Fatshi-Kagame à Luanda: Chronique annoncée d’un « dialogue de sourd »!

Read Time:6 Minute

Le président Felix Tshisekedi Tshilombo et son homologue rwandais Paul Kagame sont arrivés mardi 5 juillet dans la capitale angolaise. Dans une semaine, les combattants du M23, soutenus par l’armée rwandaise (RDF) auront totalisé un mois d’occupation de l’important poste-frontière de Bunagana dans la province du Nord-Kivu. Cette question sera au centre des discussions – négociations? – prévues ce mercredi 6 sous la médiation du président angolais Joao Lourenço, mandaté par l’Union africaine. Des observateurs avertis s’attendent à un dialogue de sourd. Preuve s’il en était que la diplomatie seule ne suffit pas. La diplomatie doit s’appuyer sur la force. A la lumière des opinions exprimées ici et là, la grande majorité de Congolais ne « tremble plus » devant Kagame. Un Kagame qui compte encore sur une « clientèle congolaise » incarnée notamment par « Joseph Kabila » et ses cauditaires. Les réseaux sociaux sont édifiants.

« (…), notre pays fait face à une énième agression de la part du Rwanda, qui agit sous couvert du mouvement terroriste M23 et ce, en violation de tous les accords et traités internationaux. (…), notre option pour la paix et notre sens de relations de bon voisinage ne constituent pas une faiblesse. (…), je réaffirme qu’aucun cahier de charges portant sur l’intégration automatique dans les forces de sécurité ou sur les demandes d’amnistie pour des crimes imprescriptibles ne sera acceptée ». Ces passages sont tirés de l’allocution prononcée, jeudi 30 juin, par le président Felix Tshisekedi Tshilombo, à l’occasion de la commémoration du 62ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Congo.

Paul Kagame, Président du Rwanda

Dans une interview qu’il a accordée, lundi 4 juillet, à RBA (Rwanda Broadcasting Agency), le président rwandais Paul Kagame a déclaré notamment que la crise sécuritaire qui prévaut dans l’Est du Congo-Kinshasa « ne peuvent être résolus par la force des armées. Ils nécessitent des solutions politiques ». Il ne s’est pas arrêté là: « Il y a un gros problème ici, si vous ne répondez pas aux préoccupations de sécurité du Rwanda, vous avez un problème entre les mains. (…). La décision de Kinshasa de ne pas dialoguer avec le M23 dans le cadre du processus de Nairobi est une excuse pour ne pas poursuivre le processus politique ».

Les propos du président Kagame dégagent un certain dédain. Un mépris. Depuis 1996, cet homme belliqueux use du prétexte sécuritaire pour piller les ressources congolaises. Ce sont les deux thèses qui vont s’affronter ce mercredi 6 juillet sous la « médiation » du chef de l’Etat angolais Joao Lourenço. Par définition, le médiateur a pour mission d’aider les parties à un différend ou litige à trouver un accord à l’amiable. Un « accord à l’amiable » signifierait se plier au chantage. Un accord à l’amiable parait inacceptable à la lumière des prétentions articulées par Paul Kagame dans son entretien à RBA.

Dans un communiqué publié mardi 5 juillet, le porte-parole de la prétendue « armée révolutionnaire » du M23, a annoncé que la direction politique de ce mouvement « soutient la rencontre des chefs d’Etat (…) à Luanda, (…) pourvu qu’elle soit en mesure de répondre valablement à nos préoccupations légitimes ». Ces préoccupations légitimes ont été claironnées successivement par le RCD-Goma, le CNDP et maintenant le M23. Ces trois organisations servent de « cache sexe » pour dissimuler la convoitise et les velléités expansionnistes du maître de Kigali.

Paul Kagame plaide pour un « dialogue direct » entre le gouvernement congolais et les combattants du M23. Il prétend que les exilés Hutus qualifiés collectivement de « génocidaires » et membres des FDLR menaceraient la sécurité de son pays. Question: A quand un « dialogue direct » entre le régime des Inkotanyi et les FDLR? A quand un « dialogue inter rwandais » au Rwanda?

QUE VEUT PAUL KAGAME?

De 1962 à 1994, le Congo-Zaïre et le Rwanda tant de Grégoire Kayibanda que de Juvénal Habyarimana ont entretenu des relations d’une cordialité exemplaire. Les différends étaient résolus par le dialogue. La souveraineté nationale de l’un était respectée par l’autre. Il en est de même de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation. Les membres de la communauté Tutsi étaient parfaitement intégrés. Cette intégration a commencé à présenter des fissures dès l’arrivée au pourvoir à Kigali par le Front patriotique rwandais. Les nouveaux dirigeants du pays ont inoculé aux Zaïro-Congolais une certaine antipathie.

