Elections: Le duo « Kabila »-Nangaa teste la capacité d’indignation des Congolais…

Après quatre ajournements des élections (présidentielle, législatives et provinciales), « Kabila » – dont le régime a cessé d’être constitutionnel depuis le 19 décembre 2016 – et son homme de main, Nangaa, continuent à défier les 80 millions de Congolais. A quelques 72 heures de la nouvelle date fixée pour tenue de ces consultations, le président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) a poussé l’effronterie jusqu’à exclure les électeurs de Butembo, Beni et Yumbi des scrutins prévus le dimanche 30 décembre. Beni et Butembo représente au bas mot 15 députés nationaux. Les raisons invoquées sont purement fantaisistes. Par la déraison de « Joseph » et « Corneille », les citoyens congolais de ces circonscriptions ne pourraient voter qu’en mars 2019. « C’est un prétexte », a déclaré Crispin Mbindule Mitono, un des élus de Butembo.

La nouvelle est tombée mercredi 26 décembre comme une plaisanterie. Hélas, non! « Joseph Kabila », cet homme dont les origines et le parcours personnel demeurent un mystère – deux décennies après – pour la grande majorité de la population congolaise, a fait dire au président de la CENI que les citoyens de Beni-Ville, Butembo-Ville au Nord Kivu et Yumbi (Maï Ndombe) sont exclus du vote prévu le dimanche 30 décembre. L’épidémie de fièvre Ebola et l’insécurité sont les raisons invoquées. Des raisons jugées unanimement fallacieuses.

Depuis le mois d’octobre 2014, des prétendus rebelles ougandais des « ADF » (Forces démocratiques alliées) répandent, en toute impunité, la mort et la terreur chaque weekend dans le Territoire de Beni. Depuis quatre ans, les pouvoirs publics affichent une impuissance qui frise la connivence avec les mystérieux tueurs.

JAMIL MUKULU

Jamil Mukulu

Depuis 2015, le leader présumé des « ADF », un certain Jamil Mukulu, a été arrêté en Tanzanie et transféré à Kampala, en Ouganda. L’homme a été trouvé en possession d’une dizaine de passeports dont celui du « Congo démocratique ». Une occasion propice pour les autorités congolaises de voir clair sur ce phénomène.

Contre toute attente, aucune démarche diplomatiques n’a été entreprise, à ce jour, auprès des autorités judiciaires ougandaises. Alors que le Congo-Kinshasa est en droit de se constituer partie civile dans le procès en cours à Kampala. Quelle est la raison de cette inaction? Est-ce parce que le nommé Jamil Mukulu serait une « vieille connaissance » du général-major « Joseph Kabila »? Des témoins assurent que les deux hommes ont vécu sous le même toit au n°55 de l’avenue Bocage au Quartier kinois de Ma Campagne.

Issus d’un mouvement rebelle en l’occurrence l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), les dirigeants congolais actuels – « Joseph Kabila » en tête – continuent à entretenir des « relations incestueuses » avec des groupes armés qui terrorisent la population non seulement dans les deux provinces du Kivu mais aussi dans celles de l’Ituri et de Tanganyika. Au Maï Ndombe, des observateurs suspectent le pouvoir kabiliste, à travers le gouverneur Gentini Ngobila, de susciter des conflits interethniques.

Les motifs invoqués par Nangaa via le rapporteur Jean-Pierre Kalamba Ngalula pour justifier l’exclusion temporaire de ces contrées ne résistent guère à l’examen en ce qui concerne Beni. Qu’en est-il de Butembo? L’épidémie de la fièvre Ebola y sévit mais la population continue à vaquer à ses occupations. Bref, la vie continue moyennant des précautions d’hygiène. Le ministère de la Santé a, dans le cadre de son opération dite « Riposte », procéder à la vaccination de près de 20.000 personnes à Beni et 6.000 à Butembo.

RÉACTIONS

Cette annonce controversée de la CENI a déclenché des réactions en cascade. Le premier à réagir sur RFI est le député national Crispin Mbindule, élu de Butembo: « Ebola existe ici mais nous circulons, nous allons au marché et assistons à des offices religieux. Les élèves vont à l’école. Ce n’est pas à cause de cette maladie qu’on peut reporter les élections ».

Pour lui, la décision prise par la CENI n’est ni plus ni moins qu’un « prétexte » destiné à écarter du vote les habitants d’une ville « acquise à l’opposition ». « Nous disons que Butembo fait partie intégrante de la RDC. Les élections ne peuvent pas se passer sans la ville de Butembo », a-t-il conclu.

