Elections du 30/12 au Congo-Kin: Un poto-poto annonciateur d’une « fraude historique »

Institution permanente d’appui à la démocratie, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a démontré dimanche 30 décembre 2018 qu’elle avait encore besoin de « rodage » pour organiser des élections dignes des standards internationaux. Rarement, le désordre n’a été si bien organisé. Dimanche soir, quatre mots revenaient sans cesse pour décrire les opérations électorales aux quatre coins du Congo (mal nommé) démocratique: couacs, dysfonctionnements, fraudes, irrégularités. La liste est loin d’être exhaustive. Dans l’interview qu’il avait accordée au quotidien « Le Soir » daté du 1er décembre dernier, « Joseph Kabila » fanfaronnait en promettant « les meilleures élections que ce pays aura connues depuis 1959 ». La tentation est forte d’emprunter le titre du magazine cher à Eliezer Ntambwe: « Tokomi wapi? » Quid du résultat?

Selon divers témoignages, les opérations de vote se sont déroulées dans un « calme relatif ». La très officielle Agence congolaise de presse semblait pousser un « cocorico » en égrenant les contrées où le vote se serait passé « normalement et dans le calme ». Et que les bureaux de vote étaient ouverts dès 6h00. D’autres, entre 7h00 et 8h00. Citons quelques-uns: Kinshasa, Matadi (Kongo central), Lubumbashi (Haut Katanga), Kananga (Kasaï central), Lodja (Sankuru), Kamina (Haut Lomami), Kalemie (Tanganyika), Mbandaka (Equateur).

Corneille Nangaa (CENI)

Intervenant, dimanche, sur le média d’Etat « RTNC » (Radio-télévision nationale congolaise), Corneille Nangaa est resté égal à lui-même toujours obnubilé par ses certitudes. « Les machines à voter ont bien fonctionné », a déclaré le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

L’enthousiasme manifesté par Nangaa et l’ACP est tempéré par des médias internationaux grâce auxquels on a pu apprendre que certains bureaux de vote n’ont ouvert leurs portes que vers 14h00 au lieu de 6h00. D’autres, carrément à 17h30. Les listes électorales étaient incomplètes. Pire, des machines à voter ont connu des pannes de batteries. A Inongo, la machine à voter ne reconnaissait, semble-t-il, qu’un seul candidat à la présidentielle. Il s’agit de celui du FCC (Front commun pour le Congo), Emmanuel Ramazani Shadary.

LE CHANGEMENT

A Kinshasa, tout comme dans l’arrière-pays, les Congolais étaient venus en masse pour voter. Signe si besoin en était que la grande majorité des peuples de ce pays voudrait en finir avec dix-huit années cauchemardesques. « Nous voulons que la gouvernance de ce pays change », tonnait une électrice.

Les principaux candidats à la présidentielle en l’occurrence Martin Fayulu Madidi, Emmanuel Ramazani Shadary et Felix Tshisekedi Tshilombo ont accompli très tôt leur devoir. « A nous la victoire », s’est exclamé le candidat de la coalition politique « Cach » qui a, par ailleurs, déploré le « désordre organisé ». « C’est un grand jour pour moi. C’est un grand jour pour le Congo », a dit, pour sa part, le candidat de la coalition « Lamuka ». « Nous allons mettre fin à la dictature. Nous allons faire de ce pays quelque chose que vous n’allez pas reconnaître », a-t-il ajouté.

« Dauphin » du président hors mandat, Ramazani Shadary qui a bénéficié des moyens tant humains que matériels de l’Etat avait , comme à son habitude, l’air d’un étudiant qui sort d’un examen dont il connaissait à l’avance les questions et les réponses. « Je crois que la victoire est de mon côté. Dès ce soir, je serai déjà le nouveau Président », a-t-il proclamé. Un avis qui est loin d’être partagé dans les milieux de l’opposition. Ici, la conviction est forte que le « sprint final » se passerait entre « Fatshi » et « Mafa ».

« FRAUDE HISTORIQUE »

Dans la soirée, l’abbé Donatien Nsolé, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a publié les conclusions du rapport partiel rédigé par des observateurs de l’église catholique déployés aux quatre coins du pays. Ces observateurs seraient au nombre de 40.000.

On peut y lire notamment ce qui suit: le climat général du déroulement du vote a été relativement calme; la Ceni a fourni des efforts pour relancer les opérations de vote dans les bureaux de vote où elles ont été interrompues; les bureaux de vote ont relativement bien fonctionné; des opérations de vote ont été interrompues dans certains bureaux de vote à cause notamment du dysfonctionnement de la machine à voter; les membres des bureaux de vote et de dépouillement n’ont pas, au préalable, procédé au comptage des bulletins de vote dans certains bureaux de vote. Enfin, des observateurs et des témoins ont été exclus de certains bureaux de dépouillement.

Kabila / Shadary

L’expulsion des témoins de bureaux de dépouillement – ajoutée aux couacs, dysfonctionnements et irrégularités dénombrés par des observateurs – n’augure rien de bon. On peut gager que « Kabila » et ses hommes de main restent dans leur logique consistant à déclarer Ramazani Shadary, vainqueur de la présidentielle. 

