Mampaka : « Le royaume de Belgique n’est pas un ennemi. C’est un allié du Congo »

Ancien vice-président pour le Benelux du PDSC (parti démocrate et social chrétien) créé en 1990 par Joseph Iléo et André Bo-Boliko, le Belgo-Congolais Bertin Mampaka Mankamba, 62 ans, marié et père de deux enfants, a adhéré en 1993 au PSC rebaptisé cdH. « Bertin », comme l’appellent ses compatriotes tant belges que congolais, a exercé plusieurs mandats électifs (conseiller municipal, échevin, député bruxellois) dont celui de sénateur pour les Wallons et les francophones de Bruxelles. Le dimanche 26 mai, les citoyens belges iront aux urnes pour choisir leurs nouveaux représentants tant au niveau fédéral et régional qu’au Parlement européen.

Quel est votre état d’esprit à quelques quatre jours de la tenue des élections régionales, législatives et européennes?

Nous avons connu une campagne électorale assez spéciale. Je n’ai jamais été aussi peu sûr du résultat.

Pourquoi?

On a assisté une prolifération de candidatures. Le risque est qu’il y ait une énorme dispersion des voix au niveau spécialement de la communauté congolaise. A titre d’exemple, Ixelles compte 45 candidats dont 5 Subsahariens. Il y a sans doute des candidatures de complaisance. Des attrapes-voix. Contrairement aux Belges d’origine turque et maghrebine, les Congolais de Kinshasa voient leur représentativité s’amenuiser. Sans vouloir jeter la pierre sur qui que ce soit, je constate que le Subsahariens sont facilement « divisables ». Les Européens, eux, sont constamment dans une attitude de rapports de force. Nos divisions sont exploitées par les autres communautés. En fait, il manque à la communauté congolaise une sorte de « sage » devant jouer le rôle d’ « arbitre ». Pour tout vous dire, nous avons eu une « campagne électorale pourrie ».

C’est-à-dire?

Je veux simplement dire qu’on ne s’improvise pas politicien. On assiste à l’apparition d’une importance quantité de jeunes candidats – toutes tendances politiques confondues – quelque peu « indisciplinés ». Ces jeunes considèrent que « les anciens n’ont rien fait ». Que dire des emplois créés, des logements sociaux pour lesquels nous nous sommes battus et des subsides accordés à des associations? La campagne a été « pourrie » parce que nous avons côtoyé des gens dénués d’une bonne éducation. Je leur dis: on peut battre campagne tout en restant courtois et respectueux des autres.

Devrait-on parler de « conflit des générations »?

Nullement! Il s’agit, à mon avis, d’un problème d’ambitions mal gérées voire démesurées. Une situation due à une ignorance des « codes » de la politique. Pour réussir en politique, il faut commencer par coller les affiches d’un candidat. Lorsqu’on colle ses propres affiches, on ne va jamais loin

Cela fait deux décennies que vous êtes « visible » sur l’échiquier politique belge. Vous êtes candidat à un nouveau mandat électif. Pour quoi faire?

Je voudrais profiter de ce mandat éventuel – que je considère comme le dernier – pour consolider les acquis de la politique de promotion de la diversité que nous avons appliquée particulièrement au sein du cdH (Centre des démocrates humanistes). Une diversité dans l’excellence. Aujourd’hui, Bruxelles qui est la capitale de l’Europe reflète la diversité culturelle. En tant qu’Echevin (adjoint au maire à Bruxelles), j’ai eu à officier plusieurs mariages des Européens. Enfin, je livre cette dernière bataille en espérant qu’après tant de sacrifices ma « sortie » ne prendra pas la tournure d’un « désaveu ».

Pouvez-vous donner une seule raison qui devrait inciter l’électeur se trouvant dans le secret de l’isoloir à voter Bertin Mampaka?