Le régime de Paul Kagame posera plusieurs actes inamicaux et pleins de dédain en « débauchant », de manière autoritaire, des fonctionnaires Zaïrois issus de la communauté tutsie. A titre d’illustratif, on pourrait citer notamment le cas de Manzi Bakoramutsa, représentant du PNUD au Mali, porteur d’un passeport diplomatique zaïrois, nommé représentant permanent du Rwanda des « Inkotanyi » aux Nations Unies à New York avant d’assumer les fonctions d’ambassadeur auprès du Royaume de Belgique. A Bruxelles, « Manzi » sera plus tard remplacer par le Kinois Emmanuel Kayetani, un ancien cadre de la société Safricas. On pourra citer également le cas de Jean Mutshinzi, fonctionnaire à la CEA (Communauté économique pour l’Afrique) à Addis Abeba. Il sera promu président de la Cour suprême du Rwanda en emportant avec lui le passeport diplomatique zaïrois.

Après ces actes dignes d’une « piraterie administrative », Paul Kagame va multiplié des actes de défiance vis-à-vis du Zaïre. On pourrait épingler l’arraisonnement à Cyangungu d’un aéronef de la compagnie aérienne Air Zaïre. Et ce sous prétexte que cet appareil transportait des armes pour les ex-Forces armées rwandaises. Il n’en était rien. Fin octobre 1996, Pasteur Bizimungu va faire son pitoyable numéro en exigeant la tenue d’un « Congrès de Berlin II ». But: retracer les frontières héritées de la colonisation.

Mzee LD Kabila et la légion « banyamulenge »

Depuis le lancement de la guerre de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), dite « guerre des Banyamulenge », ayant abouti à l’installation de Laurent-Désiré Kabila à la tête du pays le 17 mai 1997, Paul Kagame – dont l’armée a joué un rôle de premier plan – dissimule à peine un dédain certain à l’égard des Congolais. Pire, il considère l’ex-Zaïre comme une « prise de guerre ». Plus personne n’est dupe au niveau de la communauté internationale. L’argument sécuritaire invoqué par Kagame est un colossal mensonge. D’ailleurs, l’homme ment de manière effrontée.

Le 13 février 2001, Aldo Ajello, alors représentant spécial de l’UE dans les Grands Lacs, déclarait ces mots au quotidien bruxellois « Le Soir »: « Certains sont convaincus de ce que l’exigence de sécurité mise en avant par le Rwanda n’est que du bluff que ce qui intéresse réellement Kigali, c’est d’exploiter les ressources du Congo et de s’étendre territorialement ».

Ancien représentant permanent de la France à l’ONU à New York, Jean-Marc de La Sablière abonde dans le même sens: es membres du Conseil [de sécurité] n’étaient pas dupes des pillages rwandais et de ses manœuvres dans l’Est de la RDC pour contrôler une partie du Kivu par supplétifs interposés ». Le diplomate d’ajouter: « Il [Kagame] acceptait mal également qu’on lui dise que les Forces démocratiques de libération du Rwanda, les FDLR, héritières des génocidaires, étaient devenues davantage un problème pour les populations congolaises que pour le Rwanda qui n’avaient rien à en redouter ». (Voir Jean-Marc de La Sablière, Dans les Coulisses du Monde, Du Rwanda à la guerre d’Irak…, Paris, 2013, éd. Robert Laffont, p. 110)

« L’homme et l’Etat sont fondamentalement agressifs et ne peuvent être dissuadés que par l’agressivité des autres ou par un système d’équilibre de forces », assurent les professeurs P.-F. Gonidec et R. Charvin dans leur ouvrage collectif « Relations Internationales », Paris, 1981, Edition Montchrétien.

A quelques heures des discussions Fatshi-Kagame, la ville de Bunagana est toujours sous occupation de M23. L’opinion congolaise est vent debout. Elle sait que l’objectif final de Kagame est de piller les ressources de la RDC tout en infiltrant, une fois de plus, ses agents dans les forces congolaises de sécurité. Le président Felix Tshisekedi va-t-il se faire hara-kiri en courbant l’échine devant le despote rwandais?

C’est l’occasion de signifier à Kagame, comme l’a dit le professeur Ntumba Luaba que « les FDLR et les Interahamwe est une question rwando-rwandaise ». Le chef de l’Etat angolais pourrait arbitrer, ce mercredi 6 juillet 2022, un vrai « dialogue de sourd ».


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

21 thoughts on “Fatshi-Kagame à Luanda: Chronique annoncée d’un « dialogue de sourd »!

  1. Est-ce que le KONGO-ZAÏRE baptisé faussement RDC occupée [alors qu’elle n’est démocratique que de nom] par les Envahisseurs Banyarwanda appartient exclusivement à TshilomboPétain président protocolaire nommé et à l’UDPS FAMILIALE de Limete-Pétunias Sous-bois ? Tous les Vrais Kongolais ne sont-ils pas aussi des propriétaires, copropriétaires, usufruitiers et nu-propriétaires de la TERRE SACRÉE KONGO-ZAÏRE ? De quel droit un président protocolaire aussi faible sur tous les plans engage-t-il unilatéralement l’avenir des millions de Kongolais pour ses propres intérêts égoïstes ? Il faut plaquer au sol FATSHI BIDON avant qu’il ne soit trop tard. Ce monsieur prétendu Commandant Suprême de l’Armée Républicaine Kongolaise doit être arrêté par les Militaires Patriotes Nationalistes et traduit en justice pour HAUTE TRAHISON (Complicité avérée avec les Ennemis Extérieurs et Intérieurs de la Nation KONGO-ZAÏRE). Feu Honoré Ngbanda avait raison, les 3 missions de Félix Antoine Tshisekedi aka Bisimungu II Tshilombo-Pétain sont : 1-Blanchir les Occupants Banyarwanda, 2-Endormir les Kongolais, 3-Legaliser l’Occupation et la Balkanisation. RÉVEILLONS-NOUS ! INGETA

