Kasumbalesa: Quand Daniel Safu fait du lobbying pour « Trafigo »

Dans une dépêche datée du 8 août, l’Agence congolaise de presse (ACP) rapporte que le député national Daniel Safu (Lamuka) a tenu, jeudi 6 août, une « conférence de presse » au cours de laquelle il a « encouragé » le partenariat entre la Direction générale des douanes et accises (DGDA) avec la société privée « Trafigo » au poste-frontière de Kasumbalesa. Aucun journaliste de l’ACP n’était présent à ce point de presse. L’Agence a repris le « reportage » réalisé par l’Agence d’information d’Afrique centrale (ADIAC). Les propos tenus par cet ancien confrère qui aimait se présenter sous le double titre de « journaliste engagé » et « opposant radical » heurtent l’éthique. En se mettant au service d’un groupe d’intérêt, le parlementaire s’est comporté en « lobbyiste ».

Le mot « lobby » est un vocable anglo-saxon qui signifie: « couloir ». Aujourd’hui, ce terme renvoie à une structure d’influence. Autrement dit, un groupe de pression. Les membres d’un lobby sont appelés « lobbyistes ». Ceux-ci arpentent les couloirs des parlements de vieilles démocraties. Objectif: « influencer » des parlementaires à la veille du vote d’une loi. Le lobbyiste ne travaille guère pour la « charité chrétienne ».

Selon l’ADIAC citée par l’ACP, Daniel Safu a commencé par préciser qu’il inscrivait ses propos « dans le cadre de son travail parlementaire ». Et d’ajouter que le rôle du parlementaire ne consiste pas seulement à « charger » mais aussi à « encourager ceux qui travaillent bien ».

Ouvrons la parenthèse ici. Lors de son émission « Masolo na député » du 29 juillet, le journaliste Eliezer Thambwe – qui est également député national – s’est interrogé sur la présence de deux sociétés privées au poste-frontière de Kasumbalesa. A savoir: Trafigo SPRL et Pacific Trading SPRL. « Quelqu’un » a-t-il chargé le député Safu de contrer son collègue Ntambwe? Pour la petite histoire, Daniel Safu fait partie de la « Commission Défense et sécurité » à l’Assemblée nationale. La présidente de ladite commission n’est autre que Jaynet « Kabila ». Fermons la parenthèse.

QUESTION ORALE À LA DGDA

La station de péage de Kasumbalesa

Au cours de son point de presse, Safu  dit avoir mené une « enquête » à la suite d’une « Question orale » qu’il avait adressée à la DGDA. Selon lui, cette dernière se porte mieux depuis qu’elle a conclu le partenariat avec Trafigo. « (…). Avec la numérisation des services de la douane à Kasumbalesa, nous sommes rassurés sur le caractère objectif des opérations ainsi que sur la mobilisation des recettes ».

Après ces mots, l’ « honorable Safu » adopta la posture d’un « plaideur » pour ne pas dire « lobbyiste ». Selon lui, la société Trafigo « n’est pas fictive comme d’aucuns voudraient le laisser entendre ». D’après lui, cette société « a acquis cette offre en bonne et due forme, en passant par les voies dont la publicité ne fait l’ombre d’aucun doute ». L’orateur voudrait-il dire que la DGDA avait lancé un appel d’offres remporté par Trafigo? Détiendrait-il des éléments probants?

C’est au mois de mai 2018, que l’Agence congolaise de presse avait révélé que la DGDA venait de confier ses activités douanières à Kasumbalesa à une société privée. L’ACP se reportait à une source qui avait requis l’anonymat.

« LANCEUR D’ALERTE« 

Dans une lettre datée du 15 février 2019, adressée au président Felix Tshisekedi par un « lanceur d’alerte », on apprenait que Trafigo « appartient » à Jaynet « Kabila ». Et que cette société éludait « chaque mois un montant de 24 millions de dollars des droits de douane dont elle devait s’acquitter ».

Un avis que Daniel Safu est loin de partager. Baignant dans une sorte de « béatitude », le parlementaire s’est mis à égrener « plusieurs réalisations » à mettre « à l’actif de ce solide partenariat DGDA-Trafigo »: augmentation de la capacité d’accueil des parkings, augmentation du circuit des voies d’évacuation et leur réhabilitation, amélioration du dispositif sécuritaire, acquisition des caméras de surveillance. L’orateur ne s’est pas arrêté là. Il ajoute: la mise en place du premier portique électronique d’Afrique centrale, l’arrimage électronique pour la gestion optimisée des files par ordre de priorité des entrées et des sorties. Ouf! On imagine que tous ces détails lui ont été soufflés.

 

 

Daniel Safu photographié en août 2017 à Chantilly, en France

QUI EST DANIEL SAFU?

C’est à partir de 2015 que le « journaliste engagé » Daniel Safu a acquis une réelle notoriété. Anti-kabiliste assumé, l’homme avait quelques thèmes favoris. C’est le cas notamment de la défense des intérêts du Kongo Central, sa province d’origine, et l’ « éradication » du système incarné par « Joseph Kabila ». Friand des outrances verbales, il finit par « séjourner », par deux fois, à la prison centrale de Makala.

A l’instar de nombreux Congolais n’appartenant pas à l’UDPS, « Daniel » se considère comme un « tshisekediste ». Il aime clamer son attachement aux valeurs défendues par le regretté Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le leader de cette formation politique. L’Etat de droit, et la lutte contre la corruption, l’impunité et les anti-valeurs tiennent lieu de principe-phares.

En août 2017, Safu participe en France (Chantilly) à la rédaction du « Manifeste du Citoyen Congolais » sous l’égide de l’I.D.G.P.A (The Institut for Democracy, Gouvernance, Peace and Development in Africa). C’est à l’occasion de ce colloque que l’auteur de ces lignes fera sa connaissance. D’autres « journalistes engagés » de l’époque étaient également présents: Mike Mukebayi, Eliezer Ntambwe et Christelle Vuanga. Tous les quatre seront élus parlementaires au niveau provincial et national. Ils ne juraient que par l’opposition incarnée par la plateforme politique « Lamuka » originelle composée de: Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Mbusa Nyamuisi, Adolphe Muzito et Felix Tshisekedi.

Lors des élections présidentielles et législatives du 30 décembre 2018, Daniel Safu est déclaré élu, par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), dans la circonscription kinoise du Mont Amba. Six mois après, il est invalidé par la Cour constitutionnelle. En juillet 2019, il est « confirmé » par la même juridiction qui invoqua une « erreur matérielle ».

