
        Suis-je dans « l’incapacité à comprendre et la propension à l’affabulation » que vous reprochez à ces pauvres Zaïro-Congolais ou dans une vulgaire partisanerie ?
        A vous de voir et aux autres de nous juger…

      3. PS
        C’est dire donc que personnellement je n’écarte pas que Tshisekedi ait inconsciemment, dans l’incapacité de mesurer lucidement les faits, « donné quitus aux troupes rwandaises d’entrer en terre congolaise pour commettre à terme des massacres de son peuple » . C’est ce que notre ami Kum a voulu dire…

  7. Je crois qu’on s’est fait avoir, rouler dans la farine… Avec le désespoir ambiant, cela est excusable. Mais à la lumière de ce qui se passe, si on veut être lucide, on doit reconnaitre que LAMUKA n’est rien d’autre qu’un instrument – parmi tant d’autres – de l’imposture rwandaise au Congo. Par exemple, pendant que Minembwe brûle, avec l’accord et la collaboration de Tshilombo, ces gaillards de LAMUKA passent leur temps à se quereller pour des pecadilles et se positionner pour récupérer une chaise dans la mangeoire nationale. Finalement, ils ne sont pas mieux que le président-partenaire. C’est une honte monumentale.

    1. Mais non mister « Jo Bongos@ »
      LES ORGINES DE LAMUKA
      Relisons l´histoire des orgines de Lamuka…sans passion.. Nous allons decouvrir l´implication active des USA avec Russ Feingold qui avait mis beaucoups de son temps á influencer cette unité de l´opposition.
      Le travaille de Russ Feingold continue avec le prochain « envoyé spécial » et ce dernier finalise le concept avec la création de Lamuka.
      Ainsi, il existe un parrain qui de loin ou de près guide les options de l´opposition au Congo depuis des années.
      PRAGMATISME ?
      JP Bemba a sans doute exprimé le fond et le but de ce concept Lamuka en parlant de « l´intérêt du peuple », son « peuple » qu´il souhaite voir « intact »!
      Lui qui a fait un long sejour en prison sait très bien que ceux qui vont se positioner contre les options du parrain américain vont recolter des coups.
      Pragmatisme? Que propose Fayulu au juste? Une révolution dans la rue? Une guerre civile pour la vérité des urnes?
      En tout cas, l´allié le plus proche de Lamuka qu´est la Cenco ne semble pas soutenir cette position. Depuis longtemps la Cenco a renoncée á la fameuse lutte pour la vérité des urnes en affirmant tout haut que « Felix est l´unique président de la RDC ».
      Affirmer que Lamuka serait un « instrument du Rwanda » est une perception très discutable.. Les congolais devraient depasser un peu cette comprehension limitée de l´importance stratégique du Congo sur cette planète. Ce que le Rwanda n´est ni une puissance militaire, ni une puissance technologique et surtout pas une puissance financière capable de posseder un monopol sur les ressources minerales de la RDC dont les pays puissants de la planète ont grandement besoin.
      Rien qu´en France où la pollution devient de plus en plus visible dans les grandes villes pendant l´été, la voiture électrique est l´ultime solution. Les USA qui sont en competition avec la Chine ne peuvent pas croiser les bras en laissant la Chine prendre le contrôle des minerais stratégiques du Congo.
      Or les USA sont les parrains de Lamuka..une organisation dont est issue Felix « président » de la RDC.
      En bref, la planète a besoin des minerais de la RDC pour faire reculer la pollution et électrifier l´industrie automobile. Cette importance stratégique des ressources de la RDC exige une stabilité politique.
      Ainsi, Lamuka doit apporter sa part dans la partition qui se joue en ce moment.
      La Cenco a fait son choix… Katumbi et Bemba qui sont plus visibles sur le plan international ont compris que la lutte pour la vérité des urnes n´est pas acceptée par le parrain américain..
      L´intérêt du peuple .. c´est aussi d´assurer la survie de ce peuple en évitant une guerre civile dans la rue, une destabilisation du pays.
      Fayulu qui disait ouvertement que l´ambassadeur des USA fait le marketing de Felix devrait soit se « ranger » dans ce pragmatisme, soit quitter Lamuka et continuer sa lutte tout seul.
      Voyons la suite.. Á suivre kie kie

      1. @Ghost
        # « Les congolais devraient dépasser un peu cette compréhension limitée de l´importance stratégique du Congo sur cette planète. Ce que le Rwanda n´est ni une puissance militaire, ni une puissance technologique et surtout pas une puissance financière capable de posséder un monopole sur les ressources minérales de la RDC dont les pays puissants de la planète ont grandement besoin » .
        Certes le Congo représente en lui-même une « importance stratégique planétaire » mais c’est peut-être pourquoi le Rwanda qui est sans doute ce que vous en dites s’est commis son représentant plus crédible vu l’état de notre gestion calamiteuse et instable de la fin de règne de Mobutu et devant la fin de la Guerre froide.
        Question : en quoi le Rwanda considéré plus malin et plus stable n’en représente-t-il pas pour autant la passerelle entre les puissances occidentales et le Congo. Vous serez enfin le seul à n’avoir pas vu que depuis l’invasion/occupation de l’Afdl rwando-ougando-zaroise Kagame était devenu maître effectif du Zaïre/Congo. Vous ne pouvez en effet passer sous silence l’histoire réelle de la tutelle et de la complicité des USA dans la guerre du Congo de l’après génocide rwandais…
        # Nous connaissons maintenant, cher Ghost, votre amour immodéré des USA pour en faire le partenaire idéal de notre pays mais comment pouvez-vous ignorer que ses intérêts ne peuvent pas toujours être compatibles avec les nôtres. En conséquence la soumission inconditionnelle à ses diktats ne sera jamais la voie même pragmatique pour notre salut, la résistance que peuvent représenter même maladroitement certains doit être au programme d’une gestion souveraine efficace de notre pays même si elle n’écarte pas un partenariat intelligent ; et c’est possible.
        # Fayulu joue-t-il au mieux cette partition ? Sans doute pas encore n’empêche que vu le nombre non négligeable des Congolais qu »il draine encore derrière lui, il dispose ainsi d’une chance à capitaliser une volonté de changement présente dans la population qu’il représente tant bien que mal. En sera-t-il capable et comment peut-il le faire ? Attendons voir…
        # Quant à Lamuka qui selon vous aurait eu comme parrain l’Occident mais aujourd’hui divisé entre des égos et des agendas différents de ses membres, mon vœu est bien sûr qu’il arrive à représenter un contre-pouvoir démocratique en tant qu’opposition unie. Ce n’est ni clair ni acquis et là aussi rien n’est moins sûr que Lamuka sera véritablement utile pour le pays.

