Pas illusion aussi longtemps que nous restons dans les Accords de Lemera

Dr François Tshipamba Mpuila
Dr François Tshipamba Mpuila

Dans cet article ne transpira aucun racisme. Nous sommes en guerre. Pour nous libérer, nous devons connaître très bien l’ennemi qui a envahi notre Pays depuis la Première Guerre de l’AFDL, l’occupe, le domine, le gère, nous massacre, détruit notre Pays, pille les richesses naturelles.

Tout autre peuple qui se trouverait dans notre cas ferait exactement la même chose. Les pays jadis victimes de l’occupation nazie ont fait la même chose.

  1. D’OU VIENNENT LES ACCORDS DE LEMERA

Les concepteurs, les géniteurs, les initiateurs, les tuteurs et les parrains politiques des Accords de Lemera ne sont pas les Congolais (Peuple Congolais ou Leaders Congolais). C’est le Leadership politique et militaire rwandais et ougandais.

Ces Accords ont été signés à l’Hôtel Lemera le 23 Octobre 1996. Les trois congolais signataires de ces Accords (LD Kabila, André Ngandu Kissase et Anselme Masasu Nindanga) avaient-ils lu préalablement ces Accords et les avaient-ils compris avant de les signer? Ils ont connu une mort mystérieuse après avoir été utilisés comme des collabos, des pions, des masques, des marionnettes, des exécutants serviles, aveugles, inconscients et irresponsables, des trompe-œil pour cacher l’invasion, l’occupation étrangère rwandaise et ougandaise de la RDC et la réalisation de la superstructure idéologique de l’ethnie nomade tutsie connue depuis le Rwanda ancien (Royaume Nyiginya) et appliquée en Ouganda, au Rwanda contemporain, au Burundi et depuis le 17 Mai 1997 en RDC.

Les deux Rwandais signataires de ces Accords (Deogratias Bugera et Bizima Karaha) sont tous les deux en vie jusqu’à ce jour.

  1. LA SUPERSTRUCTURE IDEOLOGIQUE DE L’ETHNIE NOMADE TUTSIE

Cette superstructure idéologique, décrite par MM. Cheikh Anta Diop, J. Vansina, Charles Onana et Gaspard Musabyimana, est expansionniste, esclavagiste, dominatrice, colonisatrice, prédatrice et génocidaire.

  1. LA REALISATION DE CETTE SUPERSTRUCTURE IDEOLOGIQUE DANS LES PAYS CONQUIS

L’ethnie tutsie réalise cette superstructure idéologique par la culture du sang et de la violence, la ruse, la supercherie, l’empoisonnement, la fourberie, la perfidie, l’imposture (usage de fausse identité et des noms d’emprunt), le recours aux collabos, le génocide physique, moral, intellectuel et culturel des peuples conquis, les mensonges, les hold-up électoraux, la création délibérée du chaos, de la peur, des conditions infra- humaines de vie, de l’insécurité, du terrorisme d’Etat, des foyers des troubles armés, la corruption des chefs coutumiers, des leaders, des individus faibles de caractère et de personnalité, le non-respect de la Constitution et des lois, la contribution des « Hirondelles » (filles tutsies).

Le respect de la Constitution, des lois et des accords signés, le système démocratique et l’alternance démocratique pacifiée et civilisée au pouvoir sont absents de l’A.D.N. de l’ethnie tutsie: ces réalités sont étrangères dans toute l’histoire de l’ethnie tutsie (Royaume Nyiginya) et dans les pays envahis, occupés, dominés (Ouganda, Rwanda, Burundi, RDC).

Pour accéder au pouvoir et s’y pérenniser, toutes les méthodes et toutes les stratégies sont utilisées sans aucune retenue, aucune gêne, aucun état d’âme, aucun respect d’un quelconque principe, d’une éthique, d’une loi, d’une règle déontologique.

  1. LA SUPERSTRUCTURE IDEOLOGIQUE DE L’ETHNIE TUTSIE EST PIRE QUE L’IDEOLOGIE NAZIE

L’idéologie nazie est sélective pour des races et des catégories des êtres à exterminer: les juifs, les slaves, les tziganes, les handicapés… Elle prône la persécution des opposants politiques, des homosexuels, des Roms…

Mais la superstructure idéologique de l’ethnie tutsie applique l’élimination physique systématique des opposants politiques et le génocide systématique, généralisé et total des peuples envahis, dominés en vue de s’approprier le territoire, le sol, le sous-sol, les terres fertiles et les richesses naturelles des localités et pays envahis, occupés, conquis, dominés.