    1. A « Combattant Résistant de l’ombre »
      Quel commentaire délirant ! Entre amalgames, diatribes et affirmations péremptoires qui n’ajoutent rien au débat et, surtout, ne l’enrichit pas. Toujours l’éternel problème des commentaires hors sujet que j’ai déjà épinglé. Pouvez-vous, par exemple, nous dire qui sont les « vrais kongolais » ? Qui sont « les Militaires Patriotes Nationalistes » qui doivent arrêter « Ce monsieur prétendu Commandant Suprême de l’Armée Républicaine Kongolaise » afin de le traduire en justice ?
      Il y a des moments où il conviendrait de ne pas confondre ses illusions ou sa répulsion à un régime avec la réalité des faits. La surenchère verbale reste inopérante…
      En définitive, vos propos ne diffèrent guère de ceux tenus par Paul Kagamé et la fameuse « rébellion » du M23 !

      1. À Antoine Bofola (Pro Udps Familiale),
        Évidemment nous (Combattant Résistant de l’Ombre) avons une répulsion contre l’Occupation Rwando-Ougandaise et toutes ses conséquences dramatiques. Les Vrais Kongolais sont ceux qui appartiennent aux 450 tribus Bantoues d’avant 1885-1908 (EIC=ÉTAT Indépendant du Congo). Il n’ y a jamais eu des Communautés au KONGO-ZAÏRE. Les Banyarwanda [greffés par les Belges vers les années 1920 jusu’à ce jour qui tuent les autochtones Kongolais du Grand Kivu jusqu’au Grand Kasai en passant par le Bandundu, l’Équateur, le Haut-Kongo, le Grand Katanga jusqu’au Bas-Kongo] venus d’ailleurs ne sont pas des Vrais Kongolais. Partout à travers le monde, il y a des allochtones et autochtones mais il y a aussi des Kongolais naturalisés d’origine étrangère qui ne font de la politique comme les Envahisseurs de l’Empire Hima qui ne sont même pas Kongolais d’origine étrangère. Apparement tous ceux qui ont pris des noms et patronymes à consonnance Bantoue ou Kasaïenne sans obtenir la nationalité Kongolaise en bonne et due forme au cas par cas n’aiment pas qu’on les taxe des FAUX Kongolais or partout il y a des Français, Américains, Belges, Suisses et autres d’origine étrangère (Africaine ou autre) et personne ne s’en offusque car aucun d’eux (Naturalisés) ne révendique des terres qui ne leur appartiennent pas comme en RDC occupe. Vous écrivez « Il y a des moments où il conviendrait de ne pas confondre ses illusions ou sa répulsion à un régime avec la réalité des faits. La surenchère verbale reste inopérante… », vous (Antoine Bofola) considérez que les propos d’un Musakata de génération en génération égalent ceux d’un Munyarwanda puisque nous considérons Tshilombo-Pétain comme TRAÎTRE, la réalité des faits selon vous est que Félix Antoine Tshisekedi est le « Commandant Suprême de l’Armée Congolaise », où aviez-vous vu un Président investi d’un IMPERIUM (Effectivité du Pouvoir) agir de la même manière (aussi mollement) que Tshilombo-Pétain qui ne garantit jamais l’intégrité teritoriale du KONGO-ZAÏRE pour laquelle il a soi-disant prêté serment alors qu’il a été nommé président protocolaire ? Les vrais Officiers Kongolais sont éliminés un à un depuis 1997 pendant que les Kanambe, Kamerhe, Kagame, Ruberwa et autres politichiens et Officiers Banyarwanda vieillissent depuis 1997 devant nos yeux mais il en reste quelques uns (militaires Kongolais conscients Patriotes Nationalistes) qui peuvent toujours rebondir pour arrêter Tshilombo-Pétain qui trahit notre Beau et Grand pays devant toutes les caméras du monde. Si nos propos tenus ci-haut sont une illusion alors que notre opposition contre l’Occupation Rwando-Ougandaise est légitime, de quel droit osez-vous nous interdire de les tenir car nous sommes aussi propriétaires, copropriétaires, usufruitiers et nu-propriétaires de la Terre Sacrée KONGO-ZAÏRE nous leguée par nos Aïeux. Pour votre gouverne, les M23=RWANDA et OUGANDA et ce ne sont pas des rebelles Kongolais mais des envahisseurs Banyarwanda. Nous espérons avoir répondu à toutes vos questions sur la répulsion que nous éprouvons vis-à-vis de l’Occupation Rwando-Ougandaise qui a nommé un président protocolaire TROP FAIBLE au KONGO-ZAÏRE en la personne de FATSHI-BIDON. Merci. Aurevoir…