  8. Cet article résume en gros ce que l’ex Président Sénégalais Abdoulaye Wade a dit sur le ZAÏRE (RDC actuelle) à savoir «Les Zaïrois (RD Congolais) n’ont pas une culture politique»… Toute la classe politique Kongolaise considère Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila l’imposteur Rwandais usurpateur d’identité Kongolaise comme un vrai Kongolais, c’est ahurissant, cela dure 18 ans, en prime des millions des morts… Ne dit-on pas «Errare humanum est, perseverare diabolicum» ou «L’erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique»…
    Même l’élite intellectuelle dans son ensemble hésite ou omet de marteler que Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila est un imposteur usurpateur d’identité Kongolaise, sa présence omnipotente presque omnisciente à l’intérieur de nos institutions étatiques infiltrées, inféodées au Rwanda fausse toute analyse politique qui perd ipso facto toute son objectivité…
    Barack Obama déclara « L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions »; mais des années passent se succèdent au KONGO ou RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) en plus d’avoir des institutions quasi faibles, inefficaces à souhait, les Kongolais ont un homme très fort (usurpateur d’identité Kongolaise) hyper puissant détenant l’imperium (effectivité du pouvoir) se permettant même de nommer électoralement un ex opposant [qui eût des accointances prouvées avec son camp FCC-PPRD depuis 2016] au poste de président protocolaire le privant de tous les ministères régaliens sans qu’aucun intellectuel RD Congolais connu au niveau international (Docteur Mukwege, Monseigneur Monsengwo, Réverend François David Ekofo…) s’en émeuve publiquement… C’est honteux à la limite inimaginable…
    ATAVISME ! En 2016 un Tshisekediste très connu qui a tiré sa révérence depuis nous sortit dans un forum ce mot « Atavisme » parlant de Félix Antoine Tshisekedi Tshiiombo en prélude de sa trahison en 2019, nous fûmes stupéfaits de l’attendre parler de l’actuel président protocolaire en ce sens car l’Atavisme a 2 sens (Hérédité des caractères physiques ou psychologiques ou Réapparition d’un caractère primitif après un nombre indéterminé de générations)… Le fils hérite du feu Père de toute son essence politique et humaine, en réalité Félix Antoine Tshisekedi Tshiiombo est la « réincarnation politique » dans le fond et la forme de feu Étienne Tshisekedi entraînant tous ses frères et sœurs de la classe politique Kongolaise dans son sillage (Martin Fayulu compris)… C’est gravissime…. Sic
    Bref le Véritable Dieu Tout-Puissant qui vit inexplicablement hors du continuum temps-espace parle tantôt d’une manière tantôt d’une autre, l’homme Kongolais n’y prend toujours pas garde (Job 33 : 14), le caractère atavique (héréditaire) se perpétue au sein de notre classe politique Kongolaise corrompue toutes tendances confondues (FCC-UDPS Familiale-AFDL-CASH, LAMUKA-ECIDE-MLC-ENSEMBLE-PPRD-SOCIÉTÉ CIVILE POLITISÉE) car Félix Antoine Tshisekedi Tshiiombo et Martin Fayulu sont des « héritiers politiques ataviques » de leurs prédécesseurs, c’est un éternel cercle vicieux… Jusqu’à quand ? Ainsi soit-il… Ingeta

      1. Faire partir Kabila du pouvoir nécessitait une décision courageuse , c’est celle appliquée par le CASH . Du calme donc tout cela rentrera en ordre !

  9. @BAW,
    Kulutu Baudouin Amba Wetshi oyo ne analyse ya solo penza, losako po na musala kitoko. Fayulu na likopa na ye (Matungulu na Muzito) balingi bazua biso ba bolole na bango. na 2011, Fayulu apona Kimbuta gouverneur, toyebi ndenge kimbuta abebisa Kinshasa,2018 avant proclamation ya elections Fayulu akenda kukotana na responsable ya Monusco (madama Leila) po azua rendez-vous na alias Kabila.Le 10 mai 2019 Fayulu akomi mukanda na ndenge na ye po akoma responsable ya structure oyo okomi na article nayo (HCRNI), le 12 mai 2019 Fayulu akomi mukanda mususu po Matungulu na Muzito bakoma ba adjoints naye. Oyo eza penza ba anti-valeurs . Kotika Fayulu na kati ya buzoba aza kosala, ezali complicite ya mabe ekoki kozongela biso na mikolo oyo eza koya.Tomoni ndenge FAyulu asali Katumbi na Jean Pierre Bemba.Naza koyoka mawa na motema ndenge Kulutu Ngbanda azalaki ko soutenir Fayulu na nzela ya buzoba. Soki kulutu Ngbanda asali ngele te Fayulu akosumbela ye na nganda. Aza mutu te . Bo naye bi nanga ke ba pangi bakosepela te,mususu lokola kulutu Mayoyo akoloba oyo na lobi eza du n importe quoi, mais na yebisi deja bikoma koma na ye ya mikolo eza penza du grand n importe quoi. Nalingaki nayanola ye, po mbale eleki bolingaki kolekisa ya nga reaction te. Naye bi te soki eza na cadre ya pangi to na cadre ya likopa ya ba verite des urnes ya buzoba nde ba reactions na nga misusu ezoleka te. Kasi na ndimi ete bokolekisa ba reactions na nga na bala oyo sans ko censurer alors que botiki bamisusu bakoma makambu ezanga tina na internet. Tala makambu non akomi. Oyo eza kindoki to koloka.

