Kasumbalesa: Quand Daniel Safu fait du lobbying pour « Trafigo »

Dans une dépêche datée du 8 août, l’Agence congolaise de presse (ACP) rapporte que le député national Daniel Safu (Lamuka) a tenu, jeudi 6 août, une « conférence de presse » au cours de laquelle il a « encouragé » le partenariat entre la Direction générale des douanes et accises (DGDA) avec la société privée « Trafigo » au poste-frontière de Kasumbalesa. Aucun journaliste de l’ACP n’était présent à ce point de presse. L’Agence a repris le « reportage » réalisé par l’Agence d’information d’Afrique centrale (ADIAC). Les propos tenus par cet ancien confrère qui aimait se présenter sous le double titre de « journaliste engagé » et « opposant radical » heurtent l’éthique. En se mettant au service d’un groupe d’intérêt, le parlementaire s’est comporté en « lobbyiste ».

Le mot « lobby » est un vocable anglo-saxon qui signifie: « couloir ». Aujourd’hui, ce terme renvoie à une structure d’influence. Autrement dit, un groupe de pression. Les membres d’un lobby sont appelés « lobbyistes ». Ceux-ci arpentent les couloirs des parlements de vieilles démocraties. Objectif: « influencer » des parlementaires à la veille du vote d’une loi. Le lobbyiste ne travaille guère pour la « charité chrétienne ».

Selon l’ADIAC citée par l’ACP, Daniel Safu a commencé par préciser qu’il inscrivait ses propos « dans le cadre de son travail parlementaire ». Et d’ajouter que le rôle du parlementaire ne consiste pas seulement à « charger » mais aussi à « encourager ceux qui travaillent bien ».

Ouvrons la parenthèse ici. Lors de son émission « Masolo na député » du 29 juillet, le journaliste Eliezer Thambwe – qui est également député national – s’est interrogé sur la présence de deux sociétés privées au poste-frontière de Kasumbalesa. A savoir: Trafigo SPRL et Pacific Trading SPRL. « Quelqu’un » a-t-il chargé le député Safu de contrer son collègue Ntambwe? Pour la petite histoire, Daniel Safu fait partie de la « Commission Défense et sécurité » à l’Assemblée nationale. La présidente de ladite commission n’est autre que Jaynet « Kabila ». Fermons la parenthèse.

QUESTION ORALE À LA DGDA

La station de péage de Kasumbalesa

Au cours de son point de presse, Safu  dit avoir mené une « enquête » à la suite d’une « Question orale » qu’il avait adressée à la DGDA. Selon lui, cette dernière se porte mieux depuis qu’elle a conclu le partenariat avec Trafigo. « (…). Avec la numérisation des services de la douane à Kasumbalesa, nous sommes rassurés sur le caractère objectif des opérations ainsi que sur la mobilisation des recettes ».

Après ces mots, l’ « honorable Safu » adopta la posture d’un « plaideur » pour ne pas dire « lobbyiste ». Selon lui, la société Trafigo « n’est pas fictive comme d’aucuns voudraient le laisser entendre ». D’après lui, cette société « a acquis cette offre en bonne et due forme, en passant par les voies dont la publicité ne fait l’ombre d’aucun doute ». L’orateur voudrait-il dire que la DGDA avait lancé un appel d’offres remporté par Trafigo? Détiendrait-il des éléments probants?

C’est au mois de mai 2018, que l’Agence congolaise de presse avait révélé que la DGDA venait de confier ses activités douanières à Kasumbalesa à une société privée. L’ACP se reportait à une source qui avait requis l’anonymat.

« LANCEUR D’ALERTE« 

Dans une lettre datée du 15 février 2019, adressée au président Felix Tshisekedi par un « lanceur d’alerte », on apprenait que Trafigo « appartient » à Jaynet « Kabila ». Et que cette société éludait « chaque mois un montant de 24 millions de dollars des droits de douane dont elle devait s’acquitter ».

Un avis que Daniel Safu est loin de partager. Baignant dans une sorte de « béatitude », le parlementaire s’est mis à égrener « plusieurs réalisations » à mettre « à l’actif de ce solide partenariat DGDA-Trafigo »: augmentation de la capacité d’accueil des parkings, augmentation du circuit des voies d’évacuation et leur réhabilitation, amélioration du dispositif sécuritaire, acquisition des caméras de surveillance. L’orateur ne s’est pas arrêté là. Il ajoute: la mise en place du premier portique électronique d’Afrique centrale, l’arrimage électronique pour la gestion optimisée des files par ordre de priorité des entrées et des sorties. Ouf! On imagine que tous ces détails lui ont été soufflés.

