Ramazani Shadary a (enfin) présenté son programme: Un air de déjà entendu!

Désigné « dauphin » du Président hors mandat le 8 août dernier, Emmanuel Ramazani Shadary a attendu 103 jours calendrier avant de divulguer son « programme d’action ». Un programme qui est, en fait, une compilation des thèmes à la mode claironnés jadis par « Joseph Kabila » durant ses dix-sept années d’exercice du pouvoir d’Etat. L’homme promet de faire mieux que son « parrain » au plan budgétaire: 86 milliards de dollars à mobiliser en cinq ans. Ouf! Pour la petite histoire, l’absence de programme n’a pas empêché le candidat du « Front commun pour le Congo » (FCC) à la présidentielle du 23 décembre d’engranger des ralliements. Les uns aussi opportunistes que les autres. Depuis la restauration du pluralisme politique en avril 1990, la perspective du partage des postes est devenue le moteur de l’activisme politique.

Evariste Boshab

Lundi 19 novembre, Emmanuel Ramazani s’est finalement présenté devant ses « amis » du FCC et le grand public. Un moment solennel pour donner lecture du « programme d’action » rédigé à son intention par la cellule « programme commun de gouvernement ». Celle-ci a pour coordonnateur Evariste Boshab, un des « vieux briscards » de la mouvance kabiliste qui ne peut incarner la rupture. Encore moins, le renouveau. Directeur de cabinet du Président de la République, président de l’Assemblée nationale, secrétaire général du PPRD, le parti présidentiel et ministre de l’Intérieur et sécurité. Ce sont là les différentes fonctions exercées par le « professeur Boshab ».

Au lendemain de son accession à la tête de l’Etat congolais, fin janvier 2001, « Joseph Kabila » déclarait dans sa toute première interview accordée au quotidien bruxellois « Le Soir » que « ma priorité sera le social ». Cette promesse n’a jamais été suivie d’effet. La pauvreté a littéralement explosé au point que les pompes funèbres sont cotées parmi les entreprises les plus rentables.

Dans sa « récitation », le « dauphin » n’a pas dérogé à cette règle démagogique consistant à proclamer que l’homme sera « au centre de l’action ». « Je fonde la vision qui porte mon action sur la valorisation de l’homme congolais, de sa fierté et de sa dignité », a-t-il déclaré en soulignant son ambition de mobiliser 86 milliards de dollars américains pour matérialiser ce rêve.

A en croire Ramazani, « son » programme s’articule sur quatre « axes prioritaires ». A savoir notamment: l’accès aux services sociaux de base, le renforcement de l’autorité de l’État, la construction d’une économie diversifiée, la lutte contre la corruption et le renforcement du… rôle géostratégique du Congo-Kinshasa. Du blablabla!

LE « CONTINUATEUR » DU « RAIS »

Pour lui, ces orientations devraient placer le pays sur « l’émergence » à l’horizon 2020. C’est-à-dire dans deux ans. Le pays devrait accéder au « statut » de « pays développé » en 2030 grâce au budget quinquennal précité.

Comme son « parrain » « Joseph Kabila », Shadary a pris l’engagement de « lutter contre la corruption » et « l’abus du pouvoir ». Il a promis de combattre « le clientélisme, l’abus du pouvoir, l’impunité, la corruption et la fraude ». Comment pourrait-il le faire dans ce pays où l’Etat, en tant que pouvoir politique, se confond avec la mouvance kabiliste dite « majorité présidentielle »?

Joseph Kabila Kabange. DANIEL ETTER / DER SPIEGEL

L’orateur s’est présenté en « continuateur » de la « bataille entamée » (sic!) par le « raïs ». Continuateur. Quel titre redoutable au vu du bilan calamiteux des années « Joseph Kabila »? Quelle est finalement la véritable mission confiée à Shadary? Serait-il chargé de maintenir le Congo-Kinshasa à genoux pour préserver les intérêts mafieux des oligarques en place ainsi que ceux de leurs mentors?

