Présidence de la République: Vidiye Tshimanga se fait « hara-kiri »!

Read Time:5 Minute

Contraint par la clameur publique et l’ampleur du scandale, le très influent Vidiye Tshimanga ne fait plus partie de « l’entourage officiel » du chef de l’Etat congolais. Il a démissionné, vendredi 16 septembre 2022, de ses fonctions de conseiller spécial chargé des « Questions stratégiques ». L’homme paie cher la rançon de la « voracité » mais aussi de la naïveté. Au commencement était un « juteux » contact avec des prétendus « investisseurs ». Et si les commanditaires du piège tendu au CS Tshimanga avaient, en réalité, pour cible le président Felix Tshisekedi Tshilombo?

Début septembre 2021, le « CS » Vidiye Tshimanga était de passage à Bruxelles. Au cours d’une interview accordée à des journalistes de la diaspora congolaise de Belgique dont l’auteur de ces lignes, l’homme arborait un sourire insaisissable à la question portant sur la « description » de son « job » de « conseiller chargé des Questions stratégiques ». Pour toute réponse, il dira qu’ « il ne rend compte de ses activités qu’au seul chef de l’Etat qui lui confie des dossiers ».

A l’époque, des informations parcellaires laissaient entendre que sieur Tshimanga n’était plus en odeur de sainteté dans « l’entourage présidentiel » où certains fidèles parmi les fidèles de « Fatshi » se livreraient à une lutte féroce d’influence. L’intéressé de s’insurger: « Devrais-je publier des photos où l’on me voit avec le Président de la République? » Et d’ajouter qu’il « sera toujours à son poste tant qu’il n’y aura pas d’ordonnance mettant fin à ses fonctions ».

Coup de théâtre! Sans que le Président de la République ait signé une ordonnance contraire, Vidiye Tshimanga a démissionné de ses fonctions. Dans une missive, datée du 16 septembre 2022, adressée au chef de l’Etat, il invoque deux raisons. D’abord le « scandale suscité par l’article orienté », selon lui, du Quotidien suisse « Le Temps ». Ensuite, la nécessité de « faire la lumière sur les commanditaires de ce montage » qu’il qualifie de « grossier » arguant, au passage, qu’il détiendrait un « enregistrement qui prouverait que ses propos ont été sortis de leur contexte ». De quoi s’agit-il?

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

L’histoire pourrait se résumer comme suit: l’OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting) est spécialisé dans la lutte contre la corruption. Cette organisation non gouvernementale a obtenu l’enregistrement vidéo des entretiens entre Vidiye Tshimanga et un « couple » prétendant représenter un conglomérat basé à Hong Kong.

Le premier entretien a lieu par visioconférence. C’est à cette occasion que Tshimanga se mettra à vanter sa « proximité » avec le premier magistrat du pays. Au lieu de s’arrêter là, il a proposé à ses mystérieux interlocuteurs de s’associer avec son entreprise « Cobamin ». Le deuxième rendez-vous a eu lieu en présentiel à Londres dans le cadre très huppé du restaurant « Hide » au numéro 85, Piccadilly. Tous les frais de voyage et de séjour de Vidiye Tshimanga ont été pris en charge par lesdits « investisseurs ». En deux mots, ces derniers voulaient bénéficier des conditions de sécurité pour investir une somme de 200 millions de dollars. Le conseiller présidentiel leur promis « protection » ainsi que l’obtention des licences d’exploitation dans les délais les plus brefs. « Si nous faisons des affaires ensemble, je prendrai mon pourcentage de l’investissement (…) ». La phrase qui tue.

Avant de publier ces « révélations » en collaboration avec le Quotidien suisse « Le Temps » – un journal de tendance libérale et humaniste -, un rendez-vous fut pris avec Tshimanga. Lieu: un hôtel parisien. Il s’agissait sans doute de donner au conseiller présidentiel l’opportunité de faire valoir son droit de défense. « Durant nos échanges, Vidiye Tshimanga n’a jamais remis en doute l’authenticité des vidéos ».

