Programme d’urgence pour les 100 premiers jours du chef de l’Etat de la RDC: Et après?

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

La présidence de la RDC a sorti son programme d’urgence pour les 100 premiers jours: c’est un pas dans la bonne direction. Pourquoi? Parce qu’après près de deux décennies au pouvoir, le régime des médiocres n’a même pas accompli ce qui est énuméré sur cette liste d’urgence. Les soi-disant « cinq chantiers » et « révolution de la modernité » ont de fait transformé la RDC en terre détruite et ruinée par des pillages chaotiques au profit des médiocres au pouvoir qui étaient sans vision et sans direction. La RDC aujourd’hui est un pays en détresse; c’est une ruine où tout est à construire et reconstruire. En ce sens, si le nouveau chef de l’Etat peut réaliser pendant les 100 premiers jours ce qui est énuméré sur la liste d’urgence, ça sera un accomplissement sans précédent.

Mais il y a déjà une inquiétude réelle quant à la réalisation de ce programme d’urgence. L’inquiétude est la suivante: même les nominations qui sont dans les prérogatives constitutionnelles de la présidence de la RDC ne sont pas faites. Entre-temps, les institutions qui seront instrumentales pour la réalisation de ce programme d’urgence sont encore animées, conduites et gérées par les mêmes médiocres qui, pendant près de deux décennies, ont utilisé ces institutions pour piller le pays, remplir leurs ventres, et plonger les populations de la RDC dans la misère et la pauvreté qualifiées par les historiens comme du jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Comment ces médiocres qui sont habitués à ne rien faire sauf remplir leurs ventres vont de bonne foi œuvrer pour la réalisation de ce programme d’urgence?

Par ailleurs, ce qui est aussi une inquiétude, il y a un blocage politique du nouveau chef de l’Etat qui se dessine devant tout le monde. La volonté clairement exprimée de l’ancien chef de l’Etat de se faire incontournable est inquiétante: l’ancien chef de l’Etat convoque des députés considérés élus par le peuple, et qui devraient prêter serment de fidélité et loyauté au peuple de la RDC, pour prêter ce serment de fidélité et loyauté à lui, l’ancien chef de l’Etat, en sa qualité d’ « autorité morale ». De quelle autorité morale parle-t-on ici ? Quelqu’un qui est au vu et au su de tout le monde connu comme assassin et pilleur du peuple; quelqu’un qui n’a pas fini l’école secondaire et qui est entré en RDC en culotte comme petit soldat, et par accident de l’histoire a assumé la présidence de la RDC, et on ne sait avec quel salaire il s’est fait des fortunes estimées en centaines des millions ou même milliards de dollars Américains pendant que le peuple Congolais croupit dans la misère; quelqu’un qui a fait tuer vos frères et sœurs, pères et mères, oncles et tantes, fils et filles, et qui a transformé votre nation en enfer sur la terre; c’est lui votre autorité morale? Avez-vous examiné vos têtes? Vous rendez-vous compte de l’absurdité de cette histoire d’autorité morale? Comment des députés élus du peuple que vous êtes, pas mentalement dérangés, mais supposés être conscients et fiers d’être des élus du peuple, comment pouvez-vous en toute conscience prêter serment de fidélité et loyauté à un ancien Président qui s’est engraissé en suçant le sang de votre peuple? Et maintenant, c’est autour de cet assassin dit autorité morale que vous vous regroupez et vous attroupez en nombre élevé pour émettre des exigences qui ne sont autre chose qu’un blocage politique? C’est absurde et irrationnel!

Arrivons à la question brûlante: Et après le programme d’urgence des 100 premiers jours, c’est quoi? Il faudrait d’abord noter l’usage inapproprié du terme « programme » dans « Programme d’urgence des 100 premiers jours ». Les énumérations faites ne constituent pas du tout un programme; ce sont plutôt des activités urgentes à accomplir pendant les 100 premiers jours. Il s’agit donc d’une liste des activités urgentes à réaliser pendant les 100 premiers jours; il ne s’agit pas d’un programme, car qui dit programme dit vision, objectifs, principes, et stratégies. Donc le peuple en RDC attend le/les programme(s) du nouveau chef de l’Etat qui viendront après les 100 premier jours. Par exemple:

