AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

Gouverner, c’est fixer des priorités
Le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo a inauguré lundi 21 avril "six écoles publiques" dont la construction a été financée "sur fonds propres", selon la formule consacrée. Une manière de faire savoir que le "gouvernement de la[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
Ituri: la mort de Morgan va compliquer la reddition d’autres miliciens, estime la société civile

Communiqué
La "VSV" contre l’exécution sommaire et extrajudiciaire de Paul Sadala alias "Morgan"

Communication politique
Convention de l’opposition politique congolaise du 31 au 03 avril 2014

Dernières nouvelles
Kinshasa : Plusieurs personnes amnistiées remises en liberté

Le patronat congolais pour l’allègement des taxes fiscales sur les entreprises

Après l’annonce faite jeudi 10 avril par le groupe Orgaman de liquider ses trois filiales, la Fédération des entreprises du Congo (FEC) tire la sonnette d’alarme en invitant le gouvernement à prendre des mesures visant à alléger les taxes fiscales des entreprises privées en vue d’éviter que d’autres entreprises subissent le même sort.

Conférence-débat : Belgique - RDCongo au coeur de deux continents

Sous la présidence du PS André Flahaut, le parti socialiste francophone organise le lundi 5 mai à 18 h00 - au 13 boulevard l’Empereur à 1000 Bruxelles -, une conférence-débat sur le thème : "Belgique - RDCongo au cœur de deux continents". Le ministre belge de la Coopération au développement, Jean-Pascal Labille, fera partie des intervenants. Dans un message adressé notamment aux "camarades" issus de l’Afrique subsaharienne en général et du Congo-Kinshasa en particulier, la directrice de l’Institut Emile Vandevelde (IEV) - le think tank du PS - écrit notamment : "Si l’Afrique est aux portes de l’Europe, elle demeure trop souvent absente des débats nationaux et européens. Pourtant, par la place centrale qu’elles occupent dans leur continent respectif, la Belgique et la RDC peuvent jouer un rôle clé dans le rapprochement entre les continents européens et africains". "Remettre l’Afrique, en particulier la RDC, au cœur des préoccupations nationales et européennes, cela a été l’objectif du PS, sous cette législature, au Département de la Coopération au développement". Rappelons que le 25 mai prochain, les citoyens belges iront aux urnes pour choisir leurs députés, pour les cinq années à venir, au niveau régional, fédéral et européen. Il n’est pas sans intérêt de rappeler également qu’un "contentieux psychologique" oppose les membres de la communauté congolaise, dans leur grande majorité, avec quelques politiciens appartenant à certains partis francophones. Outre le PS, il y a les libéraux (MR) et dans une certaine mesure les Centristes (cdH). Il est reproché à certaines personnalités des deux premières formations politiques de se comporter en "lobbyistes" au service du régime de "Joseph Kabila". Sous prétexte de "stabiliser le pays", ces hommes politiques belges se comportent en "avocats" du pouvoir en place dans les cénacles internationaux fermant les yeux face à l’absence de démocratie et les violations massives des droits et libertés. Proche du PS, le cdH brille par le "silence des gens bien". Les personnes désireuses de participer à cette conférence sont priées de confirmer leur présence auprès de : Chiraz El Fassi (chiraz.elfassi@iev.be).[Lire la suite]

Questions directes à Roger Lumbala Tshitenga

Agé de 56 ans, ancien président du RCD-National, Roger Lumbala a fait partie de la délégation du M23 aux pourparlers de Kampala. «En qualité d’invité et non de membre», aime préciser l’intéressé. Après la promulgation de la loi portant amnistie le 11 avril dernier, il se prépare à remplir – à l’ambassade du Congo à Kampala - le formulaire ad hoc avant le retour au Congo. A Kinshasa, la presse parle de «mandats d’arrêt» que le procureur général de la République aurait émis à charge de Lumbala. Vendredi 18 avril, "Roger" était de passage à Bruxelles. La rédaction de Congo Indépendant l’a rencontré. Selon lui, «le M23 était un mal nécessaire. C’est ce Mouvement qui a incité Joseph Kabila à se mettre autour d’une table dans le cadre des pourparlers de Kampala. C’est encore le M23 qui l’a poussé à organiser les Concertations nationales. On ne respecte que celui qui est fort...».Interview.[Lire la suite]

Commune de Kinshasa : 180 repères de bandits identifiés

Selon l’ONG "Filles et femmes en action pour la promotion, la protection et la défense de droits humains" (FIFADH), la commune de Kinshasa, une de vingt quatre de la capitale congolaise, compte cent quatre-vingt huit sites à haut risque. L’association dit se fonder sur une enquête menée de novembre 2013 à janvier 2014 dont les conclusions ont été publiées samedi 19 avril.[Lire la suite]

Karl Vanlouwe : «La N-VA n’est pas le Vlaams Belang !»

C’est le «message fort» exprimé par le sénateur N-VA Karl Vanlouwe - qui est par ailleurs président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat belge. C’était au cours d’une conversation à bâtons rompus, vendredi 18 avril, avec l’auteur de ces lignes. Pour ce parlementaire, «le Vlaams Belang est exclusif». Par contre, «la N-VA est inclusive». Il dément de manière catégorique l’opinion selon laquelle les nationalistes flamands seraient des «xénophobes». Agé de 43 ans, avocat de profession, «look» de jeune premier, Karl Vanlouwe fait partie des cadres dirigeants du parti nationaliste flamand, Nieuw Vlaams Alliantie (N-VA). Cette formation politique est créditée d’un score de 32% en Flandre. Certains commentateurs n’hésitent plus à prédire l’entrée de Bart de Wever et ses amis au gouvernement fédéral. "Un séisme politique", estime le politologue ULB Pascal Delwit. Candidat député régional au parlement flamand, «Karl» a séjourné au Congo-Kinshasa en novembre 2011 en qualité d’observateur européen. Il en a gardé un souvenir plutôt pénible. En cause, les irrégularités et fraudes. Lors de l’«audition» du président de la Céni (Commission électorale nationale indépendante) au Parlement belge, c’est lui qui présidait la séance. C’était le mardi 21 janvier. Notre entretien a porté notamment sur le programme politique de ce parti et sa vision des relations belgo-congolaises. [Lire la suite]

Le mérite oublié du patriarche Bomboko

L’émotion suscitée par la disparition de Justin Marie Bomboko, ici au pays et dans la diaspora congolaise à travers le monde démontre à suffisance l’importance du rôle que cet homme d’Etat a joué dans l’histoire politique de la République Démocratique du Congo. Evidemment, ce rôle est interprété de plusieurs manières, et souvent en fonction des positions idéologiques des uns et des autres.[Lire la suite]

Opinion & débat
Choisir entre la peste et le choléra
Autres titres récents
Réponse à Gaspard Mugaruka Bin-Mubibi :
Des partis politiques congolais se vendent à un vil prix auprès de Mme Eva Thompson de NDI
Assumer la mondialisation et ses conséquences ?

Tout Kin en parle

Vous avez dit stratège?
Dans une récente interview sur "LCI", la chaine info de la chaine de la télévision commerciale française TF1, le Premier vizir congolais Augustin Matata Ponyo ou plutôt "pognon", alias "Hakuna Matata" (pas de problème en swahili), a poussé à la[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2014                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.