Simon Diasolua: « Je me réjouis de l’Accord aérien conclu entre la RDC et le Rwanda »

Depuis la prise de pouvoir à Kigali par le « FPR » (Front patriotique rwandais) en juillet 1994, le Congo-Zaïre et le Rwanda entretiennent des relations complexes. On le sait, dès le déclenchement de la première attaque du FPR en octobre 1990, le maréchal Mobutu Sese Seko avait envoyé un contingent des forces spéciales de l’armée zaïroise à la rescousse du président Juvénal Habyarimana. Cette intervention zaïroise est perçue par certains milieux rwandais comme un soutien apporté aux Hutus au détriment des Tutsis. L’article 2 du « Traité d’amitié et de coopération », signé le 20 septembre 1976 à Gisenyi, dans le cadre de la CEPGL (Communauté économique des pays des Grands Lacs) entre le Burundi, le Rwanda et le Zaïre stipule noir sur blanc ce qui suit: « Les hautes parties contractantes s’engagent à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de leurs Etats respectifs, à cette fin, elles décident de tout mettre en œuvre pour que la sécurité totale règne à leurs frontières mutuelles ». La prise du pouvoir par l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), le 17 mai 1997 à Kinshasa, est venue corser la complexité des rapports bilatéraux. Trouvaille ougando-rwandaise, l’AFDL – dont les troupes rwandaises seront la composante essentielle – n’a pas laissé que de bons souvenirs dans sa marche d’Uvira à Kinshasa. Depuis la rupture entre le Mzee et ses anciens parrains ougandais et rwandais, fin juillet 1998, et la guerre qui s’en est suivie, la paix des cœurs et des esprits peine à revenir entre les peuples congolais et rwandais. Le 20 mars dernier, le Congo-Kinshasa de Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo et le Rwanda de Paul Kagame ont signé un accord aérien. Les compagnies aériennes « Rwandair » et « Congo Airways » vont bientôt établir des liaisons directes entre les capitales des pays respectifs. La nouvelle est diversement commentée dans les milieux congolais. Inutile de souligner que tout ce qui a une relation avec le Rwanda actuel n’inspire que de l’aversion auprès d’une majorité de la population congolaise. S’agissant dudit accord, d’aucuns redoutent que la partie congolaise soit « le dindon de la farce ». Pour avoir un avis dénué d’émotion, Congo Indépendant a fait appel à un expert. Il s’agit de l’ex-commandant Simon Diasolua Zitu. Ancien pilote instructeur DC.10 et directeur des opérations de la compagnie Air Zaïre – rebaptisée LAC (Lignes aériennes congolaises) – et responsable du BEA (Bureau enquête et accident), le « commandant Diasolua », comme l’appellent ses amis et proches, commente la convention signée entre les deux pays.

Comment allez-vous?

Je vais très bien. Je vois que l’actualité aéronautique nous rattrape.

Vous allez « très bien » alors que votre ancien employeur « L.A.C. » n’a toujours pas versé les décomptes finaux de son personnel auquel vous faites partie?

C’est une toute autre histoire. J’attends toujours le paiement de mon décompte final. Comme cela tarde, j’ai attaqué la compagnie en justice. Une compagnie peut faire faillite. Elle peut même disparaître. Il est une chose qui ne disparaîtra jamais: le social. On peut tout supprimer sauf une « dette sociale ». J’ai travaillé pendant 45 ans. Entre 2011 et 2012, j’ai reçu la notification de ma mise à la retraite. Pour moi, la compagnie continue à exister. J’ai attendu en vain mon dû. Il faut qu’une solution soit trouvée à ce contentieux. Pour votre information, j’ai gagné le procès. A ce jour, je suis au stade de la « certification » de la créance que je détiens sur mon ancien employeur.

Quelle est votre lecture de l’Accord aérien signé le 20 mars dernier entre le Congo-Kinshasa et le Rwanda?

En tant que libéral de convictions, je me réjouis de la conclusion de cet Accord. Nous les Congolais avons la fâcheuse habitude de nous focaliser sur le passé. Nous passons, de ce fait, à côté des réalités du moment.

Quelles sont ces réalités?

Ces réalités sont les suivantes: l’Etat a pour mission de gouverner et d’administrer le territoire national. L’Etat doit laisser tout ce qui touche aux entreprises (PME et PMI), notamment la création des richesses et des emplois, au secteur privé. Aux investisseurs. Aujourd’hui, on me dit que Congo Airways est la nouvelle compagnie aérienne nationale. Pourquoi pas? J’estime, par contre, que l’Etat congolais doit prendre conscience que les choses ont changée. En clair, l’Etat doit ouvrir le capital de cette compagnie nationale aux investisseurs privés. Si j’avais un conseil à donner, je dirais que l’Etat doit rester propriétaire. Toutefois, sa part ne devrait pas dépasser 20% du capital.

Pensez-vous que ledit accord aérien serait « gagnant-gagnant » comme on entend pérorer dans certains milieux proches de la Présidence à Kinshasa?

Si cet accord arrivait à ne pas être gagnant-gagnant, je crains que la faute incombe aux Congolais.

Comment?

Je m’explique. Vers la fin des années 90, des pays africains se sont réunis à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire. Ils décidèrent de se mettre ensemble en créant une plateforme. C’était la naissance du « Ciel unique africain ». Avant la « Déclaration de Yamoussoukro », chaque pays africain était maître chez lui. La situation n’a pas changé. Sauf que sur le plan aérien, Il fallait absolument faciliter les choses aux habitants du continent. A titre d’exemple, il est difficile pour un voyageur congolais de prendre un vol direct Kinshasa-Niamey. Et vice-versa.

Voulez-vous dire que le voyageur congolais devait transiter par Paris pour atteindre la capitale nigérienne… qui se trouve en Afrique de l’Ouest?

