Coalition Fcc-Cach: Le choc des alliances!

Un parfum de crise se dégage au sein de la coalition Fcc-Cach. A quelques soixante-douze heures de la commémoration du premier anniversaire de la « passation de pouvoir civilisée » entre « Joseph Kabila » et Felix Tshisekedi, la cordialité n’est plus ce qu’elle était. Va-t-on assister à un « festival de déballage »?

« Je ne suis pas devenu Président de la République par la volonté d’un homme ». C’est une des « déclarations fortes » faites, lundi 19 janvier, par le président Felix Tshisekedi Tshilombo dans son adresse devant des Congolais de la diaspora à Londres.

Comme une réponse du berger à la bergère, dès mardi 20, une lettre – non authentifiée -, datée du 28 juillet 2018, circule sur les réseaux sociaux. L’expéditeur serait Felix Tshisekedi, président de l’UDPS. Le destinataire n’est autre que Néhémie Mwilanya Wilondja, alors « dircab » de « Joseph Kabila ». L’objet de cette correspondance incite à sourire: « Lettre confidentielle ».

Dès le deuxième paragraphe, on peut lire: « Je pense qu’il ne serait pas judicieux maintenant de me voir avec le Président de la République, cela va réveiller les soupçons au sein de l’opposition ».

Plus grave, au troisième paragraphe, on lit: « Par contre, je vous confirme que notre homme est en Afrique du Sud et prépare son retour en RDC par Kasumbalesa. Il faut tout faire pour l’en empêcher car son objectif est de s’enrôler pour l’élection présidentielle ». « S’il réussit, il va perturber tous nos plans, soyez ferme coûte que coûte ». « Il m’a confirmé qu’il sera à la frontière entre le 30 juillet et le 05 août 2018. (…)« .

FAKE NEWS. MAIS…

Un journaliste est par définition un investigateur. L’auteur de ces lignes a contacté plusieurs personnes susceptibles de confirmer ou d’infirmer l’authenticité de cette missive. Les réponses n’ont pas tardé: « fake news ».

Moïse Katumbi

Fake news ou pas, le rédacteur de ce document semble donner la réplique aux propos tenus par Fatshi dans son harangue de lundi. La volonté est de le présenter sous les traits d’une ancienne « taupe » de « Joseph Kabila » au sein de l’opposition. Il apparaît à travers cet écrit que l’alliance entre « Kabila » et Fatshi a été conclue bien avant l’organisation des consultations politiques du 30 décembre 2018. L’homme qui risquerait de « perturber » les « plans » à un « profil » qui rappelle l’ancien gouverneur Katanga Moïse Katumbi. Une affaire à suivre.

A Londres, « Fatshi » semble avoir pris conscience que ses « partenaires » du Fcc ne bougeront pas le petit doigt pour l’aider à réussir son mandat. Aussi a-t-il menacé de faire dissoudre l’Assemblée nationale. « Je n’ai pas besoin de créer une crise en RDC. Mais visiblement, il y en a qui veulent me pousser à bout et faire que je puisse dissoudre l’Assemblée nationale ».

Pour prévenir toute dérive dictatoriale, les constituants de 2005 avaient fait en sorte que le chef de l’Etat congolais n’ait plus à exercer un pouvoir solitaire « seul face à sa conscience ». Ainsi pour dissoudre l’Assemblée nationale, quelques préalables sont exigés.

Il faut que le pays soit secoué par une « crise persistante » entre le gouvernement et l’Assemblée nationale. La dissolution doit faire l’objet d’une sorte de consensus entre le président de la République, les présidents des deux chambres et le Premier ministre. Un vrai parcours du combattant quand on sait la place prépondérante qu’occupent les « kabilistes » sur l’échiquier institutionnel.

LE CHOC DES ALLIANCES

Après la diffusion de la fameuse lettre précitée, mardi 20 janvier, on a assisté à la rediffusion d’une vidéo où l’on voit les miliciens « bérets rouges » de « Kabila » avec à leur tête un certain Henri Magie wa Lufete. Celui-ci défie littéralement le président Tshisekedi: « Vous voulez dissoudre l’Assemblée nationale? Osez le faire… ».

Dans son adresse aux Congolais de la diaspora, Fatshi a découvert ce que la grande majorité des Congolais savait déjà. A savoir que « tout le monde n’est pas sincère » au sein de la coalition Fcc-Cach. Pour lui, il est arrivé au pouvoir « par la volonté de Dieu et du peuple ». Il croit dur comme fer qu’il ira jusqu’au bout de son quinquennat pour « servir le peuple ».

Ce n’est pas la première que Felix Tshisekedi profite d’un voyage à l’étranger pour évoquer des questions touchant à la politique intérieure.

Lors de sa visite à Washington, il n’avait pas manqué de surprendre ses interlocuteurs américains en leur demande de l’aider à « déboulonner » le « système dictatorial ». Rentré au pays, le locuteur s’empressa de faire une « mise au point » du genre « j’ai été mal compris ». C’était au mois d’avril.

En visite à Paris, au mois de novembre, Fatshi a qualifié ses anciens camarades restés dans l’opposition de « Ndoki ». Traduction: sorciers. Et ce tout en clamant qu’il est le « Président de tous les Congolais ». D’aucuns estiment que la communication de Fatshi est truffée des contradictions.

Dans la capitale du Royaume-Uni, « Felix » a prévenu les « ministres indisciplinés », étiquetés Fcc, qu’il n’hésitera plus à sévir contre tous ceux d’entre eux qui entreprendraient des actions pour le déstabiliser. On espère que le Président Fatshi ne sera pas contraint, dès son retour au pays, à faire acte de contrition. Vive le choc des alliances!

 

B.A.W.

40 thoughts on “Coalition Fcc-Cach: Le choc des alliances!

  1. Voilà ce qui arrive quand on contracte un mariage contre nature. Assumez vous soit allez jusqu’au bout de votre logique lorsque vous aviez contracté le dit mariage ou soit rompez ce mariage. Il n’est pas acceptable que 80 millions des congolais soient les otages de la cupidité des uns et des autres. Quelle est cette personne lucide qui ne reconnaitrait pas que notre pays est plongé dans un immobilisme dangereux ?

  2. Henri Magie a été on ne peut plus clair: »Si tu es vraiment garçon,alors dissous le parlement,tu verras ».Incroyable.Bientot on verra le President chanter les louanges de son prédécesseur et lui rendre des hommages très appuyés pour effacer ses déclarations de Londres.

