RD Congo: ce « coup » que préparent Kabila et Tshisekedi

ANALYSE. Aussi surréaliste que cela puisse paraître, les deux hommes politiques mènent des tractations pour crédibiliser le processus électoral et se partager le « gâteau postélectoral ».

Alors que le 23 décembre prochain, date théoriquement prévue pour les élections en RDC, approche à grands pas, les négociations vont bon train entre le pouvoir et l’UDPS. Objectifs: crédibiliser le processus électoral en cours et se répartir les postes à l’issue du scrutin. Pour donc donner du crédit à un processus électoral qui en manque cruellement, Joseph Kabila s’est trouvé un partenaire idéal en la personne de Félix Tshisekedi. Le fils de feu Étienne Tshisekedi, opposant historique à Mobutu, puis à Kabila père et fils, dirige l’un des principaux partis d’opposition du pays, l’UDPS. Mais il présente une autre grande qualité aux yeux de Joseph Kabila. Son dossier de candidature à l’élection présidentielle, pourtant validé par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), est truffé de motifs d’invalidation. À commencer par les diplômes que Felix Tshisekedi a exhibés, mais qu’il n’a en réalité jamais obtenus.

KABILA « TIENT » TSHISEKEDI

Avec le président de l’UDPS, Kabila sait donc qu’il peut négocier, car, comme il le dit son entourage, « il le tient ». Et c’est précisément ce qui s’est passé. Depuis plusieurs mois, le fils du Sphinx de Limete négocie avec le pouvoir en place. En participant aux élections qu’elle n’a aucune chance d’emporter, l’UDPS apporte sa caution au processus électoral, permettant de le crédibiliser aux yeux de l’opinion et de la communauté internationale. L’objet de la négociation est de se répartir, une fois l’élection passée, le pouvoir. Tshisekedi sera intronisé chef de l’opposition et, au terme d’un semblant de dialogue (un de plus), désigné comme Premier ministre par le président de la République, afin de nommer un gouvernement d’union nationale.

UN SCÉNARIO DÉJÀ  ÉCRIT?

Un président de la République qui sera, sans surprise, le dauphin désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary. Mais celui-ci ne le sera, président, que pour un court intérim. Sa mission sera en effet de changer dès que possible le mode de scrutin de l’élection présidentielle (qui ne se fera plus au suffrage universel direct, mais au second degré), un stratagème qui doit permettre à l’actuel chef de l’État de retrouver son poste le plus rapidement possible. Une fois son ouvrage accompli, Shadary démissionnera. Une nouvelle élection présidentielle anticipée aura lieu. Mais ce scénario bien huilé, qui satisfait les intérêts des deux partis, le Front commun pour le Congo (FCC, plateforme électorale du pouvoir) comme l’UDPS, comporte un défaut majeur. La seule participation de cette dernière et de quelques autres opposants (dont l’UNC de Vital Kamerhe qui négocie, lui aussi, avec le pouvoir) aux scrutins à venir ne suffit pas à crédibiliser le processus électoral en cours.

LES MACHINES À VOTER: L’ÉCUEIL À GÉRER

Les critiques se focalisent en particulier sur la machine à voter (rapidement rebaptisée « machine à voler » dans le pays), lourdement soupçonnée d’être l’instrument d’une fraude massive en faveur du pouvoir. À juste titre manifestement. Selon diverses sources concordantes, ces machines seraient en cours de programmation afin de fournir le jour du vote les résultats souhaités par le pouvoir.

Mais pour contourner l’obstacle, le clan de Joseph Kabila pense avoir trouvé la solution. En faisant une demi-concession. Il s’agirait en effet, via la Céni, totalement soumise au pouvoir, d’admettre que la machine à voter ne sera pas utilisée lors de l’élection présidentielle. En revanche, elle le sera bien dans le cadre des élections législatives et provinciales.

Pour le pouvoir en place, cette solution n’offre que des avantages. Elle lui permet de montrer qu’il est prêt à lâcher du lest sur l’une des revendications majeures de l’opposition. En même temps, cela ne préjudicie en rien à la capacité du pouvoir de manipuler le vote le jour des élections. En effet, il est aisé de modifier le résultat sorti des urnes dans le cadre d’une présidentielle avec une circonscription unique et seulement 21 candidats. Les méthodes habituelles, qui ont largement prouvé leur efficacité par le passé, en 2006 et 2011, suffiront amplement.

DES CANDIDATS « BATTUS PAR L’INFORMATIQUE »?

En revanche, la tâche est bien plus ardue dans le cadre d’élections législatives et provinciales où les circonscriptions se comptent par milliers et les candidats par dizaines de milliers. Il est dès lors aisé pour chacun de ces candidats, dans les différents bureaux de vote du pays, de placer ses scrutateurs afin de s’assurer du bon déroulement du scrutin. Et en cas de litige, les PV de dépouillement du scrutin pourront être transmis à la Cour constitutionnelle par les plaignants qui seront alors rétablis dans leurs droits. D’où le maintien pour ces scrutins législatifs et provinciaux de la machine à voter qui, en quelques clics, permettra de modifier les résultats du vote.