« OPERATION COMMANDO »

Pour une raison qui leur est propre, les commanditaires de cette « opération commando » ont ciblé le conseiller aux Questions stratégiques. Dieu seul sait ce qui les a poussés à contacter le CS Tshimanga qui a été, par ailleurs, filmé à son insu. Ce qui n’excuse nullement la naïveté ce cadre de la Présidence. Bien que déloyale et contraire à l’éthique, cette méthode qui rappelle la célèbre émission « Caméra cachée » est prisée par les lanceurs d’alerte et autres ONG qui traquent la corruption. Ceux-ci invoquent, à l’appui de leur démarche, « l’intérêt public ». Autrement dit, l’intérêt du public à connaitre la vérité.

Pour l’OCCRP et le quotidien « Le Temps », la publication des vidéos de la rencontre à Londres offre « un aperçu rare de la manière dont les transactions sont structurées au Congo. Victime de la malédiction des ressources, une grande partie des revenus a été siphonnée hors du pays pour se retrouver entre les mains d’une élite (…) ».

Le 12 septembre, le président Tshisekedi a reçu Amos Hochstein, porteur d’un message du président américain Joe Biden qui « lorgne » sur certaines ressources du Congo-Kinshasa. C’est le cas notamment du lithium et du cobalt. L’émissaire américain a laissé entendre que les investisseurs de son pays attendent de voir les résultats de la lutte effective contre la corruption.

ET SI LE CHEF DE L’ETAT ÉTAIT LA CIBLE PRINCIPALE?

Selon des analystes, l’Oncle Sam n’aurait pas digéré l’accord signé entre les autorités congolaises et le « très toxique » homme d’affaires israélien Dan Gertler. Celui-ci fait l’objet des sanctions américaines. « Ledit accord n’a jamais été publié », fulmine-t-on à Washington.

Trois questions restent sans réponses à cette « affaire Vidiye Tshimanga ». Primo: qui sont les commanditaires de cette « opération »? Secundo: qui sont les lanceurs d’alerte qui ont fait diffuser les vidéos? Enfin: Et si la cible principale de cette action était finalement le chef de l’Etat congolais?

Comme pour répondre à la dernière interrogation, le directeur de la Cellule de Communication présidentielle, Eric Nyindu Kibambe, a publié, vendredi 16 septembre, un communiqué rappelant que « la lutte contre la corruption est un des piliers de l’action » du président Felix Tshisekedi Tshilombo. Et ce depuis son accession à la tête du pays en janvier 2019. « Toute personne, y compris au sein du cabinet du Président de la République, dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d’ordre intérieur du cabinet présidentiel, subira la rigueur leurs effets », conclut-il sans citer Vidiye Tshimanga.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

29 thoughts on “Présidence de la République: Vidiye Tshimanga se fait « hara-kiri »!

  1. Personne n’est dupe sur « les champignons » qui poussent dans la ville voir ailleurs mais on ne peut pas être naïf jusqu’à ce point !

  2. C’est vraiment le summum de la bêtise. Tshimanga savait pertinemment bien qu’étant le bras droit de Tshisekedi, il avait une cible dans dos et que les adversaires du pouvoir devait forcément passer par lui pour atteindre son chef. Par un orgueil et un égo qui frisent la naïveté, il est tombé sous les griffes des pieds nickelés qui guettaient la moindre occasion pour passer à l’action. Les pseudos journalistes qui se sont fait passer pour des investisseurs ont agit pour le compte des ennemis de notre pays. D’ailleurs il n y a qu’à suivre les réactions de certains médias qui font du Congo bashing pour s’en convaincre. Ces étrangers se servent des fils du pays pour continuer à vilipender notre pays. J’ose espérer que ce qui arrive à Tshimanga servira de leçon à tous ceux qui croient que le Congo n’a que des amis à travers le monde. Lors de l’appel d’offre qui a concerné quelques blocs pétroliers et gaziers, on a vu certains compatriotes s’aligner derrière les organisations internationales pour dénigrer leur pays sous prétexte qu’on allait détruire l’environnement alors que toutes les promesses qui ont été faites à notre pays depuis des années n’ont jamais eu un début de réalisation. Je me dis qu’à cette allure là, nous finiront par faire revenir celui qui se fait appeler Kabila au pouvoir pour qu’il vienne terminer le travail de sape qu’il entrepris pendant 18 ans. Donc l’ennemi du Congo, c’est le congolais lui même.