    1. Son Porte-parole n’a pas attendu le retour de FaTshi-beton d’argile au pays pour vite faire marche arriere sur les elucubrations de son Boss !

  3. A Londres, on a touché le fond du…caniveau.
    Le président a traité ses compatriotes qui osent porter un regard critique sur la nature de son pouvoir de  » combattantaba  ». Et ses fans dans la salle, probablement motivés par quelques billets de banque, applaudissent et en redemandent…Incroyable !
    Après le  » nyangalakata », le  » bandoki  », notre bien-aimé président vient de trouver une nouvelle perle…Hallucinant !
    Mais à regarder le zoo politique congolais de plus près, qui est réellement ligoté, qui chevrote ?
    Beeh, beeh, beeh !

    1. « Le président a traité ses compatriotes qui osent porter un regard critique… » : o s´est trompé to oza ko FALSIFIER ? Félix a explicitement fait une distinction entre combattants et combantabas. Les premiers, il les a loués (il en était un lui-même); les seconds, ils les a critiqués. Quand je vois le comportement de ceux qui, allergiques à la pluralité et à des échanges critiques, recourent à la violence (pas seulement verbale, mais aussi physique; et ce, même contre nos mamans), je me dis qu´ils lui donnent, eux-mêmes, raison. Félix a libéré des opposants et leur permette de se mouvoir et de parler librement au Congo. Ce n´est pas un regard critique de ceux qui se terrent loin du pays qui va le déranger. Mibali ya solo babundaka na terrain.

  4. Merci Mon president ,d’avoir fait une declaration importante , concernant la nationalite , j’espere que combattant de l’ombre etait present , ou du moins il a compris le message fort de son Excellence , qu’il a prononce devant une foule des  »combattants ». Nabanzi ayoki .
    je me sens soulage.

  5. Cher BAW,
    # Il n’y a pas que le « choc des alliances » dans l’adresse de notre Tshilombo National à Londres, vous vous en doutez bien, alors permettez que je m’essaie de la commenter en vrac plutôt que de répondre directement à votre papier…
    # 1. D’emblée il faut noter son ton différent lorsqu’il s’adresse à la diaspora et lorsqu’il s’exprime à domicile : volontiers terre-à-terre et familier à l’étranger comme s’il doit y convaincre et mobiliser « son camp » – lui qui pourtant se dit et se répète, pour s’en convaincre ?, qu’il est le président de tous, « élu par tous et selon Dieu et non par la volonté de quelqu’un » – pour qu’il le « suive » davantage. Pourquoi pas, sauf que non seulement son parti-pris ainsi manifeste apparait vite clivant, diviseur, au lieu de rassembler mais aussi que ce style cru à la limite de la vulgarité le pousse à des approximations regrettables dans ses analyses. Pour un Président bavard qui empile des annonces et des promesses comme à Londres, il s’expose au cliché d’un démagogue populiste en attendant de voir ses réalisations effectives. Voilà en effet les ‘Nyangalakata’, les ‘Ndoki’, les ‘Combattanttabas’… qui ne sonnent pas toujours juste dans la bouche d’un PR et ne répondent pas toujours aux attentes de tous les Citoyens : une mise en scène pas toujours de bon goût…
    # 2. Le « choc des alliances » !? Le Président soupçonne publiquement ses ministres (du FCC ,je suppose) d’avoir été commandités pour un plan qui vise à nuire à ses actions en même temps qu’il les accuse de fomenter une crise à même de le pousser à une dissolution du Parlement. Mais il ne tient qu’à lui à user de suite de son fameux « bic rouge », déjà à l’encontre de ces ministres de Portefeuille qui refusent d’appliquer ses ordonnances. Ainsi il aura vite réglé le déficit d’autorité patent dont il est victime et la fameuse coalition au pouvoir FCC-CACH s’en portera mieux ou sera justifiable de dissolution…
    # 3. « Les Banyamulenge sont des Congolais », décrète le Président se référant, semble-t-il, à la présence des leurs depuis des lustres au Congo. Mais est-ce vraiment le problème de nationalité que les immigrés Tutsi rwandais posent ou d’abord celui de leur loyauté envers notre pays ? On les a vus en 1998 être le mobile de la guerre rwando-Congolaise se prétendant victimes d’un début de génocide à l’instar de leurs frères du Rwanda en 1994. Quelle est la vérité de ces évènements ? On les voit sur les hauts plateaux du Sud Kivu où ils ont élu domicile où autour de Minembwe leur cohabitation avec les autochtones se règle par la force avec l’aide des militaires venus du Rwanda au lieu de suivre la loi et les coutumes dont on on a les traces depuis la colonisation.
    Voilà le réel problème qui se pose : les Banyamulenge ou les Banyarwanda déjà trop nombreux aux hautes sphères militaires et civiles au Congo se sont donné le droit d’être des Congolais privilégiés qui imposent leur présence au-delà des lois et cela il faut le combattre.
    Voilà le supplément d’information que le président a manqué de livrer clairement dans son discours public même s’il l’a effleuré en faisant allusion à ceux des leurs qui quittent l’armée nationale pour abonder leurs milices Ngomino, une loyauté douteuse ou moindre envers le Congo par rapport à celle envers leur Rwanda d’origine qui augure d’une cohabitation conflictuelle avec les autochtones du coin et au Congo en général et non une question brute de nationalité. Il faut d’ailleurs leur poser la question de savoir ce qu’ils pensent de leur situation comme cette convocation privée d’avocats à leur chevet pour un risque de génocide non avéré. Se veulent-ils Congolais à part entière ou des Congolais spéciaux se voyant toujours un peu étrangers en loyauté à leurs berceaux d’origine ?
    # – 4. Le cas Kamerhe !? Malgré l’hallali de sa base sur sur lui qu’on a d’ailleurs expérimenté sur place à Londres, Tshisekedi insiste que c’est son allié qui dès Nairobi a permis sa victoire, qu’il faut donc continuer à le soigner. En fait cela ne tient qu’à lui à prouver que sa présence à ses cotés est toujours payante sauf qu’il peut être dangereux d’ignorer complètement les avis souvent avisés qui viennent de sa base. Je ne m’étendrais pas ici sur le personnage de Kamerhe dont la folle ambition, la vénalité et même la frivolité sont documentées in vivo, elles risquent bien de freiner quelque part la nouvelle gouvernance prônée par Tshisekedi avec l’État de droit et la lutte contre les ‘anti-valeurs’ notamment la corruption, l’impunité, le népotisme, le clientélisme… Lui permettra-t-il de faire les réformes indispensables pour apporter ce changement de gouvernance que nous attendons tous ?
    # -5. Enfin il y’a beaucoup d’autres choses que le Président a dites lors de son harangue de Londres, mais je ne peut terminer mon commentaire sans faire le constat que nombre des Congolais, de tous les niveaux, au pays et à l’étranger, y ont réagi dans un sens comme dans un autre. Il faut retenir un bon pourcentage qui lui a reproché de diviser par certains propos et de dire quelques approximations sur l’analyse des fait qui ne le grandissent pas toujours. Tout cela est-il juste ? Pour l’heure, attendons la suite de toutes ces réactions pour en apprécier la valeur et l’incidence sur le pays. Puisse le sens de la responsabilité et de la mesure prévaloir chez nos dirigeants, notre PR en tête, et le reste des Congolais, le pays en a grandement besoin !

