Indépendance Cha-Cha: « Fatshi » arrache son « émancipation »

C’est un Félix Tshisekedi Tshilombo méconnaissable qui s’est adressé le à la nation dans la soirée de lundi 29 juin, à l’occasion de la commémoration du 60ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Congo-Kinshasa. Loin est désormais l’époque où le successeur de « Joseph Kabila » faisait implicitement l’éloge de l’impunité en clamant son désintérêt d’aller « fouiner dans le passé ». L’Etat de droit et une justice indépendance restent parmi ses priorités. La lutte contre l’impunité, mêmement. Rassembleur, déterminé, combatif, le chef de l’Etat congolais semble muri par les seize premiers mois passé à la tête de l’Etat. Tout en restant lucide, la tentation est forte d’affirmer que c’est un « Felix nouveau » qui s’est adressé lundi 29 juin 2020 à ses concitoyens. Un « Felix » affranchi des contraintes du « deal secret » passé avec son prédécesseur et « allié ».

30 juin 1960-30 juin 2020. Le Congo-Kinshasa commémore, mardi 30 juin 2020, le 60ème anniversaire de la proclamation de son indépendance. Qu’avons-nous fait de ces 60 années de « souveraineté »? C’est la question qui taraude les esprits de la grande majorité de la population congolaise. Une population qui constate chaque jour la régression continue sur le plan social, économique, politique et culturel.

COMBAT POUR L’INDÉPENDANCE

Aux premières heures de son accession à l’indépendance, le pays a connu une crise mémorable au sommet de l’Etat. Une crise qui a engendré la mutinerie de l’armée dite Force publique, la sécession au Katanga et au Kasaï et des rébellions au Kwilu et à l’Est.

Lumumba face à Kasa-Vubu

Comme pour « exorciser » le pays de ces années tumultueuses, le président Felix Tshisekedi s’est empressé de « réconcilier » le président Joseph Kasa-Vubu et le Premier ministre Patrice Lumumba, deux hommes « aux tempéraments différents, mais tout aussi déterminés pour la cause de l’indépendance ». A partir de ce mardi 29 juin 2020, Kasa-Vubu fait partie du petit cercle des héros nationaux Congolais au même titre que Lumumba.

Dans son allocution, le chef de l’Etat s’est souvenu qu’en 1960, les Congolais ont pris la relève de l’ex-colonisateur sans une « préparation adéquate ». Pour lui, « ce départ raté » a conduit le pays « dans une descente aux enfers ». Fort heureusement, cette adversité n’a pas brisé la volonté collective « de vivre ensemble » en tant que nation.

COMBAT POUR LA DÉMOCRATIE

Après cette introduction sur le « combat pour l’indépendance », il a jeté un regard rétrospectif et critique sur le « combat pour la démocratie » qui s’en est suivi à partir des années 80 lorsque treize parlementaires ont adressé au président Mobutu Sese Seko la très célèbre « Lettre des 13 ». C’est au cours de l’année 1982 que verra le jour l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le tout premier parti d’opposition. Et ce en pleine guerre froide.

L’orateur n’a pas mâché ses mots en rappelant les sacrifices endurés par les militants pro-démocratie non seulement durant la IIème République mais aussi sous les régimes de LD Kabila et de « Joseph Kabila ». « Je pense à l’ensemble de nos forces vives et en particulier tous les combattants et martyrs de la démocratie, qui dans la suite d’Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire, ont affronté les répressions les plus sanglantes, les plus barbares, depuis les temps forts de la guerre froide jusqu’à la veille des élections de décembre 2018 », assène-t-il sans trembler. Et de poursuivre: « Je pense à nos filles et à nos fils lâchement abattus dans les villes et de nos villages, jusqu’à l’intérieur des églises ainsi profanées ». Les oreilles de « Kabila » n’ont pas manqué de siffler.

Pour « Felix », c’est bien l’héroïsme de ces martyrs qui a permis au peuple congolais « de franchir une étape importante » dans la marche « vers l’instauration d’une nation respectueuse de la personne humaine et du caractère sacré de la vie ».

« FATSHI » ARRACHE SON « ÉMANCIPATION »

Et de constater non sans un certain regret que soixante années après l’indépendance, « le devenir de la nation est toujours entre les mains d’une classe politique, toutes tendances confondues, qui demeure versatile, et qui peine à arracher la Nation du cercle vicieux de l’instabilité et de la pauvreté ».

Après avoir décrit le mouvement de régression généralisée du pays et les tueries qui continuent à l’Est, le président Tshisekedi de marteler que « l’établissement d’un Etat de droit est en marche » au pays. « Le citoyen congolais a retrouvé la pleine jouissance de ses libertés fondamentales: de manifester, de résider dans son pays, de ne pas être arrêté pour des raisons politiques », souligne-t-il.

Pour lui, la justice congolaise « recouvre peu à peu son indépendance ». Il entend barrer la route à toute tentative destinée à annihiler les avancées engrangées « par des manœuvres d’arrière-garde qui s’observent chez certains de vouloir légiférer pour déposséder le Conseil supérieur de la magistrature du pouvoir judiciaire qu’il détient pourtant par la Constitution ».

"Joseph Kabila" et Aubin Minaku
« Joseph Kabila » et Aubin Minaku

Une allusion claire aux trois propositions de lois initiées par les députés Aubin Minaku et Garry Sakata en vue de « réformer » la justice. Pour Fatshi, on ne peut, sous prétexte de « réformer la justice », initier des textes législatifs destinés à assurer la protection d’une personne ou d’un groupe de personnes. Des propos qui ne sont pas sans rappeler le message diffusé en juillet 2017 pat les évêques catholiques selon lequel une minorité de concitoyens a pris les 80 millions de Congolais en otage.

LE « NOUVEAU FELIX » EST ARRIVÉ!

Le chef de l’Etat d’affirmer haut et fort qu’il prend l’engagement de ne jamais accepter des « réformes judiciaires » qui « par leur nature et contenu, viendraient à porter atteinte à des principes fondamentaux régissant la justice tels que prévus » dans la Constitution.

Soufflant le chaud et le froid, « Felix » de rappeler sa volonté « de privilégier la réconciliation nationale » sans toutefois trahir son engagement dans la lutte contre l’impunité.