Prétendant réaliser en une législature ce que son « parrain » n’a pu faire en dix-huit années de pouvoir quasi-solitaire, Emmanuel Ramazani Shadary se propose, une fois élu, de faire générer pas moins de 100.000 emplois. Un calcul mental rapide donne: 20.000 emplois par an. On imagine que les investisseurs – les vrais – n’attendent que l’investiture de « Monsieur Ramazani » pour sauter dans le premier avion à destination de l’ex-Zaïre qui reste, deux décennies après Mobutu Sese Seko, un pays à haut risque pour les investissements.

MARCHÉ DE DUPES

La candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary présente tous les reliefs d’un marché de dupes. Et pour cause? Après dix-huit années d’exercice du pouvoir d’Etat, « Kabila » et les membres de la nomenklatura se sont affranchis de l’obligation de rendre compte. L’ « accountability ». Ils veulent conserver le pouvoir. Et ce en dépit du fait qu’ils n’ont pas de « nouveau rêve » à proposer aux Congolais.

Un mois après sa « victoire » à l’élection présidentielle de 2006, « Joseph Kabila » avait annoncé – tel un prestidigitateur qui sort un pigeon de son chapeau – le programme dit « Les cinq chantiers du chef de l’Etat ».

Dans une interview accordée au « Soir » de Bruxelles daté du 16 novembre 2006, l’homme, qui avait battu campagne sur le thème « Artisan de la paix », déclarait: « J’ai identifié cinq chantiers urgents: d’abord, les infrastructures – routes, rails, ponts -, il faut que les régions soient reliées les unes aux autres, que les gens puissent circuler. Ensuite, la création d’emplois, qui passe par les investissements ». Il poursuit: « Troisième chantier: éducation. Ecoles primaires, secondaires, universités, tout est à reconstruire. Quatrième chantier: l’eau et l’électricité. (…)« . La population attend toujours les résultats.

Dans une autre interview accordée au même quotidien bruxellois en date du 9 mai 2009, « Kabila » de parler d’un autre « chantier » celui de la lutte contre la corruption. « (…), bientôt, au niveau du cabinet du président, il y aura un conseiller spécial en charge de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption », s’écriait-il.

La nomination dudit conseiller spécial n’est intervenue  que six années après soit le 31 mars 2015. Dieu seul sait les difficultés auxquelles fait face le conseil spécial Luzolo Bambi Lessa pour faire déférer en justice les criminels à col blanc et autres puissants du moment qui gravitent autour de la « famille présidentielle » en général et de la fratrie « Kabila » en particulier.

Kabila / Shadary

BLANC-BONNET, BONNET-BLANC

Lors de l’inauguration de son dernier mandat le 20 décembre 2011, le successeur de Mzee a surpris l’opinion en éludant le bilan des « Cinq chantiers » (2006-2011). Contre toute attente, il passa à autre chose en annonçant un nouveau « projet de société » dénommé « la révolution de modernité ». « Ce projet, expliquait-il, vise à faire de la République Démocratique du Congo, un pool d’intelligence et de savoir-faire, (…), un grenier agricole, une puissance énergétique et environnementale, une terre de paix et de mieux-être, une puissance régionale au cœur de l’Afrique ».

« Joseph Kabila » et Emmanuel Ramazani Shadary utilisent quasiment les mêmes éléments de langage. On peut épingler essentiellement: « l’émergence du pays », une « économie diversifiée » pour l’un et « une économie forte, dynamique, compétitive, moins dépendante d’un seul secteur », pour l’autre. Sans oublier, la créatrice des emplois.

Lors de son discours sur l’état de la nation le 19 juillet 2018, le président hors mandat a avoué que le social n’a jamais fait partie de ses priorités: « (…), les conditions sociales de nos populations demeurent globalement préoccupantes, en raison du seuil important de pauvreté, particulièrement en milieux ruraux et semi-urbains ». Il a avoué également la dégradation de la qualité de l’enseignement: « De même, les progrès incontestés dans le domaine de la scolarisation de nos enfants ne devraient pas occulter la nécessité de nouveaux investissements à faire en vue d’améliorer la qualité et l’efficacité de notre système éducatif ».

