NON à tout nouveau report des élections!

Donnez 12 mois de plus à Kabila, ses « élections » ne seront ni plus équitables, ni plus crédibles, ni plus transparentes. Et il trouvera toujours une raison de retarder son départ. Ça fait combien d’années qu’il joue à ce jeu? En 2016 il a obtenu un an de plus: il vient d’en faire deux, et ça ne lui suffit toujours pas!

À quatre jours de la date du 23 décembre 2018 si attendue par notre peuple pour enfin se débarrasser de Kabila et son régime de la médiocrité absolue, la CENI dit envisager un nouveau report pour des raisons farfelues. Nous savons que certains membres de la communauté internationale sont tentés d’accepter cette Nième supercherie, sans la moindre considération pour le nombre de Congolais tués chaque jour de plus que Kabila passe au pouvoir en cherchant non pas comment partir en paix, mais comment imposer son « dauphin » et rester aux commandes du Congo, qu’il prend pour sa propriété privée!

La LUCHA considère cette éventualité comme une insulte de trop à la patience de notre peuple, et met sévèrement en garde la CENI et la communauté internationale contre les conséquences graves d’une telle décision de sa part. Kabila et sa CENI ont délibérément miné le processus électoral depuis le début, et ce n’est pas avec une semaine ou même un mois de plus qu’ils vont le redresser:

  • La conception d’un fichier truffé de 16% d’électeurs fictifs;
  • L’imposition de machines à voter, qui sont en réalité des machines à remplacer la souveraineté du peuple congolais par la volonté d’un homme, Kabila, comme l’avait confessé Aubin Minaku dans un enregistrement;
  • L’exclusion arbitraire de plusieurs candidats à la présidentielle et aux élections législatives;
  • Le refus de mettre en œuvre les mesures de décrispation prévues dans l’accord de la Saint Sylvestre et la répression permanente, y compris tout au long de la campagne électorale qui touche à sa fin;
  • La privatisation de tous les moyens de l’Etat, y compris les médias publics, les fonds publics et même les fonctionnaires de l’Etat par Kabila, son « dauphin » et leurs partisans; etc.

Ayant compris que malgré tous leurs efforts, les Congolais sont déterminés à en finir avec leur régime sanguinaire et prédateur, Kabila et sa bande essaient maintenant de trouver toutes sortes de prétextes pour imposer un nouveau report des élections.

  1. Les prétendues machines et matériels électoraux « brûlées » dans l’incendie d’un entrepôt de la CENI le 11 décembre à Kinshasa: qui, en dehors de Corneille Nangaa et ses patrons (Kikaya, Mova, Mwilanya) peut confirmer qu »il y avait réellement dans ces entrepôts autant de machines et d’autres matériels? Nangaa n’a-t-il pas déclaré urbi et orbi que cet incendie n’allait avoir aucune incidence sur le calendrier de ses « élections »!
  2. Ebola: l’épidémie d’Ebola ne peut pas servir de prétexte pour reporter la date des élections. Le ministère de la santé et la CENI l’ont dit eux-mêmes plus d’une fois.
  3. Violences: Kabila a toujours su créer des violences (au Kasaï en 2016, en Ituri cette année, à Beni…) pour justifier son maintien au pouvoir. Ce n’est pas avec une semaine ou même un mois de plus que cela va changer. C’est ici l’occasion pour nous de dire le sentiment de révolte et d’impuissance que nous inspire le massacre de plus de 100 Congolais dans la province de Mai-Ndombe; massacre résultant une fois de plus de l’instrumentalisation cynique des conflits communautaires par Kabila et ses acolytes.

En somme, la LUCHA appelle les Congolaises et les Congolais, tous les leaders de l’opposition et tous les acteurs de la société civile à rejeter catégoriquement tout nouveau report, et à se soulever au cas où l’annonce était officialisée. Les manœuvres de Kabila n’ont que trop duré! Les Congolais ont besoin d’en finir avec son régime et de passer à autre chose une fois pour toutes. Il ne faut pas laisser plus de temps à Kabila pour positionner ses escadrons de la mort et commettre de nouvelles tueries, comme celle qui vient d’avoir lieu dans l’ex-province du Bandundu.

Faut-il rappeler que la date du 23 décembre 2018 était fixée unilatéralement par la CENI il y a plus d’un an comme la date des élections, et que ces élections auraient dû se tenir depuis 2016!

La LUCHA appelle la communauté internationale à arrêter son hypocrisie sur la tragédie Congolaise, dont le principal instigateur est Kabila, et qui continue de coûter des vies humaines. Elle doit rejeter tout nouveau report des élections, aussi court soit-il, pour les raisons que nous avons évoquées. Il en va de sa propre crédibilité: elle s’est déjà assez fourvoyée sur le dossier Congolais!

Fait à Kinshasa, le 19 décembre 2018

 

Pour la LUCHA – Lutte pour le ChangementMouvement citoyen non-partisan & non-violent, République Démocratique du CongoTél. /WhatsApp: +243 974 233 390 | Email: lucha.rdc@gmail.com & info@luchacongo.org www.luchacongo.org

25 thoughts on “NON à tout nouveau report des élections!

  1. Contrôler le Congo est une question de vie et de mort pour le pouvoir rwandais qui dirige par occupation ce pays. Ces gens n’organiseront jamais des élections crédibles, transparentes, machin consort qui puissent redonner le pouvoir aux vrais congolais. Si vous ne comprenez pas cette évidence, vous n’avez rien compris.
    Essayez d’imaginer ce pauvre pays qu’est le Rwanda sans les resources pillées au Congo, au prix d’un vrai génocide. Et ça, même les frondeurs-médiocres de l’opposition n’osent le dire. Par lâcheté et compromissions. C’est aux jeunes de prendre le flambeau et de revendiquer leur dignité perdue. C’est votre combat. Une question de vie ou de mort !

