Congo-Kin: A quand le nouveau gouvernement?

Gaston Mutamba Lukusa

Le 1er avril, Mme Judith Suminwa Tuluka a été nommée Première ministre. Un mois et demi plus tard, elle n’a toujours pas formé son gouvernement. Elle a pourtant fait des consultations avec la classe politique et ses inénarrables autorités morales des partis, avec la société civile, avec des artistes…  Après plus rien! Nihil novi subi sole. Pour ceux qui ne causent pas le latin comme le cardinal Fridolin Ambongo Besungu, cela veut tout simplement dire: rien de nouveau sous le soleil. Peut-être que cette nomination n’a été qu’un poisson d’avril! Stupeur et tremblements!

Pour ceux qui ne le sauraient pas, le poisson d’avril date de l’époque du roi de France Charles IX. Avant, le 25 mars était le jour de l’an jusqu’à ce que le calendrier julien soit réformé en 1564 et remplacé par le calendrier grégorien. Les festivités du Nouvel An atteignaient l’apogée le 1er avril. Après l’adoption officielle du 1er janvier comme jour de l’an, ceux qui oubliaient de changer la date et continuaient à fêter le 1er avril étaient ridiculisés et qualifiés de « poissons d’avril ». Sapristi! Bref, passons!

Comme si cela ne suffisait pas, les deux Chambres du Parlement n’ont toujours pas de Bureaux définitifs. Or, le gouvernement est investi par l’Assemblée nationale. Saperlipopette!

Mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, constate avec fierté que la Première ministre a encore son teint naturel, sa couleur d’origine. Elle ne s’est pas encore travestie avec des perruques, des mèches et des produits éclaircissant la peau que le pays importe en grande quantité, soit plusieurs tonnes par an. Cela contribuera à réduire le train de vie des institutions. Rien d’étonnant dès lors que beaucoup de gens croient qu’elle pourra faire face à la crise sociale et sécuritaire qui ronge notre pays convoité par tous les voisins et la Chine. D’autres, en revanche, affirment qu’il n’y aura aucun changement. Ce n’est que de l’agitation statique. Enfer et damnation!

Mon ami qui est devenu fou atteste que quand il y a pénurie d’eau potable et d’électricité. Quand tout devient difficile, à savoir manger, se loger, s’éclairer, se déplacer, se vêtir, se soigner, avoir son salaire, cela veut dire que vous vivez dans un pays en voie de sous-développement. Il est difficile d’en sortir. Enfer et damnation! De passage à Bruxelles, devant la diaspora congolaise, Fatshi attribua, le 3 mai, à la constitution le retard dans la formation du gouvernement et la mise en place des institutions. Il annonça la création d’une commission multidisciplinaire qui devra réfléchir sur une nouvelle constitution « digne de notre pays ». D’aucuns voient déjà l’ombre de la quête d’un troisième mandat présidentiel. Cela conduira forcément à ce que nous avons vécu en 2018. On se rappellera que Thérèse Kapangala et Rossy Mukendi furent assassinés lors des protestations contre le changement de la constitution qui pouvait offrir un 3ème mandat présidentiel à Joseph Kabila. A l’époque, il y eut de chaudes empoignades entre ceux qui étaient pour et ceux qui étaient contre. Aujourd’hui comme hier, des professeurs d’universités déclarés constitutionnalistes vont retourner plusieurs fois leurs vestes suivant les circonstances et les prébendes. Ils ont l’habitude d’adorer ce qu’ils ont brûlé hier et de brûler ce qu’ils ont adoré.

Selon mon ami qui sait tout, la constitution est perfectible mais il ne faut pas toucher aux articles verrouillés. Suivant le constituant, les dispositions relatives à la forme républicaine de l’Etat, au principe du suffrage universel, à la forme représentative du gouvernement, au nombre et à la durée des mandats du Président de la République, à l’indépendance du pouvoir judiciaire, au pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.

On dit chez nous que le mensonge ne conduit à rien de bon.

GML

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
100 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Readers Comments (13)

  1. « A quand le nouveau gouvernement ? » Appelons un chat un chat au lieu de tourner en rond : l’attente est manifestement trop longue tant elle pénalise lourdement le pays aujourd’hui au ralenti. La mise en place des institutions toujours aux abonnés absents quatre mois après l’investiture du PR révèle un déficit certain d’une gouvernance efficace de notre pays. Les immenses défis les uns aussi prioritaires que les autres, situation sécuritaire, social, économie, etc, etc ne sont pas réellement pris en charge. L’absence d’un Exécutif, Législatif et même d’un Judiciaire pendant de si longs mois laissera des traces sur la gestion du pays.
    Plus grave, ceux qui imputent les retards actuels à une Constitution inadaptée ont d’autres desseins pour une révision constitutionnelle.
    En effet la principale cause de ce point mort, nous le savons, c’est une lutte feroce et cupide au sein d’une majorité pourtant bien identifiée pour le partage des postes. Un leadership responsable n’aurait jamais laissé autant la pays au ralenti en se justifiant sur des fausses raisons ; seuls des médiocres criminels a commencer par le sommet, se contentent de telles forfaitures…

