Arrestation du docteur Oly Ilunga: les dessous des cartes

Patrick Mbeko

L’ancien ministre de la Santé de la RD Congo, le docteur Oly Ilunga, a été arrêté le samedi dernier par les autorités congolaises, avant d’être placé en résidence surveillée. Une nouvelle qui a surpris plus d’un Congolais. Que reproche-t-on à l’ancien ministre de la Santé? Le détournement de près de 4,3 millions de dollars destinés à la lutte contre Ebola, ont indiqué ses avocats. Certains observateurs estiment cependant que cette arrestation et cette mise en résidence relèvent davantage de l’acharnement politique qu’autre chose. Qu’en est-il dans les faits?

Ça fait des semaines que nous suivons de près ce qu’il convient désormais d’appeler la « saga Ébola » depuis la démission surprise de M. Oly Ilunga. En juillet dernier, ce dernier a en effet démissionné de son poste de ministre de la Santé pour protester entre autres contre les « ingérences étrangères » dans la lutte contre l’épidémie d’Ébola qui sévit à l’Est de la RDC. Dans sa lettre de démission, le docteur Ilunga dit s’opposer à l’introduction d’un deuxième vaccin dans la lutte contre cette épidémie « par des acteurs qui ont fait preuve d’un manque d’éthique manifeste, en cachant volontairement des informations importantes aux autorités sanitaires ». Dans la même missive, l’ancien ministre évoque de « fortes pressions » exercées depuis plusieurs mois sur son ministère par un lobby « pour la mise en œuvre d’une nouvelle expérimentation en RDC ».

Quelques jours plus tard, le ministre démissionnaire revient à la charge dans les colonnes du journal Le Monde, en évoquant un « lobby malveillant » qui « a tenté par tous les moyens d’imposer, en RDC, le vaccin expérimental du fabricant pharmaceutique Johnson & Johnson ».

De quel lobby s’agit-il et qui sont les acteurs auxquels l’ancien ministre fait allusion? La question reste posée.

Une chose est cependant certaine: le seul vaccin à être utilisé depuis l’éclatement de l’épidémie d’Ébola est le vaccin rVSV-ZEBOV fabriqué par une firme canadienne et racheté par le groupe pharmaceutique Merck. Le deuxième vaccin, celui du laboratoire Johnson & Johnson, ne ferait pas l’affaire selon le docteur Ilunga. Il reproche à ce vaccin de n’être qu’en « phase 2 » et de nécessiter « deux injections administrées à 56 jours d’intervalle », ce qui n’aurait que peu d’impact pour contrôler la maladie.

Un avis que ne semble pas partager la présidence de la République, donc Félix Tshisekedi, qui a officiellement désavoué le ministre de la Santé sortant, confiant la coordination de la riposte contre Ébola au professeur Jean-Jacques Muyembe, qui, ironie de l’histoire, entretiendrait non seulement des rapports pour les moins étroits avec la firme Johnson & Johnson, mais est aussi rémunéré par la firme pour réaliser l’essai clinique du second vaccin en RDC. Désapprouvé, le docteur Oly Ilunga décide de claquer la porte avec fracas, en publiant la missive susmentionnée. Ce que n’aurait pas apprécié la présidence de la République, plus particulièrement Félix Tshisekedi.

Selon une source digne de foi, la présidence congolaise a organisé une réunion au cours de laquelle il aurait été décidé de trouver un moyen pour « coincer » le docteur Ilunga. Ses proches collaborateurs ont été visités par les services de sécurité et la police à plusieurs reprises. Au menu de ces visites: la gestion des fonds destinés à la lutte contre Ébola. C’est en tout cas ce que prétextent les autorités. Mais en réalité, il y a des gens à la présidence qui souhaiteraient faire taire le docteur Ilunga.

Dès que nous avons commencé à suivre cette affaire de très près, on nous a fait comprendre qu’il s’agissait d’ « une affaire de gros sous ».

