Moleka dénonce la « situation inhumaine » des prisonniers à Makala

Read Time:4 Minute

Intervenant, dimanche 4 septembre, à l’émission « Débat pour la nation », l’ex-directeur de cabinet d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba a estimé, chez Peter Tiani, que la situation qui prévaut à la Prison centrale de Makala est « pire » que sous Mobutu Sese Seko, LD Kabila et « Joseph Kabila ». Norbert Yamba Yamba, Patty Katanga et Kelele. Thème principal: dossier 21.000 US$ « payés » aux députés nationaux. Nous reviendrons sur cette dernière question.

« La manière dont le système carcéral est géré vous donne une idée exacte, précise et profonde de l’esprit et de l’âme de la gouvernance d’un pays », déclare Albert Moleka Nzoko dès le démarrage de cette émission. Il espère « sincèrement que si le Président de la République allait visiter la prison de Makala, peut-être tout l’esprit de sa gouvernance changerait ». De quoi s’agit-il?

Le dimanche 28 août dernier, Albert Moleka s’est rendu à la prison centrale de Makala, située dans la commune kinoise de Selembao, où il exerce, depuis 28 ans, ses activités « d’aumônier des prisons ». Un aumônier, peut-on lire dans les dictionnaires, est un ecclésiastique chargé de l’instruction religieuse ou la direction spirituelle dans un établissement ou un corps.

Sur un ton plutôt pontifiant, l’aumônier Moleka, qui arbore en permanence un rictus, assure avoir vu des « choses pas très reluisantes qu’il n’a jamais vues ». Et ce, en vingt-huit années d’activités. Il assène: « J’ai été véritablement choqué! ». Pourquoi donc?

« JIMMY KITENGE A BESOIN DE SOINS »

A Makala, Moleka a visité notamment Jimmy Kitenge. Secrétaire national chargé de la Communication du parti kabiliste, le PPRD, « Jimmy » se trouve, depuis le 10 août, en « détention préventive » dans cet établissement carcéral du chef de « propagation de fausses rumeurs ». Il a été interpellé, le 26 juillet, par des agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR). Au motif qu’il aurait déclaré – dans un des médias diffusés sur YouTube – qu’un « complot » serait en gestation contre la personne de la dame Marie-Olive Lembe di Sita, épouse Kabila.

Le communicant du PPRD a passé une quinzaine de jours de « garde à vue » à l’ANR. Des voix se sont élevées pour vitupérer contre ce fait constitutif de « violation » du quatrième alinéa de l’article 18 de la Constitution qui stipule que « la garde à vue ne peut excéder quarante-huit heures ». Depuis la nuit des temps, les « services » ont tendance à s’exonérer de cette obligation en invoquant le caractère exceptionnel des questions touchant à « la sécurité nationale ».

Lors de cette rencontre, l’aumônier Moleka dit avoir entendu Kitenge se plaindre notamment de mal de tête et de vertiges. « Quand je l’ai regardé, raconte Moleka, je me suis rappelé un épisode vécu en 2012 lorsque l’administrateur général de l’ANR d’alors, Kalev Mutond, m’avait contacté pour que j’aille récupérer Jacquemin Shabani, alors secrétaire général de l’UDPS ».

Le professeur Kalele Kabila

Moleka de poursuivre: « Le regard que j’avais perçu chez Jimmy est le même que celui que j’avais remarqué chez Jacquemin. C’est la situation d’une personne qui sort d’une torture extrême ». Pour avoir le cœur net, Moleka dit avoir demandé à Kitenge s’il avait été torturé. Réponse: « Il dit avoir été battu à l’aide d’une matraque à l’ANR. Ses bras portaient des blessures qui se sont cicatrisées ». Pour l’aumônier Moleka, l’état de Jimmy Kitenge requiert des « soins appropriés ».