Pour lui, l’heure a sonné pour la réduction du train de vie des pouvoirs publics en procédant « à des économies partout où nous pouvons réaliser ». Il a appelé le gouvernement « à engager des réformes sur l’ensemble de la chaîne de la dépense, afin que nos ressources publiques soient désormais mieux préservée et mieux utilisées ».

Felix Tshisekedi a, par ailleurs, relevé avec une pointe de regret la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur en matière sanitaire. Une dépendance qui s’est illustrée, selon lui, lors du déclenchement de la pandémie du Coronavirus.

Sur le plan diplomatique, Fatshi est resté cohérent en rappelant qu’il considère le Royaume de Belgique comme son « autre Congo ». Il a rendu un hommage appuyé au pays du Roi Philippe où lui et des membres de sa famille ont longtemps vécu en exil. Pour lui, les deux pays doivent « renforcer » leurs liens « sans renier le passé commun ».

A maintes reprises, « Fatshi » a semblé prévenir ses alliés du Front commun pour le Congo (FCC) de ne pas abuser de leur position dominante. Pour lui, le fait de disposer d’une « majorité politique ou parlementaire » ne donne nullement le droit de méconnaître « les principes fondamentaux de la République » contenus dans la Constitution. Comme pour rassurer ses partenaires du FCC, il leur tend la main en affirmant qu’il ne ménagera « aucun effort »  pour s’assurer « via un dialogue interinstitutionnel régulier, qu’aucune crise inutile ne puisse perturber la stabilité du pays (…)« .

Le « nouveau Felix » est-il arrivé? L’avenir le dira. Lundi 29 juin, c’est un Felix décidé à arracher son « émancipation » qui s’est adressé à la nation. D’aucuns croient mordicus que l’homme ne tendra plus la joue gauche après avoir été frappé sur la joue droite…

 

B.A.W.

49 thoughts on “Indépendance Cha-Cha: « Fatshi » arrache son « émancipation »

  1. Si Félix Tshilombo Tshisekedi veut vraiment s’émanciper, cela ne peut que réjouir les Congolais et Congolaises épris de paix et de justice, soucieux de voir leur pays devenir un État normal comme les autres nations du monde. Félix va-t-il se raviser pour céder devant les menaces à peine voilées de l’autre aile pro-Rwandaise? Let’s wait and see?

  2. Un texte puissant auquel j’adhère totalement, seulement, j’attend que le fameux deal soit maintenant dénoncé par l’autre camp parce que Tshisekedi s’est émancipé comme vous l’affirmez avec raison. De toute façon deal ou pas deal, ceux qui croient qu’on peut partager le pouvoir n’ont rien compris.

    1. @L’oeil du cyclone,
      Si quelqu’un croit qu’on peut partager le pouvoir, c’est bien Félix Antoine Tshilombo Kaniki. Personne d’autre…
      N’a-t-il donc rien compris ? Vous devriez le lui rappeler. Car ce qu’on voit sur la scène politique congolaise est plus que limpide…
      Sinon te…mukolo moko akolela…

  3. Les Congolais veulent voir des actions concretes de FATshi et non plus de discours et promesses sans suite (dont ses « 100 Jours »…?)
    C’est depuis son voyage a Washington en Avril 2019 que FATshi nous avait promis de « deboulonner » la Voyoucratie FCC, et ensuite a fait de memes promesses a son passage a Londres inclu meme dissolution imminente du Parlement et sa majorite-bidon et corrompue de FCC.
    Depuis lors, cette bande criminelle continue de se moquer de FATshi

    1. BONIFACE
      « Les Congolais veulent voir… »
      60 ans après, les Congolais veulent voir au lieu d´être ACTEURS ? Êtes-vous fier de cela ? Et vous voulez nous faire croire que vous n´avez absolument rien vu ? Êtes-vous le porte-parole des Congolais ?

      1. @ Procongo,
        Et toi, es-tu « porte-parole » de FATshi?
        Si dire la verite et citer en evidence de vides discours & promesses de ton maitre te blessent, alors tu as un probleme mental characterisque des « fous du roi », et donc ne merites plus une reponse de notre part.

      2. BONIFACE
        Tu as parlé des Congolais; et je suis concerné.
        « Si dire la verite et citer en evidence de vides discours & promesses… »
        1. Tu n´as pas encore (malheureusement) dit la VÉRITÉ, à part lancé une vague opinion.
        2. L´indépendance de la Justice en processus, la gratuité de l´enseignement primaire (malgré la résistance d´Ambongo), la libérations des opposants, le retour de Katumbi, Bemba… Est-ce cela des « discours vides » ? Au fait, je n´ai pas du tout besoin de vanter Félix (Il a encore beaucoup de défis), mais je veux voir un raisonnement solide (même critique rationnelle) et non les blablabla souvent balancés parce qu´on n´aime pas Félix. Avec un « vide » d´objectivité, il faut être malade pour reprocher aux autres un quelconque fanatisme. Kie ! To salela classe, tobongisa mpe mitema.

  4. La démocratie est un système qui garantit que nous ne soyons pas gouvernés mieux que nous ne le méritons.
    Les droits régaliens
    On appelle droits régaliens les droits qui appartiennent exclusivement au roi, au souverain ou à l’Etat et qui ne peuvent faire l’objet de délégation(FCC).
    faire les lois,
    émettre de la monnaie (par la banque centrale),
    lever les impôts,
    lever une armée, faire la guerre, signer la paix,
    assurer la douane,
    assurer la sécurité intérieure,
    rendre la justice,
    accorder des grâces,
    réaliser des infrastructures publiques,
    les ministères régaliens sont la Défense, les Affaires étrangères, la Justice, les Finances et l’Intérieur.
    Ce qui appartient à la royauté, est attribué a la délégation de Kanambe Kabila patron du FCC partit criminel.
    Dites-nous par quel moyen Felix réussirait à établir un vrai état de droit ?
    Au cas contraire la dictature reprendra l’ampleur, et le peuple va continuer à souffrir, marchant sous le soleil ardent.
    Solution à la crise séparation sans condition de la fameuse coalition UDPS / FCC, Felix Fu élu et n’a pas besoin d’une coalition avec le parti criminel FCC.

    1. MATEUS
      « Dites-nous par quel moyen Felix réussirait à établir un vrai état de droit ? »
      Le temps que vous perdez en attendant une réponse à votre question (inutile; il a déjà expliqué sa démarche) est le temps de l´ACTION pour relever les défis. Apportez votre contribution (même comme opposant de Fatshi, mais du reste comme amoureux du Congo), il y a urgence. 60 ans à discutailler, quand même.