    2. À l’issue du sommet tripartite de Luanda où 2 étrangers (Angolais et Rwandais) et un Traître président protocolaire faible sans IMPERIUM (Effectivité du Pouvoir) décident du sort de 100 millions de Kongolais propriétaires copropriétaires usufruitiers, nu-propriétaires de la Terre Sacrée KONGO-ZAÏRE, le pseudo Chef de l’État Félix Tshisekedi un président protocolaire nommé par les Occupants Banyarwanda dit « Ne pas comprendre le comportement du M23 et rassure de faire tout ce qui est à son pouvoir pour sortir la population de l’Est de la RDC de *cet enfer qui dure depuis une vingtaine d’années*». Cet espace de discussion CIC est régi par une citation de Hegel qui affirme que « LA VÉRITÉ EST DANS LA THÈSE ET L’ANTITHÈSE », la Vérité est UNE, inaltérable et inattaquable s’impose envers tout, contre tout, par devers tout, ceci étant, la Vérité éclaircit le Mensonge or la Politique selon Voltaire est l’Art de mentir à propos, soit Tshilombo-Pétain prend ses coreligionnaires (Talibans hyper Fatshigants) de l’Udps Familiale pour des cons par ses déclarations à fleur de peau sans fondement ni soubassement idéologique dignes d’un TRAÎTRE car les M23 (RWANDA)=UDPS FAMILIALE qui les utilisent comme FALSE FLAG depuis Feu Étienne Tshisekedi (Cfr Jean-Paul Epenge décédé et Roger Lumbala incarcéré à Paris) jusqu’aujourd’hui en passant par l’Alliance FCC-CASH en 2018, soit le TRAÎTRE FATSHI BIDON est groggy, a une peur bleue de la mort qui frappa LDKABILA et est poussé dans ses retranchements et limites du DEAL Mafieux (Accords de LEMERA II) signé à KINGAKATI qui le tient prisonnier de ses Parrains Occupants Banyarwanda (Kagame, Museveni et Kanambe alias Kabila) car MBOSO KUDIA KWANGA EPOLA Tshilombiste pur et dur déclara que les tireurs des ficelles à l’Est (toujours sous État de Siège=Piège) sont dans le Parle et ment d’Occupation Rwandaise. Celles et ceux qui défendent la Classe Politique RDCIENNE, Félix Antoine Tshisekedi président protocolaire compris sont maudits de génération en génération. Cette malédiction générationnelle avec cause ne peut-être enlevée que par l’ENTITÉ DIVINE du Domaine de la Nature qui guide et intronise les INITIÉS CONSACRÉS. “Certains traîtres ont une étonnante faculté de se convaincre eux-mêmes de la sainteté de leurs intentions !” dixit Charles Hamel. RÉVEILLEZ-VOUS !. INGETA

      1. A « Combattant Résistant de l’Ombre ».
        Tout ce qui est excessif devient insignifiant. Deux exemples seulement :
        1. Nous ne nous connaissons pas. Nous ignorons nos convictions politiques, philosophiques ou religieuses réciproques, voire nos orientations sexuelles ! Malgré cette réalité, vous vous arrogez le droit de m’attribuer le qualificatif « Pro Udps Familiale ». ! J’ignore si un tel parti existe en RDC…
        2. Quel rapport, de cause à effet, entre le « M23=RWANDA et OUGANDA », une rébellion née comme par génération spontanée sous Joseph Kabila, et ce que vous appelez « l’Occupation Rwando-Ougandaise qui a nommé un président protocolaire TROP FAIBLE au KONGO-ZAÏRE » ?
        Hélas ! Il me semble que l’analyse ou la critique sereine se noie dans l’amalgame des faits historiques épars et confus, d’affirmations (je le répète) péremptoires et d’illusions qui, en définitive, ne concernent que votre sphère privée.
        Depuis l’existence de Congo Indépendant, c’est la deuxième fois que je réagis à un article. Certainement à cause des commentaires, tels que les vôtres – souvent hors sujet -, qui dénaturent le débat et n’incitent pas à y participer…

      2. À Antoine Bofola (Pro Tshilombo-Pétain de l’Udps Familiale),
        « Nous sommes responsables de ce que nous disons. Nous ne sommes pas responsables de ce que vous comprenez »! Quelqu’un qui soutient Tshilombo-Pétain est Tshilombiste de l’UDPS FAMILIALE (Udps aile Tshisekedi), point barre, le reste c’est de l’Ubuenge versus Kadiosha. Nous avions répondu à vos questions impertinentes mais ne pensez pas un seul instant que nous allons perdre notre temps précieux pour débattre avec un Fatshigan qui ignore ses propres idées politiques afin d’essayer de le convertir à la Résistance Combattante Kongolaise ou pour avoir raison face à lui. Que ferons-nous de la raison obtenue après un débat creux avec un Taliban Fatshigan sur CIC ? Cherchez d’autres personnes habilitées et disponibles pour débattre sur des choses et réalités connues même des démons hybrides Religieux, guerriers, des Circonstances, de Distraction sur la RDC occupée par les Banyarwanda qui ont nommé Tshilombo-Pétain président protocolaire. Nous avions produit un message, si vous trouvez que cela ne vous convient pas, nous n’avons rien à foutre. « Argumentez contre des Talibans Fatshigants Fanatiques aveugles, c’est comme jouer aux échecs contre un pigeon. Peu importe votre niveau, le pigeon va juste renverser toutes les pièces, chier sur le plateau et se pavaner fièrement comme s’il avait gagné ». Pigé. Bye bye. Arrivederci

