Reconnaissance et pardon au Major André Mpika et autres!

Bamba di Lelo
Bamba di Lelo

J’ai choisi ce moment précis pour m’accorder un temps de méditation, de réflexion, d’introspection et de reconnaissance de soi, exercice pourtant difficile, mais, ô combien utile et libérateur, en pareille circonstance, qui m’aidera, c’est mon souhait, à me remettre constamment en question, afin de changer certains aspects du fonctionnement de mon engagement socio-politique, et d’être véritablement et constamment au diapason du monde du réel d’aujourd’hui! Ce qui, par la suite, m’évitera, une fois de plus, de tomber dans un « carcan » et dans un océan d’incompréhension, de mépris, et de mensonges, difficilement acceptables pour un analyste politique critique, par ailleurs un intellectuel, diplômé d’Université catholique de Louvain.

Ravisé et confus, je tiens donc, à travers cette tribune, à m’excuser et à demander pardon au compatriote et frère du terroir, le Major André Mpika, pour avoir cité, injustement, et avoir mêlé son prestigieux nom, son mythe et sa légende, dans mes prises de position récurrentes, concernant la disparition et la mort annoncée de l’Honorable Ne Muanda Nsemi, un des notables Ne Kongo, que j’admire et apprécie beaucoup, pour sa brillante intelligence, son parler vrai et dont la réputation et le prestige, a, sans exagération, dépassé les bornes de nos frontières nationales!

De même, dans le même ordre d’esprit, je présente mes excuses et demande également pardon au Professeur Fweley Diangitukwa, et à Madame Thérèse Nlandu, et à tous ceux de leur groupe, membres de la diaspora, qui s’étaient distancés des propos de Ne Muanda Nsemi, en signant une déclaration commune pour des raisons qui leur semblaient fort évidentes à l’époque des faits.

En fin de compte, je présente mes excuses et je demande également pardon à tous les Notables Ne Kongo de l’intérieur du pays, sans doute blessés par mes accusations à travers la presse et que j’avais cités indûment, alors que Monsieur Joseph Sita, Directeur de Cabinet de Bundu dia Mayala, m’avait rassuré, bien qu’en retard, et par téléphone, me disant que l’Honorable Ne Muanda Nsemi était vivant et qu’il allait réapparaître, le moment venu!

Tout cela étant, aujourd’hui, je semble encore dubitatif, malgré l’évidence et donc je ne sais, si mes quelques mots choisis pourront suffire pour passer l’éponge, tourner la page, et accepter mon regret sincère pour le désagrément et le tort moral que j’aurais pu causer à d’illustres personnalités citées de bonne foi, mais dans une parfaite ignorance, hélas!

Mon Major et cher frère,

Je ne saurais conclure ce petit mot sans vous signaler que, si en son temps, j’avais écrit mes articles sur Ne Muanda Nsemi, dans un esprit partisan, je mériterais d’être accusé aujourd’hui de malhonnêteté, avec le risque d’être rangé parmi les hommes qui n’ont pas de bonne philosophie de vie, et, in fine, d’être mis dans la catégorie des hommes sans morale ni éthique, des individus qui ne sont pas des hommes d’honneur.

Quant à moi, Bamba di Lelo, en mon âme et conscience, je vous affirme pourtant que je fais tout ce qui est possible pour rester un homme d’honneur, notamment, lorsque j’écris mes articles! Voilà pourquoi je ne me considère pas comme m’inscrivant dans le registre de la partie
du « mensonge », et encore moins, dans le monde de la « manipulation ». Je me fais au contraire, en tout temps, un devoir d’être aussi objectif que possible!

Dans les enquêtes que l’on fait, et que je fais, il peut arriver qu’on se trompe, sans pour autant, parler de mensonge, car il s’agit d’analyse à partir des seules données disponibles, brutes, de l’instant. Concrètement, et si, par curiosité intellectuelle, on se donne la peine de relire mon dernier article et même mes articles antérieurs, et si l’on garde la liberté d’esprit, on pourra vite admettre qu’il n’y a pas à confondre un homme d’honneur qui ne ment pas, avec le même homme, qui serait un homme d’honneur, mais pouvant être un homme susceptible d’erreur! J’ai fait d’ailleurs remarquer ma méprise dans les deux contextes de prise de paroles, d’une part celui de la diaspora, et des autres frères et sœurs de l’intérieur, d’autre part, celui de la messe noire de Mbanza-Ngungu.