    1. Ndeko Chryso45,
      C’est qui, c’est quoi la « vraie résistance » ? Comme c’est vous qui introduisez la notion, je me dis que vous savez plus que quiconque à quoi elle correspond.
      Permettez-moi quand même en passant une rapide parenthèse. J’ai aujourd’hui un certain âge, dans tous les cas assez pour avoir vu notre pays passer le temps de l’espoir aux lendemains de l’indépendance aux errements d’après, le temps aussi d’avoir « milité » activement et même idéologiquement pour la cause de notre pays.
      Aujourd’hui je pose un regard plus critique sur le « militantisme » ; non pas qu’il soit sans fondement dans la gouvernance politique mais qu’il ne suffit pas ou plus exactement qu’il n’est pas une garantie automatique du succès. La « politique utile » est en effet cet exercice qui se mesure au résultat et donc encore une fois permettez-moi de douter que votre « vraie résistance » soit la seule voie pour donner un meilleur avenir à notre pays. Je ne crois même pas que la vertu en politique, si souhaitable soit-elle, soit toujours un gage de succès ; c’est vous dire. La nature à non seulement horreur du vide mais elle évolue avec le temps.
      Que Fayulu rejoigne ce que vous appelez la vraie résistance, pourquoi pas mais ne serait-il pas plus utile au pays en étant un acteur qui compte au-delà des casquettes dont vous pouvez l’affubler en jouant efficacement aussi avec le temps qui passe sans trop d’idéologie sans trop de prétentions ?
      Pensez donc, Svp, à ma parenthèse : pas trop de sectarisme dans un sens comme dans un autre, tout fait nombre et en politique le résultat est souvent plus important que la voie empruntée pour y arriver, heureusement ou malheureusement !

      1. P.S.
        J’ai oublié de vous demander si votre « vraie résistance » s’apparente à une « révolution » qui suppose une dose de table rase ou si vous la voyez toujours au sein du système en cours ? Et si c’est le premier terme que croyez-vous que Fayulu en pense, assumerait-t-il cette sortie du système, cette révolution que vous lui conseillez ? Au-delà c’est la difficulté de la tâche quon voit de suite ; c’est peut-être pourquoi depuis qu’on les entonne, ni le fameux « soulèvement populaire » ni la « révolution » n’ont jamais été au RDV. Alors besoin d’un zeste de « realtpolitik » ???
        A plus………….

  10. Chers compatriotes , nous l’avons dit au début de la création de cette plateforme qu’elle était construite sur fonds d’hypocrisie mutuelle , en fevrier le dinosaure Kyungu Gabriel , avait déclaré à sa manière que Lamuka était une coalition électorale , le cycle électoral 2018 ayant pris fin chacun doit retourner à ses origines, pendant que Mafa avait le vent en poupée de mobiliser la masse , il n’a pas pu capitaliser cette opportunité envue d’incarner la vraie opposition et installer l’Ecidé dans les coins et recoins de la RDC , aujourd’hui la donne a changé avec la présence des poids lourds tels que Jean Pierre Bemba , Moses Katumbi , Antipas Mbusa , entretemps la méfiance a élu domicile dans la plateforme Lamuka c’est le sauve-qui-peut , vu le bagage intellectuel et l’expertise de Mafa dans ses multiples postes de travail exercé autrefois , je me demande quelle mouche l’a piquée ? Où est parti la Constance lui reconnut récemment par le prix Nobel de la paix , Docteur Denis Mukwenge ? Qui vivra….

    1. Pour ma part, je considère  » Lamuka « comme un instrument , et /où un vernis pour masquer la vérité. En effet, cet instrument n’a de raison que pour endormir le peuple congolais qui croit fermement et de bonne foi à la capacité des hommes politiques congolais de pouvoir éradiquer le mal, et de chasser Joseph Kabila du Congo -Kinshasa pour trouble de comportement, imposture et des crimes multiformes. Moins informé le peuple congolais vit des surprises en surprises, plaçant l’imposteur Kanambe Hippolyte en dehors de tout soupçon inimaginable. Enfin, la réunion convoquée par Katumbi Moïse le 20 Juillet prochain ne va rien apporter de substantiel si ce n’est que la poursuite des discussions inutiles et des chamailleries embêtantes. Seul mérite Lamuka est devenu un état d’esprit, et la peuple congolais vient de s’en approprier et ce même peuple demande impérativement aux initiateurs de ce projet de quitter  » Lamuka  » sans délai, et de laisser Martin Fayulu seul se battre avec la majorité du peuple congolais qui considère que ce dernier est sans nul doute, le porteur du « changement » et de son « destin » vers des meilleures perspectives.
      J’ai dit !
      Kolomboka

      1. Kolomboka@
        Majorité des congolais?
        Fayulu possede-t-il le back up de cette majorité des congolais dont vous parlez si bien?
        Affirmation très discutable…Le Congo est vaste, si vaste qu´aucun leader politique ne peut imaginer posseder une « majorité ».
        Le porteur du changement doit sa « visibilité » grâce aux contributions des autres… S´il se decide á marcher sur ses propres jambes… possede-t-il assez des ressources économiques ou politiques pour avancer ?

  11. Pouvons-nous dire à l’instar du Prof Voto dans sa chronique : LA REPUBLIQUE DES INCONSCIENTS. , un titre du livre de Modeste Mutinga , journaliste de profession et patron du quotidien le potentiel paraissant à Kinshasa , converti depuis en homme politique. cette inconscience concerne-t-elle , les seuls dirigeants ou elle est collective , tout pouvoir vient de Dieu , moi , je le comprend en appui avec l’adage qui dit : chaque peuple mérite les dirigeants qu’il a , autrement dit la sommation du poids spirituel de chaque rdcongolais de l’Est à l’Ouest , du Nord au Sud ,nous donne comme résultat le type d’opérateurs politiques et d’animateurs de la basse cour que nous voyons devant nous , ce qui est ahurissant; les rdcongolais se considèrent surdoués en théologie chrétienne plus que les européens qui nous ont amenés ces notions, quel pays s’est dévéloppé avec la religion telle que pratiquée chez-nous ? le message contenu dans le discours du roi Leopold 2 prononcé devant les prêtres , s’est accomplit….