  5. Nous sommes habitués à écouter de grands discours mirobolants depuis de lustres, aujourd’hui ce qui nous intéresse ce sont des actions concrètes qui doivent se matérialiser en lieu et place de gros mots utilisés pour le besoin de la cause, de toutes les façons nous encourageons la prise de conscience de notre président FATSHI, s’il tient à s’émanciper du tutelle ou de l’ombre de son prédécesseur JKK, tout le monde le souhaite, c’est une excellente idée, nous pouvons lui accorder nos bénédictions sans conditions, mais si c’était un discours protocolaire pour amuser la galerie comme à l’accoutumée , ça sera une grande déception pour le peuple épris de paix, comme modeste contribution de notre part dans cette rubrique ; Nous implorons toujours et toujours le DIEU de la RDC , de multiplier son feu et sa lumière sur toute l’étendue du territoire national , et sur la structure mentale de tous les RDCongolais, qu’ils soient lucides et sages afin que tous les occupants ainsi que leurs complices dégagent Ainsi-soit-il.

    1. Mwamba Rama
      « … mais si c’était un discours protocolaire pour amuser la galerie… »
      DEUX SIMPLES POLICIERS ont resisté à Minaku, Jaynet et autres cadres du FCC, au portail du bureau du Procureur général. Ce qui était IMPENSABLE deux ans avant. Ne minimisez pas please les efforts des autres, de ceux qui agissent sur le terrain malgré les grands risques. (Mettez-vous à la place de ces 2 policiers et imaginez leurs sentiments, émotions et pression psychologique pendant 20 minutes ou plus. C´est aussi un EXERCICE exaltant que celui d´écrire dans le confort de son salon). C´est contradictoire pour ceux qui revendiquent des actions concrètes. La réalité (le processus) au Congo n´est pas soumise à votre schéma ni à vos désirs de ‘privilégié’.

      1. Compatriote PROCONGO , j’ai comme l’impression que vous ne m’avez pas bien lu ,de nature je ne suis pas fanatique aveugle, j’apprécie avec réserve et détachement surtout face aux discours politiques, pour qu’en cas d’une éventuelle déception , je reste équilibré et sans blessure dans mon coeur , j’ ai vu des amis piquer des crises fatales dans ce domaine là, mon texte porte beaucoup d’éloges au conditionnel , vous avez vu seulement la phrase ici : Si c’est un discours protocolaire… Vous savez bien plus que moi que ( SI ) marque plusieurs fonctions ici SI est une conjonction de subordination qui introduit une proposition subordonnée de condition ou d’hypothèse ( éventuel ) , j’espère que ces éclaircissements raviseront vos jugements hâtifs sur moi et sur d’autres ,Merci.

      2. Cher Mwamba Rama,
        merci pour votre réponse que je trouve intelligente. Je crois cependant que je vous ai bien lu (Je peux toujours me tromper!). Mes yeux ne se sont pas arrêtés sur le « si ». On ne peut pas bien interpréter en isolant un mot (le « si » ici). J´apprécie beaucoup l´explication sur votre prudence. Je vous encourage à la garder; mais il serait aussi bon de la protéger du scepticisme; car c´est ce dernier qui semble prendre le dessus dans votre réaction; ce, dès la première phrase de votre premier post. Il y avait lieu d´admettre que c´était un bon discours comme le dit BAW et d´exprimer vos réserves/votre prudence par la suite. Par ailleurs, tout discours politique n´est pas un tissu de gros mots. Il y a des discours importants pour propulser, mettre en garde, soutenir l´ACTION. Il y a actuellement des ratés, mais il y a aussi réussites. Les petits gestes que posent des compatriotes sur place comptent. (cf. l´exemple de ces deux policiers). C´est de simples citoyens qui « croient » à quelque chose, voire à une parole (à un discours). Plus ils seront nombreux, plus le Congo se libérera. À nous de voir et de valoriser leurs gestes qui en toute modestie matérialisent ‘déjà’ le discours.

  6. Est ce que Fatshi reconnait qu’il y avait un ancien Fatshi? Non! S’il arrache son emancipation ce qu’il etait enferme quelque part. Ce discours fait parti des bla bla bla, il a rate l’occasion de se taire. Ce n’est pas lui qui va reconcilier Lumumba et Kasa-Vubu, il se perd. Il parle seulement de l’est en cachant que le territoire national est menace par tous nos voisins. Est ce seulement maintenant qu’il decouvre la dependance de la rdc vis-a-vis de l’exterieur en matiere sanitaire? Ce discours n’est qu’une distraction de plus. Cet homme qui avait trahi les congolais en acceptant le deal avec le rwanda se moque des congolais. Les Tshisekedi ont toujours trahi. Je lui renvoi a la lettre ecrite par son pere pour mettre Lumumba a mort. Il doit connaitre cette lettre et se taire. Des beaux discours on en a eu dans ce pays. Les discours de Mobutu sont parmi les meilleurs que nous connaissons dans ce pays
    Si le nouveau Felix est arrive, qu’il arrive aussi a dire la verite aux congolais sur son deal avec kanambe en passant par venise et ibiza. Nous ne sommes pas des dupes et nous n’attendons que son depart et lui laisser le temps d’aller bien se moquer de nos morts en serrant la main de kagame et museveni ses deux mentors. Il ne changera pas la constitution, le parti majoritaire au parlement qui lui a donne le pouvoir continuera de gouverner. Nouveau Fatshi ou ancien, les kongomani n’y croient pas en cet homme.

  7. Je note que les premiers discours mirobolants et ménaçants de notre président nommé mais fait « béton » par les adorateurs de la nullité, ses premiers discours ménaçants (dis-je) étaient prononcés à l’étranger; mais maintenant il semble s’armer du courage pour parler sous le nez de celui qui lui a toujours foutu la trousse, l’ex-kadogo rwandais. Pouvons-nous dire que c’est là un bon signe? Let’s wait & see!
    Ce qui m’inquiète, cher BAW, c’est que notre président « émancipé » a encore laissé le vieux renard de premier ministre le rabrouer publiquement. Allez-y comprendre!