  2. [Nono
    5 juillet 2022 à 16 h 22 min

    La rencontre Tshisekedi-Kagame sous la médiation du president angolais que les mouvements citoyens récusent comme ils ne veulent pas de l’operation militaire regionale, aura lieu ce mercredi à Luanda ; pour quoi se dire ? Bien sur que Tshisekedi et Kagame plancheront sur des pourparlers entre notre pays et le Rwanda voulus directs autour de la guerre qui les oppose et au centre, nous l’esperons, la question M23.
    Le principal enjeu, c’est la necessite d’un dialogue vraiment ouvert et sincere entre les deux protagonistes en face d’un Kagame retors et manipulateur. Alors Lourenco arrivera-t-il a arracher de lui un engagement sincere de cesser son soutien au M23 qu’il continue de nier en se defaussant sur un presume probleme Congolo-Congolaise et sur le pretexte FDLR que ses equipees successives sur notre sol n’ont pu deloger – c’est dire -, laissera-t-il a Tshisekedi toute la lattitude de faire valoir sa pleine souverainete ? Et que faire des accords signes dans l’opacite entre Tshisekedi et Kagame maintenant que leur nuisance apparait au grand jour ?]

  3. Si du cote Congolais et des observateurs avertis on est convaincu a l’avance qu’on aura un dialogue de sourds pourquoi alors l’avoir accepte, qu’a-t-on fait que fera-t-on pour ne pas ne pas buter sur un arrangement a l’amiable synonyme de soumission aux volontes et chantage du satrape de Kigali ? Le monde entier commence a comprendre que l’exigence securitaire de Kagame est un vaste bluff, ubwenge, pour se donner des raisons de destabiliser le Congo et de piller ses richesses, notre PR sera-t-il capable de le demontrer devant le president angolais et d’imposer cette verite a Kagame ? Dialogue de sourds non a l’avantage de Kagame mais dialogue sincere au profit de la verite, voila le defi essentiel a relever dans cette rencontre !

  4. B.A.W,
    On aurait pu nous éviter tout ce théâtre tragi-vaudevillesque si après la publication du rapport Mapping (2010), les dirigeants congolais avaient tout fait pour obtenir l’instauration d’un tribunal international sur le Congo.
    Et non, depuis, tous ceux qui se retrouvent à la tête de notre pays agissent comme des collabos qui ne pensent qu’à s’enrichir sans limites, en permettant au Rwanda de continuer sa croisière au Congo.
    Kagame et toute la planète nous méprisent parce que nos propres dirigeants sont les premiers à nous mépriser, nous populations congolaises. Il ne faut donc rien attendre de ce blabla de Luanda. Kagame finira par obtenir ce qu’il veut. Tout simplement parce qu’en face  » il y a maïs  » ou… d’autres rwandais qui agissent dans l’ombre, au Congo. Dans quasiment toutes les institutions du pays. Tout le monde sait. Tout le monde se tait.
    Autre chose, en exemple, comment pensez-vous gagner une guerre quand une partie de l’argent destiné aux efforts de la guerre est détourné par les responsables de la défense ? Hein ?
    Au Rwanda, il ne viendrait à l’esprit d’aucun ministre même de rêver détourner l’argent de l’Etat. C’est IMPOSSIBLE ! Et même si par magie, cela se produisait, le gars finirait très mal. Mais regardez chez nous…celui qui vole moins de 1 million est un idiot car voler plus est un gage d’honnêteté.
    Personne au monde ne peut obliger Kagame à poser un acte qui serait contre les intérêts de son pays. Personne. Cet homme se croit investi d’une mission pour son pays. Il a une vision claire, une doctrine, une approche militaire et un projet sur le Congo. Il est prêt à mourrir pour ça. Et nous congolais, pouvons-nous dire la même chose de nos jouisseurs au pouvoir ? NON.
    C’est ça qui fait la différence. Dialogue de Luanda ou pas.

  5. La véritable question à se poser est celle de savoir pour quelle raison le président TSHISEKEDI a choisi de se rapprocher du Rwanda alors que son prédécesseur s’était visiblement éloigné de ce pays
    Qui avait intérêt à le pousser dans les bras du Rwanda au point que son président se permette de passer la nuit à Kinshasa chose qu’il n’avait jamais faite auparavant même au temps de la présidence de celui qui est à tort ou à raison assimilé à un Rwandais !?
    Aujourd’hui vouloir jouer au dur alors qu’il n’a pas reconnu son erreur alors que le pays tout entier était contre cette politique et l’ont dit clairement. Ne l’a-t-il pas convié aux obsèques de son paternel ? Ne l’a-t-il pas fait applaudir par ses partisans ? Il ne faut pas prendre les Congolais pour des demeurés et vouloir nous mener comme des moutons alors que nous savons pertinemment ce que nous voulons pour nous

  6. Qui vivra, verra. Apparemment la fameuse diplomatie agissante présente encore beaucoup de couacs. Le président Tshisekedi et ses services connaissent globalement nos attentes à nous congolais aspirant à une paix définitive. Qu’ils agissent en tenant compte en premier lieu aux intérêts de notre pays le Congo/Zaïre/RdCongo.

