Dori Dumbi: « La création d’une plateforme pro-Katumbi clarifie l’échiquier politique »

Ancien secrétaire national adjoint à la communication de l’UDPS, Dori Dumbi avait rejoint Bruno Tshibala Nzenzhe à la Primature. Nommé conseiller, il a claqué la porte quatre mois plus tard. « Dori » se dit très peu surpris par le « pugilat » qui vient de secouer le cabinet de l’actuel « Premier ». Dans l’interview qu’il a accordée à Congo Indépendant, l’homme dissimule à peine un certain regret d’avoir suivi l’ex-secrétaire général adjoint de l’UDPS devenu Premier ministre par « débauchage ». D’après lui, il a été « contraint » par des « combattants »…

Comment pourrait-on vous présenter aujourd’hui?

Je me présente toujours en tant qu’ancien secrétaire national à la Communication et porte-parole de l’UDPS. C’est ma famille naturelle. Pour le moment, je dirige un micro-parti dénommé « Rassemblement du peuple congolais ».

Sur le plan idéologique, dans quelle « famille » pourrait-on classer cette nouvelle formation politique?

Je suis ce que j’ai toujours été. C’est-à-dire, un social-libéral.

Un libéral de gauche…

Effectivement! D’ailleurs, j’ai été membre du parti libéral francophone belge (MR) avant de rejoindre l’UDPS. Je suis resté fidèle à cette philosophie bien que l’UDPS se réclame de la social-démocratie.

Comment avez-vous accueilli la démission du directeur de cabinet à la Primature Michel Nsomue qui ne fait guère partie de vos amis…

Ce n’est nullement une surprise. Il fallait s’y attendre. Mon seul regret est que cette démission soit intervenue six ou sept mois après la pétition que j’avais initiée à son encontre.

Que reprochiez-vous au « dircab » Michel Nsomue?

J’estimais que lui et son patron sont des incompétents.

Par « patron », voulez-vous dire le Premier ministre Bruno Tshibala?

Absolument! Les deux hommes n’avaient pas mesuré l’ampleur de la tâche qui les attendait tant pour le pays que pour la population congolaise. C’est un gâchis. Je suis arrivé à la Primature après avoir fait le constat que l’Accord de la Saint Sylvestre entrainait le pays dans une impasse. Normalement, Tshilombo était notre candidat au poste de Premier ministre. Tout le monde savait que je soutenais « Félix » [Tshisekedi]. Suite à cette impasse, il fallait qu’on avance pour qu’on arrive aux élections. Lorsque Monsieur Tshibala a été débauché, il m’a invité d’aller le voir. Il m’a promis qu’il allait mettre en œuvre l’Accord. Et qu’il allait rapatrier le corps du président Etienne Tshisekedi wa Mulumba. C’était à ces conditions que j’ai pris la résolution de faire avancer les choses. Il m’avait promis de me faire entrer au gouvernement pour participer à la mise en application de ces actions.

Combien de temps avez-vous passé au cabinet du « Premier » actuel?

Quatre à cinq mois

A partir de quel moment avez-vous constaté son « incompétence »?

Je veux dire, deux mois après. Après la formation du cabinet, j’ai constaté que le Premier ministre était d’une incompétence criante.

Un exemple?

Il n’a jamais tenu une réunion avec ses conseillers. Il n’a jamais donné des directives de travail aux membres du cabinet. Le directeur de cabinet, mêmement. Quand j’allais le voir pour parler d’un dossier, il me ramenait toujours à Tshilombo [Félix Tshisekedi].

C’est-à-dire?

J’ai eu l’impression que j’étais sa « caution » par rapport à Tshilombo. Il croyait que j’étais toujours en contact avec « Limete ». Et qu’à travers moi, il pouvait obtenir des informations.

Avez-vous des contacts avec Félix Tshisekedi?

(Rires). Je ne veux pas parler de lui. Dans le contexte politique actuel, je ne voudrais pas parler de lui de peur que je place un mot malencontreux. Toutefois, je peux vous dire que je n’ai jamais eu de différends avec « Tshilombo ».

