Tshisekedi et les gouverneurs de province: Un séminaire très « présidentialiste »

A défaut de la tenue de la toute première conférence des gouverneurs sous sa présidence (article 200-1 de la Constitution), le président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a organisé lundi 13 mai un séminaire « en faveur » des gouverneurs et vice-gouverneurs. Le chef de l’Etat a prononcé un speech au ton « présidentialiste ».

Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamba

Le président Felix Tshisekedi a atteint le cap symbolique des 100 premiers jours le dimanche 5 mai. Porte-parole à la Présidence de la République, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamba devrait animer dans les prochains jours un « face à la presse » afin de faire le point des réalisations accomplies.

Reste que plus de 100 jours après la passation « civilisée » de pouvoir entre l’ancien président « Joseph Kabila » et son successeur, l’opinion nationale attend désespérément la nomination d’un Premier ministre devant former le gouvernement. Dans son édition n°3044 datée du 12 au 18 mai 2019, le magazine Jeune Afrique a opté pour la provocation en titrant: « RD Congo, c’est qui le patron? »

« PRÉSIDENTIALISME »

A Kinshasa, le chef de l’Etat en exercice, lui, fait comme si de rien n’était. Il a rencontré, lundi 13 mai, les nouveaux gouverneurs de province et leurs adjoints dans le cadre d’un « séminaire ». La Constitution congolaise a prévu la tenue, deux fois par an, de la « conférence des gouverneurs de province » sous la présidence du Président de la République. Et ce sur convocation de celui-ci.

Il importe d’ouvrir la parenthèse ici pour relever que de 2007 à 2016, « Kabila », en parfait roi fainéant, n’a présidé que quatre sessions de cette conférence des gouverneurs au lieu de dix-huit. Cette réunion a fini par prendre l’allure d’un « mur de lamentations » où les responsables des provinces défavorisées en infrastructures venaient exposer leurs doléances. Au total, les participants s’évertuaient à diagnostiquer les problèmes sans les résoudre. Fermons la parenthèse.

Dans un bref speech à la tonalité très « présidentialiste », Felix Tshisekedi a « dévoilé » les grandes lignes de sa « vision ». Celle-ci s’articule, selon lui, sur « l’amélioration des conditions de vie » de la population. Il a souligné que l’homme doit être « au centre » des actions de nouveaux chefs des exécutifs provinciaux. Quelles sont ces grandes lignes?

LE CHOC DES VALEURS

Outre la lutte contre la corruption, la pauvreté et les crimes économiques, on retiendra notamment, la sécurité des personnes et des biens, l’éducation, la mise en place de la couverture santé universelle, la promotion de l’emploi et la formation professionnelle. Sans omettre la lutte contre le changement climatique.

On espère que certaines de ces valeurs sont partagées par l’allié FCC (Front commun pour le Congo). Va-t-on assister au « choc des valeurs » suivi de l’implosion de l’improbable coalition CACH-FCC? 

Le Président et les Gouverneurs

Conscient du triptyque « mission, moyens, résultats », l’orateur a préciser qu’il veillera à ce que « les moyens conséquents soient alloués » aux pouvoirs locaux « dans le cadre de la rétrocession ». Pour lui, l’objectif est de relever le « défi du développement ». Un développement qui devrait être impulsé par les autorités de base.

L’orateur n’a pas manqué de surprendre lorsqu’il a « rappelé » aux chefs des exécutifs provinciaux qu’ils étaient « les dignes représentants du Président de la République » dans leurs entités respectives. D’aucuns se seraient crus  revenus plusieurs années en arrière dans un régime présidentiel où le chef de l’Etat nommait et révoquait les gouverneurs de province. Or depuis 2007, ces derniers et leurs adjoints sont élus au suffrage universel indirect et rendent compte devant les Assemblées provinciales. Les provinces sont dotées de la personnalité juridique et jouissent de la libre administration et de l’autonomie de gestion. 

SERVIR LE PEUPLE D’ABORD

L’orateur n’a pas manqué non plus d’étonner lorsqu’il a clamé qu’il ne ménagerait « aucun effort » pour « inculquer » les valeurs républicaines « à toutes les institutions de la République ». Le Président de la République est certes « l’arbitre suprême » voire le « juge de l’intérêt général ». Il reste néanmoins politiquement irresponsable. Comment pourra-t-il agir sans être couvert par un membre du gouvernement censé assumer la responsabilité politique?