En effet, depuis que la Banque mondiale a annoncé, en juillet dernier, l’octroi d’une aide pouvant atteindre 300 millions de dollars dans le cadre de la lutte mondiale contre l’épidémie d’Ébola qui sévit au Congo, l’exécutif congolais est entré en transe. Tout le monde est agité. « Beaucoup des gens pensaient que cet argent allait être géré par le docteur Ilunga, confie une source. Il était devenu l’objet d’attention et d’envie, et il n’était pas rare d’entendre des gens lui dire qu’il est chanceux de gérer un tel montant… » La présidence de la République n’était pas en reste. « 300 millions dollars, c’est beaucoup. Tout le monde voulait voir clair dans cette affaire et ce n’est pas les nouveaux locataires du Palais de la Nation qui allaient rester en stand-by », s’est amusé une source.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le docteur Oly Ilunga était devenu l’objet de toutes les attentions, de toutes les convoitises, mais aussi et surtout de rancœur aussi bien de certains politiciens que des gens au plus haut sommet de l’État. Soupçonné, à tort ou à raison, d’avoir détourné des millions de dollars destinés à la lutte contre Ébola, son refus de cautionner le deuxième vaccin et sa démission avec fracas, qui a révélé au grand jour les dissensions profondes entre la présidence et le ministère de la Santé qu’il dirigeait, sont autant d’éléments qui ont poussé la présidence à lui mener la vie dure. Tous ses anciens collaborateurs, on l’a dit, ont été entendus par les agents de la police judiciaire. Voici ce que nous a confié une source proche de l’ancien ministre: « Ils (les agents de l’État) ont passé leur temps à fouiller les dossiers du ministère de la Santé et ils n’ont rien trouvé d’accablant contre Oly Ilunga. Ils ont toutes les pièces comptables entre les mains depuis le mois d’août et ils savent qu’ils n’ont aucune preuve concrète contre lui ».

Pourtant, Oly Ilunga a quand même été arrêté le 14 septembre dernier par la police nationale congolaise, qui a affirmé que l’ancien ministre aurait tenté de quitter le territoire national pour Brazzaville via le Kongo Central. Des allégations aussitôt rejetées par son avocat, Me Guy Kabeya. Contactée par nos soins, une source policière nous a confié que « le dossier est vide », qu’il s’agit d’une décision motivée par des considérations politiques. Lesquelles? « Je ne saurais vous le dire », nous a-t-elle dit. L’argument même selon lequel il aurait détourné près de 4,3 millions de dollars destinés à la lutte contre Ebola ne semble pas non plus tenir la route.

Par ailleurs, nous avons appris que le Trésor public congolais, dans le cadre de la lutte contre Ébola, a versé au total près de 2,4 millions de dollars, sur une période de 11 mois, au ministère de la Santé dirigé par le Oly Ilunga, contre 1,9 million de dollars versé à la riposte dirigée par le professeur Jean-Jacques Muyembe sur une période d’un mois. Aux lecteurs de se faire leur propre opinion…

S’agissant des raisons qui sous-tendent l’acharnement contre Oly Ilunga, une source très proche de l’ancien ministre nous a expliqué que Félix Tshisekedi n’a jamais apprécié celui qui a été pendant longtemps considéré comme le médecin personnel de son défunt père, Étienne Tshisekedi. « Félix n’appréciait pas la proximité entre son père et Oly Ilunga. D’autant moins que ce dernier, contrairement à la croyance répandue, n’était pas membre de l’UDPS, mais était l’assistant personnel d’Étienne. Ce dernier avait fait comprendre à M. Ilunga que Félix ne pouvait pas être son successeur. Cela était connu de Félix et de Maman Marthe qui ne portaient pas du tout Oly Ilunga dans leur cœur… »

La même source de nous expliquer que depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir, les deux hommes ne se sont pratiquement jamais parlé. Sauf lorsque Oly Ilunga a été entendu par la présidence à la suite d’une accusation émanant du docteur Muyembe. « Malgré les nombreuses demandes d’audience par Oly Ilunga, il n’y a jamais eu de réunion de travail entre la présidence et le docteur Ilunga sur Ébola ou sur tout autre dossier lié à la santé publique, sauf lorsque le ministre devait se justifier suite aux accusations du docteur Muyembe. C’était au mois de mai ».