A vous entendre parler, on sent pointer un certain regret d’avoir quitté « Félix » au profit de Tshibala…

Non! Je regrette plutôt d’avoir été à la Primature avec Bruno Tshibala. Je le regrette parce que j’ai été trompé. J’ai eu en face de moi, un homme « séduisant » qui trainait derrière lui de nombreuses années passées aux côtés du président de l’UDPS. J’avais un a priori positif par rapport à Monsieur Tshibala. Je me suis dit que l’homme avait sans doute « quelque chose » de constructif en lui. Je m’étais trompé. En fait, l’objectif de Monsieur Tshibala était de détruire l’UDPS. Son unique ambition était de travailler pour lui et sa famille. Au mois d’octobre dernier, j’ai initié une pétition.

A quel dessein?

Cette pétition demandait au Premier ministre de démettre son directeur de cabinet.

Contre toute attente, c’est vous qui avez été viré…

« Viré », ce n’est pas le mot adéquat parce que j’étais déjà « parti ». Sans fausse modestie, l’avenir a fini par me donner raison.

« Avoir raison trop tôt, est un tort », dit la sagesse populaire…

Exactement! Mon départ de la Primature a été une chance énorme. Mes proches pensent le contraire. D’aucuns pensent que j’aurai dû y rester et mener le « combat » en interne.

Que pensez-vous de ceux qui soutiennent que Tshibala est disqualifié en tant que Premier ministre?

Bruno Tshibala n’a jamais été qualifié pour assumer la fonction de Premier ministre.

Il a donc perdu toute crédibilité…

Est-ce qu’un « débauché » peut avoir de la crédibilité?

Vous étiez pourtant ensemble…

Avais-je de la crédibilité? Absolument pas! Je vais vous dire quelque chose qui va peut-être vous étonner. On nous dit que l’exécutif actuel est un gouvernement d’union nationale. C’est faux! C’est un gouvernement du président Kabila. A preuve, les autres partis de l’opposition n’y font guère partie. L’idéal pour le pays serait que le Président démette l’actuel Premier ministre. L’Assemblée nationale devrait interpeller ce dernier et son directeur de cabinet sur la destination donnée à plusieurs millions de dollars de la Primature.

Quel est le facteur déclencheur qui vous a poussé à rallier le « camp Tshibala »?

J’ai été agressé par des combattants à la résidence du président Etienne Tshisekedi. Mes agresseurs me reprochaient d’avoir rencontré Tshibala. J’ai écrit au secrétaire général Jean Marc Kabund ainsi qu’au président Félix Tshisekedi pour leur faire part de mon indignation. Je n’ai pas senti leur soutien

D’aucuns vous reprochent une certaine incohérence consistant à immoler aujourd’hui ce que vous adoriez jadis. Que répondez-vous à ceux qui disent que cette incohérence a fini par brouiller votre image?

Je suis conscient du fait que mon départ de « Limete » a peiné beaucoup de gens. Moi-même y compris. Certains m’ont dit: » Tout le monde pouvait quitter mais pas vous ». J’assume la responsabilité. Quand j’étais à la Primature, Tshibala scrutait toutes mes interventions au niveau des médias. Je peux vous dire que je n’ai jamais pris à parti la « maison familiale » [Ndlr: Limete] qui m’a appris à faire la politique au Congo. Il m’a été reproché d’avoir dénoncé « l’opposition caviar » qui se promène dans des jets privés.

Faisiez-vous allusion à Moïse Katumbi?

(Rires). N’allez pas vite en besogne

Dans une intervention à l’émission « Deux sons de cloche » de la RTNC, vous avez même lancé: « Moïse Katumbi n’a jamais été ma tasse de thé! »

Exactement! Des gens ont pensé que je m’en prenais à « Félix ». Ma réponse est: Non! En fait, je n’ai jamais cru au « Rassemblement ».

Vous parlez bien du « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement » qui a vu le jour en juin 2016 à Genval?

C’est bien cela.

Quels sont les griefs que vous formulez à l’encontre de cette plateforme politique?

(Rires). Il y avait du bon grain et de l’ivraie. C’était un rassemblement contre-nature.

Etes-vous en train de dire que le président Tshisekedi wa Mulumba a été mal inspiré de prendre la main tendue de Moïse Katumbi et du « G7 »?