A chacune et chacun de mes compatriotes, je rappelle que dans la vie courante, j’ai toujours opté pour le principe suivant: Ne cause pas aux autres des problèmes, et ne rends la vie insupportable à personne, par le pouvoir ou à cause de ta position. Parce que, si tu le fais, ils deviendront ton principal problème.

Mon Major, et chers compatriotes,

Je m’arrête ici, en vous réitérant mes excuses et ma demande de pardon. Que Dieu, créateur du ciel et de la terre, nous entende pour l’harmonie des rapports fraternels! A tous et à toutes, je souhaite la paix profonde!

 

Bamba di Lelo – Docteur en Sciences politiques de l’UCL, Analyste des Questions politiques du Congo – E.mail : jbadil@hotmail.be

20 thoughts on “Reconnaissance et pardon au Major André Mpika et autres!

  1. A Bamba di Lelo,
    Excellente idée de vous exprimer de cette manière. La spontanéité me paraît bien élégante. C’est cette action si simple mais riche en enseignement. C’est celà la grandeurs d’un homme sage et intelligent.. Je vous réserve tout mon appui, mes respects, ma considération, bref, mes sentiments de profonde amitié !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  2. Sincèrement, je suis flatté par cette attitude du Professeur Bamba di Lelo qui reconnait les limites de ses prétentions. Rare évidement sont celles et ceux, femmes et hommes capables de faire un mea culpa, face une évidence et où un mauvais un jugement porté sur une situation donnée, du genre de celle de la disparition de Ne Muanda Nsemi, que Bamba di Lelo a amplifié de bonne foi, peut être, pour obtenir soit la libération, soit encore la cadavre de l’illustre fugitif. Combattant infatigable, le Professeur Bamba di Lelo mérite notre attention.
    Asumba na Nganda

  3. Mpangi Bamba,
    Utile exercice d’excuses et de remise en question, tant mieux, dirais-je.
    Personnellement j’avais fait part de mes doutes ici lorsque vous nous assuriez de la mort presque certaine de Ne Muanda Nsemi parce qu’en plus je m’étais informé auprès de certains frères Ne Kongo de l’intérieur et de la diaspora cités faire partie d’une conspiration qui l’aurait vendu à la mort que je connais. Tous m’avaient alors d’abord assuré qu’ils n’avaient participé à aucune messe noire qui l’envoyait à la guillotine auprès de ‘JK’, ensuite que s’ils ne connaissaient pas son lieu de cache, ils étaient quasiment sûrs qu’il était vivant et enfin il n’y a jamais eu une messe noire contre lui mais une prise de distance avec ses prises de position trop radicales où il engageait tous les Ne Kongo.
    Il vous reste donc, Mfumu Bamba, à relativiser expressément le contenu de cette fameuse « messe noire » tenue à Mbanza Ngungu que vous continuez à évoquer.
    J’aurais souhaité qu’au même moment certains frères qui n’avaient pas ménagé certains comme nous qui doutaient de certains contenus émis dans ou autour des articles de Bamba s’amendent d’une façon ou d’une autre…

  4. Mr di Lelo, c’est tout à votre honneur de reconnaître avec sincérité le tort que vous avez pu causé à autrui. Pour avoir été l’un de ceux qui ont critiqué vos prises de positions concernant Ne Mwanda Nsemi, je préfère tourner la page. Universitaires, nous avons l’obligation d’aiguillonner, d’orienter et finalement éduquer nos concitoyens par nos prises de positions. Votre honnêteté intellectuelle est une marque d’intégrité. Pour ce qui des discours régionalistes et séparatistes de Ne Mwanda Nsemi, j’ai la conviction qu’en homme intelligent qu’il est, il comprendra que la force de ce grand pays qui nous été légué par nos ancêtres réside dans son unité; Kimbagu, Lumumba, Kasavubu n’ont pas dit autre chose. Ils ont sacrifier leur jeunesse pour cet idéal. Comme vous l’avez si bien dit avec d’autres mots: l’erreur est humaine. Mes salutations fraternelles et patriotiques.

  5. Mbuta,
    Peut être votre interpellation a permis d’éviter que malheur ne vienne à Ne N’Longi. Il est là, mais le mystère reste intact. Prisonnier ou Fugitif?
    Lui seul sait.
    Une faute avouée…. Ingeta!