  2. D’accord avec cette prise de position de la LUCA qui rejoint celle de tous les Congolais – donc les vrais nationalistes – ayant eu assez des 18 ans de la voyoucratie du peitit tyran Tanzanien et de sa bande kleptocratique PPRD-MP-FCC-PALU que pilote son boy Nehemie Mwilanya.

  3. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.
    Thème : À malin, malin et demi !
    Stratégie elengemaki banda kala na banguna ezali ya kokata mboka biteni misato : 1) kiteni ya ba swahili, 2) kiteni ya baluba na bakongo, 3) kiteni ya bangala. Sima, balingaki kosangisa kiteni ya ba swahili na kiteni ya baluba po ekende na Rwanda ; kiteni ya bakongo esengelaki kokatana, ngabo moke na Brazzaville, ngambo monene na Angola. Kiteni ya lingala esengelaki kotikala po na RDC ; elingi koloba tè biso banso tosengeli kofanda kaka na Kinshasa pe na Equateur ; soki ba moko na kati ya biso baboyi kolongwa na ba provinces oyo babotoli, basengelaki kobuma bango to kokumisa bango bahumbu na kosalaka misala na ba mines.
    Plan oyo, bapesaki yango kombo ya « Corridors » : 1) Corridor Est, 2) Corridor Sud, 3) Corridor Ouest. Bitumba oyo ezali kosalema na EST ezali po basala « Corridor Est ».
    Soki botangi makambo ekomami na mabanga ya Georgie na USA, bokomona tè batangi « Swahili », kasi batangi « Français » té. Po na nini batangi monoko elobamaka na bato moke, kasi batangi té monoko elobamaka na bato ebele ? – Ezali po na kolakisa esika wapi bakobunda po na kobotola ba richesses. Na mokanda ya bango ya kombo oyo : « Protocoles des Sages de Sion », bakomi boye na Ptotocole 1 : « (..) L’or est entre nos mains : Le despotisme du capital, qui est entièrement entre nos mains, tendra à cet État un brin de paille auquel il sera inévitablement forcé de s’accrocher sous peine de tomber dans l’abîme. »
    Soki bakomi « l’Or », elingi koloba « minerais » nyonso. Corridor ezali na minerais ebele ezali Corridor Est, ebandi na Kisangani, ekiti kino na Katanga. Yango wana boyokaka balobaka tè « la RDC est un pays stratégique ». Yango wana pe Kanambe atongi ba ndako ya ye na Kivu pe na Katanga. Ezali positions stratégiques po na balkanisation.
    Plan napesi bino po na libération nationale, nasali yango en tenant compte ya likambo oyo ya ba Corridors. Esengeli tobunda na RDC mobimba, tobanda bitumba na ngonga moko biso banso. Nalakisaki denge nini ya kosala.
    Tosengeli té kozala na position ya défense, po position de défense ezalaka position de faiblesse. Esengeli tozala na position d’attaque, po celui qui attaque a l’avantage sur l’ennemi.
    Lelo le 17.12.2018, totikali kaka na mikolo 6 po na kokoma le 23.12.2018. Est-ce que na mikolo 6 oyo ba machines à voter to ba bulletins de vote ekoki kokoma na ba villages nyonso ya RDC po élection esalema le 23.12.2018 ? Bato basengeli kotalela ba élections wana bazui naino té formation na CENI, denge nini élection ekoki kosalema ? Lisusu, machnies à voter etumbami moto, bakosala élection na nini, lokola ba bulletins de vote ezali té ?
    Makambo oyo ezali komonana polele na miso ya ba congolais ya mayele tè élection ekozala té le 23.12.2018, pe balobaki yango. Nalakisaki banda kala tè nzela tosengeli kolanda ezali nzela ya « Soulèvement Populaire », sima ya kosala « Conférence Nationale Souveraine ya 3 jours ».
    Na moyi ya lelo, tokoki lisusu té kosala « CNS » liboso ya « Soulèvement Populaire », po ekokebisa banguna po ba attaquer biso liboso, tango wana tokozala ba perdants. Eloko tosengeli kosala ezali « attaques surprises fugurantes et massives » na mboka mobimba na ngonga moko. Esengeli tozala na ba agents de renseignement na mboka mobimba. Mamduki esengeli ezala ebele na mboka mobimba.
    Esengeli Son Excellence le Cardinal azala prêt po na kozua bokonzi ya mboka. Tango mobutu akimaki, moto asengelaki kozua bokonzi ya mboka azalaki Président ya CNS ya tango ya Mobutu ; kasi batikaki bokonzi ya mboka na mabele ! Lelo, Kanambe azali lisusu na bokonzi té ; élection ezali té ; est-ce que bokotika lisusu bokonzi ya mboka na mabele po nyangalakata mosusu aya kolokota yango ?
    Bato oyo bazali komibianga ba politiciens ya RDC, bino moko bozali komona té tè bazali ba yuma ? Soki moto alobi tè bazali ba « voyous », est-ce que ezali kofinga to koloba bosolo ?
    Tobosana bato wana ! Tosala Soulèvement Populaire po to libérer mboka !
    Nalakisi bino misala nini nasili kosala po totelemisa mboka noki-noki. Nalengeli « Système Politique » ya sika po na kotonga « Etat ya sika ». Makambo manso ya kala ekozala lisusu té. Administration publique eko changer ; Gouvernance eko changer ; Politiques eko changer ; Organigramme ya l’Etat eko changer entièrement ; Organisation territoriale eko changer makasi ; ba Institutions ya sika ekoya po na dévloppement ; Politiques monétaires et financières eko change makasi ; Politique Sociale ekokota na mboka ; Ethique, morale, politesse, na savoir-vivre ekozonga makasi pe noki-noki ; Politique religieuse ekokotisa vrai enseignement biblique na mboka mobimba, pe bi nzambi-nzambi ekobunga libela ; ba Evêques ya malamu bakozua ba responsabilités denge bakopona, pe ba Eglises ya malamu bakozua lisalisi po na misala ya bango ; RDC ya sika ekokoma « la Capitale du Panafricanisme Moderne ».
    Tokoki kosala makambo oyo kaka soki to libérer mboka na soulèvement populaire.
    Elections ezali té ! Totelema ! Tosala soulèvement populaire ! RDC ezali mboka ya biso, tokoki kotika yango té na maboko ya bapaya libela.
    Tango yango oyo ! totelema na soulèvement populaire !
    Bernard B.
    17.12.2018
    ———————————————–
    Sika oyo, Corneille Naanga abisi secret babombaki na likambo ya élection ; alobi tè élection ekozala té le 23.12.2018. Ezali likambo nayebisaki bino banda kala tè élection ekozala té le 23.12.2018.
    Eloko tosengeli kosala ezali kaka Soulèvement Populaire. Tokosala yango maboko pamba té, tokosala yango na manduki.
    Esengeli manduki ezala ebele po na ba provinces ya biso nyonso. Tosengeli kozala na ebongiseli malamu ya mampinga po coordination ezala moko na Kinshasa, na ba officiers na ba provinces po na kosala Synchronisation ya bitumba.
    Service de renseignement esengeli kobanda mosala sika oyo po na ko localiser bisika ba ennemis bafandi, pe motango ya bango.
    Ata soki ba soldats étrangers basili kokota na RDC, bakoleka té motango ya ba Congolais. Yango wana Synchronisation ezali Stratégie ya malamu po na ko libérer mboka. – Esengeli manduki ezala ebele !
    Son Excellence le Cardinal Monsenwo Pasignya asengeli komibongisa po na kozua bokonzi ya mboka. Ba partis politiques nyonso basengeli koloba liloba moko oyo : « Toponi Cardinal Monsengwo Pasignya akamba mboka ».
    Tango wana, mokonzi ya mampinga na mampinga bakomitia sima ya Cardinal po na kobikisa mboka.
    Ngayi nazali prêt po na koya kosalisa po totia ebongiseli ya sika na politique, na administration, na économie, na finance, pe na ba institutions.
    Bernard B.
    20.12.2018
    ————————————————————-