  8. Cher Baudouin,
    J’ai aimé le ton combatif de Félix Tshisekedi. Cela démontre qu’il s’est émancipé de la camisole de force que le dictateur Joseph Kabila, du haut de son idiotie et goût immodéré pour le pouvoir, croyait avoir confectionnée pour l’éternité. La justice tardive rendue à Joseph Kava-Vubu démontre également l’étoffe d’homme d’Etat que voudrait endosser Tshisekedi. Cela me renvoie à une vive discussion à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) entre un ami Tetela et un professeur qui était membre du cabinet Lubumba en 1960. Pour l’ami, le mot indépendance fut prononcé pour la première fois par Lumumba et son parti. Faux, avait rétorqué le professeur. C’est Kasa-Vubu et l’ABAKO qui avaient exigé les premiers l’indépendance du pays. Bien sûr que le professeur avait raison. Le discours de Tshisekedi est surtout intéressant quand il rend justice à Joseph Kabila qui, contrairement aux élucubrations de ses adeptes, est clairement placé dans le camp des bourreaux de notre peuple. Il n’y a qu’un seul paragraphe du discours qui aurait gagné à être reformulé. Au lieu de lire : « Loin de briser notre volonté de vivre ensemble, je voudrais que les menaces contre notre pays raffermissent les liens historiques et le sentiment patriotique, qui font de nous les filles et fils de la grande nation congolaise au cœur de l’Afrique », il aurait dû affirmer : « Loin de briser notre volonté de vivre ensemble, les menaces contre notre pays raffermissent les liens historiques et le sentiment patriotique, qui font de nous les filles et fils de la grande nation congolaise au cœur de l’Afrique. Je voudrais qu’il en soit toujours ainsi ». Car c’est déjà un fait que jamais nous ne sommes autant attachés à notre unité nationale que pendant toutes les dernières guerres d’agression.

    1. Mbuta Mayoyo
      De plus en plus nous sommes siderés de cette sorte de « lobbying » de Felix que vous êtes entrain d´initier sur cette page.
      60 ANS DES DISCOURS
      L´industrie des discours est la seule qui embauche et fait du progrès au Congo depuis 60 ans.. En 60 ans, des encyclopedies des speech des congolais font le bonheur de Wikipedia.. depuis le speech qualifié de « revolutionaire » de Lumumba en passant par le speech africaniste de Mobutu á la tribune de l´ONU, on nous parle d´un ton « combatif » de Felix dont les insufisances vont rejoindre les promesses creuses de l industrie des discours au Congo.
      DIPLOMATIE
      Quand Felix se felicite de sa « diplomatie », les diplomates congolais n´ont pas toucher leur salaires depuis 4 mois.. et sans frais de fonctionement, le loyer de certaines ambassades n´est pas payé,..combatif cette diplomatie qui fait des diplomates la honte de la RD Congo á l´étranger.
      DEFENSE
      Felix qui saute volontairement la situation sécuritaire instable du Congo ne sait pas que le ministre de la Défense est sous la menace d´une motion de défiance dont les parlementaires exigent la demission á cause de l´absence des performances de notre armée?
      Felix « commandant suprême » des forces armées du Congo oublie d´informer les congolais que notre territoire est sous occupation au nord par les rebelles centrafricains, l´armée sud-soudanaises au dud par l´armée zambienne sans oublier la présence permanente des armées ougandaises et rwandaises.
      Felix qui avait envoyé l´état-major général des FARDC au Kivu devait faire le bilan de cette decision pour se rendre compte que les ADF assassinent encore les congolais.
      KASAVUBU HÉRO ?
      60 ans après nous sommes pratiquement en voie de revivre les bourdes incroyables de Kasavubu qui ne savait pas lire la constitution et qui avait revoqué Lumumba sans consulter le Parlement et qui avait refusé á Tsombe de devenir premier ministre malgré la victoire massive du parti politique de ce dernier á l´élection législative.. Kasavubu est á la source de toutes les dictatures et le voici bombardé « héro national » lol lol
      JUSTICE INDEPENDANTE?
      Felix qui utitlise les juges dans sa guerre contre ses alliés du FCC devrait lire la 26 ème réflexions de Muzito publiée sur le site 7sur7.cd Il va apprendre que le budget du pouvoir judiciaire est á peine de 8 % quand le président comme institution a depassée son budget de plus de 130 % au mois de mars.
      Trouvez vous « combatif » cette manière de gouverner où le pouvoir executif (président et gouvernement) et le pouvoir législatif peuvent avoir droit á plus de 70 % du budget et que le pouvoir judiciaire n´a á peine que 8 % ? Si combatif cette injustice !
      PROGRAMME DE 100 JOURS
      Ils avaient fait la promesse que les « moutons vont sauter » le 30 juin 2020 quand les ouvrages seront enfin terminés.. Felix a tout simplement oublié de faire le bilan de 100 jours et pire comment compte-t-il expliquer aux congolais que son programme a fait transferer des millions de dollars de la maigre reserve de change de la Banque centrale vers la Turquie et le Liban.
      LUMUMBA VILLE
      Enfin, les congolais doivent s´attendre á un autre procès.. quand Felix va importer des maisons de la Chine, de l´Inde ect.. pour construire une ville pour Lumumba.. pauvre Lumumba, ils vont se faire du « fric » sur ta tombe kie kie
      LA MENACE
      La menace la plus urgente contre le Congo n´est pas exterieure.. Au contraire, cette alliance entre Felix et Kabila est la plus grande menace pour l´existence sociale des millions des congolais. Comme le cardinal Ambongo l´affirme si bien « du mal ne peut venir du bien »
      DISCOURS
      GHOST a horreur des discours..depuis 60 ans, les congolais ne possedent qu´une seule industrie: la fabrication des discours !

      1. Cher GHOST,
        J’écris beaucoup. Dans mes écrits, il y a une constance sur l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi. Ce dernier est un traitre. Il a trahi la volonté du peuple telle qu’exprimée lors des élections de décembre 2018. Mais notre nation n’a rien fait pour que le traitre soit sanctionné. Il est le président reconnu du pays. Loin de faire la volonté de celui qui l’aura fait roi pour des raisons connues de tous, il se bat pour exprimer son devoir d’ingratitude. Ce faisant, il indique un bon cap pour le pays et les choses commencent à bouger dans ce sens. Voilà pourquoi il faut le soutenir à aller au bout de ce devoir d’ingratitude, en mettant fin à la bêtise appelée coalition FCC-CACH. Je constate avec plaisir que l’homélie du Cardinal Ambongo à l’occasion des 60 ans d’indépendance abonde dans le même sens : « Le constat est là. Il n’y a de coalition au pouvoir que de nom. La coalition au pouvoir a perdu sa raison d’être. Elle devrait disparaitre ». Ce n’est donc pas l’homme Tshisekedi qui m’intéresse. C’est le combat dans lequel il est engagé. Le jour où le cap sur l’Etat de droit va jeter en prison Kabila et ses adeptes pour tous leurs crimes économiques et crimes de sang, je vais me régaler et pardonner à Tshisekedi sa trahison. Par contre, si la coalition maudite ci-dessus doit se poursuivre, il n’y aura pas meilleur moyen de creuser la tombe politique de Tshisekedi.