  7. Voyage touristique de Tshisekedi à Luanda, Angola.
    Ce qui est incompréhensible et instructif pour Tshisekedi, au lieu sanctionner l’agresseur à savoir le Rwanda, c’est l’agressé qui a été sanctionné par les Nations Unies. C’est le monde à l’envers.
    C’est un fait établi que le fameux M23 est une fiction et qu’il s’agit en fait de l’armée de Kagame et non celle du Rwanda car l’armée rwandaise est mobilisée conformément à la loi rwandaise. Ce qui n’est pas le cas en l’espèce. En effet, Kagame envoie comme bon lui semble des soldats rwandais pour faire des guerres à l’étranger et donc à la mort. Les veuves et les orphelins n’ont aucun droit d’enterrer dignement les leurs. Aujourd’hui, l’université de Mudende, à moins de 15 km de la frontière avec la RDC est devenue un dépotoir de cadavres de soldats rwandais et de blessés tombés sous les balles des FARDC. Des camions pleins de cadavres et de blessés sont vus par des Rwandais. Malheur au journaliste qui ose tenter d’en informer les Rwandais. De même ceux que l’on appelle ici les parlementaires sont en vacances depuis février 2020. Depuis cette date aucune loi n’a été votée. Pourtant, ils sont engraissés par le Peuple. Même à supposer qu’ils fassent normalement le job pour lequel ils ont été élus, étant les obligés de Kagame c’est-à-dire nommés et révoqués par lui comme bon lui semble, ils ne sont pas en état de sommer le ministre de la défense ou pousser à Kagame de s’expliquer sur la guerre contre la RDC et l’envoi des enfants du Peuple à la mort. Enfant du Peuple car ce sont de jeunes recrus chômeurs et issus du la masse populaire qui est envoyé à la boucherie en RDC. Ils meurent pour les intérêts de Kagame, les siens et ses associés multinationales anglo-saxonnes.
    C’est un fait établi que le Rwanda a agressé militairement la RDC. Les preuves sont irréfutables.
    La RDC est membre des Nations-Unies, de l’Union Africaine, de la CEEAC, de la SADC et de la CEAE.
    Le Rwanda est membre de ces organisations sauf la SADC.
    L’agression armée du Rwanda contre la RDC constitue une violation flagrante des chartes institutives de ces organisations.
    La RDC a un droit absolu de les saisir contre le Rwanda pour agression armée en violation flagrante de ces chartes. Elle a également droit de saisir le Cour Internationale de Justice de la Haye.
    En application des dispositions des chartes institutives de ces organisations, l’Etat, auteur de la violation avérée de celles-ci est sanctionné sur demande de l’Etat victime.
    Se pose alors la question de savoir si la RDC a saisi toutes ces organisations contre le Rwanda. Dans l’affirmative, quelles sont les suites qui ont été données par ces organisations aux demande la RDC ? Dans la négative, qu’a fait la RDC ? Etant précisé que la RDC peut exercer la légitime défense sans méconnaître les dispositions des chartes ci-dessus évoquées.
    Force est de constater que les autorités congolaises excellent dans les discours mais pas dans l’action alors que ce que les Congolais attendent d’eux c’est l’action et nullement les discours stériles et voyages touristiques à l’étranger comme aujourd’hui.
    Pour Kagame, ses soucis sont les sanctions économiques qui ont été prises contre ses entreprises car elles constituent un manque à gagner énormes. La sécurité des Congolais du Nord du Kivu, les morts congolais, des milliers des familles et enfants qui errent sans toit comme des chiens sans maître et les enfants qui ne vont pas à l’école ne sont sûrement pas sa préoccupation. S’il avait l’empathie, la compassion et le sens de l’honneur, il aurait déjà pensé ses soldats broyés par les FARDC et la MONUSCO et qui laissent des veuves et orphelins dans un pays où le chômage des actifs est endémique et dépassé 70ù de la population active dans les villes.
    Il est mentionné dans certains journaux que ses sanctions sont à l’ordre du jour.
    C’est étonnant alors que le problème est l’agression armée et que les sanctions sont es conséquences directes de cette agression. Il faut exclusivement régler ce problème d’agression et plus tard, ses conséquences.
    Le Président Congolais doit inflexiblement demander à Kagame une seule chose :
    Retirer les soldats rwandais du territoire congolais sans condition et sans délai.
    La réponse de Kagame doit être une et une seule ; retrait ou poursuite de la guerre.
    Si Kagame accepte de retirer ses soldats dans un délai court et précis d’une part et que ce retrait est vérifié quant à son effectivité d’autre part, le problème de sanction fera l’objet d’une autre rencontre bilatérale entre la RDC et le Rwanda. Il en de même des dommages subis par la RDC car le Rwanda doit payer pour les dommages qu’il a causés à celle-ci.
    S’il dit non ou subordonne le retrait aux autres exigences hors sujet, dans ce cas, la RDC n’aura qu’une seule option : mener la guerre contre le Rwanda jusqu’à la victoire ou à la défaite. Il y va de sa crédibilité et de celle de son Pays et partant de son Peuple.
    C’est la crédibilité du président Tshisekedi et partant de son pays qui est en jeu.
    Il doit prouver qu’il est crédible et mérite le respect de la part de Kagame.