Absolument! La colonisation se poursuivait à ce niveau. C’est ainsi que des Etats africains se sont réunis à Yamoussoukro pour jeter les bases de la libéralisation du ciel africain. La Déclaration de Yamoussoukro devait être ratifiée par d’autres Etats africains…

L’accord aérien sous examen sera-t-il profitable aux deux parties?

Pour le moment, je dis: Oui!

Quels sont vos arguments?

La compagnie Rwandair a débuté modestement avec quelques avions. Aujourd’hui, elle ne compte pas moins de quatorze aéronefs. Le « Grand Congo », lui, n’a que deux avions Bombardiers et deux Airbus A320. Le grand problème de notre pays est et reste notre réputation. Tant que notre pays sera « blacklisté », nous ne ferons aucun progrès dans le secteur du transport aérien. Chaque année, l’Europe et les Etats-Unis mettent à jour et publient la liste des pays « blacklistés ». Que reproche-t-on à ces pays? Il y a le non-respect de la Convention de Chicago.

La question initiale restée posée: en quoi est-ce que l’accord signé le 20 mars à Kinshasa serait gagnant-gagnant?

Avant la signature de cet accord du 20 mars, il y avait un vieil accord signé en 1970 entre la République du Rwanda et le Zaïre. Cette convention n’a jamais été mise en application. Il n’y a jamais eu de vols réguliers entre les deux pays. Les Rwandais considèrent, sans doute, que l’accord signé en 1970 ne répond plus à leurs attentes. Aujourd’hui, ce pays dispose d’une aviation qui est reconnue mondialement. Le pays n’est pas « blacklisté ». Bref, les Rwandais voudraient faire des affaires.

Jusque-là, c’est le Rwanda qui tire son épingle du jeu…

Je vais y arriver. L’intérêt de notre pays réside au fait que ce « deal » nous donne l’opportunité d’inviter nos gouvernants à prendre toutes les dispositions pour sortir notre pays de cette situation très peu glorieuse. Dès que le pays sera extrait de cette « liste noire », nos avions seront à nouveau autorisés à aller partout.

Que répond l’expert en matière d’aéronautique civile que vous êtes à ceux qui allèguent que cet accord a été signé « à la va-vite » sans des études préalables notamment sur la rentabilité?

Ceux qui avancent ces allégations ont tort. Les Rwandais sont prêts. Ils nous ont approchés. Nous les avons invités pour la cérémonie de signature. Désormais, Congo Airways va atterrir à Kigali. Rwandair fera de même à Kinshasa. Je ne vois aucun perdant à ce stade. Nous sommes gagnant-gagnant.

Quid dire des tarifs appliqués par les deux compagnies? Il semble que le prix du billet pratiqué par Congo Airways serait plus exorbitant que celui de Rwandair sur l’itinéraire Kinshasa-Kigali et retour…

N’étant gestionnaire d’aucune de ces compagnies, je n’ai aucun point de vue à émettre. Nous sommes ici sur le terrain commercial. Pourquoi telle compagnie aérienne fait des vols à 50 $ pendant que telle autre demande aux passagers 300 ou 400 $ pour le même trajet? C’est connu, « Ryanair » est la compagnie aérienne européenne la plus rentable. Tout est question de la qualité de service rendu à la clientèle. J’ai emprunté, plusieurs fois, des vols Ryanair. A bord, tous les services sont facturés. Le moindre verre d’eau est payant. Si Rwandair facture 250 $ là où Congo Airways demande plus de 300 $, les passagers auront à juger au niveau de la qualité du service à la clientèle.

Devrait-on déduire que le « commandant Diasolua » est plutôt favorable à l’accord aérien entre Kinshasa et Kigali?

Absolument! Aujourd’hui, nous débutons avec Rwandair. Demain, les deux compagnies pourraient développer d’autres formes de relations. N’oubliez pas que le Rwanda, qui est un petit pays, a créé un Centre de formation dans le domaine aérien. Le « Grand Congo », lui, n’a rien. Et pourtant, cela fait des années que nous tirons la sonnette d’alarme pour sensibiliser nos dirigeants sur le fait que le pays ne cesse de reculer dans ce secteur. Dans le domaine aérien, la RDC a reculé de vingt ans du point de vue de la formation du personnel navigant. Ceux qui craignent que le Rwanda soit le seul à tirer profit de l’accord signé le 20 mars ont tort.

Une anecdote qui appelle un commentaire de votre part. Dans les années 70, après une visite officielle en Guinée de Sekou Touré, le président Mobutu « ordonne » à Air Zaïre d’inaugurer une liaison Kinshasa-Conakry sans études préalables sur la rentabilité de la ligne. Après quelques mois, l’escale de Conakry s’est révélée « déficitaire » tant en passagers qu’en fret. Ne risque-t-on pas de faire, à nouveau, fausse route?

A l’époque de Mobutu, Air Zaïre n’a jamais exploité une destination sans que celle-ci n’ait été précédée par une étude de marché. Chaque fois, le service commercial faisait des études afin de savoir si la ligne envisagée était rentable ou pas. Air Zaïre étant une compagnie d’Etat, il est vrai qu’il nous arrivait de recevoir des injonctions nous obligeant par exemple à commencer une liaison à Ndjamena au Tchad. A l’époque où j’étais commandant de Caravelle, Air Zaïre atterrissait, deux fois par semaine, dans la capitale tchadienne. Il nous arrivait de ne transporter que cinq passagers à l’aller et trois au retour. La compagnie a fini par faire comprendre aux gouvernants que cette ligne était un gouffre financier. Je me rappellerai toujours la réaction des autorités: « Oui mais, n’oubliez pas qu’Air Zaïre est appelée à jouer un rôle non seulement commercial mais aussi politique ». La ligne Kinshasa-Ndjamena arrangeait les affaires de l’Etat, en tant que pouvoir politique, mais nullement celles de la compagnie nationale.

