Ainsi parlait Kagamé…

Dans une interview accordée le 17 mai à Paris à RFI et France 24, Paul Kagamé déclara sans ambages que « le rapport Mapping est très controversé et très politisé » et que « Mukwege est devenu un outil, un symbole de ces forces qu’on n’aperçoit pas. Il reçoit le prix Nobel et on lui dit quoi dire. J’ajoute que d’autres rapports disent l’inverse ». Stupeur et tremblements!

Il affirme « qu’il n’y a pas eu de crimes dans la région, ni par les personnes évoquées, ni par les pays cités. C’est la théorie du double génocide qui est ici à l’œuvre…  A cause de cette intoxication, les coupables ne seront jamais punis! » Enfer et damnation! C’est le renversement des paradigmes. Comme le disait un ami qui est devenu fou, la caravane aboie et le chien passe!

Plus tard, au cours d’un échange avec ses compatriotes, Kagamé tint à peu près ce langage: « Si certains pays occidentaux veulent qu’on rentre dans l’histoire, on se rendra rapidement compte qu’ils sont eux-mêmes plus responsables dans la tragédie que le Congo et le Rwanda… Les auteurs du rapport mapping prennent le Rwanda pour bouc émissaire pour cacher leur propre implication. C’est pour obtenir les faveurs des Congolais considérés comme victimes face aux bourreaux rwandais. Ils ne voient pas d’un bon œil les bonnes relations pouvant exister entre les deux pays ». Un accusé plaide non coupable et accuse à son tour. Saperlipopette!

Pour ceux qui ne le sauraient pas, le rapport Mapping fut publié en août 2010 par le Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’homme. Ce rapport a recensé par ordre chronologique et par province les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocides commis entre 1993 et 2003. C’est à l’époque où les troupes étrangères, notamment rwandaises étaient en promenade au Congo/Kinshasa. Ceci expliquant cela, le Docteur Dénis Mukwege se débat pour que l’on rouvre le rapport Mapping et que l’on mette en place un tribunal pénal international pour juger tous ces crimes. Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. Cela rappelle la Turquie qui continue à nier le génocide des Arméniens de 1915.

Toute action appelle réaction. Les propos de Kagamé suscitèrent l’ire des Congolais. Il n’en fallut pas plus pour rallumer la fibre patriotique. Les déclarations d’indignation fusèrent de toutes parts. Bref, passons!

D’après mon ami qui sait tout, les forces spéciales américaines et britanniques qui appuyaient le Front patriotique rwandais (FPR) étaient présentes quand les Tutsis massacraient allègrement les Hutus. Les troupes françaises étaient aussi présentes avec l’opération Turquoise. Stupeur et tremblements! La grande crainte des Américains est que leur présence soit confirmée officiellement! Que dirait l’Amérique profonde et puritaine en l’apprenant? Pour se prémunir, les Yankees  sont prêts à tout pour soutenir Kagame. Celui-ci ne se prive d’ailleurs pas de faire du chantage. C’est ainsi que le Rwanda qui n’est rien sur le plan économique, commercial et stratégique a acquis une importance symbolique considérable. Stupeur et tremblements!

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort », disait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche. Au temps de la guerre froide, Mobutu fut le chouchou des Occidentaux. Ils le lâchèrent quand leurs intérêts le dictaient. « Un fruit ne tombe de l’arbre que quand il est mûr, mais devant l’ouragan et la tempête de l’histoire, mûr ou pas mûr, il tombe quand même », n’est-ce pas Maréchal?

Plus loin, un autre protégé,  Saddam Hussein, finit pendu. D’après mon ami qui sait tout, Kagamé sera aussi un jour lâché par ses parrains occidentaux quand l’heure viendra. Nous assisterons alors à la mise en place d’un tribunal pénal international qui jugera tous ses crimes. Il y a eu trop de morts, trop d’injustices, trop de mensonges. On dit chez nous que « la banane qui doit mûrir finira bien par mûrir ».