  8. Cher Amba, il n’y a pas un « dialogue de sourd » mais un dialogue entre un mechant sanguinaire et voleur avec un naif sourd et aveugle. C’est maintenant que les congolais vont voir qui est le vrai naif qui n’aime pas la rdc entre Felix et Joseph Kabila.

  9. DIALOGUE EN « ABSURDISTAN »
    Sur RFI, on apprend que Kagame signe un cessez le feu et le M23 retourne au Rwanda..
    Entre nous lecteurs congolais, comment admettre que le président du Rwanda puisse « signer un cessez le feu » quand son pays n´est pas en guerre contre la RDC et son armée ne se trouve pas en principe sur le territoire congolais?
    ABSURDE tout simplement d´apprendre que le président Félix peut accepter un « cessez le feu signé par Kagame » !
    M23 GROUPE TERRORISTE
    Notre gouvernement demande á l´ONU/UE/USA/UA/SADC en bref toutes organisations internationales de placer le M23 sur la liste des groupes terroristes.
    Si le président Kagame se porte garant du M23 et peut signer un cessez le feu pour le compte de cette organisation terroriste, la RDC a (enfin) une preuve juridique en « beton » pour porter plainte devant la justice internationale contre le Rwanda.
    En effet, le M23 a tiré des obus sur une école, en plus la crise humanitaire deplace des milliers des congolais. Le M23 est auteur des crimes de guerre et des crimes contre l´humanité, quel est le sens de ce cessez le feu de Kagame sinon une demande d´AMNISTIE pour les terroristes du M23?
    Si le président Félix s´engage dans ce fameux cessez le feu, et serait selon RFI disposé á avoir des relations diplomatiques avec le Rwanda… alors l´amnistie de « fait » est appliquée en faveur du M23.. et la RDC ne peut pas se plaindre devant la justice internationale.
    ABSURDISTAN
    Quand le président Kagame signe le cessez le feu, il démontre á la face de toute la planète que le M23 est une branche de l´armée rwandaise et cette armée est en guerre clandestine sur le territoire congolais.
    En clair, Kagame fait la guerre au Congo et signe un cessez le feu.
    Qui au Congo peut accepter qu´un pays qui nous fait la guerre puisse tout simplement signer un cessez le feu et notre pays ne puisse pas exiger dédommagement pour la crise humanitaire et les destructions… et des actes terroristes..?

    1. Une nuance s’impose à vos dires, cher Ghost !
      Plus d’une fois Kagame et ses équipes se sont défendus d’avoir signé un quelconque cessez-le feu contrairement à ce qu’affirme notre ministre des AE (Lutundula) qui était présent à Luanda et contrairement à ce que contiendrait la ‘feuille de route’. Le moins qu’on puisse donc en déduire est qu’il subsiste un flou (organisé ?) entre les différents protagonistes présents au Rwanda sans compter que le M23 a lui-même rejeté un cessez-le feu qui ne l’engageait pas : ils se disent Congolais et ne peuvent traiter qu’avec l’État Congolais. De plus il ne faut pas oublier que de l’avis de certains observateurs avisés le pouvoir de Kinshasa sera ou est déjà obligé pour tenter de s’en sortir tant bien que mal de ‘négocier’ avec le M23. La suite nous en dira sans doute davantage…

  10. Quel résultat palpable au sommet de Luanda ??? Dans tous les cas les hourras de victoire diplomatique ne nous disent pas tout.
    L’issue heureuse et logique de Luanda admise par tous était le cessez-le feu et le retrait du M23 du territoire Congolais ; on mentirait aujourd’hui si on affirmait de but en blanc que Luanda a été ou sera en la matière un franc succès fût-ce par la persistance des affrontements dans le Rutshuru avec Bunangana toujours sous contrôle du M23, après que le pouvoir de Léo ait crié sur tous les toits sa certitude d’un Rwanda derrière le M23 – lui fournit des armes et lui sert de main-d’œuvre – et l’ait qualifié de mouvement terroriste. Les démentis rwandais ne convainquent que leurs auteurs.
    Le chef de l’État angolais commis médiateur par l’UA s’est dit satisfait de son rôle et les participants le lui reconnaissent tant bien que mal mais personne n’est dupe que le plus qu’il ait pu faire c’est ébaucher un début de solution à l’éternelle crise de l’Est du Congo. Tshisekedi lui, se dit déterminé à en finir avec le M23 et dit que la RDC ne restera pas les bras croisés face aux attaques du M23 appuyé par l’armée rwandaise. Néanmoins, un compromis à notre avantage est-il vraiment possible si le Rwanda s’entête à ne pas reconnaîtra son soutien au M23 et maintient ses prétextes sur les Fldlr et une affaire Congolaise ?
    Comment en sortir ??? Après le sommet chaque partie continue à commenter la feuille de route à sa manière et on se demande même en passant si Kinshasa n’a pas été acculé à accepter de négocier avec le M23, contrairement à ce qu’il excluait jusqu’ici. C’est le M23 et le Rwanda qui alors sortiraient gagnants, auraient raison de refuser des conclusions de Luanda, ce qui du coup rendrait sa gestion sur le terrain compliquée dans l’avenir.
    Bref, si Kinshasa ne change pas de braquet, sa victoire diplomatique restera hypothétique…