    1. Ce qu’est devenu l’Affaire Vidiye Tshimanga n’est hélas ni une erreur de procédure ni une quelconque naïveté et encore moins de la bêtise venant de son auteur mais la substance même du régime de Tshisekedi, un énième scandale de corruption qui y règne du sommet à ses dépendants. Le piège qui le démontre n’est nullement une manipulation, il est simplement venu à la rescousse de l’information vraie. Kabunda qui connait le régime de l’intérieur avait mille fois raisons d’y voir un dangereux régime d’impunité dans lequel des incompétents et jouisseurs impénitents font la loi. C’est hélas l’image déconcertante de notre ‘Congo à démocratiser’…
      A Kabunda devenu le pestiféré de l’Udps présidentielle, Thsisekedi et les siens exigent des preuves judiciaires du linge sale qu’il a déballé en public mais jamais rien au biscornu Vidiye Tshimanga, Conseiller aux questions stratégique du Président récidiviste impuni des coups tordus d’extorsion des investisseurs étrangers. Ce n’est pas de la corruption illégale : c’est de la ‘coop’, des simples et vulgaires ‘rétrocommissions’, nous avait affirmé sans broncher notre PR en personne. Un Conseiller présidentiel qui émarge grassement au budget de l’État, de l’argent du contribuable est en plein conflit d’intérêts entre sa fonction et ses affaires personnelles et son Patron et ami n’a jamais eu le courage de lui reprocher quoi que ce soit.
      Miracle ; la maison qui jusque-là nous avait habitués à moins de réactivité se complaisant toujours des silences coupables face aux catastrophes récurrentes se réveille tout d’un coup pour nous pondre un communiqué à travers lequel elle condamne toute compromission fût-ce au sein du Cabinet et Tshimanga acculé à démissionner. Que les irréductibles pro-tshisekedistes comprennent notre émotion : Bravo à notre mulopwe, osons espérer qu’il y’aura de la suite dans ses idées, faits et gestes…

    2. ADDENDA !
      Dans la vidéo Tshimanga rassure les prétendus investisseurs que non seulement il parle au nom du Président qui est son ami pour lequel il a financé la campagne – il est lui, leur dit-il, pour dire qu’en lui parlant, ils s’adressent directement au President – mais surtout plus grave il fait comprendre à ses interlocuteurs qu’en faisant les affaires avec lui ils le font avec le Président. Où alors certains illuminés vont-ils alors trouver excuses à Tshisekedi. Tshimanga serait quelque peu mythomane que cela ne dément pas l’entendement général qui prévaut dans l’entourage de Tshisekedi et au sein de son régime

    3. @Elombe
      Vous n’avez pas complètement tort : « L’ennemi du Congo, c’est le congolais lui même ». Mais dites-moi, le Congolais qui refuse d’affronter la dure réalité de son pays pour louanger son idole n’est-il pas aussi quelque part l’ennemi de l’intérieur ?
      Des journalistes se sont improvisés investisseurs pour, selon vous, dénigrer notre pays. Pourquoi pas sauf que la ‘caméra cachée’ est une méthode éprouvée de la presse d’investigation.
      Passons…Le pire dans votre réaction est que vous pardonnez le trafic aux frais du pays de Tshimanga pour n’y voir qu’un acharnement sournois sur lui. Et avec ça vous revendiquez un monopole de patriotisme. Si vous n’étiez pas connu pour être un pro-tshisekediste irreductible on vous croirait à la limite mais nous lisons souvent vos obsessionnels djalelos envers Tshisekedi quoiqu’il dise quoiqu’il fasse. Vous les avez simplement transférés ici sur Tshimanga son conseiller et ami avec en plus un chantage sur le retour de l’autre sinistre personnage. Vous ne vous êtes pas demandé pourquoi les Congolais y pensent ; ils ne sont pas des gobe-tout comme vous le pensez : si Tshisekedi avait mieux fait ils n’y auraient jamais pensé. Vous confondez l’idolatrie envers Tshisekedi et l’amour pour la Patrie.au point où votre réaction me dépasse…

    4. @Elombe: La HONTE n’a aucune signification dans ton vocabulaire… Tout n’est que montage, (inclu les declarations libres de ton pote Tshimanga) pour nuire a ton idole Felix Tshilejelu (et ta place a la « Mangeoire »). Bref, les ennemis de la RDC ne sont donc pas tes copains escrocs au Sommet. Voila la logique d’un pretendu-intello quand son ventre s’accapre de son cerveau.