L’orateur n’a pas manqué enfin d’étonner lorsqu’il a dit sa volonté « d’évaluer les performances » de chaque gouverneur en vue de « sanctionner » la gouvernance de chacun « après chaque évaluation trimestrielle ». Au nom de quel principe? A quoi serviront les Assemblées provinciales desquelles ces élus tiennent leur légitimité?

En rappelant aux gouverneurs et leurs adjoints d’avoir « été élus pour servir le peuple d’abord et le reste immédiatement après », le président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a vu juste. Il aurait dû s’arrêter là!

Il est vrai qu’un homme politique parvenu à la fonction de gouverneur de province, de ministre ou de chef de l’Etat n’est plus l’homme d’une prétendue « autorité morale », d’un clan ou d’un parti politique. Il est au service de la nation toute entière…

 

Baudouin Amba Wetshi

24 thoughts on “Tshisekedi et les gouverneurs de province: Un séminaire très « présidentialiste »

  1. Le garant de la bonne marche des institutions ne peut laisser tanguer et chavirer ou patauger et s’embourber celles-ci. D’où le style et le ton en rapport avec l’état actuel du pays. C’est le discours du 1er responsable du pays à des néophytes et/ou des prétendus durs de la classe politique.

    1. @Mukanya J M,
      Si vous êtes le Mukanya ancien de l’UPN que je connaissais très bien, alors je dis que vous nous décevez!
      Pourquoi essayez-vous de rafistoler un bidule qui a eu un mauvais départ? Tout ça simplement parce que Félix est de votre obédience tribalo-ethnique!
      Comme le dit si bien Jo Bongos: « Le Président de la république de Kingakati et président du FCC a déjà reçu les gouverneurs. Pourquoi le Président de la république de l’OUA et président de l’UDPS a-t-il encore besoin de parler aux mêmes gouverneurs ? »
      Mais reconnaissez quand même que Tshilombo a les mains et les pieds liés par le fameux deal qu’il a conclu avec les Rwandais!
      Votre persistance dans ce genre de raisonnement volontaire sans tenir compte des réalités du moment va coûter três chère à notre Maison commune et mère-patrie, le Congo-Zaïre.

  2. Voilà ce que cela donne quand on n’a jamais été préparé à assumer de hautes fonctions au sommet de l’Etat ; quand on arrive au pouvoir au moyen de « chance eloko pamba ». On dit dévoiler les grandes lignes de sa vision politique. Mais celles-ci se résument en ce que tous les dictateurs africains ont toujours clamé : l’amélioration des conditions de vie de la population ou placer l’homme au centre de l’action politique. En termes clairs, cela signifie qu’on n’a aucune vision politique. Le contraire aurait d’ailleurs entonné de la part d’un adepte de l’école buissonnière. On dit vouloir construire l’Etat de droit, mais on s’arroge le droit de se substituer aux Assemblées provinciales pour sanctionner les gouverneurs de province. On annonce à ces derniers qu’ils ont « été élus pour servir le peuple d’abord et le reste immédiatement après ». Mais les gouverneurs étant majoritairement du FCC, comment peuvent-il prendre au sérieux ces propos de la part d’un président qui n’a pas été élu mais désigné par l’autorité dite morale du FCC, comme la majorité d’entre eux ? Pauvre peuple congolais !

    1. @Mayoyo, qui prepare les gens a assume de hautes fonctions au sommet de l Etat en RDC? Qui est deja prepare pour assumer ces hautes fonctions? Je suis desole ce n est ni Fayulu , ni Bemba, ni Muzito encore moins Ngbanda. Mbuta ozalaka mtu ya Bwanya, tika kokota makambo ya buzoba ya Martin Fayulu na Ngbanda. Baza ya kobunga. Tikala na neutralite oyo toyebela yo. Totangaka ba articles ya Bwanya akomaka kasi depuis makambu ya buzoba ya Fayulu. Eza komonana neti obungi Rumba (piste to nzela). Wana toli ya leki

  3. Que de discours (creux). Que de promesses en cascades sans suite 100 jours apres..! Mais, le « robinet de fric » a la Presidence coule avec un Kamerhe jouisseur-avide de pouvoirs, et FaTshi tres manipulable.
    FaTshi oublie-t-il que pour etre pris au serieux la realisation de « ses reves » commencent par un 1er ministre et Gourvenement credibles?
    Donc non pas recylage d’un vomi issu de la bande PPRD-FCC que nommerait son autorite tres immorale de Kingakati tirnt les ficelles?
    Entre-temps ses conseillers viennent de reporter sa conference de presse & compte-rendu et promettent a la presse une visite des nids de poule en reparation a travers Kinshasa comme « preuve de realisations » de FaTshi. Quid de la situation (et pseudo-« realisations ») en Provinces inclu lutte contre Ebola et le Terrorisme rongeant l’Est?
    Alors que l’energumene-voyou de Kingakati excelle dans son silence mesquin, FaTshi lui commence a exceller dans l’art de discourir et de jeter la poudre aux yeux pour distraire le « Peuple d’abord »… impatient.