  6. A Elombe,
    Je viens de parcourir avec un intérêt particulier votre brillante réaction et je m’empresse de vous saluer et par la même occasion vous présenter mes vives félicitations. Vous êtes certes un homme de grande qualité. Car, souvent je lis vos multiples réactions dans cette tribune. Elles sont toutes réfléchies et à aucune circonstance vous vous êtes écarté de votre fil conducteur. Le Dr. Bamba di Lelo a prouvé qu’il est instruit et bien éduqué en s’excusant et en se remettant en question auprès des personnalités qu’il aurait offusqué. On doit toutefois retenir que son action était aussi bénéfique dans la mesure où toute l’attention de nos concitoyens était focalisée sur cette ténébreuse affaire de disparition de Ne Muanda Nsemi que ses adeptes fanatiques clamaient, à tort où à
    raison, que ce dernier s’était transformé en esprit, divaguant dans le monde invisible. !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  7. Bel exemple d’humilité, d’intégrité et de grandeur d’âme. On peut maintenant tourner la page et nous concentrer sur notre but commun, celui d’un Congo meilleur.

  8. Magnifique, Mbuta Bamba-di-Lelo. Vous êtes à la hauteur de votre élevation spirituelle et intellectuelle. Vous venez d’éléver le débat dans la communauté congolaise en reconnaissant votre erreur de jugement. Voici un vrai intellectuel qui sait se remettre en question. Cela élève l’homme. « Errare humanum est ». Nous devons donc aller de l’avant. Je suis convaincu que vos messages d’alerte étaient des coups de massue vis-à-vis du régime sanguinaire de Kinshasa qui l’avaient dissuadé de ne pas toucher à la vie de Nlongi ya Kongo, Ne Mwanda Nsemi. Coup de chapeau, Mr Bamba-di-Lelo.

  9. Monsieur Bamba,
    Le droit pénal punit non seulement les attaques aux biens juridiques, mais aussi à la mise en danger des précités biens juridiques. Il m’est étonnant et surprenant que vous ayez maintenant de douces paroles et de l’exaltation envers des personnes qui avec dol, ont réalisé tous les éléments typiques d’un délit consommé d’incitation à l’homicide et à l’assassinat. Qu’aujourd’hui, le résultat projeté par l’association de malfaiteurs, de mort ou au moins d’un dommage à Ne Muanda Nsemion ne se soit pas accompli, cela ne soustrait en rien la culpabilité et le reproche de l’action dont le résultat reste au moins dans la sphère de la tentative. Je crois qu’avec pareilles incohérences, difficilement arriverons ài construire cette société juste et sûre à laquelle nous aspirons.

  10. Double ingeta. J’apprécie beaucoup un tel exercice intellectuel cher Docteur Bamba di Lelo. Bravo, bravo, car celui qui se rabaisse sera élevé nous renseigne une certaine sagesse « bantou » ! Vous êtes certes un héros de l’ombre. Car qu’on l’accepte où pas je vous certifie que vos vociférations ont empêché la kabilie d’aller au bout de leur logique : assassiner le Grand Maître Ne Muanda Nsemi pour me semble t il  » outrage  » au Chef de l’ État et ce, sans aucun témoin à charge.

  11. Chers Compatriotes,
    Notre Compatriote « Bamba di Lelo » mérite des fleurs. Non pas parce qu’il est Saint ou plus diable que moi. Mais c’est parce qu’il montre clairement l’attitude que chacun de nous devrait avoir lorsqu’il se trompe. Car l’erreur est humaine et lorsque l’on reconnaît ses erreurs on est sur la voie de l’apaisement social avec les personnes lésées et on sait créer de l’harmonie et la sérénité pour envisager de façon sérieuse l’avenir du pays. Cher « Bamba-di-Lelo », chapeau. Mon père m’a appris que lorsque quelqu’un a reconnu ses erreurs et qu’il est par terre, on a le devoir de lui tendre la main et de le relever, car, tous, nous courrons le danger de nous tromper. Ne peuvent se tromper, ceux qui ne parlent pas ou ne font rien. Toutefois, je dois reconnaître que la recherche de Ne Mwanda Nsemi était légitime. Et je crois que s’il fallait le refaire, vous le referiez et je vous soutiendrais. Je souhaite aussi que notre frère lésé pourra vous pardonner cette erreur que vous reconnaissez. Chez moi, une faute avouée, n’est pas à moitié pardonnée, elle est pardonnée tout simplement, car, c’est la condition pour pouvoir évoluer.. Vous prêchez par l’exemple et je crois que nous devrions tous vous suivre sur cette voie. Que Dieu nous vienne en aide.