  3. « description » de son « job […] conseiller chargé des Questions stratégiques » […] «il ne rend compte de ses activités qu’au seul chef de l’Etat qui lui confie des dossiers ».
    Enfin ça vient de se savoir: il s’agit des dossiers relaifs aux « coops »!
    C’est bien cela les « Questions stratégiques », pendant que les stratégies pour bouter dehors la soldatesque de Kagame leur manquent cruellement. MBOKA NA BISO MAWA!

  4. Cher BAW,
    J’ai hélas encore une lecture légèrement différente de la vôtre que je soupçonne d’e pardonner gratuitement la lourde incurie du régime de Tshisekedi. « Vidiye Tshimanga se serait fait hara-kiri et les auteurs du piège lui tendu auraient en fait visé Tshisekedi !? » Simplement ?
    Le ‘hara-kiri’ est un suicide volontaire voulu repentant par son auteur mais ici Tshimanga n’a pas été le seul à décider de sa démission ; c’est lui rendre trop d’hommage que de le croire. De même dire que les piégeurs ciblaient Tshisekedi n’est qu’un euphémisme démagogique qui veut épargner le jugement sévère qu »ils ont voulu faire de la ‘cour’ et de la gestion de Tshisekedi. Que voulez-vous qu’ils aient fait d’autre en provoquant ce scandale qui touche un membre influent de son Cabinet dont ils connaissent déjà la folle capacité à ce genre de forfaitures ?
    C’est oublier le règne de conflits d’intérêts, luttes d’influences de palais et autres tartufferies qui est le lot de faits autour de Tshisekedi. Vous n’allez quand même pas nous rabâcher votre fable de ‘polémique infondée’ autour des propos de Kabunda. Celui-ci avait mille fois raison de parler d’un régime repère de ‘stagiaires irresponsables et jouisseurs impénitents’. Vidiye Tshimanga en est la criante illustration et Kabunda a l’avantage de les avoir tous connus de l’intérieur. La lutte contre la corruption de Tshisekedi, demi-succès de l’IGF et galimatias de l’APLC ou pas, souffre encore de l’absence d’exemplarité et de l’accumulation de faux-pas au sommet de l’État, hélas, hélas…

  5. Comme beaucoup d’entre nous Jean-Jacques Lumumba revient pointer pour Tshisekedi l’urgence de se remette en cause et de faire le ménage autour de lui ; pour lui l’affaire Vidiye Tshimanga n’est que la partie immergée de l’iceberg, la lutte contre la corruption n’est pas un slogan mais une réalité qui doit commencer par le sommet de l’État d’autant qu’il a connaissance d’autres faits très graves pour l’image du pays et l’avenir de la Nation qui s’ils sont avérés et mis sur la place publique seront beaucoup plus choquants pour l’opinion nationale que cette vidéo. La Lucha elle, va plus loin sur l’affaire Tshimanga et suggère que pour avoir autant de mafieux dans son entourage, le chef est soit, incompétent, dans ce cas, il doit démissionner, soit il est lui-même le chef de la mafia et il doit être devant la justice. Tshisekedi doit reconnaître son échec, des promesses non tenues : état de siège inefficace à l’Est, lutte anti-corruption et contre la mauvaise gouvernance proclamée comme priorité encore stérile parce que sélective ; malgré la création de l’APLC, le contrôle tout azimut de l’IGF et même la tentative de remise en selle de la Cour des comptes , les propres dysfonctionnements au sein de la présidence sont ignorés.

  6. Une racaille au somment de l’Etat.
    Nanu bomoni te.  » Bokomesana  »…vous avaient prévenu des membres de la famille présidentielle au bord d’un jet privé.

  7. Certains intervenants dans cette rubrique sont tellement prévisibles a tel point que leurs interventions perdent tout intérêt. Nous suivons tous les actualités socio-economiques dans le monde, faire croire que chaque fois qu’un collaborateur commet un impair, donc c’est son chef qui en est responsable est grotesque. Lorsque la détestation atteint un tel niveau, il y a de quoi s’interroger sur le psy de certaines personnes. Il m’est arrivé d’intervenir sur les actualités économiques de notre pays, mais hélas paradoxalement, cela n’intéresse pas grand monde, les gens préfèrent des sujet polémiques qui ne nécessitent aucune réflexion. La politique politicienne n’apportera rien, il faut changer de disque. Je perds mon temps sûrement.

