« Kabila » à la 73è session ordinaire de l’AGNU en « paria diplomatique »

« Joseph Kabila » s’est envolé samedi 22 septembre. Destination: New York. Il devrait s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU). Le « raïs » ne manquera pas d’être questionné par le patron de l’ONU et les « Américains » tant sur l’assassinat, en mars 2017, de deux experts onusiens qu’au sujet la parodie de procès qui se déroule actuellement à Kananga, au Kasaï Central.

C’est en « paria diplomatique » que « Joseph Kabila » va séjourner à New York où il doit participer, mardi 25 septembre, à la 73ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Mouton noir » de l’Afrique centrale, le Congolais sera plus seul que jamais.

Selon une dépêche de l’ACP, « Kabila » entend saisir l’opportunité de son speech pour « fixer les uns et les autres sur l’irrévocabilité et l’irréversibilité des élections générales programmées pour le 23 décembre prochain ». C’est un message qui arrive trop tard après avoir tenté, sans succès, de rouler la terre entière dans la farine au sujet du respect de la Constitution.

Emmanuel Shadary, le « dauphin »

Les interlocuteurs du Président (toujours) sortant ne manqueront pas de lui faire remarquer que tout laisse croire que les consultations politiques attendues ne seront ni libres, ni équitables. Encore moins inclusives. Ils ne manqueront pas non plus d’indiquer que les moyens de l’Etat sont mis à la disposition du « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary rompant ainsi l’égalité de chances des prétendants.

Le secrétaire général des Nations Unies, le Portugais Antonio Guiterres, ne manquera pas de poser des questions précises au sujet de l’assassinat des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp. Ils ont été tués entre le 12 et le 15 mars 2017 dans une zone contrôlée par l’armée congolaise. Leurs cadavres mutilés n’ont été « découverts » que le 25 mars dans une « fosse commune ».

La veille, soit le 24 mars, le pouvoir kabiliste annonçait avec fracas la « décapitation » d’une quarantaine de policiers. Selon le président de l’Assemblée provinciale du Kasaï central, François Kalamba, ces « malheureux agents » seraient tombés dans une embuscade tendue par des « miliciens Kamuina Nsapu ». Là où le bat blesse est que, les identités et les numéros matricules des victimes n’ont jamais été divulgués. Aucune cérémonie d’inhumation n’a été organisée à ce jour. Manipulation?

Les deux experts onusiens étaient chargés d’enquêter non pas sur la « milice » Kamuina Nsapu mais bien sur des graves violations des droits humains révélées notamment par des experts de la Mission onusienne au Congo et des organisations non gouvernementales. Ceux-ci avaient fait état de l’existence d’au moins 40 fosses communes.

Selon des sources, les deux experts auraient obtenu des « informations sensibles » sur les abus commis par la force publique. Les plus hauts responsables congolais avaient tout intérêt à éliminer des « témoins gênants ».

Depuis plusieurs mois, une parodie de procès se déroule à Kananga. De l’avis général, les accusés présents à la barre seraient des « lampistes ».

Isolé au plan diplomatique, « Joseph Kabila » pourrait se voir reprocher de ne rien faire pour faire accélérer la manifestation de la vérité dans le double meurtre prémédité de la Suédoise Zaida Catalan et de l’Américain Michaël Sharp. Dans les milieux onusiens, une certitude se renforce: les « miliciens » Kamuina Nsapu n’avaient aucun mobile pour éliminer les deux envoyés. « On ne peut pas dire autant des ‘services’ congolais et de l’armée… », entend-on dire dans les mêmes milieux.

 

B.A.W.

4 réflexions au sujet de « « Kabila » à la 73è session ordinaire de l’AGNU en « paria diplomatique » »

  1. Le Peuple Kongo Souverain Primaire a appris avec le temps à faire la différence entre ceux qui servent le Kongo et ceux qui ne le servent pas. La précarité de l’existence, l’abondance des malheurs qui frappent le Kongo conduiront certainement le Peuple à chasser toute la classe politique Kongolaise et Kongoraise un de ses quatre matins… C’est une certitude…

    Si le Président traître assassin Kanambe alias Joseph Kabila Tutsi Nilotique Rwandais d’origine, imposteur Cheval de Troie du Rwanda au Kongo, Proconsul de Kagame en RDC (Rép Démocrature du Congo-Kinshasa) se permet d’aller et venir sans tracas à New-York du Président Trump et de son ambassadeur au machin ONU Nikki Haley, malgré la non tenue des élections, son illégitimité, son illégalité et tous les massacres de Kongolais, le dernier en date à BENI (par les ADF non identifiés=Rwandais à la solde de alias Joseph Kabila) sans être inquiété, cela confirme que le flegme pragmatique Anglo-saxon est cynique, meurtrier…

    Le Kongolais expérimente que Droits inhumains et Décentralisation vont de paire. Marie-Ange Mushobekwa, Azarias Ruberwa et leur frère de sang alias Joseph Kabila n’ont rien à foutre de ses massacres de Beni. Vu de Kigali Rwanda ils font impeccablement leur taf, se basant sur les lignes directrices du job description…

    Plusieurs naïfs fanatiques aveugles Kongolais des différents leaders corrompus (Tshilombo, Fayulu, Bemba, Matungulu, Badibanga, Mokia et cie) laxistes à l’extrême croient que le barbu de Kingakati subit des pressions des impérialistes, le voici invité à la table des grands comme un de leurs… Quel camouflet !