Dans l’interview qu’il a accordée au quotidien français « Le Monde » daté du jeudi 28 décembre dernier, « Kabila » a estimé que son « dauphin » devrait l’emporter. Au motif qu’il est le seul postulant à avoir sillonné 24 provinces du pays sur les 26. Il s’agit apparemment de quelques « éléments de langage » élaborés par le « service d’études stratégiques » de la Présidence.

Coordonnateur général du FCC, Néhémie Mwilanya Wilondja a tenu les mêmes propos sur les ondes de RFI. Il en est de même de Barnabé Kikaya bin Karubi, conseiller diplomatique du Président hors mandat. Il est clair que « Kabila » refuse de regarder pour ne pas voir le rejet, par la grande majorité de la population, du « système » que lui et son dauphin incarnent. 

Ceux qui ont eu l’opportunité d’approcher « Kabila » ces dernières semaines, assurent que l’homme – qui a la haute main sur l’armée, la police et les services de renseignements civils et militaires – parait décidé à jouer son-va-tout pour faire « élire » Ramazani à la tête de l’Etat. Une belle occasion, pour lui, de continuer à diriger le pays par « procuration ». Une source bien informée d’ironiser – en paraphrasant « Kabila » – qu’il y a lieu de craindre l’organisation d’une « fraude historique que ce pays n’a jamais connue depuis 1959… »

Aux dernières nouvelles, on apprenait que quatre personnes, dont un policier, ont été tuées au Sud Kivu.

 

Baudouin Amba Wetshi

14 thoughts on “Elections du 30/12 au Congo-Kin: Un poto-poto annonciateur d’une « fraude historique »

  1. De ce simulacre d’élections, j’en tire quelques grandes lignes d’enseignements:

    – Le peuple congolais veut À TOUT PRIX en découdre avec le pouvoir d’occupation tutsi rwandais.

    – Celui-ci, c’est-à-dire, le pouvoir d’occupation n’est pas disposé à céder une seule petite parcelle de ce pouvoir. Cela peut se comprendre du fait qu’un certain pays, le Rwanda a fondé son fonctionnement sur le long terme sur le butin congo. Pour eux, céder aujourd’hui équivaudrait à mettre en péril leur existence même, tellement habitués sont-ils à de grands chiffres macroéconomiques sans gros effort. La pression internationale a fait que ce pouvoir d’occupation use du stratagème de placer une marionnette en qualité de « Président de la République ». A ce propos, ils ont soigneusement sélectionné en vue des élections, les traîtres idoines pour la labeur. De là, ce que les gens ne comprennent pas, c’est que rien du tout ne change que ce soit Fayulu, shadary ou Tshilombo qui soit porté formellement par les tutsis à la Présidence. Ces individus restent radicalement des traîtres qui ont vendu leur âme au profit des tutsis. Il n’est pas d’écarter que demain, Kanambe soit désigné par n’importe lequel desdits marionettes, Premier Ministre pour d’abord échapper au poids de la Justice Internationale et continuer ainsi matériellement à manipuler toutes les rênnes du gouvernement.

    Autre enseignement, à propos de la Résistence, c’est que le message de lutter pour en finir avec l’occupation tutsie se trouve bien encré en le congolais. Mais malheureusement, ce peuple se sent orphelin d’un leader dont il puisse suivre les consignes. Si l’on pousse plus loin l’analyse, je crois que c’est du côté de la direction de cette Résistence qu’il convient de chercher les raison de l’absence de synergie. A mon avis, la stratégie de compter sur des traîtres pour stopper l’occupation est mal payante. Ces individus se sentent à la fin incontournables et indispensables, à la fois qu’ils se confortent dans leur labeur de traîtres. Le résultat est que le peuple congolais déboussolé, accueuille les complices de ses bourreaux en messie.

    Si nous voulons bâtir un Congo prospère et stable, le poids du Droit ou du « correct » et de la loyauté dans le camp nationaliste n’a pas à attendre la libération effective de notre pays. Il est par conséquent inadmissible de trahir aujourd’hui pour simuler de se rétracter demain.

  2. UN DICTATEUR – ET VOYOU-SANGUINAIRE PAR SURCROIT – N’ORGANISE JAMAIS DES « ELECTIONS » POUR LES PERDRE. LA MISE EN SCENE DE LA COMEDIE « POUTINE-MEDELEYEV » VERSION RDC SE DEROULE.