  4. Combien coûte l’organisation d’une telle rencontre ? Qui paie ? On nous dit que CASH et FCC forment une coalition. Le Président de la république de Kingakati et président du FCC a déjà reçu les gouverneurs. Pourquoi le Président de la république de l’OUA et président de l’UDPS a-t-il encore besoin de parler aux mêmes gouverneurs ? y’aurait-il deux visions ? Quelle est donc la nature de cette coalition ? Et ces gouverneurs n’ont-ils pas assez de boulot dans leurs provinces délabrées, au lieu de perdre leur temps dans les bordels de Pakadjouma ? Les populations paupérisées et shegueisées ont besoin d’actes. Pas de blabla…

    1. Sala journalisme nayo avec éthique et professionnalisme. A quoi servent ces publications où on trouve tous les mélanges genres et de calomnies?
      C’est pas ça s’opposer à quelqu’un. Attaquer les sur des actions et faits avérés. Pas sur des rumeurs…

  5. « Un séminaire très ‘présidentialiste' » !?! Sans doute par la force des choses – l’absence du PM et du gouvernement – ou enfin conscient qu’il faut planifier davantage ses missions, pour une fois le président Tshisekedi semble s’essayer à la réflexion, à la planification et à un plus clair devoir d’indiquer et d’imposer à la haute administration (pas encore assez aux politiques) le cap qui est le sien pour son mandat…
    Je ne sais s’il s’appliquera fidèlement à la mise en œuvre du plan qu’il vient de tracer ici ou si l’évaluation qu’il en a prévu est illégalement présidentialiste mais une chose est la bienvenue : remettre les hautes fonctions politiques et administratives au service de la Nation toute entière tel que tenté ici est un programme bien compatible avec le changement que nous attendons tous et si ça se confirme pourquoi pas une raison de nous réjouir de ce nouveau visage de notre PR.
    Osons espérer que l’accompagnent(eront) conviction et détermination…

  6. Cher BAW, votre texte m’a fait fondre en « carcajadas » (éclats de rires). Je ne vous savais pas si incisif en décrivant le speech bouffon de Tshilombo, une authentique cargaison d’étonnements imbriqués.
    Au-delà de l’humour, vient l’amertume quand à penser froidement qu’il s’agit de la nation qui se trouve en danger par le placement stratégique de ce Tshilombo à la Présidence par les tutsis comme moyen de leur occultation et répli. Figurez-vous que ces misérables speechs sont manufacturés par un directeur de cabinet rwandais bien caractérisé par une logorhée chronique.