Le chef n’a jamais tort. Ce sont ses collaborateurs qui devaient éclairer sa décision. Ce n’est pas le président Etienne Tshisekedi wa Mulumba que je connais qui est allé chercher Moïse Katumbi. J’imagine qu’on lui a présenté un projet. Celui-ci semblait cadrer avec son combat. Quand on a voulu restructurer le Rassemblement, je me suis battu au sein de l’UDPS pour empêcher cette « réforme ». Le président Félix pourrait vous le confirmer. J’avais même fait des contre-propositions à Peter Kazadi. Nous avons été dupés par ceux-là qui avaient cru qu’ils allaient phagocyter l’UDPS. Suivez mon regard

Vous avez utilisé précédemment le vocable « débauchage » en parlant de la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre. En suivant le « débauché » Tshibala, n’avez-vous pas participé au bradage de « l’héritage politique » d’Etienne Tshisekedi?

Nous sommes responsables de ce qui se passe actuellement au sein de l’UDPS. Je ne peux pas me défiler. J’ai ma part de responsabilité.

Le 26 novembre 2011, des éléments de la garde prétorienne de « Joseph Kabila » ont canardé des militants de l’opposition en général et de l’UDPS en particulier qui se rendaient à l’aéroport de Ndjili pour accueillir le candidat à la Présidentielle Etienne Tshisekedi. En acceptant d’entrer au gouvernement dit d’union nationale, les cadres de l’UDPS que sont notamment les Tshibala, Joseph Kapika et consort n’ont-ils pas craché sur la mémoire de ces victimes?

Vous êtes mon aîné. Vous maîtrisez sans doute la politique mieux que moi. Mais, je dois vous dire que la politique congolaise est très complexe. Celle-ci n’est pas aussi aisée qu’on pourrait le croire. A cette question, je peux vous répondre par une autre question: Qui avait donné l’ordre de tirer sur ces militants? Qui avait exécuté cet ordre? Je peux vous dire qu’à l’époque, un certain Pierre Lumbi Okongo était le conseiller spécial de Kabila en matière de Sécurité. Votre question est fondamentale. Katumbi était où à ce moment-là? Quand on nous a volé la « victoire » lors de ces élections, ils ont jubilé. Ils ont fêté. En dépit de tout, mon Président a laissé ces gens venir vers lui pour qu’ils fassent un cheminement ensemble vers le renversement de la dictature. Qui suis-je pour aller à l’encontre de cette option? Quand une décision est prise, un collaborateur doit se plier. J’étais à Genval. Je me suis battu modestement. Qui pouvait m’écouter? J’ai vilipendé le Rassemblement sur les réseaux sociaux.

D’aucuns soutiennent que le « Rassemblement » est cliniquement mort. Est-ce votre avis?

Le « Rassemblement » ne peut pas mourir pour la simple raison qu’il n’a jamais existé. A mon avis, le Rassemblement n’a jamais existé ni à Limete ni à Kasa Vubu.

Les partisans et alliés de Moïse Katumbi sont réunis en Afrique du Sud en conclave. L’objectif est de mettre sur pied une plateforme politique pro-Katumbi en perspective de l’élection présidentielle. Devrait-on parler de « divorce » ou plutôt de « séparation de corps » entre les deux piliers du « Rassop » que sont l’UDPS et le G7?

Le conclave qui se tient en Afrique du Sud est une bonne chose pour le Congo et le peuple congolais.

Pourquoi?

Nous allons assister à une clarification de l’échiquier politique congolais. C’est une clarification qui va permettre de faire le départ entre le bon grain et l’ivraie; les affairistes et les autres. Chaque camp va évoluer avec son véritable « ADN ». C’est une chance pour notre frère Félix. Le combat politique sera à l’avenir plus sain.

Des informations difficiles à vérifier font justement état des « contacts secrets » entre « Tshilombo » et le tout nouveau conseiller spécial en matière de Sécurité Jean Mbuyu Luyongola. Votre réaction?

Sans vouloir dévoiler des secrets, il me semble que ce genre de contacts est tout à fait normal. Il n’y a aucun mal. J’ai déjà pris part à ce genre de concertations.

Etes-vous en train de confirmer la matérialité de ces conciliabules?

Je ne confirme rien. Par contre, je ne suis nullement étonné. J’ai déjà été utilisé par les gens du pouvoir pour faire parvenir des messages à la direction de l’UDPS. Pensez-vous que Félix puisse trahir la cause de l’UDPS pour avoir conversé au téléphone avec le conseiller spécial Mbuyu? Ma réponse est: Non! Nous avions l’habitude d’échanger avec les « gens d’en face ». J’y compte même des amis. C’est tout à fait normal que les responsables politiques continuent à se parler.

Si c’était à refaire, iriez-vous suivre Bruno Tshibala?