    1. Une parenthèse à propos de ce fameux discours de Léopold II si vous permettez, cher Mwamba Rama !
      Le monarque ambitieux belge mais non moins véreux n’en pensait certes pas moins mais il semble bien qu’il n’a jamais prononcé explicitement ce discours devant ses sujets missionnaires en partance pour son Congo personnel d’alors. On l’a daté de 1883. Cela a été démontré le plus scientifiquement que l’on peut par des historiens crédibles (= https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2006-2-page-128.htm ; http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2010/09/27/19185793.html ) .
      Ce faux aurait été fabriqué dans les milieux zaïrois de l’époque (début années 70 avec Mobutu au pouvoir en conflit avec la hiérarchie catholique) en collaboration avec les officines belges anti-monarchistes et anti-colonialistes.
      Ça n’enlève rien à l’odieux « commerce » en cours alors dans l’État Indépendant du Congo de Léopold II mais c’est bon à savoir.

  12. La survie de la coalition Lamuka jusqu’aux prochaines élections en 2023 sera une surprise.Depuis 6 décennies,notre classe politique est connue pour son manque congénital de constance dans la lutte pour la conquête démocratique du pouvoir.
    Les dernières élections ont été pour nous une occasion pour étaler notre médiocrité devant le monde entier. Qu’on l’aime ou pas,Joseph Kabila est un stratège hors pair. Il a réussi un coup de maître. Il a réussi a diviser les politiciens congolais,et du coup le peuple lui-même. Opposition divisée, Lamuka divisé,le peuple divisé. Donc fragilisé. Kabila reste seul maître à bord du bateau Congo. Habitués à vivre dans une société dans laquelle les valeurs sont renversées, nous sommes congénitalement incapables de nous battre pour la vérité et la justice.
    MAFA qui a été victime d’un hold up électoral est devenu coupable aux yeux des congolais. Et quand les congolais parlent du pragmatisme, cela signifie qu’il faut cautionner la roublardise, la tricherie, la trahison,l’imposture de Félix Tshilombo. Même l’Eglise catholique qui prêche que la vérité affranchit,que la justice élève une nation, a prend de liberté avec ces valeurs.
    Les anciens kabilistes sont entrés dans Lamuka. Félix a rejoint Kabila. Ils veulent maintenant rentrer au bercail,la kabilie, par l’intermédiaire de Félix. Sans se gêner!
    Que des les petits leaders ethnico-régionalistes traversent avec armes et bagages,cela se comprend. Ils cherchent leurs petits bout de manioc. Mais que ceux d’envergure nationale et internationale le fassent,c’est vraiment la honte. De mon point de vue,quoi.

  13. Ce document signé Fayulu date d’avril 2019, c’est un non événement. Il y a une photo avec Fayulu, Bazaiba and co à l’ambassade de UK à kin lors de la présentation de cette fameuse proposition de sortie de crise.
    **1. Il est légitime quand on va voir les partenaires avec un problème qu’on apporte aussi la solution.
    **2. Cette proposition a été faite d’abord au nom de lamuka puis refaite au nom de Fayulu qui était le candidat de lamuka (affirmation de Bazaiba et Mukebayi)
    **3. Aucun leader de lamuka n’a affirmé à ce jour ne pas avoir être associé à cette proposition
    **4. Cette proposition ne s’adresse pas à spécialement à Félix pour qu’on la qualifie de demande d’emploi
    **5. Les propositions des réformes qui y figurent vont dans le bon sens et ne verront jamais le jour avec le parlement contrôlé de kingakati.
    Enfin soyons un peu sérieux, Tout ceci n’est que pure distraction. Les nouvelles en provenance de Minembwe sont alarmantes. Au lieu de demander à Tshilombo de nous expliquer le pourquoi de la présence de l’armée rwandaise au Congo avec son lot des massacres et de déplacés… on va débattre sur un bout de papier sans importance signé Fayulu ? Avons-nous perdu le sens de priorité ???????

    1. @ Mwana Lopango
      De grace, prire de depasser ton fanatisme aveugle vis-a-vis de ton idole-aigri Fayulu.
      Bref, sois honnete pour reconnaitre l’evidence de cette Demande d’emploi aupres de Felix qui saute aux de tous – sauf des abrutis.
      Comme l’a dit le haut-cadre Lamukiste Olivier Kamitatu dans son elegante replique a Fayulu, cette Demande d’emploi que toi et Fayulu dissimulez en Proposition-bidon de Sortie de Crise « vous deshabille »

      1. @Alidor SemaCON,
        On ne se tutoie pas pour commencer. Il faut respecter le minimum de règles quand on veut débattre avec les autres. C’est quoi une demande d’emploi ? Il ne suffit pas que les autres le disent pour que vous en fassiez une vérité en le répétant bêtement !!!
        A supposer que c’est une demande d’emploi, en quoi ça solutionne le problème des massacres en cours dans le Kivu avec le renfort de l’armée rwandaise ?

      2. @Alidor Semayote.
        MAFA a fait des brillantes études universitaires en France et aux USA.Il a fait passé toute sa vie professionnelle dans une multinationale américaine du secteur pétrolier jusqu’à sa retraite. Il n’est pas venu en politique pour chercher l’emploi et une boule de fufu. Mais pour servir le peuple. A la fin de son mandat de député,il a remis au trésor public ses émoluments,estimant qu’il n’en avait plus le droit. Une première dans l’histoire de notre classe politique connue pour sa vénalité.
        Olivier Kamitatu est un homme d’une intelligence évidente. Il raisonne et parle bien. Mais c’est une cymbale qui fait le bruit inutile. Son comportement fait de bruit à tel point que qu’un homme normal ne peut pas écouter son discours. Son parcours politique se déroule en zigzag. Il a été tour a tour bembiste, kabiliste,katumbiste et bientôt fatshiste. Donc c’est un homme sans épaisseur, sans conviction. C’est une girouette qui tourne au gré de ses intérêts.Il est tout,sauf un modèle de démocratie.
        Kamitatu et les autres cadres de Lamuka( Franck Diongo, Francis Kalombo,Jean-Bertand Ewanga, Nyamwisi ,Jacky Ndala…) veulent rejoindre Félix. Ils vilipendaient Kabila à longueur de journées. Kabila est devenu partenaire de Félix. Ils vont le rencontrer assis côte à côte avec FATSHI. Pourquoi il s’en offusquent même pas? Voilà les démocrates congolais. La honte.
        MAFA,le président élu et légitime n’a pas été déposer son CV auprès de Félix pour chercher un job.Il n’a plus cet âge-là.MAFA est devenu homme seul,combattu par la coalition FCC-CACH et les anciens kabilistes qui sont venus se recycler dans l’opposition. Le Commandant du peuple a deux ennemis redoutables qui vont le casser:c’est cette classe politique toxique,corrompue,sans conviction et un peule congolais politiquement nul. Félix n’est pas assis sur le tabouret présidentiel;parce qu’il a gagné le scrutin de décembre dernier. Mais par la volonté de l’Ayatollah Kabila. Le vrai patron du Congo.