  • Programme pour la sécurité nationale: quelle est la vision et quels sont les principes et les stratégies pour une paix durable à l’Est de la RDC et pour la sécurité à travers le pays? Un tel programme inclurait les détails sur la réforme de l’armée, la dépolitisation de l’armée et des services de renseignement, le contrôle des frontières nationales et la relation avec les pays voisins, etc.
  • Programme pour la réforme de l’éducation: quels sont les objectifs poursuivis, les principes et stratégies pour une éducation qui résout les problèmes réels de la vie, une éducation qui avance les recherches scientifiques, une éducation qui forme des innovateurs, inventeurs et entrepreneurs.
  • Programme de réforme des institutions nationales et de la gestion du pays: il y a trop des députés, trop des ministres, etc. Que font-ils au juste? Comment gèrent-ils le pays? Comment reformer les cours et tribunaux du pays pour servir le peuple et non les dirigeants, les riches et les plus forts?
  • Programme de réforme monétaire et financière: le système bancaire et l’impact sur les économies des villages, villes et cités.
  • Programme de la transformation des ressources naturelles de la RDC sur place pour accélérer l’industrialisation du pays. C’est très malheureux que tout est centré sur le code minier car tout ce qu’on envisage c’est creuser et vendre, point et trait! Qu’en est-il de la transformation sur place de ces minerais en produits semi-finis ou finis? En vérité, code minier signifie ramassage de ce qui est sous sol, vendre et partager les recettes? Or, le ramassage ne développe pas un pays. Encore faut-il que ce qu’on ramasse et qu’on vent puisse bénéficier à la relance des infrastructures de base et l’économie du pays et non pas finir par bomber des comptes bancaires des dirigeants à l’étranger comme c’est fait jusqu’à ce jour.

Conclusion: le peu qui est énuméré sur la liste des activités urgentes à accomplir pendant les 100 premiers jours du chef de l’Etat de la RDC constitue un pas dans la bonne direction. Mais ce n’est qu’un pas, et il ne faut ni s’arrêter là, ni tergiverser. Il faut rendre public les programmes à moyens et longs termes, et la liste de ces programmes dépendra de ce que le chef de l’Etat envisage de faire pour la relance techno-socio-économique du pays. Il faudrait que le chef de l’Etat puisse visiter les populations des villages, villes et cités de la RDC, déjà maintenant même, pour présenter et expliquer ces programmes. Mais par-dessus tout, le chef de l’Etat doit former le gouvernement le plus rapidement possible pour entamer les programmes de reformes qui sont d’importance capitale pour la relance du développement techno-socio-économique de la RDC, développement qui se saura se faire par le programme d’urgence.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D., Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA – tongele@cua.edu

4 thoughts on “Programme d’urgence pour les 100 premiers jours du chef de l’Etat de la RDC: Et après?

  1. @Tongele
    Vous dites « La volonté clairement exprimée de l’ancien chef de l’Etat de se faire incontournable est inquiétante…»
    Pourquoi cela vous inquiète puisque le nouveau PR a déclaré publiquement que aka Kabila est son partenaire et qu’ils ont un deal pour cogérer le pays.
    Il eut été plus logique qu’on s’inquiétât des propos du nouveau PR et du contenu de ce fameux deal qui met Tshilombo en position de vassal.
    Pour le reste, vous perdez votre temps. Pour réaliser des réformes et redresser le pays, il faut un vrai budget. Ce n’es pas avec le budget lilliputien de la RDC qu’on va résoudre les problèmes du Congo.
    Et dire que Tshilombo veut résoudre les problèmes (insécurité, pillage…) avec ceux qui les ont créés.