      2. @ghoste.
        Vous écrivez à Mbuta Mayoyo: « De plus en plus nous sommes sidérés de cette sorte de lobbying de Félix que vous êtes en train d’initier sur cette page ».
        J’ai beaucoup, beaucoup d’admiration pour notre compatriote Mayoyo . C’est intellectuel de haut niveau.Fonctionnaire intellectuel. Quand il prend sa plume,il vole haut,très haut.Preuve d’une intelligence vive,pénétrante.Controversiste redoutable. C’est un grand patriote congolais et humaniste. Je me délecte à lire,à relire ses articles publiés coup sur coup dans notre site.
        Je regrette que ce dernier temps,il dénonce du bout des lèvre la tricherie,la roublardise,la trahison de Félix pour ne plus voir que le combat de Félix contre ceux-là même qui l’ont fait roi. Le problème du Congo, c’est bien sûr,Kabila et sa bande. Pas seulement.
        Le problème du Congo,c’est aussi cette insécurité systémique. Ces tueries qui continuent à l’Est,ces déplacements massifs des populations(selon l’ONU,le Congo aurait 5000.000 des déplacés internes. 5.000.000,c’est la moitié de la population de la Belgique, un peu plus de la population du Congo-Brazza).Depuis octobre,77 Congolais sont tués en Ituri,plus de 520 au Nord-Kivu.
        Un seul américain Georges Floyd a été tué par la police. Toute l’Amrique a été embrassée. Des dizaines, des centaines des Congolais sont tués. Personne n’en parle. Les hommes au pouvoir sont adulés,même par l’élite intellectuelle qui, la première,devait demander des comptes aux dirigeants. Des armées étrangères se pavanent dans notre pays arme à la main.Mais Félix reste silencieux comme une tombe.
        C’est choquant.

    2. @Mayoyo Tipo-Tipo
      Juste une observation de la part d’un autodidacte de l’Institut Mashakado que je suis: vous ecrivez « Car c’est déjà un fait que jamais nous ne sommes autant attachés à notre unité nationale que pendant toutes les dernières guerres d’agression. » Lesquelles? 1996, 1998, etc.? Et quelle observation faites vous de la presence de toutes ces armees etrangeres de ces pays, dont le Rwanda et l’Ouganda, qui ont aggresse le Congo-Kinshasa et y demeurent a ce jour, toujours, d’apres vous, une « infiltration » et non une occupation?
      Et en quoi cette situation serait-elle differente de celle de la France avec Hitler ou plus recemment celle de l’Iraq avec les USA qui ont d’ailleurs reconnu l’avoir « agresse » et « occupe » sous pretexte d’une « liberation » ou « Freedom »?

      1. Cher chryso45
        Vous avez vu juste. Je fais allusion aux guerres d’agression de 1996 et surtout 1998. Je parle de l’attachement des Congolais à l’unité de leur pays ; ce qui est un fait indéniable et non un souhait à formuler comme l’a fait Félix Tshisekedi dans son discours. Le fait qu’il y ait des armées étrangères sur le sol congolais ne s’oppose pas à la réalité d’un tel attachement. Pour moi, il y a des étrangers surtout rwandais infiltrés dans les institutions congolaises avec la complicité du Cheval de Troie qu’a toujours été Joseph Kabila. La situation qui prévaut au Congo est très différente de celles qui ont prévalu en France avec Hitler et plus récemment en Iraq avec l’intervention ou l’agression américaine. En France et en Iraq, les armées des envahisseurs ou agresseurs allemands et américains opéraient au grand jour en tant que telles. Il n’y a aujourd’hui au Congo aucune troupe rwandaise ou ougandaise opérant de la sorte. Les étrangers, surtout rwandais, se sont infiltrés dans l’armée congolaise en usurpant la nationalité congolaise ; un jeu d’enfant quand on sait que le Congo ne dispose d’aucun fichier d’état civil digne de ce nom. Si Félix Tshisekedi s’émancipe totalement de son encombrant bienfaiteur Joseph Kabila, l’incarnation de la vassalisation du pouvoir d’Etat congolais par le Rwanda, il peut mettre en place une commission de vérification des identités et parcours qui finira par coincer ces étrangers. Depuis 2004, ma carrière professionnelle évolue au sein d’une organisation internationale. Celle-ci, qui embauche des hommes et femmes venus des quatre coins du monde, dispose d’un Bureau de vérification basée à Brindisi en Italie. On vérifie l’authenticité des diplômes et des 10 dernières années d’expérience professionnelle des fonctionnaires. Pour la petite histoire, quand on devait vérifier l’authenticité de mes diplômes, j’avais fait suivre le même jour le message du Bureau de vérification de Brindisi à l’Université de Lubumbashi (UNILU) où j’ai décroché deux diplômes de licence en 1984 et à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) ou j’ai obtenu un diplôme de maitrise en 1994. Cela a pris deux jours pour que l’ULB vérifie à son tour que (i) celui qui leur avait écrit était bien leur ancien étudiant Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo et (ii) donne sa réponse à Brindisi. Quant à l’UNILU, j’ai dû me battre pendant trois mois, faisant intervenir plusieurs personnes dont des professeurs qui m’avaient connu avant qu’un ancien ami Kasapard en médecine vétérinaire à mon époque devenu Colonel de Police à Lubumbashi aille taper du poing sur la table pour que l’UNILU réponde enfin à Brindisi. Notez que des centaines de fonctionnaires ont dejà perdu leur travail à la suite des vérifications effectuées par le Bureau de Brindisi. Nous avons au Congo des problèmes de gouvernance que nos élites politiques, dans leur immense incompétence et vénalité, ne parviennent pas à régler. Ne sachant à quel Saint se vouer, le petit peuple se perd en conjectures et voit une occupation là où il est question d’infiltration. Tenez par exemple. Nous avons un parlement qui doit contrôler l’exécutif. Quand Joseph Kabila faisait entrer des Rwandais dans notre armée à travers les opérations de brassage et mixage, aviez-vous vu les parlementaires les controler en proposant par exemple des critères clairs de vérification de l’appartenance à la nation congolaise ne fut-ce qu’à partir d’un certain grade ? C’est pourtant ce qu’on aurait dû faire.

