La fiscalité et la parafiscalité agricole, un frein pour les opérateurs du secteur privé

La Fédération des entreprises du Congo (FEC) a dénoncé, jeudi 3 octobre, la fiscalité et la parafiscalité qui asphyxient les opérateurs économiques œuvrant dans le secteur de l’agriculture.

L’administrateur délégué de la FEC, M. Kimono Bononge qui a conduit la délégation, l’a fait savoir à l’issue des échanges qu’il a eus avec le ministre de l’Agriculture, Jean Joseph Kasonga Mukuta.

M. Kimono a relevé que l’agriculture est le seul secteur qui emploie beaucoup des travailleurs que d’autres secteurs de la vie nationale. Ce secteur, a-t-il dit, est négligé actuellement à cause des taxes exorbitantes. Celles-ci se sont accumulées avec le démembrement des provinces.

L’administrateur délégué de la FEC a promis de déposer dans les prochains jours un document reprenant toutes les taxes qui frappent le secteur agricole. La fiscalité et la parafiscalité imposées aux entreprises fait que la plupart des opérateurs économiques soient installés à l’étranger et ont ouvert des comptoirs au pays tout exportant des produits congolais sous le label des pays étrangers.

Pour le cas du café, la production de l’Est du pays est estimée à 100.000 tonnes par an alors que la RDC n’en a exporté que 10.000 tonnes, a-t-il affirmé

M. Kimono Bononge a rappelé par ailleurs que la FEC avait en son temps présenté au gouvernement lors du dernier forum sur la fiscalité organisé en 2017, les pistes de solutions dont certaines sont immédiates et d’autres nécessitant des concertations avec le gouvernement.

ACP/

2 thoughts on “La fiscalité et la parafiscalité agricole, un frein pour les opérateurs du secteur privé

  1. Le mais pour nourrir les populations du katanga et du kasai doit venir de la Zambie tandis que l Angola nourrit les populations de kin et Kongo Central via le poste de Lufu. Ce sont les tristes realites de notre pays.On sera encore dependant de ces pays pour des siecles.RDC eloko ya makasi…

Comments are closed.