Chacun garde en mémoire l’invalidation de l’élection aux législatives de novembre 2011 des deux frères du pasteur Ngoy Mulunda, alors président de la Commission électorale nationale indépendante, l’un à Kalemie, l’autre à Malemba Nkulu. À l’issue du vote, ses adversaires floués avaient récupéré les PV de dépouillement pour les porter devant la cour constitutionnelle. Se ralliant à l’évidence, celle-ci n’avait eu d’autres choix que d’invalider l’élection des frères du président de la Céni.

Les principales victimes de ce schéma longuement mûri seront le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba et Ensemble de Moïse Katumbi. Ces deux mouvements, qui englobent plusieurs plateformes électorales en leur sein, présenteront le plus grand nombre de candidats aux élections législatives et provinciales. Mais avec la machine à voter, il est fort à parier que leurs candidats, même vainqueurs dans les urnes, seront donnés battus par l’informatique. Ainsi, après avoir été exclus de la course à la présidentielle, leurs leaders Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ayant été empêchés par le pouvoir de se présenter, leurs partis respectifs se voient à leur tour écartés du reste de la compétition électorale.

FÉLIX TSHISEKEDI, FUTUR PREMIER MINISTRE?

C’est ainsi que chacun y trouvera son compte. Joseph Kabila garantira la victoire de son camp et s’offrira la perspective d’un retour rapide au poste de président. Quant à Félix Tshisekedi, il sera intronisé leader de l’opposition et Premier ministre d’un gouvernement d’union nationale. Inespéré pour celui qui est souvent raillé comme un « fils à papa » en raison de son manque de charisme et d’un sens incertain de la décision.

C’est ce deal qui explique le fait que l’UDPS, depuis quelque temps, se désolidarise de manière de plus en plus flagrante du reste de l’opposition. La semaine dernière, le courrier adressé au gouverneur André Kimbuta annonçant la grande manifestation de l’opposition le 26 octobre prochain à Kinshasa contre la machine à voter a été signé par tous les principaux opposants à l’exception du parti de Félix Tshisekedi. La même semaine, Jean-Marc Kabund y Kabund écrivait ceci sur son compte Twitter: « Aucune raison ne pourra justifier le report des élections en RDC. Les scrutins doivent se tenir le 23 décembre. Nous sommes formels ». Manière de dire, comme la majorité présidentielle, que les élections doivent avoir lieu, peu importe dans quelles conditions. Enfin, ce samedi 20 octobre, Augustin Kabuya, le porte-parole de l’UDPS, a enfoncé le clou, déclarant que « cette histoire de la candidature commune [au sein de l’opposition], c’est une distraction ».

Une succession d’éléments pour le moins révélateurs qui a incité La Lucha à tirer la sonnette d’alarme sur Twitter, un réseau social très utilisé en RDC. « Des rumeurs sur un deal occulte entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila pour servir à légitimer la parodie électorale du 23 décembre 2018 ont circulé. En s’éloignant du reste de l’opposition sur les machines à voter, l’UDPS n’aide pas à dissiper pareilles rumeurs, bien au contraire! » a prévenu le célèbre mouvement citoyen. Une tournure subtile qui démontre bien que personne n’est dupe.

Reste maintenant pour Joseph Kabila à faire le plus dur. Passer de la théorie à la pratique. Car il est tout sauf certain, pour des raisons à la fois budgétaires, logistiques, politiques et diplomatiques, que les élections en RDC pourront avoir lieu le 23 décembre prochain.

 

Par Prosper Bagondo, in Le Point Afrique, 22.10.18

28 réflexions au sujet de « RD Congo: ce « coup » que préparent Kabila et Tshisekedi »

  1. L’invalidation de Bemba, la discrimination de Moïse Katumbi et la décision de l’UDPS d’aller seule aux prochains scrutins,sans le reste de l’opposition,en ont enlevé toute crédibilité.

    Lumumba lui-même,qui avait une popularité incontestable dans tous les coins et les recoins du Congo avait dû recourir aux alliances avec d’autres formations politiques pour pouvoir gagner les élections législatives.Comment l’UDPS peut croire que en faisant bande à part,elle peut gagner seule la présidentielle,les législatives et les provinciales? Et cela face à un FCC qui dispose de tous les moyens de l’Etat:armée,forces de l’ordre,services de sécurité,médias officiels,la territoriale,le trésor public, la CENI et sa machine à voter…Un autre allié de taille du FCC,c’est l’absence de culture politique chez le peuple congolais?
    Deux hypothèses se présentent.Ou bien à l’UDPS on ne comprend pas les enjeux. Ou bien les allégations selon lesquelles les dirigeants de l’UDPS ont été à la soupe,sont vraies.Dans ou l’autre cas,ou même dans les deux cas,la démarche de l’UDPS est suicidaire.
    Encore une fois de plus, l’UDPS offre à la kabilie des béquilles pour qu’elle continue son oeuvre de destruction massive de notre nation.
    Il faut que le petit reste s’organise.Sinon,TOBEBI NA BISO.