  3. Il faut saluer le courage du vaillant peuple de Beni et Butembo qui a organisé ses propres élections , sans Nangaa, sans Ebola, sans l’imprimante savante.
    Ce chaos organisé présente un enseignement positif. A partir de maintenant, le monde entier a pu se rendre compte du niveau d’amateurisme de la racaille qui sert des béquilles aux colons rwandais. Personne ne pourra dire qu’on ne savait pas…
    Maintenant il leur reste deux choix :
    – Invalider le scrutin par la Cour constitutionnelle permettant ainsi un nième glissement de leur chef.
    – Proclamer Shadary président de la république élu. Je vous donne les résultats: 47 – 49 % des voix.
    Pour le reste, pfffffffff

  4. Chers Compatriotes,

    Je n’ose pas imaginer que tout un peuple puisse être naïf à ce point. Organiser les élections pour les perdre est quelque chose que je ne peux concevoir ni croire. L’opposition et ceux qui en sont les conseillers ont commis une erreur d’accepter d’aller aux élections dont étaient exclus systématiquement les observateurs internationaux. Un pouvoir qui refuse de l’aide, refuse que ceux qui accordent cette aide n’aient une demande légitime d’être des garants de la transparence en envoyant des observateurs sur place. Nous assistons maintenant à une démonstration de la capacité du pouvoir en place d’imaginer toutes sortes de stratégies pour se maintenir au pouvoir; tandis que l’opposition nous démontre son incompétence de s’unir. Pour preuves, le pouvoir a réussi à imposer la machine à voter et s’est mis à perturber le déroulement des élections dans le but d’imposer leur candidat. Les perturbations systématiques seront considérées comme quelques irrégularités sans importance pour remettre en cause la crédibilité de ces scrutins sans précédents parce que c’est la première fois que le président sortant ne se représente pas. Mais au lendemain de cette mascarade: Fayulu et l’Eglise catholique ont fait entendre leur son de cloche, et du côté de Fatshi, silence radio. Il serait logique de mon point de vue que l’opposition sorte une déclaration commune. Nous devons être conscients du fait que les élections de 2011 ont été gagnées par le perdant, et on nous a imposé un mandat de défi. Les élections de 2018 vont nous démontrer encore la possibilité du pouvoir de s’imposer son candidat. Une autre question s’impose. Quand nous parlons du peuple, de qui parlons-nous ? Ils sont combien ceux qui veulent s’engager à ce que le changement ait lieu pour que le pays se retrouve sur la voie de développement dans l’intérêt de la plus grande majorité de ses citoyens ? Que Dieu nous vienne en aide.

    1. ELILI@
      Muzito « mfumu mpa » a dit plusieures fois que l´histoire des élections concerne avant tout le peuple congolais. Si les congolais decident de se laisser « voler » l´élection, cette option n´est pas certaine. Ce que la determination des congolais qui ont été si nombreux á aller voter indique qu´ils attendent la « vérité des urnes » et vont être en première ligne pour livrer la bataille finale !
      Ce qui impressione est cette determination d´un si grand nombre des citoyens congolais dans toutes les villes et cités du Congo. Ces millions des congolais ne seront pas une cible facile á « traiter » en cas de contestation surtout quand les resultats annoncent une victoire ecrasante de Fayulu qu´eux même les électeurs chantaient en disant qu´ils vont l´élire « na nko » !

      ENSEIGNEMENTS D´UNE ELECTION ?

      > La meteo… Etrange cette decision d´organiser les élections pendant la saison des pluies.. Dans le futur, les congolais doivent certainement choisir le mois de juin ou juillet pour organiser les élections.

      > Vote électronique ? Une doute immense face á cette technologie qui n´a pas été á la hauteur. Pourquoi des pays qui possedent des solides infrastructures électroniques comme les pays Nordiques continuent-ils d´utilser le vote avec papier?
      Les congolais devraient se demander si cette technologie devrait figurer dans les prochaines élections.

      > Malu Malu « super star » En effet, cet prêtre même enseignant la´université ne possedait aucune experience ni formation specifique en matière d´organisation d´élection. Oui Malu Malu reste une réference dans sa capacité organisationnelle avec une logistique efficace et un sens d´organisation pratique lors des premières élections en RDC.
      Esperons que le changement á la tête de l´État va rendre possible l´identification des congolais. Ce que les cartes d´identité et un système informatique centralisé d´identification vont rendre les prochaines élections plus fiables.

  5. Arrêtons de souffler du chaud et du froid.
    La politique de la chaise vide est toujours condamnée. N’est-ce pas la communauté internationale était présente lors des deux précédentes élections ? Donc sa présence n’est en aucun cas un gage de garanti.
    Qu’est-ce que vous preconisiez si la population n’allait pas aux élections ? Puisque le pouvoir en place est capable de créer ses propres candidats.
    Donc, suivons la procédure et, la population tirera les conclusions qu’il faut si on lui vole son scrutin car, celle-ci est déterminée à en finir avec le pouvoir en place.
    Ce qui se passe actuellement en RDC ce n’est ni Fatshi, ni Mafa mais c’est le peuple.