    1. Amen, tout est bien dit et clair dans votre esprit : vous faites tout bien et ce sont vos interlocuteurs qui disent n’importe quoi ; tant mieux mais n’est-ce pas trop facile, une fable pour enfants ? Les réactions des autres sont toujours prévisibles, toujours contre Tshisekedi et les vôtres ? Vous ne pouvez jamais vous imaginer que vos trop nombreux djalelos créent ce cycle pernicieux. Un conseil gratuit : méfiez-vous, donneur de leçons est un métier qui a ses revers.
      Amen, amen, vous ne pratiquez jamais la politique politicienne mais vous ne voyez que détestation dans la moindre critique, laquelle fût-elle, presqu’un miracle. Quant à moi, je vous rassure : j’ai toujours intérêt à découvrir ce que disent les autres…

    2. @Elombe. Il y a des intervenants sur cet espace qui ont un parti-pris gigantestesque contre Tshisekedi. Ils ont deja decide que quoiqu’il fasse, ils ne diront jamais rien de bon pour lui, et ils ne verront que du reprehensible dans ce qu’il fait. Malheureusement, ce sont ces memes intervenants qui accusent toujours les autres de djaleloistes, des idolatres, des pro-tshisededistes irreductibles et inconditionnels! Pour eux, seuls sont patriotes ceux qui denoncent au fil des jours les insuffisances de ces mediocres, incompetents, jouisseurs, tribalistes, problematiques, et catastrophiques au sommet de l’Etat! C’est ca leur idee de la reflexion! La question que moi je me pose chaque jour, c’est de savoir ce que la RDC gagne dans ce climat ou ceux qui devraient eclaireer les autres apportent plus de fumee que lumiere! Kiadi ki beto!

      1. @Binsonji & Elombe: Incapables de refuter le Modus-Operandi Mafieux au Sommet qu’expose sur video votre pote Vidye Tshimanga, vous vous dechainez contre ceux qui ont toujours mis en accusation votre regime mafieux Tshilejelu. Une Kleptocratie pire que celle du MPR Parti-Etat, car en moins de 5 ans, votre chef de bande, sa famille et celle des Nyakerus ainsi que ses brosseurs de bottes a la Presidence (inclu les Kamerhe, Nyembo, Biselele, Bilomba, Kabongo, etc…) se sont enrichis plus que Mobuu et ses acolytes en 32 ans au sommet. Le « Peuple d’abord » que vous endormez en slogans creux n’ayant que de Bourbiers comme consolation apres 4 ans de votre jouissance au sommet. Vous n’avez aucune morale credible a prodiguer, sauf conseiller a votre chef Felix de faire ses valises.

  8. ***vous ne voyez que détestation dans la moindre critique, laquelle fût-elle, presqu’un miracle, JUSQU’À INSISTER QUE TSHIMANGA A FAIT SA TENTATIVE DE CORRUPTION EN DEHORS D’UN SYSTÈME, SANS QUE TSHISEKEDI EN SACHE QUELQUE CHOSE ET VOUS CONTINUEZ QUAND-MÊME A FAIRE CONFIANCE A UN PRÉSIDENT QUI NE SAIT JAMAIS RIEN ; BRAVO !

  9. TOUS DES MAFIEUX : de la tricherie électorale par FATSHI jusqu’à la voracité dévoilée de VIDIYE Tshimanga, en passant par des achats des voix par des députés et sénateurs et l’opacité des vils partis UNC, AFDC, … il est manifeste qu’en RDC il n’y a que des pseudo-Leaders arrivistes bradant sans état d’âme le pays. Congolais Lamuka.

  10. Je n’en reviens toujours pas. Pour moi, c’est franchement suicidaire et génocidaire que certains continuent à l’ouvrir pour excuser la forfaiture de Vidiye Tshimanga. Son acte a pourtant prouvé plus que jamais à tous ceux qui ne voyaient aucune alerte au régime de Tshisekedi que celui-ci est bâti sur du sable très mouvant. A côté de Tshimanga dont l’accusation de tentative de corruption est fondée, une centaine d’autres polluent le mandat de Tshisekedi avec sa bénédiction. C’est de salubrité publique que de savoir de combien de comptes offshore, des prête-noms, de carrés miniers… disposent ces gens de la Présidence ? Tshimanga a bien affirmé qu’il faisait des affaires au nom de son ami le Président.
    N’importe comment, celui qui ne comprend pas qu’aucun patriote Congolais ne peut se réjouir de ce genre de mauvaises nouvelles sur notre pays sous Tshisekedi ou sous un autre n’aura rien compris hélas du patriotisme. Les bonnes nouvelles le sont pour tout le monde. Du coup, loin de singer un donneur de leçons, je réalise simplement que c’est fort dommage, vraiment dommage pour le pays, pour nous tous qu’on en soit arrivé là. L’Etat de droit et la déclinaison concrète des attributs de la démocratie tant ânnonés sont encore très loin et Bunagana comme le reste de notre région de l’Est est encore ensanglanté, hélas, hélas, notre pays incapable d’y faire face…