    1. 1. « Pour un Président bavard qui empile des annonces et des promesses comme à Londres, il s’expose au cliché d’un démagogue populiste en attendant de voir ses réalisations effectives » : Pour des analystes aveugles (à souhait ?), Félix ne montre pas un grand intérêt. Libération des prisonniers politiques, gratuité de l´enseignement primaire, pacifier Beni… ce ne sont pas des promesses d´un démagogue, encore moins du populisme. Les ‘Nyangalakata’ tuent nos soeurs et frères, les ‘Ndoki’ combattent les efforts d´investissement et de relance du Congo, les ‘Combattanttabas’ se laissent manipuler et, férus de pensée unique/inique, se permettent d´agresser des compatriotes innocents… Parler d´eux n´est pas de bon goût pour celui qui cautionne les propos et agissements de ces catégories d´individus. Avant de tenir ce langage, Félix avait tendu la main à tous. On n´avait pas vu ceux qui lui reprochent aujourd´hui de diviser.
      2. « Mais est-ce vraiment le problème de nationalité que les immigrés Tutsi rwandais posent ou d’abord celui de leur loyauté envers notre pays ? » : C´est pourquoi Félix les interroge sur leurs propres ACTES. Cependant, la loyauté, ce n´est pas seulement un problème pour ces banyamulenge, mais pour les autres Congolais aussi. Muzito qui a promis de déstabiliser le pays n´est pas un immigré tutsi. Les auteurs et complices des crimes à l´Est, ce sont aussi des Congolais non tutsi.

  6. Plutôt que de publier de pseudos lettres que Felix aurait écrites à Mwilanya, sortez donc le soi-disant deal passé entre Tshisekedi et l’homme venu d' »ailleurs. L’économie, les investissements ne vous intéressent pas, encore moins le bon comportement de l’armée congolaise à l’Est, tout ce qui vous préoccupe, c’est la politique politicienne. Cela devient lassant à la fin: Tel a dit, l’autre a répondu, et patati et patata. On en a marre.

    1. Cher L’œil du Cyclone
      N’avez-vous pas marre que Tshisekedi souffle le chaud chaque fois qu’il est à l’extérieur du pays et qu’il souffle le froid dès qu’il remet ses pieds au Congo ?

    2. Encore à chercher le script du deal ? Serait-ce donc si sorcier à comprendre que le fameux « deal entre Tshisekedi et ‘JK' » tient moins à un texte mais plutôt qu’à un « principe de cohabitation négociée » dans un contexte où la cohabitation n’allait justement pas de soi. Alors s’épuiser à réclamer un texte pour en attester l’authenticité relève d’une stupide fuite en avant ou alors d’un refus raté d’affronter une réalité qui grattouille. C’est certain que les différents points essentiels ont fait l’objet d’investigations et négociations et consignés quelque part mais on n’a pas besoin de les consulter plutôt qu’à les décrypter au vu de ce qui se passe tant les couacs réguliers entre militants et aujourd’hui clairement entre dirigeants attestent de l’authenticité des divergences entre eux qui ont exigé cette négociation, ce deal. Il n’existerait pas il ferait plutôt la preuve regrettable des aveugles qui sont allés justement à l’aveugle sans savoir où ils allaient. Soyez moins sévères envers vos hommes pour leur accorder un peu d’intelligence et de courage.
      Cette alliance est contre-nature, personne d’un coté ou de l’autre n’en doute encore, se cabrer lorsqu’on évoque des points d’accord consignés entre eux me parait pour le moins stupide : le deal était une nécessité autrement c’aurait été accepter un chemin d’ensemble vaille que vaille qui ne repose sur rien, autrement la cohabitation n’aurait même pas été possible pendant un an comme aujourd’hui…

  7. Tout ce semblant de menace de la part de « Felixa » alias « Matamasquin » va bientôt se transformer en « acte de contrition », une fois qu’il se retrouvera en face de celui que l’on surnomme « Shina Rambo » the king of boys (entendez le roi des collabos). On apprendra bientôt qu’on l’a vu ramper à quatre pattes devant le fils de Christopher Kanambe.

  8. Pour Félix Tshisekedi, il est arrivé au pouvoir « par la volonté de Dieu et du peuple ». Pourtant, ni la volonté de Dieu ni celle du peuple n’autorise qu’on gagne les élections au Congo-Kinshasa sans que la CENI n’ait publié les résultats bureau de vote après bureau de vote. Il le sait. Seul le gangstérisme d’Etat incarné par Joseph Kabila l’as porte à la magistrature suprême de l’Etat. Tant que Joseph Kabila ne sera pas neutralisé, la marge de manœuvre de Tshisekedi restera très réduite. Une chose est certaine. C’est la première fois en Afrique que les instructions d’un président de la république sont ostensiblement non exécutées par des ministres. Il avait voulu le pouvoir en trahissant la volonté du peuple, il est bien servi en donnant de lui-même le profil d’un président marionnette. Certes, il se débat. Maladroitement, en annonçant par exemple la dissolution de l’Assemblée nationale dont la Constitution ne lui laisse pas les mains libres. Aujourd’hui, il est occupé à créer sa garde républicaine, celle du despote Kabila étant restée fidèle à ce dernier et continuant à servir ses intérêts personnels. A cette allure, si l’on ne prend pas garde, la guerre qu’on disait éviter en acceptant de pactiser avec le diable finira par avoir lieu au grand jour. Et bonjour les dégâts dictés une fois de plus par l’appétit du pouvoir pour le pouvoir sous le ciel congolais.

