AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

"Joseph Kabila", allergique à l’Etat de droit...
"Le ministre est responsable de son département. Il applique le programme gouvernemental dans son ministère, sous la direction et la coordination du Premier ministre". Tel est l’énoncé de l’article 93 de la Constitution congolaise. Le gouvernement,[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
Valentin Mubake: «Je dois signer un document dont je connais le contenu»

Communiqué
L’assassinat d’un médecin gynécologue proche du docteur Mukwege au Sud Kivu

Communication politique
Conférence de presse du Rassemblement

Dernières nouvelles
Lubumbashi : Kazembe Musonda sur siège éjectable

Les évêques de la Cenco victimes d’un lynchage politico-médiatique

"Le Cenco déplore que les consultations entre le chef de l’Etat et le chef de la délégation du Rassemblement aux négociations au terme desquelles allait être nommé le Premier ministre n’aient pas eu lieu. Malgré tout, un Premier ministre a été nommé. Ceci constitue une entorse à l’Accord de la Saint-Sylvestre et explique la persistance de la crise". Ce passage de la Déclaration de la Cenco est au centre d’une vive controverse. Tout en minimisant l’importance de l’église catholique, les porte-flingues de "Joseph Kabila" ont engagé le pari risqué de déverser de torrents de boue sur les prélats. Ceux-ci sont accusés de partialité.

Les chefs de confessions religieuses en communion avec la CENCO sur la situation du pays

Au cours d’un point de presse qu’il a animé jeudi 27 avril à Kinshasa, le secrétaire exécutif de la Commission justice et paix et de la sauvegarde de la création de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), Antoine Katembo, a déclaré que les chefs des confessions religieuses n’ont jamais été en contradiction avec la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) sur les questions liées à la situation politique du pays.[Lire la suite]

« Kabila » - Cenco : Chronique d’une défiance annoncée

Entre «Joseph Kabila» et la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) le fossé de la méfiance ne cesse de s’élargir. La déclaration faite vendredi 21 avril par les évêques catholiques qualifiant la nomination du Premier ministre Bruno Tshibala d’«entorse à l’Accord du 31 décembre» a fait bondir les caciques de la mouvance kabiliste. En jetant un regard rétrospectif, il apparaît que les évêques catholiques n’ont jamais fait mystère de leur méfiance vis-à-vis du successeur de Mzee. Et ce depuis l’élection présidentielle de 2006 à ce jour. Pour cause, l’homme est loin d’être à la hauteur de la fonction d’exception qu’est celle de chef de l’Etat. [Lire la suite]

L’armée congolaise recrute...

L’armée congolaise (FARDC) va recruter des militaires et des cadres pour les écoles militaires aux quatre coins du pays. L’annonce a été faite à la presse par une source proche de l’Etat-major général des FARDC. [Lire la suite]

Affaire Catalan & Sharp : Mende orchestre une mise en scène macabre

Inamovible ministre de la Communication et médias, Lambert Mende Omalanga a convoqué lundi 24 avril une rencontre avec les représentants de la presse congolaise et internationale. Objet de la réunion : projection d’une vidéo sur l’exécution des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp. Le double crime est imputé aux "terroristes" Kamwena Nsapu. Question : Comment l’exécutif congolais a pu entrer en possession de cette vidéo censée se trouver - secret d’instruction oblige - entre les mains des enquêteurs de l’auditorat militaire? Des observateurs y voient une nouvelle fuite en avant pour brouiller les pistes. Des pistes qui conduisent aux sicaires de l’armée et de l’ANR. Des sources sécuritaires sont formelles : les deux enquêteurs mandatés par le Conseil de sécurité ont été attaqués dans une zone contrôlée par l’armée congolaise. [Lire la suite]

Kinshasa : Une mission de la SADC à la rescousse de "Kabila"

Le Congo-Kinshasa est redevenu plus que jamais le «grand malade de l’Afrique centrale». Il suffit, pour s’en convaincre de comptabiliser le nombre des missions envoyées à l’étranger pour plaider la cause d’un «Joseph Kabila» décidé à s’accrocher au pouvoir. Et ce en dépit du fait qu’il est fin mandat et inéligible. Ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu vient d’effectuer une tournée africaine à la tête d’une délégation de la mouvance kabiliste notamment à Conakry (Guinée), Libreville (Gabon), Ndjamena (Tchad) et Malabo (Guinée Equatoriale). Une délégation ministérielle de la SADC (Communauté de développement des Etats de l’Afrique australe) se trouve depuis mercredi 19 avril à Kinshasa. Elle est conduite par le ministre tanzanien des Affaires étrangères Augustin Mahiga. Mission : "consulter" les représentants des forces politiques et sociales afin de contribuer à la sortie de crise. En fait, le but non-avoué est de "confirmer" la "régularité" de la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre et d’inciter la communauté internationale à faire de même. Enfin, inviter le personnel politique à désigner le Président du Conseil national du suivi de l’accord (CNSA) de manière consensuelle et à mettre le cap vers les élections. [Lire la suite]

Opinion & débat
La jeunesse congolaise est la clé du développement de la RDC
Autres titres récents
Expliquer, encore et toujours expliquer
Combat décisif pour le salut du Congo !
Pourquoi assiste-t-on à une banalisation des fosses communes depuis l’arrivée au pouvoir de l’AFDL ?
 
Tout Kin en parle

Le poisson pourrit par la tête
Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-immondices, la République très très démocratique du Congo est malade au sommet. C’est pourquoi rien ne va. L’économie et le social ne sont plus par terre.[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.