    1. @ Ndeko Nono
      C’est tellement triste et pathetique qu’on semble avoir oublié ce que JM Kabunda nous a dit sur ce pouvoir. Et pourtant…ce qui n’est pas encore sorti est pire que tout ce que vous voyez là.
       » Bokomesana  ». Nous ont-ils dit.

  11. ***…Bunagana comme le reste de notre région de l’Est est encore ensanglanté ET OCCUPÉ, hélas, hélas, …

  12. Vidiye Tshimanga ne fait que récolter ce qu’il a semé. Toujours dans un comportement excessif et bling bling.

  13. Il est temps de mettre fin a l’hysterie collective! Messieurs les patriotes anti-Tshisekedistes, je vous prie d’essuyer le vitriol de vos plumes. Personne n’en a besoin! Vous n’aimez pas la gueule de Tshisekedi? Tres bien! Prenez votre mal en patience. Dans quinze mois vous aurez l’occasion de le congedier proprement en lui refusant votre vote. Le Tshisekedi bashing ne mene nulle part, et la RDC n’y gagne rien du tout! Revenons a Vidiye Tshimanga. Ce monsieur est poursuivable au moins pour traffic d’influence et pour corruption. L’homme a un ego surdimesionne. C’est tout juste s’il n’a pas pretendu que c’est lui qui avait finance la creation du monde! C’est lui qui aurait souffle a l’oreille de l’Eternel de creer le monde au profit des hommes d’affaires comme lui. Encore un peu il nous aurait avoue que c’est lui qui avait finance l’architecture du Jardin d’Eden! Soyons serieux! Monsieur Vidiye Tshimanga n’a pas demissionne, il a seulement devance son limogeage de quelques heures, probablement pour ne pas subir le meme sort que JM Kabund-a-Kabund. Alors, quelles sont les lecons a tirer du feuilleton Vidiye Tshiamanga?
    Le PR a commis une grosse erreur de casting en s’entourant de conseillers comme Vidiye Tshimanga. Il n’a pas encore fini de payer le prix de cette erreur de casting. Vidiye Tshiamanga n’est pas le seul de ses conseillers a avoir tente de monayer sa proximite avec le Chef de l’Etat. Il est seulement le premier en date a avoir ete pris la main dans le sac.
    Le PR doit nettoyer sa cour comme nous le lui demandons depuis bientot deux ans! Il n’y a pas de devoir de gratitude en politique! Il y a seulement le devoir de redevabilite! C’est d’abord lui qui sera redevable devant le peuple congolais.
    Le PR doit imperativement remanier son gouvernement. Il y a beaucoup trop de bois mort dans ce soi-disant gouvernement des ‘warriors’.
    Le PR et son regime n’ont pas rencontre toutes les attentes du peuple congolais. Il n’a pas realise la moitie de ses promesses, mais il fait de tout le pays un immense chantier! Il est determine a laisser le pays un peu mieux que quand il est arrive au pouvoir. Je suppose que c’est pour cela qu’il sollicite un deuxieme mandat.
    Il faut etre foncierement malhonnete pour declarer que Tshisekedi a fait pire en quatre ans que Kabila en dix-huit ans et Mobutu en trente deux ans! Quand on a rien de bon a dire, la decence exige qu’on se taise!