 

GML

10 thoughts on “Ainsi parlait Kagamé…

  1. Le chef de Bena Mpuka tribalo-ethnicistes doit quand même prendre la peine de parcourir ce rapport Mapping de l’ONU. Il pourra apprendre que ce document est un puissant rappel de la gravité des crimes commis au Congo par Kagame (son frère) et Museveni.
    Le rapport note que cette période est « probablement l’un des chapitres les plus tragiques de l’histoire récente du Congo ». La décennie «a été marquée par une série de crises politiques majeures, de guerres et de multiples conflits ethniques et régionaux qui ont entraîné la mort de centaines de milliers, voire de millions de personnes». Il note que «très peu de civils congolais et étrangers vivant sur le territoire de la RDC ont réussi à échapper à la violence».
    Après qu’il l’aura parcouru,
    Felix arrivera peut-être à la conclusion que le bourreau de son propre peuple n’est autre que son ami et frère Paul Kagame. TOLOBA NA MONOKO NINI PO MUANA YA TSHISEKEDI OYO AYOKA?

  2. GML,
    En attendant que la banane qui doit mûrir finisse par mûrir, il faut bien reconnaitre que Paul Kagame est le Président du Rwanda. A ce titre, il défend son pays et son peuple. N’attendez pas de lui qu’il vienne vous dire tout ce qui pourrait s’avérer contre productif pour les intérêts du Rwanda et des rwandais.
    The guy is doing his job. He does it quite very well !
    Le rapport Mapping a plus de dix ans de vie. Que font vos dirigeants ?
    Beeeeeee…….

    1. Il défend ses intérêts et nullement ceux des Rwandais. Vous êtes sans ignorer que des magots issus des minerais volés en RDC durant plusieurs années sont planqués dans les paradis fiscaux dont Kagame et les siens sont de grands clients. Kagame est introuvé au Rwanda depuis plus d’un an. Il est planqué dans un de ses bunkers ici à Kigali. Alors que le covid-1- a endeuillé des milliers de familles et que des millions de Rwandais souffrent de conséquences économiques et sociales de cette pandémie, aucun mot de la part de Kagame à l’endroit des Rwandais, ne serait ce que pour exprimer sa compassion à l’endroit des victimes dont des dizaines de salariés de sa banque, la Banque Kagame appelé cyniquement Banque de Kigali, première banque d’affaires du Rwanda. Pour les Rwandais , Kagame qui est ressuscité à Paris en France est mort. Savez-vous qu’il est allé s’exhiber à Paris avec trois avions, un avion de Air Rwanda, deux jets lui appartenant. Le montant de stationnement par jour d’un avion à l’aéroport en France est de 80 mille euros. Lors de chacun de ses voyages à l’étranger, il loue son jet à l’Etat Rwandais pour un loyer de 15000 euros l’heure. Le montant de ses loyers est viré sur un de ses comptes ouverts dans les paradis fiscaux. Il acquis ses jets auprès d’une société américaine à 65 millions la pièce volés dans les caisses de l’Etats. Ses cinq jets sont tous immatriculés à l’étranger où il paye des impôts et nullement au Rwanda. Il a fait raser des habitations des milliers de Rwandais pour que ses associés anglo-saxons puissent construire des appartements cossus dans ces quartiers populaires de Kigali, le tout sans les indemniser comme l’exige la loi. Des milliers de femmes, enfants et hommes de tous âges errent dans la ville de Kigali et dorment dans les caniveaux. Ces faits sont véridiques ( voir the rwandan, veritas info, tfr info ndagijimana/ Kangondo. Les spoliations à grande échelle des biens des millions de Rwandais sont constatées sur l’ensemble du Rwanda. Kagame a cédé le Rwanda aux USA. Les Rwandais sont les étrangers dans leur propre pays. La copie de l’acte de cession existe. Kagame est classé dans les cinq millionnaires voir milliardaires présidents africains, le tout dans un pays où le salaire mensuel d’un enseignant de l’école primaire est de 40 euros avec un taux d’inflation à plus de 250% depuis 1996. Un ex-maquisard qui est arrivé à Kigali avec sans valise est grand client des paradis fiscaux et un des cinq milliardaires ou millionnaires présidents africains. En connaissez-vous un autre président africain de ce genre? Kagame est au service de la mafia international dites multinationales anglo-saxonnes. Le Rwanda est leur patrimoine. Le Rwanda est le seul pays en Afrique qui n’a aucune entreprise publique sur laquelle il peut s’arc-bouter pour affronter une circonstance exceptionnelle par exemple en cas de pendémie. Kagame a vendu toutes les entreprises publiques y compris les banques et les assurances dont les banques populaires. Toutes les banques du Rwanda sont pratiquement toutes les banques d’affaires et conséquemment inaccessibles aux citoyens ordinaires rwandais. La corruption et les détournements de deniers publics sont des outils de gestion du Rwanda, le tout en toute impunité.Le Rwanda est le cimetière des intellectuels. Le Rwanda est le seul pays en Afrique où l’apartheid contre des millions de Hutu (soit plus de 80% de la population) est légal ( article 50 de la constitution de 2003 révisée en 2015). Les faits évoqués sont véridiques. ll ne s’agit de spéculations. Quand vous ne savez pas, il est conseiller de vous taire ou de vous documenter. En l’espèce, vous auriez-dû avoir l’outrecuidance de vous taire afin d’éviter de copier et coller des faits inexistants ou erronés.