    1. Comme on devrait s’y attendre, les déclarations intempestives de Tshisekedi à Rome et à Londres ont provoqué des réactions au FCC. Mme Mabunda, Présidente de l’AN s’en est chargée et n’y est pas allée de main morte : elle met en garde le Président de commettre rien de moins qu’une « violation grave de la Constitution » proche d’une « haute trahison » qui lui couterait la « destitution »…
      Comme d’habitude, c’est bientôt le même Tshisekedi qui va rabattre publiquement son caquet sans la moindre honte : une reculade en règle qui va tempérer toute son offensive, il n’en fera rien de tout ce qu »il a chanté car ça bouscule le fameux deal, car cela déplume l’autre autorité immorale.
      Kiekiekieeeeeeeeee

      1. Le post de Nono est pathétique. D´un côté, on feint qu´on fait des analyses critiques et des recommandtions pour que le Président se libère du FCC, fasse avancer le Congo. D´un autre, on est prompt à se jeter avec un énorme appétit sur les propos du FCC, s´en délecte et se pourlèche les babines. Difficile de cacher ses intentions (On en voudrait en réalité à Félix qu´au FCC ?). Difficile de garder la prudence d´un intellectuel (« il n’en fera rien de tout ce qu »il a chanté… »). Le ridicule dans tout ça est que Nono se réjouit de la réaction musclée de Mabunda là où celle-ci a plutôt étalé son ignorance et mauvaise compéhension des concepts (ration legis, consulter, etc.) et des PROPOS EXACTS du Président. Comment expliquer une telle rejouissance doublée du refus d´aller dans les ‘choses même’, dans le contenu ? Soki b´intellectuels baboyi kosala mieux que bana ya makasu… Hum !

      2. @Procongo
        Vous avez décrété par votre observation fine de grand intellectuel que je me satisfaisais de la position et propos du FCC, que je me réjouissait de la réaction musclée mais bête selon vous de Mabunda. Je ne sais où votre savante expertise à trouvé cela dans mes dires. Des préjugés gratuits pour valider votre thèse de clans. Désolé, je reste foncièrement parmi ceux qui accordent peu de crédit à ‘JK’ et les siens qui 18 ans durant ont mené ce pays vers la ruine par leur arbitraire et leur prédation. Ce n’est pas parce qu’ils font l’actualité dont tout le monde parle et dont à votre goût je ne devrais pas parler, qu’ils seront devenus dignes d’intérêt. Leur confrontation avec Tshisekedi devenu leur partenaire reste pour moi pitoyable et regrettable, la solution est que ce dernier s’en sépare.
        Bref, vous voulez aujourd’hui me voir en sympathisant du FCC tant vous vous êtes fait votre religion : toute critique de Tshisekedi vient de ses ennemis. Je n’en suis pas, contrairement à votre fanatisme qui veut l’applaudir quoiqu’il fasse, souffez que moi je continue à le juger à l’acte.

    2. La femme FCC Mabunda au perchoir de la Chambre basse vient de rappeler a notre « Beton d’argile » ce qui l’attend au tournant s’il ose dissoudre le Parlement sous la botte du Voyou-chef FCC.
      Bref, que le vrai pouvoir continue a resider a Kingakati.

    3. Mayoyo écrit,
      – « Il avait voulu le pouvoir en trahissant la volonté du peuple » : Malheureusement, Mayoyo n´est pas le peuple. Sa prétention a parlé au nom du peuple n´a la valeur que lui-même lui attribue dans sa tête.
      – « Maladroitement, en annonçant par exemple la dissolution de l’Assemblée nationale » : Maladroite, c´est plutôt la lecture de Mayoyo des propos de Félix qui l´est.
      – « Aujourd’hui, il est occupé à créer sa garde républicaine, celle du despote Kabila étant restée fidèle » : On croirait lire les youtubeurs congolais en plein dénigrement. C´est quoi le projet ici ? Faire flèche de tout bois ?
      – « la guerre qu’on disait éviter en acceptant de pactiser avec le diable finira par avoir lieu au grand jour… » : 1. Kabila, le diable ? Le récit devient intéressant. Avant et à Genève, Félix a eu à traiter avec les ‘collaborateurs’ de Kabila (De Katumbi à Fayulu). Il en a vu de toutes les couleurs. Ce n´est pas la lecture simpliste et manichéisante de Mayoyo qui va l´influencer. De toutes les façons, il sait que la formule « Pas de MAV » de l´actuel Lamuka aurait permis au « diable » Kabila d´être encore le Président. 2. Quand on fait une alliance, on ne ‘détermine’ pas l´avenir. Donc, tout peut arriver. Personne n´a annoncé le contraire. Mabala y´église kutu ekufaka, voire avec bitumba, e bongo kaka ya politique !

  9. Au fait, quand Félix Tshisekedi déclare tout bonnement que son pouvoir vient de Dieu, qu’a-t-il fait concrètement pour le mériter et qu’avait fait son père Tshisekedi wa Mulumba pour le démériter pendant des décennies de lutte contre la dictature ? Le despote Joseph Kabila piaffe ouvertement d’impatience de revenir aux affaires. Pour ce faire, il doit tout mettre dans la balance pour que le bilan du régime Tshisekedi, si régime Tshisekedi il faut l’appeler, soit sombre au point de faire oublier son bilan catastrophique à lui. Il faut que les Congolais regrettent les années Kabila. Comme ils ont regretté les années Mobutu sous l’administration des deux Kabila. Comme ils ont regretté l’époque coloniale sous l’ère Mobutu. Il faut être un Félix Tshisekedi pour considérer Joseph Kabila comme un allié avec lequel on peut cheminer pour redresser la situation socio-économique et politique du géant aux pieds d’argile qu’est le Congo-Kinshasa. Bientôt, le prix du carburant va être revu à la hausse sous la poussée de la Banque mondiale. Car les caisses de l’Etat sont vides de plein. Une telle hausse aura fatalement un impact négatif sur le pouvoir d’achat des Congolais qui vont commencer à regretter l’ère pourtant démoniaque de Kabila, ventre affamé n’ayant point de mémoire. Quant au statut de Félix Tshisekedi comme président pour amuser la galerie, il a encore de beaux jours. Malheur aux peuples aux élites sans boussole. Car il leur arrivera tous les malheurs du monde, à commencer par celui consistant à avoir un président de la république que des ministres tournent ouvertement en bourrique et cela en toute impunité.