  4. Serions-nous tentés de conclure que les Congolais n’arriveront jamais à bout de ces occupants rwandais qui nous déciment comme des mouches? Car Kanambe, son mendant (le satrape des mille collines) et leur bande de collabos s’imposent comme ils veulent, manipulent qui ils veulent, jusqu’aux instances internationals de la soi-disant Communauté internationale!
    Les Congolais ont-ils besoin d’un personnage mythique qui devra accomplir des faits extraordinaires? Un héros capable de faire front contre l’ensemble des ennemis de notre peuple, à l’intérieur et à l’extérieur?
    Notre peuple est-il incapable de se lever comme une seul homme pour mettre fin à ces scènes macabres qui n’ont que trop duré?

    1. Ndeko KUM,
      Ces occupants rwandais ne sont rien du tout. Ce sont des lâches qui tuent des innocents désarmés. Ces criminels qui répriment les manifestations dans les rues du Congo à balles létales ne connaissent pas nos villes. Ils viennent de Kigali et de Bujumbura. Bien organisés, des groupes mobiles de nos vaillants jeunes peuvent les traquer, les harceler et les neutraliser facilement. Croyez-moi, ce n’est pas très compliqué. Même sans armes. Ce qui manque, c’est un discours clair d’un leader pour canaliser des colères légitimes. Et une opportunité, à provoquer.
      Ces barbares ne sont rien. Rien du tout. Ce sont nos frondeurs-médiocres de l’opposition – comme les Vichy-médiocres, les congorais, qui travaillent pour eux.

      1. Cher Bongos,
        Nanga et Kimbuta sont-ils rwandais? Le discours clair a été émis: « allons aux élections avec ou sans la machine à tricher »: dixit Felix Tshisekedi. Les foules sont canalisées par les opposants que vous semblez injurier. Les conditions ne sont- elles pas réunies pour la prise en charge de notre peuple. J’estime que les conditions sont les mêmes qu’à l’époque où Ngbwanda utilisait les mercenaires angolais pour massacrer les congolais. Les mercenaires d’où qu’ils viennent (Rwanda , Ouganda, Angola, Zibambwe,South Africa,Tanzanie , Burundi), dégagent dès que vient le moment de protéger leurs rentes(butins). J’ai été à Lubumbashi et Kinshasa aux mois de juillet et Août 2018. L’ennemie du congolais c’est le congolais lui même.

  5. @Armand
    Vous croyez vraiment que le vrai problème du Congo c’est <>, comme l’a dit Felix Tshisekedi ?
    A chacun son opinion. Et pourtant l’évidence est là devant nos yeux. Mais bon…
     » L’ennemie du congolais c’est le congolais lui même  ». Avez-vous diné hier avec Paul Kagame ? C’est lui qui raconte ça à qui veut bien l’entendre. C’est dingue !
    Juste une dernière question : James Kabarebe est-il congolais ou rwandais ? S’il est congolais, vu qu’il a été chef des armées congolaises, expliquez-moi comment et pourquoi est-il ministre de la défense du Rwanda aujourd’hui. Si par contre il est rwandais, expliquez-moi comment est-il devenu chef des armées congolaises un temps.
    Si quelqu’un m’explique ce phénomène, j’arrête immédiatement de penser qu’il y a une occupation rwandaise au Congo. Demandez donc à Tshilombo qui doit certainement savoir.