Pour la petite histoire, le docteur Oly Ilunga, dans sa lettre de démission, reproche à la présidence de court-circuiter son autorité pour travailler directement avec le professeur Jean-Jacques Muyembe, qui coordonne la riposte contre Ébola. Ce dernier a annoncé tout récemment la découverte de deux molécules curatives (mAb114 et le Regeneron) contre Ebola. Ce qui a fait bondir de joie les Congolais. À en croire une source au fait de ce dossier, « la communication du professeur Muyembe est mensongère et trompeuse. Ces deux molécules sont utilisées depuis août 2018. Les résultats préliminaires de l’essai clinique révèlent que le Regeneron est la meilleure molécule disponible à ce jour, le mAb114(co-produit par le professeur Muyembe et un centre de recherche américain)arrivant en seconde position. Son médicament agit efficacement seulement dans les 48h et permet de réduire le taux de létalité des patients à 11%. Administré après 48h, le taux de létalité remonte à 66% ». Ce qui n’est pas si différent du taux de létalité des patients lors de l’épidémie de l’Afrique de l’Ouest lorsque les molécules thérapeutiques n’existaient pas encore.

En outre, contrairement à ce que laissent entendre le gouvernement congolais et le professeur Muyembe, Ébola ne reculerait pas sur le terrain. Bien au contraire. Les données du gouvernement ne refléteraient pas non plus la vérité des faits. C’est en tout cas ce que nous dit une source qui semble être dans les secrets des dieux. D’ailleurs, ses observations sont corroborées par la journaliste canadienne Helen Branswell (spécialisée dans les questions médicales) qui émet, elle aussi, des doutes sur les données concernant l’épidémie d’Ébola.

En fait, tout le monde (OMS, ONG humanitaires impliquées en RDC et certains organismes de l’ONU) sait que quelque chose ne tourne pas rond dans cette affaire, que la présidence de la RDC raconte des sornettes, mais tout le monde se tait. Pourquoi?

Parce que derrière l’épidémie d’Ébola se profilent des intérêts colossaux aux ramifications internationales, dont les Congolais n’ont aucune espèce d’idée. Nous y reviendrons.

Affaire à suivre…

 

Par Patrick Mbeko
Journaliste d’enquête indépendant
Montréal, Canada

9 thoughts on “Arrestation du docteur Oly Ilunga: les dessous des cartes

  1. ** Sur Oly Ilunga
    Je ne sais pas mais quand les congolais qui ont collaboré avec aka Kabila en participant ainsi activement au maintien du système mafieux que nous appelons occupation, se trouvent dans la merde j’ai tendance à les zapper. Je ne verserai pas une larme pour lui.
    ** Sur le docteur Muyembe
    Évidemment, il ne nous a pas dit la vérité. Depuis combien de temps et avec qui fait il ses recherches ? Qui finance ? Où est le résultat des essais cliniques ? A lui de nous éclairer !
    ** Sur Ebola
    Il est difficile à comprendre qu’on ne reproduise pas les recettes qui ont fonctionné ailleurs. Insupportable qu’on joue avec la santé des congolais. Inacceptable qu’un état de lieu précis sur la progression de la maladie ne soit pas disponible.
    ** Sur la présidence de la RDC
    Le duo Kamerheon (l’homme qui a choisi kabila) – Fatshi « béton» (fraudeur et faussaire) perpétue la magouille, la corruption et la médiocrité au sommet de l’état.