  6. WOW! AU PAYS DE L’ONCLE SAM OU JE SUIS DEPUIS NOVEMBRE 2018, J’AI SUIVIS AVEC TOUTE ATTENTION LE DEROULEMENT D’ ERECTIONS, PARDON D’ELECTIONS DE NFOUATI.
    QUELLE HONTE!
    CE REGIME D’OCCUPANT VIENT ENCORE UNE FOIS HUMILIE LE GRAND KONGO A TRAVERS LES IMAGES TRANSMISES DANS LE MONDE ENTIER.
    ON A MIS LE PEUPLE KONGOLAIS AU RABAIS, CES INTELLECTUELS SORTIS DES PRESTIGIEUSES UNIVERSITES ETRANGERES ONT MONTRE LEUR NUDITE ET NUDITE INTELLECTULLE.
    INCROYABLE, DU JAMAIS VU. MEME AU BANGLADESH ET MADAGASCAR QUOIQU’IL Y A EU DES RUMEURS DES TRICHERIES, CELLES DU GRAND KONGRO DE KANAMBE HIPPOLYTE, LE FAMEUX DAUPHIN EMMANUEL SHADARY, ANDELE KIMBUTAWSKI LE GRAND BILL DES TOUS LES BANGUERS , RAMBERT MENDRE OMARANGA LE TCHAKOU , BOSHABOWSKI LE CONSTITUTIONALISTE , ANDELE ATUNDUSKI LE ROSSIGNOL ET J’EN PASSE ONT MONTRE QU’ILS NE SONT QU’UNE BANDE DES VOLEURS, DES PIRATES EN MER DOUCE DONT LE BIG BOSS EST LE MTOTO WA TANZANIA AVEC SON OEIL GAUCHE BANDE DANS UNE ETOFFE EN NOIR ET L’OEIL DROIT ENCORE INTACTE LUI PERMETTANT AVEC SA JUMELLE DE FORTUNE VOIR DE TRES LOIN LES MOUVEMENTS DES PAQUEBOTS DONT L’ASSAUT FINAL EST LE BRAQUAGE DES PAUVRES PASSAGERS DU PAQUEBOT  » MS LAMUKA « . HABITUES A LA TRICHERIE ET MENSONGES, CETTE FOIS LES VAILLANTS PEUPLES LES PRIS LES MAINS DANS LE SAC. FINIT LE KIMOYIBI, MENSONGES ET TRICHERIE, DOCTRINE POLITIQUE DE FCC, PPRD, MP , UNC DE BIG CHIEF VITALO KAMEHREON.
    KIADI KIBENI POUR CETTE COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET REGIONALE UA, SADC QUI NE REAGISSENT JAMAIS SUR LA SITUATION MISERABLE DE LA POLITIQUE KONGOLAISE DES TRUANDS FAUX LEADERS KONGOLAIS DE LA KABILIE, LA FACON QU’ILS ONT CONDUIT CE GRAND PAYS TRES TRES RICHE EN SOL, SOUS-SOL ET EN RESOURCES HUMAINES EN BANQUEROUTE.
    OU SONT CEUX LEADERS POLITIQUES DE DIMENSION INTERNATIONALE, DONNEURS DES LECONS LESQUELS AVAIENT DEROBE LA VRAIE VICTOIRE DE LAURENT GBAGBO JETE PAR INJUSTICE A LA CPI POUR SATISFAIRE LEUR PION ET MARIONNETTE ALASSANE WATTARA ?
    NOUS SAVIONS TOUS QUE POUR LE CAS DU GRAND KONGO A CHAQUEFOIS QUE CA SOIT FOSSES COMMUNES, EMPRISONNEMENTS, PILLAGES, TUERIES, DES MAMANS ET SOEURS VIOLEES, ILS REPONDENT TOUJOURS EN CHOEUR  » BETO ZABA VE « . VRAIMENT  » BENO ZABA VE, BENO KANGA MESO NABENO  » MEME LORQU’ON CES CRAPULEUX CRIMINELS EGORGENT LES HAUTS FONCTIONNAIRES DE L’ONU, BENO ZABA VE? DANS QUELLE PLANETE VIT CETTE COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET RGIONALE? MARS, LUNE OU SOLEIL? OU SONT AUSSI LES NOKO BELGES QUI SONT LES MALHEURS DE NOTRE PAYS EN IMPOSANT AUX KONGOLAIS L’IMPOSTEUR PAR LE SLOGAN:  » VOILA L’HOMME QU’IL FAUT POUR REDRESSER LE GRAND KONGO  » ? CE GENIE HOMME LA EST BEL BIEN HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA EN CONNIVENCE AVEC LES TRAITRES KONGOLAIS.
    QUE CETTE POIGNEE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE EN PRINCIPE LES DEUX ANCIENS PAYS COLONISATEURS AILLENT PRETER MAINS FORTES A LEUR MARIONNETTE EN TRICHANT LES RESULTAT DES URNES? LE PAYS DE L’ONCLE SAM LES ATTENDS DE PIED FERME, CAR LE PAYS DE L’ONCLE SAM A BIEN COMPRIS TOUTES LES MANIGANCES ORCHESTREES PAR LES ANCIENS MAITRES COLONISATEURS DU GRAND KONGO. NOW, THE WINNER, IS KONGOLESE PEOPLE. THE VICTORY OF KONGOLESE. LES VAILLANTS ET PATRIOTES KONGOLAIS ONT FAIT UN TRAVAIL DE SAPE ET CETTE FOIS CE TRAVAIL A APPORTE DE BONS FRUITS AUX TOUS LES KONGOLAIS QUI VEULENT LE CHANGEMENT.