      2. Cher Mayoyo,
        Curieux qu’à votre niveau, vous continuiez à vous contenter d’un quasi procès de vocabulaire entre « occupation et infiltration », réduit à vous satisfaire d’un juridisme international élaboré il y’a 100 ans au sortir des grandes guerres occidentales. Pour vous, l’infiltration serait diamétralement opposée à l’occupation parce que pour cette dernière il faut la présence d’une armée occupante, elle ne pourrait même pas y ressembler ou y mener. Vous ne voyez même pas que même en Europe, les malins se sont dépassés à ‘dribler’ ses vieilles conventions internationales. Cas de la Russie en Ukraine (Crimée) où la première a occupé la seconde « sans le dire » au su et au vu de la CI. Moi comme beaucoup de Congolais, je n’en suis plus à ces considérations juridistes, la réalité est qu’après leur présence militaire, Rwandais, Ougandais et autres y ont laissé une vaste toile d’araignée plus « occupante » que leur armée parce que plus subtile, moins visible officiellement. Aucune victime de Béni, de Djugu… ne vous dira le contraire, hélas, hélas..

  9. Les congolais n’ont même plus le droit de célébrer le jour de son indépendance – quoique théorique – par la seule volonté des envahisseurs. Ce, pour bien montrer que ce pays n’a plus d’histoire. Et on vient nous raconter des histoires de méditation et nous ressasser les oreilles par des discours creux. La réalité honteuse est là devant nous.

  10. Hé oui indépendance Cha-Cha du chanteur Baloji est vraiment d’actualité paroles très sensées. Discours du Président et alors…. au final rien de concret n’a été réalisé. La Classe politique Congolaise brille par une constance micro millimétrique de la médiocrité. Quand aux députés de quelques bord qu’ils soient le seul qualificatif « Braillard »
    Mais bon tout n’est pas mauvais, le peuple commence a devenir intelligent dans le bon sens et espérons que celui-ci renversera la Camarilla qui nous dirige mais aussi de mettre à mal ce dicton : Les gens qui votent ne décident rien. Ce sont ceux qui comptent les votes qui décident tout. N’oublions pas qu’un peuple qui élit des corrompus, des renégats,des imposteurs,des voleurs et des traîtres n’est pas victime .Il est complice!
    Il est vraiment temps de nettoyer les écuries Augias et de s’entourer de vraie collaborateur. mais pour cela il faut un vraie service de recrutement au niveau standard international ce que nous n’avons pas. Dommage

  11. L’ émancipation de Tshilombo, si elle aura lieu lieu, n’effacera pas sa roublardise. La coalition FCC-CACH est une association des usurpateurs.Le discours de Félix ,c’est un chef d’un parti qui s’adresse à ses talibans radicalisés et une mise en garde à ses opposants-alliés du FCC.

    1. Kolomabele@
      Nous connaissons l´homme.. En son temps, il faisait tuer les membres de l´UDPS dans la rue en manifestant avec l´opposition tout en negociant avec Kabila á Ibiza et Venise.. Il avait signé pour Lamuka en Suisse tout en preparant une « alliance » avec le FCC.
      Maintenant, Felix fait un discours d´opposant tout en étant au pouvoir en compagnie de Kabila.
      En 60 ans d´indépendance, les congolais devraient cesser de pratiquer l´indulgence envers tous ceux qui provoquent des catastrophes humanitaires et sociales ..

  12. HOPPLA! HOPPLA!
    MES CHERES SOEURS ET FRERES EN SANG ET EN OS!
    ON DIT QUOI, COMPATRIOTES BONIFACE YANGAMBI, MWAMBA RAMA, RAZ, JO BONGOS, SUR CES DISCOURS ET PROMESSES TOUJOURS DECEVANTES DE NOTRE FATSHI NATIONAL?
    ON DIT, LA LOGE PAS DANS LE SENS D’UNE CELLULE POUR LES FOUS, MA FOI, NON LOIN DE LA, MAIS BIEN DE LOGE OU CLUB DES CHARLATANS ET FAUX PROHETES, FEMMES ET HOMMES, LESQUELS NOUS IMPOSENT UNE PHILOSOPHIE EMPIRIQUE  » FOUINISME ET DEBOULONNISME PRONE PAR L’EMPIRISTE PHILO PRESIDENT FATSHI AVEC SON ANCIEN DIRCAB VK.
    MON DIEU, ON DIT QUOI EXACTEMENT OU QUE VOULAIT DIRE L’EMPIRISTE PHILO PRESIDENT FATSHI PAR SA THEORIE PHILOSOPHIQUE DE FOUINISME ET DE DEBOUOLONNISME?
    ON DIT QUOI, DE L’ANCIEN FATSHI? ON DIT QU’IL NE VOULAIT JAMAIS ENTENDRE DE SES OREILLES DU FOUINISME, UNE PHILOSOPHIE ARCHAIQUE QU’IL DESTESTE TANT. A-T-IL TENU PAROLE OU PAS? IL A TENU PAROLE DE SON ESSAYISME ET COPISME, OK, VERY GOOD!
    ALORS, ON DIT QUOI OF NEW FATSHI?
    LE NEW FATSHI, VOULAIT LE DEBOULONNEMENT DES KABILISTES LESQUELS ONT PILLE SANS PITIE COMME DES CORBEAUX LE TRESOR PUBLIC KONGOLAIS. MAIS AVEC LA STIPEFACTION DE NOUS TOUS, L’EMPIRISTE PRESIDENT PHILO FATSHI, AVEC SON PRINCIPE PHILOSOQUE D’ESSAYISME, IL A FRAPPE DE COTE AVEC SA FAUSSE PROPHETIE DE DEBOULONNEMENT DES KABILISTES.
    ALORS, QUE VOULEZ-VOUS DIRE PAR LA HEIN?
    NE VOYEZ-VOUS PAS A VOS YEUX QUE LE FAMEUX DEBOULONNEMENT NE CONCERNE QUE SON ENTOURAGE: VK LE KAMEHREON EN TETE DE LISTE, SUIVI DE SES CONSEILLERS SPECIAUX DE LA PRESIDENCE, DE HAUTS MAGISTRATS DE LA JUSTICE KONGOLAISE NOMMES PAR LUI-MEME FATSHI, LESQUELS ONT PERDU LEURS VIES SUR LE CHAMPS DE BATAILLE: PRESIDENCE ET TRIBUNAUX.
    UN BON CONSEIL GRATUIT A TOUS LES COMPATRIOTES NON NAIFS, FAITES TOUJOURS ATTENTION EN DISCUTANT POLITIQUE AVEC LES TALIBANIS, PRENNEZ VOTRE MESURE DE DISTENCIATION, CETTE MESURE DE L’OMS DE 2,5 M POUR EVITER LES MAKOFI ET LES NKUBA DES MECHANTS TALIBANIS BETON.
    MBADI MAMA, A BON ENTENDEUR, SALUT!
    JE M’ARRETE ICI.
    SIE DA, WIE IMMER, BITTE KEINE BLOEDE KOMMENTARE.
    PLEASE, NO WRONG AND STUPID COMMENTS ON MY WAY OF THINKING!
    A BAS AUX COMMENTAIRES INSENSES! SOYEZ RAISONNABLE ET NON AGRESSIF, OK!