  2. QUI A BU BOIRA, DIT-ON!
    LORSQU’ON TRAVAILLE AVEC LE DIABLE, IL FAUT S’ATTENDRE A TOUTES LES CONSEQUENCES.
    LORSQU’ON SIGNE UN DEAL AVEC LE LUCIFER, EN CAS DE DERAPAGE, IL FAUT S’ATTENDRE AUX SANCTIONS.
    ON A FAIT PORTER LE CHAPEAU A CET EMINENT Dr. ILUNGA POUR EPARGNER LES AUTRES.
    DANS UN PAYS OU MANQUE LES SERVICES D’INVESTIGATIONS NEUTRES, LA CHANCE A UN ACCUSE EST NULLE, NULLE, NO CHANCE.
    DANS UN PAYS, OU L’ETAT N’EXISTE PAS, LES MAGOUILLES ET INTRIGUES SONT DEVENUES UNE MONNAIE COURANTE VORE MEME UNE RELIGION D’ETAT.
    KIADI KIBENI DANS UN PAYS FRAGILISE, DANS UN PAYS OU LA FROUSSE RONGE TOUT KONGOLAIS. LE MANQUE DE DIGNITE HUMAINE CE QUI EXPLIQUE QUE LES DIRIGEANTS AFRICAINS NOIRS SUBSAHARIENS S’EN FOUTENT DE TOUT, ACCEPTENT TOUT, ACCEPTENT QUE D’AUTRES NATIONS DU MONDE HUMILIENT, CHOSIFIENT, RENDENT LA FEMME ET L’HOMME NOIR AU RABAIT ALORS QUE LE CONTINENT AFRICAIN NOIR cad TOUS LES PAYS AFRICAINS NOIRS REUNIS SONT PLUS RICHES QUE LE RESTE DU MONDE. C’EST GRACE A L’AFRIQUE NOIRE QUE D’AUTRES CONTINENTS FONT DE SUCCES, S’EMERGENT. PLUS DE DEMIE-SIECLE, QUE VAUT CETTE AFRIQUE NOIRE SUBSAHARIENNE, ZERO, ZERO, SEULEMENT LA MISERE POUR SON PEUPLE ET L’OPULENCE POUR SES DIRIGEANTS CORROMPUS.
    Dr. ILUNGA COUPABLE OU INCOUPABLE! SEUL Dr. ILUNGA AVEC SON COURAGE POURRA NOUS DIRE LA VERITE RIEN QUE LA VERITE, DE CE DEAL AU SUJET DE LA FAMEUSE MALADIE D’EBOLA ET LE DEAL SIGNE POUR TELLE OU TELLE AUTRE FAVEUR SOIT MOYENNANT JE NE SAIS QUOI.
    EST-IL QUE LE Dr. ILUNGA LE SILENCIEUX A ETE PRIS LES MAINS DANS LE SAC. IL A ETE OFFERT A LA JUSTICE POUR SAUVER LES AUTRES. NOTRE Dr. ILUNGA EST COMME UN ARBRE QUI CACHE LA FORET. PEUT-ETRE IL SERA JETTE A L’HOTEL MAKALA 10 ETOILES, DEVENU LE LIEU DE REPOS ET DE CORRECTIONS DES INDECIS, DES ANTAGONISTES DU REGIME MAFFIEUX.
    MES CHERES ET CHERS COMPATRIOTES, SAVEZ-VOUS QUE L’ANNEE PROCHAINE, SOIT AU DEBUT DE L’ANNEE OU BIEN COMME D’HABITUDE AU PRINTEMPS, UNE AUTRE MALADIE PLUS GRAVE QU’EBOLA ET SIDA ( AIDS ) VONT APPARAITRE. SON NOM N’EST PAS ENCORE PUBLIE, UN SECRET.
    COMME VOUS LE SAVEZ, ON POINTERA CETTE FACHEUSE AFRIQUE NOIRE FLEAU DE TOUTES LES MALADIES. LES MALINS FEMMES ET HOMMES BLANCS INVENTENT DES VIRUS, DES MALADIES ET LE BOUC EMISSAIRE EST TOUJOURS TROUVE, ON POINTE TOUJOURS CETTE AFRIQUE FRAGILISEE OU LEURS DIRIGEANTS CORROMPUS ACCEPTENT TOUT MOYENNANT DES MIETTES. EN ACCEPTANT, L’APPARITION DE TOUTES LES MALADIES DANGEUREUSES EST FABRIQUEES DE TOUTES LES PIECES DANS CERTAINS LABORATOIRES DES PAYS DEVELOPPES, NOS DIRIGEANTS NOIRS AFRICAINS LIVRENT LEURS SOEURS ET FRERES COMME DES COBAYES. DE CETTE MANIERE, LES DIRIGEANTS NOIRS AFRICAINS PEUREUX QU’ILS SONT NE FONT QUE HUMILIER, CHOSIFIER SA PROPRE RACE NOIRE AUX YEUX DES NAIFS QUI NE CONNAISSENT PAS LES REALITES TELLES QU’ELLES SONT AU SUJET DE TEL OU TEL AUTRE VIRUS OU MALADIE DANGEUREUSE QUE L’ON DEVERSE EN AFRIQUE NOIRE OU LES COBAYES SONT GRATUITS POUR TESTER LEURS MEDICAMENTS ET SERAING. KIADI KIBENI.