En septembre 2014, un rapport de l’Unesco dénombrait 18 millions d’adultes congolais qui ne savaient ni lire ni écrire. Il faut être un parfait naïf pour espérer que Ramazani Shadary puisse faire mieux là où « Joseph Kabila » a fait pire. C’est blanc-bonnet, bonnet-blanc!

 

Baudouin Amba Wetshi

8 réflexions au sujet de « Ramazani Shadary a (enfin) présenté son programme: Un air de déjà entendu! »

  1. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Moi je n’y crois pas. Je connais suffisamment les politiques de mon pays.

  2. Chers compatriotes congolais,
    Il n’ y a rien à croire et à espérer à tous les ressortissants de mouvance kabiliste. Ils sont tous les mêmes la nuit et le jour. Même les grands intellectuels sont abroutis dans cette mouvance comme leur chef Kanambe. Dans quel monde vivent-ils?

  3. Ce pretendu Programme de Ramazani, n’est que pure chimere et recitation des bobards deja entendus de son maitre.

    Ramazani, une coquille vide derriere laquelle se cache la famille des truands et tueurs Tanzaniens Hypo, Jaynet et Zoe Kanmabe-Mtwale, nous crache de conneries cousues de toutes pieces par la bande de criminels Kanambistes inclu Evariste Boshabu et Nehemie Mwilanya, sous sanctions de l’UE et des USA pour crimes contre notre Peuple.

    Ce pretendu Programme chimerique de Ramazani-Boshabu ne vaut meme pas d’etre ecrit sur un papier de toilettes.

  4. Esperons avec l’arrive de shadary les tusti congolais vont pouvoir vivre en paix (le bouc emissaires), vont pouvoir sommeiller, esperons le . je m’addresse essentiellement a mon ami qui se nomme combattant dans l’ombre.
    merci

    1. <> ? Encore une hérésie. Un congolais par naturalisation d’origine tutsi, oui.
      On ne refait pas l’histoire dans les laboratoires de Kigali.
      A propos, James Kabarebe, est-il tutsi congolais ou tutsi rwandais ?
      Moi, j’attends toujours de voir un nande ou un muteke rwandais ou mieux, un rwandais congophone. Puisque on est, semble-t-il, frères et voisins et qu’on ne peut plus vivre les uns sans les autres.
      Merci

  5. Hier notre compatriote Paul Nsapu a eu une altercation virulente à l’Union Européenne où le parrain de alias Joseph Kabila le nommé Louis Michel plaidait la levée des sanctions contre le dauphin ShadaryKabila en brossant un tableau injuste, hallucinant du règne de son poulain Hippolyte Kanambe fils d’Adrien Christopher Kanambe et de Marcelline Mukabuje, l’imposteur Tutsi Rwandais soi-disant « La chance du Kongo » malgré les 12 millions de morts depuis 2001…

    Le Peuple Kongo Souverain Primaire s’accommode de plus en plus de l’occupation étrangère Tutsi Power… Il va falloir au KONGO un choc psychologique puissant (Psychodrame, Électrochoc) qui frappe les esprits endormis pour sortir ce Peuple de la torpeur, de la léthargie, du sommeil comateux, de l’envoûtement collectif, de la manipulation qu’il subit dans une prison à ciel ouvert, sous un soleil de plomb au milieu des montagnes des poubelles et des immondices amoncelés puant la mort, la misère, la désolation, la balkanisation, l’inanition de la Nation Kongo…

    86 milliards de dollars pour un budget aussi maigrichon qui n’est pas à la hauteur de la renommée du Grand Kongo, le dauphin se construira plusieurs piscines olympiques pour y plonger en compagnie de ses têtards de l’opposition accompagnatrice qui s’oppose au Peuple créée, payée par les occupants Tutsi Power Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais nomades venus du Tigré pour se sédentariser de force au Kongo….