L’avis de ce parlementaire est loin d’être partagé par la mouvance kabiliste. Comme à l’accoutumée, la majorité présidentielle sortante s’aligne sur la position de la CENI. « Les raisons invoquées pour ce report sont fondées » a estimé Gilbert Muhika, chargé de la commission électorale au sein du FCC.

Sur son compte Twitter, Moïse Katumbi, président de la coalition politique « Ensemble » et co-animateur de « Lamuka », considère que l’oukase de la centrale électorale est « injustifiable ». « Nangaa et la CENI ont prouvé leur mauvaise foi et leur incompétence. Les Congolais doivent se prendre en main et chasser ce régime », tonne-t-il.

Donatien N’shole

A la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), c’est l’incrédulité. Secrétaire général de la CENCO, abbé Donatien N’shole ne cachait pas mercredi son « étonnement » face à cette décision qu’il qualifie d’ « incohérente ». Il peine à comprendre que la CENI ait pu autoriser la campagne électorale « dans le même contexte marqué par la fièvre Ebola ». Donatien N’shole n’a pu s’empêcher de soupçonner l’existence d’un « agenda caché ».

DÉFI

Sur les réseaux sociaux, une lettre n°20/CENI/BUR/2018, estampillée « Confidentiel », circule. La date est illisible. L’auteur ne serait autre que Corneille Nangaa. Le président de l’Assemblée nationale Aubi Minaku en est le destinataire. Le premier cité fait référence aux « instructions venues d’en haut sur le processus électoral ». « (…) qu’il me soit permis de rappeler à votre haute personnalité que l’heure est venue pour mettre en exécution le schéma qui va conduire au report des élections de 2018 au mois d’août 2019″, peut-on lire. Il poursuit: « Ce report devait être annoncé au cours de l’ultime session du Parlement ».

En lisant entre les lignes, il apparaît que la mouvance kabiliste est inquiète. Celle-ci espérait le « boycott » du processus électoral par les forces de l’opposition. Elle a été surprise par l’engouement des Congolais à participer à la consultation électorale fixée initialement au 23 décembre 2018.

Autre raison d’inquiétude: le « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary n’aurait pas « charmé » un « maximum » d’électeurs potentiels. « Corneille Nangaa a reçu mission de proclamer le candidat du FCC comme vainqueur de la présidentielle. L’enjeu est d’une importance difficile à évaluer pour le raïs et sa fratrie… »

Le duo « Kabila »-Nangaa a engagé le redoutable pari d’éprouver jusqu’où pourrait aller la capacité d’indignation des Congolais. Un vrai défi.

 

Baudouin Amba Wetshi

13 réflexions au sujet de « Elections: Le duo « Kabila »-Nangaa teste la capacité d’indignation des Congolais… »

  1. Quelques observations:
    – L’engouement du peuple d’aller aux élections est une action instrumentale des congolais pour en découdre avec l’occupation des tueurs tutsis du Rwanda à la taille des palmiers à huile.
    – Par conséquent, les traîtres dits « opposition » le restent comme tel. Ces individus se sont lancés aux élections « na canaille kaka » pour aller les perdre. Ils sont mêmement surpris de l’engouement du peuple que leurs alliés du pouvoir occupant tutsi. Le cours des évènements ne fait que confirmer leur nature et position de traîtres de la nation (réunion d’acceptation des reports avec les tutsis entretenant une jungle juridique innique…).
    – La CENCO doit cesser avec son hypocrisie de s’interroger sur un agenda caché dont l’élaboration a connu son active participation depuis les diaboliques « accords de Saint Sylvestre ».
    – Par ailleurs, puisque les cas Ébola et le Ministère de La Santé sont ici évoqués, il ne faudrait pas oublier le « génocide » qui vient d’avoir lieu à Beni, en marge des opérations de vaccination: l’inoculation d’une diabolique mixture à 336 malades sous forme d’une expérimentation charlatane de certains personnage en quête, « na canaille kaka » de notoriété scientifique internationale.

  2. Attendez… la balkanisation officielle
    Attendez… un autre report
    Attendez… la réplique au rapport Mapping
    Attendez… les enquêtes en cours sur les charniers
    Attendez… le mot d’ordre de politiciens veules, calculateurs, retords
    Attendez… le retour du Messie

    Attendez…

    Qu’est-ce que vous attendez?

    La liberté s’arrache!