Absolument pas!

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

12 réflexions au sujet de « Dori Dumbi: « La création d’une plateforme pro-Katumbi clarifie l’échiquier politique » »

  1. C’est une nième confirmation que l’intellectuel congolais est prêt à tout pour des besoins élémentaires. Monsieur Dori Numbi est ventriloque, en l’entendre parler, c’est comme si son ami marionnette Tshibala qu’il récite en changeant seulement l’intonation!
    Si Dori Numbi aurait été nommé ministre, je ne crois pas qu’il pouvait démissionner. La déception a été fatale de se voir obligé chaque fois de quémander des sous auprès du chef de cabinet Michel Nsomue, il s’est rendu vite compte que l’humiliation continuerait jusqu’à le déshumaniser.
    Numbi a travaillé avec Tshibala des nombreuses années au cabinet du président Tshisekedi, ce n’est pas à la primature qu’il va découvrir l´incompétence de son ami.
    Tous les deux ont trahi l’idée de Tshisekedi, je n’ai pas l’impression que l’homme se rend compte de la gravité de sa décision à tourner le dos au capital de confiance que les congolais avaient à l’homme. Dori Numbi peut encore rêver de devenir un jour ministre, les congolais ont une mémoire courte.

  2. Dans un Pays « normal », un Bruno Tshibala corrompu et incompetent (sans parler de son vagabondage et traitrise a la memoire de la vraie UDPS et de son ex-mentor EtwM) serait deja mis hors d’etat de nuire si pas en prison pour vols.

    Mais helas, on est dans une Voyoucratie kleptocratique en RDC, avec un bandit-sanguinaire dont l’objectif est de se maintenir illegitimement et illegalement au sommet en crachant sur la Constitution.

    Pour ce faire, ce voyou a besoin des traitres et nullards de l’acabit d’un Bruno Tshibala, en plus de sa bande PPRD.

  3. Quel cirque ! Rien que des clowns . Donc selon ce monsieur Felix Tshilombo aurait été le candidat idéal pour occuper la primature … J’ espère que les congolais vont ouvrir les yeux pour chasser tout ce beau monde , il faut un nouvelle classe politique à la place de ces chômeurs déguisés .

  4. Chers compatriotes,
    Nous n’avons pas de classe politique. Nous avons des opportunistes qui se battent pour une activité à la tête du pays qui est une activité la plus lucrative du monde, et qui leur donne aussi des serviteurs, sinon esclaves liés à eux par serment pour mater, torturer et tuer, tous ceux qui oseraient se dresser contre eux. Le Congo doit probablement compter encore deux ou trois générations pour avoir des hommes politiques qui répondraient correctement au profil qui découlerait de la définition étymologique du mot « Politique ». Mais pour cela nous devons nous battre à éduquer nos enfants à aimer ce pays et à aimer leurs compatriotes. Il faut aller à Matonge à « Bruxelles », écouter les problèmes entre « Congolais » pour comprendre que ce qui se passe au niveau de la gestion du pays découle de la personnalité collective que nous avons développée et que nous éprouvons des difficultés à reconnaître pour pouvoir la modifier. Que Dieu nous vienne en aide.

  5. Est-ce possible qu’un Congolais soit membre du parti libéral francophone belge (MR)? Voilà encore un autre médiocre…

  6. Oui la politique congolaise est très complexe parce qu’elle est animée par des politiciens malhonnêtes, sans conviction, qui passe leur temps à courir à la mangeoire. Voilà la raison pour laquelle leurs messages sont totalement inaudibles auprès du peuple

  7. Sous-occupation Tutsi Power-ONU, les élections présidentielles pièges à con truquées d’avance ne sont pas une panacée. Les écritures Saintes affirment que la connaissance livresque enfle, elle est tellement différente de la sagesse, de l’intelligence (science ou connaissance des choses d’en-Haut) puisque le Véritable Dieu Tout Puissant prend les petites choses folles pour confondre les orgueilleux de ce genre (Cfr l’interviewé Dori Dumbi)..