  2. FATSHI est un accompagnateur de l’occupation. On ne le dira jamais assez, n’en déplaise aux Talibans et autres boys du daech de l’UDPS aile famille.

  3. Fatshi et Kamereon dans leur gourmandise oublient de se referrer a l’histoire et plus precisement a lissue de l’Accord de l’Hotel de Cadcades de tres triste memoire dont JP Bemba continue a payer les frais aujourd’hui.

    En bref, on ne negocie pas avec (et encore moins croire aux promesses d’) un felon-felin voleur et tueur de carriere.

  4. Cet article est un chiffon rédigé par les ennemis de l’UDPS. C’est tout simplement un chiffon écrit par les gens en mal de popularité. Ils sont contre Félix et ils font écrire de n’importe quoi. Soyons sérieux, votre diffamation a déjà échoué. Pas de dialogue pour une nouvelle transition et partage de postes . Tout le monde mange dans le râtelier de Katumbi et Bemba. On vous connaît.

    1. Mr. ZENGA MAMBU: TU AS 100% RAISON. C’EST UN ARTICLE 100% ANTI-UDPS.

      *****LES ANTI-UDPS MONTRENT AUJOURD’HUI LEUR HAINE EXTREME ET JALOUSIE CONTRE FELIX ET UDPS A TRAVERS DES MEDIA. L’UDPS NE TRAHIRA JAMAIS LA RDC ET LE PEUPLE CONGOLAIS.

      ****LES GENS QUI INJURIENT ET CRITIQUE LA POSITION DE L’UDPS DOIVENT ALLER FAIRE LEUR MONDE AILLEURS. BATIKA UDPS EN PAIX. AUJOURD’HUI AVEC LA POSITION DE L’UDPS D’ALLER AUX ELECTIONS AVEC OU SANS MACHINES A VOTER MET DOS AUX MURS KABILA ET NAANGA.

      ****LES STRATEGIES DE KABILA EST DE FAIRE QUE TOUS LES OPPOSANTS DISENT NON A LA MACHINE A VOTER POUR QU’IL PUISSE AMENER LES GENS A LA TABLE DE DIALOGUE ENFIN DE TROUVER UN AUTRE GLISSEMENT. LA POSITION DE L’UDPS MET EN NU LES STRATEGIES DE KABILA.

      ****DEPUIS 2012, KABILA ET COLLABOS MULTIPLIENT TOUJOURS DES STRATEGIES POUR RESTER AU POUVOIR SANS RESPECT DES REGLES DEMOCRATIQUES. POUR KABILA ELECTIONS SIGNIFIE SON DEPART. IL EST ALORS PRIS DANS SON PROPRES PIEGE EN CROYANT QUE TOUS LES OPPOSANTS VONT BOYCOTTER LES ELECTIONS.

      1. @zenga mambu; Banga
        Allons plus loin : donc d’un côté vous n’accordez aucune confiance à l’éventuel deal Tshilombo – ‘JK’ qui nous est révélé ici, de l’autre vous soutenez l’attitude de Tshilombo qui se désolidarise des ses compères de l’opposition en acceptant d’aller aux élections toute seule même avec la ‘machine à tricher et tous les autres artifices’ concoctés par ce régime…

        – Sur le premier point je n’ai aucune preuve pour confirmer ou infirmer ce qui est écrit, je me dis juste que c’est fort possible surtout à voir la volte-face soudaine de l’Udps : hier ils signaient et déclaraient avec les autres leur refus de la machine et autres ingrédients, les voilà tout d’un coup changer d’avis à 180° alors qu’ils sont à la peine pour imposer leur candidature commune à laquelle ils tenaient tant…

        – Ensuite, vous savez bien que machine, fichier et tout le tralala sont là pour faire gagner le dauphin comment tout d’un coup une révélation divine vous est venue selon laquelle la présence suffisante des témoins peut détecter toutes les fraudes ? Vous savez bien que vous n’aurez jamais d’observateurs suffisants dans ce vaste pays et que ce régime a apprêté ses ordinateurs votants et son fichier pollué pour gagner, personne ne l’en empêchera aussi longtemps que tout ce matériel sera présent…
        Ailleurs pourquoi l’Udps vaudrait-elle bien plus que toute la population qui au stade chante en chœur « toboyi machine à voter » aspirant ainsi à l’alternance, au changement ? Le reste comme le risque d’aboutir au dialogue en refusant la machine est davantage une vue d’esprit plutôt qu’une réalité insurmontable…