  13. Je venais de travailler au Botswana pour quelques annees. Avec d’autres congolais nous passions parfois notre temps a comparer la rdc au botswana. Cela n’est pas du tout facile. Quand les kinois nous avaient informe qu’enfin apres la victoire du president elu Fayulu, les kabilistes avaient commence a aller en exile, que les mouvements des pirogues entre kin et brazza se sont intensifies par la fuite des kabilistes quand soudainement la ruse de kanambe qui controlait la ceni a nomme felix et le pauvre qui n’etait que 3eme, tres loin du candidat de lamuka et que les sanguinares kabilistes ont bu du champagne, je considere Felix comme un CRIMINEL, son udps familiale pour une pourriture et ceux qui les applaudissent pour des grands aveugles qui detruisent notre nation. L’unite de mesure des gouvernants c’est l’HOMME et les produits des premieres necessites , l’eau qui coule dans tous les robinets comme au botswana pays pourtant desertique, c’est l’electricite partout, c’est la nourriture partout avec une politique de partage extraordinaire comme en europe, c’est presque l’absence de la corruption, pas de frustraction pour le logement, des hopitaux et ecoles modernes etc…etc..
    Par rapport a tout cela, je ne sais pas si nous sommes maudits ou pas. La balkanisation est elle une solution? Ne nous faut il pas une 3eme voix? Neutraliser les deux demoniaques kanambe et felix, pprd et udps pour donner la chance aux autres generations? Pourquoi des faussaires comme felix et son imposteur d’ami kanambe doivent rouler tout un peuple et detruire des vies?

  14. Retenez votre souffle.
    De tous les bruits et bla bla fait autour de l’independance, l’autonomie de la justice, le droit, etc…une etude comparative du ministere des finances montre chiffres a l’appui que le partage entre la presidence, la primature, l’assemblee nationale et le pouvoir judiciaire nous donne un constat peu fameux. A elle seule la presidence bouffe dans certains semestres 45 pourcents, laissant au pouvoir judiciaire 2 poucents seulement. A l’exterieur on aboie, on crie l’eloge de la justice alors que les pauvres magistrats demeurent exposes a la misere et a la corruption. Est ce cela l’Etat de droit?
    Lisez l’article dans le journal la Prosperite. Cherchons une 3eme voie pour degager les mediocres du fcc et leurs amis du cach, ils sont UN.

  15. # Je ne saurais conclure si avec ce pertinent discours, Tshisekedi venait enfin « d’arracher son émancipation » mais le moins qu’on puisse en dire qu’il semble être sur le chemin, d’autant que qui dit émancipation suppose un affranchissement d’un tuteur et dans ce sens, le contenu, le ton et le style de son adresse ont été pour une fois clairement offensifs envers ‘JK’ et son FCC. Il a de plus été hargneux dans l’ensemble et pour le coup
    Mais si son adresse etait particulièrement et exhaustive autant sur les détails de son programme que sur sa volonté à recadrer les choses comme il sied à un vrai president. Néanmoins comme toujours avec lui, il reste cette impression d’inachevé non seulement parce que de principe il faut attendre la matérialisation de ses voeux, ce qui par le passé a souvent fait défaut mais aussi parce que sur le noeud gordien à déjouer, l’alliance dans laquelle il s’est fourré il n’en a pas dit assez.
    # En revanche Il faut lui reconnaître le courage d’avoir
    clairement désavoué la nouvelle tutelle que son partenaire veut imposer sur l’appareil judiciaire. Une formulation clairement inédite à l’intérieur, bravo pour lui.
    Attendons donc l’avenir des tensions qui se sont cristallisées autour de cette affaire et la réponse du FCC au niet du Président quant au fameux projet de réforme judiciaire pour en dire davantage.
    # Ailleurs pourrons-nous comparer le discours de Tshisekedi avec la tonitruante homélie du Cardinal le lendemain ? Ils n’ont pas la même fonction, le premier un politique du sommet par ailleurs Magistrat suprême, le second une autorité religieuse campant plutôt dans le rôle d’un membre de la société civile en leader d’opinion. Paradoxalement c’est Ambongo qui endossé le costume d’un opposant politique sans concession. Il n’ y est donc pas allé de main morte : il s’en prend ouvertement à la coalition au pouvoir : il s’en prend à la coalition au pouvoir et invite le peuple à se tenir prêt à s’opposer aux projets de la majorité parlementaire (non élue) de prendre le contrôle de la CENI en prévision des élections de 2023, et de contrôler le système judiciaire. Plutôt inhabituel à sa place, le peuple à l’appui. Pourquoi pas !?