  3. C’est le moment ou jamais TOUS les Congolais doivent se lever comme un seul home pour barrer la route aux ennemis de notre peuple. Ce vrai défi que nous lancent le Tutsi Power et ses affidés collabos doit être relevé à tout prix, pour l’amour de la Mère-Patrie.
    Félix Tshilombo et ses agressifs « Taliban » peuvent continuer leur bouffonnerie en soufflant le chaud et le froid, mais cela ne doit pas plonger dans la distraction les vrais patriotes, car c’est l’avenir de nos enfants qui en depends.

  4. Le Peuple Kongo Souverain Primaire devrait intérioriser que ces putains d’élections 2018 de merde en 2 temps avec exclusion des villes martyres (Beni Butembo, Yumbi) sont notre unique voie de délivrance totale qui viendra à l’improviste comme en Janvier 1959 sans les faux opposants…

    Malgré encore une fois la trahison de Félix Antoine Tshilombo (Udps aile familiale) qui accepte cette formule unique au monde pour un suffrage universel ainsi que le laxisme de Martin Fayulu (Écide), Ève Bazaiba (MLC) et Cie, les mesures choc de Monsieur Honoré Ngbanda (Président National d’Apareco) sont toujours disponibles sur la table, les faux politiciens Kongolais peuvent toujours quitter les institutions de l’Afdl (Conglomérat d’aventuriers), de RCD Goma, RCD-KML, CNDP, M23 infiltrées, inféodées au Rwanda… Ressaisissez-vous, Indignez-vous bordel de merde !

    Au demeurant, le « boycott » est toujours d’actualité car c’est de la désobéissance civile, c’est une arme efficace contre les occupants et leurs institutions caduques. Si le Kongo avait des bons leaders consciencieux non corrompus, ça serait l’unique voie juridique pour faire plier la Kanambie…

    Avec des « si » Olive Lembe serait « Marie-Antoinette Mobutu » ou « Simone Gbagbo ». La CENI pro Rwanda de Corneille Nangaa dont l’épouse postule à la députation nationale comme candidate FCC (Front des Cons Congolais) est instrumentalisée par l’imposteur Rais de Kingakati…

    Après l’incendie des entrepôts de la CENI qui n’est indépendante que de nom, le report insensé du scrutin vicié au 30 Décembre 2018, les élections nulles non transparentes à 2 temps jusqu’au 30 Mars 2019, le duo Naanga-Kanambe utilise jusqu’à l’usure la devise des Illuminati occultistes « L’Ordre naît du chaos » ou « Ordo ab Chaos » maintes fois produite par les occupants alias Kabila (Sous-traitants), conseillée par l’impérialisme mondial qui est le (Commanditaire) de la Guerre de basse intensité au Kongo; adoptée bêtement par les faux opposants corrompus (Exécutants)… Sic

    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La Luta continua la Victoria e Certa. Ingeta

  5. Objectivement, tout le monde sait que Beni, Butembo sont des territoires acquis à l’opposition, plus l’opposition Lamuka. Dès lors l’on comprend la réaction gênée de l’autre branche de l’opposition l’udps qui prend acte et compatit. On n’est pas loin des larmes de crocodile. Soit! Quant à Yumbi, subitement une montée de tensions entre communautés, là aussi dans une zone acquise à l’opposition mais plus Lamuka. Je me dis que sûrement c’est un concours de circonstances.

  6. Histoire oyo ekosila na bitumba. To linga to linga te !

    Quand vous faites la bêtise de confier la direction de votre pays à un semi illettré rwandais surnommé Kabila, vous ne pouvez pas faire l’économie d’une lutte ensanglantée pour récupérer le pays.

    Tous ceux (Congolais de père et de mère) qui participent à cette entreprise criminelle et prêtent main forte aux occupants doivent rendre des comptes.

    Si nous ne coupons pas des têtes sur la place publique, le message ne passera pas.

    On nous parle des guerres inter ethniques qui opposent des ethnies non armées mais qui font des morts par balles… allez-y comprendre ! Pourquoi les ADF massacreraient les paisibles congolais ?

  7. Kabila tient le peuple congolais en laisse. Il n’a pas à tester sa capacité d’indignation. Il sait que celle-ci est à la limite, nulle. Cela fait maintenant 2 ans que Kabila bénéficie d’un bonus après son deuxième et dernier mandat.

    Quatre ajournements des élections! C’est beaucoup!! C’est trop même.L’opposition plus que jamais divisée. Et Kabila en profite.
    « C’est assez étrange de voir tout un peuple dénué de toute capacité d’indignation ». BAW,in CIC

    Chaque opposant gesticule de son côté.