    1. @Ndeko Jo Bongos,
      Armand, surdiplômé de son état et que je connais très bien, est l’un de ces « Talibans-udépéssiens », pas donc étonnant qu’il gobe tout ce que dit l’ancien facteur « belgicain » fait politicien par la seule volonté des sacré-tribalo-ethnistes. Ne perdez pas donc votre temps à essayer d’amener à la raison un guindé tribaliste.

      1. Cher Kum,
        Le facteur belge est de loin mieux rémunéré qu’un fonctionnaire congolais . A qui la faute? A Mobutu? NGBANDA ou KABILA? Est-ce honteux d’être « facteur belgicain? ». C’est pourtant courageux et honnête pour quelqu’un dont le père fut plusieurs fois « ministre ». Honte à vous qui n’avez pas encore compris la vertu et le sens du travail. Par ailleurs , je ne suis pas de l’UDPS. J’aime défendre les bonnes valeurs comme celles qu’incarnait Etienne Tshisekedi. Ainsi par un optimisme de confiance, j’estime que Fayulu et Felix Tshisekedi sont sur la bonne voie. Et comme en COTE D’IVOIRE , ce sont les autres structures qui proclameront les bons résultats .

  6. @Armand
    Peut-être même que vous croyez que votre Tshilombo avec son burundais de Kamerhe va gagner l’élection présidentielle si elle a lieu le 30 décembre 2018. Kie kie kie. Vous voyez déjà le congolais Nangaa déclarer Tshilombo président de la république… Laissez-moi vous dire ceci : soit vous êtes un candide de première ligue, soit vous rêvez debout. Mais le rêve est gratuit.

    1. Cher Bongos,
      Il y a des structures redondantes et plus fiables que la CNI pour proclamer les bons résultats. Il n’est pas très impossible de suivre le modèle ivoirien sous les élections organisées pourtant par Laurent Gbagbo. Alors, au lieu de verser dans des critiques sans fondement , parlez-nous de Fayulu que Jean Pierre Bemba soutient. Bemba serait -il en train aussi de rêver ? Le rêve n’est pas gratuit mais permis.(c’est mon opinion)

    2. @ Bongos
      Depuis quand Kamerhe est Burundais?et toi Bongos qui passe le temps à critiquer les Congolais, tu es hutu rwandais non?nous te connaissons.essayes de garder un seul nom. @Armand , quand vous repondez à Bongos ne perdez pas de vue que c est lui même KUM, Combattant resistant à l ‘ombre etc.. C est un embrouilleur.

      1. @Bolumbu
        Pour votre information, sachez ceci : c’est en tant que burundais que Kamerhe est arrivé à Kinshasa. Il habitait à la Gombe chez les Mushobekweka. Allez-y lui poser la question.
        Avec plaisir, j’aimerai être Armand, KUM, Combattant résistant… Ce sont des patriotes. Mais je ne le suis pas. Je n’ai pas leur talent. Je ne suis pas non plus votre frère aimé hutu.
        Quant à vous, un conseil gratuit, maintenant que votre pays a pu construire des écoles grâce aux richesses pillées au Congo, retournez à l’école, re-apprendre les règles de la courtoisie. Mais je conçois qu’il vous soit difficile de réfléchir en kinyarwanda et d’écrire en français. Avec un peu d’effort, vous y arriverez un jour.
        En toute amitié panafricaniste.