  11. PS
    Bref, si Kinshasa ne change pas de braquet, sa victoire diplomatique restera hypothétique.
    En fait rien de nouveau sous le soleil, le scenario d’aujourd’hui est helas une repetion des temps anciens et sauf amnesie coupable nous avions de quoi en apprendre du passe. En effet en 1998 LDK et plusieurs fois apres notre pays avait deja fait la douloureuse experience de l’invasion rwandaise et nous voila amnesiques a b
    ne rien apprendre avec un Chef de l’Etat qui decouvre la supercherie apres avoir cavale avec un frere ennemi. Son reel repentir serait d’agir contre ce dernier et sa gestion efficace de dernieres negociations a Luanda ne vaudront que s’il s’ecarte de naives resolutions pour des actions plus offensives. A bon entendeur, les Congolais sont temoins.

  12. PPS
    En vérité question résultats du sommet de Luanda, aussi longtemps que le Congo n’obtiendra pas le retrait durable de son sol du M23, on ne parlera pas d’un quelconque succès ; les visées hégémonistes et expansionnistes de Kagame ne sont un secret pour personne, ses dénégations et ses prétextes jusqu’à nous conter des attaques imaginaires venant du Congo alors que les massacres sont au Congo, n’y feront rien. Luanda n’aura été alors qu’un « dialogue de sourds, un vrai « marché de dupes » pour nous, hélas…

  13. Bugie e Inconscienza.
    C’est qui se passe a l’Est (La guerre de M23) du Congo; est une piece de theatre de mauvais gout. Cette aventure a la quelle notre armee et le civil sont victimes, ira de l’avant jusqu.a ce que certains au sein de nos services de securite comprendront l’imbroglio et seront obliges de reagir avec de consequence que chacun peut immaginer.
    On commence d’abord a nier le massacre perpetrait par les troupes Rwandaises au Congo malgre les different rapports de l’ONU, en le qualifiant de degats collateraux, pour finir de les accuses de soutenir de groupes armees; « Syndrome de Stocholme ».
    Les accords signaient avec le Rwanda sans l’avis du parlement, du Senat du peuple Congolais et de la societe civil, n’engagent que son auteur. Quand on dit textuellement: < J' ai exige et obtenu que l'armee Rwandaise ne sera pas impliquee dans la force de l'Afrique de l'est pour pacifier l'Est du Congo, Je me demande, on se moque de qui?
    Jusqu'a quel niveau on est ignorant pour ne pas comprendre qu'il n'ya aucune entre le l'Ouganda qui lui y participera.

  14. UNE PARENTHÈSE DE PLUS !?
    Le livre de Ngbanda et Mbeko « Stratégie du chaos et du mensonge. Poker menteur en Afrique des Grands Lacs » paru en 2014 a dévoilé les « dessous économiques initiés et cachés par les puissances anglo-saxonnes et sous-traités par le Rwanda de Kagame et l’Ouganda de Kaguda qui sont derrière les guerres qui ensanglantent les Grands Lacs africains ». En fait le projet d’un Congo à la merci de l’économie mondiale date de sa fondation en 1885 avec l’EIC de Léopold II et se poursuit jusqu’à ce jour. Un chaos et un mensonge entretenus pour masquer les desseins et les auteurs occidentaux notamment yankees et Cie sous des causes ethniques et sociales d’une guerre d’occupation et de mise sous tutelle de l’Afrique centrale et du premier de ces pays la RDC actuelle. L’intégration de celle-ci aujourd’hui à la Communauté de l’Afrique de l’Est en parait plus rocambolesque comme si le pouvoir de Kinshasa était acculé à donner raison à ses bourreaux étrangers…
    Dans leur livre, Mbeko et Ngbanda invitent l’élite africaine et particulièrement Congolaise à une « désaliénation mentale, une remise en question » qui doit les pousser à prendre conscience de cette stratégie macabre pour nous mais bien juteuse pour nos bourreaux, et à trouver les solutions propres à nos problèmes. Et Ngbanda insiste particulièrement sur le devoir de transmission aux générations avenir qui incombe à ceux qui ont joué un rôle dans nos chaines de commandement depuis notre accession à la souveraineté nationale et internationale et aussi avant….
    J’en parle particulièrement ici parce que j’ai réalisé que lorsque personnellement je convoquais l’indifférence de la CI face aux crimes et délits commis par les Rwandais et Ougandais chez nous je privilégiais l’opinion selon laquelle les Occidentaux avaient mauvaise conscience de n’avoir pu arrêter le génocide rwandais en 1994 et oubliais leurs motivations économiques d’exploitation de nos richesses. Voilà et à bon entendeur…

Comments are closed.

Previous post Baudouin, Kasa-Vubu et Lumumba
Next post Affaire Bukanga Lonzo: la cause renvoyée à jeudi