    GARE A NANGAA ET LA KABILIE DE ROUSPECTER! CETTE FOIS-CI ILS SERONT CAPTURES PAR LES YANKEES ET EMMENES A LA BAGNE AUX USA COMME CE KIMPUMBULU CHEF DE L’ETAT DU PANAMA NORGIERRA.
    PEUPLE KONGOLAIS, LA KABILIE EST AUX ABOITS ET SONT PRETS A PRENDRE LA POUDRE D’ESCAMPETTE. SOYONS VIGILANTS, ILS COMMENCENT DEJA A QUITTER MALEMBE MALEMBE KISASA LA CAPITALE DESTINATION INCONNUE. WAYA SOIT QU’ILS AILLENT SE REFUGER AU PAYS DES MILLES COLLINES, NOUS AURONS LEUR PEAU, ILS NE VONT PAS QUITTER LE PAYS QU’ILS ONT BIEN PILLES PAR UN SIMPLE AUREVOIR, BOMONA MAKAMBO YA NDENGE BOYE WAPI? SEULEMENT AUREVOIR KONGO POUR VOUS LES CRIMINELS LA KABILIE? NON, NO, NEIN, NIET, APANA, BOMONA MAKAMBO YA NDENGE BOYE WAPI?
    OEIL POUR OEIL, DENT POUR DENT! PAS DE PARDON AUX CRIMINELS! ILS DOIVENT REPONDRE A LEURS CRIMES DEVANT LE TRIBUNAL DU PEUPLE.
    CHERS COMPATRIOTES, DE TOUTES LES FACONS SOYONS VIGILENTS ET PREPARONS-NOUS AU PLAN B DU NOM  » SOULEVEMENT POPULAIRE  » POUR DEBOUTER TOUS LES OCCUPANTS ET COLLABOS.
    LA PEUR VIENT DE CHANGER DE CAMP, C’EST CE QU’ON APPELLE LA DIALECTIQUE, CE QUE LA KABILIE A TOUJOURS IGNOREE.
    KIBUTI, WA NKASI, NTEKOLO, BA MAMA, BA TATA, KANGA NZILA KU BAKOTILANGA, KANGA NZILA KU BATINANGA. LUZIBULA MESO JUSQUE LA SITUATION SOIT CLAIRE ET JUSQUE LA VICTOIRE FINALE!
    VIVE LE GRAND KONGO! VIVA, VIVA! VIVE LE VAILLANT PEUPLE DE BENI, BUTEMBO, YUMBI , CES FRERES ET SOEURS ONT MONTRE AUX YEUX DU MONDE QU’ILS SONT PLUS SAGES ET INTELLIGENTS QUE CE TRAITRE, GARCON DE COURSE CORNEILLE NANGAA. QUE CE DERNIER AILLE DANS LE SOUS-MARIN BATTANT PAVILLON  » KINGAKATI  » POUR FALSIFIER LES RESULTATS DES URINES, JE VOUS ASSURE CE KIMPUMBULU DE CORNEILLE NANGAA VA SOMBRE AVEC SON SOUS-MARIN EN SOUS DE L’EAU ET SON CORPS SERA BOUFFE PAR DES REQUINS AFFAMES DEPUIS PLUSIEURS LESQUELS ATTENDENT CETTE OCCASION GRATUITE DE LA BOUFFE DE LA CHAIR NANGAA QUOI!
    CHOSE CURIEUSE POUR CETTE COMMUNAUTE INTERNATIONALE EST QU’ICI EN EUROPE, USA ET PARTOUT ON NE DISCRIMINE PAS LES MALADES VOIRE MEME LES SIDAXES ( LES MALADES DU SIDA  » DOIVENT PARTICIPER A LA VIE COURANTE COMME N’IMPORTE QUEL CITOYEN. AU GRAND KONGO C’EST INTERDIT, ALORS DANS LE RESTE DU MONDE C’EST PERMIS. CETTE MEME KABILIE VOULAIT MEME INTERDIRE LES HOMOS, LESBIENNES, LES INFIRMESET MALADES DE MAUX DE TETE A PARTICIPER AUX ELECTIONS CHERCHANT LES MOTIFS POUR LE REPORT DES ELECTIONS.
    LA KABILIE KALA YI NGANU YI TECHNIQUE VE, FAUX CALCUL! BOSUKI EH! DEMAIN LE DAUPHIN DE KANAMBE SHADARY DIRA OUVERTMENT A SON MAITRE HIPPOLYTE KANAMBE QU’IL L’A ROULE DANS LA FARINE. SHADARY TO KOSUKA WAPI PAPA! PAPA KANAMBE OKASAKI NGAI NA MAKAMBO NABINO YA YA KONIOKORA BA KONGORAIS PE BIROBA ROBA NABINO EZANGA MAKORO PE MOKIRA!
    KIADI KIBENI!
    A BAS LES COLLABOS! CHAQUE CHOSE A SA FIN OH!
    BONNE ANNEE A CIC ET A TOUS LES KONGOLAIS QUI LUTTENT POUR LA LIBERATION DE LEUR PAYS.
    INGETA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. Un seul constat : L’ ANARCHIE ! Ceci est ancrée dans la culture de certains peuplades de ce pays et qu ils ont érigé en mode de gouvernance . Nous ne sommes pas sorti de l’ auberge et sommes la risée de la planète entière . Je me demande si ces gens n’ ont pas honte lorsqu’ ils rencontrent leurs homologues étranger . Nos parents nous ont toujours dit que nous certains trouvent cela normal et ignorent ce que c’ est la honte .