    MES CHERES ET CHERS DIRIGEANTS NOIRS AFRICAINS, POURQUOI TOUJOURS CETTE FROUSSE ET CE SILENCE RADIO? POURQUOI N’OUVREZ PAS VOS GUEULES POUR DIRE NON ET ON ASSEZ DE TOUTES CES HUMILIATIONS INFLIGEES A LA FEMME ET L’HOMME NOIR? NE CROYEZ PAS QUE DU FAIT QUE VOUS ETES PRESIDENT, MINISTRE, PDG ET J’EN PASSE QUE LES NAIFS HOMMES ET FEMMES BLANCHES VOUS RESPECTENT? NON ET NON! L’HOMME BLANC ET LA FEMME BLANCHE QUI VOUS CONNAIT EST CETTE PERSONNE -LA QUI VOUS RESPECTE. CEUX QUI VOUS NE CONNAISSENT PAS, QUE VOUS SOYEZ RICHE, TRES RICHE AFRICAIN, PRESIDENT, MINISTRE, PDG.. NOUS METTENT DANS LE MEME SAC. ON NE JOUE PAS AVEC LES ASIATIQUES CAR CELA N’EST PAS FACILE DE FAIRE ACCEPTER A UN ASIATIQUE UN DEAL DE MAUVAIS GOUT A FAIRE HUMILIER ET CHOSIFIER SES PROPRES SOEURS ET FRERES, UN TEL C’EST LA TRAHISON ET LA POTENCE. UN DIRIGEANT NOIR AFRAICAIN ACCEPTE TOUT, ON L’ON CORROMPT AVEC SON PROPRE ARGENT, ARGENT VOLE DANS SON PROPRE PAYS.
    COMME JE L’AI DIT PLUS HAUT, LE JOUR J N’EST PAS LOIN. LE MOMENT VENU LES LABORATOIRES OU SONT CACHES LES VIRUS DANGEREUX VONT APPARAITRE. D’ABORD ET COMME D’HABITUDE C’EST L’AFRIQUE NOIRE LE BOUC-EMISSAIRE QUI SERA POINTE DU DOIGT OU LE MAL ARRIVE, LES VIES HUMAINES INNONCENTS SERONT SACRIFIES, ENSUITE, LE SERAING SERA TROUVE, BIEN-SUR LES COBAYES SONT TOUJOURS A LA DISPOSITION DES VIROLOGUES. L’INDUSTRIE PHRAMACEUTIQUE SE FROTTERA LES MAINS POUR AVOIR REALISE UNE LA PLUS-VALUE VOIRE MEME SUPER PLUS-VALUE. COMME SONT MALINS CES INDUSTRIES PHARMACEUTIQUES EN CONNIVENCE AVEC LES FAISEURS DES VIRUS! APRES AVOIR HUMILIE, CHOSIFIE LA FEMME ET L’HOMME NOIR ET EN TESTANT LE SERAING, ILS PROPAGERONT QUE LADITE MALADIE EST DEVENUE UNE PANDEMIE! LA ENCORE L’HOMME BLANC ET LA FEMME JAUNE, NAIF ET NAIVE EVITERA DE S’APPROCHER DE LA FEMME ET L’HOMME NOIR SOI-DISANT PORTEUR DU VIRUS DANGEREUX FABRIQUE DE TOUTES PIECES POUR LEURS FINS UTILES.
    AND YOU MISTER AFRICAN »S PRESIDENT ARE YOU GOING TO ACCEPT THIS HUMILIATION, MORTIFICATION THAT’IT DEAL AT ANY TIME TO THE BLACK AFRICANS? PLEASE, I AM NOT RACIST, ONLY I SAY THE TRUTH WHAT OTHER PEOPLE THINK MORE LOW.
    MORE, Dr. ILUNGA DO NOT FORGET, TELL US THE TRUTH ABOUT THAT MATTER. OF COURSE, WE WILL GET AT THE TRUTH EVENTUALLY.
    PLEASE, NO STUPID COMMENTS ON MY WAY OF THINKING. PLEASE, BE GENTLEMAN AND RESPECT MY FREEDOM SPEECH AND ALSO, IT’S MY FREEDOM OF SPEECH, ISN’T?