  7. LU POUR VOUS : LA SALE BLAGUE DE HIPPOLYTE KANAMBE!
    22 12 18 La Libre – RDC : Incendie de l’entrepôt de la Ceni, le témoignage qui accuse le pouvoi
    par Hubert Leclercq
    Le jeudi 13 décembre sur le coup de 2 heures du matin, un incendie embrase le dépôt de la Ceni situé sur l’avenue du Haut Commandement. Le bilan chiffré arrive très vite. Près de 8000 machines à voter sont détruites et un peu plus de 2000 sauvées. Un état des lieux précis et rapide qui pose question.
    Le jour même, sans la moindre enquête, le ministre de la Communication Lambert Mende, pointe un doigt accusateur en direction de Martin Fayulu, le candidat de Lamuka qui vole de succès en succès et qui ébranle visiblement les certitudes du pouvoitr quant à l’issue du scrutin.
    Les rumeurs commencent à se répandre, et sont toujours vivaces aujourd’hui. Le pouvoir plancherait sur une inculpation du candidat Fayulu pour cet incendie…
    L’opposition, elle, réclame une enquête internationale indépendante pour connaître l’origine de ce sinistre et, par la même occasion, le contenu de cet entrepôt. En effet, malgré les chiffres d’une précision digne de la Nasa sur les machines endommagées et celles qui ont pu être sauvées, aucun témoin n’a été autorisé à voir cette montagne de machines à voter détruites par les flammes.
    Pourtant, une semaine jour pour jour après cet incendie, Corneille Nangaa utilisera l’argument de ce qu’il qualifie de « malheureux incident » et la destruction des machines et des bulletins de vote pour justifier le report d’une semaine du scrutin.
    Depuis le 12 décembre, tous ceux qui connaissent un tantinet Kinshasa s’étonnent qu’un pareil incendie ait pu se développer sur une des avenues les plus sécurisées de la capitale, non loin du QG de Tango 4, du camp militaire Kokolo et des services d’incendie de la Monusco. Sans oublier que cet entrepôt devait certainement être sous la surveillance de gardiens qui ne se sont jamais exprimés.
    Et pour cause… Après maintes recherches et une bonne dose de chance, nous avons pu retrouver le chef de poste qui a quitté le continent africain depuis cette date. Entretien avec un homme débrouillard et lucide.
    Vous étiez de garde à l’entrepôt de la Ceni dans la nuit du 12 au 13 décembre dernier ?
    Oui, tout à fait. J’étais chef de poste et j’étais avec huit hommes. Habituellement, nous sommes onze mais cette nuit-là, comme ça arrive très régulièrement, deux de mes hommes étaient absents. Des absences justifiées.
    Comment le feu a-t-il pris ?
    Je l’ignore. Sur le coup de 23h40, le colonel Gaga de la Demiap a débarqué avec un major et des hommes de la garde républicaine. Il a expliqué que nous devions quitter les lieux parce que le président de la république allait bientôt arriver pour visiter l’entrepôt. L’heure était tardive mais chez nous tout est possible. Le colonel a placé des hommes de la garde républicaine dans la parcelle de l’entrepôt avant de nous faire monter dans deux jeeps Land Cruiser direction le camp Kokolo situé juste à côté.
    Et ensuite ?
    Nous sommes descendus des véhicules au camp kokolo, le QG de la force terrestre. Un offcier de garde est venu à la rencontre du colonel. celui-ci a expliqué que nous devions rester un certain temps dans le camp et qu’il viendrait rapidement nous rechercher.
    C’est ce qu’il a fait ?
    Je l’ignore. Il état à peine parti quand il a rappelé l’officier d’ordonnance pour lui dire : « les gens qui sont là ne doivent pas bouger jusqu’à ce qu’on vienne les chercher. Comme il parlait fort et que j’étais à côté de l’officier, j’ai entendu la conversation. Je suis policier aujourd’hui, j’ai le grade d’adjudant, mais j’ai une formation militaire et quand j’entends des mots comme ceux-là, je me dis que ce n’est pas bon et qu’on pourrait être arrêté sans que je comprenne pourquoi. Comme je connais bien ce camp Kokolo, j’ai pu me débrouiller pour fausser compagnie aux gardiens. J’ai appelé un ami pour qu’il vienne me chercher. Je suis resté caché jusqu’à sa venue puis j’ai fui le camp.
    Vous saviez l’entrepôt était en feu ?
    Pas du tout, après avoir fui, je me sus dit que j’avais peut-être fait une bêtise. Ensuite,l’ami qui m’héberge m’a montré un peu de fumée au loin. Un camionneur nous a dt que c’était un entrepôt de la Ceni. Là, je me suis dit directement que c’était très dangereux et que tout le show de la Demiap était une mise en scène pour pouvoir bouter le feu et chercher un ou des respojsables. J’ai cassé ma carte Sim et jeté mon téléphone pour ne pas prendre de risque. J’ai immédiatement ramassé ce que je pouvais et je suis parti.
    Vous savez ce que sont devenus vos collègues ?
    Pas du tout. Je crains le pire pour eux, le régime a l’habitide de ne pas laisser de traces derrière lui et le colonel de la Demiap est loin d’être un saint, c’est lui qui était le commandant des opérations au Kasaï lors des massacres dans le dossier des Kamwina Nsapu.
    Vos accusations sont graves !
    Ce ne sont pas mes mots qui sont dures mais bien l’attitude de ces militaires proches du Kabila. je peux prouver ce que je vous dis. Vous savez comment on a coincé l’assassin de Chebeya ? Ils ont « borné » son appareil pour découvrir qu’il avait appelé maintes fois Chebeya. Les bornes des compagnies téléphoniques enregistrent tout ce qui passe dans un certain rayon. Nos autorités peuvent exiger, si elles le veulent, que les opérateurs téléphonqiues lui fassent parvenir l’activité de la borne qui se trouve à proximité de notre entrepôt. On ne peut pas tricher avec ce relevé des données. Vous constaterez que le colonel Gogo a activé la borne de notre camp vers 23 h 40 et celle du camp Kokolo dix minutes plus tard.
    Qu’est-ce qu’il y a dans l’entrepôt ?
    Du vieux matériel des précédentes élections. Pas de machine à voter.
    Comment expliquez-vous que le service incendie de la Monusco, qui se trouve à quelques mètres, ne soit pas intervenu pour tenter d’éteindre le feu.
    Je n’ai pas assité à la scène mais on m’a raconté que le camion a tenté d’intervenir mais en a été empêché par des hommes de la garde républicaine qui lui ont intimé l’ordre du jour.

    1. Voila le modus operandi du Voyou de Kingakati (aux abois) et ses bandits – dont Kalev Mutond et ce Gogo ou Coco.

  8. @ Ndeko Armand,
    Vous m’avez demandé si Nangaa et Kimbuta étaient des rwandais. Je peux facilement vous répondre pour Kimbuta. Oui, il est congolais. Pour Nangaa, je ne sais pas.
    Cher Armand, je crois que vous enseignez à l’université. Vous connaissez donc l’histoire du monde. Si vous permettez, une question : Philippe Pétain était-il allemand ou français ?
    Tokoloba ti bakoyoka !

    1. Cher Ndeko Bongos,
      Ma crainte est de vous voir comparer deux réalités qui n’ont pas une commune mesure. Le maréchal Pétain , héros de la première guerre mondiale (1914-1918). s’est fourvoyé en collaborant avec l’occupant militaire allemand de 1940 à 1945. La différence avec le Congo est que l’occupation est capitalistique puis minière avec des bras armés(des mercenaires). L’Etat congolais est liquidé (marchandisé) dans toutes ses prérogatives militaires au profit du business minier. Si l’occupant d’hier fut américain par le Rwanda , aujourd’hui, l’occupation est multiforme. Il y a des chinois, des tanzaniens, mauriciens, indiens ,ukrainiens, juifs et même des sudafs….. Ces étrangers décident sur le Congo en association avec des collabos du ventre. Or Pétain ne fut pas un collabo du ventre mais un pessimiste en idéologie, avec de la haine contre les juifs.