        Si seulement l’Udps fatiguée d’avoir souvent adopté la chaise vide et d’avoir ainsi raté quelques rdv voulait ainsi rattraper le temps passé surtout lorsque Tshilombo voit ses anciens copains de parti comme Badibanga, Tshibala et d’autres le doubler en émargeant à la mangeoire, si l’Udps ne voit plus aujourd’hui que ses intérêts et non l’intérêt du pays, voulant figurer autrement dans le landerneau après les élections que seulement par les urnes et ainsi en l’absence du Vieux Lider Maximo parachever les conciliabules commencés à Ibiza, Venise, Paris… ?
        Le fâcheux serait seulement qu’en adoptant cette position l’Udps dit du coup adieu à « l’État de droit et la démocratie » qui ont été ses revendications durant des décennies parce qu’elle aura ainsi succombé à l’arbitraire et à la soumission d’une autocratie et en même temps le pays aura fait des élections sans intérêt parce que ne pouvant déboucher sur une alternance démocratique, les gagnants étant imposés plutôt qu’élus…

  5. C est tout de meme louche que cette information de Prosper Bagondo soit relayee par plus d’un media en meme temps. Ca sent le coup fourre d’un certain groupe. C est un fake news pour destabiliser l opposition.

    1. @Chantal
      Je vous renvoie votre interrogation tant elle est en fait contraire à la réalité. Il est tout à fait habituel que les « informations » quelque peu ‘intéressantes’ même quand elles ne proviennent pas d’organes de presses attitrés soient reprises sur les sites qui les trouvent utiles pour leurs utilisateurs en prenant soin de citer leurs sources ; c’est ce qu’a fait « Congo Indépendant » en citant « Le Point ».
      Si vous voulez contester l’authenticité des faits dont il est fait mention ici, ce qui est tout à fait recevable, cherchez plutôt d’autres arguments mais vous avez complètement tort de conclure à un « coup fourré », à un « fake news à partir de l’argument selon lequel la nouvelle a été relayée par plus d’un media : ce serait même le contraire, jusque-là je n’ai vu qu’une source, plusieurs sources auraient plus prêté au doute, à l’existence d’un ‘complot’…

  6. CET ARTICLE EST 100% ANTI-UDPS
    UDPS ASALI BINO NINI? ARTICLE CHIFFON ET DES ENNEMI DE L’UDPS,
    BOKENDE KOSALA MOKILI NA BINO SANS UDPS.

    1. Ne dit-on pas qu’il n y a jamis de fumee sans feu…? Alors, au lieu de tes jeremiades, demontres-nous le contraire de la these de l’article ci-dessus.

      Ensuite, expliques-nous l’absence (louche) de Fatshi a la reunion des (vrais) opposants en Afrique du Sud, et l’absence de son UDPS a la Marche de la Coalition anti- PPRD-MP-FCC.

      Tout ceci sent « Prima-tire » pour Limete. Donc, sous la botte de l’imposteur Tanzanien de Kingakati et boy Ramazani

  7. Par ces mots pleins d’humanisme du célèbre poète comique latin Térence, Thomas Sankara adulé par tout un continent même au delà pour son charisme, sa vision politique, sa droiture, son intégrité,, son honnêteté « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » démontre qu’il est l’opposé des faux politiciens Kongolais corrompus qui n’ont d’humanité que la souffrance abjecte de leur peuple…

    En lieu et place de valoriser son expérience au sein des instances dirigeantes de l’Udps familiale Benelux, Félix Tshilombo grand collabo traître depuis Ibiza s’était hasardé pour candidater pour des élections truquées d’avance sous occupation étrangère Tutsi Power à produire des faux diplômes obtenus en Belgique pour bluffer ses millions des fanatiques aveugles laxistes envoûtés friands des titres académiques et cursus ronflants… Il est pris par sa vantardise par sa belle famille Tutsi Nilotique, lui qui croyait prendre tout Kongolais pour un naïf légendaire, oublieux, amnésique…

    Depuis longtemps, nous (Combattants Résistants Kongolais) le répétons sans cesse, il ne faut pas aller à Harvard, Cambridge, Stamford, Oxford, Yale, UniKin, UniKus, UniLu, Makerere pour comprendre une équation aussi simple selon laquelle Félix Tshilombo alias Félix Antoine Tshisekedi et Moses Soriano alias Moïse Katumbi Juif-Italo-Zambien pacsés en mariage officiel avec les femmes hirondelles Tutsi Nilotiques ne libéreront jamais les Kongolais que leurs beaux-frères massacrent depuis 1997… Sic

    « Inespéré pour celui qui est souvent raillé comme un « fils à papa » en raison de son manque de charisme et d’un sens incertain de la décision ». Même pas détenteur d’un Bac +1 l’équivalent d’un diplôme d’État Zaïrois, du CESS Belge, Tshilombo grand collabo, FATSHI pour ses fans aveuglés utilisent la politique de corruption comme son business pour s’enrichir impunément… Jusque quand ?