    1. UN AUTRE SON DE CLOCHE TROUVÉ DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX
      *Tel que reçu*:
      Enfin, je viens de suivre aujourd’hui le meilleur discours du Président depuis sa prise du pouvoir. Un discours grand, beau, noble et exaltant. Un discours plein de rigueur, de solennité, de fermeté, d’engagement et aussi d’humilité. Un discours autoritaire et rassembleur. Ceux-là qui disent que c’est un discours vide, me donnent l’occasion de rire de leur fatuité. En effet, il faut être expert en interprétation et en exégèse pour pénétrer les profondeurs de la pensée de ce grand discoureur d’une mémoire éléphantesque. Voici ce qu’un humble expert en interprétation de discours que je prétends être vous propose comme conclusion.
      Le Président a tenu un discours de rupture.
      Pendant sa première année de pouvoir, il parlait toujours de son prédécesseur, mais cette fpis-ci il s’ est interdit de faire allusion à lui. Au contraire, il a évoqué les souffrances atroces et indicibles que nous avons endurées pendant les longues et interminables décennies de dictature. Il a parlé des crimes et massacres perpétrés par le régime de son prédécesseur dans les paroisses catholiques. Il a qualifié la classe politique d’une mafia qui a continue à faire souffrir le peuple de la même manière que le colonisateur, ce qui a appauvri de plus de 60 % le congolais, comparé au niveau de vie que le peuple avait avant l’indépendance. Il a condamné le coulage des recettes publiques dans les projets Bukangalonzo, dans les concessions minières de la Gécamines, dans les travaux de construction des routes et aéroports, et dans le programme de 100 jours. Il n’a laissé aucune chance de survie aux propositions des lois Minaku et Sakata. Il a qualifié ces propositions de lois de combat d’arrière-garde d’une classe politique affairiste et égoïste qui cherche à se protéger contre les poursuites judiciaires. Il a affirmé et réaffirmé l’Etat de Droit comme la condition sine qua non pour le développement du pays en luttant contre la corruption et les détournements des deniers publics. Il a, d’un ton ferme, recadré J. Mabunda concernant la République des juges. Et ce qui m’a le plus fait plaisir, c’est qu’immédiatement après son discours, le porte-parole des FARDC, a lu un communiqué important de l’armée congolaise qui est venue jurer sa fidélité au Chef de l’Etat, commandant suprême des FARDC. Ainsi donc, les choses sérieuses commencent.
      TOUT SIMPLEMENT UN AUTRE SON DE CLOCHE

      1. @ Bismark.
        A en croire le Cardinal Ambongo et le Dr Mukwege,les tueries et les pillages des ressources naturelles se poursuivent sous le règne FATSHI. Au moins 1785 sont tués en Iturie,en 6 mois,selon la Société Civile. Il n’a pas fait cas de cela. L’autre son de tambour ne doit pas prendre tous les Congolais comme des cons.

    2. ERRATUM & P.S.
      * « …Il a de plus été hargneux dans l’ensemble et pour le coup EXHAUSTIF autant sur[…] »
      ** Un autre regret dans le discours du Président : il a vite brossé le tableau de l’insécurité à l’Est, peu de détail sur le bilan effectif comme gêné aux entournures d’évoquer ‘son’ échec dans la fameuse « opération d’envergure » qu’il a initiée en octobre dernier, les groupes armés continuent de tuer quotidiennement mais aussi peu friand sans doute de faire le bilan de ses amabilités offertes sans conditions au rwandais Kagame et à l’ougandais Kaguta. C’est une vraie tâche dans son bilan, selon moi, surtout si les atrocités y continuent comme aujourd’hui…

  16. BAW
    Vous ecrivez: un « Felix » affranchi des contraintes du « deal secret » passé avec son prédécesseur et « allié ». Loin s’en faut! Vous vous faites donc une illusion. S’il ose, il tombe! Et un “president de la Republique” qui recoit des injonctions de la part d’un Premier minister, cela demontre-t-il le fait qu’il s’est « affranchi des contraintes »? Omona wapi?
    Vous mentionnez aussi que “C’est au cours de l’année 1982 que verra le jour l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le tout premier parti d’opposition.” Y avait-il democratie au Congo-Kinshasa en 1982 qui aurait fait de l’Udps “un parti d’opposition”? Car, il n’y a d’opposition que dans une democratie! Or le Congo-Kinshasa n’est ni une republique et encore moins une democratie. Et le multipartisme n’est pas synonyme de democratie! D’ailleurs, ces 13 parlementaires qui formeront l’Udps etaient des dissidents du parti-Etat qui se sont engages ou lances clandestinement dans l’activisme et non une « opposition » politique. Au fait, Mobutu n’avait pas tort de dire qu’il y avait au Zaire a l’epoque du parti-Etat plutot une « juxtaposition » au sein du MPR, un parti unique!

  17. Avez-vous dit « Emancipation de Fatshi »…?
    Aux dernieres nouvelles, la bande FCC a Kabila via sa majorite-bidon au Parlement vient de « confirmer » Ronsard Malonda a la presidence de la CENI, pour de raisons faciles a deviner, Et ce sous le nez de Fatshi.
    Vive tricheries version 2023…!

    1. @Musema-Kweli,
      En clair, nous avons là un « président » inutile, bon à rien, occupé uniquement à s’entourer des nuls, pourvu qu’ils soient de sa côterie tribale, pour les besoins du ventre. Quelle honte!

    2. @musema-kweli.
      A en croire l’Abbé Shole,Secrétaire Général,Ronsard Malonda était un adjoint de Nangaa de triste mémoire.
      Sa promotion à la tête de la CENI est une bonne affaire pour la coalition FCC-CACH. Celle-ci est le fruit de la magouille de Nangaa-Ronsard. Ne demandez pas à FATSHI de contester la promotion de Ronstard Malonda à la tête de la CENI.
      Au FCC-CACH, on a bien compris ces propose de Josephe Staline:
      « Ce qui compte,c’est pas le vote,c’est comment on compte les votes ».

      1. @ KOLOMABELE,
        TRES BIEN DIT…
        LE « SECOND DEAL » DE FATSHI AVEC LE DIABLE DE KINGAKATI EST CONCLU. SON DISCOURS (ET SANS SUITE) DU 30 JUIN N’ETAIT QUE POUDRE AUX YEUX – SURTOUT POUR CALMER SA BASE EN COLERE !

  18. Cher BAW, laissez-moi vous dire ma surprise en lisant votre dernier commentaire sur le dernier discours du Chef de l’Etat à l’occasion des 60 ans de l’indépendance de notre pays.L’ absence de hauteur, le manque de vision et de perspective dans l’analyse , ne vous sont pas très coutumiers…. peut-être que….. .?
    cordiales salutations

Comments are closed.