La chienlit

Ce mardi 15 juin, le Sénat n’a pas autorisé le Procureur général près la Cour de cassation à poser des actes d’instruction à charge des sénateurs Ida Kamonji et Matata Ponyo. Il leur était reproché la débâcle de Bukanga Lonzo. Stupeur et tremblements! Plus rien ne devrait être comme avant. Tout devrait changer, tout doit changer! La traque des grands voleurs de l’Etat doit continuer. Le peuple a raté l’occasion de connaître la vérité. Nous aurions pu savoir si le meilleur d’entre nous excellait aussi dans l’art de dépouiller l’Etat. Il y a maintenant présomption d’innocence. Saperlipopette!

Suivant mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, le Sénat a joué sa crédibilité dans cette affaire et il a perdu beaucoup de plumes. L’ancien président américain George Bush disait: « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous ». Comme si cela ne suffisait pas, le Sénat n’a pas non plus donné suite à une autre requête de la justice. Le 8 juin, Le Procureur général près la Cour de cassation, Victor Mumba, avait saisi le Sénat pour solliciter la levée de l’immunité des sénateurs Alexis Thambwe Mwamba et Éric Rubuye, respectivement Président et Questeur à l’époque des faits. Ils sont soupçonnés de détournement de deniers publics. D’autres personnes étaient aussi poursuivies. Il s’agit de Musendu Flungu Flore et de Adambu Lomalisa, respectivement ancien rapporteur du bureau et ancien président de la Commission politique, administrative et juridique de la législature précédente. Les fins limiers de l’Inspection générale des Finances (IGF) avaient découvert un détournement de quelques millions de dollars lors du contrôle effectué sur la période allant du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2020. Stupeur et tremblements!

Et pourtant, quand la sénatrice Bijou Goya avait demandé des éclaircissements sur la passation litigeuse du marché des travaux de modernisation de l’hémicycle du Sénat, M. Alexis Thambwe Mwamba tint à peu près ce langage, le 30 avril 2020: Il est venu au Sénat pour y laisser son empreinte et non pour faire du fric. Il déclara urbi et orbi qu’il en avait pour vivre décemment et faire vivre sa famille. Ce n’était donc que pure forfanterie? Il a toujours affirmé détenir beaucoup de sous. Ce que le magazine américain Forbes n’a jamais corroboré. Ni même pas Jeune Afrique. Sapristi! On ne lui connait aucune entreprise qui justifierait sa richesse si ce n’est l’exercice des fonctions politiques. Il fait donc commerce de politique ;et non de biens! Ceci explique cela. Stupeur et tremblements!

Hautain devant les faibles et obséquieux devant les puissants, il toisait de haut le Président de la République. C’était à l’époque de la coalition diabolique FCC-CACH. A l’instar du Grand Vizir Iznogoud, il voulait devenir calife à la place du calife. Il n’y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne. Pour ceux qui ne le sauraient pas, la roche Tarpéienne est une crête rocheuse d’où on précipitait les criminels à l’époque de la Rome antique. Quand ATM (Alexis Thambwe Mwamba) voulut donner l’estocade finale à Fatshi, le ciel se déroba sous ses pieds. Il en fut abasourdi. Il ne serait pas étonnant qu’il ait démissionné de la présidence du Sénat en rage, poussant un long gémissement.

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, une instruction judiciaire a été ouverte à charge de 42 personnes bénéficiaires des cartes de crédit liées au compte « Suspens débiteur État de la Banque centrale du Congo ». Ces cartes bancaires disposaient des montants oscillants entre 20 et 50.000 dollars américains mensuels. Elles étaient prépayées par la Banque centrale du Congo et liées illégalement au compte général du Trésor. Enfer et damnation! La justice nous dira peut-être bientôt les noms des heureux bénéficiaires et les montants décaissés. On dit chez nous qu’avant de médire, tourne-toi pour regarder derrière toi.

 

GML

3 Commentaires on “La chienlit

  1. La seule question qui reste à poser ou se poser dans ce pays est la suivante : qui est ce dirigeant politique qui n’a pas volé ou pas encore volé l’Etat ?

  2. « La traque de grands voleurs », vous dites ?
    Mais depuis que ce théâtre là a commencé, quelles sont les recettes que ce gouverne-et-ment des voleurs a-t-il mis en grange ?
    Nous ne sommes pas dupes !

  3. C’est bien ça notre cher Congo devenu le déglingué des dédingués où les sénateurs censés être au service du peuple se sont organisés en une clique de copains, des réputés sages sont devenus des coquins qui défendent sans scrupules leurs prébendes personnels ! Et les Congolais n’auraient rien à dire sinon à assister au spectacle hideux de leurs élus qui se mettent à l’abri de la justice comme s’ils n’avaient aucun compte à leur rendre. Quel pays avec un Matata qui prévient ses coquins de collègues de ne pas « le sacrifier car demain ce sera leur retour ». Où sommes-nous, dans une jungle enchantée qui appartient aux puissants politiciens au mépris des lois ? Et Matata n’est pas le seul, tous ces médiocres dans nos institutions ont fait serment de faire commerce politique pour bien se servir.
    Heureusement même le brouillon Peter Kazadi de l’UDPS crie au scandale : « les sénateurs n’ont pas été élus pour protéger les criminels ». Kapiamba de l’ACAJ lui, n’y va pas par quatre chemins : « quand la chambre des sages décide d’affranchir ses membres de toute redevabilité, on bascule dans une République des intouchables » et en appelle à la Cour Constitutionnelle.
    @ Est-ce là’ d’où nous viendra la solution ? Pas sûr., la chienlit était là, elle risque bien de persévérer, aucun bon gendarme ne se révèle à la tête du pays malgré la fameuse passation du pouvoir pacifique. La caravane des médiocres avance et les chiens aboient sans lui asséner moindre croc…

Comments are closed.