On juge un candidat sur base de ses propositions ou des réalisations accomplies. J’ai un bilan que je ne peux pas dresser ici. Je peux citer simplement le chèque-allocation loyer ou les subsides accordés aux associations. Je cite également les aménagements accomplis au Stade roi Baudouin. J’ai acquis une longue expérience en matière des institutions politiques belges. L’électeur devrait voter Monsieur Mampaka parce que Mampaka a une expertise éprouvée. Mampaka symbolise l’expérience, la rigueur dans la gestion et l’efficacité. Mampaka est un homme qui a accompli des réalisations tangibles. Mampaka sait à quelle porte frapper pour transmettre les aspirations de la communauté africaine. Les sociétés qui réussissent sont celles qui combinent l’ancien et le moderne

Les derniers sondages d’opinion montrent que votre parti est à la peine…

Les sondages se sont améliorés récemment. Je ne sais pas si vous êtes au courant que la côte de popularité du cdH est passée du simple au double. Depuis une quarantaine d’années, on annonce la « mort » de notre parti. Le cdH a toujours déjoué les sondages. L’histoire récente nous a démontré que les « sondeurs » n’avaient pas prévu le Brexit

Dans un registre congolo-belge, comment voyez-vous l’avenir des relations entre le Congo-Kinshasa et la Belgique?

L’élection de Felix Tshisekedi comme président de la République a, à mon avis, un côté positif. J’ai la conviction qu’une personne, comme lui, qui a vécu en Belgique pendant 35 ans, ne peut que bien connaitre les « codes » de fonctionnement des institutions du Royaume. Ceux qui avaient sous-estimé « Felix »- ce fut mon cas – ont eu tort. L’homme ne cesse d’étonner. Je crois Felix Tshisekedi n’avait pas d’autres choix que de faire le « compromis » auquel tout le monde fait allusion. Il me semble que ce qui a fragilisé la candidature de mon ami Martin Fayulu c’est bien sa proximité avec des gens qui n’avaient pas un passé exempt de reproches. Des gens qui auraient pu transformer le Katanga en « Qatar » du Congo.

Revenons à « Felix »…

L’avènement de Felix Tshisekedi à la tête du Congo-Kinshasa suscite un réel espoir. Je tiens néanmoins à donner un conseil au nouveau chef de l’Etat en lui disant que dans un gouvernement de coalition, le cabinet du Président de la République doit être d’une « compétence supérieure ».

Ce n’est pas encore le cas?

Il me semble qu’il y a, à l’heure actuelle, beaucoup trop de « militants » au cabinet du Président de la République. Pour avoir exercé une fonction exécutive à Bruxelles – la capitale de l’Europe, je sais comment ça fonctionne. Je sais qu’on doit remercier les militants. On doit leur manifester de la gratitude pour les épreuves et sacrifices endurés. J’ai le sentiment qu’une part belle est accordée aux militants de la diaspora. Je ne suis pas en train de minimiser la valeur des conseillers actuels du chef de l’Etat. Je pense qu’il devrait aussi avoir de la « consultance » de haut niveau. J’ai appris que l’ancien Premier ministre français Dominique de Villepin en était un. Je crains que celui-ci ne vienne au Congo que pour se refaire une « santé financière ». L’enjeu du Congo consiste à le positionner sur l’échiquier tant africain que mondial. Le cobalt sera le pétrole de demain.

Connaissez Sylvestre Ilunga Ilukamba le nouveau Premier ministre congolais?

Non! Je n’ai jamais entendu parler de lui. Je crois savoir que c’est un choix qui découle d’un compromis. J’espère que ce choix n’a pas été édicté par la volonté de perpétuer le pillage des ressources naturelles du Congo. Il est temps que le Congo soit administré. Administrer un territoire veut dire que les routes doivent être entretenues. Et que les immondices sont ramassées et traitées.  Administrer le pays veut dire également des écoles et des hôpitaux qui fonctionnent et que le commerçant peut quitter le Bandundu peut atteindre la capitale sans subir des tracasseries sur la route. Il faut qu’il y ait un minimum de justice. Le Congo devrait recopier le modèle colonial belge où un administrateur du territoire était titulaire d’un diplôme de licence en sciences administratives.