Fin juillet 2019, l’ « honorable Safu » dit haut et fort l’aversion qu’il éprouve du « deal » conclu entre le Cach et le Fcc: « Aussi longtemps que Felix sera avec Kabila qui a reçu mission de détruire ce pays, je ne serai jamais avec lui ».

ET SI DANIEL SAFU AVAIT FAIT DU LOBBYING?

Jaynet « Kabila », lors d’une plénière à l’Assemblée nationale

Lors de la constitution des Commissions à l’Assemblée nationale, la députée Jaynet « Kabila » est désignée présidente de celle en charge de « Défense et sécurité ». Daniel Safu fait partie des vice-présidents.

En juin dernier, le tout-Kinshasa ne parlait que du bouquet de fleurs remis à « Jaynet » par… « Daniel ». C’était à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de cette dame. Interrogé au sujet de cette « proximité » qui ressemble fort à un virage à 180 degrés, Safu de bredouiller: « Je suis maintenant un homme d’Etat! ». C’était lors de l’émission « Questions publiques » de Peter Tiani.

Le deuxième alinéa de l’article 100 de la Constitution congolaise stipule: « Sans préjudice des autres dispositions de la présente Constitution, le Parlement vote les lois. Il contrôle le gouvernement, les entreprises publiques ainsi que les établissements et les services publics ». Et si Safu avait détourné sa noble mission de parlementaire en faisant du lobbying pour un groupe d’intérêt?

 

Baudouin Amba Wetshi

 

55 thoughts on “Kasumbalesa: Quand Daniel Safu fait du lobbying pour « Trafigo »

  1. Ce mec Daniel Safu (ou plutot « safi » qui en swahili signifie « sale ») definit tres bien le fleau de la prostitution politique en RDC qui voit des vagabonds de la trempe ce Safi ou Jose Makila, Lambert Mende, ou encore un Thambwe Mwamba, aller de Mobutiste a Kagame-iste, a Bembiste ou Katumbiste, pour aujourd’hui oeuvrer a la solde des frangins Rwando-Tanzaniens Jo, Jaynet et Zoe Kanambe pour les besoins de leurs ventre, et contre le Peuple et Patrimoine de la RDC.
    Kasumbalesa n’est que le point visible de l’iceberg de la Mafia des frangins Rwando-Tanzaniens Jo, Jaynet, Zoe et Selemani Kanambe qui continuent a ruiner la RDC avec l’apport de petits mercenaires Congolais comme Safi, et majordomes financiers Yuma et Gertler.

      1. Merci pour cette correction.
        « Safi » signifie en effet « propre » en Swahili, donc ce qui est le contraire du comportement de ce mec-vagabond Safu a la solde des Kanambe.

  2. Je suis vraiment désolé du fait que le peuple congolais n’est pas encore mature à découvrir qui réellement roule en sa faveur. Moi je savais déjà que Safu était un mafieux, Fabien Kuswanika en sait quelques choses.

  3. J’ai suivi la fameuse conférence de presse de Daniel Safu, si on peut vraiment l’appeler ainsi. Je signale pour commencer que l’exercice était laborieux dans la mesures où les éléments de langage les explications étaient confus. Safu s’est gardé de brandir les moindres documents pour appuyer ses affirmations. Il s’est contenter des périphrases pour expliquer certains détails au point de donner l’impression de quelqu’un qui a mal appris sa leçon. Tout le monde sait que Kasumbalesa est devenu la vache à lait de la fratrie Kabila et tous ceux qui gravitent autour. Maman Sifa, Zoé Kabila, Jeannette Kabila sans oublier Kabila Joseph faisaient passer leurs importations sans payer la moindre taxe. Le DG de Ogefrem dont ignore aujourd’hui la situation au sein de cette entreprise était le protecteur des intérêts de la famille Kabila. Selon les informations glanées ci et là, Trafigo empocherait au passage 40 % sur toutes les taxes et opérations qui sont effectuées sur Kasumbalesa, ce qui est énorme de mon point de vue. Bref, il est indéniable que Kabila s’est appuyé sur l’ancien DG la DGDA Rugwiza pour installer une véritable toile d’araignée sur toutes les entrées des marchandises en RDC. Madame Olive Lembe alias maman talela biso likambo oyo a fait des Muanda, Boma et Matadi une espèce de chasse gardée où elle opère sans rendre le moindre compte. Pour revenir à Safu, il fait partie de ces jeunes qui, pour se rapprocher d’Étienne Tshisekedi ont compris qu’il faut faire du bruit et de l’agitation pour attirer l’attention du sphinx de Limete. Ils se sont auto-proclamés Tshisekedistes par opportunisme que par conviction. Le revirement de Safu n’étonne personne car, c’est la spécialité de la majorité de politiciens Congolais; les Mende, Makila, Tambwe Muamba etc …ont été les pourfendeurs de Kabila et son système dont ils disaient tout le mal avant de tomber à pieds joints dans ce même système. Je ne sais pas si Safu est devenu le défenseur du système Kabila qu’il critiquait, mais hélas, une chose est certaine, les palais nationaux et les lambris de la république peuvent faire changer d’avis tous ceux qui n’ont pas les nerfs solides et surtout qui sortent de la misère grâce aux prébendes au système installé chez nous pour rendre les congolais dociles et malléables. On a vu le fameux Isreal Mutombo dit Sango mokozi changer d’attitude après avoir reçu un véhicule de la part de Mme Olive Lembe. Au Congo, tout est possible à condition d’être au bon endroit et surtout au bon moment. Safu qui ne mérite même pas autant d’attention n’est ni le premier ni le dernier. Dommage pour l’avenir de ce pays.

  4. Il convient de recadrer les choses, le poste frontalier a été construit par des israéliens sur base d’un partenariat qui leur octroyait la gestion jusqu’à la récupération de leur investissement. A la fin de ce partenariat, la DGDA avait repris puis transféré à TRAFIGO la gestion du parking de ce poste dont la mission principale est l’organisation des passages des camions à l’import comme à l’export en récoltant les frais y afférents qui, du reste, ne concernent pas le dédouanement. quelle est la somme mensuelle collectée par TRAFIGO, quelle est la part de la DGDA et pourquoi avoir cédé cette gestion alors qu’à la reprise ce sont les services de la DGDA qui percevaient les frais de parking à la fin du partenariat avec les israéliens.

  5. « Vous voyez ce que donne le pouvoir! » disait une fois Azarias Ruberwa a Jean-Marc Kabund a Kabund. Daniel Safu vient de rejoindre, a son tour, la mangeoire. Il a succombe a un des trois vices de l’occupant: l’envie.