    1. @Binsonji E Madilu
      Monsieur, à mon avis, vous devriez vous taire. Vous, le premier. Parce que vous n’avez rien de bon à dire. Vous avez le droit de chanter, en esclave de la tradition que vous devez être, le tshilejelu mais vous n’avez aucun droit, AUCUN, de décider quand des citoyens libres doivent arrêter de s’exprimer. Oyoki ?
      Mais yo nani ? Tobanga pe yo ? Siaaaaa…

      1. En effet, l’arrogance de ce mec Binsonji Madilu n’a d’egal que l’intolerance de sa bande des Wewas-UDPS. Eux qui, il y a peu, terrorisaient et desacraient l’Eglise Catholique pour la simple raison d’avoir emis des critiques contre « Mulopwe Tshilejelu-de-Marbella », dont l’insouciance vis a vis la misere du « Peuple d’abord » en Provinces n’est plus a demontrer.

      2. @Jo Bongos. Je n’ai absolument aucune intention d’engager une quelconque polemique avec vous! Je n’y gagnerai rien, et vous n’y gagnerez rien non plus! La RDC n’y gagnerait absolument rien! Les mots ont une valence, et vous devriez les peser avant de les utiliser. Je ne suis l’esclave de qui que ce soit et de quoi que ce soit! Je ne contribue pas sur cet espace pour effrayer qui que ce soit. Quand a la question ‘mais yo nani?’ Vous connaissez deja la reponse! Je n’ai pas envie de la repeter! Merci!

  14. Je m’arrête là, je réalise que presqu’à mon corps défendant j’ai beaucoup et suffisamment commenté le dossier Vidiye Tshimanga. Je me suis répété et me repeterai. C’est dire combien le cas m’a préoccupé, sans doute parce qu’il confirme de façon implacable ce que plusieurs avons toujours dit : le royaume de mulopwe Tshisekedi est structurellement pourri et interdit à réussir pour cause de négligence coupable, d’ignorance crasse, de lubricité, de clientélisme régionaliste… de ses animateurs dont le premier d’entre eux Tshisekedi. Et par dessus le marché il y a à n’en point douter un défaut manifeste d’exemplarité ; un poisson pourrit par la tête, dit-on, un système ne peut non plus performer sans exemplarité au sommet, ce qui est encore le cas chez nous, malheureusement. Changera-t-il de fusil d’épaule, c’est notre ardent souhait…
    En attendant, le cas Vidye Tshimanga est l’incarnation même de notre mal-gouvernance actuelle, un concentré de l’arbitraire multivoque assassin en cours qui ruine les chances du pays ; voilà pourquoi sans doute ce dossier Tshimanga m’a tant inspiré mais qu’attendre de plus, de concret de mes(nos) indignations? Une autre paire de manches, on en reparlera…
    Ailleurs ne perdons pas de vue le grand intérêt que représente pour les politiques et le reste de la population l’horizon électoral 2023, un marché très ‘couru’ mais combien capital pour le pays. C’est dans ce sens que l’on voit comme le nez sur le visage le soin qu’a pris notre mulopwe à verrouiller les institutions, les réseaux financiers et sécuritaires du pays. Et Tshimanga est un pion essentiel sur cet échiquier. Comment le contrer ? Certains dans l’opposition et la société civile s’y attèlent, osons espérer qu’ils arriveront à quelque résultat.
    Moi je me console naïvement en me disant que l’avenir réserve des surprises même à ceux qui lisent sur les tables et que toutes ces bonnes gens ont de quoi se méfier de leurs stratagèmes bien pensés : si Vidiye Tshimanga l’arbre vermoulu qui cachait la forêt du chaos, mboka ekufa, qu’est devenu encore plus sous Tshisekedi hélas notre pays est en train de tomber pourquoi pas d’autres scandales enfouis des autres complices du pouvoir en place qui le couvrent ne vont-ils pas eux aussi sortir demain de terre pour la grande vérité ultime. Certes le mal est profond, la mafia plus implantée, même l’Onu avoue son impuissance par la voix de son SG mais quelle bonne nouvelle ça ferait que de connaître tous les dessous du complot ambiant ?
    Question alors : arriverons-nous à bien exploiter l’éventuelle capture de Tshimanga et de ces complices de débauche ? Voilà où nous aussi risquons d’échouer ; dans tous les cas moi je n’arrêterai pas tout à fait de commenter ; qui sait sans savoir exactement comment mes bafouilles contribueront à l’éclatement salutaire du complot ambiant.
    Sans rancune…