    En suivant cette interview, on croirait rêver, comment font-ils tous ses aventuriers politiciens pour surfer dans les méandres de la crasse, de la médiocrité, cela depuis 20 ans non-stop, ça devient harassant, ils sont à des années de lumière de la Vérité menteurs, hypocrites, incohérents, confusionnistes qu’ils sont…

    Ceci explique cela qu’en RDC (République Démocratique du Congo-Kinshasa), il y a plusieurs diplômés des vrais et des faux mais peu d’intellectuels chevronnés… La situation calamiteuse qui prévaut au Kongo le prouve, sous d’autres cieux un ignare, illettré, inculte de la trempe du Tutsi Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila ne deviendrait même pas croque-mort du cimetière de la Nécropole…

    Dorénavant l’histoire retiendra que l’élite politico-intellectuelle, artistico-religieuse Kongolaise faillit à sa tâche pour guider la populace du Kongo durant les années d’occupation étrangère Tutsi Power. Non seulement l’élite est coupable, complice mais collaborationniste. Sic

    En plus, il serait opportun de répertorier tout individu du genre de ce Dori Dumbi ainsi que toute la cohorte des traintres-nés, flatteurs, opportunistes, hypocrites (Felix Tshilombo, Olivier Kamitatu Etsou, JB Ewanga, Fayulu, Bazaiba, Mvuemba, Daniel Safu, Mike Mukebayi, Edundu, Francis Kalombo, Claudel Lubaya, Ndala Jacky, Eliezer Ntambwe, Jean-Jacques Wondo…) qui ont assisté à l’intronisation d’El Diablo Soriano alias Moïse Katumbi Chapwe faux Kongolais de carte d’électeur pour les estampiller collaborationnistes de l’occupant Tutsi Power comme ce fut lors du IIIè Reich afin de les pourchasser, les poursuivre pour haute trahison au moment opportun…

    Blague à part, il y a mort d’hommes, des viols à répétition, la famine, les déplacements répétitifs de la population Kongolaise, il y a même un Génocide Bantou Pygmée Kongolais en cours, en Ituri et en Tanganyika, les vrais Kongolais subissent la pire barbarie humaine qu’on puisse imaginer mais comme par hasard l’élite politique RD Congolaise corrompue médiocre jusqu’à la moelle épinière s’attèle à raconter des bobards pour se préparer pour des hypothétiques élections que leurs candidats minables ne gagneront jamais même dans un rêve…

    Franchement si cette attitude de coeur altière, hautaine, inconsciente n’est pas une malédiction générationnelle, c’est de l’envoûtement satanico-occulte collectif qui se superpose sur le fanatisme aveugle, la religiosité imbecilisante, le positionnement opportuniste…

    Si le Peuple Kongo Souverain Primaire de tous horizons continue de composer avec cette classe politique corrompue médiocre, le Kongo est voué à une disparition certaine. La vraie Opposition Républicaine (Diomi, Diongo, Muyambo, Luyeye et autres…) est en prison et dans la Diaspora Résistante Combattante, il suffit qu’elle se structure, s’organise sérieusement , toute cette race des vipères faux politiciens s’effacera comme un mauvais nuage sous le ciel du Kongo…

    La luta continua, la victoria e certa. Ingeta

    1. CHER AMI,

      NOUS TE SUGGERONS D’ALLER VOIR UN PSYCHIATRE POUR TE TRAITER ET T’AIDER A TE DEBARASSER DE TON OBSESSION PARANOIAQUE D’OCCUPATION RWANDAISE QUI T’AFFLICTE. TON CAS EST GRAVE !

  8. Qui est ton ami ? Des arguments incomplets à la con conçus dans ton petit cerveau en coton (Matthieu 7 : 5 *Pourquoi vois-tu les grains de sciure dans l’œil de ton frère, alors que tu ne remarques pas la poutre qui est dans le tien ? Comment oses-tu dire à ton frère: «Laisse-moi enlever cette sciure de ton œil», alors qu’il y a une poutre dans le tien ? Hypocrite! Commence donc par retirer la poutre de ton œil; alors tu y verras assez clair pour ôter la sciure de l’œil de ton frère » Bible du Semeur)…

    Fanfaron, farfelu, malade mental Marcel, jusque ce matin on est sur CIC, on n’est pas en Chine, en Corée du Nord ou en Allemagne d’Hitler où on diagnostique ou diagnostiquait de la folie sur des sujets (ceux et celles) qui pensent ou pensaient le contraire, disent ou disaient le contraire des idéologues compradores qui imposent une pensée unique… Pigé