    Ce budget n’égale même pas celui de l’État de Delaware, un paradis fiscal. Il servira uniquement à payer les deputains, sénateurs fous, les ministres et mandataires publics collabos qui travailleront pour les institutions infiltrées d’occupation étrangère Tutsi Power. Le Peuple sera comme d’habitude le dindon de la farce, il aura toujours le même panier de la ménagère, son pouvoir d’achat restera intact, les massacres de Beni continueront, l’UE et le machin ONU, la pute OIF (Francokinyarwanda) joueront aux hypocrites…

    Ceux et celles qui auront part à la mangeoire prêcheront l’Évangile édulcoré de staru quo pour continuer à se goinfrer la panse…

    Théâtre de Vaudeville ! En 2006, les Kongolais eurent droit à la même liesse populaire, idem en 2011, les challengers des occupants acceptèrent l’inacceptable, ordonnèrent au Peuple de se prendre en charge en dormant Pongi ya ba bébé. On prend les mêmes on recommence en 2018. Les deputains resteront muets pendant toute la législature comme le chante ce Lushois HONORABLE DÉSOLÉ httpss://t.co/Jem1Ypz5pZ

    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La Luta continua la Victoria e Certa. INGETA

  6. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : Comment remporter la victoire en peu de jours ?

    Etude oyo ezali mokuse ya ba Etudes ebele natindelaki bino po na libération nationale rapide. Ya liboso, esengeli tozala bien organisés. Organisation ya biso ekozala boye : 1) Topona 1 Général d’armée po na kokamba armée mobimba ya mboka ; 2) Topona ba Officiers bakolanda Général, bango bakozala na ba provinces ; 3) Tozala na ba Agents de Liaison ebele na Kinshasa pe na ba provinces ; 4) Tozala na Service de Renseignement na ba provinces nyonso.

    Sima, tokosala mosala monene ya koyeba esika banguna bafandaka, tokokoma ba adresses ya bango na papier, tokokoma motango ya bango, tokoluka koyeba ba nani bazali bakonzi ya bango baye bapesaka ba ordres.

    Soki tosilisi mosala oyo, tokokabola armée ya biso suivant le nombre de quartiers ; esika banguna bazali ebele lokola na Commune ya Gombe, tokotia mampinga ebele. Tokoluka liboso kozua Kanambe, Ruberwa, Zoé, etc.

    Stratégie de Synchronisation eleki ba stratégies nyonso na efficacité. Na ngonga moko, tokobanda mosala na mboka mobimba. Esengeli tozala ebele lokola ba moustiques. Positionnement ya biso ekosalema na tango ya kobanda bitumba, po banguna bakima té ; esengeli positionnement esalema noki-noki.

    Esengeli tozala na manduki ebele na ba munitions ebele. Ba roquettes ekozala na tina mingi po na ko détruire ba chars na ba véhicules blindés.

    Liboso ya kobanda mosala, esengeli ba frontières ya biso nyonso ekangama, po ba renforts eya té kosalisa banguna.

    Kinshasa, Kivu, na Katanga ezali bisika tosengeli kozala na mampinga ebele penza. Mapinga na ba provinces esengeli ezala ya bana ya provinces po bango bayebi malamu epayi banguna bafandaka.

    Sima ya kosukola mboka, ba patrouilles ekosalema po na koyeba soki monguna amibombaki esika mosusu.

    Moto asengeli kotelemisa peuple po na Soulèvement Populaire azali ndeko Fayulu. Ndeko Valentin Mubake akosalisa ye.

    Bokonzi ya mboka ekozala na maboko ya Cardinal Monsengwo Pasinya. Ngayi nakoya soki ba évêques babengi ngayi.

    Nazali na Système Politique ya sika, Hymne National, Hymne Panafricain, Drapeau National, Drapeau Panafricain, Constitution, Plan de Développement, Organigramme de l’Etat, Plan Institutionnel, Stratégies de Développement, Stratégies Politiques, Stratégies de Sécurité, Politique Générale, Politique de Développement, Politique de Sécurité, Politique Etrangère, Politique Sociale, Nouvelle Administration pour le Développement, Nouvelles Institutions pour le Développement, Nouvelles règles de fonctionnement de l’Etat, na Nouveau mode de Gestion de l’Etat.

    Nazali prêt po na kozonga na mboka.

    Bernard B.
    24.11.2018

Les commentaires sont fermés