  10. Oui, un sérieux problème de communication:
    primo, il est malsain pour le Président de la République d’aller étaler les dissensions internes à l’extérieur du pays.
    Secundo, avant d’évoquer la probable dissolution du parlement, il devrait interroger son conseiller juridique (constitutionnaliste) pour expliquer aussi les contours et les modalités d’une telle décision.
    Tertio le Président de la République en tant que garant de la nation, ne peut pas traiter une partie de ses concitoyens (même ceux qui ne sont pas les enfants de cœur) des « chèvres ». FATSHI est pris dans une situation d’ambivalence, de controverse et de contrariété. Ces premiers contradicteurs sont curieusement, les membres de l’UDPS qui ne le respectent pas (Fils Mukoko et consorts…), puis vient la coalition FCC-CACH, une alliance contre nature. Dans cette allure, rien de prometteur sur le ciel politique et social congolais. Dieu seul sait.

  11. Quand on a été catapulté à la tête du pays avec un cursus scolaire et un cursus professionnel comme le sien,ça donne ça. La plus belle femme du monde ne donne que ce qu’elle a.

  12. Le chef de l’Etat congolais était à Londres pour participer à une rencontre international importante pour la RDC, dénommée à juste titre « UK-Africa Investment Summit 2020 ». Depuis son avènement à la tête du pays, il multiplie les voyages pour attirer les investisseurs. Son adresse à la communauté congolaise n’était pas de nature à inspirer les investisseurs. Non seulement il est apparu faible, incapable de fixer le cap et surtout incapable de tenir la barre du gouvernement de la République; mais, surtout il a fait entrevoir l’arrivée d’une crise au sein de la coalition gouvernementale. Une crise qui déboucherait sur la dissolution de l’Assemblée nationale. Une situation elle-même génératrice d’une autre crise politique – certainement très longue et difficile à gérer – ,si on prend compte l’état actuel de la CENI et surtout les difficultés à disponibiliser des ressources pour organiser un nouveau scrutin électoral dans les conditions actuelles. Un pays sans registre de la population à jour, l’éventuelle indisponibilité de la MONUSCO, les lois électorales à voter par une Assemblée désormais évaporée, etc. S’agissant des investissements, Felix Tshisekedi devrait toujours à l’esprit la phrase de l’ancien Premier ministre Kengo wa Dondo : « L’investisseur est un gibier peureux ; il faut toujours le rassurer ».

  13. NB,
    Maintenant tout le monde vont comprendre qu’est ce qui est reste de L’UDPS. Now, Nous attendons fils « Mokoko » l’intectuel de ce parti de repondre a « Mabunda »moyenant les articles de la constitution.

  14. ARTICLE un peu TERRE à TERRE. Dommage !
    1. Félix a parlé le dimanche ou le lundi ?
    2. Un FAKE NEWS, mais on y consacre beaucoup d´attention et de lignes comme si la subjectivité de BAW raffole de son contenu et aurait tant voulu que ce soit réel. Félix a soutenu Katumbi dans l´opposition jusqu´à s´exposer à des critiques virulentes et injures; une fois Président, il a rendu possible son retour au pays possible, alors que Katumbi s´est révélé un grand adversaire et le sera probablement encore en 2023.
    3. « Dans son adresse aux Congolais de la diaspora, Fatshi a DÉCOUVERT ce que la grande majorité des Congolais savait déjà » : Avec une telle formulation, BAW est dans les ragots. Donc, Fatshi yango azalaka informé te ? Quand même !
    4. « Rentré au pays, le locuteur s’EMPRESSA de faire une « mise au point » du genre « j’ai été mal compris » » : S´empresser, le choix de ce verbe (comme celui de « découvrir » au point 3) montre clairement dans quel sens BAW veut orienter ses lecteurs. Répondre à des questions ekomi ko s´empresser. Dans ce cas, il aurait dû le faire après l´atterrissage.
    5. « En visite à Paris, au mois de novembre, Fatshi a qualifié ses anciens camarades restés dans l’opposition de « Ndoki » » : FAUX ! Le mot « ndoki » a été explicitement mis en rapport avec la démarche de saboter les efforts de relance des investissements et de reconstruction du Congo. La vidéo est encore sur youtube !
    6. « Et ce tout en clamant qu’il est le « Président de tous les Congolais ». D’aucuns estiment que la communication de Fatshi est truffée des contradictions » : Ce « d´aucuns », c´est qui ? Ceux qui ont décidé de tout voir/décrire en noir dans son action ? En plus, cette contradiction doit être démontrée ! Les parents qui reprochent à un enfant d´avoir un mauvais comportement, de nuire à la famille ou aux autres ne cessent pas d´être parents et ne peuvent pas s´empêcher de clamer qu´ils sont parents.

  15. Cher BAW,
    J’ai suivi avec beaucoup d’attention l’adresse du President Fatshi a Londres. Je voudrais ici partager avec vous et avec les lecteurs du CIC ce que j’en pense.
    Oublions cette histoire d’un pretendu ‘deal’ passe entre Fatshi et Kabila. Si un tel ‘deal’ existait, Kabila ne chercherait pas a porter ombrage a Fatshi avant ce dernier n’ait meme pas accompli un an dans de son mandat. Les sbires du FCC ont commence a parler de l’option de la destitution de Fatshi des le lendemain meme de sa prestation du serment. La procedure devrait commencer avec l’election de Thambwe Mwamba a la presidence du Senat.
    Fatshi est plus a plaindre qu’a blamer. Personnellemnt j’estime que tous les congolais devraient le soutenir, non pas par amour pour lui, mais par amour de la patrie. Lui au moins demontre tous les jours sa volonte de servir reellement le peuple. L’echec de Fatshi ne profiterait a aucun congolais. Malheureusement un survol des reseaux sociaux demontre que bien des congolais s’illustrent par des invectives et des injures a l’endroit de Fatshi.
    A Londres Fatshi a voulu parler dans le langage que ses compatriotes comprennent, c’est-a-dire le langage des invectives et des injures. Il y a des termes qui ne devraient pas sortir de la bouche d’un president de la republique. Des termes comme ‘retrocommisions’ ‘combantabas’. Celui qui repond aux injures par des injures ne s’eleve pas. Il se rabaisse au niveau de ceux qui ont toujours eu l’injure comme argument.
    Fatshi devrait cesser de prononcer des inepties du genre ‘le dossier est entre les mains de la justice. Tout le monde sait que quand un responsable congolais dit qu’un dossier est entre les mains de la justice, cela veut dire en termes clairs que le dossier est mort et enterre! Les congolais ne sont plus dupes!
    La menace du bic rouge est pathetique! Celui qui a la force ne menace pas, il agit. Nous atttendons les actions. On ne peut pas tolerer que le chef de l’Etat soit ‘demonetise’ au point ou Fatshi est demonetise. Et c’est encore pire quand il s’en plaint. Le chef ne se plaint pas. Le chef agit!
    L’affaire Banya Mulenge! J’attendrai que quelqu’un rappelle a tous et a chacun que la nationalite est un terme juridique. Il n’a rien avoir avec la race, l’ethnie, la tribu d’un individu. Si la loi vous reconnait citoyen d’un pays, vs l’etes, meme si votre voisin immediat n’aime pas votre gueule. Les Banya Mulenge sont et resterons congolais, n’en deplaise a ceux qui pensent le contraire. Nous les congolais nous avons le genie de l’exclusion! Sous Mobutu n’entendions pas certains Baluba se plaindre de cette boutade:’accident esalemi na Pont-Matete, bato mine bakufi, zairois misatu na moluba moko’ Y’a-t-il encore des congolais pour pretendre que les Balubas ne sont pas des congolais?
    Quand a Vital Kamerhe, je ne commentairai pas son voyage a Kigali!
    Binsonji E Madilu