  7. JE SUIS TOUT A FAIT D’ACCORD AUX PROPOS DE MES CHERS COMPATRIOTES MAYOYO BITUMBA TIPO TIPO, MUSEMA-KWELI, JO BOS ET DE NONO.
    EN VOUS LISANT, J’AI BEAUCOUP RIGOLE JUSQU’A ME FAIRE CASSER LES COTES. DIEU MERCI, MES COTES SONT RESTEES INTACTES!
    AH BON! POUR NE CITER QUE CE SLOGAN BIEN AIME  » CHANCE ELOKO PAMBA  » DE LA COALITION FCC -CASH, PAS DE TRANSFERT D’ARGENT AU COMPTANT OU SOIT D’UN NOM DE FAMILLE, ET SI JE ME TROMPE PAS, IL S’AGIT ICI D’UNE APPROCHE DE L’ASSISTANCE HUMANITAIRE  » PEUPLE D’ABORD « .
    LE COMPATRIOTE MUSEMA-KWELI AVEC CETTE PHRASE ASSASSINE:  » Mais, le « robinet de fric » a la Presidence coule avec un Kamerhe jouisseur-avide de pouvoirs, et FaTshi tres manipulable ».
    KIE! KIE ! KIE!
    JO BONGOS D’EN FONCER LE CLOU PAR SA BONNE QUESTION PERTINENTE:  » Le Président de la république de Kingakati et président du FCC a déjà reçu les gouverneurs. Pourquoi le Président de la république de l’OUA et président de l’UDPS a-t-il encore besoin de parler aux mêmes gouverneurs ? »
    AH BON! C’EST CLAIR! MAINTENANT C’EST OFFICIEL QU’IL Y A DEUX PRESIDENTS AU KONGO, LE PRESIDENT FULL DE LA REPUBLIQUE DE KINGAKATI ET PR A MOITIE DE LA REPUBLIQUE DE L’OUA.
    DANS QUELQUES JOURS, LE PRESIDENT FULL DE KINGAKATI NOMMERA UN PM DONT LA PRIMATURE EN CONSTRUCTION EST DEJA TERMINEE A PAKADJUMA AU MILIEU DES PAKADJUMIENS OU LE PM DU NOM KIMPUKA AURA SON BUREAU ET SA RESIDENCE CHEZ LE PEUPLE D’ABORD.
    AH MON KONGO, NOTRE KONGO, VOTRE KONGO EST DEVENU AUX YEUX DU MONDE UN OBJET DE MOQUERIE!
    COMMENT EST-IL POSSIBLE ET ACCEPTABLE, QU’UN CHAUFFEUR DE TAXI OF TANZANIA REPUBLIC QUE L’AFDL A FAIT PARCHUTE SUR LE SOL KONGOLAIS AVEC SES BOTTES EN CAOUTCHOUC TRES SALES, PLEIN DE POTO POTO, NON CIREES, TOMBE QUELQUE PART SUR LE PALAIS DE MARBRE S’EXCLAME DANS SA PREMIERE PHRASE CHARABIA SUR LE SOL KONGOLAIS:  » SANSE EROKO PAMBA NA KONGO « . ET LE SUIVANT SON KUMPEL, SON VRAI DAUPHIN, NE S’ATTENDAIT MEME PAS A CE POSTE A LA MAGISTRATURE SUPREME, NOMME EGALEMENT PAR CE PR FULL OU LE MAL KONGOLAIS ARRIVE, S’EXCLAMME DANS LE MEME SLOGAN  » CHANCE ELOKO PAMBA « , CE PR LEQUEL AVAIT FREQUENTE DES ECOLES BUISSIONNIERES DES PERES JESUITES A MBANZA -MBOMA ET A TUMBA AU KONGO-CENTRAL CHEZ LES FRERES DES ECOLES CHRETIENNES , EN POURSUIVANT LES MEMES TYPES D’ECOLES DE L’AUTRE COTE DE LA MEDITERRANNEE, LEQUEL CROYAIT A UN POSTE MINISTRIEL, TOUT D’UN COUP NOMME PR DU KONGO PAR SON FAISEUR DE ROI, LE TOUT PUISSANT RAIS , CHAMPION DE TOUS LES CHAMPIONS DES TRICHEURS TOUTES LES CATEGORIES DU SIECLE. C’EST PAS DU TOUT BON D’AVOIR ACCEPTE UN CADEAU EMPOISONNE POUR SA PRFERENCE ENVERS LES ENNEMIS DU GRAND KONGO.
    NOTRE COMPATRIOTE PR NOMME PAR LE RAIS, N’A AUCUN POUVOIR DE DECISIONS, IL A LE POUVOIR DE VOYAGER ET DE VIDER TOUTES LES CAISSES DE L’ETAT EN CONNIVENCE AVEC SON MAITRE HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA DE SON VRAI NOM. LE GRAND KONGO D’AUJOURD’HUI, C’EST DU THEATRE  » MUPPET SHOW « , LEQUEL SE PASSE SUR LE BALKON D’UN IMMEUBLE EN ETAGE DONT LE PRINCIPAL ACTEUR EST TOUJOURS INVISIBLE, UN COMEDIEN A L’OMBRE, LEQUEL TIRE LES FICELLES DES JOLIES POUPEES, LES FAISANT GESTICULER, PARLER, CHANTER ET CELA A LA COMPTEMPLATION D’ENFANTS BADEAUX, SATISFAITS, APPLAUDISSANT ET EN DISANT C’EST FORMIDABLE CE MUPPET SHOW!
    KIADI KIBENI POUR NOTRE KONGO A TOUS QUE L’ON HUMILIE A TOUT MOMENT ET CELA EN CONNIVENCE DES FILLES ET FILS DU PAYS. INCROYABLE, MAIS VRAI BANDEKO NA NGAI.
    EN TOUT CAS, MFUMU KASA-VUBU, LUMUMBA, MOBUTU DOIVENT RETOUNER DE LEURS TOMBES ET VENIR JUGER TOUS CES TRICHEURS ET TRAITRES.
    VOILA ENCORE UN AUTRE CHRETIEN TRES CROYANT, OSE CITER CETTE PRIERE:  » May God Bless , May God protect Felix , courage et bonne chance « .
    HEIN! VOILA UN AUTRE CHANTRE DE L’EGLISE DE L’OUA AVEC SON EVANGILE PROVOCANT LA COLERE DE TOUT UN PEUPLE OPPRIME: ON PRIE A UN DIEU JUSTE ET HONNETE. JE COMPRENDS, POURQUOI LA MALEDICTION DE DIEU FRAPPE MON KONGO, NOTRE ET VOTRE KONGO? A CAUSE DES PECHEURS INCONSCIENTS TALIBANIS.
    SI CERTAINS DE MES PASSAGES SONT IMPROPRES ET MECHANTS, DANS CE CAS, VEUILLEZ M’EN EXCUSER. PARDON!
    JE M’ARRETE LA!
    PLEASE NO COMMENTS ARE NEEDED HERE! PLEASE BE GENTLEMAN, NO COMMENTS!
    INGETA!!!!!!
    IBOBO!!!!!!!!!!