  6. Et il n’est d’ailleurs pas le seul! Il faut ajouter le professeur Andre Mbata sur la liste pour le compte de Tshilombo.

    1. Chryso=Hors-sujets multirécidiviste, hors propos .
      Qu’est-ce que le professeur Mbata et le chef de l’État viennent faire dans cette affaire. L’honnêteté intellectuelle devrait vous aider à reconnaître que la mise sous évaluation de Trafigo est un effet positif de la Gouvernance de Felix Tshisekedi. C’est l’un des chapitres du programme du chef de l’État consistant en l’établissement de la transparence fiscale. A force de ruminer la haine contre le chef de l’État, vous êtes tous devenus des ennemis du chef de l’État et donc les ennemis de la république. Soyez assez mature pour que vos invectives n’impliquent pas vos responsabilités pénales. Petit rappel : nul n’est censé ignorer la loi (même dans nos écrits soyez sages et prudents).
      Le professeur André Mbata est une matière grise, un savant au service de la République.

      1. @Armand
        One more time, correct sur toute la ligne.Vous le dite si bien “ L’honnêteté intellectuelle devrait vous aider à reconnaître que la mise sous évaluation de Trafigo est un effet positif de la Gouvernance de Felix Tshisekedi. C’est l’un des chapitres du programme du chef de l’État consistant en l’établissement de la transparence fiscale”
        Nous devrions donner le crédit la ou il est du, c’est la moindre des choses malgré nos différents. Rien n’est figé mais évolue avec le temps et les circonstances. “Bondimaka pe batu“ says l’artiste musicien Wazekwa Felix.
        Bismark

      2. # Allons, svpw, au-delà du cas Safu dont il est question ici pour une fois de plus nous inviter à nous garder des recoupements expéditifs qui amalgament nos constats au point parfois de leur faire dire le contraire ou l’approximatif de ce que nous pensons au fond de nous-mêmes. Une critique de la gestion de Tshisekedi ne signifie pas toujours que celui-ci est notre ennemi. Plus généralement je ne sais d’ailleurs si le terme d’ennemi’ ressemble à la réalité politique où l’on a des rivaux et des adversaires plutot que des ennemis. L’auteur d’un tel qualificatif risque de s’accuser lui-même de ce qu’il veut reprocher à l’autre.
        # Nous mettons raisonnablement au crédit de Tshisekedi une volonté et un début de combat contre la corruption, en l’occurrence ici un souci de transparence fiscale à la frontière de Kasumbalesa avec Trafigo. Rapporter un détail ou un autre encore en laisse ne fait pas de son auteur un ennemi de Tshisekedi, pis de la Républiquew. Pourquoi le voyez-vous ruminer quelque haine contre le Président ? Soyons sérieux ! De même selon moi faire le constat que sur la scène nationale le professeur Mbata est passé du rôle de scientifique à celui de politicien forcément partisan ne le rend pas moins savant et au service de la Republique, faisons la part des choses…
        Je le dis ici parce pour moi ceux qui usent d’un tel argumentaire fragilisent lourdement le credit de leurs avis !

      3. @Armand
        Il s’agit de la prostitution intellectuelle intellectuelle. Suivez son interview avec l’ancien perroquet national Mende Omalanga sur Top Congo!

      4. @Armand
        Incidemment. Ce n’est pas parce que vous ignorez ou ne comprenez pas le contexte d’un article ainsi qu’une reaction ou observation par rapport a l’article que vous devez la trouver « hors sujet »! Dans ma reaction ci-dessus j’ai bien ecrit « il [Daniel Safu] n’est d’ailleurs pas le seul », mentionnant ainsi le « professeur » Andre Mbata qui ne preche pas par l’exemple. Donc, le mot-cle ici « d’ailleurs » est une locution adverbiale qui me permet de faire un lien transitif avec le cas de Daniel Safu comme support pour associer ou rappeler celui d’ Andre Mbata.
        J’ai toujours dit et ecrit que l’opposition politique au Congo-Kinshasa est une farce et une fiction. Et le Congo-Kinshasa est malade de son elite dont fait partie le « professeur » Andre Mbata. J’ai eu le temps d’observer ce « kulutu » en ne me limitant pas juste a l’ethique mais au-dela avec l’ethique de la vertu! Au fait, chacun a droit a son opinion et rien d’autre. Et l’autodidacte de l’institut Mashakado que je suis n’est pas epargne!
        Disclaimer: je suis responsable de ce que j’ecris. Mais, je ne suis pas responsable de ce que vous comprenez a travers mes ecrits!
        Mashakado ma ma ma!

    2. Le sieur Daniel Safu est un de ces faux revolutionnaires qui ne sont entres en politique qu’avec une idee en tete: s’enrichir! D’ailleurs lui-meme ne s’en cache pas! Tout Kinshasa sait qu’il avait monaye son vote pour l’eviction de Jean Marc Kabund du siege de vice president de l’Assemblee Nationale! Tout le monde a constate qu’il se rapproche de plus en plus de Jaynet Kabila depuis son cadeau de bouquet de fleurs. Qu’il veuille se transformer en lobbyiste de Trafigo ne devrait etonner personne, surtout que l’on sait qui est le veritable proprietaire de Trafigo. A ma connaissance, Daniel Safu n’a jamais ete membre de l’UDPS, bien qu’il ait pu etre tshisekediste a un certain moment de son passe d’activiste.
      Le professeur Andre Mbata est le meilleur constitutionaliste du pays. C’est vraiment faire insulte a son savoir que de le comparer au sieur Daniel Safu. Il ne peut pas se vendre comme Daniel Safu se vend en ce moment. Au sein de l’UDPS, il est parmi les rares cadres qui sont capables de s’opposer a Fatshi s’il considere que le President fait fausse route!
      La fratrie Kabila a tisse une veritable toile d’araignee sur le pays. Elle a dedouble pratiquement toultes les sources de recettes de l’Etat pour s’enrichir eux-memes et ne laisser a l’Etat proprietaire que des miettes. Nous devrions tous prier pour la justice retrouve sa noblesse et son indepndance pour mettre fin au coulage de recettes. Si Fatshi reussit a retablir l’Etat de droit, la RDC n’aura pas a quemander des sous sur la place publique pour avoir un budget respectable. Il me reviens que’n supprimant seulement les exonerations indues au niveau de Matadi, le Tresor public peut deja recuperer cinq milliards de dollars! Imaginer ce que l’Etat gagnera quand il aura mis la fatrie kabiliste hors d’et de nuire!
      J’estime qu’on l’aime ou que ne l’aime pas, il faut aider Fatshi a reussir sa croisade contre la mafia kabiliste. Le pays gagnerait beaucoup dans la resussite de Fatshi. L’heure n’est pas aux invectives!
      Binsonji E Madilu

      1. @Bisonji Madilu
        Tshilombo vous a dit qu’il avait besoin d’aide? Qu’a-t-il dit a propos de son partenaire lors de son sejour a Brazzaville?

