AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

"Joseph Kabila" et Lambert Mende, chefs miliciens
"La faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force", disait Paul Valery. Depuis son accession à la magistrature suprême, un certain 26 janvier 2001, dans les conditions que l’on sait, "Joseph Kabila" a fini par détruire toute harmonie au niveau[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
Nord-Kivu: Joseph Kabila attendu à Beni

Communiqué
Le Carnage de Beni confirme l’extrême fragilité des forces de sécurité congolaises

Communication politique
Les Forces Acquises au Changement félicitent le peuple burkinabé

Dernières nouvelles
Burkina - Compaoré ne démissionne pas mais lève l’état de siège

Burkina: chassé par la rue, Compaoré a (enfin) démissionné

Après avoir résisté durant 24 heures, Blaise Compaoré, acculé par à une contestation populaire d’une ampleur sans précédent, a annoncé vendredi 31 octobre 2014 sa démission après 27 ans de règne. Personne ne sait où se trouverait l’ex-président burkinabé. Aux dernières nouvelles, il serait en fuite vers le Ghana.

«Blaise» quitte le pouvoir par la «fenêtre» de l’Histoire

Bien qu’il refuse de démissionner, Blaise Compaoré aura difficile à garder son fauteuil jusqu’en 2015. Toutes les informations semblaient confirmer dans la soirée du jeudi 30 octobre que le chef d’Etat burkinabé, au pouvoir depuis 27 ans et candidat pour un nouveau mandat, a été renversé par un soulèvement populaire. Et que l’armée a pris le pouvoir. Comble d’ironie, le président déchu se dit maintenant prêt à procéder à la passation de pouvoir en 2015 avec le président qui sera «démocratiquement élu» à l’issue d’un scrutin dont il ne sera pas candidat. «C’est trop tard !», criaient des manifestants à Ouagadougou. [Lire la suite]

Lubumbashi : Où est passé Moïse Katumbi?

Selon plusieurs sources lushoises, le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe n’a pas été vu en public au chef-lieu de l’ex-Shaba depuis un mois. D’aucuns le disent "aux soins intensifs" dans une clinique spécialisée "en Europe". D’autres laissent entendre qu’il serait "en vacances". La rédaction de Congo Indépendant a tenté sans succès de joindre le ministre de l’Intérieur Richard Muyej, en séjour à Beni. Membre de la "Majorité présidentielle", "Moïse" est suspecté par "ses amis politiques" de nourrir des ambitions pour 2016. Dans la "Kabilie", il passe pour un adversaire. Une source n’a pas hésité à murmurer ces quelques mots lourds de sens : "Moïse Katumbi a été victime d’un empoisonnement au cyanure". Qui en serait le "commanditaire"? Pour toute réponse, notre interlocuteur dit : "Qui d’autre?" [Lire la suite]

Flash : Des manifestants incendient le siège de l’Assemblée nationale à Ouagadougou

Selon la télévision publique française France24, un millier de Burkinabé ont pris d’assaut, ce jeudi 30 octobre, le siège de l’Assemblée nationale pour empêcher le vote d’une révision constitutionnelle. Au pouvoir depuis octobre 1987, le président Blaise Compaoré a initié l’amendement de l’article 37 pour lui permettre de briguer un nouveau mandat. Ce matin, le bâtiment de la représentation nationale du Burkina était en feu. La télévision nationale, elle, a cessé d’émettre. Les installations de celle-ci ont été saccagées. Selon Radio France Internationale, le vote du texte querellé est annulé. L’annonce a été faite par le porte-parole du gouvernement. RFI de rappeler que la majorité présidentielle souhaite une modification de l’article 37 afin d’ouvrir la voie à une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015, contre l’avis de l’opposition. "La situation reste floue", souligne-t-elle. On imagine que "le cas burkinabé" est suivi avec le plus grand intérêt par tous les Africains subsahariens demandeurs de l’Etat de droit et d’une alternance politique. Ce qui se passe à Ouagadougou tiendra sans doute lieu de "jurisprudence" dans ce continent noir où des despotes locaux corrompus ne rêvent que d’une "présidence à vie".[Lire la suite]