Vous avez sans doute appris la visite effectuée, mi-mai, à Kinshasa, par une délégation diplomatico-militaire conduite par l’ambassadeur Renier Nijskens. Que peut faire la Belgique pour le Congo dans le contexte actuel? Que ce que le Congo peut apporter à la Belgique?

Lorsque le Mzee Laurent-Désiré Kabila a pris le pouvoir le 17 mai 1997, j’ai évoqué les questions que vous soulevez notamment avec notre aîné Germain Mukendi. Je lui ai dit mon étonnement de voir des gens qui ont vécu en Belgique avec femme et enfants belges deviennent anti-belges dès qu’ils traversent les tropiques. J’ai évoqué la même problématique récemment avec Marcellin Cishambo, ancien conseiller diplomatique sous Joseph Kabila. On pourfend la Belgique alors qu’on a une femme et des enfants de nationalité belge. Très souvent, les Congolais qui critiquent le Royaume sont très souvent détenteurs de la nationalité belge. Cette petite arrogance relève de l’ignorance totale. La Belgique est un petit pays situé au cœur de l’Europe. Il ne faut pas sous-estimer ce « petit pays » qui fait partie des six Etats qui ont fondé l’Union européenne. Je conseille à Felix Tshisekedi de nommer une personnalité qui connait les arcanes de l’Europe en qualité d’ambassadeur auprès de l’Union européenne. Dans la même logique, il devrait nommer un excellent diplomate pour représenter le Congo auprès de la Belgique. Le Congo dispose des atouts dont la mise en œuvre dépend de la volonté du président Tshisekedi à mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. C’est pour toutes ces raisons que je dis à mon ami Martin Fayulu qu’il y a un temps pour rechercher la vérité des urnes. Je lui dis également que certains de nos voisins n’attendent que l’embrasement du Congo pour qu’ils continuent à « pomper » nos ressources en gaz et pétrole. Sans omettre l’or et le coltan. Aujourd’hui, l’enjeu pour le Congo est de sauvegarder sa souveraineté. Dans cette équation, la Belgique est un allié. La Belgique n’est pas un ennemi du Congo

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

15 thoughts on “Mampaka : « Le royaume de Belgique n’est pas un ennemi. C’est un allié du Congo »

  1. Bravo Mr Mampaka, vous avez dit exactement ce que je répète chaque fois que j’interviens dans çette rubrique. Pour moi, il ne s’agit pas d’être de façon inconditionnelle à la remorque de Felix mais plutôt de donner une chance à notre pays. Félix n’est pas infaillible, il commettra des erreurs, mais l’essentiel, c’est de se démarquer totalement du système Kabila qui a détruit le pays. Je ne suis pas contre les compatriotes qui critiquent ou qui émettent des doutes sur Felix, d’ailleurs c’est une bonne chose que d’autres sons cloche soient entendus pour éviter de tomber dans la pensée unique qui serait un désastre pour la démocratie. Tout ce qu’on souhaite, c’est d’éviter les attaques personnelles, les appels aux meurtres lors de meetings de Mr Fayulu ne peuvent être encouragés si vraiment nous aimons notre pays. Comme le dit Mr Mampaka, il y a un temps pour les élections, il y a un autre pour la gestion du pays. Si nous ne comprenons pas cette évidence, nos voisins qui attendent que Felix puisse échouer ne pourront que se frotter les mains et continuer à nous piller. Le Congo N’est pas à l’abris des convoitises, nos richesses naturelles intéressent le monde entier, nous avons l’obligation ne nous mettre d’accord sur l’essentiel. Ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise. De mon point de vue, c’est bien ça l’intérêt général.