Elle utilise, pour y parvenir, des stratégies et des moyens d’une extrême violence, atrocité, horreur, cruauté:

  • Les empoisonnements, les massacres massifs au cours desquels les cadavres des victimes sont jetés dans des fosses communes entassés comme du Bétail;
  • Les viols publics des bébés, des jeunes filles et de toutes les femmes rencontrées mariées ou non: ces viols sont suivis de la destruction violente et sanglante des organes génitaux des victimes pour réduire le taux de natalité;
  • Les tortures, les décapitations avec des machettes, l’incendie des habitations et des villages entiers, l’insécurité généralisée pour pousser les autochtones à fuir les villages, les localités et même le pays afin d’amener, par cargaisons et charters, les populations tutsies rwandaises et ougandaises pour s’approprier le terrain dépeuplé.

Les populations autochtones qui restent sur place deviennent, conformément aux prescrits des Accords de Lemera, des esclaves apatrides, condamnés à mort, en sursis, enfermés dans un vaste cimetière, abattus au fur et à mesure par les escadrons de la mort rwandais et ougandais et des collabos congolais (Cfr.: présence, en RDC, des armées régulières du Rwanda et de l’Ouganda et de leurs unités et bataillons déguisés en FARDC, Police congolaise, Services de Sécurité, Rébellions congolaises (RCD/Goma, RCD/ML, RCD/N, CNDP, M23, ADF-NALU…).

Le Territoire, le sol, le sous-sol, les richesses naturelles de la RDC appartiennent à l’AFDL-PPRD, instrument politico-militaire créé par le Rwanda et l’Ouganda lors de la signature des Accords de Lemera.

Le nom « PPRD » est un vernis congolais placé sur l’AFDL qui garde la même nature, la même raison d’être et les mêmes objectifs lui assignés lors de sa création dans les Accords de Lemera.

  1. AUSSI LONGTEMPS QUE NOUS RESTONS DANS LE SCHEMA ET LE PROCESSUS INITIES, FIXES ET IMPOSES PAR LES ACCORDS DE LEMERA
  • Il n’y aura jamais de paix, de sécurité, d’alternance démocratique pacifiée et civilisée, de démocratie, des élections crédibles, de respect de la Constitution, des lois, des libertés et des droits de l’homme.
  • Ceux qui se sont déjà déclarés des candidats aux élections et qui font déjà la campagne sont naïfs: ils doivent savoir qu’il n’y aura jamais d’élections crédibles. S’il y a élections, elles se dérouleront dans un climat d’insécurité, de violations des libertés et des droits de l’homme et seront sanctionnées par un nième hold-up électoral.
  • Le pays sera progressivement dépeuplé de Congolais et finira par appartenir aux Rwandais et aux Ougandais.
  • Les vrais patriotes congolais n’accèderont jamais au pouvoir et ne contrôleront jamais le pouvoir effectif et réel, la direction et le commandement dans l’Armée, la Police, les Services de Sécurité, l’Economie, les Finances, le Recensement, la CENI, la Présidence de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat, le Justice, les Médias publics, la Territoriale, la direction de l’AFDL-PPRD, la Cour Constitutionnelle, la Magistrature…
  • Seule l’AFDL-PPRD sera toujours au pouvoir. Les autres partis politiques, les organisations humanitaires et de défense des droits de l’homme, les Médias privés, toutes les organisations de la Société civile, sont le vernis démocratique pour tromper l’opinion nationale et internationale. Ils pourront crier du matin au soir et même monter sur le Toit du Monde pour se faire entendre mieux, mais ils n’auront jamais un impact décisif et un pouvoir effectif et réel sur le schéma et le processus conçus, initiés, fixés et imposés par le Leadership rwandais et ougandais et inscrits dans les Accords de Lemera.
  • La RDC sera de plus en plus détruite et sera un champ de ruines. Ses richesses naturelles serviront au développement du Rwanda et de l’Ouganda.
  • Les quelques survivants congolais seront abrutis, affamés, paupérisés à l’extrême, contraints de mener une vie végétative comme des primates de la préhistoire, enfermés dans des jardins zoologiques.
  • L’accès à l’eau potable, à l’électricité, aux soins médicaux, à l’enseignement, au logement décent, à l’enseignement de qualité… sera un véritable luxe.
  1. TOUS LES AUTRES ACCORDS ULTERIEURS AUX ACCORDS DE LEMERA SONT DES APPLICATIONS CONCRETES, PROGRESSIVES ET SYSTEMATIQUES DES ACCORDS DE LEMERA:
  • Accord de Lusaka: les unités et les bataillons de l’Armée rwandaise (RCD/Goma, RCD/ML, RCD/N….) ont signé ledit Accord en tant que Groupes rebelles congolais. Les Rwandais membres connus et non connus de ces unités et de ces bataillons de l’Armée rwandaise sont donc devenus massivement des congolais;
  • Accord de Sun City: les Rwandais devenus congolais à la signature de l’Accord de Lusaka sont entrés légalement, massivement et triomphalement dans les Institutions congolaises. Et le mercenaire rwandais placé à la tête de la colonie-Congo a été confirmé dans ses fonctions. Le Vrai Leader Congolais de l’Opposition politique congolaise a été sans aucun état d’âme ni gêne exclu de l’Espace Présidentiel 1+4;
  • Accord avec le CNDP: les rwandais connus et non connus qui se réclamaient membres du CNDP (Unité et bataillon de l’Armée rwandaise) sont devenus massivement des Congolais et sont entrés massivement, légalement et triomphalement dans les Institutions de la RDC;
  • Accord-Cadre d’Addis-Abeba: il a mis fin à la bataille pour l’Impérium car le mercenaire placé à la tête de la RDC et auteur du hold-up électoral du 28 Novembre 2011 a été invité à Addis-Abeba en plein conflit pour l’Impérium par Paul Kagame et Yoweri Museveni en tant que le Président de la RDC et il a signé cet Accord en tant que le Président de la RDC. Il a été donc légitimé et son pouvoir a été prolongé à la tête de la RDC. Les rwandais connus et non connus qui se réclamaient membres du M23 sont tous devenus massivement des congolais et sont entrés massivement dans des Institutions congolaises.
  • Accord de la Saint-Sylvestre: le mandat du mercenaire placé à la tête de la RDC et qui était fin-mandat depuis 2016 a été prolongé sans un seul coup de feu.
  1. SOLUTION