      1. @CESAR,
        1. Je présume que vous êtes rwandais ou rwandaise.
        2. On communique en français.
        3. Kagame est-il oui ou non le président du Rwanda ?
        4. Il est généralement reconnu que le président d’un pays défend les intérêts de son pays et de son peuple.
        5. Kagame défend les intérêts du Rwanda et des rwandais.
        6. Dire ce qui précède ne signifie pas  » copier et coller des faites inexistants ou erronés  ».
        7. Votre logorrhée inutile aurait plutôt eu sa place dans un stade à Kigali. Pas ici. Vous m’ auriez mieux édifié en me révélant ce qu’il fait au Congo et aux congolais que je ne sois au courant et non m’apostropher avec des histoires d’avions privés et des banques.

  3. Même l’ONU vient de contredire les propos de l’Hitler africain alias « kingo fioti »: «Le rapport Mapping parle de lui-même et documente de manière très claire des violations graves des droits de l’homme de 1993 à 2003».
    La timide réaction de Felix Tshilombo prouve que c’est monsieur est un trouillard et vassal de Kagame, c’est ça la triste réalité.

  4. Paul Kagame se trompe terriblement quand il s’imagine qu’il existe de « bonnes relations » entre lui et Félix Tshisekedi. Ce dernier est occupé à asseoir son pouvoir. L’heure du devoir d’ingratitude vis-à-vis de son mentor Kagame sonnera tôt ou tard. Comme elle a déjà sonné vis-à-vis du Cheval de Troie rwandais Joseph Kabila qui a facilité l’infiltration des Rwandais au sein du pouvoir d’Etat congolais. Même si Tshisekedi n’avait pas le temps ou la volonté d’exercer son devoir d’ingratitude vis-à-vis de Kagame, les faits étant têtus, tôt ou tard le Rwanda répondra de ses crimes devant la justice. Car, il s’agit de crimes de guerre et crimes contre l’humanité et donc imprescriptibles. Aveuglé par le soutien des puissances occidentales, Kagame se prenait déjà pour un leader incontournable, oubliant que les cimetières sont pleins de cancres qui se considéraient comme tel.