  7. Il parait qu’il y a un Etat de droit au Congo.
    Il suffit donc que le service compétent diligente une enquête.
    Les Safu et tant d’autres ne sont que des Kleenex que les occupants rwandais utilisent et jettent après usage. Question d’hygiène. Surtout en ce temps de Covid-19.

  8. Ce que je trouve triste dans la presse de notre pays et qu’il y a que l’information donnée par certains qui devient une parole d’évangile et celle donnée par d’autres diabolisée à outrance pour les besoins de la cause devenant par ce simple fait inaudible. Je ne sais pas si le député Safu parle en tant président d’une commission parlementaire ayant enquêté à Kasumbalesa ou en tant que lobbyste. Le seul conseil que je donnerais aux uns et aux autres et que lorsque le rapport d’un quidam ne vous satisfait pas, mettez en branle une contre-enquête qui va démonter le arguments du dit rapport au lieu d’utiliser des insinuations de corruption supposée ou avérée c’est selon. Ces méthodes deviennent fatigantes. Merci!

    1. @ Lidjo,
      Dans tes elans moralisants, et au dela des elucubrations de ce Safu, tu sembles etre le seul a ne pas voir le fond de ce debat. A savoir la Mafia des frangins (et epouses) des Kanambe qui controle de postes frontaliers de la RDC, surtout a Kasumbalesa, et aussi a Boma et a Matadi comme ajoute notre compatriote Oeil du Cyclone ci-dessus.
      Bref, la meme « reserve » que tu nous conseilles s’applique a toi aussi.

      1. @Fabrice Mwalimu
        Jusqu’à présent , ce que vous dites, ce ne sont que de simples allégations. Prouvez-nous comme vous dites que Trafigo appartiendrait à l’ancien président, ses frangins et leurs épouses. Rien et personne ne vous empêche de faire une contre enquête. Je le dis parce que je connais assez bien les humains, j’ai été une fois témoin d’une accusation gratuite et en enquêtant, on est allé de surprises en surprises d’où ma réserve.

  9. Les gens sont tellement naïfs qu’ils pensent que tous ces pseudo journalistes engagés se battent sincèrement pour eux, je suppose qu’il y a une minorité qui le fait vraiment alors courage à eux. On a vu un consortium de journalistes qui a fait une enquête sur une année pour aboutir à la fameuse affaire des Panama papers et qu’au pays une journaliste Barbara Nzimbi pour ne pas citer son nom avec son petit groupe en un mois sort lors d’une conférence de presse pour dire que cette affaire est un mythe sans nous en donner les éléments démontant le rapport. C’est malheureusement ça les médias congolais. Je suppose le fait d’en parler me vaudra une censure. Mon jugement sera encore plus dur si j’en suis victime.

  10. Je prends à peine connaissance de ce dossier. Quoi dire sinon que pour un député national, tant des soupçons documentés de lobbying (curieuse proximité du député Safu avec ‘Jaynet Kabila’; qui n’est autre que l’actionnaire patentée de TRAFIGO, une investigation des lieux non détaillée se présentant en titres accrocheurs comme dans une promotion…) commandent qu’on y regarde de plus près. TRAFIGO a peut-être amélioré ses performances techniques qui lui rapportent davantage mais quid de la validité de son choix et surtout quid de la transparence de son exercice vu de lÉtat Congolais ? Le moins qu’on puisse en conclure est qu’un élu vienne ainsi vanter la réussite d’une entreprise privée appelle qu’il rende des comptes plus precis sur son plaidoyer. Délit d’initié, conflit d’intérêts, etc, etc ???

    1. « … qu’un élu vienne ainsi vanter la réussite d’une entreprise privée… » :
      C´est un élu LAMUKA, pour ne citer que lui (AMBONGO, aussi en recevant sa Jeep de Mwilanya – Il en demandait même une deuxième -, vantait leur bonne collaboration avec Kabila et le FCC). C´est pourquoi c´est toujours risqué et inutile de croire aux ‘frontières’ clairement établies entre des plateformes au risque de faire passer un Muzito pour plus crédible et meilleur que Lokondo.

      1. Merci cher Procongo. Tes interventions ont toujours été pertinentes mieux courageuses. Par ailleurs, la comparaison Acteur politique Lokondo versus Mozito est un  » casus réflexif « à élucider ». Je ne peux que me réjouir de la suite par tes éclaircissements.

      2. Kiekiekieeeee ; est-il si sorcier à comprendre que même Dieu (mais je ne suis pas si croyant) ne soit capable de venir m’attacher à une idole politique. Le pouvoir en place, ceux qui lui font office d’opposition, le Fcc, l’Udps, Lamuka, Palu…, ‘JK’, Tshisekedi, Fayulu, Muzitu …, aucune de ses forces ou partis, aucun de ses hommes n’ont encore réussi à m’embrigader comme leur applaudisseur inconditionnel
        même à l’insu de mon plein gré. Ce qui est pour vous acceptable au premier coup ne l’est pas pour moi. Simplement tres vite j’ai compris que je n’avais ni l’ame ni l’esprit d’un sectateur quelconque, ni politique, ni religieux ni même ‘ideologique’. Ça peut des fois ressembler à une lâcheté qui n’a pas le courage de choisir mais en fait plutôt que des djalelos, j’ai besoin de le voir pour y croire comme St Thomas…

      3. Pour une fois vous tapez juste…
        Un dilapideur de la trempe d’un Muzito, ou d’un Matata « Pognon », ou d’un Tshibala (« petit-ya-confiance » de Mwilanya), et qui sait demain un Ilunga (lui aussi a la solde Mwilanya & Kanambe) se transformant en « professeurs de bonne gouvernance » n’est que course en avant pour ces criminels economiques qu’attend la Justice.
        Entre parenthese, Deo Mutombo etait au Parquet de Makala hier sur « convocation » de la Justice….Le rouleau-compresseur fonctionne et bientot cette famille mafieuse des Kanambe & Cie n’y echapera pas.!