    1. ELOMBE@
      Votre perception est discutable. C´est quoi au juste l´intérêt général des congolais?
      Voir Kabila decider sur tous et tout quand il n´est plus président serait l´ »intérêt général » des congolais? Vous n´avez qu´á lire la liste des nominations des généraux dans la maison militaire de Felix et l´avancement en grade du chef d´état-major général des FARDC qui reste en fonction pour admettre que Felix aura du mal á réformer les FARDC quand les hommes de Kabila se retrouvent jusque dans la maison militaire du nouveau président.
      Et pourtant Olomide disait recement qu´il avait suggeré á Felix de faire venir la « competance » même du Japon ou de la RFA.
      Si l´intérêt général serait de garder en fonction ces généraux de Kabila veritable « seigneurs de guerre » qui arment et contrôlent les 200 milices armées et dont les competances militaires sont très discutables alors… kie kie kie
      C´est quoi au juste l´intérêt général des congolais quand le nouveau président ne peut même pas travailler au Palais de la Nation siège de la présidence de la République ? Kie kie kie

    2. @Elombe,
      Vous dites que nous avons obligation de nous mettre d’accord sur l’essentiel… oui mais tout le problème est de pouvoir définir l’essentiel.
      ** réformer l’appareil sécuritaire pour mettre fin aux massacres et l’insécurité permanente. Que propose Tshilombo contre les mbororos, la boucherie en cours dans l’Est…
      ** réformer l’économie et la finance pour mettre fin au pillage
      ** réformer les institutions pour une stabilité politique et une justice indépendante qui garantisse les libertés individuelles. Il faut en finir avec le désordre organisé et la fraude permanente aux élections…
      Voilà ce que je pourrais qualifier d’essentiel pour sauver le pays. Quels leviers a-t-il pour faire ces réformes essentielles ? Est-ce que la coalition fcc-cach va pouvoir réformer le pays? Le doute est permis.
      « Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre » Albert Einstein. Va t on réformer le pays avec le deal de kingakati comme guide de best practices et le surnommé Kabila comme partenaire ?

    3. Compatriote Elombe,
      J’hallucine, vous ne manquez pas de culot à brouiller les cartes à visage découvert. Qui croyez-vous ne serait d’accord avec votre numéro d’expert enfumeur ci-dessus, « …Pour moi, il ne s’agit pas d’être de façon inconditionnelle à la remorque de Felix mais plutôt de donner une chance à notre pays. Félix n’est pas infaillible, il commettra des erreurs, mais l’essentiel, c’est de se démarquer totalement du système Kabila qui a détruit le pays. Je ne suis pas contre les compatriotes qui critiquent ou qui émettent des doutes sur Felix, d’ailleurs c’est une bonne chose que d’autres sons cloche soient entendus pour éviter de tomber dans la pensée unique qui serait un désastre pour la démocratie…. »
      A qui allez-vous faire croire que c’est ce que vous faites, mais relisez-vous que diable. A chacune de votre intervention, vous nous débitez exactement le contraire : toujours derrière Tshisekedi de façon inconditionnelle, à approuver ses moindres paroles et tous ses actes quoiqu’il fasse et toujours prompt à taper sur le premier qui ose émettre la moindre critique sur lui…
      Et cela plus d’une personne vous l’a déjà fait savoir, arrêtez svp votre numéro de charme, jusqu’à se rabattre sur d’hypothétiques « appels aux meurtres lors des meetings de Fayulu… » Mesurez-vous cette grave accusation : sous-entendre Fayulu en train de cautionner de tels délits, mais on n’est où là ? Vous êtes aussi parti écouter aux portes des meetings de l’Udps ? Pas sérieux…

  2. Mr. Mampaka , je ne crois pas que vous etant Congolais que vous defendez votre pays la RDC dans vos pleinieres parcequ’il y a beaucoup de contencieux Belgo Congolais.