Concluant sa narration, Albert Moleka Nzoko s’est dit horrifié de lire sur un tableau que la prison de Makala, construite en 1958 pour héberger 1.500 détenus, compte à ce jour 9.158 pensionnaires. A croire le locuteur, le « Pavillon 8 réservé aux VIP serait scindé en 8A et 8B ». Selon lui, « les détenus logés au Pavillon 8A ne sont pas gérés par le directeur de Makala mais par les services de sécurité ». Après avoir fustigé les conditions d’hygiène précaires et « l’absence totale d’humanité » dans ce lieu carcéral, Moleka de tonner: « Je tiens à dénoncer la situation des droits de l’homme à Makala ».

DESENGORGER LA PRISON DE MAKALA

Pour Moleka, la situation qui prévaut à Makala lui parait inimaginable dans la mesure où le Congo-Kinshasa est dirigé « par des opposants d’hier qui ne cessaient de vouer aux gémonies ce genre de pratique en prenant des risques pour leurs vies ». La main sur le cœur, l’ex-directeur de cabinet du regretté « Tatu Etienne » soutient qu’il n’a jamais vu une telle situation en vingt-huit années d’aumônerie. « La situation est pire que sous les présidents Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila et Joseph Kabila que je considérai comme un méchant ».

Cette dernière affirmation a fait bondir Norbert Yamba Yamba qui a rappelé notamment le cas des personnes condamnées à 15 et 20 ans de prison dans le procès LD Kabila. « Ces personnes ont été graciées par le président Felix Tshisekedi », dira-t-il. Dans un style inimitable, Kalele Kabila a eu ces mots: « Prisonniers ou pas, les détenus sont avant tout des êtres humains qu’il faut respecter ».

Au mois d’avril dernier, la ministre de la Justice Rose Mutombo est apparue impuissante face à la problématique du surpeuplement à la Prison de Makala. Elle s’est limitée à constater qu’il y avait à l’époque 8.889 prisonniers dont 4.271 en « détention préventive » et 2.026 condamnés. La ministre avait aussitôt « instruit » les deux procureurs généraux près les Cours d’appel de la capitale. Les deux hauts magistrats avaient reçu mission de désengorger la Prison de Makala. Depuis lors, le nombre de pensionnaires a été revu à la hausse soit 9.158. Allo! Madame la ministre Rose Mutombo…


B.A.W.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
100 %
Surprise
Surprise
0 %

5 thoughts on “Moleka dénonce la « situation inhumaine » des prisonniers à Makala

  1. Les opposants d’hier devenus aujourd’hui des barbares.
    Hier, ils vivotaient grâce à des aides sociales et des  » coups  », aujourd’hui, riches grâce aux deniers publics, ils se croient les maîtres du Congo. Ils peuvent enfermer en prison quiconque leur tient tête…En faire ressortir des voleurs émérites prêts à payer.
    Ba ka-mikonzi moko boye…
    On a déjà vu plus forts, plus méchants, plus barbares. On sait comment certains ont fini.
    Mokili mbanga ya taba !

    1. @Jo Bongos,
      Ndeko, ces « opposants d’hier » nous avaient bien prévenus, qu’une fois aux affaires: « TUKU NYATA NYATA BANGU LUKULA BA [n]CAILLASSA »
      Quoi donc d’étonnant?

      1. @KUM, @JoBONGOS : Mr H-NGBANDA de son vivant quand il critiquait l’UDPS et ses Leaders, les dévoués de ce parti le lynchaient virtuellement. C’est l’heure de vous remémorer car, déjà à l’époque, l’ex Conseiller Spé du Maréchal cherchait à désillusionner les congolais.