  15. Je vais encore me répéter mais cette fois pour me justifier à l’avance. Je rassure ceux qui croiraient le contraire : jamais personnellement je ne critique Tshisekedi parce que c’est lui mais en fonction de ce qu’il fait (mal). J’ai été sur ce site l’un des premiers sinon le premier à appeler à sauver le soldat Tshisekedi. Hélas il m’a beaucoup déçu par la suite : beaucoup de faux pas dans divers secteurs, des promesses non tenues, quasi absence de bonnes réalisations. Je ne crois pas être aussi dérangé pour me satisfaire de mauvaises nouvelles du pays ou de nier les bonnes nouvelles parce que sous Tshisekedi. A force de cécité volontaire devant a réalité des faits on en arrive à Vidiye Tshimanga et même à Kabunda qui donnent raison à nos craintes, qui confirment nos reproches. Voilà…

  16. Après qu’on l’ait laissé jouer le beau rôle en démissionnant de lui-même, alors qu’on aurait du le révoquer illico, voilà Vidiye Tshimanga convoqué aujourd’hui par la justice…
    Le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe l’a invité à se présenter à son siège pour une communication le concernant mais on s’imagine bien que cela est en rapport avec les soupçons de corruption, de trafic d’influence; des retro-commissions – qui sont des chefs d’accusation valides -, irrigant ses propos sur sa fameuse vidéo. A noter que le Cabinet du PR s’était fendu d’un communiqué où il déclamait un blablabla habituel, « la défense de l’intérêt général, le respect strict de la loi et la promotion de l’État de droit sont au cœur de la vision du PR pour édifier une justice profitable à tous les Congolais ; cela au prix de l’exigence d’exemplarité de la part de chaque Congolais à commencer par ceux qui dirigent le pays ». Sommes-nous maintenant devant les actes qui confirment ces ‘généreux’ principes ? Encore faut-il qu’une enquête fouillée et crédible soit pratiquée sur Tshimanga et d’autres du Cabinet tant est si bien que sa forfaiture ressort d’un contexte où l’entourage du PR est gangrené par les mêmes vices.

  17. @Jacquenry. Ceux qui me connaissent vous diront que l’intolerance n’est pas pour moi une valeur! Ils vous diront aussi que je respecte tout le monde, et je reconnais a tout le monde le droit d’etre en desaccord avec moi. Je n’ai pas de bande de wewas. Je ne suis pas militant de l’UDPS. Je salue ce qu’il faut saluer et je condamne ce qu’il faut condamner. Si vous chercher quelqu’un avec qui engager une polemique, vous vous etes trompes de porte. Sans rancune!

  18. UNE AUTRE NOUVELLE DÉCOUVERTE PAS AGRÉABLE ? NOUS APPRENONS QUE LE GÉNÉRAL PHILÉMON YAV, COMMANDANT DE LA TROISIÈME ZONE DE DÉFENSE (ITURI, NORD-KIVU, TSHOPO, MANIEMA) ET DES OPÉRATIONS CONTRE LES GROUPES ARMÉS DONT LE M23 EST AUX ARRÊTS ALORS QUE LE PR EST A WASHINGTON A L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU.
    Pas de motif publiquement déclaré mais des soupçons de haute trahison et de tentative de coup d’État.
    Ailleurs on l’accuse plus clairement de « trahison et intelligence avec une puissance étrangère », sans nommer celle-ci. En sait-ton davantage lorsqu’on nous raconte que l’officier qui est déjà en détention à Makala aurait été constamment en communication avec le général rwandais Kabarebe, conseiller spécial en matière de sécurité de Kagame ? Il aurait aussi cassé sa carte SIM pour brouiller toute traçabilité. Une piste plus propice lorsqu’on sait que son champ d’action concernait justement le M23 et qu’il avait aussi été épinglé en 2007 dans un rapport du groupe d’experts de l’ONU pour soupçons d’avoir remis des armes aux rebelles rwandais (FDLR) ? Autre broutille dans son CV : il est soupçonné d’avoir empoisonné le général Ghislain Tshinkobo, chef de l’armée pour le Nord-Kivu, dont la mort mi-août avait été considérée dans un premier temps comme consécutive à une crise cardiaque
    Paradoxalement le le général katangais proche de ‘JK’ avait été justement placé au commandement des opérations militaires en remplacement du général Ndima pour raisons d’efficacité et de coordination dans ces régions sous état de siège. Attendons la suite…

Comments are closed.

Previous post Communiqué nécrologique
Next post Conférence internationale sur la paix en RDC (KOPAX): intervention de Viktor Rousseau