  3. L’avènement de Félix « suscite un réel espoir », et « la Belgique n’est pas ennemi du Congo » dixit M. Mampaka. Oui, chaque individu a le plein droit de dire ce qu’il pense. Mais une lecture très sérieuse et objective des relations belgo- congolaises révèle que la Belgique aime le Congo et non les Congolais (les preuves sont légion et il me semble inutile de les évoquer ici). Quant à l’avènement de Félix à la tête du Congo, à mon humble avis c’est la plus grande humiliation que le Congo ait jamais subie. Même l’occupation rwandaise encore en cours n’est rien en rapport avec cet opprobre. J’ai dit!

  4. @M. Mampaka,
    Pour vous le royaume de Belgique est un ami qui nous veut du bien?
    Hum… pas sûr !!! Nous sommes très nombreux à avoir un avis contraire. L’œuvre de destruction de la Belgique au Congo a dépassé le pire que l’on pouvait m’imaginer.
    Si la Belgique n’est pas l’ennemie mais l’alliée du Congo, j’emmenais savoir à quelle période et à quelles actions faites-vous allusion depuis 1908.
    J’ose espérer que vous ne faites pas allusion à l’œuvre prétendument civilisatrice de la colonisation.
    Vous dites « Je crois Felix Tshisekedi n’avait pas d’autres choix que de faire le « compromis » auquel tout le monde fait allusion » c’est tout le contraire, il lui suffisait de ne pas le faire pour que le système s’écroule puisque la nomination de Shadary était impossible.
    En Belgique vous faites campagne normalement et les résultats à venir seront conformes à la vérité des urnes. Ne Pensez-vous pas que les congolais méritent aussi la même chose ? En quoi l’attelage hétéroclite Lamuka a fragilisé la candidature de Fayulu ?
    Si l’enjeu est de sauvegarder la souveraineté du Congo, dites-nous qui menace cette souveraineté et pourquoi. Sous-entendez vous que la solution à cette menace c’est la fraude aux élections et la coalition cach-fcc ?
    Pour moi, il faut définitivement tourner la page concernant la Belgique et couper le cordon ombilical.

    1. AMTIE AVEC LA RD CONGO ?
      Presque impossible de le verifier avec des faits…
      Tenez, la Belgique est le siège de l´OTAN.. y compris de l´UE.. Avec curiosité, les lecteurs devraient faire le bilan des deux missions sécuritaires de l´UE au Congo (EUSEC et EUMIL) qui devaient aider la RD Congo á réformer son armée et sa police.
      Au sein de l´UE, tous les pays membres savent que ces deux mission, surtout l´EUSEC ont été mal planifiées et très mal executées.
      Et pourtant la Belgique qui semble-t-il possede une « expertise » au Congo ne se fait pas remarquer pour critiquer ces missions où les policiers kinois se sont retrouvés dans des containers metaliques comme « bureaux de la police ».
      Vous vous imaginez entrain de travailler dans un container metalique avec la chaleur kinoise ? Kie kie
      La Belgique qui n´est pas l´ennemi du Congo n a pas fait mieux en rafistolant l´EFO á Kananga. Cette école militaire transformée en « academie » militaire ne possede ni une infrastructure moderne ni surtout un cursus digne d une academie militaire. Forte de son influence au sein de l´UE, la Belgique n´a même pas eu l´idée d´associer les universités congolaises pour augmenter le niveau academique des officiers congolais.
      Si vous lisez le site de « Défense News scoop it » vous allez apprendre que la Belgique va vendre ses vieux Hercules C-130 H… Etrange, quand la RDC ne possede plus des avions militaires, ce pays « ami » du Congo ne fait aucun effort pour ne fis que « vendre » ces Hercules C-130 H au Congo.. ni faire obtenir des Atlas Airbus-400 á l´armée congolaise.
      Souvenez-vous des containers metaliques de la police, vous allez avoir une idée de cette amitié entre la Belgique et la RD Congo.