A vous entendre parler, il ne reste plus qu’à souhaiter « bonne chance » aux deux compagnies aériennes…

Il me semble que nous – les Congolais – devrions mettre nos sentiments de côte. Nous devons nous adapter au temps présent. C’est vrai qu’il y a eu des problèmes entre le Rwanda et notre pays. Je crois qu’il faut laisser les hommes de bonne volonté et les hommes d’affaires fructifier leurs capitaux. Pendant que nous avons les yeux rivés sur le passé, les autres ne nous attendent pas. Ils avancent. Les avions de Rwandair volent partout. Les nôtres sont limités au ciel africain…

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

25 thoughts on “Simon Diasolua: « Je me réjouis de l’Accord aérien conclu entre la RDC et le Rwanda »

  1. Monsieur DIASOLUA devrait profiter de sa retraite au lieu de raconter n’importe quoi.
    Et notre contentieux avec le Rwanda n’a rien de « passé »… Il est plus que jamais actuel.

    1. @ paysan
      Malgré son àge, Mr Diasolua a encore ses capacités de raisonner comme un intellectuel. Un vieux sage qui a des idées constructives. bravo Mr le pilote.

  2. Il y a eu des problèmes avec le Rwanda où il y a DES problèmes avec le Rwanda de Kagame.
    Il faut régler le problème avant de normaliser les relations diplomatiques et commerciales. Pour l’instant, il faut plutôt appliquer des sanctions que signer des accords commerciaux. Nous avons 9 voisins que je sache. Pourquoi nous devons commencer l’ouverture Aérienne de notre espace par le Rwanda ?
    Quand Mukwege dit que la communauté scientifique ne sait dire que faire en cas d’un viol d’un bébé de 3 mois… est-ce qu’on l’écoute, zut !
    Quand les victimes congolaises racontent que les macaques qui commettent ces abominations parlent kinyarwanda…
    Que répondent les autorités congolaises ? Allez faire courbette au mémorial de Kagame et signer avec Rwandair est une insulte aux victimes congolaises.
    En toute hypothèse, ce n’est pas la réponse adéquate !

    1. @ Mwana ya Mokolo
      Ces Rwandais qui violent les enfants là dans les forêts du Congo ce sont ceux là mm qui ont commis le genocide au Rwanda et qui se cachent dans les forets du Congo parce qu ils ont peur de rentrer au Rwanda .la securité devait commencer par là. Quand aux memorial , le président Felix n a pas joué un rôle dans ce génocide contrairement à toi . Et puis ces victimes dont il est question n’ont rien fait ni au Congo ni aux Congolais ni à qui que ce soit. Felix l a fait parce qu il sait ce que c est un génocide et que lles consequence il a eu sur nos deux pays.Revenons sur les acvords Les accords sont signés et les deux vols vont bientont commencer. Si tu vas te suicider pour ça, vas y.

      1. @ kanza,
        Je n’ai pas de problème à débattre avec les gens qui ont une opinion contraire à la mienne mais je pense que c’est une perte de temps que de discuter avec les fanakuiti, les talibans, les Tshisekedjihadistes et les rwandais pro criminel Kagame.
        Vos arguments datent, il faut changer de logiciel. Ces arguments bidon ont déjà été démontés un à un par les différents rapports dont ceux de l’ONU.
        Pour votre information, les différents rapports de l’ONU parlent, concernant les fameux Fdlr, d’un groupe de moins de 1200 personnes composé des jeunes âgés entre 15 et 25 ans.
        Si les génocide rwandais a eu lieu il y a 25 ans, quel âge avaient-ils au moment du génocide. Prenez vos petits doigts et utilisez votre petit cerveau pour compter.
        Allez sur YouTube et visionnez Rwanda untold Story (BBC), lisez le rapport mapping, lisez Charles Onana (ces tueurs Tutsi au cœur de la tragédie congolaise), lisez, lisez… vous serez plus instruit et vous raconterez moins de bêtises.
        Pour l’éducation, tutoyer les gens qu’on ne connaît pas révèle une carence éducative assez profonde. Puisque je ne veux pas critiquer vos parents, je mets cela sur le compte de votre propre incapacité à assimiler les règles élémentaires de l’éducation.

    2. @ Mwana ya mokolo lopangu
      Ces macaques dont tu parles qui violent les bébés au Congo sont des miliciens hutu genocidaires qui errent comme des chiens dans les forêts du Congo. Ils ne veulent pas rentrer au Rwanda parce qu ils ont commis un genocide et preferent rester au Congo où ils circulent librement sans etre dérangés dans l espoir de se préparent à attaquer le Rwanda..Comme tu dis qu il faut regler le problème avant de normaliser les relations diplômatiques proposes comment on peut regler ce problème.

      1. @ Maza,
        Je vais vous dire la même chose. Je n’ai pas de problème à débattre avec les gens qui ont une opinion contraire à la mienne mais c’est une perte de temps que de discuter avec les ignorants. Je vais quand même vous instruire.
        Les miliciens hutu ? Combien sont-ils et quel âge ont-ils ? L’argument a déjà été déclaré irrecevable au point que plus personne ne l’évoque. Ils parlent maintenant des invisibles ADF NALU qui seraient selon l’ONU moins de 300. Seulement voilà les ADF ne parlent pas kinyarwanda.
        Allez sur Google et visionnez Rwanda’s untold Story (BBC). Entre minutes 30 et 35, l’enquêteur américain donne des chiffres non contestés à ce jour.
        Il dit qu’il y’a eu certainement entre 800 mille et 1 million de morts au Rwanda. Il affirme qu’avant le génocide il y avait 550 mille Tutsi dont 350 mille ont survécu. Ainsi, 800 mille morts veut dire 200 mille Tutsi et 600 mille hutu massacrés par le génocidaire Kagame et son FPR.
        Judi Rever dans « in praise of blood » dit la même chose.
        Charles Onana dans « ces tueurs Tutsi au cœur de la tragédie congolaise» ne dit pas autre chose.
        A qui profite les crimes au Congo ? A celui qui est devenu le 1e exportateur du coltan qu’il n’a pas: Paul Kagame (et ses extrémistes Tutsi). Kagame est le plus grand criminel de l’histoire africaine post coloniale.
        Pour l’éducation, tutoyer les gens qu’on ne connaît pas révèle une carence éducative assez profonde, je le répète. Soit c’est un problème d’assimilation des règles élémentaires soit c’est une défaillance de votre milieu social.
        La solution au problème passe par une purge de l’armée et la police afin que le Congo redevienne FORT.
        Quand Le chef d’état-major général adjoint en charge des opérations et renseignements des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) s’appelle le lieutenant général Gabriel Amisi Kumba « Tango Four », il faut être un idiot pour ne pas comprendre le souci.