 

 

Daniel Safu photographié en août 2017 à Chantilly, en France

QUI EST DANIEL SAFU?

C’est à partir de 2015 que le « journaliste engagé » Daniel Safu a acquis une réelle notoriété. Anti-kabiliste assumé, l’homme avait quelques thèmes favoris. C’est le cas notamment de la défense des intérêts du Kongo Central, sa province d’origine, et l’ « éradication » du système incarné par « Joseph Kabila ». Friand des outrances verbales, il finit par « séjourner », par deux fois, à la prison centrale de Makala.

A l’instar de nombreux Congolais n’appartenant pas à l’UDPS, « Daniel » se considère comme un « tshisekediste ». Il aime clamer son attachement aux valeurs défendues par le regretté Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le leader de cette formation politique. L’Etat de droit, et la lutte contre la corruption, l’impunité et les anti-valeurs tiennent lieu de principe-phares.

En août 2017, Safu participe en France (Chantilly) à la rédaction du « Manifeste du Citoyen Congolais » sous l’égide de l’I.D.G.P.A (The Institut for Democracy, Gouvernance, Peace and Development in Africa). C’est à l’occasion de ce colloque que l’auteur de ces lignes fera sa connaissance. D’autres « journalistes engagés » de l’époque étaient également présents: Mike Mukebayi, Eliezer Ntambwe et Christelle Vuanga. Tous les quatre seront élus parlementaires au niveau provincial et national. Ils ne juraient que par l’opposition incarnée par la plateforme politique « Lamuka » originelle composée de: Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Mbusa Nyamuisi, Adolphe Muzito et Felix Tshisekedi.

Lors des élections présidentielles et législatives du 30 décembre 2018, Daniel Safu est déclaré élu, par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), dans la circonscription kinoise du Mont Amba. Six mois après, il est invalidé par la Cour constitutionnelle. En juillet 2019, il est « confirmé » par la même juridiction qui invoqua une « erreur matérielle ».

Fin juillet 2019, l’ « honorable Safu » dit haut et fort l’aversion qu’il éprouve du « deal » conclu entre le Cach et le Fcc: « Aussi longtemps que Felix sera avec Kabila qui a reçu mission de détruire ce pays, je ne serai jamais avec lui ».

ET SI DANIEL SAFU AVAIT FAIT DU LOBBYING?

Jaynet « Kabila », lors d’une plénière à l’Assemblée nationale

Lors de la constitution des Commissions à l’Assemblée nationale, la députée Jaynet « Kabila » est désignée présidente de celle en charge de « Défense et sécurité ». Daniel Safu fait partie des vice-présidents.

En juin dernier, le tout-Kinshasa ne parlait que du bouquet de fleurs remis à « Jaynet » par… « Daniel ». C’était à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de cette dame. Interrogé au sujet de cette « proximité » qui ressemble fort à un virage à 180 degrés, Safu de bredouiller: « Je suis maintenant un homme d’Etat! ». C’était lors de l’émission « Questions publiques » de Peter Tiani.

Le deuxième alinéa de l’article 100 de la Constitution congolaise stipule: « Sans préjudice des autres dispositions de la présente Constitution, le Parlement vote les lois. Il contrôle le gouvernement, les entreprises publiques ainsi que les établissements et les services publics ». Et si Safu avait détourné sa noble mission de parlementaire en faisant du lobbying pour un groupe d’intérêt?

 

Baudouin Amba Wetshi

 

55 thoughts on “Kasumbalesa: Quand Daniel Safu fait du lobbying pour « Trafigo »

  1. PS
    Attention, les relations kasaiens-katangais au Katanga ressortent d’un contexte particulier labouré depuis la colonosation, pas exactement interchangeable au reste du pays. Ailleurs, je ne sais pas dans quelle mesure l’authentique histoire d’Ambongo qui écarte d’office les kasaiens candidats à la présidence de la Ceni est fidèle à la version des réseaux sociaux – je n’ai jamais cherché à le vérifier -, sans compter que son argumentaire n’est pas non plus sans fondements…