    1. « L’heure du devoir d’ingratitude vis-à-vis de son mentor Kagame sonnera tôt ou tard… car, il s’agit de crimes de guerre et crimes contre l’humanité et donc imprescriptibles », dites-vous, cher Mayoyo. N’oubliez pas non plus que comme ‘les cimetières sont pleins de cancres qui se croyaient intouchables’, ils sont aussi pleins de « victimes des crimes imprescriptibles qui n’ont jamais obtenu justice ». Je me trompe peut-être mais je ne crois pas que Kagame soit si affaibli que ça en ce moment, devenu plus vulnérable alors qu’il vient de gagner la guerre contre la France de Macron. Il s’y est donné au contraire des moyens politiques supplémentaires pour résister et défendre sa cause au Congo. Comment Tshisekedi et le Congo vont-ils faire pour mettre des grains de sable dans l’exploit de Kagame, voilà une bone voie non pour attendre tranquillement la justice pour les nôtres mais pour la provoquer.

  5. @ Les propos de Kagame veulent d’abord dire que seules les souffrances subies par les Tusti lors du génocide en 1994 méritent d’être reconnues surtout que la CI leur a reconnu juridiquement le caractère génocidaire. Les Hutu au Rwanda et au Congo comme les Congolais au Congo décimés depuis sous leur férule ne comptent pas, en parler vous vaut d’être accusé d’une infamie appelée « double génocide ». C’est quoi donc le double génocide qui se veut aujourd’hui théorie et jamais réalité dont on se sert pour faire officiellement taire toute critique vite qualifiée de « négationniste, de révisionniste » dans le cas du génocide rwandais ?
    @ La « doxa génocidaire » a été finalisée à l’issue de la Seconde Guerre et repose largement sur l’unicité de l’Holocauste juif au point où l’on a vite exclu dans l’histoire un double génocide qui aurait été commis par les soviétiques en Lituanie, impossible d’admettre la réalité de deux génocides d’une gravité égale l’Holocauste nazi contre les Juifs et un deuxième génocide que l’Union soviétique aurait commis contre la population locale.
    On connait aussi les difficultés de par le monde à reconnaître le génocide arménien et d’autre fût-ce par crainte légitime que d’autres souffrances soient facilement reconnues comme des génocides.
    @ Aujourd’hui la définition juridique du génocide est bien codifiée, on cale ainsi le génocide rwandais sur le génocide juif mais peut-on vraiment confirmer que le déroulé de la Shoah est strictement équivalent à celui du génocide rwandais ? Les victimes juives n’avaient pas une armée structurée pour se défendre de leurs bourreaux tandis que les victimes Tutsi étaient non seulement bien organisées militairement et politiquement avec des puissants soutiens étrangers depuis 1990 mais aussi se sont battus jusqu’au bout à vite vaincre sur le terrain leurs bourreaux au-delà de la période stricte du génocide et avaient donc plus de moyens que dans les autres génocides pour prendre leur revanche. Tout cela pour dire que sauf à se fixer sur cette définition dogmatique sanctuarisée du génocide, la notion de double génocide est tout à fait plausible dans les massacres massifs commis par l’APR au Rwanda et au Congo comme le suggèrent d’ailleurs le Rapport Mapping et d’autres observations qui l’ont précédé. Passons…
    @ Face aux propos provocateurs, mensongers, hégémonistes et proprement inamicaux de Kagame le Président Tshisekedi a quelque peu botté en touche, se refusant toute polémique (publique ?) avec son homologue qu’il appelle toujours frère. Il aurait bien d’autres voies que les médias pour lui répondre. Non seulement la polémique est déjà sur la place publique lancée par Kagame lui-même mais aussi on peut se demander si ce n’est pas l’absence de réaction publique et officielle Congolaise qui pousse davantage Kagame à l’arrogance et à la surestimation de ses convictions.
    Questions :
    1° Quoi d’autre le Président va dire en secret à son homologue qu’il n’a pas suggéré dans ces dernières paroles :
    a) le Rapport Maping que le président rwandais remet en cause n’a pas été fait par les Congolais mais par des experts onusiens, les Congolais ne veulent que le ramener à l’ordre du jour pour la sécurité et la paix à l’Est du pays et rendre hommage dans une logique de paix et de justice à toutes ces victimes injustement abattues et un souhait de paix avec les voisins et non de mettre le feu à la région” …
    b)Dr Mukwege qu’il traité d’instrument des forces invisibles est une fierté pour le Congo et sûrement pas quelqu’un qu’on puisse manipuler, il a tout son soutien et il reconnait son combat pour la réparation des femmes et la restauration de la paix à l’Est du pays en tant qu’originaire de ce coin du pays.
    c) la Monusco se défend elle-même. !
    2° Que compte tirer notre Président de ses échanges secrets avec Kagame, le convaincre de ses contre-vérités, lui faire regretter ses anciens faits et gestes, lui faire en rendre des comptes ? On voit pas comment il le réussirait devant un homme qui droit dans ses bottes affirme sans le moindre scrupule qu’il n’y a jamais eu des crimes dans l’Est est, tout le contraire de la vérité – il n’ya aucune justice qui viendra dire l’inverse.
    @ 3° Tshisekedi attend une justice pour les crimes de l’Est mais qui ne vient pas depuis qu’on l’attend, il oublie peut-être un peu trop vite que de Paris d’où parlait Kagame il venait de gagner une bataille sinon la guerre contre la France de Macron. Ca ne crée pas des conditions politiques idoines pour que le réquisitoire insistant de Dr Mukwenge et d’autres Congolais puisse aboutir à ce Tribunal International pour le Congo.
    @ Bref malgré un état de siège prévu pour éradiquer l’insécurité dans l’Est nous risquons d’attendre longtemps pour y arriver avec des voisins de si mauvaise foi et beaucoup davantage comme Kagame qui font bel et partie de notre problème et avec un environnement politique international pas toujours à notre avantage !