  2. Notre malheur dans la ‘situation inhumaine’ des prisonniers et des prisons est qu’elle s’aggrave au fil des années et des pouvoirs successifs . Elle est aujourd’hui ‘pire’ que sous Mobutu, sous LDK et sous ‘JK’, selon Moleka qui a une longue expérience d’aumônier des prisons. Il espère sincèrement que si le PR visitait la prison de Makala, l’esprit de sa gouvernance en ce domaine changerait. La situation lui parait autant intolérable que le Congo est aujourd’hui dirigé par des opposants d’hier dont il attendait mieux. Passons…
    Une des solutions, on le sait est d’abord de désengorger les prisons où la surpopulation se compte à dix fois le nombre prévu alors que la frénésie à embastiller le premier venu est aujourd’hui au maximum. Tenez, le PR lui-même ne se gênait pas il y a quelque temps de remplir au maximum les prisons de faux opposants et en cette matière on sait que non seulement les cachots de l’ANR n’ont pas été fermés comme promis mais aussi qu’ils se remplissent de plus en plus pour être ensuite déversées dans les prisons. Heureusement les ‘Kuluna’ eux sont envoyés à Kanyama Kasese où ils apprennent des métiers et cultivent pour nourrir les populations. L’autre jour le commissaire Kasongo demandait à les envoyer à Ekafera et à Angenga ; combien y seront-ils demain.
    Notons au passage que la population plus nombreuse à squatter les prisons est le signe d’une précarité sociale et d’un déficit d’autorité de l’État dans un pays mal gouverné, mal administré. Comme quoi la situation inhumaine de nos prisons devrait préoccuper doublement nos dirigeants..

  3. « BIENS MAL ACQUIS » ! D’Omar Bongo, Ali Bongo en passant par Teodoro Obiang Nguema, Paul Biya, Sassou N’guesso jusqu’à Paul Kagame, Kanambe alias Joseph Kabila jusqu’à Tshilombo-Pétain, plusieurs chefs d’Etats africains Dictateurs militairement élus, des Dirigeants dirigés par les Impérialistes pillent leurs pays respectifs avec une brutalité et une méchanceté inouïes via des activités illicites, délictuelles ou criminelles comme des détournements de fonds, des transferts illicites d’argent public, de la corruption, ou encore des rétro-commissions et se sont enrichis insolemment. Comment peut-on avoir une prison centrale médiévale en 2022 dans un pays qui est un scandale géologique ? Outre l’état délabré des prisons mouroirs, le manque criant d’aéroports, routes et hôpitaux modernes, il y a une situation socio-économico-militaro-sécuritaire extrêmement affreuse, c’est clair et net les Politichiens RDCiens (Occupants et Collabos) sont des méchants hommes et femmes qui volent, escroquent l’argent du Trésor Public sans état d’âme. FATSHI BIDON TRAÎTRE JOUISSEUR président protocolaire a reçu le quitus de se servir dans les caisses publiques du KONGO-ZAÏRE des mains sales ensanglantées des Envahisseurs Occupants Banyarwanda de l’Empire HIMA (EAC=East African Community) qui l’ont fait calife traître de Limete-Pétunias à la place du calife imposteur de Kingakati. Il va falloir porter plainte pour « Bien mal acquis et détournements des fonds publics » contre toute la classe politique RDCienne surtout la Kabilie (Kanambie) et la Tshilombie (Tshibilie). Ce n’est pas à la Diaspora Kongolaise ni au FMI, à la Banque Mondiale de financer les travaux de réhabilitation d’une prison qui date des années 50 avec une capacité de 1500 prisonniers lorsque la ville de Kinshasa la Belle ne comptait que 500 000 habitants, alors qu’aujourd’hui la Ville de Kinshasa la Poubelle compte plus de 11 millions de Kinois, il y a près de 9000 prisonniers entassés comme des sardines, près de 150 personnes partagent une salle de moins de 30 m2 dans des conditions d’hygiène exécrable, c’est de la méchanceté pure et simple. MAL GOUVERNANCE DÛE À L’OCCUPATION RWANDO-OUGANDAISE ! C’est toujours énigmatique d’entendre les Kongolais de tous horizons espérer que les traîtres inconscients congénitaux qui composent la classe politique qui ont vendu leur propre pays fassent preuve de la Bonne Gouvernance, c’est de l’utopie de croire que Tshilombo-Pétain pourrait moderniser la RDC occupée alors qu’il a les pieds et poings liés dans un Deal Mafieux sous forme de Contrat INTUITU PERSONAE. “Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse.” dixit Sénèque. VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

Comments are closed.

Previous post La VSV exige la fin des inégalités dans le traitement de diverses couches socio-professionnelles en RDCongo
Next post Violences sexuelles à Kinshasa : « nous étions très loin d’imaginer la barbarie dont sont victimes nos enfants dans cette ville », Denis Mukwege