  2. NONO,
    « je n’ai jamais cherché à le vérifier -, sans compter que son argumentaire n’est pas non plus sans fondements… » :
    Euh, mais c´est ces FONDEMENTS qu´il faut rationnellement prouver, vous homme du ‘machin primaire’.
    MAYOYO avait attaqué MWAMBA ici avec une irrationalité indescriptible (Pour lui, Mwamba mentait parce qu´il était muluba) ; ce que je lui avais fait savoir. NONO intervint dans cette discussion non pas pour ramener MAYOYO à la raison, mais pour se plaindre de la victimisation, du répli identitaire des Balubas (qui auraient lu Mayoyo). QUELLE BÊTISE. Pourquoi NONO était incapable de voir le problème dans les propos de Mayoyo et de s´en indigner (comme toute personne rationnelle l´aurait d´ailleurs fait. Ce n´est pas surprenant que NONO reste de nouveau silencieux sur le cas d´AMBONGO au sujet de la présidence de la Ceni) ? Parce qu´il était aveuglé par son ‘machin primaire’ ? Et aujourd´hui il prétend faire des leçons sur l´objectivité.
    Quand NONO « regrette le caractère trop tribal des nominations » dans l´armée en citant lui-même un article qui ne contient aucun passage qui puisse justifier sa ‘critique’, il fait de la manipulation. Ne serait-il pas lui-même animé du ‘machin primaire’ ? (Cf. l´article qu´il avait cité : « RDC : les coulisses du remaniement dans l’armée congolaise » ).
    Et quand on le critique avec des preuves à l´appui, le même NONO se fait ‘victime’ et accuse faussement qu´on le prend pour « ennemi », alors qu´on lui demande d´argumenter rationnellement. Et après, il prétend combattre la victimisation chez les autres. Kieeeeeee ! Bilobela !

  3. ARMAND,
    MUZITO vs LOKONDO, c´est la carte que je mets sur la table pour montrer à NONO l´impertinence de son idée selon laquelle Lamuka serait une alternative crédible et sérieuse (Nono affirme par ex. que Félix doit divorcer d´avec le FCC pour s´engager FERMEMENT avec Lamuka. Pourquoi „fermement“ ? Pas de réponse). Tout en lui rappelant qu´il ne connaissait pas tous ces acteurs mieux que Félix (D´où la nécessité d´avoir un peu de réserves et d´abandonner le paradigme selon lequel Félix est un enfant et un ignorant à instruire chaque fois), je ramène sans cesse son regard sur le contenu, car Lamuka, le Fcc, le Cach, la Cenco ne sont que des noms. Dès qu´on considère le contenu, les acteurs, le discours de Nono ne passe plus avec l´évidence qu´il leur accorde. Aujourd´hui, on demande à Félix de combattre résolument la corruption ; mais c´est avec des gens comme MUZITO que les services de contrôle ont été mis en veilleuse et l´État congolais a perdu beaucoup d´argent. Au fait, quand il parle de LAMUKA, on croirait qu´il s´agit des gens fondamentalement différents et nécessairement meilleurs que ceux du FCC. Hum ! (Sur un autre plan : Pourquoi Muzito ‚opposant‘ est toujours silencieux sur la mise à mort de Chebeya, Bazana et Tungulu, morts survenues pendant qu´il était 1er Ministre ? Pourquoi il ne raconte rien sur sa rencontre avec les éleveurs tutsi (et leurs vaches)? On demande à Félix de dévoiler le prétendu ‚deal‘, mais en même temps on laisse Muzito, avec qui on est dans la même plateforme, calme sur des questions aussi importantes, compromettantes pour Kabila dont Muzito est censé être l´opposant. Kokamua!)
    Et quand NONO n´arrive pas à répondre rationnellement, il se réfugie dans les bilobela du genre „Moi, Nono, je ne suis pas djaleloiste…“ comme si c´est cela le sujet en débat ou la question traitée. Bref, il s´arrange pour être hors-sujet.

  4. Chryso45
    – „J’ai toujours dit et ecrit que l’opposition politique au Congo-Kinshasa est une farce et une fiction“ : Et la prétendue ‘REZISTANCE’ ?
    – „Donc pour vous, il faut aider le voleur Tshilombo! Kibomoto na yo wapi? Parmi les vertus que mon pere m’a enseignees figurent l’honnete et l’integrite! Bongo tata na yo?“ :
    C´est toujours votre tata qui a vous appris que Ngbanda est du côté de l´honnêteté et intégrité ? TATA NA YO a sans doute parlé des valeurs, mais il n´est pas comptable de la manière (légère) dont vous faites l´application de ses propos. Komemisa TATA NA YO ngambo te.

Comments are closed.