  2. Pierre Jacquenry 12 mai 2024 @ 21 h 11 min

    Cher GLM
    Votre ami sait vraiment ce qui se passe dans ce pays sous le regime vomi de Felix Tshilejelu. Un Roublard connu qui, sous l’impulsion de ses flatteurs-UDPS a Bruxelles, vient de decrouvrir une occasion de changer aujourd’hui la meme Constitution pour laquelle il combattait Kabila jadis; la meme Constitution dont il beneficia pour acceder (frauduleusement) au sommet, inclu sa pretendue victoire electorale en Dec. 2024. Cher GLM, votre citation ci-dessus tombe a pic: Les Mensonges de Felix et sa bande coulent le Pays. Mais lui blame tous les autres plutot que son incompetence evidente: la Constitution, la Communaute Internationale, Kabila, Paul Kagame, meme le Cardinal Ambongo. Entre temps, toujours pas de gouvernement, ni parlement. La lutte des postes fait rage au sein de sa bande USN avec les Bahati, Kabuya, Mbossa et Bemba mettant leurs fils, filles, femmes, copains et copines dans des postes juteux pour se faire du fric, et detournant des millions dans limpunite et au detriment du « peuple d’abord. L’incompetence notoire de Felix et sa bande, les antivaleurs, detournements et vols a go-go sont-ils la faute de la Constitution? Voila le resultat d’avoir un Roubalard irresponsable jouisseur au sommet.

  3. GML,
    Dites à votre ami qui sait tout d’avoir un peu de patience. Il faut laisser un peu de temps au Vice-président de la république Kasaï de motiver les candidats ministres.
    Un peu de patience !