    “La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération.” James Freeman Clarke

    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste ( second 04 Janvier 1959) pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. La Luta continua la Victoria e certa. INGETA

  8. Certains vont s’arrêter sur sa non-preuve, personnellement je préfère considérer ce plan comme fort prévisible d’autant que depuis quelque temps Tshilombo et son Udps ont changé leur disque, tolérant une machine à tricher que hier ils vomissaient. Aujourd’hui des sept ténors attitrés de l’opposition, seul du côté de l’Udps on entend clairement faire bande à part : à qui va-t-on faire croire qu’elle le ferait si elle n’avait pas d’assurances ailleurs ?
    Cela étant, le plus grave n’est pas tant la désunion que cette position entraîne dans cette opposition mais bien que l’Udps se soumet ainsi à l’arbitraire et à la démagogie d’une autocratie à laquelle elle tente de « collaborer » au mépris des règles démocratiques.
    On se retrouve ainsi avec une Udps qui assassine à vue, d’ailleurs comme ses derniers transfuges Badibanga, Tshibala et d’autres qu’elle condamnait, la démocratie et l’État de droit qui ont été ses revendications emblématiques des décennies durant. Peut-on raisonnablement attendre un avenir partagé et efficace pour le pays lorsqu’on part d’un parti-pris aussi sesctaire ? L’Udps aurait raison plus que d’autres de gagner toute seule dans une élection à un tour et dans un processus truffé d’artifices et face à un pouvoir clairement arbitraire avec en plus tous les moyens de l’État.
    Voilà où nous en sommes aujourd’hui : des scrutins qui vont perdre davantage toute crédibilité de la faute non seulement du régime mais aussi de certains dans l’opposition…

  9. Rien d’étonnant dans cette République bananière, où les politiciens ne le sont que de nom, et l’opposition qu’un machine vide à la solde du Rwanda du sanguinaire Paul Kagame.

  10. CHERS COMPATRIOTES,
    NOTRE BIENHEUREUX MUKUMBWA, PARDON MUKUBWA WA RWANDA-TANZANIA, N’AVAIT-IL PAS RAISON EN S’EXCLAMANT A HAUTE VOIX DEVANT LE CONGRES REUNI  » SIANSE EROKO PAMBA NA KONGRO « ! ET NOS POURRITICIENS KONGORAIS D’APPLAUDIR FRENETIQUEMENT ET EN TRANSE  » RAIS WUMERA, WUMERA RIBERA « . HONTEUX A VOUS TOUS POURRITICIENS AVEC TETE DE WUMERA!
    KIADI KIBENI EN ATTENDANT DE TELLES NIAISERIES DE LA PART DE MIMBENGA YA MIBALI NA BA MAMA YA NDENGE OYO SE COURBER DEVANT CET ETRANGER QUI A CETTE MISSION DETRUIRE LE GRAND KONGO ET SON PEUPLE.
    WUMERA, WUMERA, RIBERA, ORINGA ORINGA TE RAIS WUMERA RIBERA NA KONGRO, C’EST DU N’IMPORTE QUOI.
    OUI, MON CHER COMPATRIOTE  » COMBATTANT DE L’OMBRE  » VOUS AVEZ COMPLETEMENT RAISON EN CITANT LE CELEBRE POETE COMIQUE LATIN  » TERENCE « . CONCERNANT LES FLATTERIES DES TRAITRES DES DIRIGEANTS KONGOLAIS ENVERS CE SOI-DISANT AUTOPROCLAME MTOTO WA KATANGA.
    CHOSE CURIEUSE, DEPUIS L’ENTREE DE L’AFDL, SOI-DISANT LIBERATEURS, ON ASSISTE AUX SERIES D’AUTOPROCLAMATIONS: MZEE LDK PRESIDENT AUTOPROCLAME, HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, AUTOPRCLAME FILS DE MZEE LAURENT DESIRE KABILA, DOE KABILA PARDON ZOE KABILA , AUTOPROCLAME FILS DE MZEE LDK, JANET KABILA AUTOPROCLAMEE FILLE DE MZEE LDK, MAMA SIFA AUTOPROCLAMEE EPOUSE DE MZEE LDK, NUMBI JOHN AUTOPROCLAME NEVEU DE MZEE LDK, LOUIS MICHEL AUTOPROCLAME PERE SPIRITUEL DE MZEE LDK, PATATI PATATA.. LA LISTE DES AUTOPROCLAMES ETRANGERS ET KONGOLAIS NE S’ARRETENT PAS LA, ELLE NE FAIT QU’AUGMENTER JUSQU’A L’INFINI DANS LE SEUL BUT DETRUIRE LE GRAND KONGO. ATTENDONS, NE SOYONS PAS EBAHIS, CAR D’AUTRES AUTOPROCLAMES VIENDRONT S’AJOUTER APRES LE 23 DECEMBRE, JE SUIS SUR ET CERTAIN.
    DONC TOUT LE MONDE AU GRAND KONGO EST AUTOPROCLAME QUOI!
    MOI GERMAIN, GRAND MAITRE D’ORIENT, GRAND PROPHETE DE TOUS LES AUTOPROCLAMES PROPHETES, J’AI VU DANS MA BOULE DE CRISTAL TOUS LES SCENARIOS A VENIR DE LA SCENE POLITIQUE KONGORAISE. JE VOUS ASSURE ET SANS BLAGUE, DEMAIN LE FANATIQUE NE KONGO  » ZENGAR MAMBUR, BANGAV BANGAV, CHANTALOWSKA, RAZIAVSKI, VERSERONS LES LARMES DE CROCO POUR LEUR LEADER LOMBOTHSI. LES ARGUMENTS DES COMPATRIOTES CITES CI-HAUT NE SONT QUE DU QUATSCH, QUATSCH ET DU BALA BALA! COMME DISENT NOS BRAVES ALLEMANDS.
    NE VOUS EN FAITES PAS CHERS COMPATRIOTES EN CHAIR ET EN OS  » JO BONGOS, KOLOMABELE, KUM, SEMAYOTE ALIDOR, FUTIRISTE, VOUS AVEZ PLEINEMENT RAISON EN PRONONCANT CETTE PHRASE D’UN SAGE  » WAIT AND SEE « . UND SIE DA! KANAMBE A AUSSI TERMINE SES ETUDES DE PhD IN USA, ISN’T? HE IS DISQUALIFIED BY NANGAA. WHAT MORE DO YOU WANT? BE PROCLAIMED PRIME MINISTER FOR LIFE? NO, NEIN, NON, NIET MY BROTHERS AND SISTERS, MY KONGO IS YOUR KONGO, OUR KONGO, ALL WE ARE EQUAL IN OUR KONGO, ISN’T?
    JO BONGOS A RAISON DE POUSSER CE SOUFFLE DE OUF! SUIVI DES KIE, KIE, KIE! SEYANGA N’EST PAS INTERDITN,EST-CE PAS, D’AILLEURS, KIE, KIE, KIE N’EST PAS LE MONOPOLE DE PERSONNE. TOUT LE MONDE A DROIT AU KIE, KIE, KIE!
    TOUS CES GENS LA, FANATIQUE DE LA PHILOSOPHIE DU NAISME, QUI VOIENT LA VIE EN ENVERS DOIVENT GOBER LES BIGOKOS, KINKOTOS EN KIKONGO.
    PLEASE, NO COMMENT NEEDED HERE!