  9. Jo Bongos et Kum sont de prétentieux haineux qui avouent une haine mortelle injustifiée envers Félix, qui,nous venons de le voir,avait raison quand il disait : » avec ou sans machine, nous irons aux éléctions »,car l’autre camp de »gestionnaires attitrés » du congo représenté par » le pétrolier » fayulu accepte d’y aller avec la mav aujourd’hui. Qu’en dites-vous, jo bongos et kum ? Ne puissiez-vous pas mouiller vos maillots dans l’arène politique congolaise ? Vous me semblez trop prétentieux, critiques, diffamants et théoriques. Théoriques ? Oui, ne dit-on pas que critiquer est facile mais l’art de faire est difficile ? Descendez dans l’arène et combattez comme des gladiateurs dans rome antique. Ou carrément créons comme une sorte d’agora dans la diaspora où nous viendrons débattre pour dégager des idées bonnes afin de faire sortir notre pays du bourbier dans lequel il s’est vautré depuis le 24 novembre 1965. Ou nous voulons critiquer nous faire plaisir ou étaler ce que nous appelons notre »savoir » aux autres. Félix n’a jamais géré ou aliéné quoi que ce soit du Congo, mais admonester plus que les autres qui ont mal géré le pays et l’état congolais à l’occurrence Bemba et Katumbi. Ne soyons pas ethniciste.

    1. Compatriote Zenga Mambu,
      Une parenthèse, si vous permettez.
      Souvenez-vous encore de ce que le régime nous a vendu avec ces machines ? Ce que le pays ferait des économies et un gain important du temps avec elles avec notamment moins de papasserie. Il était donc question que la machine fasse tout, avec des boutons on votait, on dépouillait, on finalisait le comptage et donc le vote numériquement. Depuis l’eau a coulé sous le pont, la contestation interne et externe jusqu’à s’obliger un audit britannique ont poussé la Ceni d’en finir avec son vote numérique obligeant que les entrées numériques de ce qui est en réalité un ordinateur ne servent plus.
      Plus récemment un peu subitement sans doute pour déminer les soupçons persistants des opposants résolus à la machine (notamment Fayulu et son camp) Nangaa a rassuré que sa machine ne sera qu’une simple imprimante détaillant toute l’opération allant du choix de son candidat par l’électeur jusqu’à l’urne où il va déposer son bulletin et qu’ensuite tout se fera manuellement, plus question d’opérations numériques où l’on comparerait donc le comptage numérique à celui manuel.
      Bien sûr je ne puis vous assurer que tout se passera comme prévu, il faut au moins une forte présence humaine pour guider et surveiller tout n’empêche que vc’est là où à mon avis Lamuka s’est glissé pour accepter la machine.
      Aujourd’hui les papiers sont donc encore plus importants, ce qui justifie en grande partie ce cirque avec le faux incendie qui dissimule mal un besoin de papasserie encore plus important qu’ils n’avaient prévu au début.
      Le reste, vous savez bien que c’est de la com : comment ne pas donner du grain à moudre au régime en commençant par dénoncer la machine et l’accepter en cours de route aussi clairement et pas au bout du combat comme l’a fait l’Udps. Ce sont deux stratégies différentes qui n’autorisent pas le bon observateur à ne voit qu’une capitulation.
      Voilà ma parenthèse à partir de votre lecture que je trouve réductrice et quasi fanatique.

  10. Le report tant décrié est intervenu et aussi rapidement accepté de tous dedans et dehors. C’est un petit report « technique », se sont-ils dits sans doute mais aussitôt les « opposants » ont crié vent debout qu’ils n’en toléreront plus, qu’ils donneront la consigne (Art 64, transition sans ‘JK’… ?) si au 30 décembre la Ceni en réclamait un autre.
    En passant, si à cette nouvelle échéance notre fantastique Ceni invoque des raisons techniques supplémentaires, la logique des opposants et autres ne sera-t-elle pas prise à défaut s’ils ne toleraient pas ce énième report ? Le problème va donc bien au-dela.
    Personne n’ignore en effet bque ce ne sont pas seulement les causes techniques qui empêchent à ces scrutins d’être crédibles, déjà la revendication d’une souveraineté démagogique a vulnerabilise davantage un organe manifestement incompétent à qui une aide logistique externe aurait rendu des grands services. Ils doivent en compter tout bas les remords.
    Ce sont des causes politiques qui font que ces scrutins ne seront ni transparents ni équitables : le régime ne les veut qu’à la condition qu’ils fassent gagner son candidat.
    Alors que l’engouement derrière les candidats de l’opposition démontre sans discussion le rejet du régime et pouvait lourdement limiter ses capacités de tricherie, non seulement l’opposition n’a trouvé mieux à faire qu’à se diviser mais aussi le pouvoir ne désarmé pas en posant partout des chausse-trappes notamment à l’endroit de Fayulu et en empêchant la démonstration de force de cette opposition avec ces suspensions de campagne.
    Reste-t-il à cette opposition d’autres ressources pour résister et à cette CI de taper plus sérieusement sur le pouvoir fraudeur ?
    C’est là où l’on aurait voulu que si de bonne guerre elles acceptent ce petit report technique, elles n’en appretent pas moins d’ores et déjà leurs armes pour contester des résultats qui de toute évidence seront trafiqués. L’article 64 aurait dû déjà être d’application mais qu’à cela ne tienne, il faudra bien le mettre en branle après le 30 décembre.
    Mais en quoi cet appel au peuple sera-t-il plus massivement entendu et mis en œuvre par lui que par le passé. Consolons-nous en espérant que cette fois sera la bonne, il y’en a toujours une dans le destin d’un peuple ; encore faut-il que les leaders prennent leur courage pour mobiliser à cet effet la population en nous disant en même temps que la CI nous suivra…
    Vous l’aurez compris, malgré les faits qui le démentent je ne peux hélas m’empêcher ce zeste d’optimisme pour ce cher pays !