  8. @ COMPATRIOTE GHOST!
    VOUS ME FAITES RIRE A LA FOLIE QUOI. SAVEZ-VOUS POURQUOI LA KABILIE AU LIEU DU 23 DECEMBRE 2018 A CETTE FOIS REPORTE LES ELECTIONS AU 30 DECEMBRE 2018?
    NON! MON CHER COMPATRIOTE GERMAIN ! DITES-NOUS COMPATRIOTE GERMAIN TOUTE LA VERITE DANS CETTE AFFAIRE DE REPORT D’ELECTIONS.
    1. TOUT D’ABORD LE TRAITRE CORNEILLE NANGAA AVAIT RECU LE CONSIGNE DE CE FAMEUX METEOLOGUE LE TCHAKOU QU’IL N’Y AURA PAS DE PLUIE LE 23 DECEMBRE 2018. REGARDEZ-BIEN, VOUS VERREZ VOUS MEME QUE CE JOUR LA DU 23 DECEMBRE 2018, IL N’ YAVAIT PAS DE PLUIE.
    2. ENSUITE, LE MEME SALAUD PETIT MALIN FILS DE SANKURU-LOMAMI-LUSAMBO-LUBEFU-KATAKO KOMBE DE SON NOM MENDRE OMARANGA RAMBERT DE SURCROIT DE PETIT TAUPE DE NATIONALITE BELGE AVAIT SIGNALE AU TRAITRE NANGAA D’ORGANISER DES ELECTIONS LE 30 DECEMBRE 2018 EN CROYANT QUE LA PLUIE TOMBANTE CE PEUPLE MOUILLE COMME LE MUNGUA ( DU SEL ) SE DISSOUDRA SOUS LA PLUIE. WAYA, NOS ANCETRES SONT RESTES DERRIERE SON PEUPLE LONGTEMPS HUMILIE, CHOSIFIE.
    3. PAR CETTE PLUIE BATTANTE DU 30 DECEMBRE 2018, LE PEUPLE N’ A PAS EU PEUR, LE PEUPLE KONGOLAIS DE L’INTERIEUR COMME DE L’EXTERIEUR Y COMPRIS DE BENI, BUTEMBO YUMBI S’ETAIT DRESSE EN UN SEUL HOMME, CAR CE PEUPLE CHOSIFIE PAR CE REGIME SATANIQUE CROYAIT QUE LE PEUPLE RESTERA DANS LEURS MAISONS CLOUES COMME SPECTATEURS ET VOILA LA VICTOIRE DES URNES TANT ATTENDU PAR LE PEUPLE EST TOMBEE A LA SURPRISE DE TOUS. IL NE RESTE QU’A LA KABILIE D’EXIGER AU MAITRE GOUROU INDIA YA MASA LE REMBOURSEMENT DE LEUR NZIMBU, CAR CETTE FOIS-CI LE FAMEUX GOUROU A FRAPPE DE COTE ET POUR LES BIENS DES KONGOLAIS DETERMINES EN DECOUDRE AVEC LES OCCUPANTS ET TRAITRES. BOSUKI WAPI BANIANGARAKATA KABILISTES!
    4. LA PRESSE PARLEE ET ECRITE, L’INTERNET ET J’EN PASSE EST CENSUREE PAR CE PETIT MALIN, LE PETIT MALIN FILS DE SANKURU-LOMAMI-LUSAMBO-LUBEFU-KATAKO KOMBE DE SON NOM MENDRE OMARANGA RAMBERT S’IL FAUT REPETER CE NOM SATANIQUE OBTENU PAR LE BAPTEME DE SON PARRAIN LE GOUROU INDOU-BILL L’INDO-PAKISTANAIS.
    3. CE DAUPHIN DE LA KABILIE, AVAIT VENDU D’AVANCE PAR SON ARROGNACE LA PEAU DE L’OURS AVANT DE L’AVOIR TUE  » ME VOICI NFUMU MANUEDI SHADARY  » LE FUTUR PRESIDENT DU KONGRO.
    CE VRAIMENT HONTEUX MFUMU MANUEDI SHADARY, DANS LE GRAND KONGO D’AUJOURD’HUI LES CHOSES NE PASSENT PAS COMME JADIS AU KONGRO DE LA KABILIE. VOTRE PORCENTAGE NE PASSERAIT MEME PAS 2% CAR CE PEUPLE VOUS A VOMI. UN POINT UN TRAIT. IT’S TIME GO AWAY, GO BACK TO RWANDA, YOU SON OF MARCILINE AND CHRISTOPHER. GO AWAY, GO HOME AND DO NOT WASTE YOUR TIME TO STEAL AND PILL MORE AND ASAP IN THIS LAST MINUTE. DO YOU UNDERSTAND!
    NOW YOU NEVER SUCCEED, THE BEST FOR YOU IST TO GO HOME WITH ONE TICKET AND DON’T COME BACK ANYMORE TO KONGO. THANK YOU SO MUCH FOR YOUR ADVICE.
    NOW Mr. KANAMBE. LET THE DEVIL BLESS YOU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    GOOD BYE! AU REVOIR ! AUFWIEDERSEHEN YOU KIMPUMBULU MAN, MTOTO WA TANZANIA ! IL EST TEMPS DE KOSIKOLA MBOKA NABISO, LE NETTOYAGE COMPLET DU GRAND KONGO EST INDISPENSABLE COMME L’A TOUJOURS DIT LE GRAND  » PATRIOTE HONORE NGBANDA ZAMBO « , ABU PIA ! AU BOULOT MES COMPATRIOTES POUR DENIGRER LES OCCUPANTS ET COLLABOS. GOOD JOB IN ADVANCE! YES SIR !
    VRAIMENT KIADI KIBENI KU BESI RWANDA ! KABENA NSONI KO VRAIMENT !