    1. @Binsonji Madilu,
      Bien dit. Concernant ton dernier paragraphe, ajoutons seulement que nos commentaries sur le voyage de Kamerheon a Kigali suivront apres ses explications sur la destination des $15 millions disparus du Tresor

  16. AVOCATS DU DIABLE ! Ce que nous (Combattant Résistant de l’Ombre) lisons sur ce fil venant des supporters zélés, fanatiques aveugles et thuriféraires de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo-Pétain wa Banyarwanda c »est de la sorcellerie pure et simple pratiquée par les avocats du diable… FICTION OU REALITE ! Si les Kongolais meurent réellement [et ne reviendront plus à la vie car ce n’est pas de la fiction] depuis le 25 Janvier 2019 c’est à cause du Deal mafieux satano-occulto-nécromancien que FATSHI BÉTON DALLE de WC de Kingakati a signé avec les Tutsi Banyarwanda à Kingakati, même Satan le Chérubin jadis oint (Mauvais esprit) s’étonne de l’attitude de cœur altière, désinvolte, hautaine, irresponsable qu’ont les Talibans sur ce fil de discussion de CIC et ailleurs, la réaction de désapprobation des Talibans à Londres quand Tshilombo-Pétain a affirmé que les Banyarwanda sont des Kongolais prouve que les Combattants Résistants ont amplement raison… Le problème du KONGO-ZAÏRE c’est l’Occupation étrangère Tutsi Banyarwanda, c’est un problème d’identification nationale (un sérieux problème identitaire) non un problème politique… La résolution de ce problème d’identification se fera par les armes non par la démocratie, les dialogues, les consensus, les élections… RÉVÉLATION [ACTION DE RÉVÉLER] DU MENSONGE ! Quand un président protocolaire nommé par l’imposteur alias Kabila dit qu’on l’empêche de travailler par ces alliés politiques, même si vous étiez son frère, sa mère, son fils, sa femme, allez un peu au-delà de l’émotion et des sentiments humains qui proviennent de la chair [Mensonge] et font poser des actes contraires à l’Esprit [Vérité]… Un Président de la République sans impérium (effectivité du pouvoir) est dépourvu de tout, il (Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo-Pétain wa Banyarwanda) ne pourra jamais garantir l’intégrité territoriale, la sécurité des personnes ni des biens, ne pourra jamais nommer les ministres et autres mandataires piblics, ne pourra jamais imposer son programme politique inexistant la clé de voûte de son action mensongère… Kongolaises et Kongolais sortez de la torpeur électoraliste satano-occulto-nécromancienne, de la religiosité imbécilisante, de l’hypocrisie tolérante, du fanatisme aveugle qui est une forme d’esclavagisme mental spirituel intellectuel moral… Vive les Maï Maï ANPK Armée Nationale du Peuple Kongo… Ainsi soit-il… INGETA

  17. Le chef de l’Etat congolais était à Londres pour participer à une rencontre internationale importante pour la RDC, dénommée à juste titre « UK-Africa Investment Summit 2020 ». Depuis son avènement à la tête du pays, il multiplie les voyages pour attirer les investisseurs. Son adresse à la communauté congolaise n’était pas de nature à inspirer les investisseurs. Non seulement il est apparu faible, incapable de fixer le cap et surtout incapable de tenir la barre du gouvernement de la République face à un allie (FCC) qui s’arcboute sur ses situations de rentes. Mais surtout, il a fait entrevoir l’arrivée d’une crise au sein de la coalition gouvernementale. Une crise qui déboucherait sur la dissolution de l’Assemblée nationale. Une situation elle-même génératrice d’une grave crise politique. Probablement longue, si on tient compte l’état actuel de la CENI et surtout les difficultés à disponibiliser des ressources pour organiser un nouveau scrutin électoral dans les conditions actuelles. Un pays sans registre de la population à jour, l’éventuelle indisponibilité de la MONUSCO, les lois électorales à voter par une Assemblée désormais évaporée, etc. S’agissant des investissements, Felix Tshisekedi devrait avoir en mémoire la célèbre et toujours d’actualité la phrase de l’ancien Premier ministre Kengo wa Dondo : « L’investisseur est un gibier peureux ; il faut toujours le rassurer ».

  18. Depuis que j’ai compris que ce n’était pas Kabila le problème ni le FCC mais que les lamukistes et zairois à l’instar de comme Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo et Jo Bongos bien connu comme haineux à souhait, j’ ai compris que je devais lire autrement les opinions ou les commentaires postés sur CI. Leur haine de Fatshi dépasse tout entendement. Je regrette que le noko Amba Westhi qui autrefois savais élever les débats avec des articles réfléchis a emboité les pas de combat ntaba. Triste pour un journaliste si intelligent.
    Kandolo.