  11. AU PAYS DE L’ONCLE SAM OU JE SUIS DEPUIS DEBUT NOVEMBRE 2018 POUR DES PROBLEMES FAMILIAUX ET A CHAQUEFOIS QUE JE CONSULTE NOTRE PRESSE CIC, J’AI TOUJOURS CONSTATE UNE CERTAINE HAINE, AMPATHIE DE CERTAINS COMPATRIOTES A L’EGARD DE GRAND PATRIOTE HONORE NGBANDA ZAMBO. PEUT- ETRE CE GRAND PATRIOTE A CAUSE DE SON INDISCRETION ET SA CONNAISSANCE APPRONFONDIE SUR L’ECHIQUIER NATIONAL ET INTERNATIONAL DERRANGE LES AUTRES COMPATRIOTES LESQUELS AIMERAIENT VOIR CE GRAND PATRIOTE FERMER SA BOUCHE EN OR, SE TAIRE ET SURTOUT NE RIEN DIRE LA VERITE. MAIS MA FOI, PERSONNE A LE MONOPOLE DE VERITE SUR CETTE PLANETE TERRE. EFFECTIVEMENT Mr. HONORE NGBANDA ZAMBO CONNAIT BEAUCOUP DE CHOSES DE LA SCENE POLITIQUE KONGOLAISE ET CELA DERRANGE BEAUCOUP DE NOS COMPATRIOTES QUI CHERCHENT A TOUT PRIX SALIR LE NOM ET LA REPUTATION DE CE GRAND HOMME HONORE GBANDA ZAMBO, PAR LA JE VEUX DIRE QUE CERTAINS COMPATRIOTES ONT UN COMPLEXE VIS-A-VIS AU COMPATRIOTE NGBANDA NZAMBO.
    QU’ON LE VEUILLE OU NON, QU’ON L’AIME OU NON, LE COMPATRIOTE HONORE NGBANDA ZAMBO EST UN VRAI PATRIOTE ET LE RESTERA TOUJOURS, NE TRAHIRA JAMAIS LE PAYS DE SES ANCETRES POUR DE FINS PERSONNELS ET EGOISTES COMME FONT D’AUTRES POURITICIENS HYPPOCRITES QUE NOUS SAVIONS TOUS.
    SOYONS UN PEU RECONNAISSANT A L’EGARD DE NOTRE COMPATRIOTE NGBANDA HONORE POUR SON TRAVAIL DE SENSIBILISATION ET SURTOUT D’INFORMATION. N’EUT ETE CE GRAND PATRIOTE, LE GRAND KONGO N’EXITERAI PLUS, IL SERAIT DEJA MORCELE.
    MON APPRECIATION POUR LE GRAND PATRIOTE HONORE NGBANDA ZAMBO VAUX MIEUX QUE 1 MILLION SMS, MAILS, FACEBOOK etc etceteri INUTILES A L’EGARD DE CET HOMME VALEUREUX QUI LUTTENT POUR LA LIBERATION DE SON PAYS KONGO.
    CEUX QUI LIRONT MON INTERVENTION, COMME D’HABITUDE NE MANQUERONT PAS SANS REFLECHIR ME TAXER DE TRIBALISTE OU DE RESSORTISSANT D’EQUATEUR. A CEUX-LA, LAISSEZ-MOI VOUS DIRE QUE JE SUIS A 100 % NE KONGO PAR MA MERE BIOLOGIQUE NE EN OUTRE-ATLANTIQUE. DANS MA VIE, J’AI ETE DEUX FOIS ( DANS LES ANNEES 80 ) AU KONGO PAYS DE MES ANCETRES, PAYS OU ETAIT NE MA MERE BIOLOGIQUE. JE SUIS UN AFRO-AMERICAIN-GERMAIN-KONGOLAIS. LE GRAND KONGO EST UN PAYS QUE J’AIME AU DESSUS TOUT COMME LE PAYS DE L’ONCLE SAM OU SE TROUVE MA GRANDE ENTITE FAMILIALE ET DEUTCHLAND ( GERMANY ), LE PAYS OU JE VIS ET QUI M’A DONNE TOUT SURTOUT SON HOSPITALITE ET J’EN SUIS TRES RECONNAISSANT, BREF J’AI UNE DETTE MORALE POUR CE PAYS GERMANY. DANS LES PAYS CITES ( USA, ALLEMAGNE ), LES RESSORTISSANTS DE CES VAILLANTS PAYS APPRECIENT UN INDIVIDU OU HOMME POLITIQUE PAR DES BONS ACTES, SON PATRIOTISME ET NON PAR LE FANATISME AVEUGLE.
    JE SALUT EN PASSANT, LES ARGUMENTS SOLIDES DES COMPATRIOTES JO BONGOS, KUM, BUNDUKI SEMAYOTE ET SURTOUT DE NOTRE FRERE BERNARD B. POUR SES INFORMATIONS COMBIEN NOBLES ET STRATEGIE A APPLIQUER CONTRE LES ENNEMIS DU GRAND KONGO, COMMENT EN FINIR UNE FOIS POUR TOUTE AVEC LES CRIMINELS OCCUPANTS. LE GRAND KONGO APPARTIENT AUX KONGOLAIS ET N’EST PAS LA PROPRIETE PRIVEE DE PERSONNE.
    JE M’ARRETE LA AND PLEASE NO COMMENTS HERE!
    VIVE LE GRAND KONGO! VIVA! VIVA!

    1. @Germain,
      Cher compatriote,
      Ceux qui s’en prennent à Honoré Ngbanda sont soit les taupes des Rwandais soit ce sont des ignores calfeutrés qui ne veulent pas évoluer.
      Du temps du Maréchal, nous avons tous été hostiles et très allérgiques à entendre prononcer le nom de « NGBANDA » mais (avec le temps) une analyse profonde des faits nous a amenés à comprendre qu’Honoré Ngbanda était un vrai patriote, n’en déplaise à ses adversaires, pour moi ce monsieur est un visionnaire.