  5. UNE PETITE QUESTION DE ROUTINE A Mr. MAMPAKA QUE JE NE CONNAIS MEME PAS. POUR VOUS INFORMER QUE NOUS AVIONS PRESQUE LE MEME STATUT FAMILIAL A SAVOIR:
    1. J’AI 62 ANS COMME VOUS, MARIE ET PERE DE DEUX ENFANTS.
    2. JE SUIS UN MEMBRE ENDURCI DU PARTI POLITIQUE SPD = SOZIALDEMOKRATISCHE PARTEI DEUTSCHLANDS PARTI CHER WILLY BRANDT ET DE L’ OUTRE- ATLANTIQUE, AU PAYS DE L’ONCLE SAM JE SUIS DEMOCRATE, PARTI CHER DE JF KENEDY, D’AILLEURS UNE TRADITION DANS LA FAMILLE, TOUS SOMMES DEMOCRATES.
    3. LE 26 MAI 2019, MEME CHEZ-NOUS ICI EN ALLEMAGNE CE SONT LES ELECTIONS EUROPEENNES. JE DONNERAI MA VOIE AUX CANDIDATS DE MON PARTI POLITIQUE POUR LA SIMPLE RAISON, LEDIT PARTI SPD LUTTE POUR LE SOCIAL NON SUELEMENT DE TOUS LES ALLEMANDS MAIS AUSSI DE TOUS LES ETRANGERS ACCUEILIS A BRAS OUVERT EN ALLEMAGNE, CELA EST DE MEME POUR D’AUTRES PARTIS POLITIQUES ALLEMANDES: CDU, LES VERTS, ALTERNATIVES ET J’EN PASSE. ICI EN BUNDESREPUBLIK ON NE BLAGUE PAS EN CE QUI CONCERNE LA QUESTION DE LA VERITE DES URNES ET JE L’ESPERE AUSSI AU ROYAUME DE BELGIQUE C’EST LA MEME CHOSE, PAYS OU VOUS HABITIEZ ET AVOIR ACQUI LA NATIONALITE BELGE. EXACTLY Mr. GERMAIN.
    4. POUR CLORE, SI VOUS ME PERMETTEZ, JE VOUDRAIS SEULEMENT TOUT COURT VOUS POSER CETTE QUESTION SI SIMPLE COMME BONJOUR PEUT-ETRE UNE QUESTION IDIOTE A NOTRE Mr. MAMPAKA.
    ALLEZ-Y GERMAIN! ON VOUS ECOUTE LIVE DANS LE MONDE ENTIER!
    Mr. BERTIN MAMPAKA, YES SIR!
    QUEL SERAIT VOTRE REACTION LE 26 MAI 2016, VOUS GAGNEZ HAUT LA MAIN CES ELECTIONS DANS TOUS LES PLANS, VOUS RAFFLEZ TOUS LES MANDATS: CONSEILLER MUNICIPAL, ECHEVIN, DEPUTE BRUXELLOIS, DEPUTE ENVERSOIS, DEPUTE EUPENOIS, SENATEUR LOMELOIS, SENATEUR LIEGEOIS, DEPUTE TONGERENOIS…
    EN DERNIERE MINUTE, LA CENI BELGE PAR LE CANAL DE SON PRESIDENT Mr. DE WITTE, VOUS ANNONCE NON PAR IRONIE, TOUS LES MANDATS RAFFLES QUE LES ELECTEURS BELGES VOUS ONT ETE DONNES, APRES UN DEAL SAUVAGE DE MAUVAIS GOUT, LES POSTES RAFFLES ONT ETE DISTRIBUES GRATUITEMENT A Mr. LOUIS MICHEL, DIDIER REYNDERS, DI RUPO, LAURETTE ONKELINX, KAREL DE GUCHT, LAURENT LOUIS ET J’EN PASSE.
    DEVANT CETTE SALE TRICHERIE, ACCPTERIEZ-VOUS UN TEL DEAL CONTRE VOUS?
    ICI, CHEZ-NOUS EN BUNDESREPUBLIK C’EST STRICTEMENT INTERDIT, CA NE SE FAIT JAMAIS ET L’ON NE TOLERE JAMAIS UN TEL ACTE BIZARRE, JE L’ESPERE DE MEME CHEZ-VOUS AU ROYAUME N’EST-CE PAS?
    FRANCHEMENT PARLANT, DITES-NOUS, ALLIEZ-VOUS COUDRE VOTRE BOUCHE?
    COUDRE LA BOUCHE EST LE SYNONYME DE LACHE EN FAVORISANT D’AUTRES TRICHERIES A VENIR?
    QUE PENSEZ-VOUS DANS TOUT CELA?
    JE M’ASSOCIE A 100 % AUX PROPOS DE NOS NEUTRES VAILLANTS COMPATRIOTES: LUOZI, KUM, MUANA YA MOKOLO LOPANGO ET D’AVANCE A D’AUTRES COMMENTAIRES SANS PARTI PRIS LESQUELS SERONT DIFFUSES APRES A CIC.
    MERCI A TOUTES ET TOUS.
    POUR CEUX QUI SONT CONTRE MES PROPOS, JE VOUS DIS D’AVANCE PARDON.
    INGETA!!!!!
    IBOBO!!!!!!