  3. Je ne suis ni juge, ni avocat d’un quidam.
    Pour 4 Millions, on arrête un ex ministre.
    Mais où sont passés les 15 Millions….dont les acteurs de la forfaiture sont connus?
    Docta? Voici le salaire de la trahison!
    Eteya biso.

  4. Je ne sais s’il faut rire ou pleurer de l’arrestation d’un traître par un autre traître. Messieurs Ilumga et Tsilombo, sont deux de ces personnes qui, pour de sordides intérêts égoistes, ont vendu leur âme au profit des hégémonistes tutsis et au détriment d’un peuple congolais floué, pour qui, de la manière la plus cynique, ils véhiculent un certain discours de compassion, de préoccupation (je suis déterminé, le peuple d’abord, riposte contre ébola, bien-être du peuple et tutti quanti…). Entretemps, leurs maîtres hégémonistes tueurs tutsis ne s’en offusquent pas. Ils ne sont nullement troublés par de petits chiffres en millions de dollars, des misérables miettes que se disputent leurs petits collabos soummis, d’autant plus que le bénéfice économique (butin) obtenu par eux hors circuit administratif de leur territoire occupé Congo s’évalue annuellement en milliards de dollars.
    Monsieur Ilunga et Tshilombo sont des « mwan’etu » et leurs linges sales de honte de plusieurs millions de dollars en dispute vont se laver en famille. « De minimis non curat praetor »; les congolais n’avons que faire d’une inqualifiable guerre de tranchée de deux minables personnages.
    Là où le bât blaisse réellement, c’est la prétention subjacente de l’auteur du présent article de faire passer de forme insidieuse le père de Tshilombo, comme un grand homme digne de considération par les congolais. Si par méconnaissance de son rôle néfaste de concéption avec son ami Mobutu du système de destruction de notre nation dont les effets sont plus qu’évidents aujourd’hui, les congolais l’ont élevé au rang de Moïse, si la confiance aveugle lui accordée par les congolais dans son action de trompérie d’une certaine opposition à son inséparable ami Mobutu, et si toutes nos prédictions sur son pseudo-combat politiques se sont avérées un échec total, ne pouvons-nous pas tirer un enseignement de la réalité de grand traître qu’a été ce monsieur? Qu’aujourd’hui le Rwanda ait consolidé sa position d’occupant du Congo, n’est-ce pas sous sa duplicité? N’est-ce pas que pendant que les congolais étions en train de décrier et dénoncer l’occupation et agression des tueurs tutsis, ce monsieur maintenait ses fidèles délégués bien logés et engraissés à Kigali? Son fameux fils Tshilombo ne passera t-il pas aux aveux qu’en 2011 il se trouva en le sol de nos bourreaux? N’est-ce pas qu’avant même sa mort, ledit Monsieur a délibérément composé politiquement en acte de haute trahison avec les occupants tutsis en injectant au gouvernement d’occupation des personnes de son proche entourage dont le fameux Ilunga victimisé aujourd’hui dans ce texte? Etc.
    J’invite Monsieur Mbeko a fouiller l’histoire, à s’intérésser sur la dictature du Général Franco d’Espagne que « le Moïse » et son ami Mobutu copièrent servilement en leur régime du MPR dont nous souffrons aujourd’hui les effets collatéraux: Parti-Etat, manifeste de la N’sele, JMPR, Mobutu moyi, ba mamas ya MPR, syndicat vertical (UNTZA), …Tout a été adopté de la dictature franquiste, avec l’unique différence que eux y ont ajouté la prodigalité, la mauvaise foi et gestion. Fallait-il peut-être s’être arrêté là. Avoir activement aquiescé l’occupation en composant avec les les tutsis par une opposition de façade en injectant des Ilunga au gouvernement d’occupation animé par des Kazemberembe et des Ndesamburo est simplement inadmissible. Cher Compatriote Mbeko, veuillez à l’avenir écrire autrement et sur autre chose.