    2. Complètement d’accord avec vous, vous l’aurez compris, Ndeko Muana ya mokolo lopango, s’agissant de ce futile tintamarre autour de la proposition de Fayulu.
      Distraction ? Bien sûr mais distraction à deux niveaux pas tout à fait identiques :
      – Tshisekedi enfermé dans son propre piège de président nommé et obligé à conclure un partenariat contre nature avec son prédécesseur n’a pas d’autre issue que d’accepter ou d’inventer des canulars pour éloigner les regards des Congolais du vrai problème, son impuissance et son incapacité flagrantes à ce stade à gérer ce pays. Diversion donc encore pire couplée aux manœuvres de ‘JK’ et son FCC…
      – Fayulu et Lamuka nous énervent avec leurs querelles aussi oiseuses mais pour moi qui ne suis pas indifférent à la persistance d’une vie politique nationale malgré l’occupation je leur reproche d’abord de ne pas comprendre qu’à leur niveau la roublardise et l’omnipotence dont fait preuve leur adversaire ‘JK’ leur demandent davantage des qualités, dispositions et actes qui y font efficacement face. Sont-ils aussi nuls pour nous servir la distraction qu’ils nous offrent aujourd’hui ? Trop naïf ou bêtement optimiste, je persiste à croire qu’ils sont capables de bien mieux fût-ce parce qu’ils y jouent leurs propres survient politiques et pour moi Fayulu peut mieux faire que son radicalisme peu pragmatique…

      1. @Nono,
        Que notre Tshilombo national soit enfermé dans son propre piège de président nommé comme vous dites est une chose mais qu’il soit inconscient au point de fermer les yeux et de nier honteusement l’entrée de l’armée rwandaise au Congo est d’une gravité extrême.
        Quant à Lamuka, je ne sais pas ce qu’on peut attendre de cet attelage hétéroclite. L’union fait la force mais ils sont incapables de s’unir (les intérêts divergents). Lamuka et sa guerre des chefs vont plus affaiblir l’opposition qu’être un moyen de pression face au fcc.

      2. LE MOT DE LA FIN ?
        # Lamuka le 20 juillet à Lubumbashi : « L’heure de vérité », « Ça passe ou ça casse », « Survivre ou mourir » …
        Lorsque l’on est convaincu comme moi que nous avons besoin d’une opposition démocratique solide et que la principale force politique qui la représente c’est bien LAMUKA, nous ne pouvons en effet négliger que ce 20 juillet leur réunion représente un sérieux défi : les cinq ténors encore en lice, Katumbi, Bemba, Matungulu, Muzitu et Fayulu ont le devoir de clarifier leur position et quitter cet état ambigu où deux camps contradictoires ne peuvent durablement et efficacement cohabiter. C’est dire qu’il est urgent que soit ils endossent tous la même position soit ils se séparent, chaque camp assumant sa vision et sa stratégie. Bien sûr pour certains d’entre nous qui souhaitons une opposition solide et donc d’abord unie ce dernier scénario serait un échec regrettable…
        Et maintenant qu’est-ce qui va ou peut se passer ce 20 juillet à Lubumbashi ?
        # D’abord tous seront-ils présents ? Les absences seraient une sorte de fuite en avant pour ne pas affronter leur dure réalité et retarderaient une fois de plus la résolution de leurs conflits.
        Malgré ses déclarations en faveur de Tshisekedi, l’affirmation publique de Katumbi de ne pas rejoindre son gouvernement peut néanmoins représenter une volonté de Lamuka à s’étoffer en opposition. Que va en dire Fayulu qui hier encore proclamait son combat strict pour la ou plutôt « sa » volonté des urnes ?
        # Ensuite sont au programme, « évaluation de la situation politique, calendrier des activités et perspectives d’avenir et divers » et normalement le passage de témoin pour un autre coordonnateur après les trois mois de Katumbi. C’est Matungulu qui était prévu, un Matungulu qui a affirmé l’autre jour dans une adresse à Charlotte devant une centaine de membres de la diaspora que son projet de société lors de sa candidature à la présidentielle était entre autres basé sur le retour à la légitimité institutionnelle où donc la vérité des urnes est au delà du cas de Fayulu une valeur capitale. Une légitimité basée forcément sur le respect de la volonté du peuple et que pour lui Lamuka représente cet état d’esprit et cette volonté du respect du peuple reste une revendication que tout patriote devrait accepter.
        Vu sa proximité apparente avec Fayulu entreprendra-t-il de
        le convaincre de passer l’étape stérile d’une vérité des urnes limitée à son cas pour en faire cette revendication démocratique majeure ? Il aura ainsi aidé son mouvement à faire cette mutation uni ensemble…
        # Enfin on voit que la nomination de Tshisekedi à la PR en dépit du candidat de Lamuka réel vainqueur des élections n’a pas empêché ni une majorité des Congolais à donner quand même sa chance au mal élu ni en même temps une division au sein de Lamuka où un camp (Katumbi) manifeste une sympathie (politique ?) au nouvel élu.
        On souhaiterait leur réconciliation autour d’une même vision et d’une même stratégie mais au contraire certaines rumeurs nous annoncent une possible radicalisation de chaque côté.
        Alors les leaders de Lamuka sont-ils conscients que de leur décision à cette réunion dépendra en partie le sort du pays ? Dans sa confusion Tshisekedi a souhaité être accompagné par une opposition organisée. Quelles que soient ses réelles motivations et pourvu qu’il accorde son vœu à ses mauvaises tentatives de durcissement, ce souhait est bel et bien le bienvenu d’autant qu’on ne peut non plus écarter demain une restructuration des forces politiques, le destin de l’alliance CACH-FCC n’étant pas si assuré que cela.
        En attendant, comme je le suggérais si haut,Matungulu peut-il jouer un rôle de catalyseur au sein de Lamuka en faisant une coalition cohérente et efficiente ?
        Attendons voir…