  8. Les Vichy-médiocres et les frondeurs-médiocres se sustentent à la même source : Kingakati.

    L’espoir est entre les mains de la jeunesse. C’est leur avenir, l’avenir de leur pays qui est compromis. A moins qu’ils préfèrent, demain, parler kinyarwanda et procréer avec les hirondelles…

  9. Un peuple se LIBÈRE! Le roi »médiocre » comprend sa médiocrité seulement lorsqu’il est dans la main du peuple clochartisé!
    Rappelez-vous de la France en 1789 et vous saisirez tous ses médiocres par la main!
    S’ils sortent deux policiers, le peuple se multiplie par 2 et une fois se serait occupé de mille policiers, les autres rallieront le peuple et la RÉVOLUTION COMMENCERA!
    S’ils sortent 1000 militaires GP, vous sortent 1000000(1 million). Après en avoir capturé 400 ou 500, les autres rallieront le peuple et la Révolution continuera.

    Libérons-nous peuple Congolais!

  10. Je n’en peux plus d’assister impuissant au passage en force quasiment toujours assuré de ce régime. Avec Nangaa il fait ce qu’il veut, impose des calendriers et retire des circonscriptions des élections sans s’en référer à personne ou à des lois existantes. Et le voilà suffisant, satisfait de mener le processus électoral à sa guise donc perversement au profit du pouvoir qu’il sert.
    Je n’en peux plus d’autant que pour le moment je ne vois aucune force qui puisse lui résister. Longtemps j’ai cru qu’une opposition responsable pouvait se constituer en un front uni solide pour lui porter efficacement la contradiction mais rien n’y a fait, elle s’est divisée ou s’est laissée facilement diviser pour des profils immédiats plutôt que pour ce bien commun qu’elle pouvait atteindre en combattant uni ce pouvoir arbitraire et criminel.
    Dernièrement lorsque j’ai vu l’opposition drainer des marées humaines dans sa campagne et que le dauphin était relativement boudé, je me suis mis à espérer en une démonstration de force de l’opposition qui allait limiter les capacités de tricherie du régime mais à chaque fois celui-ci se montre encore plus diaboliquement rusé pour contrer d’une façon ou vous d’une autre le succès de l’opposition. Ça été les entraves impensables à la campagne de Fayulu au Maniema et au Katanga, la suspension unilatérale de la campagne à Kinshasa, le report du 23 au 30 et maintenant le report à mars 19 des bastions acquis à l’opposition, le retrait récent de machines et la réduction des bureaux de vote toujours dans les bastions acquis à l’opposition.
    Avec tous ces stratagèmes la Ceni va nous sortir Shadary vainqueur quasiment sans tricher.
    Je n’en peux plus de cette impuissance pendant que je me dis qu’il n’était pas impossible d’obtenir l’union de l’opposition qui aurait pu être une arme redoutable contre l’autocratie…
    Jusque quand allons-nous échouer de faire face à ce régime ; voilà ma colère…

    1. @Ndeko Nono,

      Nangaa ne vaut rien. Il n’est rien du tout. C’est un petit menu fretin. Il exécute les ordres de Ruberwa et Bizima, les vrais chefs d’orchestre de cette imposture rwandaise au Congo. S’il le pouvait, Nangaa fuirait le pays à la première occasion mais il sait que sa mort est déjà programmée. Il n’a plus le choix que d’aller jusqu’au bout et proclamer Shadary élu président de la république. Il le fera sans aucune gêne, aucune retenue. C’est ça son boulot et il est très bien payé pour ça.
      L’opposition ? Ndeko na ngai, oubliez ces gens. Ce sont des frondeurs-médiocres. Ils cherchent du boulot. D’ailleurs, il est fort probable qu’ils se retrouvent tous demain dans une espèce d’alliance hybride Vichy + Frondeurs = médiocres qu’on nommera gouvernement ou transition de cohésion nationale. Ils continueront de servir pour le développement du Rwanda et de leurs ventres. Ne perdez pas votre temps à compter sur ces marionnettes. Dire ceci n’est nullement les insulter. C’est simplement faire une lecture rationnelle de la situation, celle qu’on vit.
      Mais, mais, si quelqu’un arrive à mettre dans les rues de Kinshasa la même foule qui avait pleuré Alain Moloto, Marie Misanu et Papa Wemba, je vous jure que ces criminels rwandais et leurs acolytes fuiront le Congo.
      Le Cardinal Monsengwo peut le faire mais… This is another issue.

  11. @ Mr. Nono
    Ne vous decouragez surtout pas. C’est une lutte atroce contre les forces du mal. Pour les croiyants c’est quand l’humain a atteint ses limites que l’Eternel commence a agir. Quelque chose doit se passer!

Les commentaires sont fermés