  11. C´est la première que je sois vraiment decu de la publication faite sur le site Congoindependant. Congoindépendant était en dehors de cette turpitude de Boketshu, Mike Mukebay et son C-News. Maintenant, vous venez souiller l´impartialité de votre journal avec la publication de ce papier. Tenez: Oui, nous voulons aller aux élections sans machines à voter, alors nous demandons au MLC, UNC, et les autres qui ont leurs représentants à la CENI de les retirer avant la marche du 26 octobre 2018. poui, nous voulons marcher pour aller aux élections sans machines à voter, alors nous demandons à tous ceux qui se disent « opposants » de cesser à siège à l´Assemblée nationale avant le 26 octobre 2018 pour prouver la sincérité de leurs démarches. Le reste c´est de la distraction et sur ce point l´udps a raison. A supposer que l´opposition disait qu´elle boycotteraic es élections qui d´ailleurs ne seront jamais organisées le 23 décembre 2018. On donnerait une arme fatale à alias Kabila. Il pourrra dire, j´ai accepté la date du 23 décembre pour organiser les élections; j´ai accepté de présenter mon dauphin, j´ai même acheté les machines à voter et c´est l´opposition qui a refusé ces élections. Voilà le premier piège. Deuxième piège, pensez vous que sans machines à voter alias Kabila ne va pas tricher? Alias Kabila vient de gagner son pari, celui de créer l´agitation inutile dans l´opposition et lui et son dauphin Shadary sont maintenant calmes.

    1. @Ozoni
      Encore ?! De plus je ne vois pas beaucoup de cohérence dans votre argumentaire ! Je veux donc le faire cette fois plus fouillé et donc plus long, juste pour vous, mais rassurez-vous rien contre l’Udps parce qu’Udps mais par ce qu’elle fait…
      Tenez, vous commencez par signifier à CIC votre lourde déception du fait qu’il aurait souillé son impartialité légendaire(!) en publiant une opinion/analyse qui selon vous ne vaudrait tripette mais en même temps vous vous croyez autorisé de proclamer vos préférences au mépris de la liberté d’expression ? Ne vaudrait-elle que s’agissant de vous et inconnue dès qu’il s’agit d’un autre ? Vous vous donnez tous les droits, rien aux autres en somme, vous décidez de ce que CIC doit juger utile de publier ; voyons…
      Vous poursuivez mi ironique mi sérieux en sommant les autres groupes de l’opposition de s’aligner sur les desiderata de l’Udps jusqu’à décréter qu’en dehors de celle-ci tout le reste n’est que distraction, l’Udps ayant forcément raison au nom de je ne sais quelle logique.
      Soyons sérieux ; personne (l’Udps et les autres partis ) n’a pris et ne prendra à ce stade la responsabilité de clamer le boycottage des élections car tout le monde dedans et dehors le rendrait coupable d’un capotage de celles-ci et parce que le pouvoir le rendrait responsable de tout alors que lui-même a peut-être des raisons cachées, logistiques ou autres, de les reporter. En même temps personne d’entre eux même l’Udps n’a non plus manqué de continuer à affirmer son refus de la machine et cie tandis qu’ici vous louez cette Udps qui a clamé tout haut qu’elle irait aux élections même avec tous ces artifices ; cherchez l’erreur……….

