AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

Congo-Kinshasa : Justice à trois vitesses
Répondant à la question d’une journaliste de RFI de savoir s’il n’y avait pas de contradiction entre la libération des militants pro-démocraties sénégalais et burkinabés et le maintien en détention de leurs camarades congolais, le ministre de la[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

Communiqué
La "VSV" s’élève contre le bras de fer entre la Monusco et le gouvernement

Communication politique
Motion d’information concernant l’arrestation d’une trentaine de Congolais de la société civile à Masina, LE 15 mars 2015.

Dernières nouvelles
L’Ouganda confirme une menace terroriste des islamistes somaliens shebab

Ceni : Abbé Malumalu décédé en Suisse?

Selon une source médicale, Abbé Apollinaire Malumalu, président de la Commission électorale nationale indépendante "est décédé depuis trois semaines" dans un hôpital suisse. "Il a été empoisonné", dit la source assurant qu’il ne s’agit nullement d’un "poisson d’avril". Il est vrai qu’on est le 1er avril, le jour de tous les canulars. Une chose paraît sûre, le président de la CENI n’a pas été vu en public depuis plus de deux mois. Dans un premier temps, on le disait en Afrique du Sud pour subir une intervention chirurgicale. "Ce n’était qu’une diversion, il a été transféré discrètement en Suisse", souligne notre interlocutrice. Reste que l’opinion congolaise - et sans doute internationale également - ne cachait pas une certaine surprise de constater l’absence de "l’abbé-président" lors de la publication du "calendrier électoral global". La cérémonie, pour le moins solennelle, fut présidée par le vice-président de la CENI, André Mpungwe Songo. C’était le jeudi 12 février dernier. Depuis lors, "Apollinaire" n’a pas été vu en photo ou en image dans son lieu de convalescence. Quid de son état de santé? A la CENI, le discours reste serein : "Abbé Apollinaire Malumalu se porte bien. Il a subi une intervention chirurgicale", répète le vice-président Mpungwe à qui voudrait l’entendre. Qui dit vrai? Si la disparition de Malumalu venait à se confirmer, le microcosme politique kinois devient plus que jamais un univers impitoyable...

Le procès des attentats de Kampala suspendu après le meurtre de la procureure

Le procès du double attentat ayant tué 76 personnes en 2010 à Kampala n’a pas repris mardi 31 mars, au lendemain de l’assassinat de la procureure chargée du dossier, a constaté une journaliste de l’AFP. [Lire la suite]

L’opposant Buhari remporte la présidentielle au Nigeria

Le candidat de l’opposition Muhammadu Buhari a remporté l’élection présidentielle la plus serrée de l’histoire du Nigeria, en récoltant 15,4 millions de voix contre 13,3 millions pour le président sortant Goodluck Jonathan. [Lire la suite]

CENI : enrôlement de nouveaux majeurs en janvier 2016

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’occupera de l’enrôlement de nouveaux majeurs en janvier 2016 pour ne pas perturber le processus électoral en cours.[Lire la suite]

Malanga : «Oui aux élections mais sans Joseph Kabila !»

Natif de Kinshasa, âgé de 32 ans, allure martiale, le Congolo-Américain Christian Malanga veut mobiliser le peuple du « Congo-Zaïre » (sic !) pour « libérer » le pays. Pour lui, "Joseph Kabila n’entend en aucun cas céder le pouvoir en 2016 par crainte des dossiers judiciaires qui l’attendent". Aussi, estime-t-il qu’il n’est pas question d’aller aux urnes aussi longtemps que le pays sera « sous occupation ». Lors de la prise du pouvoir par l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) le 17 mai 1997, « Christian » avait 14 ans. "Nous avons attendu en vain le changement". Marié et père de six enfants, Malanga a vécu en Afrique du Sud avec ses parents avant de s’établir aux Etats-Unis d’Amérique. L’homme a œuvré au sein des Forces armées de la RD Congo de 2006 à 2010. Il a quitté l’armée congolaise au grade de capitaine. Selon certaines indiscrétions, il aurait servi également dans l’armée US.[Lire la suite]

Muyambo transféré (enfin) dans une clinique

Ancien membre de la "majorité présidentielle" (MP), Jean-Claude Muyambo Kyassa a été finalement transféré dans une clinique afin de recevoir - osons l’espérer - les soins exigés par l’état de son pied gauche. Un pied fracturé à quatre endroits. L’"accident" a eu lieu lors de son arrestation - avec une brutalité inouïe - par des agents de l’Agence nationale de renseignements et des éléments de la garde présidentielle. C’était le 20 janvier dernier. [Lire la suite]

Opinion & débat
Le Congo a de gros soucis à se faire
Autres titres récents
Le Congo de papa et les nokos belges
Alobi pe asilisi !
Appel aux Equatoriens qui aiment l’Equateur

Tout Kin en parle

Pas de prix Mo Ibrahim pour le "raïs" !
Pendant que le "président taiseux" (dixit Lambert, leTshaku national), alias le "raïs" de la République très très démocratique du Congo et les "super faucons" de son clan maffieux multiplient des roublardises pour conserver l’imperium, à Windhoek, en[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2015                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.