    Autant Saddam Hussein fut traqué comme un rat par l’impérialisme américain, autant Mouhammar Kadhafi fut bombardé sous sa douche avant d’être tué par les mêmes Ricains, Français, Russes du Conseil de Sécurité, autant feu Maréchal Mobutu fut menacé par l’envoyé spécial (Bill Richardson) de Bill Clinton au Zaïre, autant Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila est peinard, tranquille car il joue merveilleusement bien son rôle d’affaiblissement du Kongo, paie religieusement son lourd tribut financier aux impérialistes… Le reste c’est du pipeau, de la rigolade, de la poudre de perlimpinpin… Sic…

    Nulle part ailleurs dans ce bas monde une classe politique a été débauchée, traîtresse, corrompue de la sorte comme en RDC. Cette parodie d’élections de merde est à chier valorisée par 21 candidats collabos triés sur le volet par les occupants venus du Tigré pour s’y sédentariser de force…

    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. La luta continua la Victoria e certa. Ingeta

  2. Après plus de 10 ans d’existence, Congoindependant doit se refaire pour avoir plus d’impact et être utile à notre pays. Certes personne ne dit qu’il abandonne sa ligne, mais j’en ai marre de trouver les mêmes discours (articles au vitriol qui blanchissent l’opposition) ainsi que les applaudisseurs (commentaires laudatifs du propriétaire du website).

    Nous devrions nous demander pourquoi chez nous Jeune Afrique est toujours aussi une source d’information crédible malgré ses positions partisanes. Congoindependant doit se repenser en substituant la rigueur à la complaisance à l’égard des “analystes politiques “ ou des opérateurs politiques tout court. Il est temps d’intégrer la vidéo, d’avoir des correspondants au pays et partout où vivent des compatriotes.

  3. L’ancien Président Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila a été reçu à Washington par des officiels hors-mandats congolais, aucun officiel américain ou onusien ne s’est rendu à l’aéroport pour accueillir ce président hors-mandat qui voyage partout avec le sang des congolais dans ses mains.
    Le Président hors mandat Hippolye Kanambe alis Joseph Kabila porte la responsabilité de l’assassinat de deux experts de l’ONU à Kananga, la communauté internationale attendra longtemps pour que Kabila le commanditaire de ce double assassinats puisse permettre que la vérité soit dite dans ce dossier.
    Au départ de Washington, l’ancien Président assassin et hors mandat Hippolyte Kanambe doit être arrêté et déféré devant la CPI pour les crimes du sang et économique qu’il a commis au Congo.
    L’ancien Président assassin et hors-mandat Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila doit s’expliquer sur l’existence de centaine de fosses communes éparpillées dans toutes le provinces du Congo.
    Les Congolais en ont marre de ce régime sanguinaire et dictatorial établi à Kinshasa contre la volonté du peuple congolais. Ce régime monstrueux incarné par l’ancien Président hors mandat Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila et, qui a détruit le Congo doit disparaitre avec l’alternance politique qui est en marche.

  4. Chers Compatriotes,
    A la tête du Congo, nous n’avons pas de  » classe politique « . Car, le comportement de ceux qui dirigent ce pays depuis plus de dix ans, prouve clairement qu’ils sont mercenaires à la recherche d’un enrichissement personnel au détriment du pays. Un politicien serait gêné de se voir devenir plus riche que le pays dont il a eu le mandat de gestionnaire. Pour ne prendre que l’exemple de Lodja dont un ressortissant a dénoncé une situation inacceptable d’une ville où il n’y a rien qui marche pour les compatriotes de la contrée. La « classe politique » qui ferme les yeux devant les problèmes sociaux de son électorat, mérite-t-elle encore ce qualificatif. Lodja n’est qu’un exemple. Regardez bien dans d’autres régions, la situation est pratiquement la même. Le Raïs est allé aux USA ? C’est une bonne ballade pour lui et ses conseillers. Le discours ? Eh bien, moi j’ai fait mon travail, le problème est sûrement international, je n’ai pas changé des Congolais. La RTNC a dit que le Congo est un exemple de démocratie: justice, paix , démocratie ont été restaurées et le Raïs a fait son travail. Oui, Beni est dans un autre pays. Lorsque nos compatriotes, n’éprouve aucun gêne à dire tout haut « un discours qui ne colle pas avec la réalité douloureuse » qu’une autre partie des concitoyens endurent, il m’est difficile de penser qu’un jour, ceux qui soutiennent ce pouvoir pourront changer pour soutenir des projets de développement du pays. Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste. Car, lorsque dimanche on tue plus de dix sept personnes à Beni, et que l’on parle de la paix sur toute l’étendue du Congo, alors qu’à Lodja certains congolais ont eu leurs cases brûlés, nous devons accepter que le problème du Congo, ce sont les Congolais et que ce problème est très profond. La conséquence principale de ce problème, c’est le « Raïs » à la tête de ce pays. Nous devons, nous qui voyons les choses autrement, nous liguer pour faire partir ce pouvoir d’une manière ou d’une autre, tout en sachant que nous avons besoin d’une transition pour remettre à niveau (de patriotisme) ceux de nos compatriotes qui ont grandi dans cette mentalité selon laquelle voler le bien de l’Etat n’est pas un crime, c’est même un acte de bravoure si sa famille, clan, tribu, province n’en profite que par réputation. Que Dieu nous vienne en aide.

Les commentaires sont fermés