    Nous connaissions un seul Marcel homme-animal un gros singe au Zoo de Kinshasa, de nature lors de la création divine les singes et guenons ne furent pas reconnus par Adam ou Moto en Sawa l’ancêtre de Lingala notre langue vernaculaire qui a nommé tous les animaux dans le jardin d’Éden mi-Astral placé quelque part en Afrique Ancestrale avant le fracas en mini-continents, ensuite plusieurs années après ils (singes et guenons) furent la découverte, l’attraction que la Reine de Sabbat amena dans ses nombreux bagages comme curiosité et cadeaux pour épater et égayer le Roi Salomon Mon Mon en Sawa, ce dernier rempli de la haute intelligente scientifique, de la Sagesse d’Adam et du Divin Véritable Dieu Tout-Puissant Créateur ne pouvait pas ignorer l’existence d’un tel animal ni l’avoir dans son royaume… Comprenne qui pourra

    Parlant des singes et guenons, les savants érudits de haut vol affirment que l’ADN des autres races à la différence des noirs de peau est semblable à celui des singes et guenons, or l’Union illicite de mauvais commerce entre un être divin et les animaux produit les Nephilim comme l’union illicite des êtres divins et la femme noire produisit le métissage et l’anarchie du temps de Noé (Livre d’Hénoch 18 : 3 et Genèse 6 : 4)…

    @Marcel du zoo de Kinshasa la poubelle, arrêtez de nous chercher querelle, nous ne sommes pas de ceux et celles sui adorent dire des choses pour plaire aux humains mortels, arrêtez votre projection sur autrui psychologiquement parlant, si tu es malade, ne pense pas que tout le monde l’est, nous (Combattant Résistant de l’Ombre) vous demanderons pas d’aller consulter un psychiatre mais plutôt d’aller consulter plusieurs faux pasteurs et faux prophètes ancuens nganga chamans féticheurs ou les prêtres catholiques tel que (Kiziamina, Joël Tatu Tutsi Rwandais, Mukuna de la Renaissance, Maman Olangi du combat spirituel contre les démons invisibles, Kankenza, les sango patati patata…) pour qu’ils t’exorcisent des multiples mauvais esprits démoniaques qui t’embrigadent car tu es envoûté… Relis ton post calmement tu le constateras sinon demande conseil à Lambert Mende Omalanga menteur invétéré…

    En effet si le Kongo havre de paix n’est pas occupé à ce jour alors pourquoi un brassage au sein de notre armée, pour quelle raison plausible nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) depuis vingt ans n’avons aucune carte d’identité nationale juste une carte d’électeur en plus pourquoi le faux Président Tutsi Rwandais usurpateur d’identité Kongolaise Cheval de Troie du Rwanda au Kongo alias Joseph Kabila qui trahit la soi-disant armée sous son commencement et ne pipe un mot quand ses soi-disant compatriotes Kongolais sont tués comme des mouches depuis 20 ans. enfin pourquoi la classe politique Kongolaise médiocre corrompue n’arrive pas à traduire alias Joseph Kabila devant la justice pour usurpation d’identité Kongolaise…

    Juridiquement parlant le Kongo est un non Etat, si toi tu es de ceux et celles qui construisent sur le sable mouvant, sur la terre meuble sans fondation solide en parlant du sexe des démons pendant que le pays est sous-occupation, lorsque les vagues surviendront ta petite maison de paille, de sciure, de poutre comme une bicoque construite dans ton petit cerveau en coton sans neurones sera englouti, balayé, détruit… Pfff

  9. Jean-Marcel Dibanza Vous avez entendu la réplique ? Perso je ne prête même pas attention à vos idioties …. On répond aux im… Par un silence absolu ! Juste un petit conseil faites un grand effort pour mieux utiliser votre petite cervelle de moineau , car j’ ai l ‘impression qu’ il y manque quelques neurones . A défaut vous devez retourner dans le ventre de votre mère pour vous reconstituer ; votre cas est très grave . Vous insultez tous ceux qui ne pensent pas comme vous , libre à vous de défendre votre président de Mazembe , mais le Congo n’ est pas une équipe de football et argumentez au moins pour appuyer ce qui vous pousse à supporter ce monsieur au lieu de traiter les gens que vous ne connaissez même pas de tous les noms qui sorte de votre bouche . Dibanza ??? Yina nkumbu kia besi kongo ? Vo nkongo wena toma kala fioti ye ngangu , ngeye kibeni uta tufuidisa nsoni kuku . Nkenda ye nsoni !

Les commentaires sont fermés