  3. 1. PERCEPTION (S)
    Nous devons avoir plusieures perceptions et penser sous diverses angles… afin de resoudre cette question des sanctions.
    Avec tout le respect pour le vieux Simon…l´un des pioniers de l´aviation au Congo, l´une des preuves vivantes que les congolais ne doivent pas avoir des complexes d´inferiorité face á n´importe quel autre Humain sur cette planète..
    Oui, la RDC où toutes les provinces possedent plus au moins deux aeroports est un grand marché pour l´aviation commerciale.
    Le Rwanda avec seulement Kigali comme aeroport ne peut que tirer profit du marché congolais. Nous ne pouvons jamais effacer la page sanglante des invasions de notre territoire en accordant facilement au Rwanda l´accès á notre espace aerien.
    Une fois de plus, nous avons un grand respect pour tous les congolais qui possedent une autre perception dans ce domaine.
    2. OFFSET
    Ce concept est de plus en plus visible sur la planète et surtout dans le domaine de l´aviation militaire. Si des pays comme le Koweit, l´Inde, le Qatar ect… signent des contrats pour importer des avions de combat d´Airbus ou des USA, c´est avant tout pour tirer profit des « compensations » technologiques ou économiques qui accompagnent ces contrats.
    S´il nous faut deplacer ce concept dans l´aviation civile, les congolais devraient comprendre que l´achat des nouveaux avions de transport..et non cette approche d´achat des avions d´occasion..
    Oui, signer des contrats d´achat des Boieng ou des Airbus peut appliquer cette approche de « OFFEST » où la compensation devrait se faire sous forme des constructions des nouvelles infrastructures aeroportuaires.
    En bref, acheter des avions modernes et obtenir la compensation en modernisant un grand nombre des aeroports avec une aide á la navigation aerienne moderne, une liaison satelite ect..
    Cette approche peut impliquer ensuite une privatisation de ces aeroports pour optmiser la gestion et la maintenance.
    Oui, le vieux Simon a raison d´affirmer qu´il faut nous projetter dans le futur… mais á condition de tirer des enseignements du passé et surtout de ne pas offrir aux autres la possibilité de nous « coloniser » quand nous possedons toutes les potentialités.

  4. Excellent point de vue du commandant Diasolua, il faut regarder vers l’avenir, le passé sert de fondation dans ce qui est positif, et de rejet pour le négatif pour ne pas faire les mêmes erreurs

  5. Ainsi donc, nous congolais, nous devrions mettre nos sentiments de côté. Oublier le génocide congolais, nos parents massacrés, nos mères violées, nos frères et sœurs mutilés et déplacés… nous devrions oublier les fosses communes, les horreurs de Beni, Yumbi, Walikale, Minwembe et ailleurs… oublier Rossy, Dechade, Chebeya et tant d’autres…oublier les enlèvements, les tueries qui continuent à ce jour, tueries organisées par de khmers rwandais… oublier toute cette tragédie pour laisser  » les hommes de bonne volonté et les hommes d’affaires fructifier leurs capitaux  ». Pas moins que ça.
    Tant qu’on y est, pourquoi ne pas offrir la province du Kasaï au Rwanda ? En contrepartie, en  » Deal win-win  », on recevrait les hirondelles rwandaises, toutes HIV +.
    Toloba toloba te…

    1. Le commandant a bien dit. en 1990 le Zaire envoie des militaires Zairois pour soutenir le regime génocidaire de Habyatimana qui massacrait les tutsi. la suite est connue. Quans au SIDA ? mon frere laisse tomber. Franco ayemba Sida eponi ekolo te , bokeba. tiika buzoba olobaka awa. lobi okoloba ba Tusi nde bamemi ebola na Congo.. »

      1. 1. Je ne suis pas rwandais. Je ne suis donc pas votre frère.
        2. Qui est  » Habyatimana  » ? Contrairement à votre pays, le Congo n’a jamais soutenu un régime génocidaire. Le génocide, c’est votre spécialité. Les congolais sont des victimes de votre barbarie atavique.
        3. Reprenez vos vaches et vos bâtards et rentrez chez vous.

  6. Parole d’un homme intègre, qui a la maîtrise des dossiers qui concernent son domaine donc l’aviation. Si dans notre pays on arrive à nommer les dirigeants selon les compétences voilà celui qui pourrait gérer l’espace aérien congolais de part son expérience. DG de la RVA, pourquoi pas? Mon Commandant, mes respects.

  7. Je crains que le credo libéral de notre Commandant ne mélange ici et là des choses au risque d’embrouiller de façon regrettable la question capitale pour notre pays de ses relations complexes avec le voisin rwandais. Le secteur privé et le secteur public, le libre-échange et la nécessaire préservation des intérêts vitaux d’une Nation ; chaque préoccupation à sa place et au bon moment…
    D’un côté, notre espace aérien ne peut que bénéficier de la compétition entre compagnies internationales notamment pour améliorer ses performances et services mais en même temps un Congo Airways aujourd’hui encore très peu performant peut être asphyxié par l’irruption intempestive d’un RwandaAir lui déjà puissant.
    De l’autre nos relations avec le Rwanda sont lourdes d’une histoire d’agression et de prédation encore à solder au point où la régler précipitamment sur le dos des seuls besoins matériels peut lourdement grever sa souveraineté.
    Bref, pour moi, on s’est précipité avec cet accord commercial : le contentieux politique nécessite encore règlement avant des préoccupations commerciles surtout que pour l’heure cet accord n’est qu’à l’avantage de RwandaAir et du Rwanda.