      3. « RDC: La Difficile Quête d’une Economie « Pauvreticide »
        par Freddy Matungulu
        (= https://majoritesilencieuserdc.wordpress.com/2014/12/28/rdc-la-difficile-quete-dune-gestion-pauvreticide-de-leconomie/ )
        Pour mener une politique efficace de lutte contre la pauvreté, la République Démocratique du Congo doit impliquer davantage sa population dans le choix de ses dirigeants…. »

      4. Raté, mon choix de Matungulu de jouer le catalyseur pour un Lamuka plus cohérent n’est plus d’actualité. Il aurait accepté le choix de Tshisekedi de représenter le Congo et l’Afrique centrale à la BAD.
        Retraité du FMI c’est un emploi qui lui sied et abondera son pécule de retraité. Sauf qu’il s’était mué entre-temps en homme politique figurant parmi les leaders de l’opposition Lamuka. On peut donc se demander s’il n’a pas en même temps succombé à une manoeuvre politique tendant à affaiblir davantage Lamuka un peu comme le quidam politicien Congolais plus préoccupé à se servir plutôt qu’à servir son pays.
        J’y vais un peu fort, je l’avoue, sachant que son expertise servira aussi le pays à cette importante institution continentale. Mais quand même : sa subsistance personnelle est capitale mais c’est un Lamuka encore plus diminué après son départ. C’est faire davantage le constat d’une plateforme trop hétéroclite vouée à l’échec ?
        A plus…

    3. @Muana ya mokolo lopango,
      Posons-nous donc la question: « Les Congolais sont-ils vraiment sérieux »?
      La réponse est sans équivoque: PAS DU TOUT. Nous sommes responsables de tous les malheurs et fléaux qui s’abattent sur nous. Et dire que le pays est rempli des « pastères » et les égliises sont en nombre exponentiel!

      1. @ KUM,
        Absolument d’accord avec vous sur cette question. Rien a y re-dire.
        Qu’en deplaise donc a Muana Lopango qui tente maladroitement ici de nous larguer de la poudre aux yeux concernant c’est qui est tres clairement une demande d’emploi de son pote « MaFa » chez Felix.
        mpeindre

  14. NONO@
    GHOST n´a jamais visité les USA..même si nous possedons un passeport qui rend possible un sejour de 6 mois dans ce pays.. Le billet d´avion pour un weekend á New York est aussi abordable pour nos ressources.
    En bref, les USA n´ont jamais été un pays qui attire GHOST.. car ne possedant pas une démocratie assez avancée comme dans les pays Nordiques ni une couverture sociale digne d´un État moderne et civilsé.
    MAIS POURQUOI LES USA ?
    Nous avons étudié soigneusement SUN TZU depuis plus de 20 ans.. et une lecture attentive et lucide de l´histoire de la RDC/ZAIRE/Congo-Belge/EIC indique l´influence des USA depuis la fondation du Congo par Léopold 2.
    Les USA avaient été le premier pays en Occident á reconnaitre l´EIC !
    Depuis, il ya eu les deux bombes atomiques d´Hiroshima et Nagasaki.. et maintenant cette concurence avec la Chine.. pays où les USA se procurent les « terres rares » pour son industrie militaire..
    La RDC est une « menace » pour la sécurité des USA.. les congolais doivent comprendre cette perception du Pentagone.
    En effet, si les USA ne peuvent plus accèder aux ressources minerales dite « stratégiques » qui se trouvent au Congo…et devraient passer par la Chine pour les importer…. comprenez que le Pentagone va perdre sa suprematie.
    Pour quelle raison croyez-vous que la visite de Felix s´est concentrée dans l´État de Virginie où se trouve le siège de la CIA.. une visite au Pentagone avant même la visite au Departement d´État ?
    Soyons lucides, plus lucides que nos pères de l´indépendance: « La main qu´on ne peut pas couper, il faut l´embrasser » disent les arabes.
    Les USA vont toujours influencer le devenir de notre pays. Croire que nous sommes toujours dans la Guerre Froide et que la Chine ou la Russie vont venir aider les congolais est une illusion suicidaire.
    Obtenir le partenariat « militaire » avec les USA devrait-être l´objectif primordiale de tous les congolais. En effet, une présence militaire américaine au Congo est une garantie pour stabiliser le pays sur le plan sécuritaire et affermir la démocratie.
    GHOST n´a jamais visité les USA et ne compte pas y aller.. Il ne s´agit pas de GHOST mais de l´existence du Congo comme État, et de la vie des millions des congolais.. sans état d´âme, juste un peu de lucidité..