  8. Quand meme il faut que les gens soient realistes , et surtout les faits parlent d’eux memes , dans 100 jours :
    il a ferme tous les cashots ,
    Liberes tous les prisoniers politiques ,
    Retour imminent des exiles politiques jadis poursuivi ,
    Les discours au quotidien tenu par Fayulu meme en prononcant des mots durs , voire hostile au nouveau chef D’Etat , bref la liberte de ressemblement , et iL est juste au debut etc etc

  9. Un individu de l’acabit de Kanambe a tenu les rênes du pouvoir pendant vingt en complicité avec des »intellectuels » de bandundu, Mayoyo ne se fulminait pas , il ne nous pondait que des écrits distrayants, lénifiants et non critiques envers ses »frères » de Bandundu. ceux qu’il rédige à l’égard de félix, ne sont des diatribes, des pamphlets remplis de haine , de moqueries et des condescendances. Dans un avenir proche, nous , les patriotes congolais , dresserons un bûcher pour envoyer dans une sorte d’autodafé tous vos écrits flétris de l’indécence et de l’injure facile. Mayoyo, votre »frère » le grand filou muzitu ne vous avait -il pas crédité sur votre compte de millions volés aux congolais avec votre manitou de gungu le feu patrioche Gizenga ? Muzitu, Bemba, Fayulu, c’est eux qui ont consolidé le pouvoir de Kanambe. Ils sont restés à côté de Kanambe un bout de temps en pillant. Muzitu né de parents paysans, s’est retrouvé miraculeusement riche après son passage à la primature. Nous sommes en face de Kanambe et, doucement, nous le mettrons hors d’état de nuire. La constitution, quelque part, octroie au président de la république le pouvoir de démettre un gouverneur de province. Tous ceux-là qui entourent le Président ne sont-ils pas intelligents ? Le brain trust, c’est le cerveau du président. Les hommes qui ont l’intellect sont plus dans la production de la matière grise ou de conseillers de politiques. Ils sont moins bons quand ils sont acteurs eux-mêmes…. Mayoyo, un de courtoisie intellectuelle!

    1. Cher zenga mambu
      Apprenez que j’ai écrit de nombreux articles contre la dictature de Joseph Kabila et contre le clientélisme politique qui explique que des intellectuels non seulement de Bandundu mais aussi de toutes les autres provinces du pays s’aplatissent devant un ancien taximan tout simplement parce que, chance eloko pamba, des puissants l’ont placé à la tête de notre pays. Apprenez également qu’avant de signer mes articles dans CIC, mon site de prédilection était www.kikwitonline.com animé par Auguy Bilolo, un migrant congolais originaire du Kwilu et basé au Canada. J’y déclarais souvent que Gizenga était juste un mythe et non une réalité qui pouvait sauver notre pays de sa mauvaise gouvernance endémique. Mes frères du Kwilu m’insultaient abondement. Un jour, un intervenant était allé si loin qu’il s’était permis d’insulter carrément mon père. Gizenga a été au pouvoir. Il n’a laissé aucune marque indélébile de son passage au sommet de l’Etat ni dans le Kwilu ni ailleurs. Voilà l’homme que je suis. Mes écrits et mes projections finissent toujours par être confirmés par les faits. Pendant que vous dansiez le Mutuwashi avec Tshisekedi wa Mulumba, le marchand d’illusions qui faisait croire à la nation entière que la démocratie était au bout des élections, moi je soutenais, au contraire, qu’il n’y aurait pas de démocratie au bout de la voie que nous suivions. Aujourd’hui, son fils Tshilombo a été désigné président de la république par le despote qu’il disait combattre hier, au lieu d’être élu par le peuple, conformément au slogan du parti qu’il a hérité de son père : « Le peuple d’abord ». Je comprends que vous vous montriez courtois envers un tricheur. Mais moi, les tricheurs ne m’inspirent aucune courtoisie. Voyez-vous, j’ai été formé par les Jésuites et non dans un Institut Mashakado ; ce qui semble être votre cas à voir la manière dont vous torturez la langue française.