    1. @Nono
      la ie Rwandair est deja puissante, raison de plus pour pousser les Congolais á travailler dur pour se metre à niveau et aller au delà même. On ne va pas croiser les bras parce que les autres sont en avancet.. Rwandair devenue puissante aujourd hui ne l’est pas devenue par hasard. Ce ne sont pas les têtes qui manquent au Congo si nous voulons que ça marche ça va aller. .Quand à l agression, revenons à ce que le commandant a souligné . Le marechal avait envoyé des militaires pour soutenir le regime genocidaire en 1990 c est sinsi que en 1994 ce regime massacre les inmocents. les conséquences n’ ont pas epargné le Congo. les 2 chefs détat veulent normaliser les relations après toutes ces années de guerre. y a t il un problème dans cela?. après tous ,nous tous allons mourir mais le Congo restera voisin du Rwanda.

      1. @Brigo
        Je ne suis pas sensible à votre relativisme comme je l’ai suggéré ci-dessus. J’y suis même très hostile tant c’est toujours dangereux de prendre à la légère les questions de souveraineté au point que lorsque dans un conflit on ne tient compte des frustrations profondes d’un peuple on se condamne à « des guerres de cent ans ».
        La relation entre le Congo et le Rwanda est devenue lourdement complexe depuis le génocide de 1994 auquel, contrairement à vos pitoyables approximations aucun Congolais n’a été mêlé ni avant ni après (en 1990 Mobutu est allé légalement à la rescousse d’un voisin ami qui était agressé par l’Ouganda et Américains via le FPR).
        La vérité est simplement que le régime tutsi hegemoniste de Kagame s’est lancé alors dans un contre-genocide revanchard aidé par les Occidentaux surtout anglo-saxons. Ils en ont tous profité pour prendre possession des ressources et terres du Congo pour abonder leur maigre budget.
        Méfiez-vous donc : un règlement à la va vite tel que vous le célébrez de ce lourd contentieux risque fort demain d’avoir d’interminables récidives. Comme disait le Révérend Ekofo, le Zaïre-Congo ne restera pas toujours le faible État qu’il est devenu aujourd’hui et dont le Rwanda de Kagame a profité et dont il veut encore profiter avec son sourire malicieux. Son destin par sa configuration est d’être plus fort que le Rwanda et ces enfants risquent de s’en souvenir et de demander des comptes…
        Je vais revenir pour développer un peu plus ce sujet à votre adresse et à celle de ceux de votre genre qui veulent se moquer inopinément de mon pays…

  8. BRAVO INFINIMENT JO BONGOS DE VOTRE INTERVENTION PERTINENTE. ENCORE BRAVO!!!!!!!!!!
    CA COMMENCE TOUJOURS COMME CA AVEC CE PAYS RWANDA D’OU VIENT NOTRE MALHEUR. CE PETIT PAYS A TOUJOURS HUMILIE, CHOSIFIE LE GRAND KONGO. SI JE COMPRENDS BIEN, LE GRAND KONGO DES SAMARITAINS DOIT TOUJOURS PARDONNER ET VENIR AU SECOURS A CEUX QUI NOUS METTENT LE COUTEAU AU DOS? DONC, LE GRAND KONGO DES SAMARITAINS DOIT TOUJOURS SAUVER NOS BOURREAUX? JE NE COMPRENDS ABSOLUMENT RIEN DANS TOUT CELA. SVP, A L’INSTAR DE JO BONGOS, Y-A-T-IL QUELQU’UN DE BONNE VOLONTE POURRA M’EXPLIQUER CETTE MANIERE DE SAUVER NOS BOURREAUX CHAQUEFOIS EN DERNIERE MINUTE? OYO EZARI KOROKA , KONGORAIS AZARI BIROBA ROBA, OUBLI TOUJOURS LE PASSE. VRAIMENT KIADI KIBENI.
    JE ME POSE CETTE QUESTION, EST-CE QUE, LE MONSIEUR SUR LA PHOTO MADE LAZY COW-BOY ( COW-BOY FATIGUE ) EST-IL BEL ET BIEN UN NE KONGO  » SIMON DIASOLUA OU SIMPLEMENT SIMRO DIASORUA UN TRICHEUR , UN RESSORTISSANT DE PAYS DES MILLES COLLINES? POUR NOUS FAIRE ENDORMIR EST ALLE QUELQUE PART A LA MAIRIE DE MINEMBWA ACHETER LE NOM PUREMENT NE KONGO AFIN DE TROMPER LA VIGILENCE DES KONGOLAIS EN CHAIR ET EN OS. C’EST DU KIMPUMBULU CA!
    AVANT TOUT, C’ETAIT MISTER SIMRO DIASORUA EN CE TERME: JE ME REJOUIS DE L’ACCORD TERRESTRE CONCLU ENTRE LA RDC ET LE RWANDA! MAIS LORSQUE L’ON DEMANDE LE SIEUR SIMRO DIASORUA, LA QUESTION ACCORD TERRESTRE POUR EN FAIRE QUOI? CE DERNIER, FIER DE LUI-MEME, DE FIEROT QU’IL EST, REPOND QUE POUR TRANSPORTER SANS ENCOMBRE LES COBARTS KONGOLAIS, HEIN ! QUOI! IL REPETE SANS HESITATION  » COBARTS KONGORAIS DANS LES PNEUS DE NOS TRUCKS VERS LE RWANDA.
    ET VOUS LA! TROUVEZ-VOUS CA OK ! SE FAIRE PILLER TOUJOURS NOS RICHESSES PAR DES BRIGANDS QUOI? DES ANGWALIMAS?
    ET MAINTENANT SURGIT UN AUTRE, PEUT ETRE UN NE KONGO SIMON DIASOLUA, LEQUEL SE REJOUIS EGALEMENT DE L’ACCORD AERIEN CONCLU ENTRE LA RDC ET LE RWANDA DANS LE SEUL BUT TRANSPORTER NON STOP ET BIEN SUR FRAUDULEUSEMENT DANS LES PNEUS D’AVIONS RWANDAIS LES COBALTS KONGOLAIS. SI VOUS TROUVEZ CA SERIEUX, QUANT A MOI, C’EST PAS DU TOUT SERIEUX, C’EST DU KIMPUMBURU.
    DEMAIN LES MEMES SIEURS OU D’AUTRES SIEURS VIENDRONT ENCORE NOUS FAIRE ENDORMIR AVEC D’AUTRES ACCORDS BIDONS : MARITIME, A LA BICYCLETTE, A LA WEWA.. TOUT CA POUR TRAFIQUER NOS MATIERES STRATEGIQUES.
    AH BON! KONGO NKUTU A ZOBA KUANI! TOUS LES DOUANIERS DU MONDE ENTIER RUZIBURA MESO! LUKARA YI NGANGU LUKARA YI TECHNIQUE COMME DISENT LES FAUX NES KONGO DE PAYS DES MILLES COLLINES. NO COMMENTS! PLEASE BE GENTLEMAN AND NO COMMENTS! SURTOUT NE PAS AVOIR CETTE HABITUDE D’UN BON SAMARITAIN A SAUVER SON BOURREEAU.
    JE SUIS CURIEUX DE SAVOIR, SI ENTRE LES PEUPLES PACIFIQUES ISRAELIENS ET ARABES, SI LES CHOSES SE PASSENT DE LA SORTE? NON ET NON! MAIS, TOTIKA KOSAKANA SUR NOS MORTS ! BONI BOYE KO! HAVE A NICE WEEK-END!
    INGETA.