Arrêt sur image : Etienne Tshisekedi wa Mulumba en convalescence

Bruxelles. Jeudi 30 octobre 2014. Hôtel Montgomery. Il est 17h30. Cheikh Fitha et le rédacteur en chef de Congo Indépendant sont invités à entrer dans une salle de réunion de l’hôtel Montgomery où une "personnalité" les attendait pour une "interview exclusive". Qui est cette "personnalité"? Mystère. La présence, dans les couloirs de cet établissement, de quelques visages connus de la "galaxie tshisekediste" finit par éventrer la surprise. Qui voit-on dans la salle? Etienne Tshisekedi wa Mulumba. En personne. Le "Vieux" porte un costume bleu marine, une chemise de couleur bleu ciel et une cravate à petit pois de même ton. A sa gauche se tient Dr Oly Ilunga Kalenga, administrateur-délégué médical des Cliniques de l’Europe. Une question vient à l’esprit : Comment allez-vous? "Je vais très bien", répond "Tshitshi" dont l’état de santé est au centre de toutes les spéculations. Quid de l’interview? Tel un ange gardien, le médecin intervient aussitôt : "Comme vous l’avez remarqué, le président Tshisekedi est encore convalescent. L’interview aura lieu à une prochaine occasion. Il faut lui laisser le temps de retrouver tous ses moyens...". Pour la petite histoire, Oly Ilunga Kalenga est le médecin qui a fait le voyage Bruxelles-Kinshasa et retour pour aller chercher le "patient" Tshisekedi wa Mulumba. Le voyage retour a eu lieu le samedi 16 août 2014 à bord d’un "avion médicalisé". "Un avion privé", corrige-t-il. "Incapable de marcher, il (Ndlr : Tshisekedi) a été transporté à bord de l’appareil", rapportaient certains médias occidentaux. Depuis mi-août, le leader de l’UDPS n’a pas été vu en public. Une absence prolongée qui n’arrange guère le climat au sein de sa formation politique. Celle-ci prend les allures d’une pétaudière. Faute d’un "fédérateur". Ce jeudi 30 octobre, "Tatu Etienne" a fait sa première apparition publique tout en poursuivant sa convalescence. Ses proches ont manifestement voulu envoyer un message qu’on pourrait traduire en ces termes : "Contrairement aux rumeurs, Etienne Tshisekedi n’est pas mourant. Il n’est pas exclu qu’on entende encore parler de lui dans les semaines et mois à venir dans le landerneau politique congolais...". [Lire la suite]

"Tshitshi" est de retour. Il est assisté par le Dr Oly Ilunga...

Après un long silence pour cause de maladie, Etienne Tshisekedi wa Mulumba paraît décidé à reprendre, lentement mais sûrement, sa place sur l’échiquier politique congolais. A partir de ce jeudi 30 octobre 2014, le président de l’UDPS a fait savoir qu’il s’entoure de "l’assistance" du Dr Oly Ilunga Kalenga. Tout en admettant détenir la carte de l’UDPS, celui-ci soutient ne faire guère partie des structures de cette organisation politique. "Je mets mon expérience ainsi que mon carnet d’adresse à la disposition du président Tshisekedi", dit-il.[Lire la suite]

Opinion & débat
Vouloir c’est pouvoir
Autres titres récents
Lettre ouverte à Monsieur Joseph Kabila Président de la République Démocratique du Congo
La classe politique congolaise est-elle médiocre ?
M. Joseph Kabila sera coupable du crime de haute trahison contre l’Etat et la nation s’il laisse faire ses flagorneurs opposés à l’alternance en 2016: Qu’on se le dise!

Tout Kin en parle

Kasumbalesa : Mama Sifa fait des "affaires"
Du vivant de feu Mzee LD Kabila, alias "soldat du peuple", personne ne l’a connu comme "Mama présidente". "C’est une affaire de Blancs", répondait Mzee aux curieux qui cherchaient à connaître la "présidente". Des visiteurs de nuit du Palais de marbre[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2014                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.