  5. 1. Mon seul questionnement sur le Dr Ilunga est le suivant :
    Comment un homme d’une telle culture scientifique, avec une belle situation sociale en Belgique, ancien assistant personnel de Ya Tshitshi a pu accepter de travailler pour le gang rwandais. Comment expliquer cela ?
    2. La pré-qualification, la qualification, la validation et l’introduction d’un vaccin sont des processus très complexes. C’est toujours une affaire de gros sous. Il s’avère quelques fois difficile de mettre le curseur entre l’éthique et la corruption. Ceci, que ce soit à Washington ou à Windhoek.
    3. Je ne crois pas un seul instant que le Prof Muyembe soit un homme d’argent. Je peine à croire que le Dr Ilunga ait détourné de l’argent confié à son ministère. Je ne crois pas.
    4. Quand on parle de  » Présidence  », s’agit-il de celle du  » Grand-Prêtre No.1  » ou de celle du  » Grand-Prêtre No. 2  » ? Il m’est difficile d’imaginer une action d’envergure menée par la République de l’OUA sans l’accord de la République de Kingakati.
    5. La situation épidémiologique réelle d’Ebola à l’Est du pays est bien pire que ce qu’on veut bien nous faire croire. Mais on ne peut pas tout dire.
    6. Des voyous m’ont piqué 15 millions de dollars US. Je vous demande de m’aider à faire arrêter ces voleurs qui courent toujours. D’avance, je vous remercie.

  6. Le docteur Oly Ilunga , s’est pris lui- même au piège , après avoir était collabo de l’occupant , comme qui dirait après avoir mangé à la table du démon , il veut s’en sortir saint c’est impossible , il veut prouver aux autres fossoyeurs du peuple congolais et à la nation toute entière qu’il a les mains propres , qu’il peut démissionner et démontrer qu’il est civilisé en donnant une leçon à ses collegues traîtres , non docteur Oly, tu es une élite compradore , traître et complice qui doit finir par récolter le fruit de tes aventures de mauvais goût et de traîtise.

  7. Kie kie kie kie kie,
    Patrick Mbeko, l’héritier de TERMINATOR ZAMBOKO A TUMBA ..
    C’est lui que Amba Westhi va solliciter pour nous débiter ses rêveries.
    Bokobela ba AVC!
    FATSHI BÉTON BÉTON.

    1. @Lokumu
      Kala te, yo nde moto okobela AVC tango patron ya  » Béton ya papier  » na bino akobimisa ya na pwasa.
      Excusez ngai ndeko, oza muluba ? Soki oza muluba, mais vraiment yo na  » Béton ya papier  » boza baluba ya ndenge nini ?
      Comment un vrai muluba akoki kokoma mutu ya musala d’un petit rwandais ?
      Oyo baluba ya ndenge nini ?

  8. Après FATSHI FAUX BÉTON GYPROC, FATSHI BIDON, FATSHI EBOLA bientôt les Kongolais auront « FATSHI KINYARWANDA »… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.