  4. Combattant Résistant de l'Ombre 14 mai 2024 @ 8 h 23 min

    DÉVELOPPEMENT DU SOUS-DEVELOPPEM3NENT ET ITINÉRANT PRÉSIDENT PROTOCOLAIRE JOUISSEUR TRAÎTRE ! Notre Frère GML que nous apprécions surtout pour sa plume incisive sur CIC écrit ceci « Quand tout devient difficile, à savoir manger, se loger, s’éclairer, se déplacer, se vêtir, se soigner, avoir son salaire, cela veut dire que vous vivez dans un pays en voie de sous-développement ». Un certain André Gunder Frank parle dans un LIVRE intitulé DÉVELOPPEMENT DU SOUS-DÉVELOPPEMENT en Amérique Latine. En bref, les pays colonialistes métropolitains capitalistes gardent leurs nombreuses colonies (pays-cloisons en voie de développement) d’Amérique du Sud dans un état de sous-développement permanent et les pays « sous-développés » en question s’y plaisent dans cette situation de pauvreté comateuse qui fagocyte l’épanouissement sociologique de leurs populations. L’Amérique Latine est visée dans ce livre mais on peut l’étendre pour l’Afrique Noire Subsaharienne qui est un terrain propice et fertile pour le développement du sous-développement avec des enfants affamés, victimes de la malnutrition et des adultes corrompus, désœuvrés, complexés et aigris qui se complaisent dans la médiocrité (Cfr Tshilombo-Pétain président protocolaire JOUISSEUR TRAÎTRE ITINÉRANT)… LES BURKINABÈ SONT UN PEUPLE RÉVOLUTIONNAIRE QUI ONT UN PRÉSIDENT RÉVOLUTIONNAIRE MAIS LES RDCIENS CONTEMPORAINS DE L’OCCUPATION RWANDO-OUGANDAISE SONT UN PEUPLE FANATIQUE AVEUGLE ULTRA RELIGIEUX QUI ONT UN PRÉSIDENT PROTOCOLAIRE JOUISSEUR TRAÎTRE ITINÉRANT ! La saleté et la pauvreté qui frappent Kinshasa la Poubelle et ses provincettes médiévales n’émeuvent pas les KINOIS et RDCIENS qui acceptent volontiers que leur président protocolaire JOUISSEUR TRAÎTRE soit traité d’itinérant par le Tyran Brazzavillois de OYO, Sieur Denis Sassou Nguesso Grand-maître de leur diabolique Loge franc-maçonnique installée au Congo-Brazzaville. Felix Antoine Tshilombo Tshisekedi est l’Ambassadeur ITINÉRANT de l’Empire Hima (EAC « East African Comminity ») qui travaille pour implanter et consolider cette méchante et dangereuse Organisation nébuleuse Nilotique en Afrique Centrale… CABELLO (EXTENSION DES CHEVEUX), RAJOUTS (PERUVIENNE, INDIENNE ET BRESILIENNE), FAUX ONGLES ET DÉCAPAGE DE LA PEAU ! L’auteur écrit ceci « la Première ministre a encore son teint naturel, sa couleur d’origine. Elle ne s’est pas encore travestie avec des perruques, des mèches et des produits éclaircissant la peau que le pays importe en grande quantité, soit plusieurs tonnes par an », le DÉCAPAGE DE LA PEAU=COMPLEXE D’INFÉRIORITÉ ET PÉCHÉ D’ORGUEIL, les Africains Noirs Subsahariens ont une sale habitude de croire par ignorance qu’avoir la PEAU CLAIRE ou BLANCHE sans MÉLANINE est une MARQUE de BEAUTÉ car les RELIGIONS dites révélées du livre présentent les ANGES comme des BLANCS et les DÉMONS comme des NOIRS or en réalité le MONDE ANGÉLIQUE a un ADN NOIR (ADAM=MOTOet ÈVE=MUTO) de nos premiers ANCÊTRES en Afrique (Berceau de l’Humanité), aucun DÉMON n’est Noir et aucun ANGE n’est BLANC ni NEPHILIM ni un même SANG-MÊLÉ comme cette première ministre Nilotiquesm de la RDC occupée. Le port des rajouts de cheveux indiens vivants par les femmes noires Africaines pour s’occidentaliser est une ABOMINATION Satano-occulto-nécromancienne car elles corrigent le CRÉATEUR DIVIN, il en est de même de la transformation chirurgico-dermatologique de Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, Marthe Kasalu, Augustin Kabuya, Jean-Marc Kabund et Peter Kazadi de l’Udps Familiale est un complexe d’infériorité (PÉCHÉ d’ORGEUIL) aux conséquences fâcheuses décrit contre les filles et fils de SION (AFRIQUE ANCESTRALE) dans Esaïe 3 : 16-26 « Le VÉRITABLE DIEU dit parce que les filles de Sion sont orgueilleuses, et qu’elles marchent le cou tendu et les regards effrontés, parce qu’elles vont à petits pas, et qu’elles font résonner les boucles de leurs pieds, le Veritable Dieu rendra CHAUVE le sommet de la tête des filles de Sion, découvrira leur NUDITÉ. En ce jour, le VÉRITABLE DIEU ôtera les boucles qui servent d’ornement à leurs pieds, et les filets et les croissants; les pendants d’oreilles, les bracelets et les voiles; les diadèmes, les chaînettes des pieds et les ceintures, les boîtes de senteur (PARFUMS) et les amulettes; les bagues et les anneaux du nez; les vêtements précieux et les larges tuniques, les manteaux et les gibecières; les miroirs et les chemises fines, les turbans et les surtouts légers. Au lieu de PARFUM, il y aura de l’INFECTION; au lieu de CEINTURE, une CORDE; au lieu de CHEVEUX BOUCLÉS, une TÊTE CHAUVE; au lieu d’un large MANTEAU, un SAC étroit; une MARQUE FLÉTRISSANTE, au lieu de BEAUTÉ. Tes hommes tomberont sous le GLAIVE, et tes HÉROS dans le combat. Les PORTES (FRONTIÈRES) de SION gémiront et seront dans le DEUIL; Dépouillée, elle (RDC OCCUPÉE) s’assiéra par terre ». VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE INSTANTANÉ. A LUTA CONTINUA. VITORIA E CERTA. INGETA

  5. Mon cher Binsonji, moi je suis vraiment lassé de vos bisonjeries !
    1. Désolé, voir la RDC au-delà de la personne de Tshilombo est un non-sens, une parfaite idiotie et un déficit manifeste de patriotisme : de tous les temps et partout dans le monde l’état d’un pays ne peut se jauger sans tenir compte de sa population et en premier lieu de ceux qui le dirigent.
    L’homme par sa capacité de pensée reste le premier maître de solutions, des échecs et des succès…
    2. Mutatis mutandis, vous aurez beau trouvé tantôt Nanga, ‘JK, Kagame, tantôt même la Constitution, comme à toute action il faut une réaction adaptée, moi je préfère me référer d’abord à ceux qui sont payés pour diriger le pays…
    3. Tenez par exemple ; y’a-t-il un pilote à notre locomotive avec ce draft chaotique sur le bureau definitif de l’Assemblée pondu par le Presidium de l’Union sacrée qui transpire l’imposition, le nepotisme, le tribalisme et beaucoup d’autres partis pris démagogiques … ; comment ne pas conclure que l’imbroglio dans le pays est entretenu au sommet, un Patron de l’Union sacrée, Tshisekedi impuissant à trancher ; si l’arbitre du match a perdu exprès son sifflet, quoi atttendre d’autre….
    4. Enfin je ne répéterai pas assez qu’un pays qui sous-traite la défense de sa souveraineté aux étrangers, fussent-ils des puissants en lieu et place de la défendre lui-même, est voué à l’échec et peut-être même à sa disparition, à l’inannition comme a dit jadis un fieffé propagandiste. Voilà !