  11. Cher Nono,
    Quid d’une performance dans une gouvernance « publique- privée » opaque? Celle-ci est l’oeuvre d’architectes et maçons du « capitalisme machine à laver » , « capitalisme Washing machine » .Ce sont les marchands des prérogatives douanières d’un État  » marchandisé » depuis plusieurs décennies par ses propres mandataires. Le manque à gagner avoisine 5 milliards de Dollars l’an ? Cqfd: le Congo n’a nullement besoin d’assistance financière internationale (structurelle ou conjoncturelle ).Le Congo est à mesure de s’autofinancer par le biais du recouvremement optimal des flux des revenus dont 95% transitent par des voies illégales. (Rapports internationaux Bad, bloomberg, fmi, mamping sur les ressources minières…).

    1. Cher Armand,
      C’est gentil de me destiner votre remarque, sauf à vous dire que ce n’était peut-être pas si nécessaire de me le rappeler car j’approuve vos propos…

  12. A PROPOS DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION, REVENONS-Y !?!
    # Le président Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption, l’impunité, une priorité de son mandat mais où en sommes-nous précisément à 19 mois de son mandat ? Ces jours-ci on parle beaucoup de coulage de recettes, de mauvaise gestion dans pleins d’organismes d’État comme au niveau des douanes. Hier nous assistions enthousiastes dans le procès de 100 jours à la condamnation d’un baron du système en la personne de Kamerhe. Comment aujourd’hui tout le reste de la croisade fonctionne et réussit et comment cela est perçu par la population ?
    # « Parquets, IGF, APLC, Cour des comptes… : La machine « État de droit » de F. Tshisekedi déjà grippée ?
    https://www.mediacongo.net/article-actualite-73656_parquets_igf_aplc_cour_des_comptes_la_machine_etat_de_droit_de_f_tshisekedi_deja_grippee.html
    Ce titre du Potentiel à Kinshasa a-t-il raison de voir dans lutte contre la corruption du Chef de l’État un certain essoufflement après la charge tambour battant contre Kamerhe et ses coaccusés ? Aurait-on raison de penser que le pouvoir a tapé trop fort pour l’exemple au risque d’être accusé de justice sélective, un procès politique contre Kamerhe (d’autant que les juges qui l’ont condamné ont été promus ?!) et puis plus rien, d’autres coupables auraient été oubliés… ? Quid d’autres
    dossiers annexes ou plus anciens qui mériteraient une attention judiciaire particulière surtout concernant de nombreux criminels notoires à col blanc de l’ancien régime ?
    # [Le Potentiel écrit ceci :
    « La lutte contre la corruption et l’impunité, qui avait démarré en trombe ne tourne plus comme à ses débuts. Depuis l’arrestation, le jugement, puis la condamnation du directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe, c’est le silence radio. Plus d’actions d’éclat, à part de petites interpellations intempestives à peine menées comme du vernis en trompe-l’œil.
    Pourtant, le président de la République a multiplié et même renforcé les services et agences pour apporter l’éclairage nécessaire au coulage des recettes, devenu une pratique ancrée dans la gestion de la République. Outre les parquets (Matete et Gombe), on a l’Inspection générale des finances (IGF), l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), la Cour des comptes… Qu’est-ce qui a fait ralentir la machine mise en marche avec pompe? Toutes ces structures subiraient-elles des pressions ou sont-elles intimidées ? Au président de la République d’huiler encore davantage sa machine afin que l’État de droit avance et atteigne sa vitesse de croisière.[…] »]
    # Une Justice anti-corruption avec ses parquets aujourd’hui aguerris surtout à Kinshasa, l’Inspection générale des finances restructurée, une Agence expresse de prévention et de lutte contre la corruption, une Police anti-corruption…, voilà un disposif suffisant pour agir plus que jamais ! On attend que tous ces services spécifiques agissent en synergie et me voilà étonné d’entendre l’Ambassadeur Itinérant de Tshisekedi N. Kazadi formuler  au moment où l’IGF dénonçait un abus d’exonérations fiscales avec un manque à gagner au trésor public estimé à près de 5 milliards USD par an, une remarque de bon sens certes mais plus académique et polémique que pratique pour l’heure.
    « S’attaquer aux exonérations fiscales abusives est excellent, mais en revoir le cadre légal est aussi urgent car 80 % des exonérations sont légales » (Nicolas Kazadi, ambassadeur itinérant, présidence) »
    https://www.politico.cd/encontinu/2020/08/10/sattaquer-aux-exonerations-fiscales-abusives-est-excellent-mais-en-revoir-le-cadre-legal-est-aussi-urgent-car-80-des-exonerations-sont-legales-nicolas-kazadi-ambassadeur-itinerant-presidenc.html/66367/9y
    # Le President a du pain sur la planche s’agissant d’un vice aussi ancré dans nos moeurs que la corruption, l’impunité mais nous ne devons attendre rien dautre de lui que sa gestion débarrasse le pays de ces anti-valeurs. Que lui dire de plus sinon qu’il ne perde pas de vue que la Justice est devenue, doit s’imposer comme son allié le plus sûr ; à lui de la rendre plus indépendante, plus juste et plus audacieuse, plus efficace !

    1. En gouvernance, il existe le concept de légalité incomplète .(Référence : Alain Denault  » In management totalitaire ») .En effet, les acteurs institutionnels usent de « lobbying » pour obtenir légalement, l’érection des réglementations garantissant leurs objectifs d’optimisation fiscale.Cependant, cette légalité est incomplète parce qu’elle n’est pas légitime. A ce jour , l’opacité fiscale entretenue par certains acteurs économiques en conflits d’intérêts avec les mandataires publics annulent les frontières censées exister entre légalité et l’illégalité, légitimité et l’illégitimité. Il revient donc à l’État de contrer les stratégies de ces acteurs par des exigences en termes de responsabilité légale,éthique et sociale profitable aux populations locales.( Norme de la « local content »). Ce qui empêcherait certaines familles à détenir des revenus comparables aux PIB nationaux. La plupart des exonérations(exemptions) sont acquises dans des contextes des conflits d’intérêts.Durant des décennies, les mandataires congolais ont pris trop de libertés par rapport à l’intérêt général. A ce jour il y a un renouveau nécessitant accompagnement et encouragement des acteurs œuvrant dans le sens de l’action du chef de l’État afin que la république renaisse de ses cendres.

      1. @Armand
        Vous ecrivez « En effet, les acteurs institutionnels usent de « lobbying » pour obtenir légalement, l’érection des réglementations garantissant leurs objectifs d’optimisation fiscale. »
        Vous faites allusion a des « acteurs institutionnels », lesquels?
        Et qu’entendez vous par « érection des réglementations garantissant leurs objectifs d’optimisation fiscale. » Enfin, etes vous sur d’un lobbying pour des « objectifs d’optimisation fiscale » de la part de ces « acteurs institutionnels »? Quels sont ces objectifs?