    1. @Kandolo,
      Autre chose, vous appelez BWA noko. Et en même temps, vous dites qu’il a  » emboité le pas de combat ntaba  ». En fait, vous l’insultez. Etes-vous un muntu ou un banya….ou un munya…ou simplement un talibantaba ?
      Chez nous les bantou, on insulte pas un noko.
      Oyoki ? Tika zododo. Okobela liboma !!!!
      Beeh, beeh, beeh…

    2. Kandolo@ la « haine » de Felix ? Pourquoi cet argument de votre part ? N´avez-vous pas mieux á dire?
      1. LE SPEECH DE FELIX
      Felix qui semble être plus á l´aise chaque fois qu´il est loin de la République de Gombe a laché plusieurs messages.
      > Quand le Commandant Suprême informe la diaspora qu´il a (en présence de la responsable de la mission militaire de l´ONU sic!) donné l´ordre au chef d´EMG des FARDC de ne pas retourner á Kin tant que l´insécurité á l´Est n´est pas terminée.. Savez-vous mr Kandolo qu il existe plus de 100 groupes armés á l´Est (Kivu Nord et Sud, Ituri et Maniema sans oublier le Nord Katanga)? Cela signifie en clair que les généraux des FARDC sont menacés dans leur fonctions.. s´ils n´apportent pas la paix á l´Est, ils seront radiés de l´armée.. or le budget de la Défense n´a pas augmenté, les voyages de Felix n´ont pas apportés une « aide » militaire significative de la part de la Russie, l´UE, l´UK ou les USA.
      Haine de Felix quand le bilan de 12 mois sur le plan sécuritaire est negatif?
      2. GUERRE CONSTITUTIONNELLE: FELIX COMBIEN DES DIVISIONS ?
      C´était la question qu´Hitler avait posé á ses généraux pendant la seconde Guerre Mondiale: Le Vatican, combien des divisions?
      Posez-vous cette questions si simple.. Felix n´est pas le « chef du gouvernement »..et comment compte-t-il inventer une crise entre un gouvernement FCC et un Parlement FCC? Le FCC peut-il être en « conflit » avec lui même?
      Ainsi, la dame Mabunda a raison de dire tout haut que « Felix ne peut que violer la constitution » s´il rêve d´une dissolution du Parlement.
      Pire, « destituer » Felix est aussi une question de rapport de force… Ne possedant pas des « divisions », Felix risque de se retrouver prisonier dans la République de Gombe avant de se voir transferé devant les juges « mercenaires » du FCC qui possedent assez d´arguments pour lancer une destitution.. Mieux ?Le FCC possede la Garde Républicaine qui l´unité de l´armée la mieux entrainée, la mieux équipée.. la GR est commandée par un officier de la DSP qui connait très bien la ville de Kin. Il suffit d´isoler la République de Gombe avec des chars lourds pendant 48 heures pour destituer Felix.. la GR peut faire face aux Talibans sans peine car possedant une puissance de feu respectable.
      > CENI ? L´une des faiblesses de Felix visible est la CENI..qui devrait organiser les élections législatives anticipées en cas de dissolution.. Quand mr Kandolo@ parle de la « haine », il devrait aussi constater que la CENI est la même.. Avant l´indépendance = après l´indépendance.. Avant la présidence de Felix = après la présidence de Felix.. L´équilibre de force n´a pas évoluée sur le terrain et Felix n´est pas respecté.. Kie kie kie
      3 KAMERHE
      Sur www.rfi.fr dans un podcasts, Kamerhe prend comme réference sa demission á la tête du Parlement.. Entre les lignes, il suggère que Mabunda puisse demissioner pour retablir l´honneur de Felix.. Lol Wait and see si la « haine » est un argument suffisant..

      1. @GHOST
        Madame Jeanine Mabunda est trop intelligente pour commettre la faute qu’elle a commise sans qu’elle en ait recu de Kingakati. En militante zelee du PPRD et du FCC, elle a obei sans se soucier de consequences de son obeissance aveugle. En menacant le Chef de l’Etat de destitution au cas ou il dissoudrait l’assemblee nationale, elle est allee top loin. Encore une fois je pense qu’elle ‘a fait sur ordre de qui vous savez.
        Les actes et les declarations du Chef de l’Etat ne peuvent faire l’objet de debat parlementaire, et Mabunda le sait tres bien. Elle est payee pour le savoir.
        J’ai ecoute les juristes de toutes les obediences. Ils sont tous formels. Aux termes de la constitution qui nous regit, le Chef de l’Etat a la prerogative de dissoudre le parlement. C’est le Chef de l’Etat qui evalue la crise entre le gouvernment et le parlement, et c’est lui, et lui seul qui decide l’opportunite et du moment de dissoudre l’assemblee nationale. La constitution ne parle pas d’une crise entre le Chef de l’Etat et l’assemblee nationale! Le parlement NE PEUT PAS destituer le Chef de l’Etat. Il peut tout au plus le mettre en accusation. Mettre en accusation ne veut pas dire destituer! Regardez ce qui se passe en ce moment meme aux Etats-Unis d’Amerique.
        Alors que se passe-t-il chez nous? Joseph Kabila fait la guerre a Fatshi par ses sbires interposes. Il s’imagine qu’il va gagne cette guerre et revenir au pouvoir au plus tard en 2023. L’homme n’a aucune idee de son degre d’impopularite! S’il s’imagine que si le peuple congolais a le choix entre lui et Fatshi, c’est lui qui l’emportera, il se trompe enormemement! Ce n’est pas evident que ses divisions obeiraient a un ordre de porter l’estocade a Fatshi. Il y a eu d’abord Nawej, puis Mova, puis Shadari, puis Dunia, et aujourd’hui Mabunda est envoyee au front pour preciser la menace!. Shadari promet de parayser le pays si un quelconque malheur arrivait a Albert Yuma. Qui ne sait pas que l’industrie miniere congolaise a ete detruite par le trio Yuma, Kabila, Gertler? Qui ne veut pas comprendre que Kabila a declare la guerre a Fatshi? Entretemps nous congolais, nous en sommes encore a nous traiter deTalibans comme si les Talibans avaient quitte l’afghanistan pour s’installer sur les rives du Fleuve Congo ou de la Riviere Kasai!
        La guerre, on sait toujours comment ca commence, mais on ne sait pas comment ca termine. Dans le cas d’espece, le vainqueur ne sera pas forcement celui pour qui roulent les Nawej, les Mova, les Dunia, les Shadari et les Mabunda de la republique!
        Binsonji E Madilu

      2. @Binsonji E Madfilu
        Kabila a declaré la guerre à Fatshi?
        Ah bon, vous nous l’apprennez! Mais pourtant « Fatshi Béton (ya dalles ya wc) ne cesse de nous rabâcher les oreilles en claironnant partout que tout allait très bien entre lui et « Kabila » et que celui-ci restait son modèle d’inspiration.
        Allons donc, quelle ambience!