      L’erreur, mon cher ami, est d’abord dans le calendrier : stratégiquement affirmer A CE MOMENT qu’on irait aux élections malgré tous les subterfuges plantés exprès par le pouvoir, c’est affaiblir et démobiliser l’opposition en se refusant la poursuite des pressions et renforcer le pouvoir adversaire…
      L’erreur, c’est faire « cavalier seul, se désolidariser d’un groupe dont on a eu tout le mal à tisser l’unité, or celle-ci est la première arme pour gagner…
      L’erreur, c’est de privilégier par cette sortie seule sa paroisse (aux dépens d’une unité indispensable au combat pour le pays) et sa préséance au nom d’une antériorité passe-muraille dans l’opposition, par ailleurs signe d’incapacité à imposer par des arguments autrement valables son leader à la candidature commune…
      L’erreur, c’est quelque part de vider le processus électoral de toute crédibilité car ce ‘cavalier seul’ suppose qu’on a succombé à l’arbitraire et aux cadeaux de l’adversaire le plus fort d’où le soupçon légitime d’une « collaboration » avec celui-ci car tout le monde sait que dans ce contexte il est quasiment impossible de gagner tout seul…

      Voilà, cher Ozoni, l’opposition sera obligée à aller aux élections même avec la machine et tutti quanti, là n’est pas le problème, il est que stratégiquement il était prématuré, inopportun, imprudent et suspect de le clamer à ce stade…
      Osons juste espérer que ses rivaux de l’opposition feront malgré tout prévaloir la nécessité de l’unité et ne retireront pas à l’Udps leur alliance malgré sa sortie regrettable de route car là réside le résidu de chances qui leur reste quand tout le reste sera perdu…

  12. Nono,
    Lors du retour de Bemba au Congo à sa sortie de la CPi, à son arrivée à kinshasa, il est parti au sénat de Kabila son bourreau pour régler ses problèmes d’émoluments et, dans la chambre basse du parlement, les élus de son « parti » continuent de siéger et reçoivent gracieusement leurs pactoles dans une institution hors mandat. C’est triste ! Qui trompe qui ? Le même chairman est allé ,en premier, visiter et déposer sa candidature à la ceni. Quelques semaines avant, sa secrétaire générale Eva Bazaïba déclara à une proposition d’une transition sans Kabila de Félix ceci : » Mlc ne fait pas la politique de la chaise vide » et l’autre d’enchérir ( Ewanga ?) : si Félix veut arrêter Kabila, qu’il le fasse, il le voit passer dans les routes de kinshasa. Bazaïba avait encore dit : « PPRD est un partenaire ». bref, il y a trop de déclarations fâcheuses et malencontreuses débitées par les responsables de MLC. Bemba invalidé, MLC commence à poser des préalables et à peaufiner des stratégies. pourquoi toutes ces tergiversations et contradictions de leur côté ? Dans l’hypothèse où Bemba validé et félix invalidé, croyez-vous sincèrement qu’il pouvait poser ses préalables ? Allons aux élections, nous ne voulons plus de transition pour proroger la présence de Kabila dans la direction du pays. Pour Bemba, Katumbi, servir le Congo, il faut l’un d’eux devient président ? Bemba peut se reposer, il vient de loin et il est déconnecté; katumbi a assez amassé de richesses au katanga sur les minerais. leur crainte, c’est de voir l’UDPS prendre le pouvoir et y perdurer si elle travaillait bien. Les deux messieurs ne peuvent pas aussi faire l’expérience de l’opposition, et laissez ceux qui n’ont pas encore gouverné de les voir à l’exercice. Ngbanda dit :  » UDPS fait tuer gratuitement le peuple par ses marches », comme si l’Udps bat elle-même ses combattants au dos. Botika ba jeux wana, ekomi tour ya peuple.Loin de moi un comportement ethniciste, car je suis un vrai fils Kongo de père et mère. Mais je suis chaque jour l’ évolution politique du pays. Bénissons et prions que Félix réussisse, que de souhaiter qu’il échoue pour ne rien gagner. FATSHI yala ka yala.