  9. Même si aucune voix officielle dehors, et c’est bien curieux, n’ose l’affirmer ouvertement, même si ces élections se sont déroulées globalement dans le calme, la vérité est que le scrutin du 30 décembre a été CHAOTIQUE, nous le savons tous, les dénégations lâches des autocrates n’y feront rien.
    La liste des dysfonctionnements, couacs, irrégularités…, nous est aujourd’hui connue et nos Compatriotes qui les ont vécus sur place en ont déjà abondamment témoigné.

    Tout a donc été boutiqué pour que ce chaos bien organisé soit le plus possible à l’abri des regards extérieurs et ainsi mieux tricher et le black-out continue. Aujourd’hui Internet et RFI (sa correspondante sur place a même été priée de dégager) sont coupés exprès pour soustraire aux regards du peuple et de l’opinion internationale la remontée des résultats et ainsi les tripatouiller à leur guise, la diffusion des résultats en direct étant accessible par le Net.
    Un amateurisme abyssal coupable lorsque l’on sait que seuls 60% du matériel électoral étaient prêts alors qu’une assistance externe au moins logistique notamment avec la Monusco qui est sur place aurait rendu des services utiles à la Ceni. Elle a été bêtement récusée pour une souveraineté bien ombrageuse qui en fait ne profite pas au pays mais seulement au régime.

    Nous voilà donc en présence d’une tricherie à grande échelle et un chaos électoral jamais connus dans le pays aux fins d’imposer de force le candidat du pouvoir surtout que celui-ci était rejeté de toute part et que les deux principaux candidats de l’opposition attiraient des marées humaines lors de la campagne malgré des entraves arbitraires du régime surtout pour Fayulu.
    Le plan, proclamer Shadary vainqueur contre la vérité des urnes !

    Questions :
    1° L’opposition a-t-elle eu tort de s’engager dans ces élections alors qu’elle en connaissait l’immense risque de fraude surtout avec ces machines introduites exprès pour tricher et un fichier électoral corrompu avec des électeurs fictifs ?
    2° Que va-t-elle faire maintenant que cette fraude se confirme ?
    3° En attendant sa confirmation l’opposition doit-elle quand-même agir comme si le processus pouvait être validé, récupéré ?
    Dans ce cas là question reste la même : que doit-elle faire, qu’est-elle capable de faire ?
    Autant des questions auxquelles les réponses ne sont pas acquises à l’avance, selon moi.

    Sinon, on ne le dira jamais assez : l’immense faute commise par l’opposition est de n’avoir pas été capable de s’unir, de s’être divisée pour des motivations et objectifs secondaires d’être chacun de son côté le « patron », donc en somme pour des postes et leurs poches. L’unité était pourtant la première arme de destruction massive de la kanambie : leur démonstration de force aurait alors privé celle-ci de beaucoup de ses capacités de tricherie.
    Comment, pourquoi l’opposition n’y est-elle pas arrivée ? Peut-être que l’avenir nous en révélera quelques dessous sordides…

    Pour le moment nous avançons sans exactement savoir où nous allions. La population est-elle à même de contester massivement et de façon décisive le vol de son vote qui s’annonce ?
    Voilà aussi une clé à nos impasses !
    Pouvons-nous attendre une aide de la fumeuse CI ou celle-ci se satisfera hypocritement comme d’habitude des arrangements de ce pouvoir pourvu qu’il n’y ait pas trop de grabuge qui lese ses intérêts économiques et géostratégiques ?
    Pauvres de nous, personne ne fera à notre place notre bonheur, l’avons-nous suffisamment intégré dans notre logiciel collectif ?

    La suite, en attendant permettez-moi de souhaiter
    mes meilleurs vœux à toute la communauté de CIC y compris sa direction et à notre cher pays pour 2019 !!!