  10. Ils sont insensés tous ces prétendus intellectuels qui ont écrit des imbécilité dans le sens de Bongos. Tous vous avez bouffé au moins 1$ de celui que vous appeliez  » Raïs  » pour déstabiliser Ya Tshitshi l’heureuse mémoire pendant que nous nous battions avec son régime, dites aux personnes qui vous lisent qui vous servez maintenant et on saura qui vous êtes. Vouss aboierez, Fatshi passera Haut la main avec ou sans V K.

    1. Cher Kalala,
      Si au moins tu pouvais « cesser de torturer » la langue de Moliere (comme dirait MBTT), on pourrait ne fut-ce que suivre tes jeremiades..
      Helas, allant de fautes de grammaire aux incoherences, tu nous perds !
      Prochainement, priere de tenter de t’exprimer en Tshiluba.

      1. Cher Norbet Muzungu ,
        Ci-dessous vos fautes grammaticales (ou sémantiques) :
        On écrit « jérémiades » et non jeremiades comme vous l’avez écrit.
        Vous devriez écrire « Molière » et non Moliere.
        Il faut écrire « Hélas » et non « Helas »
        On écrit « prière » et non « priere ».
        Incohérence et non « incoherence »
        Par ailleurs, pour quelqu’un qu ‘on ne connait pas , on utilise le « vous  » et non le « tu ». La politesse est la matrice de l’éducation.
        Bonne application, bonne compréhension et merci de ne pas oublier que la différence est le sel de la vie. Au Congo, les différences ethniques voire linguistiques devraient être une richesse « .Pour votre information , les chercheurs belges sont souvent impressionnés par la diversité de langues congolaises. Puisse cela ne jamais constituer un objet de moquerie. En Tanzanie, certains cours sont donnés en swahili dans des facultés universitaires. Au Maroc, les autorités ont tendance maintenant à privilégier l’enseignement en Arabe au détriment du français. Ne soyons donc pas complexés.
        Bien à vous

      2. Monsieur Armand feint-il d’ignorer qu’il existe des claviers anglais sans accent?
        Tout ça pour essayer de dédouaner votre gourou de Tshilombo qui vient de brader tout un pays?
        Les Congolais sont déjà debout, plus rien ne les arrêtera et plus rien ne sera comme avant (cfr. séjour de Fayulu à Kisangani Boyoma).

  11. Mayoyo,
    Primo, je ne suis du Kasaï mais du bas congo; un véritable mukongo de cette province précitée et, votre premier préjugé dans votre affirmation, c’est m’assimiler à un Muluba. Une telle affirmation sortant du cerveau d’un « intellectuel », je parie fort que nous sommes loin de sortir de l’auberge de la crise congolaise. Avec tout le respect de par l’éducation que j’eusse reçu, ma répartie est empreinte de courtoisie. Suis pas de formation littéraire, mais scientifique habitué à aligner des chiffres, à décoder des énigmes de portée scientifique; les études littéraires, c’est périmées, surannées et caduques aujourd’hui. L’ afrique ou le monde a besoin des chercheurs que ceux qui écrivent en langues des autres nous imposées. La belgique où vous êtes, avait reçu mon grand frère dans les années 1962 à l’université de liège où il était sorti avec un diplôme d’astrophysique. Mayoyo, pourriez-vous me situer socialement sur cette petite réponse? Le Congo a besoin de la paix pour construire des écoles scientifiques et techniques pour son progrès. Merci.

    1. Zenga mambu= terminer l ‘ affaire. J’ ai apprecie’ votre maniere d ‘ analyser,ce qui prouve que vous etes grande tete,qui raisonne bien.Encore une plus Zenga Mambu.

Comments are closed.