  12. Tous les faux prophètes et faux pasteurs charlatans des églises de sommeil Binzambi Nzambi qui manipulent le Peuple par des prophéties bâclées venant de l’esprit de mensonge n’avaient-ils pas prévu le report bidon des élections ? Le Kongo notre Patrie est entre les crocs des hordes de Satan le Chérubin jadis oint…
    Même si les légions des démons sataniques supervisent ces élections pièges à con sous-occupation étrangère pour le candidat Satan le Chérubin jadis oint contre le dauphin illégal ShadaryKabila, Lucifer ne gagnera pas car le recensement général, la révision du fichier électoral, le contrôle du Serveur Central font défaut…
    « Notre tort à nous, Africains noirs (Kongolais), est d’avoir oublié que l’ennemi (Occupants Tutsi Power, Impérialistes Occidentaux Anglo-saxons) ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas. Notre tort est d’avoir cru que l’ennemi a perdu de sa combattivité, de sa nocivité » dixit Frantz Fanon
    Le machin ONU et sa soeur occultiste Union Européenne (Europa) agissent comme si la démocratie existait au Kongo. Leurs relais médiatiques (RFI, France 24, TV5…) sont des mediamensonges qui feignent d’ignorer que le Kongo est tout sauf démocratique. A quoi sert un sondage dans un pays rempli des fosses communes où les journalistes sont arrêtés pour avoir usé de la liberté d’expression. Pauvre Afrique !
    « L’Afrique a la forme d’un révolver dont la gâchette est placée au Zaïre-Kongo-RDC (République à démocratiser) » dixit Frantz Fanon car l’Afrique noire Subsaharienne est toujours sous esclavagisme mental, moral, spirituel, intellectuel de l’Occident, du machin ONU, de l’UE, de l’impérialisme Anglo-saxon, elle aura l’élan de libération si l’éléphant Kongo se libère comme en Janvier 1959. Il en est de même de 9 voisins dont 3 sous-traitants (Rwanda, Burundi, Ouganda) qui entourent l’ex Zaïre…
    Plusieurs pays ont réussi à renverser la vapeur face à l’hégémonie impérialiste en établissant un vrai rapport des forces; qui dans le cas d’espèce (Kongo) se trouve à Fizi et environs avec les Combattants Résistants « Yakutumba » et autres, sans cette force de Défense Républicaine locale, le Kivu en entier serait entre les mains des Occupants. Les impérialistes et le Rwanda le savent. La Monusco a bloqué ce rapport des forces à Uvira pour pérenniser le statu quo…
    Le rapport des forces est militaire non politique ! Sinon Che Guevara et Fidel Castro seraient inconnus du monde entier. Mzee Laurent Kabila a établi un rapport des forces en renversant Maréchal Mobutu grâce aux chars, kadogos et avions accordés à l’AFDL (Conglomérat d’aventuriers) par les impérialistes…
    Ces putains d’Élections de merde qui ne sont pas une panacée ne seront jamais libres, transparentes, crédibles avec des bulletins imprimés par Zoé Kanambe dont l’effigie du dauphin ShadaryKabila est une priorité, sans un recensement général ou identification nationale. Malheur à celles et ceux qui cautionnent ces 3e élections pièges à con, une malédiction générationnelle avec cause leur est due. Rendez-vous le 30 Décembre si le Véritable Dieu Tout-Puissant le veut…
    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo. La luta continua, la victoria e certa. Ingeta

  13. À celle ou celui qui défend mal Vital Kamerheon Lwa Kanyiginyi,
    Nos « estimés Frères Jo Bongos et KUM » ne sont pas « Combattant Résistant de l’Ombre » vice versa… C’est de la diversion puérile pour tromper les faibles d’esprit ou c’est simplement une stratégie diabolique de diviser les vrais Kongolais qui luttent honnêtement avec fermeté et opiniâtreté contre les ennemis extérieurs et intérieurs du Kongo afin de dévier le message de la Résistance Combattante Kongolaise qui change la donne des Occupants Tutsi Power sur cet espace de discussion démocratique…
    Celles et ceux des Kongolais qui sont allergiques à la Vérité divaguent, délirent, déconnent de plus en plus…
    Ou alors nous avons clairement à faire sur CIC à des infiltrés Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougadais qui prennent des noms à consonnance Bantoue pour semer la zizanie afin d’essayer en vain de décourager nos excellents compatriotes (Jo Bongos, KUM, mamale, GERMAIN, Elili, Kolomboka, Bernard B…) qui sont hostiles au plan hégémonique machiavélique de Paul Kagame et les siens au Kongo… Sic… Peine perdue
    Dire que Kamerheon le briseur des couples, le mari de Hamida Shatur est un faux Kongolais (Kongorais) de carte d’électeur n’est pas un péché impardonnable car le Kongo a un problème d’identification nationale pas celui des élections pièges à con truquées d’avance…
    Depuis que les Kongolais attendent qu’il (Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi) le prouve car il a obtenu son diplôme à l’Unikin en 1987 avec le prénom « Vital » alors que tous les Zaïrois portaient des noms et post-noms d’authenticité, jamais des prenons à l’occidentale… Depuis le Manitoba Burundais de souche de l’UNC (Union des Cons Congolais) ne répond plus… Ne dit-on pas « Qui ne dit mot consent »…
    De grâce éluder les argumentaires des intervenants du CIC par des contre-arguments valables… Que l’anonymat et l’impersonnalité du net ne vous trompent pas, ne vous jouent pas des tours. Derrière chaque pseudo se trouve des vraies personnalités distinctes dont le but et l’idéal communs pour notre Chère Patrie KONGO convergent par nos prises de position radicale contre les occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougadais et les imperialistes Onusiens Anglo-saxons…
    La Luta continua la Victoria e Certa. Ingeta

Comments are closed.