  6. Félix Tshisekedi est arrivé au pouvoir dans les conditions exécrables que tout le monde connait et qui ont été qualifiées de « solution à l’africaine » par un homme politique français. Ce n’est pas le peuple congolais mais le despote Joseph Kabila qui l’a fait roi. Kabila étant un Cheval de Troie rwandais au Congo, il ne pouvait agir que de concert avec le Rwanda. On comprend dès les réserves de Félix Tshisekedi dans le contexte congolais actuel, c’est-à-dire celui d’un pays dont les institutions ont été infiltrées par des Rwandais. Une tâche facilitée par leur Cheval de Troie. En accédant au pouvoir dans ces conditions, Tshisekedi a eu l’intelligence de solliciter l’aide de plus fort que Kabila et Kagame pour briser la camisole de force que ces deux individus ont tissé pour lui et qui le destinait à n’être qu’un président pour amuser la galerie. Jusqu’ici, les Yankees l’ont bien aidé à sortir de l’influence de Kabila. Car, la majorité au pouvoir n’aurait jamais basculé en faveur de Tshisekedi sans l’aide américaine menée en coulisses. Reste maintenant à se débarrasser de l’influence néfaste du Rwanda dans la politique congolaise. De même qu’il encaissait sans broncher des humiliations de la part du Front commun des corrompus (FCC) de Joseph Kabila quand celui-ci avait le vent en poupe, Tshisekedi continue d’encaisser les humiliations de Kagame tout en travaillant à mieux asseoir son pouvoir. Je pense que c’est une chance pour le Congo d’avoir, pour une fois à un moment clé ou critique de son histoire, un dirigeant qui n’est pas impulsif comme le furent Patrice Lumumba, Etienne Tshisekedi et Laurent-Désiré Kabila. Le Congo n’a pas besoin d’un héros national. Il a besoin d’un dirigeant capable d’asseoir sa stabilité. Le tempérament de Félix Tshisekedi semble être le meilleur moyen d’atteindre un tel objectif. Bien sûr, il faut regretter qu’il ait fait de la présidence de la république une chasse gardée des Talibans. Il faut regretter que son credo pour l’Etat de droit reste au stade d’un slogan qu’à celui d’une stratégie susceptible de sortir le Congo des décennies de mauvaise gouvernance. Mais une chose est certaine, l’amour de Félix Tshisekedi pour le grand sanguinaire Paul Kagame finira de la même manière que son amour pour le petit sanguinaire Joseph Kabila.

Comments are closed.