  12. A mamale
    Que veux– tu dire exactement ? Tu as une idée macabre en tête, mais que tu n’arrives pas à extérioriser facilement par manque d’arguments et d’expertise suffisante en Droit pénal. C’est fort probable, mais en quoi l’intervention de notre compatriote Bamba di Lelo porte t-elle entorse à la construction d’une société solidaire et unifiée ? Si vous avez une carence intellectuelle à l’instant présent, autant de ne pas prendre langue avec des personnalités affranchies, celles donc qui n’ont pas votre niveau, et je vous invite donc, de vous écarter dans le cercle de débats qui dépassent de loin vos faibles connaissances et capacités intellectuelles. Le Dr. Bamba di Lelo s’est bien exprimé dans cette tribune, et je crois en âme et conscience que ce dernier mérite des excuses et un pardon appuyé. A moins d’être démoniaque de la trempe de « mamale » qui cherche à régler ses comptes personnels avec Bamba di Lelo. qui d’ailleurs, n’est pas né de la petite pluie. !

    1. Cher Mastaki,
      Je salue votre franchise de n’avoir rien compris de mes propos. Votre intervrention ne s’introduit-elle pas par votre interrogation à ma personne sur « ce que je veux dire exactement ».
      Veuillez-vous en assurer, le compatriote Bamba réunit toutes les capacités de comprendre et d’adhérer à ma réflexion.
      Figurez-vous enfin que par une échange en ligne, il m’est difficile de simplifier les termes et d’user des moyens alternatifs de langage (langage gestuel, croquis,…) pour vous imprégner des notions fondamentales de Droit Pénal.

    2. TRES BEIN DIT CHER MASTAKI. VOILA QUI EDUQUERA (EN COURS DE BONNE CONDUITE) ET CLOUERA AU MUR CE NULLARD DE « MAMALE ».

      1. @Alidor Semayote
        Notre frère Mamale a le droit d’exprimer son opinion sur un sujet qui intéresse les congolais. Vous, espèce de rwandais, de quoi vous mêlez -vous ?
        Kende ko nika na rwanda !

  13. Cher compatriote Elili,
    Votre plaidoyer est extrêmement important., car, du moins, vous indiquer de manière magistrale, le grand travail abattu par le Dr. Bamba di Lelo dans la course poursuite de ne Muanda Nsemi par Joseph Kabila, un criminel reconnu, qui tenait absolument de liquider Nlongia kongp pour outrage à sa personne. Cette intervention me paraît bien utile. J’en conviens avec vous camarade Elili que le Dr. Bamba di Lelo a prouvé à la face du monde entier qu’il serait prêt à mourir pour défendre les plus vulnérables de sa société. N’est-ce pas que Bamba di Lelo a fait couler beaucoup d’encre dans l’affaire qui opposait Diomi Ndongala au gouvernement congolais sous le régime précédent ? De même, il a dénoncé avec véhémence l’arrestation d’Ewanga, de maman Thérèse Nlandu, et tout récemment celle du colonel Tshibangu enlevé et detenu dans des conditions inhumaines et insupportables. Bref, mbuta Bamba di Lelo mérite nos encouragements, notre gratiitude, et également notre profonde reconnaissance !
    J’ai dit !
    Kolomboka

    .

  14. [« Et l’humilité précède la gloire » ou « Et l’abaissement va devant la gloire  » ou encore « Et l’humilité va devant la gloire », il y a aussi « Et avant la gloire il y a l’humilité » et « Face à la gloire, l’humilité » Proverbes 15 : 33]… Ainsi soit-il… Ingeta

  15. L’humilité précède la gloire nous renseigne la sagesse. Vous avez été très humble Professeur Bamba di Lelo dans la correspondance que vous venez d’adresser au Major André Mpika et consorts. C’est un message sublime que je garde dans mon tiroir et vais devoir le préserver pour l’histoire . Aucune observation particulière à faire ! Toutes les bénédictions Bamba di Lelo et merci infiniment pour nous avoir tenu en haleine pendant deuxannées consécutives

  16. Nous ne sommes pas ne-Kongo de sang mais nous le sommes par alliance comme congolais. Ainsi nous disons : Cher Monsieur Bamba di Lelo, votre geste repris ci-dessus reflète la noblesse et l’honnêteté que nous recherchons tous avec force dans le Congo de demain où celui qu’on lèguera aux gosses. ( The Congo we long for ). Nous espérons que ce geste sera apprécié par les destinataires à sa juste valeur au delà du cercle concerné. Quality.
    Merci de cette fraîcheur .
    Jules Kitoy

Comments are closed.