  13. Quand le resultat d’une enquete ne vous satisfait pas, si vous etes intelligent la seule alternative qui vous reste c’est de diligenter une nouvelle enquete qui va contredire la premiere, au lieu d’insulter et d’intimider ceux qui ne sont pas de votre avis ou qui ne sont pas membres de votre parti politique et oser meme parler des responsabilites penales a ceux qui critiquent vos boiteuses positions. A ses debuts congoindependant nous obligeait d’afficher nos adresses e-mails et nous le faisions sans nul doute. Aujourd’hui nous sommes encore prets a afficher meme tous nos details. Mutu ya kobangisa moninga aza teeee. Daniel Safu est un pur produit de l’udps, un enfant de la maison comme on dit. Un homme qui s’est battu pour l’udps plus que tous les talibants du net. Il n’y a rien de bon qui peut aujourd’hui sortir de sa bouche car il est maintenant membre de Lamuka. Il a ete ecroue en prison pour defendre l’udps et Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Aujourd’hui encore l’udps forme d’autres Daniel Safu en la personne des faineants comme le faux pasteur Gilly, le faux abbe Nshole et leur radio des milles collines qu’ils osent nommer Eveil ou sommeil patriotique. Quand vous lisez des mensonges du genre:  » le congo n’a pas besoin d’assistance financiere internationale…le congo est en mesure de s’autofinancer par le biais du…bla bla bla » On se croit a l’epoque de Mzee kabila, un faux revolutionaire. De nos jours on ne peut plus avoir des langages pareils car chacun a besoin de l’autre dans ce monde. Si vous croyez que vous etes fort, les plus forts que vous existent et viendront se servir de vos richesses sans payer meme 1 dollar. c’est se qui se passe a l’est de notre pays. je ne pense pas que Felix a des bons conseillers parmi tous ces anciens chomeurs de Bruxelles, tous baluba dont nous recevons des mauvaises nouvelles d’un enrichissement illicite. Proposez $250 par mois a un combattant et verifiez s’il ira se faire bronzer le lendemain a limete pour ecouter les discours.

  14. Tres cher BAW. Je voudrais que nous puissions reflechir sur ce qui ressemble a une tres grande distraction de notre vie politique en RDC depuis son independance. Le president de la republique s’est choisi un allie connu de tous, l’ancien president. Leurs deux formations politiques sont au pouvoir. Cependant, leurs membres vivent a couteau tire depuis qu’ils sont ensemble Ils se haissent. Le meme parti politique est encore en guerre avec son autre allie, L’ unc. Un adage renseigne que si quelqu’un dit que tous ses coiffeurs ne sont pas bons, ce que c’est sa tete qui est mauvaise, qu’il ait le temps de se regarder dans son mirroir. Kanambe et Felix s’entendent tres tres bien. Felix et Kamerhe aussi. D’ailleurs, apres le proces douteux, ce dernier est toujours directeur du cabinet. Comment se fait il que leurs camarades se haissent terriblement? Ne sont ils pas entrain de distraire les congolais?sont ils matures en politique? Pourquoi devrions nous abandonner notre destin et celui de nos enfants entre des mains inexpertes et sans experience, sans sagesse? Nos parents meurent a l’est, les congolais meurent de faim, le covid 19 avance, la misere erige son empire dans nos villes et campagnes, et les oreilles de ces messieurs et dames sont bouchees. Ne sommes nous pas un peuple distrait? Nous savons qu’en philisophie il est dit que souvent ce n’est pas la faute de ceux qui mentent mais de ceux qui se laissent mentir. OYO PEUPLE YA NDENGE NINI?

  15. QUE DES CHAMPIONS DE LA BÊTISE ÉCUMENT LE MILIEU POLITIQUE ZAÏRO-CONGOLAIS, TOUS PRÉFÈRENT VOIR LA VIE ÉCONOMIQUE DU PAYS ÊTRE MISE EN COUPE RÉGLÉE.

  16. AIMER OU NE PAS AIMER LE PRESIDENT ?!?
    # En effet on entend des Concitoyens qui sur la place publique et notamment ici parlent « d’aimer ou pas le president Tshisekedi » Je n’ai jamais compris l’usage de cet idiome privé même chez des personnes pourtant sensées
    au sein du débat public. A moins d’avoir ou de prétendre à des relations personnelles avec le président, je ne comprends que des gens avisées privilégient de tels jugements affectifs sur nos dirigeants. Ne se rendent-ils pas compte que ce faisant ils attestent s’être rangés dans un registre ‘sectaire’, faisant quasiment du Président leur propriété privee. Ils auront ainsi pris en otage tout un peuple et le divisent en clans. Dans un exercice démocratique et républicain normal, un citoyen a tout le droit d’avoir ses convictions et de choisir son camp mais doit accepter de les soumettre au débat dans la compétition politique publique. L’argument valide ne peut raisonnablement consister à aimer ou ne pas aimer son Président mais à apprécier sa gestion effective, lui en savoir gré au besoin ou alors la condamner.
    # Il y’eut un temps dans ce pays où tous les objecteurs actifs ou dormants communiaient à l’Udps et luttaient pour son avènement avec Étienne Tshisekedi à la tete du pays. Même si je n’y ai jamais joué un rôle actif, je suis fier d’y avoir participé financièrement plus d’une fois : mes premiers chèques de salarié il y a plus de 30 ans en font foi. Aujourd’hui l’Udps est au pouvoir, pas exactement de la manière que certains auraient voulu mais Tshisekedi son représentant a bien droit (parfois) à mes applaudissements et à ceux des autres jusqu’à son fan -club. La question pour moi de savoir si je l’aime moins que je n’ai milité jadis derrière l’Udps ne se pose pas. Je souhaite juste qu’il réussisse son mandat dans le sens d’un changement de gouvernance pour le meilleur du pays et juge moi-même ses gestes et faits à cette aune…