  6. Malgré le ton ironique, l’article ci-dessus nous confirme bien que de plus en plus rien ne va plus dans notre pays : ‘pénurie d’eau potable et d’électricité… difficile à manger, se loger, s’éclairer, se déplacer, se vêtir, se soigner, avoir son salaire… un pays en voie de sous-développement dont il est difficile d’en sortir’. La-dessus notre PR, interdit de rire, attribue à la Constitution le retard dans la formation du gouvernement et la mise en place des institutions et annonce la création d’une commission multidisciplinaire qui devra réfléchir sur une nouvelle constitution digne de notre pays. Rien que ça et l’ombre d’un troisième mandat présidentiel comme ce fut en 2018 avec ‘JK’ qui genera manifestations et morts ?
    Rappelons en effet que notre Constitution comme partout ailleurs contient des articles verrouillés auxquels on ne peut toucher qu’avec parcimonie exigeant au moins un referendum populaire pour les réviser c’est dire en fait nécessité ici d’un changement de Constitution, de Republique.
    Malheureusement dans notre pays, tout tourne au ralenti : pas de gouvernement, parlement encore en attente, Cour Constitutionnelle illegale… Que faire alors, commencer par un referendum coûteux susecptible de nous entraîner dans toutes les infractions que connaissent les élections chez nous ou plutôt mettre en place les institutions pour faire redémarrer le pays ?
    C’est dire que répondre au sujet de cet article  » A quand le nouveau gouvernement? » ne fait allusion qu’à notre capacité de gouvernance normale et non à un quelconque changement de Constitution !

  7. ***Les articles verrouillés dans la Constitution concernent : « les dispositions relatives à la forme républicaine de l’Etat, au principe du suffrage universel, à la forme représentative du gouvernement, au nombre et à la durée des mandats du Président de la République, à l’indépendance du pouvoir judiciaire, au pluralisme politique et syndical « .

  8. **J’ai oublié de signaler dans le panel macabre de ce qui ne va pas dans nore pays : l’incapacite de faire face à la tragédie enkystée de l’Est, le déficit endémique d’une bonne gouvernance parsemé des actes de jouissance indicible, de corruption et d’impunité ainsi que d’affronter aux mieux les priorités de developpement…

    • @Ndeko,
      Je vous trouve trop dur. Reconnaissons quand même qu’il y a une chose qui ne cesse de luire dans cette cacocratie qu’est devenue la RDC depuis janvier 2019. C’est l’épaisseur du RIDICULE associé à votre président.

  9. HIER ONT EU LUEU FUNÉRAILLES OFFICIELLES DES VICTIMES DE BOMBARDEMENT DE MUGUNGA !
    Reportée plus d’une fois, la cérémonie de l’inhumation de 35 victimes du bombardement de Mugunga s’est enfin tenu dans une lourde atmosphère d’émotion en présence d’une nombreuse population et de hauts officiels dont au moins 3 ministres au nouveau cimetière de Kibati dédié désormais, semble-t-il, aux victimes de la barbarie des M23 soutenus par le Rwanda.
    Mais au-delà des discours poignants pointent encore des ressentiments d’exaspération de la population du Nord-Kivu qui reproche au gouvernement de ne pas faire tout pour arrêter cette hécatombe.
    Il fallait en parler !

  10. A PROPOS DU FAMEUX BUREAU DEFINITIF DE L’ASSEMBLEE QUI DOIT NOUS DÉBLOQUER LA SITUATION…
    Finalement le bureau provisoire de l’Assemblée (présidé par Mboso) n’a retenu que 8 candidats sur les 7 prévus. Où l’on voit que les revendications contre le nepotisme, le clientélisme et autres des députés n’ont été entendues qu’à moitié.
    En effet si Bahati a eu la sagesse de retirer son fils du lot, la soeur de Bemba est toujours présente et surtout, surtout le vieux crouton Mboso est toujours maintenu : son âge, son passé récent et le conflit juge et partie en sa qualité de président du bureau provisoire auraient dû pourtant le mettre dehors d’autant plus que les députés ont expressément demandé son départ.
    Au Sénat, le même schéma d’imposition et des réactions adverses risque de se reoroduire
    Y’a-t-il quelqu’un pour mettre de l’ordre dans cette jungle?

Leave a comment

Your email address will not be published.


*