  10. J’ai oublié d’ajouter à mon tableau rapide le rôle crucial qu’est appelée à jouer l’Eglise Catholique dans la situation présente. Non seulement elle dispose de la plus grande mission de surveillance avec ses 40000 observateurs mais aussi parce qu’elle a toujours représenté dans notre pays une institution qui participe à la régulation de la vie nationale. Par la voix expresse de l’abbé Nshiole, elle a commencé à nous donner les rapports venant de ses observateurs confirmant à l’occasion les multiples dysfonctionnements qui émaillent ce processus.
    Jusqu’où ira-t-elle, continuer à jouer son rôle de vigie jusqu contester clairement des résultats qui lui paraissent frauduleux, et à quel moment ? Voilà l’autre clé de la situation mais il semble d’ores et déjà que ‘JK’ menace personnellement l’abbé Nshole au cas où il lui tiendrait tête. Je n’ai pas suivi leur dernier communiqué et avoue ne pas savoir vous dire où nous en sommes…
    Et le CLC, que va-t-il faire ?
    Ailleurs, à quoi sert exactement la Monusco avec une Cheffe de plus en plus aphone quand elle n’approuve pas tout ce qui passe comme si tout se passait bien ?
    A suivre….

  11. A Elili,

    Votre observation me paraît assez pertinente. Aucun individu de bon sens ne peut donc, en douter la profondeur, la cohérence et la logique dialecticienne. Car, en peu de mots, vous venez de décrire l’erreur fatale de perception et d’analyse commise par les leaders de l’opposition qui ont accepté, en dépit du chaos électoral annoncé, de légitimer des élections du 30 Décembre 2018, qui ne sont en fait, qu’une ignominie. Dans l’entre temps,il vient de m’être signalé par une source crédible que la défunte « Majorité Présidentielle » ayant subi la métamorphose de « Front Commun des Congolais », FCC en sigle,vient de réquisitionner certains hôtels de la place à Kinshasa, en prévision de la réception que le protocole d’Etat organise, à l’issue de la victoire hypothétique de leur dauphin Emmanuel Ramazany Shaddary, pourtant grand perdant des dites élections. Ainsi je demande au peuple congolais de contester une telle parodie, et en même temps, de chasser sans pitié, ni crainte inconsidérée Joseph Kabila ainsi que toute sa bande de criminels impénitents. N’ayez pas peur car l’article 64 de la Constitution vous en accorde la pleine prérogative. A défaut, vous resterez esclaves des Tutsis Rwandais pour l’éternité. Le cynisme de Joseph kabila a dépassé les bornes : on doit maintenant agir par un soulèvement populaire violent comme un seul et unique remède !

    J’ai dit !

    Kolomboka

  12. Chers Compatriotes,

    Voilà une incompétence conjuguée à la médiocrité qui constituent un mécanisme au service d’un pouvoir des terroristes du peuple Congolais, surtout avec l’appuie de certains congolais. Il serait naïf de penser que ce pouvoir des prédateurs organiserait les élections avec la plus grande transparence, et le plus grand professionnalisme (venu d’où), pour transmettre le pouvoir pacifiquement au gagnant. Si les deux expériences de 2006 et de 2011 ne nous ont pas conduits à imaginer et surprendre ce pouvoir pour le renverser, alors nous risquons de nous voir devant une autre édition corrigée et revue de deux expériences passées. Pour la première nous avons eu : « l’acceptation de l’inacceptable », ce qui est une contradiction logique qui est incompréhensible dans la bouche d’un vice président. L’inacceptable comme le terme l’indique ne peut en aucun moment être logiquement accepté. Mais incompréhensible, à la sortie de la prison les Congolais ont voulu encore en faire un homme politique. Je ne m’oppose pas à ce que sa famille soit heureuse, je n’avais pas non plus soutenu cette arrestation d’un sénateur dont l’immunité n’avait pas été retirée.. Mais je ne comprends pas qu’un grand traître du peuple soit encore proposé par une partie de ce peuple pour lui confier la magistrature suprême. La deuxième expérience, ce sont les chars de combat aux alentours de la résidence du gagnant des élections. Ce gagnant a prêté serment et a appelé, à sa manière (que je ne partage pas), le peuple et l’armée (sur la voie des ondes…étonnant), pour qu’on lui attrape l’imposteur et que le lui ligote. Pour quel résultat ? Eh bien c’est lui qui a été mis en résidence surveillée et il n’a jamais reçu son imperium. Maintenant avec une version « Dauphin ou Requin du Raïs », contre les deux autres candidats, nous ne sommes pas unis, car le « Dauphin/requin » a aussi sa famille, et de toutes les façons, il aura l’armée et les services de renseignement dans son camp. Dans ce contexte, penser que le Raïs remettra le pouvoir à une autre personne qu’à son « Dauphin/requin », est une naïveté que je ne sais pas comprendre. Le peuple a droit de s’organiser autrement et de se soulever avec l’effet de surprise. Que Dieu nous vienne en aide.;

Comments are closed.