    1. @Nono
      Vous souvenez-vous de la discussion que nous avons eue vous et moi sur cet espace sur le verre a moitie plein et sur le verre a moitie vide? Je continue a voir l’action de Fatshi comme un verre a moitie plein. Je ne denierai a personne le droit de voir l’action de Fatshi comme un verre a moitie vide! Vous avez raison de recommander d’eviter le verbe ‘aimer’ quand il s’agit d’apprecier l’action d’un president. Il faut juger l’action du leader, pas le leader en tant qu’individu. Il faut parler aptitude plutot qu’attitude.
      J’ai utilise le verbe ‘aimer’ a dessein. Quand il s’agit de Tshisekedi, il y a beaucoup de nos compatriotes qui laissent les stereotypes negatifs qu’ils ont de sa tribu revenir a la surface. Bien qu’il ait dit a maintes reprises qu’il est le president de tous les congolais; de ceux qui ont vote pour lui aussi bien que de ceux qui n’avaient pas vote pour lui, il y en a parmi nos compatriotes ceux qui ne voient en lui que le Muluba! Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, c’est un Muluba! Il peut etre le president des Baluba, mais il ne peut etre le president de tous les congolais! Et pourtant Fatshi est Kinois! Natif de Kinshasa, il a tous les reflexes des Ban’a Kin!.
      Que vous ayez contribue financierement a la lutte de l’UDPS et d »Etienne Tshisekedi il y a trente ans ne m’etonne pas! Je vous ai toujours soupconne d’etre un vrai patriote et d’avoir ete a un moment ou un autre de votre vie un tshisekediste, comme la plupart d’entre nous. Il y a trente ans il fallait etre vraiment patriote pour contribuer financierement a la lutte contre la dictature mobutiste et a l’avenement d’un Etat de droit.
      J’ai horreur du fanatisme en politique! Je me mefie de fanatiques de tous bords! Je crois vous l’avoir dit sur cet espace que je soutiendrai Fatshi tant qu’il sera dans le bon, et je denoncerai des derives meme de sa part. Des derives, je n’en vois pas jusque la!. Par contre je vois qu’il fait face a une situation extremement difficile: travailler avec un gouvernement dont la majorite de ministres sont plus kabilistes qu’ils ne sont congolais, des mandataires des entreprises de l’Etat qui sont plus spoliateurs que gestionnaires; de soi-disant allies qui jettent de peaux de banane sur votre parcours qu’ils ne vous aident; de faux revolutionnaires de la trempe de Daniel Safu; de generaux d’operette qui n’ont jamais mis leurs pieds dans une academie militaire comme John Numbi, qui se sont plus speclialises dans les tueries de leurs concitoyens que dans la defense de l’integrite du territoire national, et j’en passe! Compte tenu de tout ceci, comment ne pas soutenir Fatshi? On n’a meme pas besoin d’etre tshisekediste pour le faire! On a simplement besoin d’aimer un peu plus son pays, et de vouloir qu’il emerge!
      Le patriote Nono ne gagnerait rien dans l’echec de Felix Antoine Tshilombo Tshisekedi!

      1. Cher Binsonji,
        # Vous écrivez : « Quand il s’agit de Tshisekedi, il y a beaucoup de nos compatriotes qui laissent les stereotypes negatifs qu’ils ont de sa tribu revenir a la surface. Bien qu’il ait dit a maintes reprises qu’il est le president de tous les congolais; de ceux qui ont vote pour lui aussi bien que de ceux qui n’avaient pas vote pour lui, il y en a parmi nos compatriotes ceux qui ne voient en lui que le Muluba! Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, c’est un Muluba! Il peut etre le president des Baluba, mais il ne peut etre le president de tous les congolais ! »
        Comment vous dire ? C’est peut-être cette STIGMATISATION qui pour moi confine à une VICTIMISATION indue, dans tous les cas excessive QUI NOUS OPPOSE. Je voudrais bien comprendre mais je n’y arrive pas : faire d’un phénomène commun dans notre société une spécificité autour des balubas et autour de Tshisekedi me dépasse. Des stéréotypes négatifs, chaque tribu en draine, je refuse de les voir seulement chez les balubas. Juger Tshisekedi non à travers
        la fonction qu’il exerce mais en fonction de son identité de muluba, rien de nouveau sous le soleil, ses prédécesseurs l’ont aussi subi.
        # Voilà ce que je désigne improprement par ‘PRO-TSHISEKEDISME PRIMAIRE’ et que je dénonce sans cesse : on ne sait plus si l’impair est créé par la personne qui applaudit quoiqu’il dise ou quoiqu’il fasse Tshisekedi derrière ses lunettes affectives, tribales ou  par celui qui va le lui reprocher. Pour tout vous dire, je suis allé jusqu’à me demander si je n’arrivais pas à comprendre le phénomène parce que je ne suis pas muluba mais me suis dit tout de suite que c’est peut-être aussi le fait du muluba qui lui, ne comprend pas que son attitude a un fort potentiel de poser problème, à moi et au pays.
        # Du coup pas de coupable et pas de responsable ? Serions-nous alors condamnés à vivre incompris et en conflit les tribus les unes des autres ? Désolé, pour moi on fait trop de bruit autour d’un problème qui n’est pas si important – une preuve ? : nous continuons à vivre ensemble sans guerres civiles… -, et surtout on agit peu pour ne pas en provoquer les raisons comme quand on voit la composition de l’entourage professionnel du Président de la République, etc, etc…
        # Quant à mon passé d’ancien membre de l’Udps – je ne veux pas raconter ma vie ici -, il est celui de beaucoup de ma génération. Entre-temps beaucoup de choses ont changé dans et autour de l’Udps, dans le pays, la société et le monde. Ainsi va la vie sauf à regretter cette douloureuse impression(!) que les trois décennies dans l’opposition de l’Udps n’ont pas suffisamment formé un logiciel et des combattants prêts à servir efficacement…

      2. Cher Nono,
        Le caractère sacré des faits sur le terrain de l’action politique induit les commentateurs des scènes politiques congolaises à revoir leurs notes de prédiction. Mon avis sincère et non partisan est que Felix Tshisekedi continue à déjouer de nombreux pronostics. En 2018, j’avais fait un commentaire sur  » CIC » indiquant que Felix ferait un bon président parce qu’il est naturellement intelligent. A ce jour, je ne peux que me réjouir des effets de 18 mois de sa gouvernance.