    1. @Ghost
      Je suis totalement d’accord avec ce que vous dites à propos des USA.
      Par contre il y a beaucoup de myopie dans les analyses de certains qui écrivent abondamment sur ce site. Les USA vont renforcer leur presence en RDC sur tous les plans. Le maintien de leur hegemonie est lié aux métaux rares présents en DRC. L’ambassadeur des USA qualifié de “cheerleader” par le “Sore looser et danceur” en chef y veille sans complaisance. C’est aux Congolais de comprendre cette dimension et en profiter pour renforcer la nation ainsi que ces institutions.
      Vous dites si bien et vous êtes dans le bon quand vous écrivez ce qui suit:
      “Les USA vont toujours influencer le devenir de notre pays. Croire que nous sommes toujours dans la Guerre Froide et que la Chine ou la Russie vont venir aider les congolais est une illusion suicidaire.
      Obtenir le partenariat « militaire » avec les USA devrait-être l´objectif primordiale de tous les congolais. En effet, une présence militaire américaine au Congo est une garantie pour stabiliser le pays sur le plan sécuritaire et affermir la démocratie.
      GHOST n´a jamais visité les USA et ne compte pas y aller.. Il ne s´agit pas de GHOST mais de l´existence du Congo comme État, et de la vie des millions des congolais.. sans état d´âme, juste un peu de lucidite.”
      Tokoss, Trop bien dit

      1. Cher Bismark,
        Avec un tel prénom ou surnom vous représentez tout un programme : contre ou pour Berlin 1885 ? C’est de l’humour, passons…
        Vous écrivez, « Le maintien de leur hegemonie est lié aux métaux rares présents en DRC. L’ambassadeur des USA qualifié de “cheerleader” par le “Sore looser et danceur” en chef y veille sans complaisance » ; mais vous concluez quand même avec Ghost que la présence américaine est une garantie pour la stabilité et la democratie de notre pays.
        Il y’a maldonne ou c’est moi qui ne vous ai pas compris. Comment en effet une puissance qui lorgne à ce point nos richesses ne peut être tentée d’abuser d’un pays faible comme le nôtre. Les intérêts qu’elle poursuit chez nous ne peuvent en effet se passer des rapports de force tout en sa faveur. La stabilité peut-être mais l’exploitation est au programme.
        Votre parade, « C’est aux Congolais de comprendre cette dimension et en profiter pour renforcer la nation ainsi que ces institutions ». Tant mieux mais qu’est-ce qui doit venir avant, le renforcement de la nation et des institutions ou la porte toute ouverte à l’exploitation ?
        Pas sorcier, commençons par nous organiser avant de laisser grand ouvert le pays aux vents de tous les exploiteurs. Alors parlons-en au lieu de décréter dès maintenant que la présence américaine est une quelconque garantie…

    2. @Ghost,
      # « Les USA vont toujours influencer le devenir de notre pays…. Obtenir le partenariat « militaire » avec les USA devrait-être l´objectif primordiale de tous les congolais. … une garantie pour stabiliser le pays sur le plan sécuritaire et affermir la démocratie ».
      Vous ne pouvez hélas comprendre combien votre discours est une ode à l’Amérique que tout amoureux des USA qu’il soit Ethiopien, Nigérian… peut entonner. Ni le vôtre ni les leurs n’ont aucune base objective à convaincre de la vraie réalité de votre constat. Votre affirmation convoque à rebours le constat que tout le monde peut aisément faire selon lequel sur cette planète il existe bien des États qui n’ont pas fait le choix de l’Amérique mais n’en ont pas moins tracé efficacement leur chemin.
      Vous évoquez la Chine et la Russie, n’ont-elles pas réussi leur développement en ayant aujourd’hui avec les USA que le seul marché qu’impose le commerce international offert à tous par la globalisation mondiale ?
      # Non, cher ami, un partenariat privilégié avec les Usa comme vous le voulez et comme je peux l’accepter est un choix, il n’est donc pas le seul que nous devrions faire pour réussir notre avenir. Aussi longtemps que nous ne l’aurons pas compris nous deviendrons une exploitation impérialiste des Yankees car, je le répète une fois de plus, ils poursuivent et poursuivront chez-nous leurs intérêts qui ne sont pas toujours compatibles avec les nôtres !!!

      1. @nono.
        Les USA sont présents au Congo depuis la création de l’EIC. . Ils ont joué un rôle prépondérant à l’effondrement des empires coloniaux,en Afrique. Leurs cousins européens, colonisateurs des pays africains, étaient un obstacle pour accéder aux matières premières du continent. Les USA ne supportaient pas que la petite Belgique s’assied sur le coffre-fort qu’est le Congo.Ils reprochaient aux citoyens sa Majesté le Roi prédateur sa politique coloniale rétrograde. La Belgique ne faisait rien pour former une élite congolaise et pour lutter contre la pauvreté. Les Yankee,à en croire certains historiens,ne seraient pas étrangers à la brillante et brève carrière de Lumumba. Ils seraient aussi impliqués dans sa disparition. Mobutu et les Kabila, sont aussi leurs créations.Ils sont parmi les premiers pays à reconnaître le vrai faux gagnant de la dernière présidentielle au Congo.
        Qu’est-ce que le Congo a gagné dans son amitié avec les USA;une amitié vieille de près d’un siècle et demi. Une présence militaire américaine au Congo,pour notre sécurité;c’est bien. Mais cela ne suffit pas.Nous voudrions qu’ils amènent aussi des investisseurs dans les différents secteurs de la vie économique de notre pays. Question de donner du bout aux jeunes congolais et de permettre l’émergence d’entrepreneurs congolais.Une simple base militaire américaine,ou les militaires vivront en autarcie,c’est pas la peine.
        Les américains exploitaient la mine Teke Fungurume au Katanga. Ils avaient tout le confort du monde moderne dans leurs maisons. Tandis que les populations congolaises riveraines des mines vivaient comme avant 1885. Sans gêne.
        Les USA, la Chine, la Russie…tous ces pays qui s’intéressent au Congo,ils ne viennent pas pour les beaux yeux des congolais(nos yeux sont-ils vraiment beaux pour eux?); mais pour notre sous-sol.
        Les congolais doivent savoir une chose: jamais dans l’histoire, un pays en développer un autre.

      2. Nono@
        « Intérêts » Les relations entre les États sont toujours des relations d´intérêts.. Si les USA ont des intérêts au Congo, la RDC doit aussi avoir des intérêts aux USA.
        Pour notre pays si faible sur le plan de la défense et la sécurité… en plus de la mauvaise gouvernance, nous devons avoir des intérêts aux USA dans ces domaines.
        Nous ne sommes plus en 1960 avec un nombre ridicule des universitaires… Il ya des congolais qui enseignent dans les universités aux USA..
        Nous sommes assez intelligents pour negocier nos intérêts aux USA comme le font l´Irak, la Colombie, les pays Arabes du Golfe, le Japon ou la Corée sans oublier la Chine..
        Notre relation avec les USA doit-être une relation des intérêts.. pour la survie de notre peuple et pour conserver la RDC dans les frontières héritées de l´EIC.