    1. @zenga mambu
      Entendons-nous bien : je n’ai à ce stade rien contre l’éventuelle ascension de Tshilombo jusqu’au sommet, je n’y pourrais rien quand bien même je le trouverais limite s’il y arrive par ses mérites et le choix souverain qu’il aura suscité derrière lui…
      Je ne suis pas non plus réservé sur ses capacités parce que d’autres que vous me citez vaudraient mieux que lui, je critique juste ici le chemin qu’il emprunte, aller aux élections malgré la machine, le fichier et consorts qu’il dénonçait hier parce qu’une révélation divine lui aurait démontré que ces artifices sont en fait inoffensifs ; je critique son choix de s’être désolidarisé du reste de l’opposition pour jouer la primauté de son parti au nom d’une préséance dans l’opposition qu’il ne pouvait imposer autrement par ses arguments…
      Ainsi donc je doute fort qu’il puisse gagner tout seul sans les autres et du coup le soupçonne de faire la courte échelle à un archétype de dictature que son parti et avec lui son père ont combattu des décennies durant. Dites-moi que deviennent là-dessus l’État de droit, la démocratie, revendications emblématiques de l’Udps si le processus électoral est ainsi galvaudé : des choix non du souverain primaire mais d’une manne frauduleuse au sortir des négociations avec une dictature, car ce sera bien la manœuvre dans ce cas ?
      Si vous me prouvez qu’en choisissant sa nouvelle stratégie, les valeurs démocratiques (de son père !) seront toujours la base de son combat et de son action politiques et n’est pas en quête du pouvoir pour le pouvoir en « collaborant » avec une dictature qu’hier il dénonçait, si vous me rassurez que l’Udps sera ainsi demain plus utile à notre pays, croyez-moi je m’en consolerai…

  13. @zenga mambu.
    Le reproche que vous faites au MLC et à l’ENSEMBLE vaut aussi pour l’UDPS.
    Sous Mobutu,Etienne Tshisekedi était nommé premier ministre plusieurs fois.Quand il formait son gouvernement,certains de ses alliés étaient oubliés. Quand ils réclamaient un petit bout du gâteau,le Sphinx de Limete leur répondait que c’est pas seulement au gouvernement qu’on pouvait être utile au pays.Lui-même ne se voyait pas utile au pays en dehors du gouvernement.
    Lors de la présidentielle de 2011,on parlait aussi de l’unité de l’opposition.Pour Etienne Tshisekedi,cette unité ne devait se faire que autour de lui. « Je ne me suis pas battu pendant 30 ans,pour laisser ma place à un autre »,disait-il.
    Comme le petit bouc a des cornes comme son père,FATSHI se comporte de la même manière.Pour lui et les combattants de l’UDPS,le candidat unique de l’opposition ne peut pas être quelqu’un d’autre.Tout simplement au nom du père. Ils évoquent les nombreuses années de lutte comme raison principale.Comme si le nombre d’années de combat confère la compétence pour assumer les plus hautes charges de l’Etat.
    Antoine Kizenga qui a fait l’opposition pendant 46 ans s’était révélé un piètre premier ministre.
    Kamerhe a dit un jour qu’il pouvait s’effacer au profit d’un autre candidat. Bemba,Katumbi et Muzito n’ont pas fait de leur invalidation une question de vie ou de mort.
    A en croire certains,une des raisons du divorce FATSHI d’avec ses collègues de l’opposition,c’est le fait que ses chances pour être désigné candidat unique sont minces.Il y en a qui ont des CV plus costauds que le sien. Il a préféré faire cavalier seul. Face à la machine du FCC qui va broyer tout sur son passage,FATTSHI ne résistera pas.
    Pendant les élections de 2011,l’UDPS était la deuxième force au parlement,derrière le PPRD. Mais avec seulement 48 députés,soit près de 10%. Donc elle ne pouvait pas peser au parlement. En 2018,le Fils fera-t-il mieux que le Père? Rien n’est moins sûr.
    Le FCC pourra le récompenser,pour avoir crédibilisé les scrutins par sa participation. On lui offrira la primature.Comme il n’aura pas la majorité parlementaire,ses réformes ne passeront pas.Il sera un premier ministre invisible et inaudible comme Brindwa,Badibanga et Tshibala. Ceux-ci était aussi hauts cadres de l’UDPS.
    TOZO TALELA. TOZOJUMELER.

  14. Je m’attendais que Vital Kamerhe joue a l’opposition cette carte a la dernière minute,et voilà l’UDPS vient de surprendre TOUT le monde,la politique congolais est PLEINE de surprise…#DégagésMediocres

  15. Vous avez détesté le vieux Gizenga et la honte de Kawele, Nzanga Mobutu ? Les avez-vous traités une fois de collaborationnistes ?
    Vous avez vomi Badibanga et Tshibala ?
    Je peux vous dire que Tshilombo Félix est pire que 4 congorais.
    Cela va se savoir… dans très peu de temps. A moins qu’il se reprenne mais cela va lui être difficile. Il a les mains liées par le gang rwandais. Il est foutu, fichu. Sa seule chance, la chance de sa vie reste de devenir premier-ministre de Shadary. Et jouir, avec ses frères de tribu, de privilèges du pouvoir. Ils n’attendent que ça et les rwandais le savent.
    Au fait, quelqu’un pourrait lui rappeler qu’il doit enterrer dignement son père. Nous sommes bantou, NOUS. On respecte nos morts.

Les commentaires sont fermés