  2. … ET AVANT LE SPEECH ?
    Le FCC est « l´autorité budgetaire »… En effet, le parlement est l´autorité budgetaire.. comme l´auteur de la réflexion réside et enseigne aux USA, il peut nous raconter les « SHUT DOWN » car l´admnistration Trump entre en conflit avec le parlement.. Le programme de Trump sur la construction d´un mur dont le financement a été recalé par le financement peut nous aider á comprendre cette notion de « l´autorité budgetaire ».
    Felix aurait eu une concertation avec le FCC qui possede la majorité au parlement avant de tenir son speech? Sinon, il va se retrouver dans la même situation que Trump: pas d´argent… Si le FCC refuse de lui accorder les 300 millions de $ qu´exige ce programme de 100 jours…Felix aura du mal et va perdre la crédibilité.
    Les 100 jours de la défense et sécurité?
    Felix qui tenait sa seconde rencontre avec le conseil de sécurité indique que les membres de l´armée et de la police sont cités comme étant auteurs des crimes dans la capitale.
    Dans le programme des 100 jours, combien des millions de $ Felix compte consacrer á la construction des infrastructures militaires?
    Ce que ce « banditisme » des militaires et policiers n´est que le résultat de la configuration des casernes et camps militaires dans les villes.. une configuration heritée de l´EIC..
    Aux USA, les entreprises qui construisent les bases militaires indiquent qu´il faut compter sur la somme de 300 á 500 millions de $ pour construire une bonne base militaire.. Lol..Ainsi, les 300 millions de $ ne vont pas suffire sauf si Felix ne souhaite que « rafistoler » la solution sociale des membres de l´armée.

  3. LA DONNE : DE LA PRÉSENTATION DU PROGRAMME DES 100 JOURS
    Le week-end dernier, plus précisément le samedi 02/03/19, dans un meeting public, le Chef de l ’État a présenté son programme des 100 premiers jours de gouvernance.
    Nous ne reviendrons pas sur le contenu de ce programme, néanmoins, nous allons nous appesantir sur sa portée et sa réalisation effective.
    En soulignant son intention de rétablir l ’état de droit, le Chef de l ’État a, ainsi, annoncé sa volonté de respecter la Constitution. À ce sujet, qu’il nous soit permis d ’émettre quelques réserves.
    Pour rappel, notre Constitution consacre non pas un régime présidentiel mais plutôt un régime semi-présidentiel. Cela signifie que le chef de l ’État n’est pas seul au commande du Pouvoir Exécutif de l ’État.
    En effet, la Constitution stipule que le Pouvoir Exécutif est composé du Chef de l ’État et du Premier Ministre, Chef du gouvernement et responsable devant le Parlement. ( Voir Cstt. articles 90, 91, 100, 146 et 147 )
    De cette façon, c’est au Premier Ministre que revient le devoir de présenter au Parlement le programme du gouvernement et partant de l ’Exécutif. Le régime semi-présidentiel est reconnu en vertu de cette responsabilité du Premier Ministre.
    À ce jour, le nouveau Parlement n’est pas entièrement constitué, le Premier Ministre n’est pas encore connu et le nouveau gouvernement n’est pas encore formé. Dans l’état actuel des choses, la seule personnalité à être autorisée à actionner l ’exécutif est ; Le Premier Ministre sortant car, lui et son gouvernement sont constitutionnellement chargé d’assurer les affaires courantes. Néanmoins, par élégance, il peut consulter ( à titre privé ) le Chef de l ’État.
    Dès lors, la question que l ’on est en droit de se poser est : En vertu de quelle disposition constitutionnelle et réglementaire, le Chef de l’État a présenté un programme individuel dont, il assure mettre en exécution dans l ’immédiat.
    Pour notre part, nous considérons que, pour sa réalisation, ce programme devra être discuté avec le futur Premier Ministre.
    Vouloir l’exécuter seul, constituera une entorse majeure à la Constitution que l’on s’apprête à appliquer dans toute sa rigueur…
    BOSSEKOTA wa BOSEKOTA P.E.S
    Citoyen Universel Engagé
    Analyste – Consultant
    KINSHASA / RDC(Z), le 05 mars 2019

  4. Inquiétant! Ce vaste programme pourra-t-il être réalisé en 100 jours? Les travaux routiers et les ouvrages qui vont avec vont nécessiter des études et des procédures de passation de marchés qui peuvent couvrir un minimum de 3 à 6 mois avant que ne démarrent effectivement les premiers chantiers, si du moins on veut travailler de manière efficace et dans le respect des normes du métier!
    Il parait que le miracle est congolais! Voyons voir!
    A notre humble avis, le président de la République devait se préoccuper, en attendant la formation « laborieuse » du gouvernement, de mettre en place son cabinet pour l’épauler efficacement pour ses premiers pas dans la gestion du pays! L’immensité et la complexité des défis qui l’attendent nécessitent qu’il ait rapidement autour de lui une équipe experte et aguerrie!

Comments are closed.