  9. @Brigo & Kanza

    Il semble que les premiers habitants de Kinshasa parlaient le kinyarwanda. Est-ce vrai ?
    Mon chien, Rocky, me dit que chez certains peuples archaïques et surtout pauvres, le mensonge et l’art de la manipulation sont élevés au niveau de valeurs culturelles, par soucis de survie. A-t-il raison ?
    Au fait, James Kabarebe, l’ancien ministre de la défense du Rwanda et aujourd’hui conseiller spécial du président du Rwanda, en fait président de la république du Congo, est-il un rwandais-congophone ou un congolais-rwandophone ? Je ne comprends toujours pas comment il a fait pour être chef des armées au Congo et ensuite occuper ces hautes positions au Rwanda. Même Rocky aimerait comprendre. Pouvez-vous lui expliquer ?
    Souffrez que tous les congolais ne soient pas comme ces bouffons congolais qui vous servent de chiens de garde au Congo.
    Boyoki ?
    Tokoloba tiiiii bokoyoka !

  10. Effectivement , comme le dit compatriote NONO , en répondant à Brigo: la questiom de souveraineté n’est pas à prendre à la légère , la Rdcongo était réputée Pays hospitalier , l’unique pays au monde dans lequel les indo- pakistanais changent facilement la nationalité , briguent des mandats publics , député provincial et national , où on accepte l’inacceptable en sa défaveur , ce comportement naîf a permis aux rwandais de nous infiltrer au sommet de l’Etat depuis le règne de Seskul , par quelle magie Barthelemy Bisengimana Rwema , le père du général Bisengimana Charles s’était retrouvé Dircab mprien ? c’est lui qui avait fait tout le grand travail d’infiltration pendant que nous étions distraits par la danse djalelo , aujourd’hui encore la distraction continue avec la préoccupation de connaître Qui est muswahili , muluba , mukongo, mungala , muyanzi , mubunda , kasai, rund , moshi , plus l’abrutissement effectué par les égllises -échoppes alimentations , à moins d’un éveil de Consccince sinon..