      3. Cher Armand
        Assurément l’effectivité du terrain a un caractère sacré mais butte à un premier obstacle : avons-nous des faits la même vision, la même compréhension ? Pouvons-nous par exemple à ce stade prouver par a+b que Tshisekedi déjoue les pronostics, que Tshisekedi fait un bon président parce qu’il est naturellement intelligent ? Pouvons-nous nous réjouir comme vous unanimement de ses 19 mois à la tête du pays et faire comme si vous nous l’imposiez de participer à votre
        enthousiasme sur sa gestion du pays ? Ma vérité est que Tshisekedi surprend comme il déçoit ici et là, je ne trouve donc pas encore une raison de me satisfaire et de m’enthousiasmer outre-mesure de ce qu’il fait, permettez donc que je réserve mon eventuel satisfecit général à plus tard…

  17. @Chryso45
    Fatshi ne m’a pas dit qu’il avait besoin d’aide. Je n’ai aucune idee de ce que Fatshi avait raconte a Brazzaville, mais ca m’etonnerait pas que cela ait un rapport avec la vive tension entre lui et Kabila que tout le monde observe aujourd’hui. Remarquez que j’ai parle du pays qui fait souvent appel a l’exterieur pour une rallonge pour combler le deficit budgetaire; je n’ai pas parle de Fatshi en tant qu’individu.
    Salut!

    1. @Binsonji E Madilu
      « J’estime qu’on l’aime ou que ne l’aime pas, il faut aider Fatshi a reussir sa croisade contre la mafia kabiliste. Le pays gagnerait beaucoup dans la resussite de Fatshi. L’heure n’est pas aux invectives! »
      Ne s’agit-il pas de votre declaration?

      1. @Binsonji E Madilu
        Donc pour vous, il faut aider le voleur Tshilombo! Kibomoto na yo wapi? Parmi les vertus que mon pere m’a enseignees figurent l’honnete et l’integrite! Bongo tata na yo?

  18. @ Nono,
    Voila un commentaire juste, objectif et republicain dans la tradition democratique classique. Le culte de personne doit se limiter au FCC.
    Qu’en deplaise aux danseurs de Ndombolo FATshistes dont Procongo et Armand qui ne different pas des vagabonds de la trempe d’un Safu.

    1. Musema Kweli,
      Commence d’abord par bien écrire la langue de Molière et de Zola avant de s’attaquer à ceux qui soutiennent la transparence fiscale incarnée par la gouvernance de Felix Tshisekedi Tshilombo. Sachez que la lutte contre l’opacité fiscale source de blanchiment des capitaux est une norme de gouvernance universellement admise. Au Congo, les « maçons  » de la marchandisation des prérogatives fiscaĺes ont maintenant peur.Il en est de même de leurs bénéficiaires. J’espère que vous n’ êtes pas en unité d’esprit avec Safu ?
      Par ailleurs,comme vous ne savez pas structurer votre argumentation en français, veuillez utiliser le swahili.En effet, quoique d’origine sémantique arabe , le swahili est une langue nationale congolaise. ( Sema Kweli= dis la Vérité )

  19. @ NONO
    Cher Nono
    Je vois que vous faites un grand effort pour ne pas comprendre, et personne ne vous obligera de comprendre ce que vous refusez de comprendre. Lorsque quelqu’un notoirement connu pour son tribalisme accuse tous les Baluba de tribalistes, comment appelez-vous cette attitude?
    C’est vrai que toutes nos tribus ont des stereotypes. C’est vrai que tout le monde a des prejuges, mais les personnes sensees font un grand effort pour ne pas juger les autres en fonction de leurs prejuges.
    C’est vrai que les Baluba sont stigmatises. Lorsqu’ils le constatent et rappelent a leurs compatriotes que ce qui nous unit et plus grand que ce qui nous separe , ils ne jouent pas a la victimisation, ils sont victimes! Vous voulez de preuves? Je vous en donne deux de plus recentes: des militants de l’UDPS marchent a Lubumbashi pour protester contre l’imposition de Ronsard Malonda a la tete de la CENI. Des pro-Malonda ciblent dans la marche quatre Baluba qu’ils vont enlever a la fin de la marche et qu’ils assassasinent sauvagement et jettent leurs corps dans le fleuve! Et pourtant tous les marcheurus n’etaient pas que des Baluba!
    Il y avait vingt quatre candidats a la presidence de la CENI. Parmi les plus qualifies, il y en a quatre qui ont chacun plus de trente ans d’experience d’organisations d’elections. Le Prince de l’eglise, le Cardinal Ambongo ecarte d’office tous les kasaiens sous pretexte si l’un d’entre eux est nomme, il tripatouillera certainement les resulats des elections pour que son frere kasaien soit reelu!
    Nous risquons donc d’avoir des elections mal organisees en 2023 parce que les soi-disant hommes de Dieu ont ecarte ceux qui pouvaient organiser de bonnes elections parcequ’ils etaient freres a Tshisekedi!
    Non monsieur! Condamner ce genre d’attitude n’est pas synonyme de faire d’une monticule une montagne. C’est un devoir civique. Le pro-tshisedisme primaire n’existe pas! J’arrete!

    1. Cher Binsonji,
      « Le pro-tshisekedisme primaire existe », c’est ce qu’hélas j’ai compris en voyant beaucoup de nos Concitoyens apprécier l’action de notre PR parce qu’ils aiment la personne, et pourquoi l’aiment-ils………… ???
      Cette partisanerie existe, helas conflictogene surtout qu’on la voit intellectualisee. Dans tous les cas, nous n’en parlerions pas aujourd’hui sinon, qu’on l’impute à des tribalistes notoires (qui donc ?) ou à des prétendues victimes. Mais quelle place a-t-elle dans notre société politique, professionnelle, géographique… voilà le début de sa prise en charge ?

    2. @Binsonji E Madilu
      Vous ecrivez « Des pro-Malonda ciblent dans la marche quatre Baluba qu’ils vont enlever a la fin de la marche et qu’ils assassasinent sauvagement et jettent leurs corps dans le fleuve! Et pourtant tous les marcheurus n’etaient pas que des Baluba! » Quelle est l’evidence qui confirme l’appartenance tribale comme motivation pour ces crimes odious: l’aveu des assassins?

  20. Armand:
    La verite blesse tout cireur de bottes. On te comprend.
    A part tes elucubrations d’un « Fatshiste tres primaire » sur le site CIC, demontre-nous ta manipulation superieure de la logique ou meme de la « langue de Moliere ».
    Sinon, notre reponse a tes pretensions sera le meme silence que nous reservons aux cons de ton acabit.

    1. Cher Musema Kweli,
      En français, on écrit « prétention  » et non ce que vous écrivez. Veuillez vérifier vos accents sur les « e ».Par ailleurs, en homme « éduqué », on ne tutoie pas quelqu’un qu’on ne connait pas.Conseil: écrivez en swahili s’il vous plaît et l’on vous comprendra.
      Bonne compréhension.

      1. @Armand
        Cela n’est-il pas evident pour vous que Musema Kweli ecrit a partir d’un clavier anglais (qwerty) ou on ne retrouve pas les accents?

Comments are closed.