Il faut par tous les moyens, le plus vite possible et impérativement, sortir du schéma et du processus conçus, initiés, fixés et imposés par les Accords de Lemera: focalisons-nous prioritairement sur le Combat pour la libération de l’occupation étrangère rwandaise et ougandaise de la RDC et pour la démilitarisation de la RDC.

Nous organiserons ensuite notre Transition et nos élections crédibles entre les Congolais, dans la paix, la sérénité et la concorde.

Fait le 6 Juin 2018

 

Par Dr François Tshipamba Mpuila
GSM + 32-493-325-104

5 réflexions au sujet de « Pas illusion aussi longtemps que nous restons dans les Accords de Lemera »

  1. Dr Mpuila,

    Ne faisiez-vous pas partie des congolais candides et avides de poste de pouvoir qui se sont fait servir la sauce-mythe ‘’ banyamulenge ‘’ par les rwandais qui rédigeaient les documents de réunion pour signer n’importe quoi à Sun-City ?

    Je note que vous vous réveillez. C’est un bon départ. Maintenant, votre travail consiste à convaincre vos petits camarades qui se réclament de l’opposition de porter le cas rwandais sur la place publique afin d’expliquer au peuple la vraie cause du cancer qui le tue aujourd’hui. Ce peuple vous suivra.

    Regardez un peu ces clowns qui fanfaronnent à travers le monde pendant que le président rwandais est en train de fabriquer sa solution B au Congo. Ils sont totalement invisibles, impuissants, inaudibles et… médiocres.

    Ces rwandais ne sont pas immortels. D’ailleurs, combien sont-ils ? Combien êtes-vous ? Arithmétiquement, il n’y a pas photo. Alors ?

  2. Les écrits du Dr Mpuila n ont jamais été ma tasse de thé. Mais je dois dire que cet article est une vraie piqûre de rappel. Il faut focaliser la lutte que mènent les vrais patriotes congolais sur l occupation du territoire national et l asservissement du peuple. Bouter dehors les occupants et leurs mercenaires est la vraie priorité. Les élections et la fameuse transition ne sont que écran de fumée. ..

  3. Les accords qui engagent internationalement et avec efficacité erga omnes, sont les accords régulièrement signés entre Etats représentés par les personnalités à qui se trouve taxativement reconnu la capacité d’engager le pays. Les fameux accords ci-haut cités ont été signés entre des Etats tutsis agresseurs du Congo et quelques individus maquillés en représentants de mouvement insurrectionnel. Par conséquent, Monsieur Mpuila peut garder son calme sur la non efficacité desdits accords. La Cour Internationale de Justice ne les acceptera jamais.

    Par ailleurs, c’est ici qu’il faudrait saisir la portée de la trahison de plusieurs congolais qui aquiescent la présence d’un étranger à la tête du Congo. Ces compatriotes collabos causent un immense tord au pays car les actes de cet énergumène engagent en principe le pays. Et dire qu’à la direction du parti de Monsieur Mpuila, jadis considéré erronnément comme de l’opposition, se trouvait un certain Tshisekedi, supposé juriste docteur en Droit!

    1. @Mamale,

      Il y’a une parade juridique pour nous défaire de ce qui a été signé.
      C’est du solide, croyez moi.

      On garde tout ça au frais.

Les commentaires sont fermés