  11. @Brigo
    PS
    Notre nouveau PR Félix Tshisekedi a déclaré haut et fort faire de la paix et de la stabilité de l’Est de notre pays en proie à une insécurité chronique, une priorité. Il a ainsi entamé une croisade des voisins orientaux qui venait de le conduire en Ouganda, au Burundi et enfin et surtout au Rwanda où il s’est attardé et le fameux accord avec RwandaAir est venu dans ce contexte.
    Défi combien louable qu’au seuil de son mandat un PR prenne autant à cœur une épine creusante aux pieds de notre pays, mais peut-on dire qu’il s’y prend de la meilleure manière ?
    Quelques interrogations en effet :
    1° Dans l’état actuel des rapports de force cette tournée chez Kagame ne ressemble-t-elle pas à celle d’un manant qui irait offrir au seigneur un présent dont celui-ci n’a aucun besoin comme pour le supplier en vain de ne pas le rançonner ?
    Certes l’insécurité est au Congo et pas au Rwanda ou en Ouganda qui vivent relativement en paix dans leurs frontières, n’empêche, on peut se demander dans quelle mesure la confrontation entre Tshisekedi et Kagame met en présence deux dirigeants ayant le même désir de paix ? L’un ne serait-il pas pour une paix sans conditions et l’autre voudrait arracher une paix à ses conditions et pour quelle fin immédiate ? A ne point oublier non plus que l’insécurité présente au Congo est en grande partie le fait des groupes armés ou individus qui viennent soit du Rwanda soit de l’Ouganda pour sévir au Congo avec l’aval plus qu’officieux des autorités de ces différents États.
    Ce sont là des faits hélas vérifiables que maints rapports ont documentés pointant sans discussion les responsabilités notamment rwando-ougandaises. Le rapport Mapping de l’Onu en est l’illustre exemple. Ce sont des millions des morts, des milliers de femmes violées, des familles déplacées devenues des réfugiées sur leurs propres terres, c’est un pillage planifié de notre coltan, or, café, bois, etc etc…
    Alors notre PR a-t-il vraiment eu le temps de prendre toute la mesure de ce terrain de convoitises et rapines et compris que l’éventuelle bonne volonté mutuelle ne suffira sans doute pas pour planter les fondations d’une paix durable s’agissant des voisins qui jusque-là se sont illustrés par leur rapacité à piller et à déstabiliser notre pays ?
    La stratégie logique même à l’horizon d’une cohabitation gagnant-gagnant pousse, vous vous en doutez, plutôt a sécuriser un minimum nos territoires frontaliers par nos propres moyens plutôt que s’en référer à une soudaine bonne volonté des voisins autrement compliqués, plutôt qu’à précipiter à ce point négociations, décisions et marchandages commerciaux comme avec cette irruption de RwandaAir. C’est ce que le Congo de ‘JK’ volontiers faible jusqu’à la trahison n’a pu faire deux décennies au pouvoir et c’est ce qu’un nouveau venu peut engager, bénéficiant d’une prime à l’initiative, au changement et d’une ambiance internationale (américaine) qui délaisse quelque peu Kagame et en profite pour investir sur le nouveau venu Congolais mais certes pas dans la précipitation et un gage prématuré à la bonne volonté d’un Kagame pas encore diminué, loin s’en faut…
    2° Felix Tshisekedi a écrit dans le livre d’or du mémorial de génocide à Kigali, « Les effets collatéraux de ces horreurs n’ont pas épargné mon pays qui a aussi subi des millions de pertes en vies humaines ».
    Le génocide est un crime abominable à bannir de l’humanité et celui de 1994 au Rwanda a provoqué en plus des contrecoups sanglants au Rwanda et dans notre pays le Congo mais il faut avoir le courage de dire la stricte vérité si on veut en finir au Rwanda, au Congo et dans la région : ce qui a causé et cause encore le gros de nos millions de morts ce ne sont pas des « effets collatéraux » mais un crime délibéré de « contre-génocide » dont le régime hégémoniste et expansionniste tutsi rwandais de Kagame est l’auteur.
    F Tshisekedi en est-il bien conscient et si ses approximations de langage ne vont-elles pas retarder cette cohabitation harmonieuse qu’il appelle de ses vœux en bons voisins? Il n’y a point en effet de paix durable au sortir d’un conflit si celui-ci ne bénéficie d’une justice reconnue par tous.
    Ainsi on accusera, et on aura raison, F Tshisekedi dans sa fougue à trouver des solutions, de refuser leurs dignes sépultures à nos millions. de victimes. Qui ira s’incliner sur leurs tombes comme pour les quelques centaines des milliers des victimes du génocide ? Pense-t-on préserver des vies futures en sacrifiant les victimes passées, se disent les Congolais au vu des images de Tshisekedi au mémorial du génocide de Kigali et lorsqu’il est tout sourire avec Kagame ? Kagame considéré par eux comme leur pire ennemi, celui qui nous a envahi plus d’une fois directement ou via des groupes armés, a massacré et fait massacrer des Congolais, a pillé et pille encore nos richesses, profitant de l’indulgence coupable de la CI….
    3° C’est donc l’histoire d’un conflit meurtrier venu du Rwanda et de l’Ouganda encore en cours pour lequel aucun accord de paix n’a été signé et voici notre nouveau PR précipiter un armistice.
    C’est dire que si la relation Congo-Rwanda nécessite négociations et même décisions téméraires pour le meilleur avenir de notre pays, si on a besoin bien sûr à enfin cohabiter en paix, nous ne devons pas pour autant nous y prendre sans méthodes, sans arrières assurés et d’abord chercher à négocier en position de force. Et quelle meilleure arme pour être en position de force sinon ne pas se présenter en demandeur assoiffé. Kagame devra se retrouver dans la peau de celui qui a plus à gagner en recherchant la paix avec nous.
    Qu’avons nous pour l’y amener sinon d’abord une volonté politique bien souveraine et des arguments militaires. Ces derniers consistent chez nous en une refonte de fond en comble des forces basées à l’Est. Les débarrasser des bois morts que représentent tous ces officiers véreux et à loyauté double. Cela est possible avec cette nouvelle présidence, qu’elle aille baser son QG à Beni ou pas, pour autant qu’elle se déleste réellement de l’ancien régime complice sinon traître dans cette affaire.
    Le Rwanda de Kagame a des comptes à nous rendre d’une façon ou d’une autre pour tous ses crimes. L’ampleur du pillage dont nous sommes victimes démontre bien l’appât que nous représentons à leus yeux, c’est donc de force que nous devons l’en dissuader . Nous aurions tort de prendre leurs sourires d’aujourd’hui pour argent comptant.
    Voilà pourquoi à voir comment notre nouveau PR s’y prend face à l’ennemi on peut se demander si le diabolique Kagame ne cherche pas d’abord à gagner la confiance du nouveau venu après le départ de son poulain ;
    Voilà pourquoi on peut douter qu’une paix durable vienne effacer le long passé d’une occupation criminelle sans assurer nos arrières et sans que Kagame soit acculé à reconnaître ses crimes, même à le faire au début devant quatres yeux pour finir devant les victimes que nous sommes. A Tshisekedi d’y veiller ;
    Voilà pourquoi nous sommes en devoir d’exiger de notre nouveau PR moins de naïveté, moins de précipitation mais beaucoup plus de vigilance dans cette entreprise corsée.
    A malin malin et demi, dit-on et Kagame s’est avéré un malin diabolique qui a construit son pays sur le dos des autres faisant du génocide son fonds de commerce ; il ne va pas changer d’un coup pour nos seuls beaux yeux, tenons-le plus que jamais pour dit !