      3. Compatriote Ghost,
        Je me trompe peut-être mais je ne vois pas une impuissance structurelle définitive du Président. Certes dissoudre efficacement le Parlement comme il l’entend n’est pas une mince affaire, les conséquences ne sont pas toutes prévisibles et elles risquent d’embraser tout le pays et de déstabiliser les différentes forces politiques, ce qui n’est d’ailleurs pas qu’une mauvaise affaire. Je crois que le Président a encore des atouts sous le coude pour engranger cette dissolution dans sa seule volonté et son passage à l’acte effectif le moment venu plutôt que se désoler du déficit numérique de son camp. Je crois en effet que le simple projet et surtout l’annonce d’une dissolution ont comme on le voit déjà aujourd’hui le potentiel de restructurer les forces politiques actuelles : par opportunisme ou par réorientation politique réfléchie beaucoup risquent de changer de camp et de renforcer ainsi le camp de la dissolution. Ce sera laborieux mais ce bouleversement de rapports de force est possible, du coup la grande faiblesse de Tshisekedi n’est pas son déficit structurel plutôt que son manque de courage d’oser en finir malgré les obstacles en présence. La crise sera forcément là comme on le voit dès maintenant et davantage elle se fabrique comme c’est au Président de l’apprécier. L’argent sera glané ici et là y compris chez les puissances qui accepteront volontiers de nous aider.
        Bref, « dissolution vs destitution », à terme le gagnant sera celui qui se sera mieux démené pour sa cause qu’à celui qui se sera assis sur son pactole de départ, et Tshisekedi doit faire tout pour être le premier ; voilà mon avis !

      4. Notre bourlingueur en chef dit Fatshi « Bidon » prend les Congolais pour des hurluberlus. Ce verbiage qu’il se plaît à débiter à longueur des journées ne convainc que les idolâtres de Talibans « Bena Mpuka » qui préfèrent fermer les yeux aux réalités du moment, question de privilégier leurs intérêts tribalo-éthniques.

    3. Compatriote Kandolo,
      # Qu’est-ce que vous pouvez continuer à nous faire rire ! Ainsi donc votre constat définitif n’a vu que de « la haine de Tshisekedi » dans les propos et actes de tous ceux qui sont critiques envers lui, « les lamukistes et zaïrois à l’instar de comme Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo et Jo Bongos ». Rien que ça, vous continuez à faire fort dans vos spéculations ; mais dites-moi ce n’est pas trop folklorique et vous que croyez-vous manifester envers lui ? Le contraire de la haine sans doute, « de l’idolâtrie », entre autres ! Alors croyez-vous vraiment que Tshisekedi est si religieux intégriste qu’il se voit le représentant direct de Dieu infaillible envoyé pour sauver le Congo auquel il faut rendre un culte ? Moi qui croyais que pour le sage chrétien de Philadelphie qu’il est, le « culte de la personnalité », l’adoration est une impiété honnie et surtout l’autre nom de la dictature qu’il nous a promis de « déboulonner »…
      # Voilà pourquoi je crains que vous ne soyez qu’un piètre interprète de sa pensée sauf quand ça lui prend lui aussi comme si souvent ces jours-ci à s’en sortir comme il peut en voyant des « ndoki » (sorciers, diables) parmi ses contradicteurs. Intermède d’agacement et de surmenage avec toutes les pressions de sa charge s’il en est, tant je suis convaincu que son minimum syndical de réflexion lui apprend qu’il est « critiquable », qu’il a des ratés dans ses actions bien humaines et que la haine n’est pas le ressentiment principal de tous ceux qui critiquent ici et là ses faits et gestes. Vous avez donc tout faux de vous lancer dans des appréciations de nature privée comme la haine et l’idolâtrie de « votre » Tshisekedi , cher ami ; il appartient à tous les Congolais comme PR et jugeons-le publiquement à l’acte. C’est autrement plus intelligent, plus démocratique et à terme plus efficace pour le pays !

      1. PS
        Autre chose, mon cher Kandolo, votre religion intégriste est de prendre les fameux « lamukistes » comme des ennemis irréductibles de « votre » Tshisekedi ; souffrez que je les prenne pour des adversaires politiques et surtout des citoyens respectables de ce pays, avec tous leurs droits et devoirs. Aujourd’hui que Tshisekedi lance son projet de dissolution, au lieu de toujours allumer le feu des divisions, des camps et de culte de la personnalité, comme vous faites, pour moi il serait plutôt mieux inspiré de faire tout pour se réconcilier avec ses anciens compagnons de l’opposition pour se donner plus de chances de se constituer une majorité face au FCC dans le Parlement nouveau qui sortirait des élections anticipées. Ce n’est pas impossible, il ne dépendrait que d’une volonté politique sincère et patriotique mutuelle !

  19. Binsonji@
    Le Parlement est en vacance et ne s´ouvre qu´au mois de mars 2020.. Ainsi, la présidente Mabunda n´a pas fait un « débat parlementaire » quand elle est entrain d´enseigner quelques notions élementaires de droit á ceux qui comme Ghost ne possede pas ce savoir juridique.
    TALIBAN ET DICTATURE
    Nous sommes toujours entrain de lutter contre la tentation du retour de la dictature.
    Si une parlementaire parle ouvertement de faire juger un président de la République en cas de violation de la constitution, allons donc, aux USA Trump se retrouve entrain de lutter contre un « impeachment ».
    Mabunda ne fait que citer la constitution et n´importe quel congolais peut verifier que le gouvernement du FCC ne peut pas entrer en conflit avec le parlement á majorité écrasante du FCC..
    Si vous avez la perception que Kabila est entrain de combattre Felix, faites comme le parlementaire du FCC Lonkondo vous le suggère: Repliez-vous á la présidence comme F Mitterand. Quittez la « coalition » et acceptez la « co-habitation » où le FCC va assumer sa majorité.. au Parlement et au gouvernement. *
    TALIBANS
    Oui, ces pauvres motocyclistes qui se ferons massacrer un jour si vous voulez une confrontation avec Kabila et sa Garde Républicaine.
    Ceux qui ont pris l´habititude de menacer tous le monde á Kin et pensent imposer leur lois sont des « talibans »..extremistes d´un autre temps.

Comments are closed.