      3. @Kolomabele
        Ce n’est pas à moi qu’il faut poser la question mais à Ghost que j’interpellais et qui est si amoureux des Yankees qu’il croit que tout ce qui est bon pour eux est bon pour nous.
        Moi j’invite à la prudence et à l’intelligence pour tenter de parler un peu plus en pays souverain, toutes qualités dont nous semblons manquer aujourd’hui… Un gros risque pour nous de devenir une proie facile pour l’impérialiste Amérique…

      4. Cher Ghost,
        # Désolé, je vais en finir en vous répétant la même chose !
        « Une relation d’intérêts » bien sûr mais votre refrain est celui de « l’amitié » surtout lorsque vous nous proclamez contre toute réalité que « nous sommes assez intelligents pour négocier nos intérêts aux USA ». De quelle expérience vécue par notre pays tirez-vous cette vérité ? Même les Chinois nous ont eus avec leurs fameux contrats gagnant-gagnant.
        # C’est donc un vœu et non un automatisme ! Voilà pourquoi je vous sérine que c’est qui est bon pour les Yankees n’est pas automatiquement bon pour nous comme vous semblez en être convaincu. Il existe pour moi un gros risque de nous laisser impunément exploités par plus fort que nous si nous devons y aller obligés. Notre choix doit être plus réfléchi et exige meilleure préparation que fondé sur le seul espoir d’un partenariat automatiquement réussi. Ça tient à des principes mais aussi à une pratique plus intelligente. Ainsi le retour enthousiaste à l’Amérique opéré au quart de tour par Tshisekedi peut poser des questions quant à savoir s’il en a assuré toutes les arrières pour le pays. Attendons la suite…

  15. @KUM,
    J’ai la désagréable sensation que ce que Kanambe n’osait pas faire ouvertement, les rwandais le font facilement sous Tshilombo (Rwandair, courbettes au mémorial, armée rwandaise au Congo, accélération de la création de minembwe state, hommage à Kagame, adhésion forcée à la CEE d’afrique De l’est …) Ceux qui ont aimé Kanambe vont adorer Tshilombo.
    L’immeuble brûle (il y a mort d’homme) mais nous voulons débattre d’une proposition de modification du règlement de la copropriété. NON, nous ne sommes pas sérieux !!!

  16. Merci beaucoup cher compatriote Nono , de m’avoir ajouté un plus , un ami prêtre catholique à qui j’avais posé la question sur ce , avait répondu de la même façon mais sans trop démontrer , comme vous l’avez fait . explicitement le roi Leopold 2 n’a jamais prononcé ce discours devant ses sujets missionnaires en partance pour son Congo personnel d’alors ,chronologiquement c’est un faux , sans problème , mais dans la pratique cela était d’application , surtout nous détacher de notre conception de la divinité et l’aculturation , aujourd’hui nous nous retrouvons sans boussole , c’est du n’importe quoi partout, mediocrité sur mediocrité alors la seule richesse que les églises-boutiques nous exhibent c’est la bible mal comprise et mal interprètée , est-ce -que cette pratique peut faire dévélopper notre pays ? j’en doute fortément , dans l’histoire du monde je n’ai jamais appris qu’il y a un pays qui s’est dévéloppé par la religion telle que pratiquée chez-nous en Rdcongo .

  17. Muana ya mokolo lopango écrit :
    – « Ce document signé Fayulu date d’avril 2019, c’est un non événement » : un DOCUMENT censé nous sortir de la crise est un non-événement ? Fanatisme inconscient et borné !!! Donc Fayulu fait du théâtre?
    – « Il y a une photo avec Fayulu, Bazaiba and co à l’ambassade de UK à kin lors de la présentation de cette fameuse proposition de sortie de crise »: Mais pas de photo au sujet de la 2e lettre OMISE (kieeee !) qui est plus catastrophique.
    – « 1. Il est légitime quand on va voir les partenaires avec un problème qu’on apporte aussi la solution » : SOLUTION POUR TRAVAILLER AVEC LES OCCUPANTS ??? Kieeeee, faites une marche alors avec le cercueil de Fayulu, un autre Bizimungu, qui veut négocier avec les occupants.
    – « 2. Cette proposition a été faite d’abord au nom de lamuka puis refaite au nom de Fayulu qui était le candidat de lamuka (affirmation de Bazaiba et Mukebayi) »: Il faut nous démontrer ce D´ABORD et ce PUIS, car l´en-tête de la lettre est très explicite : MARTIN FAYULU.
    – « 3. Aucun leader de lamuka n’a affirmé à ce jour ne pas avoir être associé à cette proposition » : Euh, ce n´est plus un non-événement ? Ont-ils alors affirmé qu´ils y étaient associés ?
    – « 4. Cette proposition ne s’adresse pas à spécialement à Félix pour qu’on la qualifie de demande d’emploi »: Ok, alors demande d´emploi auprès des Mindele?
    – « 5. Les propositions des réformes qui y figurent vont dans le bon sens et ne verront jamais le jour avec le parlement contrôlé de kingakati » : Déjà elles ne verront pas le jour au regard du trio Fayulu-Muzito-Matungulu ( Wow, le Congo est bien représenté. Le tribalisme banni 🙂 Kosekaaa! ). Passons !
    FAYULU y écrit soutieNT au lieu de SoutiEN, dES fortes réformes au lieu de « dE fortes réformes ». Il s´ACCUSE lui-même d´avoir OMIS des choses importantes dans une lettre dite proposition de sortie de crise (Eh Nzambe ! Kieeeee !). Il commence par « JE » pour finir par « NOUS » et utilise le plus-que-parfait (« … que nous AVIONS PARTAGÉ… ») pour une lettre d´un passé récent de deux jours seulement.
    FAYULU prétend que Muzito va bien combattre la corruption, car il connaît le régime de Kabila, sans nous parler des DÉTOURNEMENTS du même Muzito sous Kabila.

Comments are closed.