  6. Le transfond du discours de Monsieur Mampaka est bien de se voir compter parmi la destructurée pléthore de personnel de palais de Tshilombo.
    Si au départ, Monsieur a dressé un tableau vraissemblable sur le germe de division caractéristique de l’africain noir jusqu’en politique belge, malheureusement, son but lucratif de se positionner parallèlement à Kinshasa le fait sombrer dans des contradictions criantes, voire dans des considérations terre à terre.
    Le fait seul d’avoir vécu pendant trente cinq ans en Belgique suffit-il pour qu’un Tshilombo aspire à la magistrature suprême congolaise? Pouquoi nous conformons-nous d’un Congo au rabais? Une personne dépourvue d’une adéquate formation réglée peut-elle se prévaloir d’une minable formation non réglée, celle reçue de facto par la socialisation belge, à « Matonge », « au Chateau Rouge », à « Saint Denis », pour prétendre diriger un État Congolais dans sa complexité? Si Monsieur Mampaka évoque une administration coloniale belge dont l’administrateur du territoire était détenteur d’une licence en sciences administratives, pourquoi alors accepter au sommet de l’État aujourd’hui un ignare qui a brillé par l’école bouissonnière partout par où il a passé pour en principe recevoir une formation scolaire? Monsieur Mampaka qui se trouve engagé en politique dans un pays d’état de droit qu’est la Belgique, se sent-il droit dans ses bottes de tolérer le compromis de corruption et de trahison au détriment de toute une nation (je ne dis pas population)? C’est quoi cette mesquinité « des gens qui pouvaient faire du Katanga le Qatar du Congo »? Sous quel ordre juridique? Buansi na mawa!

  7. Contrairement à ce que peut laisser voir le titre retenu pour cette interview, « La Belgique n’est pas une ennemie mais une alliée du Congo », Mr Mampaka a dit selon moi d’autres choses intéressantes à relever.
    Notamment que « Felix Tshisekedi n’avait pas d’autres choix que de faire le « compromis » auquel tout le monde fait allusion », que « la candidature de Martin Fayulu a été fragilisée par sa proximité avec des gens qui n’avaient pas un passé exempt de reproches » , que « le cabinet de Tshisekedi est truffé de ‘militants’ en place d’experts, de professionnels » , etc, etc…
    Il y’aurait beaucoup à en dire mais moi je me suis plutôt attardé sur son jugement négatif sur la représentation subsaharienne actuelle aux prochaines élections : en même temps qu’il défend quelque peu sa paroisse ou plutôt son expérience il reproche aux jeunes d’aujourd’hui de s’y être présentés « en ordre dispersé, indisciplinés et en amateurs ». En raison de ma faible connaissance de la scène politique belge je ne suis pas en mesure d’apprécier la justesse de son avis mais j’aurais bien voulu savoir ce qu’en pensent les Belgo-Congolais.