    1. @Nono
      Ces hutu genocidaires rwandais du FDLR installés au Congo depuis 1994 qui tuent les Congolais sont ceux là même qui ont commis le genocide contre les tutsi au Rwanda . Le preseident Tshisekedi doit tout faire pour securiser l Est du Congo en chassant tous ces genocidaires du territoire Congolais. On a jamais vu des refugiés armés entrés dans un pays et on les laisse avec leurs armes. ?C » est pour cela qu ils font la loi à l Est du Congo.ils sont devenus intouchables. C est une erreur commise par le Zaire (Congo) et qui a eu des graves conséquences pendant ces 25 ans .Je demanderais encore au président Felix, de mette la prioritê dans la securité surtout à l Est du pays.et chasser ces genocidaires hutu hors du Congo

  12. PPS
    J’ai fulminé de rage lorsque j’ai entendu Tshisekedi déclarer que « ce ne sont pas les pays voisins qui sont à base de l’insécurité en RDC ». Connaît-il vraiment l’histoire de son pays, a-t-il jamais consulté les multiples enquêtes qui ont documenté ce qu’il se passe à l’Est de notre pays. Elles soulignent noir sur blanc les crimes des Rwandais et Ougandais dans toute cette région et c’est notre propre PR qui dit le contraire. Que les Congolais et d’abord leurs autorités traîtresses à Kinshasa et leurs infiltrés des commandants envoyés à l’Est soient aussi comptables de cette insécurité chronique, que dans le meilleur des cas tous les pays devraient se soutenir pour éradiquer cette instabilité, s’entend mais à en dédouaner à ce point les pays voisins qui en souffriraient sans en tirer profit est contraire à la réalité du terrain.
    Comment alors Tshisekedi est-il allé jusqu’à ce qui n’est rien d’autre qu’une trahison à la Nation ?
    Qu’attend-il d’une si ignoble démission quand bien même il voudrait ainsi faire plaisir à ses hôtes de l’Est ?
    Incompréhensible, innacceptable, je ne comprends pas qu’il ne se soit trouvé personne dans notre pays pour condamner à haute voix une si immonde ineptie.Et ses sympathisants voudraient qu’on le prenne au sérieux comme notre Chef de l’État. Jusqu’où ? Il est plus qu’urgent qu’il se ressaisisse…

    1. @ Nono
      Le president a raison. ce ne sont pas les voisins qui poussent Les hutu du FDLR ou NARu à s installer dans les forets pour tuer les paisibles citoyens parce que les FDLR sont hostile au regime de Kigali. ils ont l intention d attaquer le Rwanda mais ils n’y arrivent pas.Le president Tshisekedi connait mieux que toi l histoire de son pays.

      1. @Sifa
        Je devrais me taire plutôt que répondre à des manipulateurs manchots de votre genre mais allons-y pour une fois !
        Ainsi donc selon votre boiteuse science historienne lorsque Tshisekedi débite des graves approximations du type, Rwandais et Ougandais ne seraient pour rien dans l’insécurité, ferait preuve d’une meilleure connaissance de l’histoire de la région que moi, que les historienne, observateurs et citoyens qui y vivent ?
        Et tout cela en raison d’une prétendue présence dangereuse des méchants FDLR et pour le coup revêtus par vous d’une puissance qui inquièterait le Rwanda. Vous délirez ou quoi.
        Dites-moi qui connait mieux la situation sinon le Rwanda à côté leur réelle dangerosité et qui par ailleurs a envoyé plus d’une fois ses soldats pour les y traquer ? C’est dire que si les FDLR étaient aussi nuisibles pour le Rwanda que vous le prétendez, lui qui a les moyens et la volonté ferme de le faire n’aurait pas attendu l’aide de Tshisekedi pour les neutraliser.
        A propos combien sont-ils et qu’elle puissance armée représentent-ils par rapport notamment aux nombreux groupes armés du coin dont beaucoup des satellites du Rwanda et de l’Ouganda ?
        Les FDLR ne présentent aujourd’hui aucun danger significatif pour le Rwanda, ils tuent, violent et pillent le Congo qui ne devrait pas s’encombrer de trop de scrupules humanitaires pour les renvoyer chez eux. Il n’a besoin pour le faire d’aucune permission pour le faire sinon d’une volonté politique souveraine tant ces parasites sont devenus un alibi pour monter toujours ses enchères mafieuses.
        Arrêtez donc vos fables auxquelles seuls les Tutsi ingrats que le Congo a eu l’hospitalité d’héberger chez lui y croient encore pour tenter d’honorer leur race caméléon. Aucun réel Congolais n’aurait encore des raisons de le penser une seule fois, lui connaît ou a vécu l’histoire effective de ce génocide Congolais et ce pillage diabolique venus et commis par le Rwanda, l’Ouganda et apparentés. Des enquêtes expérimentées les ont abondament documentés (lire ne fût-ce que le Mapping de l’Onu)…
        Alors Mme Sifa, vous n’êtes qu’une pitoyable propagandiste qui ne connaissez rien à l’histoire de ce pays ou plus exactement une énième infiltrée tutsi qui tente de la maquiller maladroitement afin d’honorer sa race vipère. Qu’attendez-vous pour retourner dans votre Rwanda et convaincre Kagame de vous envoyer dans une énième équipée venir éradiquer les FDLR à l’Est tant que vous y êtes ?
        L’heure n’est pas loin où vos mensonges finiront par être confondus. « Le Congo ne restera pas toujours le faible qu’il est devenu aujourd’hui et ses enfants vous demanderont alors vivement des comptes » (Révérend Ekofo).

  13. @Ndeko Nono
    Calmez-vous. Vous allez vous occasionner un ulcère pour rien. Ce type que le gang rwandais a nommé président du Congo ne vaut rien. Il ne peut rien faire, dire, qui ne vienne de son geôlier en chef Kamerhe qui le promène de gauche à droite et lui fait dire ou signer tout ce qui convient aux intérêts du gang. Il n’est rien du tout. C’est Kamerhe qui fait – techniquement – le job à la présidence. L’autre-là n’est qu’un jouisseur. C’est la force du fameux deal. Il ne peut rien faire. Et dire que sa base rêve d’être au pouvoir. Les pauvres…

Comments are closed.