    1. PS
      Revenons brièvement à la question de « la Belgique alliée ou ennemie du Congo ?!
      Beaucoup ici ont semblé suggérer que la Belgique ne peut être qu’ennemie au Congo, hélas largement, me dis-je, en considération de notre histoire d’ancienne colonie de la Belgique et une post-colonie truffée de néo-colonialisme et de passions.
      Sinon c’est le lieu de répéter une maxime acquise de partout selon laquelle « entre États ce sont d’abord les quêtes d’intérêts qui président à leurs relations », prenons donc ce paradigme pour mieux juger nos relations et nous nous extirperons utilement de notre histoire passionnelle.
      Vient alors une question essentielle : nous Congolais nous sommes-nous montrés capables de mieux défendre nos intérêts face à ceux de la Belgique qu’elle vient nous imposer chez nous pour que celle-ci devienne non une ennemie mais une alliée ?
      « L’œuvre de destruction de la Belgique au Congo a dépassé le pire que l’on pouvait m’imaginer », affirme à juste titre notre ami Mokolo ya lopango néanmoins n’oublions jamais comme je le disais que cela tient quelque part à sa position de puissance « impérialiste » qui impose chez nous en vue de ses intérêts.
      Alors si notre politicien belgo-Congolais Mampaka veut voir en la Belgique une alliée du Congo, c’est d’abord un vœu à partir de sa Belgique qui ne trouvera sa réalisation que par notre capacité à défendre nos propres intérêts. Comme personnellement je ne crois pas utile une coupure radicale du cordon ombilical avec l’ancienne colonisatrice en cette ère de mondialisation progressive, je me dis que prendre conscience de cet impératif d’intérêts étatiques mutuels et notre responsabilité à assurer les nôtres et agir en conséquence serait la première étape des relations bénéfiques pour chacun…

      1. @Ndeko Nono,
        La diversité d’opinion est une richesse. Cependant, Je ne suis pas sûr que nous examinions la situation du même angle en prenant compte les mêmes éléments.
        Je suis trop pris mais je vous promets de revenir vers vous avec plus de précisions et d’éléments à verser aux débats.

  8. Chers Compatriotes,
    Cette affirmation : « Mampaka : « Le royaume de Belgique n’est pas un ennemi. C’est un allié du Congo », tirée de la bouche de celui qui a occupé des fonctions politiques en Belgique n’est que logique. « Honorable » Mampaka est belge d’origine congolaise.
    Cependant, nous ne pouvons pas oublier l’histoire et la manière dont cette relation Belgique – Congo a été et est gérée. Si nous devons tenir compte de certains éléments, l’alliance Belgique-Congo est une alliance qui est entachée de plusieurs absurdités et des querelles de couple. Le changement de régime au Congo peut conduire probablement à ce que la Belgique devienne une alliée comme pendant le temps où quand on avait toutes les conditions réunies, on demandait le visa belge le matin, on pouvait le retirer à quinze heures et voyager le soir vers 21 heures pour la Belgique. Pour en arriver là, je crois que les efforts sont à fournir de part et d’autre. Que Dieu nous vienne en aide.

  9. A mon avis, la formule idéale serait de dire que la Belgique n’est pas un ennemi. C’est un allié des dirigeants du Congo. D’hier comme ceux d’aujourd’hui.
    La Belgique, nation, n’a jamais été l’alliée du peuple congolais. La Belgique a toujours accompagné les dirigeants congolais qui, tous, ont détruit l’espoir de faire de ce pays un paradis sur terre. Je ne parle même pas de l’Etat Indépendant du Congo. Pour dire…
    Personnellement, j’attends toujours l’avènement au pouvoir au Congo des gens sérieux et patriotes pour régler définitivement ce vieux contentieux, devant un tribunal international.

Comments are closed.